TOP 10 DES SORTIES VF DU PREMIER SEMESTRE 2021

Et oui, même si je ne l’avais pas vraiment promis, je me suis dis qu’il serait dommage de ne pas avoir quelques articles sous le coude pour les prochaines semaines et pour tout dire j’ai été pris d’une petite envie de revenir sur les bonnes sorties comics en VF de ce premier semestre. 

Car oui, j’aime être ronchon, critiquer ce qui sort, mais le fait est que comme d’habitude quand je fais ce genre de listes : j’ai vraiment beaucoup, beaucoupppp,  de choix. Alors oui, on continuera à m’entendre geindre, mais qu’il ne soit pas dit que je ne célèbre pas non plus les bonnes lectures. Et je rappelle évidemment pour la forme qu’il ne s’agit là que des sorties que j’ai personnellement appréciées et que votre sélection peut être parfaitement différente. 

En fait, tellement de choix que je n’ai pas pu citer quelques petits coups de cœur dans ce Top. Donc pour commencer, quelques mentions honorables : 

  • chez Delcourt, je cite du Brubaker /Phillips dans le top, mais n’oublions pas que le sympathique Pulp est également sorti au cours du premier semestre. Comme son nom l’indique, un petit hommage aux pulps des années 30, avant l’invasion du genre super-héroïque dans une époque déjà troublée, avec une petite critique par dessous sur le traitement des auteurs…qui n’a guère changé par la suite. Je ne lui donne qu’une mention honorable, car s’il était très bon, il était aussi très court et j’ai trouvé la fin un peu abrupte.



    Toujours chez Delcourt, je citerai les très bonnes suites de titres comme Once & Future de Gillen et Mora, ou encore de Farmhand de Rob Guillory, ou de Monstress de Liu et Sanata…Et je pourrais en citer d’autres. En ce début d’année, Delcourt s’est montré très généreux en bonnes sorties.  En termes de qualité de publications l’éditeur domine clairement le marché.

 

  • Glénat Comics s’est fait très discret au cours de ce premier semestre, ne comptant que quelques publications, souvent pour achever des séries comme avec The Wicked & The Divine ou continuant les rares séries à succès qu’ils ont dans leur écurie, comme avec le second tome de The Old Guard qui réussissait l’exploit d’être bien meilleur que le premier, pourtant déjà très bon,  tout en nous laissant sur un gros changement de statut quo.

     

    La 3e et dernière mini série est très attendue à ce titre…tout comme le programme de l’éditeur dans les prochains mois. On peut penser qu’ils finiront Old Guard…mais au delà, l’avenir n’est pas très clair pour cette branche d’un des principaux éditeurs du marché BD en France. Il est dommage qu’il n’ait pas réussi à s’imposer sur le segment comics.

  • chez Panini : si l’éditeur recommence à aller du côté de l’indé (notamment avec le catalogue d’AWA), globalement ce sont les productions Marvel qui dominent et comme souvent chez eux, ce sont dans les petites séries ou celles moins exposées qu’on trouvera en premier lieu les petites perles. Je pense notamment au Black Widow de Kelly Thompson, Elena Casagrande et Jordie Bellaire. Sans doute une des meilleures surprises de ces derniers temps chez l’éditeur. Une histoire prenante et émouvante parfaitement mise en scène.



    Je pense aussi aux Guardians of the Galaxy d’Al Ewing. Alors que ce run ne me séduisait guère au départ, je ne sais pas pourquoi, mais après relecture des premiers épisodes, je lui trouve un charme fou. Un de mes coups de cœur récent, qui ne fait que renforcer la place prise par le scénariste chez Marvel.


Tiens en parlant d’Ewing, oui, vous ne trouverez pas son pourtant très bon Immortal Hulk dans le classement. Le tome 6 achevait l’arc Xemnu/Roxxon que j’avais trouvé bien trop long en première lecture. Oui, en TPB, ça passe bien mieux, mais même là, je lui trouve moins de charme que la première partie de la série.

Et oui, je sais, pas de Daredevil dans mon top. Pourtant le tome 3 était excellent, avec pas mal d’avancées partout…et il échoue quasiment aux portes de mon Top 10. Il se fait voler sa place par …un vilain bien évidemment !

