Guide de lecture Comics VF : semaine du 11 mai 2016

Edito : après une première semaine dantesque, les éditeurs ont donc décidé de nous laisser (et surtout moi) souffler cette semaine avec à peine 4 sorties prévues chez Panini ! et au programme deux immanquables et deux purges à éviter absolument !

PANINI COMICS

100% MARVEL : PUNISHER YEAR ONE

PUNISHER YEAR ONEDate de sortie : 11 MAI 2016

Prix :13,00 EUR, 96 pages,

Scénario :Dan Abnett, Andy Lanning,

Dessin :Dale Eaglesham

Épisodes :US Punisher Year One 1-4, inédits

Sollicitation :Avant de devenir le Punisher, Frank Castle avait une femme, des enfants, un travail dans lequel il s’épanouissait… bref, une vie ordinaire et équilibrée. Une fusillade va tout changer. Redécouvrez les origines du Punisher sous un nouveau jour.

Avis : voilà une excellente idée de la part de Panini, et derrière eux de Marvel, de reprendre en format TPB cette mini série, qui date du début des années 90,  revenant sur les origines du Punisher Si elle avait remporté un certain succès à l’époque,( ben oui vous avez vu le sujet et l’équipe créative impliquée !!!), cette mini série n’avait auparavant jamais eu l’honneur d’une édition TPB.

Marvel est revenu sur cet impair il y a seulement quelques années maintenant. Et alors que le personnage connaît une nouvelle exposition publique de grande qualité avec la saison 2 de DD, nous y avons droit également pour la première fois en VF. Sans être un fan acharné du personnage, je suis personnellement très attiré par ces épisodes.

Outre le côté origine qui est toujours intéressant, comme je l’ai dit l’équipe créative est plus qu’alléchante, avec le duo Abnett et Lanning au scénario et l’excellent Dale Eaglesham au dessin. Le seul frein à mon sens est plutôt le rapport nombre de pages / prix…avec du 13€ pour un bouquin de moins de 100 pages…Panini, combien de fois, il faudra vous dire que c’est non à ce prix là !!!

Verdict : à découvrir et lire…mais moins cher cela aurait été mieux…

MARVEL EVENTS : AVENGERS VS. X-MEN

AVENGERS VS. X-MENDate de sortie : 11 MAI 2016

Prix :26,00 EUR,392 pages,

Scénario :Brian M. Bendis, Jonathan Hickman, Ed Brubaker, Jason Aaron, Matt Fraction,

Dessin :John Romita Jr, Olivier Coipel, Adam Kubert, Frank Cho

Épisodes :US Avengers vs X-Men 0-12 publiés précédemment en kiosque et dans l’ album MARVEL DELUXE : AVENGERS VS X-MEN 1

Sollicitation :Alors que le Phénix se dirige vers la Terre, les héros se déchirent. Les Avengers le considèrent dangereux et capable de destruction. Les X-Men de Cyclope, au contraire, estiment que les formidables capacités du Phénix pourraient permettre la naissance de nouveaux mutants et par conséquent, garantir la survie de l’espèce. Ce désaccord va entraîner une lutte acharnée entre les deux groupes.

Avis : ohhhhh, comme c’est mimi !!! une réédition dans la nouvelle collection Panini (techniquement la 174e collection lancée par l’éditeur) dite Marvel Events qui contient l’ensemble des épisodes de la série principale Avengers Vs X-Men !!! donc oui, pour les masochistes complétistes jusqueboutistes, il n’y a pas les épisodes annexes qui présentait encore plus de bastons décérébrées…

Du moins c’est ce que je crois puisque j’ai allégrement sauté l’ensemble du crossover avec d’autant moins de regrets que à la surprise générale de personne, le truc s’est fait éreinté par la critique comme l’une des pus grosses daubes sorties de l’esprit décidément très fatigué des scénaristes et je le suspecte surtout, des éditeurs Marvel. Bien évidemment, étant donné l’affiche le machin a été un énorme succès commercial, et au final tant mieux pour Marvel, car même si nous le critiquons sans réserve, le marché des comics se porte toujours mieux quand les grandes maisons sont en bonne santé…et bien évidemment là je pense à l’état assez pitoyable de DC en ce moment…

