Guide de lecture Comics VO : semaine du 08 avril 2015

Oui, je sais, je sais. Pas la peine de m’envoyer de lettres de menaces (que vous pouvez envoyer à Steve, je suis sûr qu’il vous recevra avec toute sa chaleur humaine habituelle), je sais, il n’y a pas de titres Marvel dans mon guide cette semaine. Non, Marvel n’a pas disparu, non je n’ai pas perdu la boule et non nous ne sommes pas dans un univers parallèle. Je n’ai juste rien trouvé d’intéressant à dire sur leurs sorties cette semaine…de toute façon ce mercredi, c’est plutôt chez Image que cela se passe.

Au passage, vous pouvez dire au revoir à DC pour les prochains mois, car je ne pense pas évoquer de nouveau leurs sorties avant un moment…

DC COMICS

CONVERGENCE #1

Scénario : Scott Lobdell, Jeff KingCONVERGENCE #1

Dessin : Carlo Pagulayan, Jason Paz

Sollicitation : This is it! The entire DC Universe, from the dawn of time through The New 52, must fight to survive against a threat that bends the Multiverse to its will. Your favorite characters from every era and every forgotten series are all here! But are you going to say hello again just to say goodbye forever? The stakes have never been higher as the heroes of Crisis, Zero Hour, Elseworlds, and more are brought together for Convergence!

In the first issue of this weekly series, Brainiac has collected cities of doomed and forgotten worlds, who must battle each other – and the losers will be destroyed! But why is he forcing this conflict? Join the refugees from Earth-2 as they unlock the truth behind this world that exists outside time and space and is very much alive! Is Brainiac really in control – or is this planet named Telos an unparalleled force of evil?

This extra-sized issue is packed with twists and turns and appearances you NEVER thought you’d see – including the heroes from the hit series INJUSTICE!

Avis : bien je vais faire simple pour tout le monde. A l’origine, je pensais faire un gros Pass sur Convergence. Pour moi cela apparaissaît comme un bon gros fill in de deux mois pour occuper le terrain pendant que DC déménageait sur la cote Est. Et puis j’ai lu l’épisode 0 et là mon avis a basculé, ma vie a changé du tout au tout.Oui maintenant je peux dire la tête haute et fière : Fuuuuuuuuuuuuuuuuuyyyyyyyyyyeeeeeeezzzzzz !!!!! pour citer un célèbre mage « run you fool ».

En général, je suis assez dur avec mes comics, je le sais, mais la vache, j’ai rarement lu un bouquin aussi mal conçu que celui-ci. Avant de lire l’épisode, je ne comprenais pas trop en quoi consistait l’histoire de fond de Convergence. Quand j’ai terminé l’épisode, j’étais encore plus perdu, sauf qu’entre temps j’avais perdu tout désir d’approcher de ce comic-book, voire je pensais contacter l’armée pour assurer une distance de sécurité entre le bouquin et moi…voire un petit largage nucléaire dessus, juste par sécurité.

Je reviendrais plus en détail sur le sujet dans mon top et flop demain, mais entre une narration incompréhensible, une histoire confuse et des personnages qui ne suscitent guère envie de continuer, DC vient de couler lui même son navire amiral…

Verdict : BURY ITTTTTTTT !!!

 

CONVERGENCE QUESTION #1

CONVERGENCE QUESTION #1Scénario : Greg Rucka

Dessin : Cully Hammer

Sollicitation : STARRING HEROES FROM THE PRE-FLASHPOINT DCU! Two-Face is fighting another world’s Harvey Dent, and it’s up to Renee Montoya as The Question to help him beat the odds.

Avis : 4 ans après avoir claqué la porte de DC et avoir notamment tourné le dos à l’écriture de la série régulière consacrée à Batwoman, Greg Rucka fait donc un petit retour assez discret mais toujours intéressant.

On se doutait qu’il faudrait un projet spécial pour le ramener dans une maison où il a bossé de manière fidèle pendant pratiquement une décennie avant que certaines décisions édito ne le poussent vers la sortie. Dan Didio ne s’y est pas trompé et lui a confié le sort d’un personnage qu’il connaît bien et surtout qu’il a longuement écrit : Renee Montoya alias Question dans les dernières années de l’ancien DC Verse.

C’est cette identité qu’elle reprend ici, apparemment en suite directe à la dernière mini série que l’auteur lui avait consacré qui l’associait notamment à Huntress. J’avais énormément apprécié le travail de Rucka sur le personnage de Montoya qui s’était étalé sur plusieurs années et avait traversé ses passages et travaux sur Detective Comics, Gotham Central, 52 et enfin les mini séries Question.