  • Enfin, chez Urban, là aussi de bonnes choses, même si globalement l’éditeur a été assez décevant en ce début d’année. Ainsi, si je suis heureux d’avoir la suite des New Teen Titans avec le tome 4…pourquoi s’être encore une fois arrêté en cours de route ? Pourquoi ne pas publier le reste de la série et condamner pas mal d’entre nous à prendre le train de la VO pour poursuivre l’aventure.



    Je l’ai dit et répété, Urban a du mal à imposer tout ce qui est DC pré 2010…et voilà qu’ils trouvent enfin un titre qui semble marcher et ils l’arrêtent encore une fois au moment où Pérez quitte la partie graphique…comme avec son run sur Wonder Woman il y a quelques années. Il y a là un vrai travail à mener de la part de l’éditeur. Je leur souhaite vraiment pour eux et pour nous qu’ils débloquent enfin la situation et qu’ils nous proposent du DC patrimonial plus fréquemment.

    Je me demande même si ce ne sont pas ces échecs répétés qui ont contribué à l’absence de publication de la JSA de Johns par exemple. Le titre étant très intégré à l’histoire de DC. Mais écoutez, j’avais à peine 20 ans quand j’ai commencé à lire ce run en VO, quand il sortait en single et c’est justement tous les rappels à l’histoire de cet univers qui m’ont séduit ! je ne peux pas être le seul !

 

10/ 100% MARVEL : DOCTEUR FATALIS – SERMENT DE LOYAUTÉ

Date de sortie :16 juin 2021

Editeur : Panini Comics 

Prix : 17,00 €I 112 pages

Scénario : Christopher Cantwell

Dessin :Salvador Larroca

Episodes : US Doctor Doom (2019) 6-10, inédits)

Sollicitation : Suite et fin de la série consacrée au souverain de Latvérie, à la reconquête de son trône. Fatalis souhaite rester un personnage positif, un héros, mais cela lui est-il réellement possible ?

Avis : au rang des énormes surprises de ce début d’année, le Dr Doom de Cantwell et Larroca qui a confirmé tout le bien que je pensais du premier tome. Voire, on peut l’affirmer sans problèmes, ce second volume écrase complètement le premier. Sans doute pressé par Marvel d’achever la série très rapidement, Cantwell accélère l’ensemble de son intrigue sans pour autant se précipiter.

Le scénario reste focalisé sur le caractère de Doom, acculé, traqué, il va vite reprendre du poil de la bête, ce qui nous donne quelques moments d’anthologie, comme son petit voyage avec Kang qui résume bien leurs personnalités, le retour de Doom en Latvérie sur un XXX d’ours !!! Un retour plus que triomphal où il va très vite s’arranger pour retrouver le pouvoir tout en se montrant sans pitié…

Et Cantwell n’oublie pas de montrer que Doom peut être son propre pire ennemi. Une simple discussion avec Richards lui suffit pour ébranler ses convictions et tout détruire autour de lui…avant que lui-même ne se livre à des crimes innommables…pour arriver à cette conclusion assez terrifiante qui résume bien le personnage. 

J’ai adoré toute la série et cette conclusion est absolument tonitruante. Les auteurs réinstallent Doom comme l’enflure ultime et comme l’un des plus grands super vilains de l’histoire, loin des bouffonneries de Slott. 

Perspective : Cantwell est devenu depuis le scénariste sur Iron Man avec des résultats mitigés, mais qui sait avec un peu de temps il retrouvera peut être le niveau de son Doom. Je sais qu’il a également signé un one shot Iron Man /Doom, dans le cadre de King in Black qui va être publié en VF…Mais au delà, cela restera une série à part…et peut être la preuve que Cantwell peut faire du très bon quand il veut. 

