Guide de lecture comics VF : semaine du 15 mai 2024

Edito : et c’est reparti pour un tour, après une petite semaine de pause faute de sortie, le guide reprend du service pour un programme un peu plus chargé…quoique. Malheureusement, je vais encore faire entendre la même complainte, à savoir que le programme n’est guère réjouissant …encore une fois. Heureusement, celui de la semaine prochaine sera enfin intéressant, mais il aura donc fallu attendre la fin du mois pour avoir quelque chose de vraiment substantiel à se mettre sous la dent. 

En fait, pour moi, il n’y a que quelques titres intéressants cette semaine, essentiellement chez Urban. Chez Panini, c’est le calme plat avec pas mal de rééditions avant tout. Peut-être le nouveau run sur Captain America signé JMS, mais je me demande si je ne vais pas attendre de voir s’il dure vraiment aux USA avant de plonger. Je suis de plus en plus échaudé à l’idée de donner sa chance à des séries Marvel vu leur faible durée. 

En général, 10 épisodes avec de la chance et puis s’en vont. Comment développer quelque chose quand on vous laisse aussi peu de temps pour créer une intrigue, surtout avec les auteurs actuels qui pour la plupart lancent les nouvelles séries avec des arcs en 5. Donc avec de la chance, vous avez deux histoires avant de passer à l’échafaud…Même le bouche à oreille ne peut pas grand chose pour vous à ce stade. 

C’est marrant, car j’ai écris ces lignes (pas pour la première fois, d’ailleurs) quelques jours avant que Dan Buckley le président de Marvel comics annonce qu’ils allaient justement essayer de faire durer plus longtemps leurs séries régulières. Que le tout mini avait tendance à faire souffrir le marché…C’est bien, on commence à écouter les lecteurs…

Donc oui, j’attends beaucoup des sorties…de la semaine prochaine, là les affaires reprendront vraiment. 

Sorties de la semaine :  au risque de me répéter, la sécheresse se poursuit, mais retenons quand même : 

  • le Eerie and Creepie signé Alex Toth chez Delirium ;
  • chez Panini, le nouveau run de Captain America signé JMS ; 
  • chez Urban, la suite et fin attendue de Dark Knight of Steel ; 

Autres sorties de la semaine :heureusement, il y a de quoi se rassasier ailleurs : 

  • côté BD, la suite de l’excellent Hawkmoon tiré de l’œuvre de Michael Moorcock chez Glénat !
  • côté manga, on retiendra la suite de Sou Bou Tei chez Mangetsu de l’excellent Fujita ! et toujours chez Mangetsu, la suite du très bon Ao Ashi ! 
  • mais aussi chez Soleil, un nouveau volume d’Insomniaques, chez Sakka la fin de la série consacrée à Pline !
  • je n’ai pas encore décidé ce que je pensais de la réédition de Dragon Ball en version couleur, chez Glénat Manga par contre…

Émissions de la semaine : deux émissions au programme cette semaine, toujours à 21h, sur notre chaîne Youtube : 

  • lundi, un nouveau Comixity of the Future past !
  • jeudi, un nouveau Comixweekly qui reviendra sur les sorties VO de la semaine !

BLACK RIVER 

ASSASSIN’S CREED – ORIGINS & REFLECTIONS 

Date de sortie : 17 mai  2024

Prix : 20.90€/232 PAGES 

Episodes : 

Scénario : Anthony Del Col,  Pericles Junior Kaiowa

Dessin : 

Sollicitation : Un retour aux sources avec les protagonistes cultes de la licence Assasin’s Creed ! Deux aventures tirées de l’univers Assassin’s Creed Assassin’s Creed Origins L’Égypte ancienne, terre de majesté et d’intrigues, est en train de disparaître dans une lutte impitoyable pour le pouvoir. Découvrez de sombres secrets et des mythes oubliés alors que nous voyageons aux tout débuts de la Confrérie des Assassins et au-delà ! Assassin’s Creed Réflexions Quatre nouvelles aventures mettant en vedette les assassins préférés des fans comme Edward Kenway et Altaïr, ainsi que le héros de la Renaissance, Ezio Auditore da Firenze. Utilisant les immenses ressources d’Abstergo (et un certain profil génétique) pour se plonger dans les annales de la Confrérie des Assassins, le Maître Templier Juhani Otso Berg espère découvrir de nouvelles idées et informations sur les exploits de ses adversaires. Car comme on l’a souvent dit, la seule manière de bien connaître son ennemi est de devenir comme lui…

Avis : pas d’avis je signale juste la sortie. 

Verdict : pour les fans de la franchise. 

À lire avant : je pense que connaître le jeu vidéo est sans doute le plus important ici. 

CORNELIUS 

ABSURD COMICS

Date de sortie : 16 mai  2024

Prix : 11€/32 pages 

Episodes : 

Scénario : Robert Crumb 

Dessin : Robert Crumb 

Sollicitation : Rassemblées pour la premières fois dans un recueil, les histoires présentent dans ce 6e numéro de la collection Kim ont toutes pour point commun de jouer sur le non-sens et l’absurde. Généralement muettes – si l’on exclue les nombreuses onomatopées et les langues extraterrestres – les courts récits présents de cet ouvrage laissent à Crumb tout le plaisir de jouer avec le dynamisme de son dessin. Les personnages sautent dans tous les sens, se frappent la tête contre les murs, explosent en feu d’artifice poussés par un mouvement permanent délirant ou évoluent dans un décor complètement surréaliste. À l’instar du célèbre «?Keep on truckin’?», il faut continuer d’avancer coûte que coûte, même lorsque l’on a conscience de ne pas savoir où l’on va. Réalisées entre les années 1960 et 1980, les histoires d’Absurd comics témoignent de l’esprit retors de Robert Crumb qui se plait à nous conter, non sans humour, un monde qui a renoncé à comprendre son but. Fourmillante, trépidante et décalée, chaque planche est un régal visuel qui dégage une énergie sans pareil. 

