Guide de lecture Comics VF : semaine du 10 octobre 2017

ANKAMA EDITIONS

WEAVERS

WEAVERSDate de sortie :  13 octobre 2017

Prix : 13.9€/

Episodes :

Scénario : Simon Spurrier

Dessin : Dylan Burnett

Sollicitation : Laissez-vous attirer dans la toile des Weavers ! Une nouvelle BD écrite par Simon Spurrier (Six-Gun Gorilla), mêlant horreur lovecraftienne et drame mafieux, qui explore les troublants effets du pouvoir et de l’addiction. Seul survivant d’une attaque à la bombe, Sid Thyme intègre malgré lui les Weavers, une famille du crime organisé de la côte Est. Ses membres ne doivent leur loyauté qu’à des araignées vivant en eux, leur conférant des pouvoirs puissants et extraordinaires. Contre la volonté du groupe, Sid décide de mettre à profit ses nouvelles aptitudes pour lever le voile sur la mystérieuse bombe qui a tué son oncle. Mais il n’a pas beaucoup de temps : plus l’araignée grandit en lui, plus la dangereuse toile des Weavers se referme sur Sid…

Avis : je ne sais pas ce que c’est, je n’en ai jamais entendu parler, mais c’est du Simon Spurrier et rien que pour la présence du scénariste à la barre, cela vaut la peine de jeter un coup d’oeil.

Verdict : à tester.

BLISS COMICS

IMPERIUM

Couv_Imperium_Braithwaite_RVB-600x922Date de sortie : 12 octobre 2017

Prix : 35€/440 pages

Episodes :Imperium #1-16. Récit complet.

Scénario : Joshua Dysart

Dessin : Doug Braithwaite, Scot Eaton, CAFU, Khari Evans

Sollicitation : UN MONDE MEILLEUR. À TOUT PRIX.

Toyo Harada est l’homme le plus dangereux au monde. Psiotique doué de pouvoirs incommensurables, survivant d’Hiroshima et milliardaire philanthrope, il a passé sa vie à manipuler l’humanité dans l’ombre. Son but : réaliser sa vision du monde, à tout prix. Mais aujourd’hui, il est dos au mur. Ses pouvoirs ont été révélés au grand jour, son empire s’est effondré et il est pourchassé par les grandes puissances de la planète. Au lieu de se rendre, il va rassembler auprès de lui des êtres venus des plus sinistres recoins de l’univers et mettre en œuvre son plan. La guerre pour son utopie est déclarée !

Après Harbinger, Joshua Dysart se penche sur un des personnages les plus fascinants de l’univers Valiant. Épaulé par Doug Braithwaite (Book of Death), Scot Eaton (X-Men), CAFU (Rai) et Khari Evans (Harbinger), il livre un récit de science-fiction virtuose, où se mêlent géopolitique et dilemmes moraux.

Avis : pas d’avis, je signale juste la sortie.

Verdict : à tester.

DELCOURT COMICS

MONSTRESS TOME 2 – LA QUETE

monstressT2Date de sortie :  11 octobre 2017

Prix : 16.5€/160 pages

Scénario : Marjorie Liu

Dessin : Sana Takeda

Sollicitation : Mélange de steampunk, de fantasy et de Kaiju (terme japonais pour décrire des créatures étranges, voire monstrueuses), ce récit se déroule dans une Asie uchronique du début du XXe siècle, dans un univers influencé par le style Art Déco. Après avoir survécu au massacre entre les humains et les Arcaniques, Maika Demi-Loup partage un lien psychique avec un monstre aux pouvoirs incommensurables. Elle doit affronter un fantôme issu de son passé, qu’elle pensait disparu. Maika, Kippa et Ren décident de se rendre à Thyria à la recherche de réponses…Pour finalement découvrir et devoir faire face à une nouvelle terrible menace.

Avis : suite attendue de la magnifique série de Marjorie Liu et Sana Takeda. Après un premier tome très réussi qui posait bien l’univers, les personnages, on ne peut qu’en demander plus. Outre le scénario bien construit, essentiellement autour de mystères entourant le personnage de Maika,  et un mythologie générale particulièrement riche,  on peut aussi s’intéresser à la guerre froide entre les espèces humaines et non humaines. Bref, une série à fort potentiel.

Verdict : à lire.

GLENAT COMICS

Black Dog, les rêves de Paul Nash

BLACK DOGDate de sortie : 11  octobre 2017

Prix : 25€/120 PAGES

Scénario : Dave Mc Kean

Dessin : Dave Mc Kean

Sollicitation : Il a peint l’horreur pour s’en défaire

Peintre surréaliste de la première moitié du XXe siècle, Paul Nash a vécu l’atrocité des tranchées de la Première guerre mondiale. Les cicatrices de cette épreuve ont marqué son œuvre à tout jamais.