9/ CAPTAIN MARVEL : L’INTÉGRALE 1972-1974

Date de sortie :  17 février 2021

Editeur : Panini Comics 

Prix :  35,00 €, 288 pages

Scénario :  Starlin, 

Dessin :Friedrich, Boring

Episodes : US Captain Marvel (1968) 22-33 et Iron Man (1968) 55, précédemment publiés dans JE SUIS THANOS, BEST OF MARVEL : LA MORT DE CAPTAIN MARVEL, AVENGERS : L’INTÉGRALE 1974, Strange 69-76 et inédits)

Sollicitation : Marvel Classic,

Jim Starlin arrive au scénario de la série Captain Marvel et en fait une série mythique, notamment en opposant Mar-Vell au terrible Thanos ! Un album contenant des épisodes essentiels, et deux histoires totalement inédites en France. Les Avengers sont de la partie !

Avis : après la lecture du travail de Starlin sur Warlock l’année dernière dans le cadre de l’intégrale qui lui était consacrée, il était impossible pour moi de passer à côté de l’occasion de lire son run sur Captain Marvel…Et bien m’en a pris, car on voit ici toutes les bases qui vont paver le travail futur de l’auteur chez l’éditeur. 

Bien évidemment, le moment le plus marquant est la première grande confrontation avec Thanos et toutes ses retombées, car je pense qu’on peut voir que dès ce moment, Starlin a déjà en tête une grande saga pour ce personnage auquel il va être très attaché pendant des décennies. 

Mais ce qui est le plus fascinant est sans doute l’évolution de Starlin en tant qu’artiste. De ses premiers épisodes assez rigides, suivant les modèles de l’époque en termes de mise en page, on le voit progressivement prendre ses aises, et réellement innover. Si bien qu’arrivé à la fin du run, cela se démarque clairement des autres séries super-héros de l’époque. Même 50 ans plus tard, je trouve beaucoup de compositions de pages particulièrement inventives et recherchées. 

Perspective : j’espère que Panini continuera de s’attaquer aux différents runs de Starlin, car outre les différentes sagas Infinite, il a aussi signé pas mal de séries régulières, notamment au début des années 90 où il avait remis en scène Warlock notamment. 

8/ BASKETFUL OF HEADS 

Date de sortie :  02 avril 2021

Editeur : Urban Comics 

Prix : 18€/192 pages 

Scénario :  Joe Hill 

Dessin : Leomacs 

Episodes : Basketful of Heads #1-7

Sollicitation : June Branch mène une vie des plus tranquilles… jusqu’au jour où quatre criminels parviennent à s’évader de prison et enlever son petit ami, Liam. Pour leur échapper, June n’a d’autre choix que de se munir d’une arme étrange… une hache viking du VIIIe siècle ! Mais celle-ci est dotée de propriétés bien singulières : à même de décapiter un homme, elle laisse cependant les têtes fendues… conscientes ! Pour sauver Liam, June n’a plus qu’une seule solution : garder la tête (ou plutôt tout un panier de têtes) froide…

Avis : ah j’avais prévenu qu’il s’agissait de mes sorties préférées et pas forcément des meilleurs trucs. Oui, cette mini série n’est pas le meilleur scénario  produit par Joe Hill, mais je dois dire que je suis tombé sous le charme de son personnage principal, June Branch qui va vivre la pire nuit de son existence et va devoir s’en sortir à coups de hache probablement magique. 

Dans une ambiance propre aux années 80, perdue sur une presque-île coupée du continent en raison d’une tempête, la jeune femme va se trouver pourchassée de tous les côtés, car au mauvais endroit au mauvais moment. Elle va petit à petit lever le voile sur tous les petits secrets que cachent les habitants de l’île derrière l’image bucolique…et ce n’est pas très joli à voir. 

C’est surtout l’histoire d’une descente aux enfers d’une jeune femme qui va devoir se battre pour survivre et savoir tout remettre en cause. De la jeune femme innocente au début qui voulait aider les autres, il ne reste plus grand chose à la fin, sauf peut être une femme qui a grandi et fait ce qui lui apparaîssait nécessaire. 

