Guide de lecture Comics VF : semaine du 18 mai 2016

DELCOURT COMICS

HELLBOY TOME 15 – HELLBOY AU MEXIQUE

HELLBOY 15 C1C4.inddDate de sortie : 18 mai 2016

Prix : 15,95 €/

Scénario : Mike Mignola

Dessin : Mike Mignola, Richard Corben, Fabio Moon & Gabriel Bà

Sollicitation : Cet album revient sur une période « oubliée » de la vie de Hellboy. Mike Mignola rassemble la crème des auteurs de Comics – de corben à McMahon, en passant par les frères Moon et Bá – pour conter cette épique aventure Mexicaine. Caramba !

Avant de mourir et d’atterrir au fin fond des Enfers, Hellboy a beaucoup voyagé, en tant que membre du B.P.R.D. ou en solo. En 1956, il enquête au Mexique sur une série de meurtres… et disparaît pendant cinq mois. Il déclara ensuite ne se souvenir de rien. Pourtant, des luchadores chasseurs de vampires, une momie aztèque, des sorcières et des fantômes… et le monstre de Frankenstein croisèrent sa route.

Avis : en attendant que Mike Mignola achève son Hellboy in Hell (plus que deux numéros à sortir aux USA à priori selon les dernières informations…), Delcourt reprend la numérotation normale de la série Hellboy avec des récits un peu particuliers, secondaires sans grand lien avec le fil rouge le plus important de l’histoire du personnage.

Dans le dernier tome, l’éditeur nous a ainsi sorti des épisodes crossovers avec d’autres franchises, comme Batman ou Starman, cette fois, nous revenons sur un épisode perdu du passé du personnage, où Hellboy s’était un peu paumé au Mexique pendant quelques mois…Il faut dire que le Mexique, c’est grand…

C’est d’ailleurs à cette occasion, que le personnage a rencontré Frankenstein, dont Delcourt a publié la mini série liée…il y a quelques semaines. Bien évidemment la chronologie de publication est assez étrange, mais on ne va pas non plus se plaindre d’avoir plus de Mignola sous le coude. J’ai par ailleurs vaguement entendu parler de ces épisodes, en raison de l’affection de Mignola pour histoire et son désir d’y revenir éventuellement. En tout cas, cela sent le délire à plein nez et on peut deviner que l’auteur s’est fait plaisir…

Verdict : à lire.

GLENAT COMICS

THE GONERS

GONERSDate de sortie : 18 mai 2016

Prix : 16.95 €/192 pages

Scénario : Jacob Semahn

Dessin : Jorge Corona

Épisodes :

Sollicitation : Les héros meurent. Mais les légendes sont éternelles.

De la colonisation de l’île de Roanoke jusqu’à la guerre froide, la célèbre famille Latimer a été l’ultime rempart de l’humanité contre les horreurs paranormales. Cette lutte a duré des siècles… mais s’interrompt cette nuit. Un frère et une sœur mal préparés vont devoir élucider le meurtre de leurs parents tout en tentant d’échapper aux implacables abominations qui les traquent sans relâche.

Créée par Jacob Semahn et Jorge Corona, la série Goners est une lettre d’amour à l’entertainment des années 1980 – entre les Goonies et Retour vers le futur – illustrée avec dynamisme par un dessin dans la lignée d’Humberto Ramos (Fairy Quest). Mais le monde des Latimer est aussi riche d’une histoire et d’un folklore que l’on n’a pas l’habitude de voir. Oubliez les sorcières, vampires et autres loups-garous… découvrez les Bakaaks mangeurs de foies et les Chenoos des régions rocheuses du Midwest !

Avis : pas vraiment d’avis sur le fond, car je ne connais pas du tout ce titre…comme je m’en rends compte une bonne partie des sorties Glénat Comics… Mais le pitch est intéressant, et légèrement différent de ce qui sort en ce moment sur la scène comics. A tester donc, en espérant que tout comme moi vous disposiez d’un librairie qui n’est pas dérangée par le fait que vous lisiez / consultiez les bouquins dans les stands…principalement parce que vous lui laissez des sommes indécentes chaque mois…

Verdict :  à tester

PANINI COMICS

SELECT FUSION COMICS : THE BOYS 3

THE BOYS 3Date de sortie : 18 mai 2016

Prix :20,50 EUR/352 pages

Scénario :Garth Ennis,

Dessin :Darick Robertson

Épisodes : US The Boys 31-38 et The Boys : Herogasm 1-6, publiés précédemment dans les albums 100% FUSION COMICS : THE BOYS 8-10 ou dans le DELUXE FUSION COMICS : THE BOYS 3

Sollicitation : Suivez les tribulations des P’tits gars à travers trois récits mordants. Vous assisterez à l’Hérogasme, où tous les super-héros du monde se rassemblent pour l’événement de l’année. Puis les P’tits Gars feront face à la vengeance des surhumains, tandis que la Crème, le Français et la Fille dévoileront leurs origines. De nombreux bonus complètent le programme.

