Guide de lecture Comics VO : semaine du 10 novembre 2021 – Indépendants

AFTERSHOCK COMICS 

MY DATE WITH MONSTERS # 1

Prix : $3.99

Scénario : Paul Tobin 

Dessin : Andy Mcdonald 

Sollicitation : Seven years ago, an attempt to weaponize dreams resulted in holes being punched through the world we know and into the world of dreams. Nightmarish creatures now stalk the land, sprouting from (and killing) anyone unlucky enough to dream. The only way to save the world is for certain people to have their dreams come true. Which is how Risa Harumi finds herself not only fighting monsters, but forced into finding true love. Monsters and modern dating? It feels like a nightmare either way, and the only help Risa has is a friendly-ish monster named Croak and her pre-teen daughter, Machi. From Paul Tobin (BUNNY MASK) and Andy MacDonald (I BREATHED A BODY, Multiple Man), comes a unique story of one woman’s quest to save the world, if only she could learn the difference between love and monsters.

Avis : okay Aftershock, j’ai compris, vous vouliez vraiment que je lise vos séries. Jusque là, aucune ne m’a vraiment convaincu, même quand elles étaient signées par des auteurs que j’aime. Peu importe, le pitch le résultat n’était à mon sens pas vraiment parmi leurs créations les plus réussies. Mais avec un pitch pareil, du monde des rêves qui envahit la réalité suite à une tentative de transformer les songes en armes…je suis intrigué !

D’autant plus que j’adore en général toutes les histoires qui impliquent des rêves. C’est un procédé usé jusqu’à la corde, je sais, mais cela en révèle en général beaucoup sur les personnages, en allant fouiller leur inconscient et en faisait remonter des choses à la surface. Même si ce sont plutôt des cauchemars qui remontent dans le cas présent. Mélangé avec un élément surprenant. 

En effet l’idée là dessus est de mixer ensemble romance et série de monstre ? Est-ce que Paul Tobin s’est penché sur le passé, a vu que les romances et trucs des monstres ont toujours été très populaires et s’est dit : mmm…et si je mélangeais les deux dans une seule série ? Ensuite, je ne comprends pas trop comment le lien entre les deux fonctionne dans le cadre de l’histoire…mais je suppose que nous allons bien voir. 

Un concept assez original, avec un titre qui attire l’attention. Définitivement quelque chose à tester. 

Verdict : Check it 

BOOM ! STUDIOS 

REGARDING MATTER OF OSWALDS BODY #1

Prix : $3.99

Scénario :Christopher Cantwell

Dessin :  Luca Casalanguida

Sollicitation : Where is Lee Harvey Oswald’s body?

The Kennedy assassination is a rat’s nest of conspiracy theories: mafia involvement, the second gunman, government cover-up… but the most important chapter of this sordid tale may just be the theory that the body buried at Oswald’s Rose Hill gravesite is not actually Lee Harvey himself.

Meet the ragtag group of « useful idiots » who are unwittingly brought together to clean up the crime of the century – a wannabe cowboy from Wisconsin, a Buddy Holly-idolizing (former) car thief, a world-weary Civil Rights activist ready for revolution, and a failed G-Man who still acts the part – and specifically, regarding the matter of Oswald’s body.

For fans of Department of Truth and Time Before Time comes an off-kilter crime thriller set in the shadows of history’s greatest conspiracy by Eisner Award-nominated writer, producer, and director Christopher Cantwell (Iron Man, The United States of Captain America) and artist Luca Casalanguida (Lost Soldiers, Scout’s Honor).

Avis : nouveau gros lancement chez Boom avec cette nouvelle série écriture par Christopher Cantwell qui propose un pitch vraiment intriguant : retour sur l’assassinat de JFK, un événement à l’origine de tellement de théories du complot, que c’est un peu le papa de tous ces phénomènes aux USA, et sur le sort du corps de Lee Harvey Oswald…Ce ne serait pas le sien qui aurait été enterré…

Je dois dire que cela me fait bien rire de voire les références proposées par la sollicitation, “pour les fans de Department of Truth”…euhhh les gars, je sais que vous bossez aussi avec James Tynion IV et qu’il développe une nouvelle franchise chez vous, mais vous savez que son DoT est chez Image Comics ? Oui, bon d’accord, c’est aussi un carton et il est vrai que tout le phénomène autour du complotisme constant est dans l’air du temps…donc ça passe. 

Sinon, si le pitch est intéressant, je suis assez réservé sur le scénariste. D’un côté j’ai adoré son Doom chez Marvel, mais son Iron Man m’a laissé assez froid. J’ai eu du mal à entrer dedans et la caractérisation des personnages et le rythme ne fonctionnaient pas selon moi. Mais peut être qu’il avait besoin d’être plus libre pour exprimer son talent comme dans Doom…et peut être ici, aura-t-on de nouveau quelque chose de qualité. 