Avis : pas d’avis, je connais assez mal l’œuvre de Crumb, mais il est bien que d’autres éditeurs en dehors de Delirium, qui a fait un gros travail sur la bibliographie de l’auteur, publient aussi ses travaux, même si là, le rapport nombre de pages / prix me semble élevé. . 

Verdict : pour les fans de Crumb

À lire avant : rien

DELCOURT COMICS

HELLBOY EDITION SPÉCIALE 30E ANNIVERSAIRE

Date de sortie : 15 mai  2024

Prix : 39.95€/416 PAGES 

Episodes

Scénario : John Byrne, Mike Mignola

Dessin : Mike Mignola 

Sollicitation : Alors que le nouveau film consacré à Hellboy est attendu en cours d’année, c’est l’occasion de proposer ses premières aventures, constituées principalement de récits courts, mais aussi sa toute première apparition, chronologiquement parlant, dans les pages de la série NEXT MEN de John BYRNE. L’album bénéficiera également d’une préface inédite de Mike MIGNOLA. 

Avis : pour célébrer l’anniversaire d’Hellboy, je vois que Delcourt publie une édition spéciale des premiers épisodes. Au vu du nombre de pages, cela ne peut pas être simplement Seeds of destruction, le premier arc de la série. Et, je ne crois pas que Delcourt ait les droits pour publier l’apparition du personnage dans Next men. Pour cela il faudra aller lire les épisodes publiés par Delirium (excellente série de Byrne au passage). 

On peut donc estimer qu’il y a un certain nombre de bonus derrière cette édition. Mais honnêtement, je pense qu’aucune édition ne vaut la version deluxe grand format publiée par Dark Horse et reprise par Delcourt. Chère, mais vraiment superbe. 

Cela fait tout de même bizarre de se dire que la créature de Mike Mignola a atteint les 30 ans et que c’est l’une des rares séries lancées au début des années 90 à avoir survécu. La période était alors très riche en lancement pour profiter du boom spéculatif mais 99% ont disparu de la carte dès que les spéculateurs ont quitté la maison…

Durant cette période, l’univers créé par Mignola s’est considérablement développé et enrichi et malgré le fait qu’il ait mené le destin de sa créature vers sa destination ultime, l’auteur n’est pas à court d’idées. Les mini dans cet univers se poursuivent et il vient d’annoncer qu’il allait lancer un tout nouvel univers ! 

Verdict : pour les complétistes absolutistes, pour les autres, achetez les intégrales, ce sera plus simple pour entrer dans la série. En oubliant pas BPRD également en parallèle. 

À lire avant : rien

DELIRIUM

EERIE & CREEPY PRÉSENTENT ALEX TOTH

Date de sortie : 15 mai  2024

Prix : 25€/168 pages 

Episodes : 

Scénario : Alex Toth 

Dessin : Alex Toth

Sollicitation : Voici enfin proposée pour la première fois aux lecteurs francophones, une édition complète des travaux fantastiques et horrifiques d’Alex TOTH publiés dans les magazines cultes Creepy et Eerie. Créateur génial au style simple et élégant que les grands artistes et auteurs des métiers de la BD et de l’animation vénèrent, Alex Toth est en effet considéré comme l’un des plus grands maîtres du Noir & Blanc, avec Milton Caniff, Frank Robbins ou Hugo Pratt.

Avis : voilà un auteur assez peu représenté en VF qui pourtant est une référence pour de nombreux créateurs. Il faut dire qu’Alex Toth a au final signé peu de comics, notamment par  rapport à nombre de créateurs de sa génération et s’est avant tout fait connaître pour son travail dans l’animation (notamment son association sur le dessin animé de Space Ghost). Malgré tout, son approche minimaliste, épurée au maximum, a traversé le temps et demeure un artiste important dans l’histoire des comics. Encore une fois, Delirium joue un rôle essentiel pour mettre en avant le patrimoine historique comics et nous faire découvrir des pépites perdues. 

Verdict : à posséder 

À lire avant : rien

PANINI COMICS

BEST OF MARVEL : INHUMANS – MUST-HAVE

Date de sortie : 15 mai  2024

Prix : 25,00 € 296 pages

Episodes : US Inhumans (1998) 1-12, précédemment publiés dans MARVEL DELUXE : INHUMANS)

Scénario : Paul Jenkins

Dessin : Jae Lee 

Sollicitation : Les pouvoirs des Inhumains sont le fruit d’un rituel de passage, quand ils traversent les brumes tératogènes. Découvrez ces personnages complexes, alors que leur ville, Attilan, est menacée par des envahisseurs et par le danger interne que représente Maximus le Fou, frère de Flèche Noire !

Avis : nouvelle réédition de la maxi série consacrée aux Inhumains lancée en 98 dans le cadre de la première vague de titres du label Marvel Knights. Avec le recul, on ne peut qu’avoir du respect pour la prise de risque de Quesada et Palmiotti quand ils ont choisi les titres composant le label. Si Daredevil & Punisher avaient le plus de chances de succès, Inhumans ou Black Panther, vu leur histoire, étaient moins destinés à rencontrer un public important. 

Pourtant plus de 25 ans après, ces différents runs sont considérés comme les références, les points d’entrée idéaux pour ces personnages et des runs classiques. Pour le coup, je pense que le succès tient beaucoup aux équipes créatives choisies. Dans le cas présent, en premier lieu la présence de Jae Lee au dessin. L’artiste qui s’était fait un nom au début des années 90, en commençant sur le Namor de Byrne , avant de passer chez Image pendant quelques années, revenait ici après plusieurs années d’absence. 

En effet, en 98, cela faisait quelque temps qu’on ne l’avait pas vu sur la scène comics avec un projet important et le titre marqua son retour au premier plan avec un style renouvelé. Si au moment de son apparition, il jouait beaucoup avec les ombres et silhouettes, il présente ici un style plus abouti et détaillé qui m’avait immédiatement séduit à l’époque. 

