Guide de lecture Comics VF : semaine du 8 octobre 2012

ANKAMA 

Butcher Baker 

Date de sortie : 11 octobre 2012

Sollicitation : Il fut un temps où Butcher Baker était le plus grand de tous les super-héros. De parties fines en orgies perpétuelles, il coule aujourd’hui des jours paisibles le cigare au bec et l’alcool à portée de main. Mais une ultime mission pourrait signer son retour en pleine gloire. Les commanditaires ? L’inusable Dick Cheney et Jay Leno, l’animateur télé. Objectif : faire sauter la « cage aux dingues », une prison de très haute sécurité où sont enfermés tous les super-vilains arrêtés par Butcher. Au volant de Liberty Belle, énorme camion hanté par l’esprit de sa femme décédée, Butcher Baker reprend donc du service, mais l’opération tourne mal et certains prisonniers s’échappent. Ils n’ont désormais plus qu’une obsession : se venger de Butcher…

Avis : Nouvelle édition comics par Ankama qui essaye d’investir cette niche du marché de la BD en France, le problème est que le dit marché est archi concurrentiel avec un sacré paquet d’éditeurs qui se disputent les titres les plus connus. Panini a Marvel, Urban DC et Vertigo, et Delcourt fait ses courses chez Image et Dark Horse. Etant donné que les séries les plus connues sont préemptées, on peut imaginer que la bataille est rude pour les acquisitions des séries Image qui marchent (et dont la réputation, de fait, traverse l’océan).

Ankama publie donc l’un des titres les plus zarbis sortis ces dernières années chez Image. Produite par Joe Casey et Mike Huddletson, elle laisse une large part au second degré, à l’humour, au sexe et à l’ultraviolence. En gros les bons vieux démons de la culture américaine. Comme d’hab presque Casey porte en fait un regard à la fois critique et admirateur vers la culture américaine : extrêmement riche, bordélique, contradictoire, n’ayant pas de problèmes avec la violence, mais aimant s’offusquer au premier téton venu.

Inutile de dire que de fait les auteurs semblent s’éclater à s’attaquer à à peu près tous les tabous possibles. Niveau histoire, l’Amérique rappelle un de ses héros les plus fous pour régler son compte à des pas beaux méchants. Si l’histoire, comme toujours avec Casey, n’est pas des plus simples à capter, oui car le pitch est simple mais l’exécution est assez confuse, le dessin est encore plus barré. On peut le dire aisément, Butcher Baker, dont j’avais parcouru le premier épisode, est une expérience visuelle à part entière, le dessinateur s’autorisant tous les délires les plus fous, les expérimentations les plus déjantées que ce soit au niveau du trait, de la représentation de l’action ou de la colorisation.

En somme Butcher Baker n’est pas une énième BD oubliée et rangée aussi tôt lue. Le titre divise c’est clair, y compris ces créateurs qui ont terminé le titre au 8e épisode dans des termes pas franchement amicaux (en gros ils vont partir en vacances ensemble…)

A voir si vous aimez les trucs hors normes et psychédéliques

PANINI COMICS  

100 % Marvel : Mystery Men

Date de sortie : 10 Octobre 2012

Sollicitation : Ce nouveau 100% Marvel explore un aspect différent de l’univers des super-héros, en dévoilant de nouveaux héros « pulp » des années 30. Cette saga complète se situe dans la droite ligne de la collection Marvel Noir, mais au lieu de réinventer les principaux héros Marvel, l’auteur des best-sellers, David Liss et Patrick Zircher, ont créé de nouveaux personnages. Une histoire complète, au parfum rétro enivrant.Épisodes : Mystery Men 1-5

Avis : difficile de donner un avis sur ce 100% car je n’ai littéralement aucune idée de ce que c’est ! je ne savais même pas que Marvel l’avait publié. Il me semble que le scénariste, David Liss, est celui qui a officié sur le Black Panther récemment et il s’est taillé une bonne réputation sur ce titre, et Patrick Zircher est un vieux routard au style toujours très efficace que l’on ne voit pas assez à mon goût.A tester sur pièce.