Il y a un côté assez noir mélangé à du fun pur, avec un ton très film d’horreur des années 80 mais où la blonde écervellée ne se fait pas trucider. Non, c’est elle qui trucide, et elle en a dans la tête…

Perspective : on pensait le label de Joe Hill disparu, mais DC vient d’annoncer une sorte de suite à Basketful of Heads avec Refrigerator full of heads…mais sans Joe Hill et Leomacs et sans June Branch à priori…Donc en gros, c’est situé dans le même univers quelques années après la première mini série…mais sans tous les éléments qui faisaient fonctionner le machin. Je suis très circonspect sur cette annonce…et je ne peux qu’espérer qu’on reverra Hill et Leomacs remettre en scène le personnage un jour…

 

7/ FIRE POWER TOME 2

Date de sortie :  07 avril 2021

Editeur : Delcourt Comics 

Prix : 16.50€/160 pages 

Scénario : Robert Kirkman 

Dessin : Chris Samnee 

Episodes : 

Sollicitation : Fire Power est la toute nouvelle série signée Robert Kirkman (Invincible et Walking Dead) associé à l’immense Chris Samnee (Daredevil). Action, ninjas, vie de famille et un passé que rejette le héros attendent le lecteur

Owen Johnson pensait pouvoir tourner le dos à son passé… mais aussi à son entraînement, à sa puissance et à ce monde dangereux dont il ne voulait pas faire partie. Malheureusement pour Owen et sa famille, le danger l’a (re)trouvé, et qu’il le veuille ou non, le pouvoir qu’il possède, celui de maîtriser les boules de feu, est la seule chose qui peut les sauver.

Avis : XXX que j’aime cette série ! Je parle beaucoup de bonnes surprises dans ce top, mais peu ont été aussi importantes que la découverte de Fire Power. Le premier tome avait déjà été une excellente surprise l’année dernière, mais ce second tome, non seulement confirme,  mais s’avère encore meilleur !

Dans une espèce d’hommage / parodie aux films de kung fu des années 70 et de séries d’action shonen, Kirkman et Samnee s’amusent comme des fous. Il y a une fraîcheur incroyable qui se dégage de …ben tout en fait. Avec le second tome, Kirkman encore une fois va contre les tropes habituels tout en jouant habilement avec les codes habituels. 

On retrouvait ainsi le héros, Owen, des années après les événements du premier tome dans un cadre très différent. Fini les arts martiaux, fini la vie au fin fond de l’Himalaya, non, non, Owen vit …en banlieue avec sa femme et ses enfants. Une existence rangée des voitures qui fait presque carte postale. 

Et bien évidemment tout va péter au bout de quelques pages ! Kirkman et Samnee s’amusent à confronter les deux vies du personnage et font évoluer la situation à vitesse grand V. L’exécution est parfaite et c’est juste du pur plaisir. C’est l’une de ces séries que l’on dévore le sourire aux lèvres. Il n’y en a pas beaucoup comme ça ! et en ce qui me concerne, je trouve que c’est sans doute le meilleur truc de Kirkman depuis Invincible !

Perspective : le 3e tome est déjà annoncé pour la rentrée (vitttteeeee !!!!) et le titre continue aux USA. Je ne sais pas quelle durée les auteurs ont prévu, mais tant que cela reste aussi bon, je suivrai cela avec grand plaisir !

6/ DOOM PATROL TOME 3

Date de sortie :  23 avril 2021

Editeur : Urban Comics 

Prix : 35€/424 pages 

Scénario : Grant Morrison 

Dessin : Richard Case 

Episodes : #51-63

Sollicitation : Le pays est pris de folie tandis que Monsieur Personne se lance dans une campagne électorale surréaliste au sens propre ! Cliff Steele pense que la Doom Patrol doit agir, mais Crazy Jane n’est pas convaincue de la nécessité d’un combat. Et Rebis, que ses équipiers ont connu sous le nom de Larry Traynor, quitte l’équipe afin de préparer un mystérieux avènement dont il ne veut rien dire. Privée de deux de ses membres, la Doom Patrol semble démunie face à la folie qui se répand, et l’aide d’un certain Willoughby Kipling ne sera pas de trop !

Avis : suite et fin du run de Morrison sur la Doom Patrol et quel volume mes amis, quelle série et quel run fantastique ! On revient avec ce 3e tome plus à la folie des débuts, alors que Morrison se recentre un peu plus sur ses personnages, qu’il avait un peu mis de côté dans le tome 2. 

