Guide de lecture Comics VF : semaine du 10 janvier 2017

BLISS COMICS

BLOODSHOT REBORN TOME 3 – L’homme analogique

bloodshotreborn3_cover-600x922Date de sortie : 12 Janvier 2017

Prix : 13.95€/128 pages

Scénario : Jeff Lemire

Dessin : Lewis LaRosa

Sollicitation : 30 ans dans le futur, la Californie est devenue un désert et Los Angeles une forteresse à la technologie de pointe. Bloodshot, autrefois l’arme la plus dangereuse du monde, est devenu une machine obsolète. Il a refait sa vie en tant que protecteur d une petite communauté, l’aidant à survivre aux conditions de vie extrêmes dans le désert, accompagné de l amour de sa vie : Magic. Tout bascule lorsqu’une bande de pillards menace le village : Bloodshot va devoir reprendre les armes et redresser les torts dans cette terre désolée qu’est devenu l’univers Valiant.

Avis : pas d’avis, je signale juste la sortie.

Verdict : pour ceux qui ont aimé les deux premiers tomes.  

GLENAT COMICS

POLAR TOME 2

polarDate de sortie : 11 janvier 2017

Prix : 15.95 €/176 pages

Scénario : Victor Santos

Dessin : Victor Santos

Sollicitation : Laissée pour morte dans les eaux de l’Arctique avec un impact de balle dans la tête, Christy White est secourue par un homme mystérieux. Alors qu’elle demande réparation, celui-ci lui apprend comment reconstituer les bribes de son passé de tueuse. Ils ont tenté de la refroidir, mais ils auraient dû finir le job. Car maintenant, le feu qui anime Christy s’est ravivé et a fini de la décongeler : elle est à point pour faire brûler le monde entier !, le comics aussi glacial que sanglant de Victor Santos, revient pour une deuxième saison ! Une nouvelle histoire de vengeance sauvage et brutale, déployée par un graphisme hérité de Frank Miller et Mike Mignola réunis.

Avis : pas d’avis, je signale juste la sortie.

Verdict : pour ceux qui ont aimé le premier tome.  

Sukeban Turbo

501 SUKEBAN TURBO[BD].inddDate de sortie : 11 janvier 2017

Prix : 17.95€/144 pages

Scénario : Sylvain Runberg

Dessin : Victor Santos

Sollicitation : Shelby Buckman, lycéenne newyorkaise de 17 ans, a déjà connu un parcours sulfureux. À la tête d’un gang de filles surnommées les « Sukeban Turbo », référence à un mouvement féminin radical japonais des années 1970, Shelby revend cocaïne, MDMA et amphétamine aux hipsters de Brooklyn pour le compte de Jared, un jeune caïd de 25 ans. Le look branché et la jeunesse de Shelby et ses copines leurs ouvrent toutes les portes des soirées tendances de la ville qui ne dort jamais, et la clientèle qui va avec. Toute son existence, Shelby n’a connu que le chaos. Et elle ne s’imagine pas vivre autrement. Mais bientôt, sa vie va prendre un autre tournant… La rédemption est-elle au bout du voyage ?

Sylvain Runberg et Victor Santos vous proposent une plongée dans la jeunesse newyorkaise d’aujourd’hui et les différentes cultures qui la composent, du plus underground et radical à travers le gang de Shelby qui sévit dans Brooklyn, au plus commercial avec les Urban Smile, inspiré du groupe One Direction en passant par Williamsburg, la capitale des hipsters. Sukeban Turbo est la première création originale estampillée Glénat Comics ! Un thriller urbain contemporain et une métaphore sociale sur la rage adolescente. Une immersion dans la jeunesse de New York, ses cultures et ses sous-cultures.

Avis : pas vraiment d’avis, mais je dois avouer que j’ai personnellement tendance à me méfier quand un bouquin fait référence à Akira. Le standard établi par l’œuvre de Katsuhiro Otomo est tellement élevé, et à mon sens indépassable, que cela revient à donner le bâton pour se faire battre…Bonne chance tout de même aux auteurs…

Verdict : pour ceux que ça intéresse.  

JUNGLE COMICS

THEY’RE NOT LIKE US

theyre-not-like-usDate de sortie : 11 janvier 2017

Prix : 17.95€/

Scénario : Eric Stephenson

Dessin : Simon Gane

Sollicitation : C’est décidé, c’est aujourd’hui que « Syd » mettra fin à ses jours. Elle n’en peut plus d’entendre toutes ces voix dans sa tête, de ressentir toutes les émotions de la foule… Elle recherche le silence, la paix, et l’unique moyen de l’obtenir est de sauter du haut de cet immeuble.

