Tops et Flops de la semaine

Tops de la semaine 

– 5 – Superman Unchained 7, de Scott Snyder et Jim Lee…Ahhhh enfin un épisode marrant de Superman !!! où Batman prouve qu’il a vraiment l’égo le plus surdimensionné de l’univers + où Snyder rappelle qu’outre l’espoir le symbole de Superman veut dire autre chose !!! La série est vraiment montée en puissance d’épisode en épisode, mais gâchée par les retards de Jim Lee…Dommage j’appréciais vraiment cette série.

SUPERMAN UNCHAINED #7

– 4 – Morning Glories 39, de Nick Spencer et Joe Eisma. Cela fait un moment que je n’ai pas évoqué ce qui reste une de mes séries préférées. Il faut dire pour ma défense que résumer un épisode ou l’histoire révèle de mission impossible tant les intrigues, sous intrigues, sous sous sous intrigues, plans emboîtés les uns dans les autres font passer les histoires de Jonathan Hickman pour un puzzle accessible aux moins de 2 ans…

En outre il faut tout de même dire que le titre a été assez absent ces derniers temps. Le dernier numéro (le 38) étant sorti mi avril dernier …Pour ce début de nouvel arc en tout cas, le scénario se recentre sur le personnage de Casey, qui était au centre du premier arc, et qui a disparu un moment car …envoyée dans le passé…où elle s’est piégée elle même pour intégrer l’académie…entre autres choses puisqu’on apprend qu’elle s’y est mariée et a eu un enfant …mais a aussi commis pas mal d’actions …moralement condamnables avant de revenir dans le présent…sous sa forme d’ado et en ayant perdue la mémoire !!!

Morning Glories 039

Bref Spencer a ajouté une bonne couche de complexification dans son titre déjà pas simple, puisque de manière évidente les actions passées de Casey vont jouer un rôle central dans l’avenir du titre…Soyons clairs, Morning Glories demande une relecture régulière pour parvenir à emboîter les très très très nombreuses pièces sachant qu’à chaque fois que l’on commence à avoir des réponses, celles-ci amènent surtout de nouvelles questions…

– 3 – Green Arrow 33, de  Jeff Lemire et Andrea Sorrentino. C’est le coeur serré et la larme à l’oeil que j’évoque encore une fois un épisode génial de Green Arrow, puisque nous savons désormais qu’il s’agira d’un des derniers par cette équipe créative. La lutte contre Richard Dragon s’intensifie avec l’arrivée en ville de la demi soeur d’Ollie, Emiko, bien décidée à reprendre le titre de Green Arrow. Décrite comme une psychopathe dans ses premières apparitions, je dois bien dire que son arrogance et son talent font qu’on ne peut que l’adorer. Elle a ce côté indomptable et poil à gratter de Damian. Bref j’espère que la nouvelle équipe créative continuera à utiliser ce personnage génial.

GREEN ARROW #33

– 2 – Magneto 6, de Cullen Bunn et Javier Fernandez. Après avoir pourchassé des humains persécutant des mutants, Magneto fait évoluer sa quête de vengeance, punition, en s’attaquant à un groupe de mutants bien connus des vieux fans qui se sont fait relativement discrets ces dernières années : les maraudeurs. Il faut bien le dire, le fait que Magneto les prenne en chasse est d’une incroyable logique au vu des exactions passées du groupe, notamment le Mutant Massacre, qui est ici très intelligemment rappelé.

En quelques pages, Cullen Bunn nous décrit leurs crimes passés, alors que Magneto les traque comme ils ont traqué les Morlocks dans le passé. Il rappelle aussi la condition particulière des maraudeurs, hommes de mains de Sinistre qui ont été souvent tués par le passé…pour toujours revenir. Bunn remet dans la mémoire collective cette idée assez dingue que Sinister a un peu partout dans le monde des cuves de clones de Maraudeurs qui s’activent dès qu’une version disparaît…

MAGNETO 6

Une idée qui est ici ré-exploitée de manière très inventive, tout d’abord pour montrer que Magneto les massacre à plusieurs reprises…mais aussi qu’il a une idée précise ce quoi faire avec ce programme !!! Tout simplement génial. Je ne cesse de le dire, crier, chanter, hurler, mais cette série Magneto est vraiment une perle dans le X-Verse !

