Guide de lecture Comics VO : semaine du 23 JUIN 2021 – DC Comics

Edito : une petite semaine au programme cette fois, avec quelques lancements côté indépendant, beaucoup de Batman chez DC (pour changer) et assez peu de mouvement chez Marvel. La semaine prochaine sera plus intéressante pour Marvel, avec pas mal de séries que j’apprécie beaucoup au programme. Et du Spider-Man. 

Car on dirait et d’un que je suis de retour sur la franchise et de deux que dans la dernière ligne droite du run de Nick Spencer, Marvel va publier pratiquement un épisode par semaine…On dirait presque qu’ils veulent s’en débarrasser le plus vite possible pour passer au run suivant ? 

Le mois prochain étant d’ailleurs chargé pour Marvel, entre le lancement de la Sinister War, le relaunch d’X-Men, l’event Extreme carnage (que je vais zapper avec plaisir) ou encore le retour de Moon Knight ! De son côté, DC va répliquer avec deux nouvelles séries Superman par Tom Taylor et Grant Morrison (mais si vous savez, la mini Superman & The Authority !), toujours plus de Batman et pas mal de Suicide Squad ! Du côté de chez Image, 10 ans de Skybound. 

Donc oui, on dirait que le mois prochain de manière générale sera plus excitant que juin !

Sorties de la semaine : quelques petites sorties à surveiller cette semaine : 

  • Le retour de Black Hammer chez Dark Horse !
  • chez DC, nouvel event avec Infinite Frontier…et lancement d’une nouvelle mini série Batman par Garth Ennis et Liam Sharp !
  • chez Image, Todd McFarlane entretient la flamme (de l’enfer) avec la publication du one shot Spawn Universe qui doit servir de base pour le lancement de 3 nouvelles séries dans son univers !
  • enfin, chez Marvel, la Chameleon conspiracy se poursuit dans Amazing Spider-Man !

Émissions de la semaine : quatre émissions au programme cette semaine et oui encore, on est des fous nous monsieur. Comme d’habitude, vous pouvez nous écouter en direct à partir de 21h soit sur  notre chaîne You Tube soit notre Discord que je vous invite à rejoindre également et sur lequel une petite communauté est en train de se créer à grande vitesse et nous partageons un peu toutes nos geekeries ! Donc au programme : 

  • mardi, podcatch !
  • mercredi, un nouveau Freaxity consacré au film à quiet place !
  • jeudi, un nouveau Comixweekly où nous revenons sur les sorties VO de la semaine !
  • et enfin, vendredi, le Comixity du mois, où nous reviendrons sur les sorties VF de juin !

Infinite Frontier #1

Prix : $4.99 US | 40 PAGES

Scénario :Joshua Williamson

Dessin : Xermanico

Sollicitation : When our heroes saved the Muliverse from Perpetua in Dark Nights: Death Metal, everything was put back where it belonged…and we do mean everything. All the damage from all the Crises was undone, and heroes long thought gone returned from whatever exile they had been in. Most of them, at least. Alan Scott, the Green Lantern from the Justice Society of America, has noticed some of his allies are still missing in action, and he’s determined to find them. There are others, though, who would rather remain hidden than explain themselves, like Roy Harper, a.k.a. Arsenal, a man who should be dead but now is not. Plus, what does all this mean for the DCU’s place in the Multiverse? On opposite sides of a dimensional divide, both Barry Allen and President Superman ponder this question. Not to mention the Darkseid of it all! Or a team of Multiversal heroes called Justice Incarnate!

Avis : à peine 6 mois après la conclusion de Death Metal (que je viens de finir de relire à grand peine en VF), c’est reparti pour un autre event (et là vous m’entendez pleurer en arrière fond). Parce que c’est ça qu’on voulait ! Alors que la franchise Batman, plus omniprésente que jamais, va également se lancer dans un nouveau crossover au même moment, DC en propose un autre en parallèle, mais d’échelle cosmique…avec encore des projets de crises dans les années à venir (les crises de pleurs s’intensifient). 

