Oldspoken : House of M

House of M

Nous inaugurons ici une nouvelle rubrique du site. Après les Unspoken, voici venir les Oldspoken (merci Steve pour le jeu de mot !). Nous traiterons donc des anciennes séries, de minis finies, d’arc qui ont bouleversés nos lectures, bref de tout ce qui est oldies. Sam avait déjà commencé par sa review Existence 2.0/3.0 mais la rubrique n’avait pas encore vu le jour, mais je sais déjà que Claire nous prépare quelques Oldspoken sur ses récentes lectures et moi-même, j’en ai quelques uns sous le coude. Nous procéderons, je pense, comme un Unspoken habituel, afin de ne pas trop te perturber, toi Grand Lecteur du site ;o) Place donc à House of M, un cross-over qui a pas mal perturbé les lecteurs ainsi que la continuité. House of M Crédits :

Scénario : Brian Michael Bendis

Dessins : Olivier Coipel

Encrage : John Dell, Scott Hana, Tim Townsend

La série : Parue en 2005 par la Maison des Idées et orchestré par Brian Michael Bendis, ce gros event se place entre le Avengers : Disassembled et Civil War. Une tripoté de Tie-In s’est présentée à nos bourses mais nous traiterons ici de la série principale, en 8 parties : The House of M.

L’histoire : Au début d’Avengers : Disassembled, la sorcière rouge, Wanda Maximof, a pété les plombs. Dans son délire, elle a tué Hawkeye et fait tuer pas mal de ses amis, dont la Vision. Elle a compris que ses enfants n’ont jamais existé et que son pouvoir peut faire de sacré ravage tout de même. Elle devient donc un vrai problème et Xavier convoque les Vengeurs et les X-Men afin de décider de son sort. Chacun se dispute le sort de la pauvre Wanda, d’un côté les Vengeurs veulent la sauver et de l’autre, les X-Men pensent qu’il serait préférable de l’envoyer ad patres.

La décision de l’occire est donc prise et une équipe fait route pour Genosha, dernier endroit où la Sorcière Rouge a été vue. Mais la, c’est assez bizarre, plus de Professeur X, plus personne en fait. Ils finissent par le localiser, et là, une grande lumière blanche apparaît…

C’est le début de notre histoire. Le monde de House Of M est bien différent de celui qu’on connait. Pas de X-Men, pas de Vengeurs, les mutants règnent en maître et la famille royale mutante est la famille de… Magnéto. Tout aurait pu très bien se passer, apparemment chacun est heureux. Logan est agent du SHIELD, Scott et Emma sont mariés, Peter Parker a épousé une Gwen Stacy non tombée d’un pont et a un petit gamin, Steve Rogers n’a jamais été congelé et est donc devenu un vieillard etc etc… Mais (ben oui, il y a toujours un mais), Logan se souvient, en se réveillant, de toute sa vie.

Mais forcément, il est le seul. Il part donc en quête de ses anciens coéquipiers et en arrivant chez Luke Cage (qui est devenu un mix entre Daredevil et le Caïd), il tombe sur une petite fille, Layla Miller, une mutante qui a  le pouvoir de faire recouvrer le souvenir de la réalité. Vu qu’ils n’ont aucune trace de Charles Xavier, ils décident d’aller voir Emma Frost, la plus puissante télépathe et, avec ses souvenirs retrouvés, ils mettent sur pied une équipe de super héros pour aller botter les fesses de la famille M. Pensant tout d’abord que tout cela est la faute de Magnéto, ils se rendent vite compte en lui rendant ses souvenirs, que c’est Pietro qui a forcé Wanda à modifier la réalité. On sait tous comment ça se termine. Magnéto tue Pietro, Wanda ressuscite son frère et prononce les mots fatidiques : Et là, c’est le drame. De plusieurs millions d’individus, la race mutante passe à … 198 ! Les mutants ne meurent pas, non, ils perdent juste leur pouvoir. Mais bizarrement, les X-Men sont pas trop touchés, hormis Bobby Drake, et Logan dans une autre mesure.

Alors, que penser de ce gros event ? Pour tout vous dire, je l’ai lu ce matin (la mini, je n’ai lu aucun Tie-In) et j’ai vachement bien aimé. On connaît tous les tenants et les aboutissants de cette série, les répercussions qu’elle a eu, mais découvrir en détail ce qu’il s’est réellement passé est un énorme plaisir. Brian Michael Bendis nous sert une histoire rondement menée, on voit qu’il tient tous ses personnages, aussi bien les Vengeurs que les X-Men. Mais bon soyons honnêtes, c’est un event qui aurait très bien pu se passer en 6 parties plutôt qu’en 8. Seuls les épisodes 1-2-3-7 et 8 sont primordiaux, le reste n’est que remplissage. On savait tous que Bendis est un adepte de la décompression et là, c’est flagrant.