– 1 – Moon Knight 5, de Warren Ellis et Declan Shalvey. Sans la moindre hésitation, cet épisode obtient la palme du meilleur comic-book de la semaine. Comme depuis le début de la série, Ellis part d’un pitch d’une redoutable efficacité et l’exploite d’une manière simple, dépouillée mais tellement jouissive pour le lecteur ! Dans le cas présent : une enfant kidnappée, retenue dans un immeuble abandonné par une quinzaine de criminels et Moon Knight qui débarque par la porte d’entrée pour la libérer !!! Simple, percutant, et tout simplement génial de bout en bout. Il ne nous reste plus qu’un épisode avec cette équipe créative, donc commencez à sortir les mouchoirs !

MOON KNIGHT #5

Le Flop de la semaine

– Le changement d’équipe créative sur Green Arrow, oui je sais cela ne peut être vraiment qualifié de flop, mais plutôt de pire nouvelle comics de l’année…mais bon, comme je l’ai déjà dit, c’est ma XXX de chronique donc je fais ce que je veux !!! ahhhh c’est bien cette petite dose de pouvoir …Nous avons donc appris la semaine dernière le départ de Lemire et Sorrentino de la série qu’ils avaient sauvé du naufrage il y a moins de deux ans de cela. Au final leur run comptera 19 épisodes, au cours desquels ils auront complètement transformé le personnage, son univers et lui auront crée une mythologie propre, source potentielle d’histoires pour bien des années.

Apparemment, tout cela va passer par la fenêtre avec la nouvelle équipe créative qui va d’une part part ramener Ollie vers sa version libérale historique qui ne vend pas aux USA + rapprocher la série du show TV qui malgré ses qualités emprunte beaucoup, beaucoup, mais vraiment beaucoup de son ambiance + vilains à …Batman…et des titres Batman, merci mais on n’en a un peu tout autour du ventre.

A voir le résultat final…mais rien que le changement visuel va faire un choc. En effet, passer de ça :

GREEN ARROW #32 GREEN ARROW #33 GREEN ARROW #27 GREEN ARROW #26

à ça …:

green-arrow35-de81e

Le nouveau style n’est pas mauvais, mais tellement différent de celui de Sorrentino…en fait cela ressemble surtout visuellement aux tous premiers épisodes de Green Arrow version New 52…

– La polémique stupide de la semaine : FireRickRemender. La semaine dernière, une polémique d’une profonde bêtise est née, a grandi avant (pour une fois) de s’effondrer devant un truc stupide : les XXX de faits.

Alors comme chacun le sait sur le site j’ai encensé Rick Remender pour sa première année sur Captain America. Tout l’arc sur la Dimension Z était tout simplement épique et une distinction claire par rapport aux années Brubaker sur le titre. La seconde année par contre a été beaucoup, beaucoup plus difficile à lire et je ne l’ai franchement pas du tout apprécié au point de tout simplement arrêter de lire la série. Quand un truc ne vous plait pas, autant arrêter de le lire plutôt que de continuer à dire du mal…sauf si c’est All New X-Men bien entendu…(ahhh hypocrisie masochiste quand tu me tiens…).

Manifestement nombre de personnes ne partage pas mon opinion et ont continué à lire le titre pour pouvoir en dire copieusement du mal…voire revendiquer que parce que Rick Remender continuait à écrire Captain America, Marvel avait je cite « détruit leur vie… ». Tout dans la modération donc (et venant de moi, ça veut dire beaucoup).

Jusque là cela se limitait à de l’injure pure, à dire que tout ce que faisait Remender était de la merde, voire qu’il pompait sur les runs passés. Cette dernière critique m’a souvent fait sourire, car Remender a justement fait en sorte durant tout son run, que l’on aime ou pas, d’apporter des idées nouvelles à l’ensemble. Bref jusque là, on avait juste « l’exubérance » et la mauvaise foi habituelle que l’on trouve sur le net chez certains « lecteurs ».

Je mets lecteurs entre parenthèse car la semaine dernière, nous avons atteint un nouveau palier. Puisque à la place de lire ce qui était dans le bouquin, certains ont décidés n’ont pas de déformer les faits pour servir leur cause…mais de tout simplement en inventer tout en niant l’existence de tout argument allant contre eux.

Alors attention à partir de là, je vais être obligé de spoiler une partie de Captain America 22.

L’objet du délire collectif, le voici donc :

Captain America (2012-) 022-010 Captain America (2012-) 022-011 Captain America (2012-) 022-012

3 pages où l’on voit que Jet Black, personnage crée par Remender, est devenue intime avec Sam « Falcon » Wilson. A partir de ces pages, certains ont interprétés que :

– Jet n’était pas une adulte mais avait 14 ans

– que Sam Wilson avait donc couché avec une mineure, ce qui est considéré par les gens sains d’esprits comme un viol

– que donc Remender avait transformé un des rares héros afro américains en violeur. Que monsieur était donc un raciste prônant la culture du viol.