Et je sais que ce n’est que la suite du plan annoncé par l’éditeur, c’est dans les tuyaux depuis un moment, donc je ne peux pas vraiment être surpris, mais…comment dire : je n’ai pas envie de m’investir de nouveau sur une grande épopée cosmique aussi tôt après la dernière. J’aurais préféré que l’univers DC se concentre pendant un an ou deux à reconstruire la plupart de ses franchises avant de tous nous mobiliser de nouveau pour le prochain gros truc qui va tout changer mais en fait non. Il est bon de savoir laisser souffler son lectorat et son univers, pour pouvoir développer de manière organique de nouvelles intrigues sur la durée. 

Je suis tout de même partagé, car si j’y vais en traînant les pieds d’un côté, parce que le retour de Darkseid…ouais, c’est pas vraiment la nouvelle de l’année. J’adore le personnage, mais un peu tout a été fait avec lui notamment à l’occasion de grosses sagas comme Final Crisis ou Darkseid war, et je n’ai pas l’impression qu’il y ait d’angle inédit dans ce récit. D’un autre côté, j’ai envie de connaître le sort de certains personnages. On sait que Roy Harper traîne dans le coin et apparemment certains membres de la JSA sont encore manquants…

Et soyons clairs si cet event est le prix à payer pour retrouver les membres de la JSA et voir la nouvelle série qu’on nous a promis, je payerai volontiers ! Mais confirmez le…parce que pour l’instant le sort de pas mal de personnages reste inconnu dans ce DC concentré sur Batman…

Verdict : Check it

Batman: Reptilian #1

Prix : $3.99

Scénario :Garth Ennis

Dessin :Liam Sharp

Sollicitation : What strikes fear into the hearts of those who terrorize Gotham? It used to be Batman, but something far more frightening than a mere man stalks the shadows—and it’s after Gotham’s villains. How savage must a monster be to haunt the dreams of monsters? Pick up this dark and bone-chilling tale by comics legends Garth Ennis and Liam Sharp to find out!

Avis : tiens en parlant de trop de Batman…Sauf que…j’ai déjà dit que je faisais partie du problème en la matière. Je me plains que DC sort trop de Batman et que fais-je en parallèle ? Je lis tout ce qu’ils sortent sur Batman. Mais là même moi j’arrivais à saturation et pourtant voilà mon cheminement : 

  • moi : ok cette fois c’est bon, j’ai ma dose, peu importe ce qu’annonce DC, je ne prends pas plus de séries Batman dans ce que je suis !
  • DC : on met Garth Ennis et Liam Sharp sur une mini Batman
  • moi : ….
  • ….
  • ….
  • ….
  • moi : et merde DC, ok je le prends…faites chier. 

Oui j’ai un problème, non je ne veux clairement pas le résoudre.  Et oui, je sais mon Bat-problème n’est pas du tout sous contrôle, mais déjà quand je vois Garth Ennis, j’y vais sans me poser de question. 

Quoique je pense qu’on va bien se marrer étant donné le peu d’appétence d’Ennis pour les super-héros. Cela m’étonne d’ailleurs de le voir ici, car pour moi il n’en a clairement pas besoin. Avec les adaptations de The Boys et Preacher, et leurs réimpressions régulières…je ne m’en fais pour lui, il a tout ce qu’il faut. Donc pourquoi ? promouvoir une autre série en rappelant aux lecteurs de Batman qu’il existe ? C’est étonnant car c’est un gros nom…

Bon, donc j’y vais, même si le sujet ne m’intéresse pas des masses, parce que c’est Batman et que l’équipe créative est au top. Liam Sharp n’aura d’ailleurs pas attendu longtemps pour se lancer dans un autre projet après Hal Jordan : Green Lantern et au vu des planches révélées…il continue de vouloir nous impressionner en nous en mettant plein la vue !

Verdict : Check it

Batman/Superman #19

Prix : $3.99

Scénario :Gene Luen Yang

Dessin :Emanuela Lupacchino, Steve Lieber, Darick Robertson, and Kyle Hotz

Sollicitation : To thwart the apocalypse cascading across multiple realities, Batman and Superman must join forces with their counterparts and sojourn to strange lands! The World of the Knight and the World of Tomorrow are not the only two creations crafted by the sinister Auteur.io — and this nefarious cybernetic despot is hell-bent on at last crafting his own twisted notion of utopia. Join a list of all-star artists as we tour through the ARCHIVE OF WORLDS!

