Guide de lecture Comics VF : semaine du 16 mars 2016

DELCOURT COMICS

LOBSTER JOHNSON TOME 3 – Une fragrance de Lotus

Date de sortie : 16 mars 2016lobster-johnson-03-une-fragrance-de-lotus

Prix : 15.95€/160 pages

Scénario : Mike Mignola & John Arcudi

Dessin : Kevin Nowlan,  Sebastiàn FIUMARA,  Toni ZONJIC,  Wilfredo TORRES, Joe QUERIO ,

Sollicitation : Une série de meurtres violents dans Chinatown entraîne une gigantesque chasse à l’homme, pour retrouver un agent japonais impérial, redouté de tous, même des Tong : Lotus écarlate, apparu pour la première fois dans B.P.R.D. tome 4, Les Morts. Pendant ce temps, dans les airs, un zeppelin rempli de Nazis s’apprête à déverser un gaz mortel sur une grande ville des États Unis. Heureusement, Lobster Johnson veille !

Avis : pas d’avis, je signale juste la sortie de ce nouveau tome sur le héros à figure d’homard de Mike Mignola. Je n’ai jamais eu le temps, ni vraiment les moyens de commencer. Je sais que Mignola adore son personnage, d’où des apparitions récurrentes par le passé dans BPRD et Hellboy, mais bon cela ne me semble pas être essentiel dans la mythologie de l’auteur. Juste un bon gros délire en somme.

Verdict : pour ceux qui suivent.

THE GOON TOME 13 – MALCHANCE, IMPAIR & MANQUE

the-goon-13-malchance-impair-amp-manqueDate de sortie : 16 mars 2016

Prix : 22.95€/256 pages

Scénario : Eric Powell

Dessin : Eric Powell

Sollicitation : Toujours prêt pour avaler une bière et se lancer dans une bagarre, le Goon s’attaque cette fois-ci à ce qu’il reste des sorcières créées par le Prêtre-Zombie. Notre héros, toujours flanqué de Franky qui ne le reconnaît plus tant son comportement a changé, va devoir faire face à tous ses pires cauchemars. Ou bien perdre le contrôle de la ville. Cette fois-ci, le Goon est RÉELLEMENT au pied du mur.

Avis : pas d’avis, je signale juste la sortie de ce nouveau tome de The Goon maousse costaud

Verdict : pour ceux qui suivent.

PANINI COMICS

MARVEL SAGA HORS SÉRIE 7 : AVENGERS MILLENIUM

AVENGERS MILLENIUMDate de sortie : 15 mars 2016

Prix :5,50 EUR, 96 pages

Épisodes : US Avengers : Millenium 1-4, Marvel Comics Presents (2007) 5 (III)

Sollicitation : Mike Costa, Carmine Di Giandomenico, Geoffo & Mast nous emmènent au Japon, entre le passé, le présent et le futur, au cours d’une spectaculaire aventure où Black Widow, Captain America, Hawkeye, Hulk, Iron Man, Vif-Argent, la Sorcière Rouge et Spider-Man affrontent des dinosaures, des dragons et… l’Hydra !

Avis : euh …non ? je ne connais pas du tout, je ne sais pas d’où ça sort et vu le rapport nombre de pages/prix, Panini me fournit la sainte trinité. Y a même de l’inhuman dedans, pour moi c’est le bingo du non achat !  donc “je garde mon argent et j’incite tous les autres à en faire de même…”.

Verdict : pour les gens tous fous qui ont de l’argent.

SPIDER-MAN UNIVERSE 1 : SPIDER-WOMAN LAST DAYS

SPIDER-WOMAN LAST DAYSDate de sortie : 15 mars 2016

Prix :Spider-Woman (2015) 5-10)

Épisodes : 5,70 EUR, 128 pages

Sollicitation : Spider-Woman est de retour ! Après Secret Invasion, Infinity et Spider-Verse, Jessica souhaite enfin vivre une existence normale. Elle a donc quitté les Avengers et le S.H.I.E.L.D. pour aider Ben Urich à résoudre des mystères sous-médiatisés. Par Hopless, Rodriguez et Bustos.