Entre le retour de Monsieur Personne dans une parodie de campagne présidentielle, la déconstruction littérale de plusieurs personnages de l’équipe, de Robotman à Rebis en passant par Crazy Jane aux révélations fracassantes balancées par Larry Traynor, il est juste impossible de poser le volume une seconde. 

C’est vraiment le volume où je me disais : “allez, juste un épisode de plus, juste un de plus et …hein c’est fini ?”, tellement j’ai dévoré le tome à grande vitesse. C’est incroyablement riche, les cliffhangers s’enchaînent et on est désolé de quitter ces personnages que l’on a suivi pendant presque une cinquantaine d’épisodes. 

C’est la fin d’un voyage très étrange. La fin car on sait que personne ne pourra passer derrière Morrison pour faire plus cinglé. On l’a encore vu récemment avec la Doom Patrol de Gerard Way qui était très sympathique, mais faisait très copie en moins inspirée de la DP de Morrison. On dirait que Way n’a pas réussi à vraiment sortir du modèle installé par Morrison pour instiller sa propre vision. 

On remerciera aussi Urban d’avoir inclus le one shot Doom force special, parodie assumée des comics de Rob Liefeld de l’époque…Le côté parodique échappera un peu aux jeunes lecteurs, mais fera rire pas mal de vieux routards dans notre genre…

Perspective : à quand la prochaine série de Morrison ? À quand Animal Man ? À quand Invisibles ? Il reste des classiques de l’auteur à publier Urban !!! Ce qui m’inquiète est que je pense qu’ils n’ont publié Doom Patrol que parce que la série était adaptée en show TV et qu’ils espéraient profiter de l’exposition ainsi gagnée. Du coup, j’ai quelques inquiétudes pour le reste de sa production…

5/ NEXTMEN TOME 2

Date de sortie :  19 février 2021

Editeur : Delirium éditions 

Prix : 26€/288 PAGES 

Scénario : John Byrne 

Dessin : John Byrne 

Episodes : 

Sollicitation : Fruits d’expériences génétiques menées secrètement par l’armée, les Next Men, jeunes adolescents élevés dans un univers virtuel, sont soudain plongés dans le monde réel. Ce deuxième volume voit les personnages découvrir qu’ils ont un passé dans le monde réel et développe également un nouveau personnage en parallèle, M4, dont l’impact sur les Next Men va progressivement se révéler… NEXT MEN, qui fait suite à 2112, est une série créée par JOHN BYRNE, auteur-star des plus grands succès de MARVEL et DC au cours des années 1980 (X-Men, Quatre Fantastiques, Superman…). 

Avis : ahhh mais quelle grande série que Nextmen les enfants ! John Byrne montre ici qu’il n’avait rien à envier aux Image boys au début des années 90 en signant sans doute l’une de ses meilleures créations. Et après un excellent premier tome, cette suite se montre encore meilleure, alors que l’on suit nos jeunes ados doués de pouvoirs relâchés dans le monde !

Après avoir achevé leur première mission pour le gouvernement de manière étrange, il va falloir en tirer les conséquences qui vont faire exploser l’équipe ! Et les différents membres vont commencer à suivre leur propre chemin et à faire pas mal de conneries en cours de route, certains se retrouvant exploités pour faire de la pub…et leur existence pourrait très vite être révélée au monde. 

Sauf que leurs actions passées vont très vite les rattraper, amenant un gros changement de statut quo. Ce second tome pourrait facilement être renommé : l’ascension et la chute des Nextmen. Byrne exploite parfaitement ses thématiques, donne quelques coups à l’industrie des comics de l’époque et signe de superbes planches. 

Bref, en ce qui me concerne, c’est un coup de coeur total cette série et j’attends la suite, et apparente fin avec impatience. 

Perspective : le 3e tome est annoncé pour le second semestre. Ce qui m’inquiète est que Delirium annonce que ce sera la fin de l’édition VF…ce qui nous amènera en fait à la fin de la première série…mais il y a une suite, d’autant plus importante que j’ai cru comprendre que la première série s’achevait sur un cliffhanger…Donc Delirium…merci aussi de publier toute la série. 