Oméga l’inconnu

Date de sortie : 10 Octobre 2012

Épisodes : Omega the Unknown 1-10

Sollicitation : Nous vous proposons l’une des séries les plus atypiques de Marvel, dans laquelle le romancier Jonathan Lethem, assisté de Karl Rusnak, réinvente un concept imaginé par Steve Gerber (le créateur d’Howard the Duck) dans les années 70. Sublimée par l’univers graphique étrange de Farel Dalrymple, cette saga raconte l’histoire de Titus, un jeune orphelin tentant de surmonter la mort de ses parents, dans un monde peuplé de robots et de super-héros déjantés. Il ignore encore qu’il a un destin commun avec un héros venu d’une autre planète, Oméga. Ensemble, ils vont affronter la menace du super-héros local, le Vison, et d’un virus nano-technologique qui menace la ville. À ne surtout pas manquer !

Avis : même avis que sur Mystery Men, je connais vaguement de nom cette mini série Omega l’inconnu mais cela ne va plus loin que cela, d’autant que le nom du scénariste m’est totalement inconnu…

Marvel Deluxe : Secret Warriors Tome 2

Date de sortie : 10 Octobre 2012

Épisodes : Secret Warriors 11-19 ; Siege : Secret Warriors 1 ; Strange Tales (1951) 135-136 (Fury)

Sollicitation : Voici la suite de l’une des plus passionnantes séries Marvel dans le genre espionnage. Vous assisterez au réveil du Léviathan, à la dernière chevauchée des Howling Commandos et à la colère du dieu de la peur suite aux événements de Siege. En bonus : deux épisodes racontant les origines de Nick Fury signés Stan Lee et Jack Kirby.

Avis : Suite de la réédition en deluxe de l’un des premiers travaux de Hickman chez MARVEL, à savoir Secret Warriors. Lancé à la suite de Secret Invasion, le titre qu’en réalité on pourrait aisément renommer Nick Fury et ses Secret Warriors, traite d’une équipe secrète montée par Fury après qu’il ait été désavoué par le SHIELD à la suite de Secret Wars. Chacun des éléments de cette unité est l’enfant d’individus à pouvoirs de l’univers Marvel qui étaient au mieux des seconds couteaux, par exemple le fils du Dr Druid…

Le titre relate leur confrontation avec l’Hydra, un classique mais à la sauce Hickman, donc il faut s’attendre à des twists assez fous de manière régulière, des changements de rythmes narratifs parfois déconcertants voire une dérive dans le traitement des personnages, car à un moment Hickman, notamment dans ce tome introduit, un très grand nombre de nouveaux personnages, si bien que parfois il est difficile de suivre. Comme je l’ai indiqué, parfois la narration n’est pas non plus des plus évidentes et n’aide pas vraiment le lecteur à s’y retrouver. Je me souviens ainsi que la lecture mois par mois était parfois assez rude, une réédition en Deluxe est donc la bienvenue.

Comme souvent avec Hickman on va dire qu’il s’agit à d’une lecture exigeante qui demandera à son lecteur un minimum d’investissement s’il veut arriver à suivre. Si la série a de nombreuses, très nombreuses qualités, j’ai parfois l’impression qu’elle a avant tout servi de crash test pour Marvel et Hickman. A savoir que Marvel sentait le potentiel du scénariste mais savait qu’il n’était  pas encore prêt à reprendre en main un de leurs grands titres et lui a donc confié cette série pour qu’il se fasse les crocs, tandis que pour Hickman le titre qui était assez peu exposé lui a permis d’expérimenter des choses. Au final le titre est ce qu’il est, imparfait mais supérieur à nombre de comics Marvel.