Bien évidemment, cette interprétation a fait hurler…LES GENS QUI LISAIENT VRAIMENT CAPTAIN AMERICA et on lu en réalité cet épisode et cette séquence.

D’une part il ne peut y avoir confusion sur l’âge de Jet en raison du physique dessiné par Pacheco, qui la retranscrit sans aucun doute comme une adulte. A moins que les gamines de 14 ans ressemblent vraiment à cela et dès lors on va être nombreux à avoir des problèmes.

D’autre part IL EST CLAIREMENT ECRIT  dans l’épisode même, sur la première page même de cette séquence que JET a 23 ANS. 

De fait comme je l’ai écrit plus haut cette polémique s’est effondrée sur elle même très vite quand les gens qui on lu l’épisode se sont rendus compte que c’était de grosses conneries inventées pour uniquement nuire à Rick Remender. Cela est grave à deux titres, en premier à l’encontre de Rick Remender, on aime ou on aime pas un auteur et son travail, cela est normal.

Je me suis souvent moi même exprimé sur le fait que je suis allergique à toute production de gens comme Fraction, Gillen et bien d’autres…Mais en général quand quelque chose ne me plaît pas, je le dis et j’arrête de lire le titre ou l’auteur en question. Si vous vous demandez comment j’évite l’ulcère depuis des années, c’est grâce à cette politique.

Ici, on a clairement passé un cap vers de la malveillance pure et simple, puisqu’outre les accusations nauséabondes et tout simplement dégueulasses dont à fait l’objet Remender, une espèce de campagne s’est montée pour demander à Marvel de le virer tout simplement…

Heureusement de nombreux auteurs se sont mobilisés pour détourner cette campagne et défendre Remender.

En second titre cette campagne est grave, car cela vient affaiblir le combat pour la défense des  VRAIES victimes de VRAIS viols, vous savez dans la réalité réelle. Je rappelle qu’elles (et ils) n’ont certainement pas besoin qu’on vienne décrédibiliser leur cause avec ce genre d’offense imaginaire. Rappelons nous qu’il y a des victimes bien réelles en ce monde.

A titre personnel, je pense que cette campagne de haine a pu si bien décoller à ses débuts en raison du climat culturel dans lequel nous vivons depuis quelques temps, et cela rejoint mon dernier point. Après avoir été ignoré pendant des décennies par le système judiciaire pour se concentrer sur les coupables, le statut et le traitement de la victime et devenue une priorité collective ces dernières années dans un retournement assez spectaculaire.

Sauf qu’à trop en vouloir en faire, de vouloir compenser pour des années d’offenses ignorées ou regardées avec complaisance (voire mépris), on en est arrivé à l’effet inverse de la victimisation à outrance de tout le monde contre tout le monde. Au lieu de se concentrer sur les victimes réelles (et j’insiste là dessus), nombres de personnes qui de toute évidence veulent se faire plaindre « volent » ce statut de victime à ceux qui en ont réellement besoin pour revendiquer telle ou telle offense à leur encontre ou contre d’autres. Il s’agit dans ces cas à la fois de se poser en victime et en même temps en bourreau puisque l’on va en appeler à la vindicte populaire et médiatique pour condamner l’offensant et se présenter en chantre des bonnes valeurs. La propension des médias à s’emballer sur n’importe quel fait divers ne faisant que jeter de l’huile sur le feu et à encourager tous ceux qui veulent leur 15 min de gloire.

Il serait plus que temps de revenir à un poil plus de raison et surtout de sang froid.

Si l’on revient aux comics, qui je le rappelle relatent des évènements fictionnels, je pense que Remender développe cette intrigue pour développer ses deux personnages :

– d’une part Jet, élevée dans une dimension parallèle par un père qui est une TV géante encastrée dans un torse (comics !!!) aux idéaux nazis, dans le culte de la force et de la domination, qui se retrouve depuis plusieurs mois sur Terre à apprendre comment vivre en ce monde et qui donc pour la première fois développe une relation avec quelqu’un en dehors de Cap.