Mais Syd n’est pas folle, elle est juste télépathe. Et comme d’autres, elle doit apprendre à contrôler ses pouvoirs. C’est pour cette raison que le mystérieux The Voice apparaît devant elle et lui propose de rejoindre sa communauté secrète.

Alors qu’elle s’imaginait utiliser ses dons pour faire le bien, Syd réalisera vite que ses camarades ont une tout autre manière de vivre : mensonges, agressions, vols et meurtres. Si elle veut rester parmi eux, Syd devra faire un choix décisif et irréversible.Mais pourquoi vivre dans l’excès et la violence ? Parce qu’ils le peuvent !

Avis : après Nowhere Men, Eric Stephenson , qui occupe l’essentiel de son temps comme Président d’Image Comics, revient à l’écriture avec ce nouveau titre…assez particulier ! en phase avec la politique éditoriale qu’il a impulsé dans la boîte, il lance lui même des titres au pitch bien particulier, loin des canons habituels. Je ne sais trop quoi en penser, mais le monsieur se défendant bien en tant qu’auteur, cela vaut la peine de jeter un coup d’oeil.

Verdict : à tester.

PANINI COMICS

MARVEL DELUXE : UNCANNY X-FORCE 3

uncanny-x-force-3Date de sortie : 11 JANVIER 2017

Prix :14,95 EUR,136 pages

Scénario :Rick Remender

Dessin :Greg Tocchini, Phil Noto

Episodes :US Uncanny X-Force (2010) 19.1, 20-24, publiés précédemment dans les revues X-MEN UNIVERSE (V3) 3-5)

Sollicitation :Tandis qu’une armée d’envahisseurs menace le royaume magique d’Outremonde, le corps des Captain Britain est concentré sur le procès de Fantomex. Wolverine et X-Force pourront-ils sauver leur coéquipier et Outremonde tout à la fois ?

Avis : après le meilleur, le pire !!! et oui, après nous avoir livré l’une des meilleures sagas mutantes de ces 15 dernières années, avec la Dark Angel Saga, dans le tome précédent, Rick Remender se vautre lamentablement avec ces épisodes, qui constituent pour moi une sorte d’accident industriel et de verrue immonde sur une série qui pour le reste demeure exceptionnelle.

Sur le fond, le propos de Remender reste le même : la violence et ses conséquences. Ou comment toute la philosophie d’accomplir un mal nécessaire pour un idéal supérieur mène régulièrement à des catastrophes à plus ou moins long terme. Ainsi, on voit comment les actions d’X-Force n’ont en un sens fait que accélérer les drames et massacres qu’ils cherchaient à prévenir jusque là.

Cependant, avec ces épisodes, le propos de fonds de l’auteur est noyé dans …un magma informe d’idées et d’histoires bien chiantes qui n’avancent pas, ou qui n’ont tout simplement rien à faire là,  des twists aussi prévisibles que embarrassants et un rythme général d’une lenteur atroce pour le lecteur, pour une histoire relativement mince au final.

Le tout est enfin massacré par un Greg Tocchini manifestement mal à l’aise sur un titre et des personnages qui sont pour la plupart méconnaissables. Les pages vont de l’immonde au simplement illisible et on comprend bien vite que cet artiste n’était tout simplement pas à sa place ici.  Bref, une belle petite purge. Heureusement, le reste de la série retrouve son niveau habituel. Inutile donc de s’appesantir trop longtemps sur ces épisodes incontestablement ratés.

Verdict : à éviter.

MARVEL DELUXE : PUNISHER PAR RUCKA

punisher-par-ruckaDate de sortie : 11 JANVIER 2017

Prix :29,00 EUR, 312 pages

Scénario :Greg Rucka

Dessin :Marco Checchetto, Carmine Di Giandomenico

Episodes :US Punisher (2011) 10-16, Punisher War Zone (2012) 1-5, Spider-Man : I Love New York City 1 (I), Avengeing Spider-Man 6 et Daredevil (2011) 11, publiés précédemment dans les revues MARVEL KNIGHTS (V2) 7-10, MARVEL SAGA (V2) 1 et dans l’album MARVEL MONSTER EDITION SPIDER-ISLAND

Sollicitation :Le Punisher et Rachel Alves-Cole font équipe avec Daredevil et Spider-Man pour obtenir des informations sur les criminels de la Bourse. Mais jusqu’où sont-ils prêts à aller pour abattre l’organisation ? Jusqu’à affronter les plus grands super-héros de la Terre ?

Avis : suite et fin de l’excellent run de Greg Rucka sur le Punisher. Une performance bien trop courte mais intense. On sent bien que l’auteur aurait bien voulu continuer, mais que Marvel a décidé de tirer la chasse bien vite, avec sa politique de relaunch continuel. Que le dieu des comics nous préserve d’avoir des séries qui dépassent les 20 épisodes !

Au programme du jour, du bon, du pas très bon et de l’excellent.