En termes d’intrigue, Paul Jenkins synthétise beaucoup d’éléments historiques propres aux séries Inhumains à travers le temps. Il place ainsi la cité d’Attilan au centre d’un complot à la fois interne et externe. Interne, alors que l’on comprend vite que certains manipulent certains événements au sein de la cité, bouleversant l’équilibre interne des inhumains. Externe, alors qu’un certain nombre de pays aimeraient bien mettre au pas la nation en question. 

Le scénario est de ce point de vue très bien mené, entre nouveaux personnages introduits qui nous servent de portes d’entrée dans ce monde et anciens personnages très bien mis en lumière, les rebondissements et surtout révélations s’enchaînent bien jusqu’au dénouement final qui nous révèle l’ampleur du complot et surtout son coût…L’ensemble est excellent et résiste bien à une relecture, même 25 ans après. 

Par ailleurs, c’est un bon point d’entrée dans le monde des inhumains. Je sais qu’à l’époque, je ne connaissais pas du tout ce coin de l’univers Marvel, et grâce au travail de Paul Jenkins, je ne me suis pas du tout senti perdu. 

Verdict : à lire 

À lire avant : rien

 
BEST OF MARVEL : CAPTAIN AMERICA – BLANC – MUST-HAVE

Date de sortie : 15 mai  2024

Prix :  16,00 €I 144 pages

Episodes : US Captain America: White (2015) 0-5, précédemment publiés dans 100% MARVEL : CAPTAIN AMERICA – BLANC)

Scénario : Jeph Loeb

Dessin : Tim Sale

Sollicitation : Pour Steve Rogers, ramené à la vie à notre époque, le monde est devenu très complexe. Captain America regrette la simplicité manichéenne de la Deuxième Guerre Mondiale, quand Bucky Barnes luttait à ses côtés. Il se remémore son combat contre Adolf Hitler et les Nazis.

Avis : ahhh que j’aimerais dire du bien de cette mini…Mais cela va être difficile. Voilà un projet qui eut une gestation compliquée, s’étalant sur des années, avec une pression constante quant à sa qualité finale. Il faut dire que ces projets spéciaux de Loeb et Sale mettant en valeur un personnage en se concentrant sur une couleur en particulier ont toujours disposé d’un bon accueil, grâce à une qualité générale assez bonne. Même si je les trouve assez inégaux.  

Le haut du panier serait sans doute Spider-Man Blue et Daredevil Yellow. J’ai trouvé Hulk gris assez dispensable et malheureusement, ce Captain America rentre dans cette catégorie. Je dirais même qu’il est en fait assez creux. En le lisant, je n’ai pas compris quelle thématique, les auteurs ont voulu aborder. Or c’est cela le sel général de ces mini. Au travers du filtre de la nostalgie, nous replongeant dans les débuts de tel ou tel personnage, essayer de faire ressortir quelque chose. 

Là, je n’ai rien ressenti de particulier, pas de nostalgie, pas la mélancolie d’un Spider-Man Blue, le sentiment d’innocence perdue d’un Daredevil. C’est juste sans grand intérêt d’un point de vue scénaristique. Et de même visuellement, malgré les années passées dessus, le rendu final du travail de Sale n’est pas son meilleur et je me demande si lui-même se demandait un peu où ils allaient avec ce projet. 

Bref, pour moi, c’est plus à conseiller aux complétistes, car le bouquin est assez moyen à tout point de vue. 

Verdict : bof bof

À lire avant : rien

LES LÉGENDES DE MARVEL 2 : 1985

Date de sortie : 15 mai  2024

Prix : 8,99€, 160 pages

Episodes : US Web of Spider-Man (1985) 1, Uncanny X-Men (1963) 200, Rocket Raccoon (1985) 1, Secret Wars II (1985) 1, Daredevil (1964) 219 et Balder the Brave (1985) 1, précédemment publiés dans MARVEL EPIC : SPIDER-MAN – LES FANTÔMES DU PASSÉ, X-MEN : L’INTÉGRALE 1985 (II), NOUS SOMMES LES GARDIENS DE LA GALAXIE, MARVEL OMNIBUS : DAREDEVIL PAR MILLER COMPANION, MARVEL ICONS : THOR PAR SIMONSON 2 et Spidey 78)

Scénario : Collectif I

Dessin : 

Sollicitation :  Trimestriel, Numéro exceptionnel pour cette anthologie consacrée à l’année 1985 ! En plus des aventures des X-Men et de Daredevil, et le premier numéro de la série Web of Spider-Man, vous y trouverez aussi les débuts des séries Rocket Raccoon et Secret Wars II !

Avis : pas d’avis je signale juste la sortie. 

Verdict : pour les fans de ce format. 

100% MARVEL : DEADPOOL T02

Date de sortie : 15 mai  2024

Prix : 19,00 € I 144 pages

Episodes : US Deadpool (2022) 6-10, inédits)

Scénario : Alyssa Wong

Dessin :  Luigi Zagaria

Sollicitation : Deadpool devrait être de bonne humeur : il a trouvé l’amour en la personne de Valentine Vuong, il a retrouvé sa fille et il a même un chien ! Mais pour un tueur surentraîné qui est la cible d’autres tueurs surentraînés, avoir des gens auxquels on tient n’est pas forcément une bonne nouvelle.