4/CRIMINAL – UN ETE CRUEL 

Date de sortie :30 juin 2021

Editeur : Delcourt Comics 

Prix : 29.95€/

Scénario : Ed Brubaker 

Dessin : Sean Phillips 

Episodes : 

Sollicitation : À l’instar de «Fondu au Noir » auquel il emprunte la forme ce nouvel opus de la série polar de référence est proposé dans un format particulier (300 pages). C’est une nouvelle dans l’univers d’origine.

Au cours de l’été 1988, Teeg Lawless met au point le plus gros braquage de sa carrière. Mais Ricky, le fils de Teeg, et ses amis, s’engagent sur la même voie que leurs pères, et cela va devenir le pire été de leur vie. Un Été cruel est une épopée où la tragédie se transmet de génération en génération. Chef-d’oeuvre des maîtres noirs les plus célèbres de l’industrie, Brubaker et Phillips.

Avis : ou la fin d’une grande histoire. Avec ce tome de Criminal, les auteurs reviennent sur la famille au cœur de la série depuis le début, les Lawless. Et nous revenons sur le moment clé de l’histoire de Teeg Lawless qui va marquer les futures générations…

Je ne veux pas trop en dire, mais wow. Quel tome ! Cela faisait des années qu’on voulait en apprendre plus sur le père Lawless, un être violent qui a condamné ses enfants à vivre dans la même spirale infernale que lui…Nous avions eu dès le départ des informations sur son sort…

Et nous voyons enfin la vérité révélée ici. Une vérité à laquelle Brubaker pense depuis le début et pour laquelle il a accordé un traitement particulier. Comme il le dit lui-même, il se concentre souvent sur un seul personnage pour construire ses histoires. Un seul arc qu’il va mener au bout. Ici, il change de méthode, en adoptant une narration en puzzle. 

Chaque épisode se centre sur un personnage différent, puis il fait se rejoindre tous les éléments à la fin dans un crash tragique mais inévitable. Nous voyons les pièces s’assembler jusqu’au choc final et le résultat est tout simplement impressionnant…

Cela donne vraiment envie de relire toute la série depuis le début en fait !

Perspective : d’après ce que dit Brubaker dans son épilogue, cela pourrait bien être la fin de Criminal, mais étant donné que l’on suit plus un univers partagé où l’on peut suivre n’importe quel personnage dans sa propre histoire, rien ne lui interdit d’y revenir avec Sean Phillips dans l’avenir. 

Pour l’instant il est plus concentré sur leur nouvelle série : Reckless qui débarque à la rentrée chez Delcourt ! tout comme une intégrale deluxe de Fatale le mois prochain ! Reste la grande question : à quand une intégrale Criminal ? Car ce qui me chagrine est que le format de ce tome est très différent du reste de la série Criminal en VF et que ça jure un peu…

3/FROM HELL TOME 1 –  EDITION COULEUR  

Date de sortie :  20 janvier 2021

Editeur : Delcourt comics 

Prix : 17.95€/192 pages 

Scénario : Alan Moore 

Dessin : Eddie Campbell 

Sollicitation : Cette nouvelle édition est l’occasion de goûter à l’un des romans graphiques les plus majestueux jamais réalisés. Plongez dans cette enquête scénarisée par Alan Moore et illustrée par Eddie Campbell.

Cinq meurtres restés non résolus à ce jour. Un complot à l’échelle d’un Etat. Une mégalopole à l’aube de la révolution industrielle. Redécouvrez le destin de Jack L’Éventreur grâce à deux des plus grands créateurs de l’histoire de la Bande Dessinée mondiale. Jack est de retour ! Et cette fois-ci, le sang est ROUGE !

Avis : je sais que c’est un peu un cliché de dire qu’un bouquin signé Alan Moore est une claque. Mais XXX quelle claque que ce premier tome de From Hell. Le titre faisait partie des productions d’Alan Moore dont je repoussais un peu la lecture depuis longtemps. Je savais que je devrais y passer un jour, mais je retardais, car je ne savais pas trop à quel Moore j’allais avoir à faire. 