Verdict : Check it

FANTAGRAPHICS BOOKS 

TPB/GRAPHIC NOVEL

RED ROOM : THE ANTISOCIAL NETWORK TP

Prix : 19.99$/160 pages 

Scénario : Ed Piskor 

Dessin : Ed Piskor 

Episodes : 

Sollicitation : A cyberpunk, outlaw, splatterpunk masterpiece from the New York Times bestselling creator of Hip Hop Family Tree and X-Men: Grand Design!

Aided by the anonymous dark web and nearly untraceable cryptocurrency, a criminal subculture has emerged. It livestreams murders as entertainment. Who are the killers? Who are the victims? Who is paying to watch? How to stop it? Red Room is constructed as a series of interconnected stories, shining a light on the characters who exist in the ugliest of corners in cyberspace. Piskor cuts the graphic horror with his sharp sense of humor, gorgeous cartooning, and dynamic storytelling. Red Room peels back the curtain on the side of humanity few of us knew existed, let alone understood. Fans and followers of Piskor’s YouTube channel sensation, Cartoonist Kayfabe, have already made Red Room: The Antisocial Network one of the most eagerly anticipated and talked-about releases of 2021. It is the first in a series of graphic novels, with the second scheduled for release in Summer 2022. Full color

Avis : grosse sortie pour cet éditeur, car apparemment, comme aime à le claironner Ed Piskor, Red Room serait la meilleure vente de l’histoire de Fantagraphics. Une boîte qui a quelques décennies au compteur et était déjà là au moment du boom des comics du début des années 90. Mais il faut dire que Piskor a su vendre son bouquin, notamment au travers de son excellente chaîne You Tube Cartoonist Kayfabe. Et je pense qu’il a su aussi inventer un concept assez original et marquant pour attirer le lecteur et le garder. 

Il s’inscrit quelque part dans la grande vague horrifique qui s’est développée dans le comics ces 5-6 dernières années en allant j’ai l’impression bien plus loin en termes d’idées et de représentation graphique gore. Tous les autres bouquins d’horreur sortis ces dernières années ont l’air presque sages et timides en comparaison ! Du moins, je suppose, comme l’horreur n’est pas trop mon truc, je n’ai pas tenté la lecture. Et d’après ce que j’ai compris, il vaut mieux éviter de manger avant ou après la lecture…c’est assez graphique. 

En termes de contenu, Piskor a annoncé pas mal de bonus pour le TPB, indiquant qu’il voulait que le contenu des singles soit différent de celui des TPB, chacun étant une expérience différente. 

Chances de publication en VF : la grande question ! Je pense que des éditeurs sont intéressés (et ce n’est là que pure spéculation de ma part,  je précise), mais qu’ils doivent se demander comment le vendre en France…Donc bonnes au vu du succès aux USA, mais avec des réserves. 

Verdict : Check it 

IMAGE COMICS 

WHATS THE FURTHEST PLACE FROM HERE #1

Prix : $4.99

Scénario : MATTHEW ROSENBERG

Dessin : TYLER BOSS

Sollicitation : TRIPLE-SIZED FIRST ISSUE!

A postapocalyptic coming-of-age story from 4 Kids Walk into a Bank’s TYLER BOSS &

MATTHEW ROSENBERG. The world has ended. All that remains are gangs of children living among the ruins. But Sid believes there must be something more out there. When she disappears into the wastelands, her gang will risk everything to bring her home. A story about the things that matter most-your survival, your loved ones, and your record collection.

Avis : Rosenberg revient à l’indépendant cette semaine avec un nouveau creator owned. Lui, qui s’était fait connaître au départ avec son bouquin “4 Kids Walk into a Bank” avait par la suite passé plusieurs années chez Marvel à enchaîner les titres. Et s’il s’est montré fiable avec ses éditeurs, ses performances en tant qu’auteur ont laissé plus que dubitatif nombre de lecteurs, dont moi. Disons que je pense que son style n’était pas adapté aux personnages et séries qu’on lui confiait…

Il  se fait en ce moment une nouvelle place chez DC, mais je pense qu’après toutes ces années il a certainement voulu retrouver un peu de liberté, d’où le lancement de cette nouvelle série. D’autant que l’on aime ou pas son travail (et personnellement je ne cache pas que je suis très partagé), il est aujourd’hui bien plus connu des fans. Et on ne peut nier non plus que son histoire a du potentiel. 

Un pitch dans un monde post-apo attire toujours mon attention. Mais dans le cas présent, s’il y aura de l’action au programme, je pense qu’il mettra l’accent avant tout sur la relation entre ces personnages dans un monde devenu fou..enfin, encore plus fou que maintenant…

Verdict : Check it

A propos Sam 2210 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.