Unspoken VF : X-Men Universe 8 – Servir et Protéger

X-Men 7

X-Men_Vol_3_7Scénario : Victor Gischler

Dessin : Chris Bachalo

Avis : les X-Men tentent d’assumer un rôle plus super-héroïque, et pour cela ils recherchent des missions que laissent passer les grosses équipes comme les 150 équipes des Vengeurs, ou les autres super-héros, et pour l’occasion ils partent pour New York pour enquêter sur une histoire de disparitions, et vont tomber sur des créatures reptiliennes qui apprécient particulièrement l’environnement des égouts.

Que dire de cet épisode ? ben pas grand chose, je peux comprendre l’idée d’essayer de donner une meilleure image des X-Men au grand public, ce qui donne lieu à des séquences assez cocasses au début de l’épisode, où l’on voit les X-Men jouer aux super-héros dans la ville de San Francisco. On voit notamment une photo d’Iceberg… en train de sauver un chat d’un arbre. En gros ils essaient de rentrer dans le moule. Je trouve quand même étrange de voir les X-Men vouloir apparaître comme des super-héros dans le seul but d’avoir une meilleure image. Je veux dire, ils ont pas plus urgent sur le feu ?comme sauver leur espèce ?

On voit ici quand même la vacuité de cette série, dont on se demande à quoi elle sert. L’idée à la base est d’intégrer plus avant les mutants au reste de l’univers marvel, mais il me semblait que ce qui avait fait le succès de la série, est que les X-Men ont leur propre univers. Un univers très riche, longtemps en expansion. Aujourd’hui cet univers s’est replié sur lui même. D’où la nécessité d’aller chercher au delà pour le revivifier.

Concernant le scénario, pas granc chose à dire, on ne peut dire que Gischler brille beaucoup sur ce titre. Ce n’est pas franchement mauvais, mais on ne peut pas dire que ce soit sensationnel, il demeure en permanence dans la catégorie bien connue des geeks du « meh ».

La seule valeur ajoutée pour moi est le trait de Chris Bachalo qui est un dessinateur que j’adore. Le voir dessiner les X-Men est toujours un plaisir, et ici il se lâche  avec des constructions de pages toujours inventives.

Uncanny X-Force 3 & 4

UncannyX-Force4Scénario : Rick Remender

Dessin : Jerome Opena

Avis : je dois bien dire que je conserve des sentiments mitigés à l’égard de cette série, d’un côté la série contient incontestablement beaucoup d’idées, du rythme, et Remender ne nous impose pas une saga en 15 parties made in Matt Fraction.

De l’autre, le caractère ultra violent de la série commence vraiment à me lasser. Entendons nous bien, je ne suis pas une sainte nitouche, ni une grenouille de bénitier, et la violence en elle même ne me dérange pas. En outre la violence et la brutalité font partie du contrat de la série X-Force depuis ses débuts, donc je ne peux pas dire ce soit non plus une nouveauté.

Mais j’ai eu par moment le sentiment que certains séquences étaient surtout là pour essayer de choquer, sans vraiment apporter de valeur ajoutée à l’histoire. Heureusement ce phénomène reste pour le moment rare et le scénariste parvient à se retenir d’inclure trop de séquences purement gratuites. La plupart du temps les pouvoirs des personnages expliquent tout. Mais à certains moments j’ai vraiment eu l’impression qu’il était proche de la limite.

Mais ce déluge de violence, et de super pouvoirs assez originaux, a pour avantage de ne pas rendre aisé la tâche de l’équipe, et surtout à Wolverine. Depuis un moment le personnage est décrit comme pratiquement invulnérable, grâce à son facteur auto-guérisseur qui lui permet de se remettre pratiquement de tout en quelques secondes. Ici on ressent bien que tous les personnages, y compris donc Logan, en bavent des ronds de chapeau, tant physiquement que psychologiquement.

C’est bien ce second point qui donne tout son intérêt à ces deux épisodes. Une fois que l’on a dépassé les nombreux combats de cette histoire, qui en général s’achèvent par les ennemis de l’équipe se rendant compte qu’ils ont été victimes d’une illusion de Fantomex, X-Force est confronté à un Apocalypse sous la forme d’un enfant.

Dès lors on a droit à un vieux débat « si vous pouviez  remonter le temps, tueriez vous Hitler dans son berceau ? ». Très vite la question devient meurtre ou éducation ? Si la balance penche assez vite du côté de la seconde hypothèse, certains dans l’équipe marquent leurs désaccords. La fin de l’épisode est d’ailleurs un exemple en matière de dénouement dramatique.

Enfin si l’on continue du côté des qualités, je suis personnellement content que le scénariste parvienne à développer chacun des personnages, car le risque était bien sûr que Wolverine écrase tout. Ce n’est pas le cas, et le personnage de Psyloque est ainsi plus développée en 4 épisodes, que pendant ces dernières années.

Le seul défaut reste pour moi la partie graphique, je n’accroche vraiment pas au style du dessinateur.

X-Factor 211

132_X_FACTOR_211Scénario : Peter David

Dessin : Emanuela Luppacchino

Avis : en fait l’épisode est à l’image de la couverture. X-Factor a compris qu’ils avaient bossé pour la déesse nordique Héla, en lui permettant de retrouver un pauvre bougre qu’elle va désormais pouvoir torturer à l’envie. Bien décidés à rattraper leur énième bourde, ils se rendent à Las Vegas pour sauver le malheureux

Sauf que de bien entendu une déesse n’est pas sans défense, surtout lorsque l’on est celle du monde des morts. Du coup notre joyeuse bande doit se coltiner en plein Las Vegas une armée de morts vivants Vikings. Et si Shattestar prend un pied pas croyable à se battre contre des combattants d’exception, ben oui c’est un guerrier, les autres ne sont pas fous de joie. Heureusement ils vont voir arriver des renforts.

Comme on le voit, Peter David a un parti assez proche de la série X-Men, c’est à dire confronter les mutants au reste de l’univers Marvel. La seule différence est le niveau de qualité de la série et des histoires, X-Factor l’emportant aisément … On retrouve ici l’ensemble de ce qu’on aime dans la série X-Factor, une caractérisation réussie des personnages, beaucoup d’humour, et le développement des relations entre les héros. Je pense notamment au petit moment entre Madrox et Theresa, qui semblent être sur le chemin de la réconciliation. En outre dans l’épisode du jour, l’action est franchement au rendez vous ! le dessin est superbe, et l’histoire assez intéressante.

Bilan du mag : X-Men reste une déception chronique, sans être non plus une catastrophe. Uncanny X-Force monte clairement en puissance, et je suis curieux de voir dans quelle direction va maintenant aller la série, et surtout ce que le scénariste va faire des personnages. Et enfin X-Factor reste très bonne.

Donc dans l’ensemble un mag agréable à lire, et qui vaut bien le fait d’y laisser son argent.

A propos Sam 1943 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

2 Comments

  1. Perso, j’ai trouvé que c’était un excellent mag, bourré de bonnes idées dans chacune des séries, j’ai vraiment hâte de lire celui du mois prochain.
    Je suis fan de la scène ou Deadpool nourri Angel ;D 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.