Avis : pas d’avis je signale juste la sortie. Encore une série écourtée pour Deadpool, ce doit être la 2e ou 3e série Deadpool que Marvel arrête au bout de 10 épisodes. Et quand on observe un peu la stratégie de Marvel ces dernières années, on peut constater qu’ils n’ont pas réussi à imposer une série Deadpool depuis pratiquement 5 ans. De fait, un nouveau relaunch est en cours aux USA, avec Cody Zigler au scénario cette fois…A voir, si la sortie du 3e opus au cinéma en même temps va aider cette nouvelle mouture…

Verdict : pour les fans de Deadpool

À lire avant : le tome 1

 

100% MARVEL : CAPTAIN AMERICA T01

Date de sortie : 15 mai  2024

Prix : 19,00 € I 136 pages

Episodes :  US Captain America (2023) 1-4, inédits)

Scénario : J. Michael Straczynski

Dessin : Jesus Saiz, Lan Medina

Sollicitation : Entre un service rendu à Spider-Man et une sollicitation des Quatre Fantastiques, Steve Rogers essaie de renouer avec la vie civile sous le costume de Captain America. Mais c’est compter sans le retour de l’A.I.M. qui s’adonne à la magie noire depuis qu’un démon en a pris le contrôle… 

Avis : voilà une nouvelle relance qui suscite de ma part des sentiments mitigés avant même que je me plonge dans la lecture. En premier lieu, parce que pour effectuer cette relance, Marvel a coupé court au run de Kelly & Lanzing. Et par couper court, je veux dire qu’ils ont clairement balancé un plan sur plusieurs dizaines d’épisodes pour tout condenser en moins de 15…Donc forcément le dernier arc donnait un sentiment de résolution expédiée par le fenêtre après des débuts on ne peut plus réussi…Voir un bon run gâché ainsi fait mal au coeur, d’autant que cela fait un moment que Marvel rencontre des difficultés pour imposer une nouvelle direction viable sur le personnage. 

De fait, depuis Ed Brubaker, l’errance pour trouver un nouvel auteur de référence dure…Remender s’est aliéné une partie du public en changeant radicalement de direction. Nick Spencer ne s’est jamais vu pardonné le Captain America Hail Hydra, Mark Waid a fait de la plomberie sur les ruines, Ta-Nehisi Coates a pas mal endormi le public d’après ce que j’ai compris et Kelly & Lanzing se sont fait dégagés au bout de 15 épisodes. Si je compte bien, cela fait une demi douzaines d’équipes créatives en 12 ans…Et à part l’excellent Dimension Z de Remender et le désastreux Cap Hydra de Spencer, on ne peut pas dire que l’on peut retenir grand chose sur cette période. 

Est-ce que JMS peut changer les choses ? C’est ma seconde réserve, car il y a 20 ans, je vous aurais dit oui, sans hésiter ! Monsieur Babylon 5, celui qui a sauvé Spider-Man au début des années 2000, puis Thor ? Oui, oui, et 100 fois oui…Sauf que 20 ans sont passés dessus et si j’en crois mes lectures de ses travaux chez AWA, le monsieur a pas mal perdu quand il s’agit d’écriture comics. Il y manque clairement l’étincelle de génie dont il disposait auparavant. Et je ne sais pas si cela sera le projet qui la lui rendra. 

D’autant que les critiques sont très divisés sur ce run, certaines aiment et d’autres, comme Steve chez nous, n’apprécient pas du tout. Du coup, difficile de se faire une opinion sur cette base. Enfin, un dernier facteur joue : l’instabilité créative sur le titre et chez Marvel en général. Si l’excellent Jesus Saiz dessine bien les premiers épisodes, il a été rapidement remplacé et depuis comme d’habitude, on enchaîne un peu les dessinateurs…

Encore une fois, comment construire une identité sur une série, si les artistes changent tous les deux numéros ! On me répondra que peu d’artistes tiennent un rythme mensuel, oui, mais là l’artiste désigné n’a même pas tenu sur l’ensemble du premier arc ! et depuis, on dirait qu’il n’y a pas vraiment d’artistes réguliers, juste l’armée habituelle de dessinateurs tournants anonymes sans identité ou marque propre. Wow, Marvel, arrêtez, vous donnez trop envie de vous donner notre argent…

Donc, oui, j’y vais un peu en traînant les pieds et en priant le dieu des comics d’avoir une bonne surprise…

Verdict : à tester 

À lire avant : rien

100% MARVEL : LA SORCIÈRE ROUGE T02

Date de sortie : 15 mai  2024

Prix : 18,00 € I 120 pages

Episodes : US Scarlet Witch (2023) 6-10, inédits)

Scénario : Steve Orlando

Dessin : Sara Picchelli, Lorenzo Tammetta 

Sollicitation : Les âmes en peine continuent d’affluer à l’officine mystique de la Sorcière Rouge. Parmi elles, Ganymède, seule survivante d’un ordre de guerrières décimées par les Skrulls. Pour épauler la jeune femme dans sa quête de justice, Wanda plaide sa cause devant Hulkling et Wiccan. 

Avis : suite pas vraiment attendue en ce qui me concerne de la série dédiée à Scarlet Witch par Steve Orlando essentiellement. J’avais acheté le premier tome pour plusieurs raisons : j’aime le personnage et j’espérais qu’enfin, Marvel allait lui rendre justice après 20 ans de mauvais traitements, il y avait un épisode dessiné par Russell Dauterman et le pitch me rappelait étrangement celui de Grant Morrison pour Zatanna dans 7 soldiers of Victory. 

Pour rappel, dans les deux cas, les jeunes magiciennes, ouvrent une boutique de magie/occulte et finissent par aider les gens qui s’y rendent…Dans le cas présent, Orlando, ajoute l’idée d’une porte magique qui amène directement les nécessiteux dans la boutique. Un pitch qui aurait sans doute bien fonctionné en show TV…il y a 25 ans…Et ne me dites pas que vous n’y avez pas pensé…

Sauf que sur le fond, l’écriture d’Orlando est assez lourdingue, Wanda règle tous les problèmes en agitant les doigts, justifie et explique dans les détails tout ce qu’elle fait avec leçon de morale derrière (qui renforce au passage le côté série TV de la fin des années 90) et est un bon exemple de donner une longue explication au lieu de simplement montrer les choses. Oui, la nuance est partie en vacances sur cette série. 