Le plus ironique dans l’histoire est que lorsque le titre fut lancé, Bendis prêta son nom comme co-scénariste, bien qu’en réalité son rôle était nul, pour attirer l’attention des lecteurs. Quelques année plus tard, non seulement Hickman reprend les titres Avengers derrière Bendis mais c’est son  nom qui fait vendre…

Marvel Select : Wolverine – Ennemi d’Etat

Date de sortie : 10 Octobre 2012

Épisodes : Wolverine (V3) 20-31

Sollicitation : Vous nous l’avez réclamé à cor et à cri ! Voici les inoubliables épisodes Wolverine 20 à 31 de Mark Millar et John Romita Jr, soit les deux sagas Enemy of the State et Agent of S.H.I.E.L.D. Que se passe-t-il quand les ennemis de Wolverine prennent possession de l’esprit du mutant et le forcent à combattre ses amis super-héros ? La réponse dans plus de 300 pages palpitantes !

Avis : En ce mois d’octobre Panini nous présente la nouvelle réédition d’un de ses plus grands succès, et une histoire assez importante pour le personnage, à savoir Wolverine : Ennemi d’Etat. Revenons quelques années en arrière, Mark Millar bosse encore pour Marvel et nous autres pauvres lecteurs faibles et influençables sommes encore nombreux à lire et aimer ce que fait le bonhomme (oui mais j’étais jeune à l’époque, une erreur de jeunesse on va dire). A l’époque Marvel  décide de secouer son personnage majeur, puisque ça fait 20 ans qu’on le voit partout, tout le temps, en le confiant entre les mains de Millar qui a déjà prouvé qu’il savait écrire le personnage (notamment sur Ultimate X-Men).

Le pitch de la saga qui va s’étaler sur 12 numéros : Wolverine est tué,  ressuscité par la Main, et transformé en assassin… enfin en leur assassin… enfin pour être clair il tue pour la Main parce qu’on lui a lavé le cerveau. Assez vite la saga devient une sorte de Wolverine VS the Marvel Universe, puisque chaque épisode est l’occasion de confronter le mutant à un ou plusieurs personnages bien connus de l’univers Marvel et à peu près tout le monde va y passer. On pourrait penser que le titre se calmerait une fois Wolverine revenu dans le camp des gentils, euhhh enfin disons revenu dans le camp qui n’est pas la Main, sauf qu’alors ça devient un festival où Logan se met à zigouiller par milliers les membres de l’organisation.

L’ensemble est dessiné par un John Romita Jr bien plus inspiré, du moins sur les débuts de l’arc, que ce qu’il a pu pondre récemment (cf AvX qui a fait mal aux yeux à beaucoup de gens). Comme tout travail de Millar, il y a du bon et du mauvais. L’idée en elle même est bonne mais est beaucoup trop longue, 12 épisodes parfois un peu gratuits et l’histoire tourne quelque fois au grotesque Millarien assumé. Mais au moins il a su faire ce que peu ont réussi ces dernières années, à savoir introduire un adversaire vraiment à la hauteur de Logan avec le personnage de Gorgone qui n’est pas un ennemi jetable.

A noter, apparemment ce Marvel Gold ne contiendra pas l’épisode spécial réalisé par Millar et Andrews et inspiré d’une idée de Will Eisner qui voit Logan dans un camp de concentration durant la seconde guerre mondiale. On pourrait se dire qu’une histoire pareille pourrait être déplacée, ou que Millar ne dispose pas de la finesse nécessaire pour un tel sujet, pourtant le traitement est particulièrement bon, avec un Logan silencieux de bout en bout que les nazis ne parviennent pas à tuer malgré tous leurs efforts et qui de fait renverse la situation bourreau/victime et ce sans sortir ses griffes.

Le fait de publier l’ensemble de la saga en Marvel Gold est une bonne idée de Panini, on ressent ainsi moins le fait que selon moi ces arcs sont trop longs et on apprécie beaucoup plus la lecture de ce qui reste du bon Millar.

