Guide de lecture Comics VO : semaine du 19 septembre 2018

Edito : et bien, c’est une sacrée semaine qui nous attend ! et l’on voit bien combien Marvel domine mes dernières chroniques, parfois de manière très marquée comme cette semaine. Sur la douzaine de titres que je vais aborder ils détiennent à eux seuls la majorité. Est-ce que cela signifie que tous les titres que j’aborde reçoivent de ma part un sceau d’approbation…pas vraiment, vous me connaissez trop bien. Mais il y a clairement du potentiel pour des sorties de qualité. Mais on peut clairement voir le Black Label comme une réponse à ce retour de Marvel. De quoi donner encore une fois à ses auteurs des marges de manoeuvre sur ses personnages sans trop se mouiller…

Sorties de la semaine :

  • chez Batm…euh je veux dire DC Comics, le Batman Damned bien évidemment ! ;
  • chez Marvel Comics, je dirai que cela sera une dispute entre Immortal Hulk et le retour de Wolverine ! (vous voyez un peu comment j’ai relié les deux, le retour de Wolvie…Hulk…leurs liens historiques…eeeeeeet c’est là que l’on se rend compte que l’on a trop lu de comics quand on comprend ce genre de références…)

Emission de la semaine :  2 émissions cette semaine :

  • comme chaque jeudi à partir de 21h, le comixweekly qui reviendra sur les sorties VO de la semaine ;
  • et dimanche un nouveau podcatch ! toujours à partir de 21h.

DC COMICS

BATMAN #55  

Prix :$3.99

Scénario : Tom King

Dessin : Tony Daniel

Sollicitation : The KGBeast lives! The Russian super-assassin is back — but under whose orders? Does he have a specific mission, or is this simply some leftover Cold War mayhem? Nyet, comrade — it has to do with Bruce Wayne’s recent court case involving Mr. Freeze. Something is rotten in Gotham, and you can still smell it, even if it’s on ice!

Avis : d’après ce que j’ai compris, c’est dans ce numéro que des choses vont arriver à Nightwing ? apparemment, encore victime de la malédiction Dan Didio, le personnage va connaître une nouvelle direction très différente. On verra bien à l’usage mais personnellement le pitch de base ne m’intéresse guère. Je suppose également que King va surtout explorer l’impact que cela va avoir sur Batman, notamment au regard de l’importance de Grayson pour Bruce Wayne, comme vu encore une fois dans le précédent numéro.

En tout cas je suis ravi de voir KgBeast revenir. Scott Snyder l’avait utilisé dans un arc de All Star Batman récemment, après des années d’exil du personnage et l’avait bien remis en avant, en tout cas selon moi. Je n’avais jusque là aucun intérêt particulier pour ce vilain tellement marqué par les années 90 qu’il en représentait tout le côté ridicule, mais depuis le travail de Snyder, j’apprécie de le voir réutiliser. Autre facteur intéressant, le fait que tout cela soit lié au cas de Mr Freeze.

On pensait, à première vue, que l’arc Cold days développé dans les épisodes 51/53, un des meilleurs de King au passage sur le titre,  était un peu isolé dans son coin et servait d’excuses pour explorer l’état d’esprit de Bruce Wayne après le 50. Mais il est fort probable que le scénariste relie cela à une intrigue plus importante, voire sa grosse intrigue sur le titre…

Verdict : Buy

BATMAN DAMNED #1  

Prix :$6.99

Scénario : Brian Azzarello

Dessin : Lee Bermejo

Sollicitation : DC Black Label, the anticipated new imprint from DC Comics, starts here! The Joker is dead. There is no doubt about that. But whether Batman finally snapped his scrawny neck or some other sinister force in Gotham City did the deed is still a mystery. Problem is, Batman can’t remember…and the more he digs into this labyrinthian case, the more his mind starts to doubt everything he’s uncovering. So who better to set him straight than…John Constantine? Problem with that is as much as John loves a good mystery, he loves messing with people’s heads even more. So with John’s « help, » the pair will delve into the sordid underbelly of Gotham as they race toward the mind-blowing truth of who murdered The Joker. Batman: Damned is a bimonthly, three-issue super-natural horror story.

Avis : annoncé à grands renforts de promos, le Black Label de DC débarque donc cette semaine avec le premier épisode très attendu de Batman Damned. Encore une fois DC promet à ses auteurs les plus importants les clés du royaume, à savoir une liberté totale sur ses icônes et comme d’habitude, on commence avec Batman qui n’en finit plus d’inspirer les auteurs, quelque soit l’époque.