Et cette lourdeur est d’autant plus renforcée par une traduction peu finaude en VF…L’ensemble n’est pas vraiment soutenu par une partie graphique attrayante. À part l’épisode signé Dauterman (qui n’était pas son meilleur), le travail de Sara Pichelli n’est pas fameux. Je comprends qu’elle ait modifié son style pour tenir les délais, mais il n’en reste plus qu’une base appauvrie dans les faits. 

Les décors sont absents la plupart du temps, les personnages ne sont pas travaillés et tout est fait pour aller au plus rapide. Donc, non, je ne recommande pas de continuer la série, qui de toute façon enchaîne les mini aux USA, ce qui fait que cela va devenir assez compliqué à suivre en VF, la série changeant de nom à chaque mini bien évidemment…

Verdict : dispensable

À lire avant : le tome 1

 

MARVEL DELUXE : IRON FIST – L’ARME VIVANTE

Date de sortie : 15 mai  2024

Prix :  32,00 €I 256 pages

Episodes : US Iron Fist: The Living Weapon (2014) 1-12, précédemment publiés dans 100% MARVEL : IRON FIST – L’ARME VIVANTE 1-2)

 Scénario : Kaare Andrews

Dessin : Kaare Andrews

Sollicitation : Le temps où il errait seul, orphelin, perdu dans les hauteurs enneigées de l’Himalaya, est un lointain souvenir pour Daniel Rand. Désormais, c’est un playboy, un millionnaire et un super-héros. Mais voilà qu’une jeune pensionnaire de K’un-Lun le somme de retourner là-bas…

Avis : ouh là, il a fallu que j’aille me replonger dans la première édition de cette maxi série pour me souvenir de quoi il s’agissait. Je m’en souvenais un peu, mais me rappeler ce que j’en avais pensé à l’époque est plus compliqué. Il faut dire qu’elle date de 10 ans maintenant ! J’apprécie qu’elle soit rééditée en deluxe, car le style de Kaare Andrews s’y prête assez bien. 

Je suis fan de l’artiste et comme d’habitude, il essaye beaucoup de choses sur cette maxi, souvent assez réussies visuellement. Jouant sur les compositions, les angles de vue, la narration entre passé et présent, les couleurs…Sans innover, il prend pas mal de risques pour essayer de dynamiser l’ensemble.

Niveau scénario…arrghhh, c’est plus compliqué. Déjà, c’est foutrement verbeux, mais alors beaucoup trop. On a droit à la narration interne de Dany qui est bien trop lourde pour ce qui est raconté. En plus la caractérisation du personnage est aux fraises par rapport à ce que l’on connaît de lui. En fait, on a vraiment l’impression que Andrews est resté coincé sur le Dark Knight Returns de Miller et essaye de coller la caractérisation de ce Batman à Iron Fist…

Pourquoi ? Ne me demandez pas. Vous ajoutez à cela une narration passablement confuse et vous avez un récit ou la moitié du temps vous ne comprenez rien à ce qui se passe et l’autre moitié vous vous demandez pourquoi vous avez voulu comprendre…Est-ce que c’est mauvais, non, et je me souviens que j’avais aimé la seconde partie plus réussie, mais le récit aurait gagné à être allégé et construit de manière plus linéaire. 

Au passage, je constate que Panini ne fait que rééditer la maxi série en douze, sauf qu’il y avait une suite en 6 toujours produite par Andrews et se concentrant sur les nouveaux personnages introduits par l’auteur qui n’a jamais été traduite. En parlant des nouveaux personnages introduits, j’en profite pour mentionner un fait :  alors que Marvel s’échine à remplacer Daniel Rand par un nouvel Iron Fist, on rappellera qu’Andrews avait justement présenté une option tout à fait acceptable ici…Option passée à la trappe apparemment entre temps sans réelle justification. 

C’est d’autant plus rageant que l’option introduire par Andrews s’inscrivait justement dans l’idée d’héritage du Iron Fist…alors que le nouveau personnage créé par marvel récemment, sort de nulle part, nie presque l’héritage de Rand et a été si mal préparé qu’au final elle n’intéresse personne…Là aussi un beau gâchis. 

Verdict : accrochez vous 

À lire avant : rien 

MARVEL DELUXE : DEADPOOL T05

Date de sortie : 15 mai  2024

Prix : 26,00 €I 192 pages,

Episodes : US Deadpool (2012) 7, 13, 20, 26, Annual (2013) 2, Bi-Annual (2014) 1 et Death of Wolverine: Deadpool & Cap (2014) 1, précédemment publiés dans DEADPOOL : FLASHBACKS, MARVEL MUST-HAVE : DEADPOOL – LE BON, LA BRUTE ET LE TRUAND, MARVEL-VERSE : DEADPOOL et MARVEL NOW! : DEADPOOL SPECIAL)

Scénario : Gerry Duggan, Brian Poshen

Dessin :  Scott Koblish, Salva Espin 

Sollicitation : Lorsque Nick Fury est pris pour cible par un Adolf Hitler capable de voyager dans le temps, Deadpool et Cable volent au secours du célèbre espion. Pour le Mercenaire Disert, c’est le début d’un périple qui l’emmènera du Wakanda en Asgard, en passant par le New York des années 1970 ! 

Avis : pas d’avis je signale juste la sortie. 

Verdict : pour les fans de ce run sur Deadpool, qui est désormais le plus important. 

