Unspoken VF : Superman – Secret Identity

Crédits :

SUPERMAN SECRET IDENTITYScénario : Kurt Busiek

Dessin : Stuart Immonen

Sollicitation : La vie rêvée d’un super-héros ? Kurt BUSIEK et Stuart IMMONEN abordent le mythe de Superman – sa formation, sa vie, sa mort – à travers ce qui reste encore aujourd’hui le traitement le plus réaliste possible sur le personnage. Un récit complet qui a marqué une génération d’auteurs et de lecteurs. Depuis l’enfance, Clark Kent vit dans l’ombre pesante du super-héros de papier Superman. Sa famille, ses amis, ses camarades de classe ne manquent pas une occasion de lui rappeler sa ressemblance avec l’icône. Alors qu’il rêve de devenir un jour romancier, le jeune Clark découvre au cours d’une excursion des pouvoirs qu’il ne se connaissait pas.

Date de sortie : 14 Novembre 2014

Éditeur VF : Urban  Comics

Collection : DC Deluxe

Prix : 19€/208 pages

Épisodes:  SUPERMAN SECRET IDENTITY #1-4

Avis : il y a des titres, on ne s’attend pas à grand chose avant de se mettre à les lire. Les préjugés peuvent souvent venir d’un manque d’intérêt pour les autres travaux du scénariste, du dessinateur ou du personnage. C’était un peu mon cas avec ce Superman Secret Identity avant d’entamer la lecture. Une lecture qui s’est avérée bien plus riche, passionnante et émouvante que ce à quoi je m’attendais. En effet, je m’attendais à une certaine étude du mythe de Superman, d’un point de vue plus élevé, détaché. Et il y a un peu de ça. Car Busiek explore en un sens ce que le personnage représente pour les gens.

6

Mais au fond plus qu’une étude méta d’un personnage et du genre qu’il a lancé, Busiek livre ici avant tout le portrait d’un homme, de sa vie, ses choix et leurs conséquences sur une période de presque 60 ans. Il s’agit donc plus d’une biographie que d’une analyse ou un commentaire.

Nous suivons donc le personnage de Clark Kent. Un jeune homme qui n’apprécie guère son patronyme car cela fait de lui la tête de turc de son lycée, pour des raisons évidentes. On ne peut pas dire qu’il est persécuté, mais dès qu’il y a une bonne blague à faire, il en est souvent l’objet, si bien que désormais le jeune ado ne supporte plus tout ce qui se rapporte à Superman, que toute sa famille aime à lui balancer en permanence au visage. Car il n’est pas Superman. il porte juste un nom à blagues…Mais que se passe-t-il quand le jeune Clark Kent découvre qu’il possède des pouvoirs étrangement similaires à ceux de Superman ???

5

Busiek explore à partir de là la vie du jeune homme sur plusieurs décennies, alors qu’il embrasse cette identité secrète. Pour en fait …que personnage ne croit qu’il existe. Après tout qui irait prétendre qu’il a échappé à la mort grâce à un type en collants qui vole dans un costume de Superman ? ou comment il utilise  la force du mythe pour le rendre invisible …Une belle idée de la part de Busiek. Pas de super-vilains à affronter pour le jeune Clark, juste la vie… et un gouvernement qui aimerait bien lui mettre la main dessus. Ce sera la seule vraie menace qu’il aura jamais à affronter, et qui jettera une ombre constante sur les différents moments heureux de sa vie.

Quand Clark rencontre une certaine Lois...
Quand Clark rencontre une certaine Lois…

On n’est même pas surpris qu’il tombe amoureux d’une Lois à ce stade…De manière très intelligente, Busiek s’appuie ainsi sur les différents éléments du mythe de Superman pour construire son récit et les différentes parties de la vie de son personnage. Son adolescence dans une petite ville du Kansas est bien entendu intitulée Smallville. Son arrivée et sa vie à Manhattan ? Metropolis…

Et plus que ses exploits de sur-homme, c’est sa vie personnelle qui  nous interpelle, qui nous passionne. Et de fait si l’on exclut toute la dimension super-pouvoirs, on ressent presque le fait que Busiek parle avant tout de lui-même, le fait de rencontrer le succès au niveau professionnel, de tomber amoureux, d’avoir des enfants. Busiek parle ici de ses propres expériences, et utilise les mots du jeune Clark Kent pour les partager. Au delà de la biographie, c’est presque un récit autobiographique que nous livre l’auteur.

4

Et c’est je pense  que c’est cet accent de vérité qui rend le récit aussi prenant, aussi touchant, si bien que lorsque l’on referme ce tome, on est tout d’un coup triste de quitter ces personnages, cette petite famille car on les a adopté. Tout cela est bien entendu renforcer par le style assez réaliste d’Immonen qui utilisait alors son ancien style et qui rend tous ses personnages étrangement familiers.

Verdict : une réussite totale et un très beau moment de lecture.

Note : 9.5/10 – sans doute mon coup de cœur du mois

A propos Sam 2088 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.