Évacuons le pas très bon d’entrée de jeu, je parle ici bien entendu du crossover entre DD, Spider-Man et donc le Punisher. L’intrigue en elle même est issue de la série DD période Mark Waid, où le héros avait récupéré un artefact qui intéressait nombre d’organisations criminelles, qui vont venir se le disputer ici.

L’ensemble est…sans aucun intérêt. C’est bien simple, si vous ne lisez pas ces épisodes, vous ne ratez strictement rien, notamment en raison de l’absence totale d’une quelconque répercussion. Nous avons là deux scénaristes excellents qui sont complètement passés à côté de leur sujet.

Du côté du très bon, bennn, tout le reste ?

Greg Rucka va notamment développer la relation de travail entre le Punisher et Rachel Alves-Cole (surnommée la mariée entre nous), les deux décidant d’une alliance temporaire pour chasser leur ennemi commun.. Fidèle à ses habitudes, Rucka ménage bien ses effets et sait faire monter la tension d’épisode en épisode jusqu’au drame final. Le scénariste va en effet sacrifier quelqu’uns des personnages qu’il avait introduit dans le titre, faisant ainsi rebondir son intrigue de manière complètement inattendue…

On achève du coup le volume avec la mini série Punisher : War Zone, qui amène le Punisher à se friter avec certains des super-héros les plus importants du Marvel-verse. Très clairement ces épisodes sont moins inspirés et on comprend que Greg Rucka était un peu dégouté de Marvel à ce moment, mais il a quand même fait le job. Et ce tout en sachant que l’éditeur allait s’asseoir sans explication sur la conclusion qu’il avait choisi.

Ne cherchez pas de suite, ou de comment ? quoi ? pourquoi ? après, il n’y en a pas, dans la désormais grande tradition de jm’enfoutisme à laquelle Marvel nous a habitué, la maison d’édition et les éditeurs ont décidé que ne rien expliquer était la bonne démarche à adopter vis à vis des lecteurs. L’autre point négatif est sans doute le départ en cours de route de l’artiste Marco Checchetto du titre, si bon et dont le style participait à l’ambiance générale voulue par le scénariste.

Il reste au final, donc un run que personnellement j’ai beaucoup apprécié de bout en bout, et qui symbolise bien comment Marvel a tendance à ne pas trop savoir gérer ses titres au delà de leur premiers arcs…

Verdict : à posséder.

MARVEL DELUXE : DAREDEVIL PAR BRUBAKER 2

daredevil-par-brubaker-2Date de sortie : 11 JANVIER 2017

Prix :29,00 EUR,320 pages

Scénario :Ed Brubaker

Dessin :Michael Lark

Episodes :US Daredevil (1998) 94-106, publiés précédemment dans les albums 100% MARVEL : DAREDEVIL 16-18

Sollicitation : Alors que Matt Murdock pense avoir remis de l’ordre dans sa vie, voici qu’un nouvel adversaire le menace, lui et ses proches. Daredevil va devoir mener la bataille sur deux fronts : dans la Cour de justice, et sur les toits d’Hell’s Kitchen !

Avis : après une première année où Ed Brubaker a mis en scène l’emprisonnement puis la cavale de Matt Murdock, le scénariste le ramène à Hell’s Kitchen pour lui redonner un sentiment de sécurité et de retour à la normale pendant …environ 3 secondes ! Le scénariste se montre en effet bien décidé à ne pas relâcher la pression sur son personnage qui s’il ne risque plus la prison, doit tout de même faire face à pas mal de défis sur le plan personnel, alors que son mariage tombe en ruines, mais aussi sur le plan professionnel…sous ses deux identités, plus si séparées que cela !

Car si officiellement Matt Murdock est blanchi, dans les faits, personne n’y croit une seconde ! C’est un point qui m’a d’ailleurs rassuré lorsque j’ai lu ces épisodes pour la première fois. La solution trouvée par Brubaker pour revenir sur la révélation de l’identité secrète de Murdock,  était à mon sens bien trop tirée par les cheveux pour être acceptable. Et voir que les citoyens de l’univers Marvel ne sont pas dupes non plus est quelque part assez rassurant. Cela prouve, par leur intermédiaire, que le scénariste ne nous prend pas pour des crétins…

Ce que je retiens essentiellement de ces épisodes est sans aucun doute le retour sur le devant de la scène de Mr Fear. Vilain de 4e rang sans grande envergure jusque là, il est complètement repris en main par Brubaker qui en fait sans aucun doute l’un des pires salopards de l’univers Marvel ! le personnage devient en effet véritablement effrayant sous le crayon du scénariste.