À lire avant : les 4 premiers tomes

 

MARVEL DELUXE : X-MEN – LE PROCÈS DE MAGNÉTO

Date de sortie : 15 mai  2024

Prix : 35,00 €I 384 pages

Episodes : US X-Factor (2020) 1-3, 5-10 et X-Men: The Trail of Magneto (2021) 1-5, précédemment publiés dans X-MEN : DAWN OF X 12, 14-15, X-MEN : REIGN OF X 1, 9-10, 16-20 et MARVEL DELUXE : HELLFIRE GALA)

Scénario : Leah Williams

Dessin :  David Baldeon, Lucas Werneck 

Sollicitation : Les Cinq peuvent ressusciter n’importe quel mutant ayant péri. Mais il y a des règles, et pour s’assurer qu’elles soient respectées, Facteur-X doit d’abord mener l’enquête. Et quand le corps sans vie de Wanda Maximoff est retrouvé au Gala des Damnés, tout semble accuser Magnéto…

Avis : ou encore l’exemple parfait de comment gâcher une bonne série, Marvel ! Le titre lancé dans la seconde vague de séries liées au nouveau statut quo de Krakoa bénéficiait en effet d’un bon pitch. Les mutants constituaient une équipe pour enquêter sur les mutants n’ayant pas encore intégré l’île mais ayant disparu entre-temps. C’était l’occasion de refaire d’X-Factor une série d’enquêtes tout en explorant la perception du monde extérieur sur Krakoa. Oui, sauf que ça c’était l’épisode 1. 

Et comme le pitch était bon, la composition de l’équipe intéressante, il a bien fallu tout foutre en l’air passé cet épisode 1. En effet, dès les épisodes suivants, toutes les bonnes intentions sont passées par la fenêtre. Leah Williams a rapidement abandonné son idée pour nous imposer un arc dans le Mojoverse qui était juste horrible à lire, avant de plonger dans ce stupide crossover X of Swords…et puis finir au bout de 10 épisodes.

Bien évidemment à ce stade, comme la plupart des lecteurs, je m’étais barré, d’où l’arrêt de la série. Je reste vraiment sur le cul de voir une série à si fort potentiel complètement sabordée tant par ses auteurs que par le staff edito aussi rapidement. C’est presque un record à inscrire dans le Guinness. 

Je vois que Panini a eu la bonne idée de coller la mini du Trial of Magneto…où Magneto est accusé d’avoir tué Scarlet Witch…qui est sa fille, mais en fait non, mais en fait oui, mais en fait on sait plus parce que Marvel n’arrive pas à prendre une décision. Bien évidemment, si l’éditeur avait été logique, cette mini comme la plupart lancée ces dernières années aurait pris place dans une série régulière. Mais non, ce n’est pas la stratégie de Marvel, surtout la franchise mutante. 

Si l’on suit la politique éditoriale de Marvel ces dernières années, on se rend compte qu’ils ont pris la décision de rendre les choses les plus complexes et difficiles à suivre possible, pour avoir régulièrement des nouveaux numéros 1 à vendre. Sauf que pour un nouveau lecteur, entre une trentaine de mini séries et deux ou trois séries régulières…je vous laisse deviner ce qui est le plus simple à rattraper…

Et créativement, c’est le bordel, car cela vide les séries régulières de tout événement important. Et bien oui, puisque tout se fait immédiatement exfiltré dans une mini série extérieure…Comme voulez vous avoir une vision cohérente de l’ensemble dans ces conditions. 

Vous l’aurez compris, je ne suis guère en faveur de cette politique et du contenu de ce tome en général. 

Verdict : bof 

À lire avant : rien – mais connaître le statut quo de Krakoa va aider 

 

DEADPOOL : L’INTÉGRALE 1997

Date de sortie : 15 mai  2024

Prix : 36,00 €  I 336 pages

Episodes :  US Deadpool (1997) 3-11 et -1, Daredevil/Deadpool ’97 et X-Force (1991) 71, 73 et 76 (extraits), précédemment publiés dans MARVEL SELECT : DEADPOOL 1-2 et X-FORCE 40, 42, 45)

Scénario : Joe Kelly

Dessin : Ed McGuinness

Sollicitation : En 1997, la série régulière Deadpool gagne en popularité, donnant un nouvel élan à son protagoniste et à son équipe créative composée de Joe Kelly et Ed McGuinness. Cette année-là, la série inclut également un épisode Flashback et un crossover/Annual avec Daredevil.

Avis : suite de la réédition de la série Deadpool en intégrale alors que l’on entre dans le vif du sujet du run de Kelly & McGuinness qui à ce jour reste une référence, avec désormais le run de Duggan sur le personnage. Cette première année voit essentiellement les auteurs poser les bases de ce qui va être développé ultérieurement sur le titre, entre le statut quo du personnage, son cast (Blind Al notamment) et va donner au personnages quelques antagonistes propres. 

Pour ceux qui s’interrogent sur le crossover avec DD, Kelly réalise en fait un retcon d’un élément de l’histoire de Matt Murdock que Miller avait introduit lorsqu’il avait réalisé Man Without Fear quelques années auparavant. C’était important, mais n’avait été repris par personne par la suite (à ma connaissance du moins), car sans doute trop source de controverses. En tout cas, le twist amené par ce retcon est assez malin et je sais qu’à l’époque, il m’avait vraiment pris par surprise. 

Pour le reste, malgré le peu d’attrait que j’ai pour Deadpool, je continue de beaucoup aimer ce run, qui reste très réussi plus de 25 ans plus tard, beaucoup de bonnes idées ont été développées, même si j’ai l’impression que pas mal des changements apportés par Joe Kelly ont par la suite été ignorés. Par ailleurs, je dois dire que je préfère le Mcguinness de cette époque. 

C’est le style qu’il avait commencé à développer et qui a vraiment explosé quand il est passé sur Superman ensuite. Il avait vraiment aidé à rafraîchir le personnage au début des années 2000. Cela fait maintenant plus de 15 ans qu’il est revenu chez Marvel et je n’ai pas l’impression qu’au-delà de Red Hulk qui date maintenant, il ait vraiment contribué à quelque chose de majeur chez l’éditeur depuis lors.  