Presque 10 ans dévoués au développement de ce personnage de No Man’s Land aux dernières heures de l’ancien univers DC. La dernière fois, Rucka avait apporté une conclusion bourrée…ben de questions sur le devenir de son personnage après une confrontation assez terrible contre Vandal Savage.

A l’occasion de ces deux épisodes, Greg Rucka ramène un personnage important dans la vie de Montoya, Two face, avec lequel elle a toujours partagé (depuis NML) un lien spécial, assez tordu et souvent destructeur (comme vu dans Gotham Central). Le pitch de départ est intéressant mais je demande ce que Rucka pourra concrètement faire en deux numéros.

Verdict : BUY

 

CONVERGENCE SUPERMAN #1

CONVERGENCE SUPERMAN #1Scénario : Dan Jurgens

Dessin : Lee Weeks

Sollicitation : STARRING HEROES FROM THE PRE-FLASHPOINT DCU! A powerless Superman is called upon to protect Gotham City…and his pregnant wife Lois Lane!

Avis : ahhhhhh Superman et Lois de nouveau ensemble ! bien que je ne sois guère intéressé par tout le machin Convergence, le simple fait de pouvoir retrouver le personnage de Superman tel qu’il devrait être écrit, cela fait plaisir. Je n’ai pas fait un mystère sur le fait que le personnage de Superman fait partie des plus mal traités par DC lors du passage au New 52. …

Bon de manière plus honnête, cela faisait des années que le personnage était à la dérive, mal écrit, mal exploité, avec une continuité sans cesse révisée et une place toujours moins importante dans l’univers partagé de DC.

Pour l’occasion, donc on retrouve un scénariste qui connaît bien Superman, mais aussi Lois, pour avoir écrit les personnages pendant des années (et avoir tué l’un d’entre eux …). Je sais, ça ne dure que deux épisodes, mais rien que pour revoir le couple ensemble + le personnage écrit de manière un tant soit peu correcte, cela vaut le déplacement.

Verdict : BUY

 

IMAGE COMICS

 

BIRTHRIGHT #6

BIRTHRIGHT #6Scénario : Joshua Williamson

Dessin : Andrei Bressan, Adriano Lucas

Sollicitation : NEW STORY ARC

Mikey’s return has divided the Rhodes family in unexpected ways. Where do they go from here?

Avis : la très bonne série du très très productif Joshua Williamson débute donc cette semaine un nouveau story arc après quelques semaines de pause pour sa série. En effet conformément au modèle Saga, qui devient de plus en plus populaire, les auteur sont tendance à laisser passer un mois une fois un arc terminé le temps de recharger les batteries.

Le précédent arc avait bien introduit les bases de cette saga fantasy qui tord les codes du genre pour notre plus grand plaisir. Enlevé enfant dans une dimension parallèle car désigné comme l’élu pour vaincre le mal, Mickey revient un an plus tard bien plus âgé avec un physique que Conan ne renierait pas pour prétendument pourchasser les derniers serviteurs de son ennemi.

Sauf qu’en son absence les choses ont bien changé, durant l’année écoulée, son père a été accusé de son meurtre, ses parents se sont séparés et la ville entière a lâché sa famille…Williamson joue donc avec des sujets éculés dans la fantasy (l’élu, la dimension parallèle…) pour mieux les détourner à son avantage avec force de twist et révélations inattendues…car le petit Mickey a ses petits secrets, dont l’un est apparu à la dernière page du dernier épisode promettant du très lourd…

Verdict : BUY

DESCENDER #2

DESCENDER #2Scénario : Jeff Lemire

Dessin : Dustin Nguyen

Sollicitation : As the brutal robot hunting Scrappers close in on TIM-21, the events that first brought him to the mining colony on the outer edges of space are revealed.

Avis : suite du tout nouveau creator owned de Jeff Lemire et Dustin Nguyen qui je l’espère vont un peu apporter d’epaisseur à leur personnage principal. La lecture du premier épisode fut je vous rassure très bonne. Lemire a crée ici un monde riche avec un postulat de départ bien plus ambitieux que ce à quoi je m’attendais. La dimension du récit de Lemire dépasse en effet le pauvre petit Tim 21…qui aura été un peu le grand absent de ce premier numéro.