Ainsi, après le label All Star ou encore Earth One, DC tente encore l’expérience très séduisante sur le papier mais rarement réussie du sous label car …quand on laisse une liberté totale à ses auteurs, cela veut aussi dire …liberté vis à vis des délais. Et oui, si quelque chose a bien plombé les labels précédents de la maison, ce sont les sorties irrégulières et les retards constants.

Gardons espoir cependant, car même si ce label échoue, cela aura permis de réunir Lee Bermejo et Brian Azzarello sur du Batman sur une intrigue qui s’annonce bien perchée. Le Joker est mort et Batman ne sait pas s’il est le responsable. Les premières pages sont sorties et la vache…c’est beau ! du grand Lee Bermejo au programme les enfants !

Certes c’est un peu cher, mais avec des épisodes plus longs en termes de nombre de pages, je pense que cela va valoir chaque cent !

Verdict : Buy

JUSTICE LEAGUE #8

Prix :$3.99

Scénario : Scott Snyder

Dessin :  Mikel Janin

Sollicitation : Part two of the « Legion of Doom » storyline focuses on Lex Luthor’s recruiting efforts — and this time around, he’s targeting both Cheetah and Black Manta for membership! Lex knows just what buttons to push to acquire his super-powered muscle, and this issue it’s all about getting revenge on Wonder Woman and Aquaman, respectively. We bet they sign right up as soon as they find out Lex has Metal’s Batman Who Laughs locked up in Doom HQ!

Avis : après un épisode 7 encore une fois mené tambour battant, avec son lot de twists de dingue et surtout un retour important  d’un personnage que l’on pensait ne plus revoir, Scott Snyder revient se pencher sur ses vilains, qui ont pourtant déjà une grande place dans le titre, avec un nouvel épisode dédié à la formation de la nouvelle Legion of Doom de Luthor.

Et après s’est penché sur le recrutement de Sinestro, qui était à mon sens assez surprenant puisque depuis le run de Geoff Johns sur Green Lantern, Sinestro avait pris une telle ampleur que je le revoyais mal rejouer en équipe un jour…il s’attarde sur Cheetah et Black Manta, deux personnages qui ont connu des évolutions importantes ces dernières années, grâce notamment au travail de Greg Rucka et encore une fois Geoff Johns.

À voir s’il parviendra à respecter les apports récents qui ont rendu de nouveau ces personnages séduisants pour une audience moderne, tout en parvenant à injecter ses propres idées, à l’image du retour du Batman who laughs, concept qu’il a introduit récemment dans le cadre de Metal et qu’il s’est de toute évidence gardé de côté pour une occasion spéciale ! sa rencontre avec Luthor !

Verdict : Buy

MISTER MIRACLE #11  

Prix :$3.99

Scénario : Tom King

Dessin : Mitch Gerards

Sollicitation : If there’s one thing popular fiction has taught us by now, it’s: never make a deal with the devil! And yet Mister Miracle is still listening when Darkseid approaches him with just such a devilish proposition-if Scott sends his newborn son to Apokolips, there will be peace on New Genesis. Since when has Darkseid been famous for his honesty?! It’ll be a miracle if this doesn’t blow up in Scott’s face.

Avis : bon comme chaque fois qu’un épisode de Mister Miracle sort, je le mentionne plus pour la forme qu’autre chose. En ce qui me concerne, j’ai arrêté il y a quelques épisodes de celà. Soit ce n’était pas pour moi, soit je l’apprécierez une fois présenté en version reliée…Nous verrons bien. J’aime beaucoup le travail de Tom King mais ce titre ne fonctionnait vraiment pas avec moi. Mais il fonctionne avec beaucoup de monde et au fond c’est tout ce qui importe.

Verdict : pour ceux qui suivent.

WILD STORM #17  

Prix :$3.99

Scénario : Warren Ellis

Dessin : John David-Hunt

Sollicitation : Stephen Rainmaker was the most dangerous man John Lynch knew even before he was inducted into the Thunderbook program. So much so that nobody could quite define how Thunderbook changed him. On his trip around America to warn his old team, Lynch left Rainmaker until last — for a reason. This is the visit that Lynch always knew could kill him. Meanwhile, Marc Slayton is discovering new things about America, IO and Skywatch.

Avis : après les Fairchild, je vois que Warren Ellis continue de jouer au jeu de “je cherche les parents de tel personnage bien connu et je le ramène le temps d’un épisode avant de le buter ou le balancer dans une autre dimension, parce que c’est un truc qui arrive dans une série que j’écris…”Comme d’habitude, le scénariste va ici continuer à me faire du mal en livrant un scénario pas franchement passionnant, mais que je vais quand même aller voir en espérant qu’il se passe quelque chose avant d’être déçu parce que le peu d’avancée sera diluée à mort pour nous laisser entrevoir un faible espoir que promis il se passera des choses …plus tard. Bon, là par contre, il va vraiment falloir accélérer parce qu’on arrive à la fin du 3 arc (dans l’épisode 18) et qu’après cela il ne restera qu’un arc à Ellis pour…vous savez…écrire une histoire…un jour…sniff.