Avis : un petit tour et puis s’en va. Malgré une reprise prometteuse par Gene Luen Yang et Ivan Reis, DC  décide apparemment de débrancher le titre avec l’épisode 22 de septembre. Ce n’est en soi pas si étonnant, car les séries Batman / Superman, ou Superman / Batman ont toujours eu une durée de vie assez limitée dans le fond. 

Le processus est toujours le même (et nous le constatons tous) : cela commence en fanfare avec une grosse équipe et une intrigue liée aux enjeux actuels de l’univers DC. Puis cela part sur ses propres aventures et …à ce moment le lectorat commence à regarder ailleurs, car le contenu n’est pas essentiel. C’est auto-contenu et n’a pas de répercussions sur les séries respectives de Batman et Superman. 

Du coup, les lecteurs se concentrent sur ce qu’ils jugent plus important, peu importe la qualité du titre. Dommage, cette reprise était originale. Reste à voir les nouveaux projets des créateurs. Ivan Reis était un peu le dernier grand artiste présent depuis des lustres. Cela fait mine de rien plus de 15 ans qu’il est chez DC et je ne sais pas si les conditions qu’ils offrent en ce moment pour ce qui est leur dernière grande star sont vraiment intéressantes.

Verdict : Check it

Detective Comics #1038

Prix : $4.99 US | 40 PAGES

Scénario :Mariko Tamaki and Meghan Fitzmartin

Dessin :Viktor Bogdanovic, Jonathan Glapion, AND Karl Mostert

Sollicitation : An epic battle is taking place in Gotham City…below the city streets?! Batman and MR. WORTH are locked in a deadly duel involving a rocket launcher, a micro-cave subterranean system, and a whole lot of bloody knuckles. Can Huntress save Lady Clayface before the entire city collapses from underneath itself? Plus: the insidious VILE makes his move, and boy is it UGLY…

FEATURING “MARCH OF THE PENGUIN”: Gotham’s seediest gangster is looking to take advantage of the unrest in the city, and the Penguin is finally ready to make his move!

Avis : l’intrigue menée par Mariko Tamaki autour de la mort de la fille Worth se poursuit, puisque en arrêtant Bruce Wayne la police a mis une cible sur le dos du héros…et le père Worth est passé à l’attaque sans vraiment prendre de gants ! plutôt des explosifs et un lance roquette ! Cela reste franchement très dynamique, même si Mr Worth n’est pas un antagoniste qui devrait donner vraiment du mal à Batman. 

Je veux dire, oui il est fou de rage et il a une sacrée carrure et un lance-roquettes…mais face à Batman, cela ne compte pas vraiment. Cela ne diminue pas la qualité de l’intrigue puisque l’enquête autour de ces différentes morts continue et est bien menée, mais disons que la tension dans cet épisode ne va pour moi pas venir de ce combat. 

Sinon, comme vu la dernière, fois, c’est désormais Viktor Bogdanovic qui récupère la partie graphique en alternance avec Dan Mora. Et si je trouve le style de l’artiste toujours bon, le résultat final était assez inégal sur le dernier épisode. Je trouvais notamment les dernières pages moins réussies que le reste du numéro. Moins détaillées et moins abouties. Peut être un manque de temps. Elles n’étaient pas mauvaises, mais elles déparaillaient par rapport au reste de l’épisode. 

Je suis par contre assez dubitatif par rapport aux back ups qu’on nous propose. Dans le dernier épisode, ils n’apportaient rien et cette fois, ils se concentrent sur le Penguin…et comme je l’ai déjà dit, je n’ai rien à faire de ce vilain, mais alors vraiment rien. 

Verdict :

Robin #3

Prix : $3.99

Scénario :Joshua Williamson

Dessin : Gleb Melnikov

Sollicitation : It’s a beach party from hell! Robin’s mission to get to the heart of the League of Lazarus’s inner workings has left him once again locked in combat with his fellow fighters, but never did Damian Wayne think it would lead to a beach-blanket cookout. What’s more dangerous than a life-or-death struggle for the all-or-nothing prize of immortality? Well, for Damian, it’s acting like a normal teenager for five minutes. And don’t miss the surprise confrontation with Damian’s number 1 competition, a mysterious fighter trained by the League of Shadows!