En effet, on peu résumer son rôle à : se réveille sans souvenir dans une base vide, trouve son animal domestique, fait une mauvaise rencontre…fin. De manière assez étrange, Lemire se concentrait surtout sur le créateur de Tim 21, qui joue dès le départ un rôle important et qui est appelé à conserver un rôle central dans l’histoire…

Bon, on ne va pas se plaindre non plus. Cela reste très bon, mais je pense qu’étant donné la narration choisie par Lemire, il vaudra mieux suivre le titre en TPB, car je sens que d’épisode en épisode, les choses ne vont pas des masses avancer et que les auteurs vont prendre leur temps…

Verdict : BUY

JUPITERS CIRCLE #1

JUPITERS CIRCLE #1Scénario : Mark Millar

Dessin : Wilfredo Torres

Sollicitation :The most celebrated superheroes in mid-century America seem to have it all-fame, riches, adoration-but tensions simmer beneath the glossy surface, threatening to crack open the secrets behind their public AND private exploits. Before the family dynasty in JUPITER’S LEGACY began, there was JUPITER’S CIRCLE-a story about a team whose personal dramas collide with super-powered spectacle!

Avis :étant donné que le prochain épisode de Jupiter Legacy ne sortira sans doute pas avant 2022, le temps que Frank Quitely aiguise de nouveaux ses crayons et reprenne le chemin de sa planche à dessin, Mark Millar propose cette semaine une sorte de prequel à sa série …assurée par un autre artiste.

Dans le cas présent, c’est en réalité un très bon complément, bien que l’on aurait tous préféré qu’il soit illustré par l’artiste pas du tout régulier de la série. Je ne condamne pas Millar à la lecture des premiers épisodes, le scénariste avait clairement ouvert la porte à ce type de mini série flashback.

En effet, dans le premier épisode on passait directement des années 30 au présent, sans véritable transition, et le twist de l’épisode 3 était certes percutant, mais moins que si l’on était réellement attaché aux personnages impliqués. Or, peu d’éléments étaient livrés sur eux, leur passé, leurs relations.

A voir comment Millar va ici gérer la chose pour approfondir un peu ses personnages. S’il s’en sort bien cela pourrait enrichir le titre de manière assez radicale…a voir donc.

Verdict : Check It.

 

LEGACY OF LUTHER STRODE #1

LEGACY OF LUTHER STRODE #1Scénario : Justin Jordan

Dessin : Tradd Moore

Sollicitation : Luther Strode returns.

For five years, Luther Strode and Petra have been on the run. Now the time for running is over, and the Murder Cult is going down. The road to Cain starts here.

JUSTIN JORDAN (SPREAD) and TRADD MOORE (All-New Ghost Rider) bring back Luther and Petra for their final adventure. The last chapter in the hit trilogy begins NOW.

Special double-sized issue!

Avis : voilà un titre qui était attendu. Avec cette mini, Justin Jordan et Tradd Moore achève leur trilogie autour du personnage de Luther Strode et la mythologie assez cinglée qu’ils ont mis en place. Pour ceux qui auraient raté le bus, ou les deux tomes sorties chez Delcourt et toujours disponibles, le titre part d’un pitch simple : un ado pas bien musclé souscrit à une annonce dans le journal qui promet un régime miracle pour décupler ses capacités.

En clair le type d’annonce bidon que l’on trouve dans les comics depuis des décennies. Sauf que cette fois ce n’est pas une vile arnaque. En quelques semaines Luther commence à déployer une force et des muscles tout simplement impressionnants…qui vont vite lui attirer des ennuis. Car ceux qui ont posté cette annonce ont leurs propres objectifs.

De ce pitch déjà assez original, le titre avait réussi à encore se démarquer grâce au trait de Tradd Moore, récemment vu sur All New Ghost Rider. Bourré d’énergie, le style de l’artiste colle parfaitement au script très vite sanglant et hyper violent de Jordan. Dans cette série, très vite, les morts s’empilent, les corps explosent, les tripes volent dans tous les sens dans une danse chorégraphiée presque hypnotique.

L’équipe revient donc plus de deux ans après avoir conclu la seconde mini série et alors que les deux auteurs ont multiplié les projets chez les éditeurs mainstream. Jordan a ainsi écrit pas mal de choses chez DC, dont le très moyen New Gardians. Et Tradd Moore a fait un passage éclair chez Marvel qui lui a permis de se faire un nom avant de vite revenir sur Luther Strode et cette conclusion très attendue.

La nouvelle renommée des auteurs promet au titre un succès plus grand qu’auparavant alors que les précédentes mini étaient plus portées par le bouche à oreille.

Verdict : BUY

SAGA #27

SAGA #27Scénario : Brian K.Vaughan

Dessin : Fiona Staples

Sollicitation : Poor Marko.