Avis : suite de la nouvelle réédition de la série  The Boys chez Panini. Et si en général, j’aurais tendance à faire quelques commentaires désobligeants sur le fait que l’éditeur a publié 3 fois ce titre en quelques années, je vais ici m’abstenir. Mieux que cela, étant donné la qualité de la série  je vais même plutôt encourager tout lecteur qui n’aurait pas encore donner sa chance à la série de Garth Ennis de foncer. D’autant plus que Panini propose cette réédition à un prix plus qu’abordable.

En effet, même si le propos de départ était passablement crasseux, trash et assez bourrin, le scénariste, fidèle à son habitude, a su en tirer un récit profondément humain et touchant. Comprenons nous bien, de toute évidence, Ennis a pris ici un grand plaisir à enfouir le genre super-héros dans un tas de merde, à le confronter de manière assez “directe” à ses contradictions comme la représentation de la violence et surtout des personnages féminins ou encore sa tendance à proposer des solutions simplistes à des problèmes foutrement complexe,  le tout enrobé de personnages plus amoraux les uns que les autres.

Mais au final c’est avant tout le parcours de Hugie que l’on suit dans ce monde où il a perdu tous ses repères, petit frère “vierge” du sanglant Butcher qui l’introduit dans ce monde bien particulier, et au final véritable conscience d’un groupe de psychopathes plus abîmés les uns que les autres censés policer des individus à pouvoirs encore plus cinglés qu’eux (quoique pour la fille j’ai des doutes sur le fait que l’on puisse trouver plus cinglé…).

Si bien que très vite au delà des affrontements sanglants entre les Boys et les super, des révélations plus trash les unes que les autres sur les activités passées ou le présentes des super slips, c’est avant tout l’histoire de Hugie avec Annie qui va devenir le coeur du récit. Une histoire compliquée, comme souvent avec Ennis, qui malgré son contexte fantastique revêt comme toujours avec cet auteur un caractère authentique véritable.

Dans ce tome, que font les super-héros lors des crossovers, réponse très Ennisienne : des orgies ! et les origines détaillées des Boys (sauf Butcher qui a droit à sa propre mini). Nous autres français retiendrons en particulier celle du “français”, véritable délire complètement déjanté (et sans doute fantasmagorique, à savoir complètement inventée par le personnage) qui se moque à la fois de nous et de tous les clichés qui existent sur notre pays…

Verdict : à posséder

URBAN COMICS

JUSTICE LEAGUE UNIVERS HS 1

justice-league-univers-hors-serie-1-39681-270x410Date de sortie : 20 mai 2016

Prix : 5.9€/

Épisodes :  US JLA CLASSIFIED #4-9

Sollicitation : Un récit complet de la Justice League par intérim : La LIGUE DE JUSTICE INTERNATIONALE !

Les membres tous plus loufoques les uns que les autres de la Ligue de Justice Internationale essaient tant bien que mal de renouer avec leur gloire d’antan. Mais dans ce magazine, servi avec le même humour décapant que le JUSTICE LEAGUE SAGA HS 2, qui le précède, Keith GIFFEN, J. M. DeMATTEIS et Kevin MAGUIRE font intervenir Guy Gardner, anciennement Green Lantern, qui risque de donner du fil à retordre à une équipe qui n’est pas prête d’inventer l’eau tiède.

Avis : la vie est belle, les oiseaux chantent, le ciel est bleu, tout cela car nous avons droit à la suite de la mini série Justice League qui avait agité nos zygomatiques dans le Justice League Saga HS 2. Les auteurs restent les mêmes, avec les géniaux Keith Giffen et J.M.Dematteis au scénario et l’incroyable Kevin Maguire au dessin, et la formule reste identique alors que nous suivons notre Justice League du pauvre dans de nouvelles aventures et que Guy Gardner vient dire coucou à ces anciens collègues !