Et les dégâts qu’il va provoquer dans la vie de Matt Murdock se sont avérés profonds et durables. A la première lecture, j’avais eu un peu de mal avec ces épisodes en particulier, car le rythme d’ensemble m’apparaissait assez lent, avec le sentiment par moment que Brubaker comblait un peu pour arriver à l’épisode 100. Mais une fois que j’ai pu relire ces épisodes d’affilée, la tension et la noirceur que Brubaker a pu instiller dans cette intrigue m’ont réellement frappé.

Bref, une seconde année diablement efficace ! (oui jeu de mot..ah ah ah ah, allez riez quoi…j’ai dis RIEZ !!!)

Verdict :  à posséder

MARVEL CLASSIC : DAREDEVIL L’INTEGRALE 1968

daredevil-lintegrale-1968Date de sortie : 11 JANVIER 2017

Prix :29,95 EUR,280 pages

Scénario :Stan Lee

Dessin :Gene Colan

Episodes :US Daredevil (1964) 36-47, Fantastic Four (1961) 73, publiés précédemment dans les albums JE SUIS DAREDEVIL, FANTASTIC FOUR L’INTEGRALE 1968 et STRANGE 34-48

Sollicitation :Matt Murdock tente de préserver son identité secrète en tant que Daredevil en se servant de Mike Murdock, son faux frère jumeau. L’Homme sans peur va aussi devoir affronter le Docteur Fatalis dans un duel qu’il n’a vraisemblablement aucune chance de remporter !

Avis : pas d’avis, je signale juste la sortie.

Verdict : pour les amoureux du DD classique.  

MARVEL ICONS : PUNISHER PAR ENNIS/DILLON 2 (sur 2)

punisher-par-ennis-dillon-2Date de sortie : 11 JANVIER 2017

Prix :36,00 EUR,512 pages

Scénario :Garth Ennis

Dessin :Steve Dillon

Episodes : US Punisher (2001) 19-37, Punisher Kills The Marvel Univerese et Marvel Knights Double Shot 1 (I), publiés précédemment dans l’album MARVEL OMNIBUS : PUNISHER

Sollicitation : Ancien soldat, Frank Castle est devenu un justicier impitoyable suite à la disparition tragique de sa famille, tuée par des mafieux. Son objectif ? Rayer les criminels de la surface de la Terre. Ses armes ? Tout ce qu’il a entre les mains. Son nom ? Oubliez Castle, désormais il se fait appeler le Punisher. Retrouvez la seconde moitié de la prestation mythique de Garth Ennis et Steve Dillon.

Avis : la sortie de ce tome prend bien évidemment un connotation particulière au regard du décès récent de Steve Dillon. Celui qui aura été le compagnon créatif de Garth Ennis pendant des années, entre Hellblazer, Preacher et le Punisher, nous a en effet quitté en fin d’année dernière…

Mais il ne faut pas se laisser abattre car très justement, Steve Dillon laisse derrière lui une carrière riche dont ses épisodes de Punisher, passés et récents. Passés, avec la fin de la réédition de son run avec Garth Ennis sur la série Punisher Marvel Knights. Mais aussi récents, car l’artiste avait été chargé de la partie graphique de la dernière série Punisher en date lancée à la suite de Secret Wars.

En parlant de ce tome en particulier, je dois bien avouer qu’un épisode en particulier m’intéresse beaucoup : le Punisher Kills The Marvel Universe, l’une des productions Marvel les plus What The Fuck jamais écrites par Ennis ! on y voit en effet, et comme l’indique son titre, le scénariste revenir sur l’histoire du Punisher de manière très spéciale.

Dans cette nouvelle version, la famille de Castle n’a ainsi pas été tué lors d’une guerre de gangs mais …lors d’une baston de super-héros ! il va dès lors lancer sa grande campagne guerrière mais cette fois avec un seul but : se débarrasser de tous les individus costumés de la planète !  

L’épisode dessiné par Doug Braithwhaite prend évidemment un sens bien particulier quand on connaît les sentiments peu charitables d’Ennis pour le genre super-héroïque en général…Il n’est certes pas dessiné par Dillon, mais le pitch est tellement démentiel, surtout entre les mains d’un tel scénariste, que je salive d’avance de pouvoir enfin le lire !

Verdict : à posséder !

100% FUSION COMICS : CROSSED TERRES MAUDITES 9

crossed-terres-maudites-9Date de sortie : 11 JANVIER 2017

Prix :18,00 EUR,208 pages

Scénario :David Lapham

Dessin :Francisco Manna

Episodes :US Crossed Badlands 44-49 et 2013 Special, inédits

Sollicitation :Un homme avait vu sa famille torturée et tuée avant l’infection. Assoiffé de vengeance, il n’a pour unique dessein que de retrouver le coupable. Mais depuis l’infection, une foule de maniaques se dresse entre lui et sa proie. Dans ce monde, il n’y a ni espoir, ni entraide.

