Unspoken VO : Uncanny X-Men 9

Crédits :

Scénario : Kieron Gillen

Dessin : Carlos Pacheco

Éditeur : Marvel Comics

Avis : il était une fois un titre écrit par Chris Claremont qui s ‘appelait Uncanny X-Men, il y un peu plus de 25 ans tout le monde lisait cette série parce qu’elle contenait des personnages incontournables, des histoires par centaines et un scénariste qui avait des choses à dire. Après son départ le titre a connu des hauts ( comme avec Scott Lobdell ) et des bas (Matt Fraction pour ne pas le citer, mais citons le quand même).

Le succès des X-Men restant important, Marvel continue de vouloir dupliquer en nombre les titres X-Men, sans vraiment faire semblant de s’intéresser à ce qu’ils mettent dedans. Nous avons la preuve de ce manque d’intérêt pour les titres pré établis avec le maintien depuis plusieurs années de scénaristes qui de manière objective ne sont pas très bons ou n’ont rien à dire sur ce titre et ces personnages. Le dernier en date, Kieron Gillen, ne fait pas exception à cette triste tradition. Cet épisode est à l’image des précédents : on s’ennuie ferme.

Scénario : la grande force des X-Men a toujours été ses personnages, si bien qu’à une époque les éditeurs pensaient que les scénaristes n’avaient pas grande importance, tant qu’ils mettaient les bons personnages en avant. Or voici un scénariste qui a à sa disposition parmi les personnages les plus intéressants, voire les plus fascinants de l’univers Marvel, avoir Magneto et Namor dans la même équipe sur le papier ça devrait le faire, et qui objectivement n’en fait rien ou les écrit de manière si peu attractive qu’on a envie de se pincer pour réaliser l’ampleur du désastre…

Le pitch de ce nouvel arc qui débute est une évasion des prisonniers du SWORD, organisation que Gillen ramène de manière régulière depuis qu’il a écrit une tentative de série régulière dessus. Pour être honnête au départ je pensais que ce nouvel arc allait permettre de mettre Illyana en avant, voire que le scénariste allait se servir de cette évasion pour créer un parallèle entre Magic et le vilain de cet arc alias Unit, très méchant monsieur qui aime pratiquer des vivisections..Sauf que j’ai du vite déchanter étant donné que de Magic il n’est question que 3 pages avant que le scénariste ne veille à mettre en avant le triangle amoureux Cylcope/Emma Frost/Namor (qui décidément a un truc pour les blondes..), dans une scène tellement ridicule que j’ai failli lâcher la lecture au tiers du bouquin.

Vous vous souvenez que j’avais dit que dans le précédent arc la race des Apex était tellement mise en avant que le titre aurait pu être rebaptisé Uncanny Apex, ben ici c’est pareil avec le méchant Unit. Plus de la moitié du bouquin lui est consacré si bien que l’on aurait pu appelé ça Uncanny Unit …

Je vais être direct, la série Uncanny nouvelle version ne m’a en rien démontré en 9 épisodes un quelconque intérêt. A quoi sert le titre, on peut se le demander. Si la série reste meilleure que lors du calamiteux run de Matt Fraction, on reste très en deçà de ce qu’on peut attendre d’une série censée être un des gros calibres de la maison des idées. Le qualificatif qui convient le mieux à cette série pour le moment est : ennuyeux.

Dessin : là par contre il y a du bon. Le problème de Pacheco sur le premier arc de Uncanny vol2 était la présence d’autres dessinateurs fill in qui essayaient sans réussir de copier son style. Là le monsieur est tout seul et on le retrouve en forme tant mieux. Il ne reste plus qu’à lui donner une histoire à la hauteur.

Liens Utiles :

– Site de Kieron Gillen

Note : 6/10 – Sans intérêt, vous pouvez passer vous ne ratez rien.

A propos Sam 2061 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.