Humour, situations loufoques et beaucouuuup plus d’action au programme alors que les relations passées entre les personnages donnent lieu à des retrouvailles parfois houleuses parfois remplies d’émotion, des révélations détonantes et cette fois bien plus d’action, bien qu’elle reste toujours dans le camp “bien cinglé”.  Mon seul regret, que Urban ait sorti ces mini séries avant de commencer à publier la Justice League Internationale produite par ces auteurs dans les années 80 et qui est annoncée pour septembre prochain, car je suis persuadé qu’il y a beaucoup de références qui nous échappent…

Mais il est aussi possible que nous ayons droit à la JLI, uniquement parce que Urban a testé avec succès cette équipe avec ces mini séries…donc ne nous plaignons pas trop, car très sincèrement, il y a encore un an ou deux, je doutais fortement qu’Urban se lance un jour dans une telle entreprise d’édition sur cette formation légendaire de la ligue. Peu connu en France, le run de Maguire et Dematteis a pourtant était une prestation majeure dans le DC en reconstruction de la fin des années 80 et a défini une bonne partie du statut quo de cet univers à cette époque.  Donc vous allez me faire plaisir et me suivre dans l’achat compulsif et immanquable de ce numéro !

Verdict : à posséder

BATMAN AND ROBIN ETERNAL TOME 1

BATMAN & ROBIN ETERNALDate de sortie : 18 mai 2016

Prix : 22.5€/296 pages

Scénario : Scott Snyder &

Dessin : Tony Daniel &

Épisodes :  #1-12

Sollicitation : Il y a cinq ans, Batman et Robin mettaient un terme aux agissements de Mother, une redoutable trafiquante. Aujourd’hui, les séquelles de cette affaire refont surface, mais les deux justiciers ont, depuis, bien changé. Dick Grayson est devenu Nightwing, puis l’Agent 37 de Spyral. Quant à Bruce Wayne, il a disparu suite au dernier assaut du Joker. Dick Grayson et les autres acolytes du justicier vont devoir se charger de reprendre le flambeau.

Avis : une série hebdo sur Batman s’achève…et une autre commence ! et les dernières nouvelles venues des USA nous laissent penser que le rythme ne va pas vraiment se calmer puisque outre une nouvelle série Batman,  plusieurs des titres historiques, comme Batman et Detective Comics vont passer à un rythme bi-mensuel…Bref, nous allons continuer à avoir notre dose de chauve-souris…

Pour l’occasion, nous avons cette fois droit à une série hebdo plus courte, et donc plus condensée, avec seulement 24 épisodes publiés chez nous en deux tomes, qui revient un peu sur l’association Batman & Robin. Le nombre moins important d’épisodes est sans aucun doute un choix de l’éditeur pour tenir compte d’une des critiques adressées vis à vis dela série Batman Eternal, Si elle contenait de nombreuses bonnes idées, la série avait souffert de trop nombreuses longueurs afin de pouvoir remplir ses 52 épisodes.

Les auteurs profitent ici de la mise en retrait de Bruce Wayne, pour explorer quelques secrets bien sombres que le héros se serait gardé suite à sa rencontre passée avec une ennemie du nom de Mother. J’ai lu les premiers épisodes, et si je n’ai guère été emporté par le récit, il se révèle sur le fond efficace, sinon classique. Mais son principal atout est sans conteste le fait de ramener plusieurs têtes connues dans la Bat-Family.

En effet on a souvent pointé du doigt le fait qu’à l’occasion du New 52, un grand nombre de personnages secondaires avait disparu dans les limbes sans donner de nouvelles ni même d’envoyer de cartes à noël. Les auteurs en étaient les premiers conscients et avec le poids toujours plus grands de la franchise Batman et la nécessité de nourrir la machine en permanence, le retour de certains personnages appréciés s’imposait à terme.

Verdict : à lire

EARTH 2 TOME 5

EARTH 2Date de sortie : 20 mai 2016

Prix : 28€/376 pages

Scénario :

Dessin :

Épisodes : NEW52 Earth-2 : World’s End #14-26 + NEW52 Earth-2 #30-32

Sollicitation : La dernière heure est venue pour les habitants et les héros de Terre 2 : leur dimension est devenue le « terrain de jeu » de Darkseid et de ses troupes et celui-ci est bien décidé à ne laisser aucun surhomme lui entraver la route. Que va-t-il arriver aux derniers résistants de cette dimension parallèle ?