Verdict : à lire 

À lire avant : au moins la précédente intégrale

WOLVERINE : L’INTÉGRALE 1988-1993

Date de sortie : 15 mai  2024

Prix : 36,00 € I 376 pages

Episodes : US Havok & Wolverine: Meltdown (1988) 1-4, Wolverine/Nick Fury: The Scorpio Connection (1989) 1 et Wolverine (1989) 54, 58-59, 65, précédemment publiés dans Collection Super Héros 35, Top BD 21, Serval 29 et inédits)

Scénario : Walter Simonson, Archie Goodwin

Dessin : Jon J. Muth, Darick Robertson

Sollicitation : Wolverine est le protagoniste de plusieurs projets spéciaux comme la mini-série Havok & Wolverine: Meltdown et le roman graphique Wolverine/Nick Fury: Scorpio Connection. Il apparaît également dans sa série régulière avec des histoires réalisées par Larry Hama et Mark Texeira.

Avis : cette sortie annonce une bonne nouvelle, la reprise par Panini de la publication des intégrales Wolverine. Il y a un certain temps que l’éditeur avait été obligé de les arrêter…à deux reprises. Dans les années 2010, en raison de faibles ventes d’abord, ce qui est un peu incroyable pour un personnage Wolvie…mais aussi parce qu’ils avaient atteint la limite de ce qui était disponible en termes de matériel scanné par Marvel. 

Depuis lors, Marvel a fait diligence et le travail effectué par l’éditeur dans le cadre des rééditions en omnibus de la série a permis de rendre disponible le matériel en qualité suffisante pour que les intégrales VF reprennent. Est-ce que le contenu sera meilleur ? Je ne sais pas trop, car j’ai commencé à vraiment lire le run de Larry Hama sur ce titre à cette occasion et euhh, sans offenser personne…vous vous rendez compte que ce n’est pas très bon n’est-ce pas ? 

La profondeur que Claremont avait essayé de donner au personnage pendant des années s’est envolée au pays des idées reçues pour laisser la place à …un héros d’action type film d’action des années 80 où le cool l’emporte sur quoique ce soit d’autre. Cela m’a vraiment frappé avec l’arc sur la mort de Mariko…histoire pourtant importante (même si elle s’en est remise depuis lors) qui est juste ridicule dans sa mise en scène. 

Le pathos est absent pour laisser la place à de l’action gratuite décervelée…Donc, sur le fond, ce run m’indiffère un peu désormais, mais je vais quand même continuer les intégrale un petit moment. D’une part parce qu’Adam Kubert va reprendre le titre au 75 niveau dessin pour un petit moment (jusqu’au 102 avec des interruptions) et que je veux voir ça. 

D’autre part, je vois que Panini commence à publier les mini et autres graphic novel publiés au début des années 90 par Marvel autour de Wolverine. Et il y a de quoi faire. On a ici la mini Havok & Wolverine: Meltdown écrite par Walter Simonson donc je veux lire ça. D’autant que visuellement le travail de Jon J. Muth est très sympa. 

Enfin, je vois qu’ils commencent la publication de la trilogie de rencontres entre Wolverine et Nick Fury, avec ici The Scorpio Connection, ce qui me laisse penser que dans la prochaine intégrale, nous devrions avoir les deux autres parties, dont la seconde bloody choices est dessinée par John Buscema, donc là aussi, je veux voir ça. 

Donc un contenu de qualité très…variable, mais suffisamment attirant pour que je continue de m’infliger ça…

Verdict : à lire 

À lire avant : les précédents tomes – on entre dans une période où la continuité devient importante


EXCALIBUR : L’INTÉGRALE 1990-1991

Date de sortie : 15 mai  2024

Prix : 36,00 €  I 344 pages

Episodes : US Excalibur (1988) 32-41, Sensational She-Hulk (1989) 26, Marvel Comics Presents (1988) 75 et Excalibur: Weird War III (1990), précédemment publiés dans Titans 155-160, Nova 171 et inédits)

Scénario : Chris Claremont, Scott Lobdell

Dessin : Dave Ross, Mark Badger

Sollicitation : Entre fin 1990 et 1991, Excalibur voit s’alterner les scénaristes Chris Claremont et Scott Lobdell, qui reprennent le titre en attendant le grand retour d’Alan Davis à l’écriture et au dessin. Dans l’intervalle, Mark Badger, Ron Wagner et Dave Hoover assurent la partie graphique.

Avis : pas d’avis je signale juste la sortie. J’ai lu la première intégrale, cela m’a suffit pour ne pas me donner envie de revenir. Je vois que l’on assiste au passage de témoins entre Claremont et Lobdell ici, qui ne restera que quelques épisodes. De mémoire, ce sera ensuite du Alan Davis pendant un petit moment. 

Verdict : pour les fans de la série

À lire avant : les précédents tomes

HULK : L’INTÉGRALE 1969

Date de sortie : 15 mai  2024

Prix : 32,00 €  I 240 pages

Episodes : US Incredible Hulk (1962) 111-121, précédemment publiés dans Hulk Color 5-7 et Strange Spécial Origines 133)

Scénario : Stan Lee, Roy Thomas

Dessin : Herb Trimpe

Sollicitation : En 1969 se termine le cycle de Stan Lee au scénario, alors que le prolifique Herb Trimpe reste au dessin, et il y restera jusqu’en 1975. Le rôle de Lee échoit à Roy Thomas qui terminera son cycle fin 1971.

Avis : pas d’avis je signale juste la sortie. 

Verdict : pour les fans du Hulk classique

À lire avant : les précédentes intégrales. 

 

 

MARVEL NEXT GEN : MILES MORALES T06 – THE AVENGING AVENGER !

Date de sortie : 15 mai  2024

Prix : 13,99 €  I 248 pages

Episodes : US Spider-Man (2016) 12-19 et Spider-Gwen (2015B) 16-18, précédemment publiés dans MARVEL OMNIBUS : MILES MORALES – SPIDER-MAN)

Scénario : Brian Michael Bendis, Jason Latour

Dessin : Sara Pichelli, John Bazaldua

Sollicitation : Spider-Man rencontre Spider-Gwen ! Et pas qu’un peu… y a-t-il de la romance dans l’air ? Miles Morales et Gwen Stacy ne proviennent pas du même univers, mais une mission dans le multivers va changer leurs existences à jamais ! 