Avis : mmm c’est juste moi ou Saga est légèrement moins drôle qu’auparavant ? comprenons nous bien il y avait toujours eu des éléments graves et sombres dans l’intrigue. Pas mal de morts, de violence et j’en passe et des meilleures. Mais en général, le scénario parvenait à faire passer tout cela grâce à quelques blagues de cul bien placées, un moment émouvant et des dialogues bien sentis …

Là le titre connaît une phase bien moins attirante et légèrement moins logique. J’ai ainsi beaucoup de mal à avaler qu’Alanna et la mère de Marko aient pu être retenues en otages pendant 18 mois sans parvenir à se défaire d’un seul pauvre gars avec un seul petit flingue…je veux dire, il doit bien dormir et faire ses besoins ?

Cela demande donc de laisser beaucoup de corde à Vaughan pour que son récit reste crédible et montrer la déchéance de Marko, désespéré de ne pas réussir à trouver sa famille et qui cède aux mêmes démons que sa femme…Il serait quand même bien que l’auteur nous donne un peu d’espoir, d’autant qu’il a déjà signalé que la famille ne serait pas réunie avant des années…

Or là, on touche vraiment au cœur de la série et c’est sans doute cette séparation prolongée qui fait que l’on pouvait sentir qu’il manquait quelque chose dans le précédent numéro. L’unité familiale était ce qui soudait la série et sans elle, une partie de la magie n’est plus…

Verdict : BUY

 

SAVIOR #1

SAVIOR #1Scénario : Todd McFarlane & Brian Holguin

Dessin : Clayton Crain

Sollicitation : What if the MOST DANGEROUS man on Earth was also the one trying to do the MOST GOOD? The world is real. The people are normal. And then he appears!

A man appears with no background, no memory, and no place to call home. But he has powers. Powers that seem resemble those we learned about in Sunday School. Could it be?! Is it possible that this man is much, much more than that? Is it possible that he is our « SAVIOR » in the flesh? And if he is, then why doesn’t he know who he is or how he got his powers?

Strip away the spandex and trappings of the traditional comic superhero and ask yourself a simple question: « How would I react if GOD suddenly appeared in front of me, but everything we had been taught about him seems out of whack? » What you would have left, beyond your own doubts, is the presence of a man who has to deal with the fact that his appearance in the world is seen as both a blessing and a curse. Some will see him as a hero, a messiah. Other will see him as an enemy because there isn’t room for a person with god-like powers to disrupt the status quo of what we already believe. Some will rally behind him. Others will denounce him. But none of us will be able to ignore him.

Avis : quoiiiiiiiiiii ????? Todd McFarlane sort un comic-book cette semaine sans relation avec Spawn ?? il est de notoriété publique que contrairement à ses collègues lors du lancement d’Image, McFarlane n’a pas voulu se disperser dans la gestion créative de plusieurs franchises et a préféré se concentrer sur Spawn qui se vendait alors comme des petits pains bien chauds lancés à des affamés.

Cette stratégie l’a bien servi dans un premier temps car d’une part alors que ses collègues rencontraient les pires difficultés à sortir un bouquin tous les 6 mois, Spawn était d’une régularité de métronome et d’autre part lorsque la première vague de titres Image a commencé à s’effondrer une fois les artistes stars partis, la série de McFarlane a résisté jusqu’à la fin des années 90 avant de commencer un long déclin dans les années 2000 alors que l’attention de son créateur était focalisé ailleurs.

Depuis quelques années cependant, McFarlane commence à vraiment se réinvestir dans sa compagnie. Tout d’abord par la reprise en main de Spawn qui était parti à la dérive pendant quelques années. Cela s’est traduit notamment par le fait que l’auteur a signé un nouveau run sur le titre assez long où il s’est permis de chambouler les choses, notamment en mettant Al Simmons de côté pendant un temps.

Ensuite, il y a eu the Haunt, qui aurait pu devenir une autre franchise forte de la compagnie, mais qui s’est vite cassé la gueule une fois Kirkman et Capullo partis. Mais rien ne se perd tout se recycle et le personnage a trouvé le chemin du Spawnverse.

Avec Savior MaFarlane revient donc pour la première fois depuis des années avec une création originale qui touche encore une fois à ses centres d’intérêts personnels. Avec Spawn, on voyait déjà qu’il aimait toucher au sujet sensible de la religion (qui rend tout rouge tout plein de monde tout partout), cette fois de l’autre côté de la barrière. Point de démon mais une question et si Dieu débarquait , quel accueil lui réserverions  nous ? Connaissant McFarlane, il est clair que cela mal finir …

Autre atout du machin, tout d’abord, les 8 épisodes sont déjà prêts, et ensuite, ils sont tous illustrés par Clayon Crain. De toute évidence, il a pondu ces numéros avant son arrivée sur Valiant et Rai. On ne va donc pas se refuser un petit peu de Crain…

Verdict : Check It.

 

A propos Sam 2116 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.