Lors de sa première année, Remender a justement développé la lutte idéologique entre Zola et Cap par l’intermédiaire de Jet qui va aller à l’encontre de tout ce que lui a enseigné Zola pour suivre sa conscience et ce qui lui paraît juste (à savoir défendre les races présentées par son tendre paternel comme inférieures). Il y a donc avec Cap, une sorte de relation père de substitution/fille de substitution. Le fait que Cap ait considéré Ian, frère de Jet, comme son fils a renforcé leur lien.

Au cours de la seconde année, on a continué à voir Jet grandir avec son arrivée sur Terre et la manière dont elle questionnait non pas les fondations de Cap, mais beaucoup de choses qu’il considérait comme acquises et qu’il ne remettait plus en question depuis longtemps. Elle apparaît dès lors comme une voix pour élargir le monde de Cap, qui remet alors tout en question, alors qu’elle même découvre la Terre, l’Amérique et toutes ses contradictions idéologiques (souvent à coup de poing, ça reste du comics…).

Enfin, je pense que cela a juste fait marrer Remender de faire en sorte que la fille d’un nazi convaincu développe une relation avec un afro-américain, juste au moment où papounet arrive …Mince, Remender l’aurait-il fait exprès ?

– d’autre part Sam Wilson, qui enfin connaît une intrigue personnelle, un truc plus arrivé depuis un bail ! En outre la relation entre les deux est assez hilarante, considérant la personnalité assez rentre dedans de Jet Black, physiquement, moralement et intellectuellement, si bien que les deux étaient plutôt présentés dans une position de conflit…

A propos Sam 2120 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

13 Comments

  1. Merci pour ce très beau plaidoyer en faveur de Remender, et de la bêtise ambiante qui pourrit les esprits depuis bien trop longtemps. Je rajouterai juste qu’il était aussi reprocher à Rick Remender de faire du Faucon un violeur qui use de l’alcool pour enivrer sa victime… alors que si on lit les pages on voit que c’est Jet Black qui propose de détendre l’atmosphère avec une petite bouteille de vin… Tu présentes bien les deux problèmes principaux, un retour en force des détenteurs auto-proclamés de la bien-pensance aux airs de puritanisme zélé qui appellent à mettre au bûcher un auteur et son oeuvre sans aucune autre forme de procès au nom d’une justice divine dont ils seraient juges, jurés et bourreaux, et toute cette violence qui entoure le sujet (très grave) du viol où les victimes sont utilisées par ceux qui veulent imposer leur vision « à la dure » de la « justice », quand ils ne rendent pas les victimes elles-mêmes responsables de leur viol (voire le scandaleux article de 20 Minutes sorti justement cette semaine sur « les comportements à risque à éviter pour ne pas être violé en été »…).

  2. Oui j’ai vu un entrefilet sur cet article de 20 minutes. N’ayant pas lu l’article en lui même, je ne vais pas me prononcer, mais clairement le titre est idiot. A voir si l’article suit le même chemin…

    Je rajouterais que ce type de polémique m’ennuie profondément car elles sont tendance à avoir pour effet de détourner l’attention des vrais problèmes. Il s’agit essentiellement pour les médias d’attirer l’attention quitte à faire dans l’outrancier…

    Je viens de lire un article sur un site qui avait participé au lynchage de Remender, qui contrairement à d’autres qui se sont excusés devant leur erreur manifeste …a décidé d’enfoncer le clou en disant que ce sont les auteurs qui ont défendu Remender qui ont tort et que l’auteur de l’article attende qu’on lui fasse des excuses parce qu’on lui a présenté des opinions argumentées différentes des siennes !!!

  3. elle est vraiment cool ta rubrique, je découvre le site en fait^^ C’est chouette d’avoir mis unchained dans le top, j’adorais râler sur cette série pour ses moult retards, mais force est de constater que ce numéro poutre, ce qui ne fait que renforcer la frustration d’avoir un numéro tous les six mois…

  4. Le départ de Lemire et Sorentino de Green Arrow me fait aussi penser à celui d’Azzarello et Cliff Chiang sur Wonder Woman, dans les deux cas les remplaçants semblent vouloir tout balancer pour revenir à une formule plus classique allant lorgner des adaptations télévisuelles (sisi, les Finch ont dit vouloir s’inspirer de la série des 70’s !).

    • Pas vraiment, sans doute l’une de la plus faible performance du duo Abnett et lanning chez Marvel. Ils avaient des idées, mais apparemment pas toute la latitude voulue pour les développer.

  5. Merci pour ta reponse. Je comprends mieux pourquoi alors que j’ai plutot bien aime les episodes de Clairemont, j’ai jamais vraiment suivi celle de DNA… Dommage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.