Conseillé. (sauf si comme moi vous l’avez acheté en Deluxe, dans ce cas faites la queue pour aller chez le proctologue)

Marvel Omnibus : Actes de Vengeance

Date de sortie : 10 Octobre 2012

Épisodes :  Avengers Spotlight 26-29 ; Amazing Spider-Man 326-329 ; Spectacular Spider-Man 158-160 ; Web of Spider-Man 59-61 ; Avengers 311-313 ; Captain America 365-367 ; Quasar 5-7 ; Iron Man 251-252 ; Avengers West Coast 53-55 ; Thor 411-413 ; Cloak & Dagger (1988) 8-9 ; Avengers Annual 19 (III)

Sollicitation : Un jour, les plus grands criminels de l’univers Marvel ont uni leurs forces et ont échangé leurs adversaires pour les anéantir sans pitié ! Voici Actes de Vengeance, l’un des premiers crossover Marvel mis en scène par l’élite artistique de l’époque et qui accueille tous les héros Marvel les plus populaires. Une édition magnifique qui contient beaucoup d’épisodes jamais publiés en France !

Avis : Il y a quelques mois Steve et Bunny avaient interviewés Jeremy Manesse sur ses différentes activités (comics et hors comics) et il avait évoqué à un moment son travail en cours sur le crossover Actes de Vengeance. Il serait plus adéquat de parler du monstrueux crossover Actes de Vengeance puisque l’omnibus publié compte quelque 750 pages et des poussières. Donc déjà je crois que l’on peut adresser nos voeux de bons rétablissements à M. Manesse pour être ainsi arrivé au bout (à titre personnel, j’aurai craqué au milieu du premier épisode et me serait fait sauter le caisson).

Donc bravo, encore une preuve que la volonté humaine peut arriver au bout de tout …

Sur le fond kesako Actes de Vengeance, alors je sais que cela va en surprendre beaucoup mais dans les années 90 pour faire des ventes Marvel faisait des crossovers, oui je sais quel choc ! sauf que c’était le Marvel des années 90, pas le gentillet des années 2000. Au début des années 90, marvel s’était lancé dans une politique d’expansion et de publication à outrance. Vous trouvez qu’avec ses 60/70 publications par mois Marvel en fait trop, sachez qu’au début des années 90 Marvel publiait près de 150 titres par mois. Maintenant imaginez un crossover qui s’étale sur une grande partie de ses séries et vous aurez une vague idée du mastodonte que représente ce crossover. Au niveau de l’histoire, il est difficile de faire plus complexe, les plus grands vilains de l’univers Marvel en ont marre de se prendre raclée sur raclée et décident de s’associer et de lancer un assaut généralisé sur nos bons héros.

Le crosover en question a laissé tellement de traces dans l’histoire que je n’ai appris son existence qu’il y a peu de temps, en fait juste avant le début de Dark Reign, car de nombreux observateurs notaient l’étonnante similarité d’idées entre les deux, notamment ce concept d’association entre les plus grands vilains. Bien que je pense que Bendis cherchait avant tout à présenter l’équivalent obscur de ses Illuminati et pas vraiment de faire Actes de Vengeance 2. De fait dans le contexte actuel et au vu du prix du bouquin (66€), je pense que c’est à réserver aux fans purs et durs qui ont les moyens.

Best of Marvel : Avengers  West Coast

Date de sortie : 10 Octobre 2012

Épisodes : Avengers West Coast 42-50

Sollicitation : Retrouvez les neuf premiers fabuleux épisodes du cycle de John Byrne, parus à la fin des années 80, avec l’inoubliable aventure intitulée Vision Quest. Vous suivrez les tribulations de la Vision, vous assisterez aux débuts de la Sorcière Rouge jusqu’à son coup de folie qui l’a conduit à anéantir les Vengeurs. Enfin, vous assisterez au retour de la Torche originale, Ultron et à l’entrée en scène des Vengeurs des Grands Lacs.

Avis : si la sollicitation Panini est quelques peu mal rédigée (mais bon qui suis-je pour critiquer ?), il faut tout de même souligner l’importante du run de John Byrne sur le comic-book West Coast Avengers. C’est bien simple c’est dans ces épisodes que l’on va trouver nombre des bases des histoires élaborées par Brian Michael Bendis presque 15 ans plus tard. C’est ici, notamment, que Wanda va démontrer ses premiers vrais signes d’instabilité mentale exploités plus tard par Bendis dans Disassembled.