Avis : et on continue avec la série Robin, qui pour l’instant est la bonne surprise de ces derniers mois dans la flopée de titres de la Bat-Family. Joshua Williamson a vraiment pris le parti d’écrire la série la plus fun possible en s’appuyant beaucoup sur la caractérisation contrastée de son personnage, qui est un adorable connard. 

Le contexte est réellement intéressant, alors que Damian participe à un tournoi organisé par la mystérieuse ligue de Lazarus …qui ne le fait pas par charité mais a ses propres objectifs pour les participants. Ces derniers étant soumis aux règles très particulières du tournoi qui ont permis à Damian d’échapper à son sort après la fin de l’épisode 1. 

Une bonne surprise, et surtout une bonne idée, très logique et cohérente étant donné les organisateurs du tournoi. Je ne sais pas trop quoi penser du pitch de cet épisode alors que Damian est invité à une petite sauterie…ouiiii okay…mais est-ce cela fera avancer l’intrigue ? 

Verdict : buy

Wonder Woman: Black & Gold #1

Prix :$5.99 US | 40 PAGES

Scénario :John Arcudi, Amy Reeder, Becky Cloonan, a.j. Mendez, and Nadia Shammas

Dessin :Ryan Sook, Amy Reeder, Becky Cloonan, Ming Doyle, and Morgan Beem

Sollicitation : Just in time for Wonder Woman’s 80th anniversary, DC Comics proudly presents a new anthology series starring the Amazon Princess embellished in the the color of her famous lasso. You won’t want to miss this thrilling series celebrating the woman who inspires us all…and that’s the truth! Kicking things off, John Arcudi (B.P.R.D.) and Ryan Sook (Legion of Super-Heroes) reunite to show us the grace immortality grants a hero. Becky Cloonan (Wonder Woman) weaves a spine-tingling tale of Diana’s most precious weapon against the darkness. Then Amy Reeder (Amethyst) takes us back to the Golden Age for a fun romp co-starring Etta Candy. AJ Mendez and Ming Doyle (Constantine: The Hellblazer) travel to Themyscira for a tense family reunion. And finally, Nadia Shammas and Morgan Beem (Swamp Thing: Twin Branches) show us a story of Diana’s past failures coming back to haunt her.

Avis : après Batman et Superman, c’est au tour de la dernière branche de la trinité DC, Wonder Woman, d’avoir droit à sa propre anthologie basée sur ses couleurs les plus représentatives. Et comme l’ont montré les précédentes anthologies citées, le résultat dépend vraiment des créateurs impliqués, notamment les artistes et s’ils parviennent à vraiment comprendre et appliquer le principe moteur du machin. 

Et autant sur Batman, je pense que la majorité des histoires jouent bien avec…Sur Superman, je n’ai pas dépassé l’épisode 1. Histoires plates et dessin qui utilisaient rarement à profit ou de manière inventive les couleurs impliquées. Quel sera le résultat pour WW ? À voir les créateurs impliqués, il y a encore une fois du beau monde même si pour ce premier épisode seul le segment par Arcudi et Sook (un de mes artistes préférés) m’intéresse. 

Bref, je ne suis pas ultra partant pour cette nouvelle mini, car la dernière sur Superman m’a pas mal calmé…mais le résultat peut être intéressant. 

Verdict : Check it

TPB/GRAPHIC NOVEL

 

GREEEN LANTERN JOHN STEWART 50 YEAR CELEBRATION HC

Prix : 39.99€/

Scénario :

Dessin :

Episodes : Green Lantern Vol. 2 #87, #182, and #185, Green Lantern Vol. 3 #74 and #156, Green Lantern Vol. 4 #49, Green Lantern: Mosaic #18, and Justice League of America #110.

Sollicitation : Fifty years after John Stewart’s debut, this collection highlights the character’s greatest moments over the decades-both spacefaring and earthbound-from his first appearance in the legendary O’Neil/Adams Green Lantern run, to taking over from Hal Jordan as Earth’s Green Lantern, to being rechristened as the first mortal Guardian of the Universe.