Avis : au vu de critiques absolument apocalyptiques, et qui ont laissé entendre que DC tuait ici une de ses meilleures réussites, j’ai personnellement fui, avec quelques  regrets parce que Earth 2 s’était démarquée par sa qualité jusque là,  ce machin…je vous encourage à faire de même et à garder votre argent.

Verdict : à éviter

GRAYSON TOME 2

GRAYSONDate de sortie : 18 mai 2016

Prix : 19€/208 pages

Scénario : Tim Seeley & Tom King

Dessin : Mikel Janin

Épisodes : Grayson #9-14 + Annual #2

Sollicitation : Grayson n’est pas sorti d’affaire pour autant. Il doit désormais annoncer à ses anciens alliés, dont Robin et Batgirl, qu’il a survécu au Règne du Mal du Syndicat du Crime. Il va également croiser la route du premier des super-héros : Superman !

Avis : second tome de ce qui demeure une des meilleures surprises de ces derniers temps chez DC, avec la suite de la série Grayson présentée dans ce tome. Une série très surprenante, tant en termes d’histoires que de narration, alors que dans le premier tome, les auteurs ont privilégié, à mon grand bonheur des histoires en un épisode, si bien que sur un seul tome, nous avions énormément de choses à lire.

Par ailleurs, les auteurs ont su trouver un bon équilibre dans le titre entre histoires sombres et moments plus légers, notamment accès sur la mise en avant du …physique avantageux du héros…La variété des histoires a aussi surpris, comme l’aisance avec laquelle les auteurs ont réussi à intégrer le personnage de Dick Grayson dans l’organisation Spirale sans qu’il fasse tâche, tout en maintenant un lien même ténu avec la Bat-Family.

Au regard de la sollicitation, il semblerait que cette fois nous revenions vers des épisodes plus liés au reste de l’univers DC, alors que Dick doit révéler sa survie au reste de la famille + un caméo de Superman dans le lot. Le titre prend par ailleurs une importance particulière, depuis que l’on sait que Tom King, le co-scénariste du titre qui monte aux USA,  va reprendre le titre Batman dans quelques mois après Scott Snyder.

Verdict : à lire

CINEMA

X-MEN APOCALYPSE

X-Men apoDate de sortie : 18 mai 2016

Réalisateur : Brian Synger

Synopsis : Depuis les origines de la civilisation, Apocalypse, le tout premier mutant, a absorbé de nombreux pouvoirs, devenant à la fois immortel et invincible, adoré comme un dieu. Se réveillant après un sommeil de plusieurs milliers d’années et désillusionné par le monde qu’il découvre, il réunit de puissants mutants dont Magneto pour nettoyer l’humanité et régner sur un nouvel ordre. Raven et Professeur X vont joindre leurs forces pour affronter leur plus dangereux ennemi et sauver l’humanité d’une destruction totale.

Avis : vous vous remettez à peine de l’excellent Captain America : Civil War, vous avez encore en bouche le goût amer laissé par Batman Vs Superman, et bien faites de la place dans votre cerveau, car voici venir encore un nouveau blockbuster super-héros !!! avec cette fois la conclusion de la dernière trilogie en date consacrée aux X-Men.

L’objectif de base de cette nouvelle série de films était sans conteste à la base de reconstruire la franchise sur des bases plus saines et plus maîtrisées…et surtout de faire oublier à tous le plantage d’X-Men 3. Pour l’instant, pari réussi, puisque la franchise a récolté depuis X-Men First Class, les critiques ont été bien meilleures…comme le box office, puisque Days of Future Past reste le plus gros succès de la franchise à ce jour.

Et comme toute conclusion de trilogie qui se respecte, le cahier des charges est clair : faire plus gros, plus impressionnant avec des enjeux sans précédent. A priori, Singer a respecté les conditions imposées en amenant Apocalypse dans l’histoire…Mais ce ne sont personnellement pas là que se portent mes attentes. En effet, à titre personnel, je reste assez dubitatif sur cette relance inaugurée par First Class.

Car oui, si First Class fonctionne comme film, comme film des X-Men…j’ai beaucoup de problèmes avec. En commençant au départ par la relation Mystique/Xavier (avec une première scène de rencontre d’un ridicule à pleurer), ou encore la mort de Darwin que j’ai encore en travers de la gorge, en passant par le fait que Havoc est désormais l’aîné de Cyclope ou encore la caractérisation de Mystique.