Avis : pas d’avis, je signale juste la sortie.

Verdict : pour ceux qui aiment le genre.  

SELECT FUSION COMICS : THE BOYS 4

the-boys-4Date de sortie : 11 JANVIER 2017

Prix :20,50 EUR,  368 pages

Scénario :Garth Ennis

Dessin :Darrick Robertson, John McCrea, Russ Braun

Episodes :US The Boys 39-47 et The Boys Highland Laddie 1-6, publiés précédemment dans l’album DELUXE FUSION COMICS : THE BOYS 4)

Sollicitation :Le Boucher, convaincu qu’Hughie cache sa véritable nature, va échafauder un plan visant à faire souffrir le jeune Ecossais. De retour chez lui, Hughie découvre qu’on ne peut jamais vraiment quitter sa famille.

Avis : suite de la 8e (au bas mot) réédition de The Boys, cette fois dans une gamme plus économique, alors que l’histoire prend un tour résolument dramatique. Nombre de secrets sont en effet éventés dans ce volume, mettant en péril la  relation entre Hugie et Annie, soit le coeur même de la série ! Et dans le même temps, Butcher va commencer à interroger la fidélité de Hugie et va lui réserver un test très particulier…

Un tome donc important pour la série de manière générale, c’est même un tournant même, qui va amener le titre dans sa dernière grande phase. Je ne sais pas si l’on peut en dire autant pour la mini série The Boys Highland Laddie. Elle a certes pour mérite de voir Hugie revenir chez lui en Ecosse dans sa famille et du coup de creuser un peu plus le personnage, alors que l’on en apprend pas mal sur son passé, mais à la lecture j’ai eu quelque peu un sentiment de manque de profondeur.

La mini reste cependant une lecture …intéressante, bien que quelques fois Ennis cède à ses démons…je pense notamment à la fameuse scène dans les toilettes qui traumatisa le jeune Hugie dans son enfance…et moi même au passage. Un conseil donc, ne prévoyez pas de manger avant ou après la lecture pendant plusieurs heures ou de vous approcher de vos toilettes pendant un jour ou deux……car je ne crois que vous souhaiterez ingérer quoi que ce soit après avoir lu cela…

Verdict : à posséder si ce n’est pas déjà le cas !

URBAN COMICS

GEOFF JOHNS PRESENTE FLASH TOME 1

flashDate de sortie : 13 Janvier 2017

Prix : 28€/320 pages

Scénario : Geoff Johns

Dessin : Skott Kolins

Episodes : The Flash #164-176

Sollicitation : Il y a peu, Wally West avait tout pour être heureux : jeune marié, il était un super-héros connu et respecté, membre de la Ligue de Justice. Mais un jour, ce dernier se réveille prisonnier au commissariat de Keystone City, et tout le monde a semble-t-il oublié jusqu’au nom même de Flash ! Quel ennemi se cache derrière ce piège qui plonge le justicier dans un monde sens dessus dessous ?

Avis : ahhhhhhh !!!enfin !!! Urban commence très bien l’année en entamant la réédition du run pratiquement historique de Geoff Johns sur Flash. Ce n’est évidemment pas la première fois que les épisodes de Johns sur ce titre sont proposés en France. Semic avait publié quelques épisodes en librairie (si si !!!), puis Panini nous avait sorti un bon gros Monster sur ce papier dégueulasse. Mais c’est bien la première fois qu’un éditeur s’attaque à ce run en ayant en tête l’idée d’en publier l’intégralité.

Pour être franc, ce run est très cher à mon coeur car c’est avec Johns que j’ai commencé à lire du Flash, d’où le fait que je sois sans doute plus attaché encore aujourd’hui à Wally West qu’à Barry Allen (que je trouve en fait très chiant comme personnage, Grant Gustin le sauve dans le show TV, mais il reste imbuvable dans le comic). Au programme de ce premier tome, la première année de Johns sur le titre alors qu’il mettait encore en place ses intrigues importantes mais que surtout il découvrait encore lui même son propre style d’écriture.

A ce titre ce run est réellement parfait pour commencer Flash de manière générale. Johns prend en effet pas mal de temps, non seulement pour bien présenter  Wally et sa femme Linda, mais aussi pour bien reposer d’une part la galerie de vilains de Flash de manière extensive et d’autre part pour en imposer de tous nouveaux, tous beaux !

A ce titre, on remarque d’ores et déjà sa marque de fabrique dans ces épisodes, avec une connaissance pointue de la continuité vue comme une source inépuisable d’histoires et non quelque chose de honteux qu’il faut cacher à tout prix. De fait, grâce à cette force, il montre combien le monde Flash est riche en potentiel, en histoires et en personnages.

Le tome est donc chaudement recommandé !!!!

Verdict : à posséder !