Car pour moi, il y a un avant et un après an 2000. Avant 2000, nous avons le Moore de Watchmen, Swamp Thing, Supreme et ses titres ABC comme Top Ten, Tom Strong, ou encore Promethea. Et après l’an 2000…nous avions des trucs illisibles comme son Century. En je pense que la meilleure critique de cette évolution que j’avais vu disait qu’à un moment, Moore avait cessé d’écrire pour les lecteurs et uniquement pour lui-même. 

Et quand je vois la conclusion de la Ligue of extraordinary Gentlemen que je suis toujours en train de digérer…j’aurais tendance à donner raison à cette position. On est passé de quelque chose de dense à des écrits juste opaque où Moore est un peu le seul à comprendre ce qu’il est en train de proposer. 

J’ai donc été ravi de constater que From Hell fait partie de sa période “lisible et accessible”. Cela reste formidablement dense, très recherché, mais le lecteur ne se perd jamais dans le dédale de ses pensées. Nous avons vraiment une plongée ultra-détaillée dans l’histoire de Jack l’éventreur où Moore présente sa théorie sur l’identité du tueur, ses motivations, sa manière de procéder, son passé…

Et on ne pourra que saluer le travail de Jack Campbell au dessin et donc à la colorisation qu’il a lui-même assumée. Etant donné que le récit était en noir et blanc à l’origine, j’avais un peu peur de cette colorisation, mais Campbell de manière très intelligente, limite le nombre de couleurs utilisées, pour bien retranscrire ce Londres de la fin du XIXe siècle piégée dans les fumées de la révolution industrielle…

C’est noir, poisseux, malsain…et passablement dérangeant, mais terriblement bien réalisé. 

Perspective : le tome 2 sort le mois prochain et la conclusion en fin d’année. Nous aurons ainsi une belle édition de cette série. 

2/PROMETHEA TOME 2

Date de sortie :  05 mars 2021

Editeur : Urban Comics

Prix : 35€/352 pages 

Scénario : Alan Moore 

Dessin : J.H.Williams III

Episodes : Promethea #13-23

Sollicitation : Lorsque Sophie Bangs a choisi son sujet de thèse — les différentes itérations de l’héroïne mystique Promethea —, elle ne se doutait pas que ce personnage de fiction allait envahir à ce point son quotidien et que c’est elle, Sophie, qui deviendrait son nouvel avatar ! Parcourant les plaines d’Immateria, patrie des Idées, des Mythes et de l’Imaginaire, cette nouvelle Promethea va rencontrer ses prédécesseurs mais également d’anciens adversaires…

Avis : et on enchaîne avec un autre titre signé Alan Moore avec un tome qui m’a permis de me réconcilier avec la série. J’en avais déjà parlé, mais j’avais lu les débuts de Promethea il y a 20 ans à l’occasion de la sortie de la série chez Semic. À l’époque, j’avais bien aimé le titre au départ, avant de lâcher l’affaire avec l’épisode 12 que j’avais trouvé absolument indigeste. 

Je n’avais pas repris avec l’édition Panini par la suite et bien m’en a pris, car cela m’a permis d’une part de prendre le recul nécessaire par rapport au bouquin et d’autre part de redécouvrir le titre dans la superbe nouvelle édition ultra travaillée d’Urban. Ces tomes sont justes magnifiques et sont l’écrin parfait pour cette superbe série.

Car oui, bien évidemment si je la classe si haut dans mon top, c’est que je suis tombé entièrement sous le charme de la série avec ce second volume qui emmène Promethera dans le domaine des morts avant de la lancer dans l’exploration de l’esprit humain. Et c’est tout simplement incroyable. 

Le scénario de Moore est d’une inventivité et d’une richesse folle sans perdre de vue ses personnages qui sont les avatars des lecteurs. Malgré le fait qu’on soit encore dans le côté découverte très riche qui m’avait rebuté dans l’épisode 12, j’ai trouvé cela beaucoup plus fluide cette fois. Et la créativité des pages de Williams III fait qu’on pourrait rester admirer la plupart des planches pendant des heures. 

Une œuvre d’exception dont on attend la conclusion maintenant !