Verdict : Check it

MARVEL COMICS

AVENGERS #8  

Prix : $3.99

Scénario : Jason Aaron

Dessin : David Marquez

Sollicitation : « WORLD TOUR » PART ONE

* In the aftermath of their world-shaking battle against the Dark Celestials, the new Avengers team is officially formed, complete with a startling new headquarters at the top of the world. Behold the wonders of Avengers Mountain. But someone who doesn’t seem impressed is Namor, the ferocious lord of Atlantis, whose rage may turn the oceans red with blood!

Avis : début du second arc de la série Avengers et …j’espère personnellement que Jason Aaron se montrera plus inspiré sur ces épisodes, car je n’ai guère adhéré à son intrigue et son exécution du premier arc. De manière générale, je trouve que le ton adopté par l’auteur sur ce titre ne fonctionne pas. Ses intrigues pourraient avoir un certain potentiel, si bien exploitées car après tout des célestes maléfiques est une idée qui mérite d’être explorée, mais tout ce cela n’était au final qu’une grosse baston qui tombait vite à plat, tentant de compenser son manque d’entrain par de l’absurde.

Bon, on voit quand même que Marvel continue d’apporter un soin particulier à la série Avengers en lui attribuant ses meilleurs artistes. Ainsi, après un demi Ed McGuinness sur le premier arc, c’est au tour de David Marquez de s’y coller, après un passage éclair sur X-Men Gold pour la farce du millénaire. Si j’ai toute confiance en Marquez pour rendre une copie de toute beauté…il faudra aussi que le scénario lui donne quelque chose à dessiner…Hein Jason ?

Verdict : Check it

IMMORTAL HULK #6  

Prix :$3.99

Scénario : Al Ewing

Dessin : Lee Garbett

Sollicitation : « THE GREEN DOOR » STARTS HERE!

Bruce Banner is alive — and everyone knows it. Now he’s hunted by the government, Alpha Flight, the mysterious Shadow Base…and the Avengers. And someone’s going to find him first. But Bruce has bigger problems. Something terrible has infected him. Something with unspeakable plans for humanity. And the only one who knows about it …is the IMMORTAL HULK.

Avis : avec le dernier développement introduit par Al Ewing dans le dernier épisode, que je ne vais pas spoiler ici bien évidemment, je me demande si le scénariste ne va pas en quelque sorte inverser la “relation” mise en scène depuis le début de relaunch. En effet, depuis le départ, Ewing a décidé de mettre en scène un Hulk en mode monstre hantant l’amérique rurale du midwest et les autres monstres qui peuvent l’habiter.

Or avec l’épisode 5, j’ai le sentiment que Ewing a introduit une idée simple : Hulk est certes un monstre…mais et s’il avait son propre monstre personnel, le persécutant, le mettant face à ses contradictions et le torturant de manière régulière. J’aime bien le fait à ce titre que la sollicitation en parle comme d’une infection, car il s’agit bien de l’une des rares choses qui peuvent atteindre Hulk, le fragiliser, le repousser dans ses retranchements…

Dans le même temps, Ewing va gérer d’une part le concept qu’il a introduit, à savoir cette green door liée à l’immortalité de Hulk et les obligations du cahier des charges d’une telle série dans un univers partagé, à savoir l’apparition des Avengers…Même si j’ai émis des réserves sur certains passages du premier arc, le dernier épisode a bien relancé les choses et je serai du voyage, vous pouvez me croire !

Verdict : Buy

LIFE OF CAPTAIN MARVEL #3   

Prix :$3.99

Scénario : MARGARET STOHL

Dessin : Carlos Pacheco

Sollicitation : Chaos descends on Captain Marvel’s small coastal hometown! A deadly Kree warrior has finally tracked Carol home. But just what — or who — is the invader after? The moment you’ve been waiting for is here: Margaret Stohl and Carlos Pacheco bring you a reveal that will change Captain Marvel’s destiny.