Avis : suite et fin du volume prè Secret Wars de Spider-Woman (pas d’inquiétude, le personnage revient ensuite…), qui voit Denis Hopeless complètement changer le ton et le positionnement de son titre et de son personnage.

Dans les premiers épisodes, pris dans la folie de Spider-Verse, le titre était allé dans une direction clairement super-héroïque sans la moindre réserve, le tout soutenu par le style mainstream de Greg Land.

Avec ces épisodes, donc, Hopeless nous montre la direction dans laquelle il voulait aller depuis le début avec cette bonne vieille Jessica. Celle-ci a donc quitté les Avengers, remisé son costume moulant (pour notre plus grand malheur de mâle obsédé (et des jeunes femmes gays, ne les excluons pas de ce drame international aux répercussions interstellaires)), dit chiao aux aventures de malade arachnéennes.

Au programme, des aventures plus…quelque chose ! plus portées sur l’humour du moins plus légères, avec un cast de personnages secondaires qui va vite modifier l’ambiance générale, une Jessica un tantinet moins pro, un costume plus passe partout et des nouveaux problèmes en vue…

C’est…assez sympa, dans l’ensemble, très différent de ce que l’on peut attendre d’une série Spidey de manière générale. Je ne dirais pas que Hopeless essaye de faire du Hawkeye façon Fraction…mais vous comprenez ma pensée n’est-ce pas ? oui, j’en suis sûr. Voilà, c’est différent. Point.

Verdict : à tester

URBAN COMICS

SUPERMAN UNIVERS HORS SERIE  1

Superman Univers Hors-Série #1Date de sortie : 18 mars 2016

Prix : 5,9€

Épisodes : MAN OF STEEL #3, ACTION COMICS ANNUAL #1, ACTION COMICS #653-654, SUPERMAN #44, ADVENTURES OF SUPERMAN #467

Sollicitation : Un récit inédit : DARK KNIGHT OVER METROPOLIS !

Alors que Batman et Superman investissent les salles obscures pour leur plus grand combat, retrouvez leur première rencontre au cours de la série MAN OF STEEL, par John BYRNE, ainsi que leurs premières associations contées par BYRNE, Art ADAMS, Jerry ORDWAY, Roger STERN, Brett BREDDING et Dan JURGENS !

Avis : avec la sortie prochaine du film Batman vs Superman (plus que quelques jours à attendre !!!), Urban fait son possible depuis le début de l’année pour ensevelir le marché sous des titres Superman et Batman avec de temps en temps des histoires mettant en scène leur première rencontre ou leur collaboration. Après avoir exploré le matériel récent, l’éditeur s’attaque enfin à une période très attendue par les fans du grand bleu : celle de la fin des années 80/début des années 90.

De fait, si Superman est en méforme aujourd’hui, il a connu un gros passage à vide à partir de la fin des années 70. Le personnage était alors resté inchangé, immuable et en un mot figé sur place depuis des années  alors que son lectorat n’avait plus rien à voir avec celui des années 60.

Il est à ce titre amusant de constater les traitements accordés par DC à son icône au cours des deux reboot qu’on constitué Crisis of Infinite earths et le New 52. Si le plus récent n’a fait qu’entériner le déclin du personnage et le fait que DC n’avait aucune idée claire de comment traiter le personnage, le premier a eu l’effet inverse.

A ce titre il faut une fois de plus saluer le boulot de John Byrne qui a su revigorer le personnage, son univers et son cast tout en respectant les fondamentaux. Premier architecte de la renaissance de Superman, il ouvrit une nouvelle période féconde qui dura jusqu’au début des années 90.

Du coup, je suis ravi de voir deux épisodes signés par le sieur Byrne dans ce numéro HS, avec l’épisode 3 de la mini Man Of Steel qui met en scène la première rencontre entre Batman et Superman dans le nouvel univers DC. Cet épisode est important car il montre combien la relation entre les deux personnages est différente dans le nouvel univers DC, puisque le numéro met en scène Supie se rendant à Gotham…pour arrêter Batman !