En fait à la lecture de ces épisodes on comprend que contrairement à ce que l’on pouvait imaginer en 2004 en lisant le premier arc de Bendis sur le titre, son histoire de Sorcière Rouge qui perd la boule ne vient en fait pas de nulle part, qu’il ne s’agit pas d’un simple deux ex machina bien pratique utilisé pour mettre fin à la période classique des Vengeurs et entrer dans l’ère des New Avengers. Donc oui en fait Bendis connaissait ses classiques !

C’est un peu là le problème, si Bendis se souvenait bien de cette ère des West Coast Avengers, peu de lecteurs ont des souvenirs très précis d’un titre qui était alors loin d’être le porte drapeau de Marvel. Noyé dans la nuée de séries publiées par Marvel à cette période, la série souffrait aussi du déclin de la franchise Vengeurs, alors en voie de se faire complètement dépasser par les X-Men qui allait outrageusement dominer les années 90.

Il s’agit donc d’une excellente initiative de la part de Panini de republier des épisodes de cette série, on espère que l’on verra la suite du run de Byrne d’ailleurs, qui révéleront à pas mal de lecteurs une période mal connue de l’histoire des vengeurs.

100 % Fusion Comics : Elric

Date de sortie : 10 Octobre 2012

Sollicitation : La sortie de ce titre est une excellente nouvelle pour les amateurs de Conan et les fans de l’auteur de SF Michael Moorcock. Le personnage d’Elric, créé par Moorcock et apparu dans la série Conan the Barbarian dans les années 70, revient sur le devant de la scène grâce aux studios Boom! et à la série événement The Balance Lost. Dans cette saga réalisée par Chris Roberson et Francesco Biagini, Elric cherche à rétablir l’équilibre du multivers avant que celui-ci ne s’effondre. Il sera aidé par deux autres créations de Moorcock : Corum et Hawkmoon.

Avis : je ne connais pas du tout, mais alors vraiment pas donc je me contente de signaler la sortie.

Doktor Sleepless Tome 2 

Date de sortie : 10 Octobre 2012

Épisodes : Doktor Sleepless 5-8

Sollicitation : Dans ce nouvel album le bon docteur a pris le contrôle des ondes à Heavenside, un lieu où les mutations étranges se multiplient, et où le bulletin nocturne du Doktor Sleepless est devenu le seul rempart contre la peur. Mais se peut-il que Sleepless soit lui-même à l’origine des maux des citoyens ? Que cherche-t-il vraiment ? Et pourquoi est-ce que tout le monde l’aime sauf ceux qui le connaissent vraiment ? Une BD à l’ambiance résolument cyberpunk !

Avis : Pas de doute quand on se lance dans la lecture de ce comic-book c’est bien du Warren Ellis : personnages cinglés, réflexion sur la science et bien entendu concepts de fou furieux alcoolisé sous acide, tous les ingrédients sont là.

Alors pourquoi la lecture du premier tome fut aussi désagréable ? une réponse : la traduction. Encore une fois on se rend compte, surtout avec un auteur comme Ellis dont les dialogues sont souvent extrêmement bien pensés, que la traduction est un élément essentiel de tout bouquin en VF qui peut vous flinguer un bon comic-book Ainsi il m’est arrivé à de nombreuses reprises de devoir relire encore et encore le même passage car la trad n’avait tout simplement aucun sens ni rapport avec la scène présentée.

Si l’on dépasse ce désagrément et comme je l’ai dit, sur le fond c’est du pur Ellis. Donc si vous êtes comme moi un fan inconditionnel vous allez vous procurer ce second tome, et ronger votre frein si la traduction fait encore mal aux yeux et au cerveau !

A propos Sam 2070 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

2 Comments

  1. Je crois qu’il y as une erreur dans le titre.
    On est en Octobre, pas en Décembre ^^’

    Sinon, c’est tout bon le guide de lecture =)   

    • Merci pour la rectif Red-Mage… c’est Sam qui était dans une faille spatio-temporelle… toujours en avance sur son temps celui là :p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.