Après un tel event, on est en droit de se demander quelles ont été les répercussions sur notre bonne vieille Terre 616.

Déjà du côté des mutants, nous sentons toujours l’impact actuellement. Néanmoins les effets d’un tel désastre ont été atténués car nous avons appris quelque temps après que le fameux chiffre 198 était en fait le nombre de mutants recensés et non le chiffre final, par contre, il n’y a plus aucune naissance de mutants.

De même pour Bobby, ses pouvoirs vont revenir car en fait, ce n’était qu’un blocage psychologique. Tout cela nous mènera au prochain gros event mutant à savoir Messiah Complex avec la naissance de Hope et de la survie de Cable.

Logan, quant à lui, à recouvré la mémoire et va se lancer dans sa plus grosse aventure, à savoir Wolverine : Origins.

Chez nos amis Vengeurs, le méga event Civil War va suivre cette tragédie. Nous connaissons tous également l’histoire du recensement, peut être que l’un d’entre nous y reviendra prochainement.

Peter Parker est encore plus dépressif qu’avant.

Wanda est portée disparue, on sent qu’elle va être l’objet de plusieurs quêtes, mais bizarrement, ça ne m’a pas marqué. Hormis Clint Barton qui va la retrouver et la laisser en paix, tout le monde a vite laissé tomber. D’après ce que j’ai pu glaner ici ou là, elle reviendra prochainement (ou c’est déjà fait) dans une des séries Avengers.

Dessins : Passons maintenant aux dessins d’Olivier Coipel. C’est la première fois ici que Marvel lui confie un gros event. Il avait jusqu’à présent collaboré à Avengers (#65-70, 77-78, 80-81) et il faut reconnaître que c’est magnifique. Même si en regardant ses travaux d’aujourd’hui (Thor pour ne citer que lui) on se rend compte qu’il a vachement progressé, on sait que la réussite de House Of M vient en grande partie de la qualité des dessins.

Le trio d’encreurs y est également pour beaucoup, mais Coipel, avec cette mini, installe son style et permet l’élaboration d’identités visuelles individuelles pour chacun de ses personnages. Honnêtement, je pourrais mettre ici beaucoup de page de la mini tellement c’est de la grosse mandale dans la tronche. On comprend mieux pourquoi Mister Coipel est arrivé à ce statut chez Marvel.

Avis : Vous l’aurez compris en lisant cet Oldspoken, j’ai vraiment aimé House Of M. Un event poignant, mené d’une main de maître par un Bendis en grande forme et mis en scène par un artiste qui s’est découvert au monde et qui a sublimé cette série. Même si on connait l’histoire « en gros », l’event vaut le coup d’être lu en entier. On le trouve pas très cher en TPB VO ici par exemple ou la. Jetez vous dessus !

Magnéto serait-il en réalité Juan Carlos I ?
A propos Nonö 101 Articles
Chroniqueur régulier ayant lui aussi un humour à deux balles, il participe principalement au site au travers des Unspoken, et fait également partie de l'organisation du Lille Comics Festival. Il a aussi un chapeau.

6 Comments

  1. Génial ce « Oldspoken », j’ai mis le TPB de la mini dans mon panier amazon il y a quelques jours et j’attendais un peu pour sauter le pas. Du coup, je suis pleinement convaincu maintenant.

    • Oula, ben, faudrait deja que je me les achète pr les lire ^^

      En ce qui me concerne, les prochains, ca sera des trucs un peu moins connus.

  2. Je viens de terminer ma lecture de la mini et j’ai trouvé ça très bien foutu. Le pire, c’est que je savais très bien à quoi ça aboutissait et pourtant, j’ai trouvé ça très prenant. De même que je craignais que ce soit beaucoup plus décompressé et finalement, ça avance quand même à un rythme soutenu pour du Bendis. À lire et à avoir.

  3. Je déteste Bendis. Un pitch complètement piqué a Age of Apocalypse. Des approximations comme jamais : tous les mutants perdent leurs pouvoirs sauf les Xmen ? ah !
    Et puis Bendis pose une question à laquelle il ne répond jamais : mais où est Charles Xavier ?
    Très bonne review tout de même et superbe avatar !

Répondre à brucetringale Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.