Avis : pas d’avis je signale juste la sortie. 

Verdict : pour les fans de Miles 

À lire avant : les précédents tomes. 

URBAN COMICS

DARK KNIGHT OF STEEL TOME 2

Date de sortie : 17 mai  2024

Prix : 17€/160 pages 

Episodes : Dark Knight of Steel #7-12

Scénario : Tom Taylor 

Dessin : Yasmine Putri 

Sollicitation : Aux portes de la mort, Batman se cache pour essayer de se remettre de ses blessures et de la trahison de son frère d’armes, Kal-El. Loin de là, la bataille pour les Trois Royaumes s’enveniment et prend vite une tournure dramatique, alors que les ennemis se révèlent et que de sombres secrets se répandent comme le sang sur le champ de bataille… Les héros parviendront-ils à éviter à cette guerre l’issue la plus funeste ?

Avis : suite attendue mais aussi fin de cette très bonne maxi série qui comme souvent avec Tom Taylor nous offre une nouvelle variation de l’univers DC. Après les super héros qui tournent mal dans Injustice et les super héros face aux zombies dans Dceased, cette fois, c’est …les super-héros au moyen âge façon fantasy classique !

Et oui, l’idée est simple : et si Superman avait atterri sur Terre au Moyen Âge ? Et pas seul ?  On retrouve tous les personnages DC que l’on connaît mais remanié à l’aune de cette idée, avec guerre entre royaumes à la clé et prophétie qui annonce à priori que Superman et sa famille, ou ce qu’il en reste, vont asservir le monde. 

Bien évidemment, les choses ne sont pas ce qu’elles apparaissent et on sent bien qu’un complot machiavélique est derrière tout ça. Le plaisir principal derrière ce genre d’exercice est, parmi d’autres, de voir si l’auteur impliqué a été suffisamment inspiré pour aller au-delà de la simple transposition. 

Oui, voir ce que sont devenus les super-héros DC est amusant…le temps d’un épisode ou deux, mais il faut une vraie histoire derrière et Taylor ailleurs comme ici, excelle dans l’exercice. Libéré des contraintes de l’univers DC principal, il peut s’amuser et par là j’entends multiplier les tragédies, coups du sort, rebondissements et retournements de situation. 

Personne n’est à l’abri, l’origine de certains personnages peuvent être modifiés à l’envie (hein Bruce ?), sans que cela ne pose de problèmes, d’autres sont tués, mutilés…. Taylor allait donc assez loin dans le premier tome, rendant l’ensemble très divertissant et plaisant à lire, alors que l’on se dirigeait vers une guerre ouverte dans tous les sens. Du coup, j’ai hâte de découvrir la suite, en espérant qu’elle sera à la hauteur de tout ce qui a été mis en place. 

Verdict : à lire 

À lire avant : le tome 1

BRIAR  LA REBELLE AU BOIS DORMANT TOME 1

Date de sortie : 17 mai  2024

Prix : 19€/120 pages 

Episodes : Briar #1-4

Scénario : Christopher Cantwell 

Dessin : German Garcia 

Sollicitation : Cent ans après être tombée dans un profond sommeil, Briar Rose s’éveille, et découvre avec effroi qu’en son absence, son ancien époux tyrannique a laissé leur royaume sombrer dans la misère et le chaos. Accablée par les trahisons, les lourdes prophéties, et un corps meurtri, Briar et sa bande de marginaux devront trouver la force de survivre sur ces terres désolées où la magie se meurt. Guidés par un ardent désir de vengeance, Briar et son peuple finiront-t-ils seulement par trouver la paix et à vivre heureux ?

Avis : et enfin, on finit cette longue semaine de sorties, avec cette nouvelle mini série indépendante signée Cantwell et Garcia qui réinterprète le conte de fées de la belle aux bois dormant façon post apo ? Mêlant les genres, les auteurs proposent une variante du conte original modernisé et relativement plus musclé. Ici on est loin de l’approche enfantine à la Disney. Le monde est sombre et notre héroïne devra se salir les mains pour survivre, d’autant que les choses ont bien changé entre le moment où elle a été plongée dans le sommeil et son réveil…sans prince à son service. 

J’avais lu le premier épisode en VO à l’époque de la sortie et j’avais trouvé le résultat plaisant, mais qui n’allait pas dans la direction que je souhaitais vraiment. Il manquait encore quelque chose pour rendre l’ensemble vraiment intéressant. Visuellement par contre, j’avais adoré l’approche de German Garcia au dessin. Il est donc dommage qu’il ne soit pas présent aux crédits de la seconde mini qui vient d’être annoncée aux USA. Cantwell est toujours à la barre du scénario par contre. 

En tout cas, encore une fois, on voit qu’Urban essaye de proposer des choses aux thématiques ou équipe créatives cohérentes. Il y a 15 jours, c’était tout Sean Gordon Murphy, cette semaine, c’est de la variation d’histoire connue sur fond de fantasy. C’est une bonne politique, qui fait qu’il y a une certaine cohérence dans les publications. 

Verdict : à tester 

À lire avant : rien

A propos Sam 2325 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

3 Comments

  1. Concernant cette intégrale Excalibur, si vous avez “survécu” à la lecture des précédentes intégrales (et ce, même avec la superbe prestation d’Alan Davis au dessin), cette intégrale va enterrer toute envie de poursuivre la série.
    C’est bien dommage, parce qu’à partir du numéro 42 (donc prochaine intégrale), Alan Davis entame son run en solo (scénario ET dessin) pour un peu plus de 20 numéros, et c’était une prestation saluée !

    • J’en profite pour rajouter : autant “Inhumains” du duo Jenkins & Lee est un véritable MUST HAVE, autant “Captain America : Blanc” est loin d’en être un !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.