Avis : DC continue sa petite mode de numéros anniversaires, sauf que dans le cas de John Stewart, il faut parler d’épisodes au pluriel, puisqu’ils rééditent pas mal de numéros dans ce tome, qui ont semble-t-il marqué son histoire. Le personnage étant plus mis en avant en ce moment dans le titre Green Lantern, on peut se dire que DC essaye de surfer sur le sujet en enfonçant le clou. 

En termes de contenu, on voit ainsi son introduction par Denis O’Neil et Neal Adams, son retour sur le devant de la scène dans le milieu des années 80 quand il a pris le relais officiel de Hal Jordan, quelques aventures dans les années 90 également, notamment du temps du run de Judd Winick, ou plus récemment avec du GL par Johns. 

Donc pas mal d’époques différentes représentées, avec un intérêt assez variable selon moi. On voit que le personnage a une longue histoire et que l’intérêt qu’on lui a porté dépend des années et des scénaristes. 

Chances de publication en VF : j’ai quelques doutes, vu le peu de succès que semble rencontrer la franchise en dehors du run, désormais mythique, de Geoff Johns. Nous verrons bien comment Urban va gérer en 2022 les sorties DC de manière générale. 

Verdict : Check it 

JUSTICE LEAGUE : THE NEW 52 – OMNIBUS VOL 1

Prix : 125$/1248 pages

Scénario : Geoff Johns, 

Dessin : Jim Lee, Ivan Reis, Mikel Janin, 

Episodes : Justice League #0-22; Aquaman #14-16; Justice League Dark #22-23; DC Comics – The New 52 FCBD Special Edition #1; Justice League of America #6-7; Trinity of Sin: The Phantom Stranger #11; Constantine #5; Trinity of Sin: Pandora #1-3.

Sollicitation : Witness legendary duo Geoff Johns and Jim Lee on their all-new Justice League origin story! Collecting their entire run along with supplemental origin stories of the entire Justice League, this omnibus is a must have for any collector.

In a world where inexperienced superheroes operate under a cloud of suspicion from the public, loner vigilante Batman has stumbled upon a dark evil that threatens to destroy the earth as we know it. Now, faced with a threat far beyond anything he can handle on his own, the Dark Knight must trust an alien, a Scarlet Speedster, an accidental teenage hero, a space cop, an Amazon Princess and an undersea monarch. Will Superman, the Flash, Cyborg, Green Lantern, Wonder Woman and Aquaman be able to put aside their differences and come together to save the world? Or will they destroy each other first?

Avis : réédition en omnibus de la première partie du run de Geoff Johns sur la Justice League, période New 52. Sans doute la partie la plus faible de son run. Je pense qu’il a voulu dans un premier temps être le plus accessible possible en simplifiant beaucoup de choses…et si effectivement cela rend le titre tout à fait lisible par quelqu’un qui n’a aucune culture sur la Justice League, cela manque un peu de fond. 

Du moins sur la première année. Ensuite, c’est très variable. Le crossover avec Aquaman qui marque le début de sa seconde année est très bon, et on sentait à ce moment que l’auteur retrouvait un peu ses marques après une première année compliquée. Pour le reste je suis assez circonspect car il a fallu attendre la fin de sa seconde année ensuite pour le retrouver à un bon niveau. 

D’ailleurs, on peut aussi se plaindre de la composition de cet omnibus, car si nous avons les épisodes de Justice League et les numéros ties ins dans d’autres séries en cas de crossover comme Aquaman, Justice League Dark,Phantom Stranger ou d’autres, nous n’avons pas les premiers épisodes de la série Justice League of America qui sont pourtant importants pour comprendre la mise en place du crossover Trinity War qui est également publié ici. 

Par contre, pour nous recoller les premiers épisodes sur Pandora, là par contre il y a du monde ! Le faux pas est dommage, car autrement le tome est assez complet. C’est bizarre d’avoir bloqué là dessus, alors que Johns écrit cette autre série !

Chances de publication en VF : déjà publié en VF en tomes normaux et en intégrales. Urban ne s’adonne pas à l’omnibus, donc je dirais que les chances sont assez faibles. 

Verdict : Buy

A propos Sam 2084 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.