Sur le fond, pourquoi une telle critique de ce crossover ? Et bien, pour le peu que j’ai lu, car je me suis arrêté au premier épisode…nous avons essentiellement ici un crossover tourné vers la baston, fondé sur une opposition complètement artificielle, nourrie par une caractérisation des personnages complètement massacrée. Nous avons ici l’exemple parfait d’une histoire où le comportement normal, leur caractérisation,   de la plupart des personnages a été tordu au maximum dans le seul et unique but de faire fonctionner l’histoire et d’amener l’intrigue d’un point A à un point B.

Ainsi, comment expliquer l’origine du conflit entre les Avengers et les X-Men, avec un Captain America qui débarque avec le SHIELD + tous les Avengers sur Utopia pour arrêter Hope pour aucun crime à part le fait que le Phoenix débarque et que bien évidemment c’est de sa faute ?  Ou encore un Cyclope qui décide d’ouvrir les hostilités plutôt que de chercher le compromis, comme  : “les Avengers sont les bienvenus sur Utopia et traitons le cas Phoenix ensemble ? hein ? s’il vient nous sauver tant mieux, mais s’il s’avère une menace unissons nous pour l’arrêter ? Non, bien évidemment, foutons nous sur la gueule, ce sera bien plus productif…”

Je passe sur le fait, que les Avengers et Iron Man sont les principaux responsables de toute la merde qui survient par la suite (avec la séparation du Phoenix entre 5 X-Men) et que l’équipe ne se remettra jamais en question à aucun moment donné…ou que l’histoire se résume en une baston interminable entre Avengers et X-Men, avant que pour arranger tout le monde, l’apparition du Dark  Pheonix ne réunisse tout ce petit monde…avec Cyclope désigné bouc émissaire pour tout ce fiasco

Bref, du grand n’importe quoi, avec bien évidemment mort obligatoire au passage et nouveau statut quo pour les X-Men, patient malade de ce crossover, alors que les Avengers en sortent pratiquement inchangés (pourquoi  modifier ce qui marche…)

Verdict : à éviter.

NOUVEAU MARVEL DELUXE : PUNISHER 1

PUNISHER 1Date de sortie : 11 MAI 2016

Prix :18,00 EUR,208 pages,

Scénario :Greg Rucka,

Dessin :Marco Checchetto

Épisodes : US Punisher 1-9 (2011) publiés précédemment dans les revues MARVEL KNIGHTS 1-6

Sollicitation : N’importe quel gangster de New York vous le dira : il y a bien plus dangereux que les super-héros ! Si vous êtes un méchant, que vous vous trouvez dans un entrepôt ou dans une ruelle sombre, faites attention, surtout si vous voyez se profiler l’ombre d’un crâne. Contrairement aux héros, le Punisher ne fait pas de prisonnier…

Avis : si les autres rééditions présentées par Panini sont hautement contestables, entre Avengers VS X-Men qui relève du bousin et le sang d’Apo qui est une insulte pour le bousin, en voilà une qui était attendue à juste titre et qui bénéficie avec sa ressortie en Deluxe d’une édition digne de sa très grande qualité, puisque l’éditeur ressort le run de Greg Rucka sur le Punisher.

Le personnage a connu de grands runs au cours des 15 dernières années et si celui de Garth Ennis reste insurpassable, celui de Greg Rucka reste dans la lignée des “putain, mais qu’est-ce que c’est bon !”. Mon scénariste chéri que j’aime d’amour reste particulièrement fidèle à la nature du Punisher en le représentant plus que jamais comme une sorte de force de la nature sans pitié. Un monstre de cauchemar pour le crime organisé, silencieux, ombre planant sur les criminels en permanence

Mais la grande force du récit de Rucka est qu’il parvient à rendre son histoire très personnelle pour le Punisher, avec l’introduction de nouveaux ennemis et surtout d’un nouveau personnage qui va rapidement marcher dans ses traces. Suite à un massacre intervenu au cours d’un mariage, résultat d’une bataille entre gangs, la seule survivante qui a perdu toute sa famille, va partir dans une quête de vengeance qui n’est pas sans rappeler celle d’un certain Frank Castle.