HARLEY QUEEN TOME 4

harley-queen-tome-4Date de sortie : 13 Janvier 2017

Prix : 17.5€/184 pages

Scénario : Amanda Conner & Jimmy Palmiotti

Dessin : Chad Hardin

Episodes : HARLEY QUINN VOL. 4: A CALL TO ARMS (#17-21 + HARLEY QUINN ROAD TRIP SPECIAL #1 + Sneak Peek

Sollicitation :  Harley Quinn et son gang prennent la route ! Prochain arrêt : Hollywood, où la jeune femme risque fort de vivre le quart d’heure de célébrité le plus destructeur de sa vie. La Cité des Anges se relèvera-t-elle de l’ouragan Quinzel ?

Avis : pas d’avis, n’ayant personnellement pas dépassé le premier volume que j’avais trouvé …correct mais sans plus, je signale juste la sortie.

Verdict : pour ceux qui suivent.  

WONDER WOMAN Déesse de la Guerre tome 3

wonder-womanDate de sortie : 13 Janvier 2017

Prix : 15€/152 pages

Scénario : Meredith Finch

Dessin : David Finch

Episodes : Wonder Woman Vol.9: Resurrection (#48-52)

Sollicitation :  Tandis qu’une mystérieuse pandémie frappe l’Olympe et fait sa première victime : Zeke, fils de la mortelle Zola et de Zeus, le dieu du tonnerre, Wonder Woman se lance en quête d’un remède. Mais l’Amazone peut-elle réellement avoir confiance en ses proches ?

Avis : pas d’avis, je signale juste la sortie. A ce stade, je pense que l’on sait tous ce que je pense de la prestation des époux Finch sur le personnage. Un run qui arrive à son terme avec ce volume. Le titre sera par la suite repris par Greg Rucka…J’avais de grands espoirs dans la prestation du monsieur, mais pour le moment on ne peut pas dire qu’il m’ait réellement séduit…On n’en reparle à la sortie.

Verdict : pour ceux qui suivaient encore.

DEADLY CLASS TOME 4

 deadly-classDate de sortie : 13 Janvier 2017

Prix : 15€/136 pages

Scénario : Rick Remender

Dessin : Wes Graig

Episodes : Deadly Class vol.4: Die for Me (#17-21)

Sollicitation :  1988, Marcus Lopez s’apprête à terminer sa première année de formation à l’Académie Kings Dominion des Arts Létaux, et l’heure de l’examen final a sonné. Mais une chose est sûre, qu’ils réussissent ou qu’ils échouent, aucun élève ne sortira de cette épreuve sans avoir du sang sur les mains.

Avis : suite de la série bien déjantée de Rick Remender. Un tome que j’attendais avec impatience au vu de tous les retours positifs que j’en ai vu ces derniers mois, mais surtout au regard de l’histoire qui est présentée dans ces épisodes.

Si vous vous en souvenez, j’avais été assez critique sur le tome précédent. Le scénario de Remender rendant le personnage de Marcus Lopez plus insupportable de page en page. De fait, on a vu…le protagoniste principal s’enfoncer dans une spirale sans fin auto-destructrice, de drogues, de trahison de ses proches et d’auto-apitoiement qui le rendait détestable au plus haut point.

Si je ne m’attends pas à ce qu’il relève la tête, le fait qu’il soit un connard est bien arrêté je pense à ce stade, j’attends cependant beaucoup de ce tome, alors que l’école d’assassins dans laquelle il est censé étudier revient sur le devant de la scène.

Cette partie de l’histoire s’était faite relativement discrète dans les précédents tomes, alors que le groupe de héros enchaînait les plans foireux les uns après les autres (et faisait aussi parler leurs hormones…). La voir revenir en force avec un pitch bien sanglant ici était donc sacrément attendu.

Verdict : à lire.

PLANETARY TOME 2

planetaryDate de sortie : 13 Janvier 2017

Prix : 28€/488 pages

Scénario : Warren Ellis

Dessin : John Cassaday

Episodes : Planetary #Preview + #13-27 + Planetary/JLA

Sollicitation :  Financée par un homme dont on ignore jusqu’à l’identité, l’organisation spéciale Planetary réunit plusieurs équipes de terrain, dont celle du « Batteur » et des agents Wagner et Snow. Pour le bien de l’humanité, ou par simple curiosité, ces trois archéologues de l’étrange arpentent l’univers dans le but de lever le mystère sur une série de phénomènes paranormaux. Parmi leurs rivaux, un groupe de métahumains leur donne du fil à retordre, déterminé à utiliser les secrets ancestraux du monde pour ses propres intérêts.