Avis : oui, oui, je sais, je recommande encore un nouvel épisode de cette mini série ! croyez moi, je suis aussi choqué que vous mais…le fait est là : j’aime bien ce qui est présenté ici ! d’une part la scénariste écrit enfin Carol Danvers comme un être humain que l’on peut légitimement apprécier, ce qui n’était pas arrivé depuis longtemps en ce qui me concerne, et d’autre part…wow Carlos Pacheco livre un travail énorme sur ces épisodes. Cela faisait des années que je ne l’avais pas vu aussi bon. Que ce soit ses personnages, comme sa mise en scène. On le sent ici bien plus inspiré. En termes d’intrigues, pour le moment on s’est beaucoup concentré sur la vie privée de Carol et de fait le scénario l’a tenu éloigné de toute activité super-héroïque, mais on dirait bien que les ennuis viennent tout de même à elle.

Verdict : Buy (si si !!)

MR AND MRS X #3  

Prix :$3.99

Scénario : Kelly Thompson

Dessin :  Oscar Bazaldua

Sollicitation : LOVE & MARRIAGE PART 3!

ROGUE and GAMBIT’S romantic getaway is but a faint memory as they’re forced to team up with DEADPOOL to protect a dangerous and extremely valuable “package” when half the galaxy comes to claim it. What secrets does the package hold that the Imperial Guard and Deathbird (with an entire Shi’ar rebellion in tow!) will risk everything for? More importantly, can Rogue, Gambit, and Deadpool stop bickering long enough to win?

Avis : suite de la série dédiée à un Gambit et une Rogue désormais mariés…parce que l’on sait que dans l’univers Marvel, ces choses là ont tendance à durer. Pour l’instant, j’ai bien apprécié les deux premiers numéros, sans être franchement surpris par quoique ce soit. J’ai vraiment l’impression que l’intrigue développée par Thompson aurait pu trouver sa place dans une simple mini série, ce que finira sûrement par être cette série, ou tout simplement une sous intrigue dans l’une des séries principales où Gambit et Rogue auraient un rôle clé.

Sauf que je ne sais même pas si les deux personnages font partie d’une équipe d’X-Men en ce moment ! on voit ici les limites de la méthode Marvel actuelle. Très sincèrement j’ai le sentiment qu’au lieu de diluer certaines intrigues ou développements dans des mini séries, ils feraient clairement mieux de réinjecter tout cela dans le séries régulières. Car de fait, maintenant, quand on veut voir un personnage être développé, il faut se tourner vers ces minis, ce qui est vraiment étrange.

Le retour de Wolverine n’aurait-il pas été plus intéressant, s’il avait été réellement préparé dans Uncanny X-Men, ou un X-Men (peu importe la couleur ?), ou encore le Phoenix, Multiple Man, et j’en passe ?

Verdict : Check it

RETURN OF WOLVERINE #1  

Prix :$4.99

Scénario : Charles Soule

Dessin : Steve Mcniven

Sollicitation : He’s back, bub.

Avis : à la surprise pas générale de qui que ce soit, Wolverine revient donc officiellement cette semaine, même si cela fait cela fait quelques mois qu’il se la joue stalker un peu partout dans l’univers Marvel, croisant ses collègues, sans qu’ils s’en aperçoivent, dans des scènes d’un ridicule consommé. Une sorte de “où est Waldorine” à l’échelle de l’univers Marvel, où chaque auteur a dû caser cette scène complètement conne.

Bien évidemment, nous sommes tous terrifiés, et par tous je veux dire les gens de bon goût, que ce retour soit mis en scène par Charles Soule, le même auteur qui avait tué le personnage il y a 3-4 ans de cela dans une mini série indigne de Wolverine. Bon, je ne vous cacherai pas qu’à l’origine, au vu de cela et de mon habitude d’éviter tout ce que fait Soule, j’avais pour projet d’éviter cette production.

Sauf que le dernier one shot de Hunt for wolverine m’a convaincu d’y jeter un oeil, car celui-ci n’était pas…un désastre. Oui, je sais, je ne mets pas la barre très haut, mais de mon point de vue c’est déjà un miracle quand on parle de Charles Soule…Il retrouve pour l’occasion Steve Mcniven, son compère de Death of wolverine…enfin pas très longtemps car l’artiste ne signera que le premier épisode.

C’est dommage, car cela va rompre la continuité visuelle de l’ensemble…Mais bon, quand je vois la couverture qu’il signe…je me dis qu’en effet, il a bien besoin de repos…Car oui, je trouve cette cover franchement ratée, presque un travail amateur comparé au niveau de qualité habituel de Mcniven.

Verdict : Check it ?

THOR #5

Prix :$3.99

Scénario : Jason Aaron

Dessin : Christian Ward

Sollicitation : GET READY FOR KING THOR AND THE PHOENIX!