Bien évidemment, tout cela va mal finir pour la plupart des acteurs impliqués, que ce soit les deux inspecteurs spécialement crées par Rucka pour l’occasion, la nouvelle recrue du Punisher, ou Frank lui même. Un récit extraordinairement maîtrisé, magnifié par le boulot impeccable de Marco Checchetto, sombre à souhait, dont on peut regretter qu’il n’ait pas signé tous les numéros de ce run.

Verdict :   à posséder – une tuerie, dans tous les sens du terme…

MARVEL DELUXE : X-MEN – LE SANG D’APOCALYPSE

X-MEN – LE SANG D'APOCALYPSEDate de sortie : 11 MAI 2016

Prix :29,00 EUR,328 pages,

Scénario : Peter Milligan,

Dessin :Salvador Larroca

Épisodes : US Decimation : House of M 1 et X-Men (1991) 177-187, publiés précédemment dans les revues X-MEN (V1) 116-125

Sollicitation : Le plus terrifiant des ennemis des X-Men est de retour. Apocalypse a de nouveaux Cavaliers à ses côtés. Parmi eux, plusieurs mutants passés du côté obscur, dont Gambit. Suite et fin du run de Peter Milligan sur les mutants, après le MARVEL DELUXE : X-MEN- GOLGOTHA.

Avis : Panini aime donc nous faire rire et perdre de l’argent…Il y a deux mois, j’écrivais une assez longue chronique revenant sur le run de Peter Milligan sur les X-Men et notamment sur son arc catastrophique autour d’Apocalypse…et que voit-on débarquer cette semaine ???!!!!

Mais ce n’est pas tout, car outre cette purge sans nom que tous les scénaristes et lecteurs font tout pour oublier depuis 10 ans, Panini augmente la dose de merde à s’envoyer avec …les épisodes liés à Decimation !!! oui, ces ignobles épisodes là !!!

Pour rappel, suite à House of M, il ne reste plus que 198 mutants sur Terre et certains gros calibres comme Bobby Drake (Iceman) ou Polaris  ont perdu leurs pouvoirs. Seul problème…ben il semblerait que les scénaristes de la franchise mutante aient reçu la note de service sur l’issue d’House of M, la veille de la sortie de l’épisode !

En effet, on ne peut comprendre autrement la nullité absolue des séries X-Men post House of M, autrement que par le fait que tous les auteurs ont été pris au dépourvu, n’ont eu que quelques semaines, au mieux, pour mettre en place de nouveaux plans et éviter le mur planté par Bendis et Quesada devant eux…et sont finalement rentés dedans à 300 à l’heure, sans airbag ni ceinture.

Dans le cas de Peter Milligan l’urgence a été d’annuler une partie des conséquences du crossover, ainsi Iceman n’avait en réalité pas perdu ses pouvoirs, tout ça c’était dans sa tête ! mais si, mais si ! avant de lancer son histoire sans queue ni tête avec Apo. Ahhhh cette grande scène où Gambit accepte de devenir un cavalier d’Apo parce que Rogue l’a largué et qu’il s’est trompé de couloir (mince c’était à gauche les toilettes …et Apo !!!, mon pote comment ça va ???, mais bien sûr que je vais boire ton sang et devenir un de tes cavaliers !!!)…ahhhh que c’était épique…

Des épisodes merdiques de bout en bout, le pire du pire des années 2000 pour les séries mutantes. Pour vous donner un point de comparaison, je préférerais sans doute me retaper l’ensemble du run de Bendis sur les X-Men et les Avengers, plutôt que de relire ne serait-ce qu’un seul épisode de cette période…J’irais même jusqu’à lire du Chuck Austen plutôt que ça, c’est dire !