Et même si le malentendu du début finit par être levé (oui je sais, spoiler vieux de presque 30 ans…), Byrne marque bien le fait que la relation entre les deux ne ressemblera en rien à l’amitié complice pré Crisis. C’est plus une sorte de rivalité ou de tolérance entre deux super-héros aussi différents que leurs méthodes, comme l’illustrent à la fois l’épisode de Man of Steel mais aussi l’annual d’Action Comics illustré par Art Adams.

Alors que le monsieur est surtout connu pour ses travaux chez Marvel, et notamment ses annuals X-Men, il a aussi bossé à l’occasion pour DC. De fait, à titre personnel, c’est la première fois que je vais le voir dessiner Batman ou Superman. Une vraie découverte en somme !!!

Les 4 autres épisode sont signés par les scénaristes qui ont repris la franchise Superman après le départ de Byrne et qui signent ici une histoire bien connue qui marque un tournant dans les rapports entre les deux héros (non pas dans ce sens, bande d’obsédés !). Un récit qui tourne autour d’une certaine bague en krytponite qui va avoir des retombées importantes et qui fut ensuite souvent citée au point de devenir une référence.

A titre personnel, j’espère que ce numéro annonce le fait qu’Urban va enfin s’intéresser à cette période riche du DC post Crisis de la fin des années 80, qui marqua un vrai renouveau créatif pour l’éditeur. L’annonce récente de la sortie en août prochain de deux symboles de cette époque, avec la Suicide Squad de Ostrander et la Justice League de Giffen et Dematteis semble l’attester. Croisons donc les doigts…

Verdict : à posséder !

COWL

COWLDate de sortie : 18 mars 2016

Prix : 22.5€/

Scénario : Kyle Higgins

Dessin :

Épisodes : C.O.W.L. vol.1 & 2 (#1-11)

Sollicitation : Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Geoffrey Warner, Reginald Davis et Paul Braddock, respectivement connus sous les pseudonymes de Grey Raven, Blaze et Sparrow, créèrent avec la municipalité de Chicago le premier syndicat historique de super-héros : le Chicago Organized Workers League . Nous sommes aujourd’hui en 1962. Warner et le C.O.W.L. doivent affronter leur pire ennemi : l’indifférence du grand public. Après avoir neutralité le dernier super-vilains et mis un terme à la Guerre Froide, les héros vont devoir prouver leur utilité aux habitants de Chicago tout en déjouant les tensions et luttes de pouvoir qui gangrènent l’organisation depuis des années.

Avis : au fil des dernières années, c’est désormais bien connu, Image a connu un gros développement en sachant attirer les plus gros talents de l’industrie et en proposant des comics sur des segments alors peu occupés.  Est-ce que Kyle Higgins, essentiellement connu pour son run sur Nightwing, que personnellement j’ai trouvé très moyen surtout passé le premier arc, avait la base nécessaire de lecteurs pour se lancer dans le creator owned…Ben non, puisque le titre qu’il a lancé s’est assez vite arrêté.

Comme beaucoup d’autres, en fait. Car le creator owned chez Image n’est pas un eldorado facile à vivre, où l’ on s’installe sans effort, c’est un XXX d’enfer ultra concurrentiel, où vous passez du statut de sensation du mois à “tiens, ça sort encore ça ?” en l’espace de quelques semaines… De fait, je ne sais même pas si Higgins a pu apporter une fin décente à son titre …donc à réserver pour ceux qui sont attirés par le pitch…

Verdict : pour ceux que ça intéresse.

RONIN

ronin-270x406Date de sortie : 18 mars 2016

Prix : 28€/296 pages

Scénario : Frank Miller

Dessin : Frank Miller

Épisodes :  Absolute Ronin

Sollicitation : Un samouraï tombé en disgrâce, le Ronin, obtient une chance de venger son maître lorsqu’il est transporté du 13e siècle au 21e dans une New York futuriste et rongée par la corruption. Là, il y retrouve son ennemi juré, également réincarné, le démon Agat.

Avis : il y a longtemps, j’ai lu un commentaire de Peter Millgan sur Frank Miller assenant sans ménagement “Miller n’a qu’une seule histoire, mais il sait vachement bien la raconter…”.  Et quand on lit le pitch de départ de Ronin, on ne peut s’empêcher de remarquer que cela fait écho à certains de ses autres travaux.