In the far future, All-Father Thor reignited the Earth and sparked new life in the universe. But now, something is wiping out other worlds — and Midgard won’t be far behind. Luckily, Thor isn’t the only god left. But is the Phoenix-possessed Wolverine a friend or foe?

Avis : avec ce 5e épisode on en revient à une intrigue lancée dans l’épisode 1 et laissée en suspens le temps de placer le 1er arc de la nouvelle série Thor. Maintenant que cela est fait, Jason Aaron peut revenir sur ce combat de dingue qui nous attendait entre Old Thor et Phoenix Old Wolverine ! parce que de toute évidence, quand on en vient à Old Thor, Jason Aaron a décidé de simplement se faire plaisir et de lui opposer les trucs les plus gros possibles.

On se souvient ainsi qu’un de ses précédents arcs, médiocres sur le fond puisqu’il mettait en scène Thor contre les avocats de la Roxxon, avait été littéralement sauvé par le combat entre Old Thor et  Galactus. Alors que l’on s’en s’ennuyait ferme dans l’intrigue présente, le temps de quelques pages situées dans ce lointain futur apocalyptique on touchait à un peu d’épique pur distillé directement dans nos mirettes.

Je lui fais donc confiance pour mener cette confrontation de manière bien spectaculaire. Allez Jason ne nous déçois pas comme sur Avengers !

Verdict :Buy

VENOM #6   

Prix :$3.99

Scénario : Donny Cates

Dessin : Ryan Stegman

Sollicitation : After a brief connection to the GOD-HOST, EDDIE and the VENOM symbiote have emerged with brand new powers!  A good thing too, as they’ll need every upgrade they can get as they head down a collision course with the primordial symbiote GRENDEL!

Avis : la folie continue de gentiment souffler sur la série actuelle Venom. Menée par les talentueux Donny Cates et Ryan Stegman, ces deux là n’ont cessé de nous balancer nouvelle idée sur nouvelle idée pour enrichir la mythologie de Venom, si bien qu’au final on se rend compte d’un petit paradoxe : Eddie Brock est l’élément le moins intéressant de cette série !

Bon, pour être honnête, cela ne date pas de ce run. Historiquement, Brock n’a jamais été un personnage très intéressant, son symbiote se distinguant bien plus. Mais c’est encore plus criant ici, alors que le personnage est plus que jamais écrasé et dépassé par les idées et concepts de dingue que les auteur ont ajouté à l’ensemble.  On se retrouve avec des trucs cosmiques bien au delà de la sphère urbaine dans laquelle Brock peut encore jouer un rôle.

De fait, on peut se demander pourquoi Cates n’a pas utilisé Flash Thompson à la place ? sans doute parce que Marvel avait ramené Brock précédemment et qu’il fallait respecter la continuité ? car à ce stade, je ne vois pas trop quelle différence Brock fait dans cette intrigue. Bon, on ne va pas non plus voir un problème là où il n’y en a pas, apprécions simplement le fait d’avoir une série décomplexée qui sait ce que les lecteurs veulent et le leur donnent.

Verdict : Buy

A propos Sam 2116 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

5 Comments

  1. Mais oui je suis pas le seul à remarquer ça pour Venom ! A putain j’en ai marre ces films et de ces retour aux statut quo de base qu gâche de bon perso. 🙁

    Après j’espère (pour une fois que je suis pour les résurrection en comics) que Cates puisse ramener Flash dans son run.

  2. Salut Sam, et merci pour ce guide VO. Niveau Venom, Cates est en roue libre totale, c’est super fun à lire et je suis globalement d’accord avec toi sur ta réflection à propos d’Eddie Brock. Par ailleurs, j’aimerais connaître ton avis sur l’utilisation de Sasquatch dans Immortal Hulk. Perso, je trouve qu’en vrai Ewing nous a bien « arnaqué » car le perso de Langowski en lui-même ne sert pas à grand chose dans le numéro #4 : on sent que c’était juste un prétexte pour faire intervenir l’entité qui mettra Hulk en position de faiblesse…

    • Oui et non.
      Sur le fond, en effet Sasquatch n’est amené dans le titre que pour amener le prochain développement de l’intrigue et opposer un monstre à Hulk. Il n’a pas d’autre rôle et je pense que Ewing l’a choisi en raison de l’histoire entre les deux personnages et que le personnage n’a pas une grande popularité donc il pouvait lui faire ce qu’il lui fait à la fin de l’épisode sans poser trop de problèmes.

      Mais il y a quand même une petite évolution du personnage, donc cela restera une intrigue importante pour le personnage.

    • Bientôt, promis. Il faut juste que Steve trouve le temps et surtout l’énergie après une belle crève qui l’a bien épuisé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.