Les atouts de cette trilogie sont sans conteste James McAvoy qui donne enfin de l’épaisseur à un Xavier délaissé jusque là, et surtout Michael Fassbender, qui avait la lourde tâche de succéder au génial Ian McKellen et qui s’en est magnifiquement sorti…Mais au delà, il est toujours difficile de voir d’autres qualités…

J’ai plus d’espoir pour cet opus alors qu’enfin, Scott et Jean débarquent (même ados) et qu’ENFIN, le réalisateur va un peu se pencher sur ses personnages et leur donner de l’importance ! en ce qui me concerne, j’en ai plus que marre de voir Jean relégué à la fille pour qui craque Wolverine et Scott réduit à être un simple obstacle entre Jean et Logan…N’oublions pas Storm, autre personnage relégué au décor…

Bref, Fox a encore beaucoup à se faire pardonner avec les X-Men…et au des premières critiques sur ce nouveau volet…ce n’est pas prêt de s’arrêter…

Verdict : à voir tout de même…

A propos Sam 2116 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

6 Comments

  1. tu reves pour x-men apocalypse.
    ca va etre la trinité Fassbender – McAvoy – Lawrence qui va etre en avant, le reste sera encore une fois anecdotique au possible juste là pour que la FOX se laisse des options pour dss spin off comme X FORCE ou NEW MUTANTS.

  2. Oui, c’est ce que je crains de plus en plus. Nous verrons pour les prochains films, étant donné que le profil de Sophie Turner (Sansa dans GOT) qui joue ici Jean Grey est en plein ascension, on peut se dire qu’elle aura plus de poids dans les prochains opus et qu’on lui conféra enfin des storylines sans lien avec Wolverine…

      • Simon Kingberg, qui produit les X-Men depuis un moment, aimerait bien refaire le Pheonix noir car il est le premier à admettre qu’ils ont merdé sur ce coup là. Donc pourquoi pas, mais je pense qu’il faudrait introduire pas mal de races aliens et faire monter les choses en puissance avant d’arriver au Pheonix, d’autant plus que personnellement j’aimerais vraiment voir le personnage de Jean Grey ENFIN développée au delà de simplement être là pour faire craquer Wolverine. Elle a été cantonnée à ce rôle de potiche durant la première trilogie avant d’être une potiche qui explose dans le 3e volet…

  3. L’album d’Hellboy se compose d’un episode dessiné par Corben et deja publié dans le tome 12 VF, d’un épisode dessiné par Mignola, et d’inédits dessinés par Corben, McMahon, et les frères Moon/Ba. Toujours autant de charme et d’amour pour les séries B.
    Avec Abe Sapien la semaine prochaine, et le nouveau Hell On earth le mois prochain, le rythme de parution du Mignolaverse en France semble enfin reprendre de manière soutenue. C’est une excellente chose.

  4. sur X-Men apocalypse, j´attends effectivement beaucoup de la relation jean/scott.
    mais vu le profil des deux acteurs, ca fera pschitt je pense.
    sophie turner, c´est comme emilia clarke, elles ont la plastique et le tag GOT, c´est tout.
    et encore pour le rôle du clone de madelyne pryor, je trouve que sophie turner ne colle pas des masses malgré la chevelure rousse.

    après on sait à quoi s´attendre, ce sera mystique and the X-Men.
    jennifer lawrence a trop de poids comme jackman et halle berry à l´époque de X-Men 3.
    Ça plus le choix discutable pour rester poli de bret rattner comme réalisateur, ça avait contribué à flinguer la production du film.
    Je pense d´ailleurs que si matthew vaughn était resté sur la réal, jamais wolverine et surtout Storm n´auraient eu autant d´importance dans cette bouse de last stand.
    Espérons le contraire cette fois mais le trop plein de personnages n´inspire pas confiance.

    sur l´histoire du phoenix, je n´y crois pas du tout.
    trop rapide et trop compliqué à mettre en place.
    kingberg et singer sont pas cinglés à ce point là pour balancer la cash machine dès le 4ème film.

    l´histoire dans l´espace doit servir à introduire d´autres races comme disait Sam type les broods et surtout les Sh´iars.
    la dark phoenix saga doit être installée par petites touches et surtout être cosmique et pas une simple schizophrénie totalement absurde.

    j´attends de voir aussi si ils pousseront le bouchon à évoquer Sinister voire Cable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.