Perspective : le 3e et dernier tome est annoncé pour la fin de l’année…et j’ai hâte les enfants, j’ai hâte ! Au-delà, Urban a désormais publié Watchmen 15 fois, Tom Strong, Top Ten et Promethea. Étant donné que l’auteur accompagne Urban depuis les débuts, je me demande ce qu’ils vont nous proposer ensuite. 

1/JUDGE DREDD, AFFAIRES CLASSÉES TOME 6

Date de sortie : 14 mai 2021

Editeur : Delirium éditions 

Prix : 35€/416 pages 

Scénario : John Wagner 

Dessin : Brian BOLLAND, Carlos EZQUERRA, Ron SMITH, Steve Dillon 

Episodes : 

Sollicitation : LES GRANDES SAGAS INEDITES DE JUDGE DREDD ! Avec ce sixième volume des Affaires Classées découvrez certaines des plus grandes sagas de JUDGE DREDD restées inédites jusqu’à ce jour ! – Le retour de JUDGE DEATH accompagné des JUGES NOIRS, qui veulent éradiquer toute vie, source de tous les crimes ! JUDGE DREDD et JUDGE ANDERSON sont à nouveau à pied d’œuvre sous la plume de Brian BOLLAND, – la saga culte emblématique BLOCK MANIA, dans laquelle les habitants des blocs de MEGA-CITY ONE, pris de folie, se mènent une guerre sans merci entre immeubles géants ! Illustrée notamment par Ron SMITH. – la grande guerre contre les SOVs, autre saga essentielle dans laquelle MEGA-CITY ONE, soumise au feu nucléaire des Cités Sovs, est envahie par les pendants soviétiques des fameux juges… Leur seul espoir ? JUDGE DREDD: la loi de MEGA-CITY ONE, c’est lui, et rien que lui ! Cette saga marque également le retour au dessin du créateur de JUDGE DREDD, Carlos EZQUERRA !

Avis : ou le tome qui m’a le plus surpris, mis sur le cul, en ce début d’année. Grâce à l’insistance de certains j’ai commencé récemment à lire du Judge Dredd (avec le tome 4 des affaires classées) et si j’appréciais voir aimais jusque là, ce n’était pas encore un coup de cœur. Et puis ce tome 6 est arrivé entre mes mains…et tout a changé. 

Encore une fois au passage, saluons le travail de Delirium sur cette édition qui est juste sublime. Aussi grande qu’un absolute, cartonnée pour un prix très raisonnable, ils font vraiment un énorme boulot pour nous offrir un écrin à la hauteur de la série. 

Mais c’est vraiment le contenu qui m’a happé. Déjà on commençait fort avec le retour de Judge Death mis en scène par le toujours incroyable Brian Bolland, dans un récit plus macabre que jamais…avant de plonger dans la guerre des blocs. 

Et à chaque chapitre, je me disais, bon ok il va y avoir pas mal de morts, mais Dredd va résoudre la situation et tout va revenir à la normale…euhhh…non ? John Wagner devait être très énervé cette année-là, parce qu’il ne cesse de faire monter les enjeux tout au long de l’histoire alors que le conflit se transforme carrément en guerre de l’apocalypse. Et chaque fois qu’on pense que cela ne peut pas être plus gros, plus cinglé, on ajoute un nouvel étage à la fusée. 

Impossible de reposer ce tome tellement il était prenant et réussi et si je suis loin d’être un Dredd head (je ne suis pas digne de faire partie de cette grande confrérie de fans de Dredd)…j’en prends résolument le chemin après ce volume !

Perspective : un tome de Dredd est annoncé pour le second semestre chez Delirium…Mais pas la suite des affaires classées si bien que je pense qu’il faudra attendre l’année prochaine pour avoir la suite…Sniff…je souhaite vraiment que cette édition rencontre un plus grand succès pour avoir plusieurs volumes par an, car l’histoire de Dredd est tellement longue que ça va prendre des décennies pour tout avoir à ce rythme…

A propos Sam 2088 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

1 Comment

  1. Content de voir que tu accroches à l’univers de Dredd. Il.est bien dommage que nous n’avions droit qu’à un volume des affaires classées en effet, et est pas prêt de rattraper tout ça

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.