Avis : suite et conclusion du chef d’oeuvre de Warren Ellis et John Cassaday. Si le premier tome posait la mythologie d’ensemble de la série et la mission de Planetary, ce second volume va explorer plus avant le passé de Elijah Snow, suite à la révélation faite à la fin du tome 1, mais aussi la longue lutte de l’équipe contre les fameux 4.

Outre Snow, le scénario explorera également le passé des autres membres de l’équipe, comme Jakita Wagner ou le batteur…avec pas mal de surprises au programme dans les deux cas…Mais aussi un retour sur le passé de l’équipe, qui sera important vers la fin de la série.

Bien entendu, Ellis continue en parallèle son exploration anthologique des genres fictionnels, rendant un hommage appuyé à nombre de séries marquantes du passé allant pour cela du western, à la SF pure, au pulp,  à…un clin d’oeil plus qu’appuyé et surtout inspiré aux oeuvres de Jules Verne !

La conclusion choisie par Ellis je pense fera encore parler car elle s’est longtemps fait attendre pendant quelques années et qu’à priori, à la première lecture,  elle n’a en fait rien de particulier. Avec le temps, j’ai personnellement appris à l’apprécier. Enfin, c’est surtout le propos de Warren Ellis qui m’a séduit, à savoir qu’il n’y a jamais vraiment de fins, surtout en matière d’histoires.

Bref, comme le premier tome, un second volume indispensable pour une série qui fait partie sans conteste des incontournables pour tout lecteur de comics qui se respecte. Donc attention, parce qu’il y aura inspection après !

Verdict : à posséder !

WETTA

LUNA 1947

lunaDate de sortie : 12 janvier 2017

Prix : 14,5€/ 96 pages

Scénario : Jim Boswell

Dessin : Martin Hayes

Sollicitation : 1947. Une soucoupe volante vient de s’écraser au Nouveau-Mexique… et ce qui en sort ne vient pas en paix ! Les services secrets américains, britanniques, français et soviétiques envoient leurs éléments enquêter sur l’origine de cette attaque : la Lune ! Grâce à un appareillage top-secret, ils quitteront la Terre pour découvrir que la menace est plus grave que prévu… Guerre des mondes ou guerre mondiale ? Luna 1947 inaugure la ligne « pulp » de Wetta, des albums moyen format n&b à couverture souple, mettant l’accent sur la création indépendante de B.D. de genre (S.F., Horreur, épouvante…).

Avis : cette semaine, Wetta inaugure une nouvelle collection qui va occuper une niche assez peu présente en France, à savoir le pulp. Preuve s’il en était encore besoin de la richesse des comics, et d’une diversité de l’offre qui ne cesse de s’amplifier un peu plus en France. C’est à mon sens une bonne chose, et la preuve de la bonne santé des comics dans notre pays. Plus de genres veut aussi dire plus de lecteurs d’horizons différents.

Par contre, je m’interroge sur le choix du format adopté par l’éditeur. En effet, 15€ pour moins de 100 pages, même pour un genre sur lequel ils sont un peu seuls, je crains une faible réponse du lectorat désormais habitué à une certaine quantité pour ses 15€. Ce serait dommage car ce premier volume s’annonce assez alléchant …

Verdict : à tester

PUE LA MORT

pue-la-mortDate de sortie : 12 janvier 2017

Prix : 23,95€ 104 pages

Scénario : Alan Grant

Dessin : Simon Bisley

Sollicitation : Pue la mort !, c’était cette histoire de pompiers tentant de survivre à l’invasion de mort-vivants frappant l’Angleterre, à l’ambiance craspeque et rock’n’roll, que Fulci et Mattei auraient adoré adapter sur grand écran. « pour montrer à vos gosses que vous aussi, vous avez eu un moment rock’n’ roll dans vos vies ! » ZombiesWorld « Simon Bisley na pas son pareil pour offrir un tel délire visuel. » Planète BD « Huis clos puant la testostérone et la chair avariée, Pue la mort ! déploie sa galerie de personnages forts en gueules C’est là qu’éclate tout le talent de Bisley, particulièrement à l’aise dans la surenchère gore. » Frenetic Arts « Une série Z assumée et joyeusement foutraque ! » La Ribambulle « un cauchemar d’une rare violence, brillamment mis en scène par Bisley. Si ça peut en rassurer certains, il y a une planche avec du cul (pardon) de la nudité féminine dessus. C’est très joli aussi. » Zombie Parade.

Après une première Édition Spéciale reprenant les codes du cinéma Grindhouse sortie en 2014, le survival cradingue à zombies qui schlinguent de Simon Bisley (Lobo) et Alan Grant (Judge Dredd) «PUE LA MORT !» revient dans une nouvelle version GRAND FORMAT à la sauce Horror-Mag vintage «dans son jus» !

