Unspoken VF : Wolverine – Contagion

Wolverine - Contagion

Wolverine - ContagionCrédits :

Scénario : Charlie Huston

Dessins : Juan José Ryp

Éditeur VO : Marvel

Editeur VF : Panini Comics

Contient les épisodes Wolverine The Best There Is 1 à 6

La série : Quand on est fan de Woverine comme moi, quand on aime le travail de Juan José Ryp sur No Héro et Black Summer, on se dit « Oh YES ! Ryp sur Wolvie, ca va déchirer sa mère en slip à Berck ! ». Donc, quand le numéro 1 est sorti en février 2011, je me suis jeté dessus. Quelle douche froide… Je n’en avais pas du tout gardé un bon souvenir et je m’étais arrêté au numéro 2. D’ailleurs, lors du Comixity Spécial ou l’on parlait des parutions Panini de 2012, toute l’équipe vous l’avait fortement déconseillé ! Mais voilà, quand on est fan de Wolverine, il faut s’attendre à se voir offrir des choses… L’occasion pour moi de relire ce premier arc paru dans la collection 100% de chez Panini Comics.

Wolverine - Contagion - Danse
Oui, je sais, c'est moche...

Scénario : Tout commence par Wolverine prisonnier d’une espèce de jeu de gladiateurs avec un collier inhibiteur, face à un gros méchant pas beau. Chez nous, on a les combats de coqs et de chien (tous 2 illégaux mais j’ai des adresses…), la bas, ils ont les combats de mutants… Mais bon, son collier se brise et l’ami griffu se fait un plaisir de massacrer tout ce petit monde organisateurs et publics compris ! Une charmante conductrice le prend en stop, et la, c’est le drame… Elle l’emmène en boîte de nuit ou il se passe une scène surréaliste : Logan se met à danser… Rien que la, si vous avez une dose de bon sens, vous arrêtez la lecture et vous brûlez ce ramassis d’ineptie ! Mais non, ca serait dommage un peu quand même.

Sinon, pour le reste du scénario et pour éviter tout spoiler, je vous direz juste que ce n’est pas normal qu’il se mette à danser. Tout cela est la faute d’un nouvel ennemi, mutant de son état, Contagion de son pti nom, qui a le pouvoir de sécréter avec sa salive toutes les maladies imaginaires. Il a recueilli autour de lui des méchants mutants, pour la plupart très vieux, pour réussir à guerir son fils, et du coup, il a besoin de Wolvie et de son facteur auto-guérisseur.

Bon, alors, çà donne quoi au final ce scénario ? Ça démarre mal, vraiment, j’ai eu du mal à accrocher à cette histoire un peu sorti de nulle part. Ici, fit de la continuité, Wolverine est à part, on croise juste Beast, mais sinon, pas de voyages aux enfers, pas de petite amie journaliste, pas de prémices au Schism, bref, vous pouvez lire cette histoire sans forcément connaître grand chose de l’ami griffu. Mais à un moment, quand on arrive à faire abstraction du graphisme désastreux, l’histoire prend. C’est pas non plus la meilleure histoire du nabot, mais, on a envie de connaître d’avantage sur Contagion, ce nouvel ennemi sorti de nulle part.

Wolverine - Mise à mort
Ah ben oui, c'est du Ryp...

Dessins : Alors la, oui, le bas blesse. Autant j’avais adoré Juan José Ryp sur sa collaboration avec Warren Ellis, autant que la, son style ne colle absolument pas avec l’ambiance. Bon par contre, c’est bien gore comme Ryp sait le faire. Ya de l’hémoglobine, ça gicle de partout, pour ça, on en a pour son argent. On rêvait de voir un Wolverine s’éclater, c’est fait, je regrette juste que ce soit sous le crayon de Ryp.

De plus, ayant relu No Hero et Black Summer, il y a beaucoup trop de similitudes au niveau du design des personnages. Les visages se ressemblent vachement et Woverine n’a pas les bonnes proportions. Il parait grand avec un visage trop « Ryp ». Bref, un total ratage pour cette saga qui avait été annoncée comme une « grande » saga de Wolverine et qui au final ne sera qu’une maxi en 12 numéro, la série ayant été arrêtée aux USA.

Covers : Les covers de Bryan Hitch sont réussie mais ne colle pas trop avec le Wolverine que l’on connait, par contre, ca colle bien au bouquin…

Edition : Ici, pas de surprise, un 100% qui regroupe les 6 épisodes avec en fin d’opus, les couvertures originales, petit bonus très appréciable ! Mais vu la teneur ultra violente graphiquement, et un tout petit macaron « pour lecteurs avertis », on aurait préféré une parution dans la gamme Max…

Conclusion : Même si le scénario en vaut la peine, le dessin raté qui mise tout sur la surenchère et le gore de Ryp ne permet pas à ce Contagion de se hisser sur la haute marche du podium. Si le style ne vous dérange pas, alors allez y, sinon, passez votre chemin, vous risqueriez l’indigestion…

A propos Nonö 101 Articles
Chroniqueur régulier ayant lui aussi un humour à deux balles, il participe principalement au site au travers des Unspoken, et fait également partie de l'organisation du Lille Comics Festival. Il a aussi un chapeau.

1 Comment

  1. Lu et j’ai bien aimé. J’ai même trouvé que c’était une très bonne histoire sur Wolverine. La galerie des personnages secondaires bien barjos, les recherches de Contagion sur le pouvoir auto-guérisseur du mutant, les dialogues et répliques sont excellents. Quant à logan qui danse, ça ne m’a pas dérangé plus que cela. c’est tout à fait représentatif de l’ambiance folle, décalée de cette mini-série.

Répondre à scorpius Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.