Verdict : à éviter / enterrer / oublier / maudire !!!

A propos Sam 2091 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

8 Comments

  1. ahahha: entre Milligan, Bendis, Fraction, Brubaker et Gillen, Austen, oui, pourrait être réhabilité. House of M est le point de chute des Xmen malgré une bonne idée de base.

    • Outre des questions de manque de vrais talents évidents, je pense qu’il y a aussi eu des erreurs de castings, de direction générale et de directives stupides sur les X-Men :

      – Fraction, outre son manque patent d’idées personnelles, il rencontrait également des obstacles posés par son staff edito qui a réquisitionné l’histoire principale de l’époque pour la placer dans la trilogie Messiah, donc impossible pour lui de toucher à la question de la survie de la race mutante en profondeur

      – Gillen, on l’a mis là sans doute en lui disant, fais ton possible et comble en attendant AvX

      – Austen, je pense qu’on était encore dans la phase où Marvel pensait que n’importe quoi avec X-Men dessus se vendait, donc ne s’en occupait pas des masses + une domination de la scène par Grant Morrison + un manque d’appétance de Quesada et consort pour la franchise qu’ils voulaient réduire à tout prix.

      – bendis : foutage de gueule, malgré de bonnes thématiques de bases…

  2. Austen avait quelque chose de grandiloquent dans sa nullité. Son run fait réagir : on déteste, on se marre, on se consterne, on s’interroge… Fraction et Gillen, on passe principalement notre temps à s’emmerder. Brubaker est légèrement au-dessus tout de même (j’assume avoir pris du plaisir sur l’arc dans l’espace avec les Shi’ars, c’était sans doute l’effet « post-Milligausten », on revenait de tellement loin…).

    • Pour Brubaker, je pense qu’il y avait de bonnes idées dans sa première saga (rise and fall of the shi’ar empire), mais trop allongée (12 épisodes) et un vilain unidimensionnel (vulcain) qui aurait du et pu être tellement meilleur.
      Au delà un bon gros bof et une erreur de casting, car d’une part, je pense que Brubaker a du mal avec les comics-books d’équipe, il sait gérer les ensembles autour d’une tête d’affiche mais rien de plus. Et d’autre part, je pense que les X-men de manière générale ne lui correspondait pas.

      • Sa saga sur les Shi’ars aurait eu une toute autre saveur s’il avait su caractériser correctement Vulcan, devenu depuis une vulgaire parodie de méchant mégalo vraiment très méchant.

        Fraction me parait un peu être dans le même cas que Brubaker, il sait écrire de bons titres solo (Punisher, Hawkeye…) mais se plante bien avec les équipes. Je pense également que son run sur Uncanny X-Men a été parasitée, il avait dit par exemple en interview qu’voulait réutiliser le personnage de Mulholland Black (un mutante dépossédée de ses pouvoirs) introduite dans la courte série The Order (où elle retrouvait artificiellement ses pouvoirs) alors qu’à ma connaissance elle n’a jamais pointé le bout de son nez dans un titre mutant.

  3. Je confirme le Punisher de Greg Rucka est à ne pas manquer ! Je les ai dans les MARVEL KNIGHTS mais vu qu’il y a 16 numéros et qu’à mon avis ce sera donc en 2 Deluxe je suis limite tenter de les reprendre dans cette belle édition…Quel choix difficile, monde cruel !!

    • On peut tabler sur trois Deluxe : il reste sept épisodes, le crossover « The Omega Effect » avec Daredevil et Avenging Spider-Man et la mini-série en cinq partie Punisher: War Zone qui sert d’épilogue à la série.

  4. comment faire comprendre à Panini que 100 pages à 13E c’est non quand la maison-mère propose 20 pages remplis de pubs sur du papier dégueulasse à 5E ?

Répondre à Bruce Lit Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.