Sous une jolie couverture illustrée par Ashley Wood (Tank Girl, Zombies vs. Robots) se cache donc… une seconde couverture, enrobant une reprise de la B.D. «Pue la mort !» façon vieux magazine, imprimé en noir et blanc sur papier pulp, agrémentée d’interludes et d’encarts publicitaires référentiels, illustrés par Glenn Fabry (Preacher), Mike Hoffman (La tombe de la terreur), Vince Locke (les pochettes de Cannibal Corpse) et Nate VanDyke (Heavy Metal Magazine). «Pue la mort !», c’était cette histoire de pompiers tentant de survivre à l’invasion de mort-vivants frappant l’Angleterre, à l’ambiance craspeque et rock’n’roll, que Fulci et Mattei auraient adoré adapter sur grand écran. Histoire complète. Traduction et lettrage remanié. Tirage limité à 250 exemplaires.

Avis : en ce début d’année 2017, Wetta réédite certains de ses titres, et bigre ils savent choisir des choses plus que tentantes pour le lecteur, mais mortelles pour le portefeuille !!! avec Pue la mort, nous avons là clairement un titre qui annonce la couleur en s’assumant de toute évidence comme un titre bien cradingue, surtout avec un Simon Bisley qui me semble déchaîné !!! En clair, à lire en écoutant un numéro de Roxity de Steve en fond sonore !!! Par contre attention, le tirage est de fait ultra limité !

Verdict : à lire.

ROBOCOP – MORT OU VIF INTEGRALE – EDITION HARCORE

robocopDate de sortie : 12 janvier 2017

Prix : 44,95€/196 pages

Scénario : Frank Miller, Steve Grant , Ed Brisson

Dessin :

Sollicitation :Reprise de l’intégrale de la saga RoboCop : Mort ou vif imaginée par Frank Miller en édition hardcore (album cartonné, grand format). Seconde et ultime version. Cette bande dessinée reprend le scénario original imaginé en 1990 par Frank Miller (Sin City, Dark Knight…) pour le film RoboCop 3, avant les changements opérés durant sa phase de production. Adaptation séquentielle de Steven Grant (Damned, 2 Guns…) et dessins de Korkut Öztekin (Hellraiser).

La couverture de cette seconde -et dernière- édition Hardcore est illustrée par Declan Shalvey (28 jours plus tard…) « Victimes de la vision totalitaire de l’OCP, les habitants du vieux Détroit sont expulsés de chez eux. Leur quartier doit être rasé pour faire place à Delta City. Alors que les dissidents s’engagent dans une guérilla urbaine désespérée face à la milice privée qui s’acharne sur eux, RoboCop décide d’appliquer à la lettre sa première directive : « protéger l’innocent » et se pose en sauveur de la vieille ville. La réplique de l’OCP sera sans pitié » Cette seconde édition Hardcore reprend également la galerie d’illustrations de Joe Quinones, Matthew Waite, et Declan Shalvey.

Avis : comme nous le savons, Frank Miller a participé à l’écriture des scénarios de Robocop 2 & 3. Des opus …sur lesquels nombre de regrets ont été exprimé, surtout au regard de la qualité du premier qui reste un chef d’oeuvre d’anticipation toujours respecté de nos jours.

Du coup, il y a une dizaine d’années, les scénarios originaux de Miller avaient fini par être adapté en comics, pour voir quelle vision il avait à l’origine. Ce n’était en effet pas un secret que ses scripts avaient été sérieusement remanié. Wetta réédite l’ensemble cette semaine dans une version que l’on peut considérer comme “ultra deluxe définitive, vous pouvez mourir après celle-là”, à presque 45€ pour moins de 200 pages. Je sais que Robocop a ses fans, mais là c’est quand même leur en demander beaucoup…

Verdict : pour ceux qui ont les moyens.

 

A propos Sam 2117 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

3 Comments

  1. Planetary englobe tellement toute la pop culture qu’ils parlaient déjà du passé de John Snow des années avant la série Game of Thrones (mais après les bouquins bien sûr !)… Quel génie ce Warren Ellis ! A moins que Sam ne veuille dire Elijah Snow, mais ça supposerait une erreur de Sam, et moins de génie d’Ellis, et je suis pas sûr de vouloir vivre dans un tel monde.

    • Ah oui la vache quand même …à force de jongler avec des trucs, forcément y a en qui tombent à un moment. Je corrige cela tout de suite, merci !

  2. Tout à fait d’accord sur le merdier des épisodes intermédiaires de Uncanny X Force qui sont chiants à mourir.
    J’apprends ici la sortie du Deadly Class que j’attendais avec impatience. je recommande vivement le volume 2 du Punisher Dillon qui contient des épisodes moins connus que Welcome Back Frank mais qui restent incontournables.
    Pour les comixiters que cela intéresse , les images et la review de Punisher kills the Marvel Universe

    http://www.brucetringale.com/preliminaires/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.