Malgré tout je vais me jeter sur ce tome comme si ma vie en dépendait, en raison de la période à laquelle il a été produit. Il nous faut en effet assumer et accepter un fait simple désormais : l’âge d’or de Miller est passé et ne reviendra pas.

Un âge d’or que l’on peut aisément situer du début des années 80 au milieu des années 90. Une période, où pratiquement  tout lui réussit et au cours de laquelle il a produit ses travaux les plus importants qui continuent encore aujourd’hui d’inspirer nombre de créateurs : de Daredevil, en passant par Dark KNight Returns, en n’oubliant pas Sin City.

Ronin, s’inscrit dans cette période et redécouvrir une perle du passé, ou dans mon cas la découvrir car je ne l’ai jamais lu, est clairement un indispensable.

Verdict : à posséder

TV …

mais est-ce encore de la TV, ou ce qui va lui succéder ??? hein c’est censé être un titre pas un commentaire ? euhhhh, ouais, mais c’est MA XXX de chronique donc si je veux faire des titres qui font 3 km de long, je fais ce que  JE VEUX !!!

Non mais on n’est où là ? en Russie communiste, poutiniste frontiste ??!!!

DAREDEVIL SAISON 2

DDRéseau : Netflix

Date de diffusion : Vendredi 18 mars 2016

Avis :  tout d’abord, une pensée pour nos chers amis américains, qui le même jour, devront choisir entre prendre un jour de congés pour se taper la seconde saison de DD d’une traite, ou prendre un jour de congé pour pouvoir aller mater Batman vs Superman sur grand écran en continu devant ce rêve devenu réalité.

Nous, nous avons quelques jours d’écarts entre les deux, du coup il est probable que lorsque nous nous lancerons à l’assaut du nouvel opus de Zach Snyder, nous ayons encore la tête plein la tête de DD, d’Elektra ou encore du Punisher.

A l’évocation de ses noms, on voit tout d’abord, que les scénaristes n’ont cette fois pas hésité à aller puiser dans la mythologie du personnage. Alors que dans la saison 1, on se concentrait sur son parcours jusqu’à la naissance de DD et son opposition à Fisk, cette fois beaucoup plus de figures importantes de l’histoire du personnage seront introduites, explorées, développées.

Outre le Punisher, qui devrait interroger les méthodes de DD, l’arrivée d’Elektra qui va aussi pas mal le secouer, le grand défi du personnage sera sans conteste l’arrivée de La Main. Bref, du gangster mort et du ninja au programme !!!

Après une saison 1 très réussie, très millérienne, les attentes pour cette saison 2 sont donc énormes.. On l’a souvent dit, mais la  saison 1 a sans doute défini un nouveau standard en termes d’adaptation TV de titre de super-héros, avec un niveau de qualité de bout en bout impressionnant, des acteurs top niveau et un ton qui sans être inédit était surprenant dans une production Marvel audiovisuelle très grand public jusque là.

De manière évidente, le format 13 épisodes, voire 10, est bien plus adapté à des adaptations de comics-books. La nature feuilletonnante des deux médias assurant une transition naturelle entre les deux et un développement plus poussé des histoires et des personnages, chose plus difficile au ciné, même si les cinéastes n’arrêtent de rallonger la durée de leur film…

Bref, tout ça pour dire, qu’il faudra pas trop me déranger ce week-end…je ne suis là pour personne.

Verdict : immanquable !

A propos Sam 2120 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

2 Comments

  1. Merci pour ses avis Sam.
    Par contre petite erreur:
     » tout d’abord, une pensée pour nos chers amis américains, qui le même jour, devront choisir entre prendre un jour de congés pour se taper la seconde saison de DD d’une traite, ou prendre un jour de congé pour pouvoir aller mater Batman vs Superman sur grand écran en continu devant ce rêve devenu réalité.  »
    Non, il y a une semaine entre les 2. Dsl

    • Oui, oups en effet…en tout cas les employeurs US ne vont pas souvent voir leur salariés en fin de semaine dans les prochains mois…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.