Auteur de bande dessinée, Dave McKean décide de lui rendre hommage à travers cette biographie fantasmée. Entre réalité et illusion, il explore la fièvre créatrice de l’artiste en se projetant dans ses rêves, hantés par l’image perpétuelle d’un chien noir. Ni malveillant, ni bénin, ce spectre agit comme un présage, un messager, un ennemi… puis un ami.

Grâce à la puissance d’évocation de son dessin, McKean parvient à transmettre, à l’image de l’œuvre du peintre qu’il raconte, les effets dévastateurs et les traumatismes profonds légués par la guerre. Il nous offre une plongée cathartique dans les replis de l’âme déchirante d’un artiste déchiré.

Conçue à l’origine comme un projet multimédia en lien avec les commémoration de la Grande Guerre, cette œuvre majeure est indispensable dans la (re)lecture actuelle des évènements de 14/18.

Avis : sans aucun doute ce qui s’annonce comme l’un des titres les plus déstabilisants de ce mois d’octobre, alors que Dave McKean s’attaque à un sujet plus qu’ambitieux, l’oeuvre de Paul Nash à laquelle il rend ici hommage. Le style de McKean, connu notamment pour Arkham Asylum de notre côté de la force, se prête bien à ce genre de récit allégorique fort.

Verdict : à tester

PANINI COMICS


 

MARVEL SAGA 3 :  UNWORTHY THOR  

UNWORTHY THORDate de sortie : 15 octobre 2017

Prix : 5,60 €, 112 pages  

Episodes :  US Unworthy Thor 1-5

Sollicitation :Odinson n’est plus digne de brandir son marteau ni d’être Thor. Mais le Mjolnir d’une autre dimension s’est échoué en Asgard : peut-être que c’est le début d’une nouvelle ère pour celui qui a été le Dieu du Tonnerre ? Mais d’autres forces souhaitent s’emparer du marteau dont le Collectionneur ou Thanos ! Découvrez une nouvelle page de l’histoire du fils d’Odin par Jason Aaron et Olivier Coipel.    

Avis : tout d’abord saluons la bonne initiative de Panini de publier la totalité de la mini série Unworthy Thor directement en kiosque en récit complet. Oh, je ne doute pas que ce soit réédité dans quelques mois en librairie, mais pourquoi se faire XXX à payer le même matos trois fois plus cher ?

Ensuite, parlons un peu du contenu de cette mini série qui s’attache au personnage du Thor classique qui …est dans une fâcheuse position depuis quelques temps, depuis que son marteau le considère unworthy, indigne de le porter. Profondément marqué par ce rejet, Thor s’est d’abord enfermé dans le déni, avant de s’attaquer à la nouvelle porteuse du marteau puis de l’accepter et de commencer sa propre quête pour se remettre la tête à l’endroit.

Comme vu à la fin du premier arc de la série Mighty Thor, réédité en librairie le mois dernier, cette quête semble l’avoir emmené…quelque part. Un lieu dont il est prisonnier depuis des mois. C’est là que nous retrouvons le personnage, toujours enchaîné. Nous allons en découvrir la raison…ainsi que le fait qu’il n’est pas seul dans le coin. Mais ce n’est même pas le principal objet de cette mini.

En effet, l’objectif premier de la mini série est avant tout de révéler ce qui à l’origine a rendu Thor indigne. On s’en souvient,  tout remonte à une petite phrase prononcée par Nick Fury à la fin d’Original Sin il y a plusieurs années de cela. Comment de simples mots ont-ils pu bouleverser Thor à ce point ?  Jason Aaron nous le dévoile enfin ici et c’est…en deçà des attentes.

Ne vous attendez en effet pas un truc choc, la révélation que Thor aurait fait quelque chose de mal dans le passé ou quoique ce soit du genre, une modification de ses origines ou un truc énorme du genre.  Non, du tout. En fait, dans un premier temps vous vous sentirez floué en vous disant “tout ça pour ça”. De si grands effets pour une phrase si dénuée de poids. Je le sais car c’est ainsi que j’ai réagi la première fois que j’ai découvert ces quelques mots. Sauf que…sauf que…

Et bien sauf que si l’on réfléchit, si cette petite phrase est en effet assez pauvre, elle est en fait assez lourde de sens pour Thor, surtout quand on pense aux différentes thématiques développées par le scénariste depuis son arrivée sur le titre il y a de cela plusieurs années maintenant. Si l’on prend le problème au travers de ce prisme on comprend un peu plus la réaction du personnage. On comprend combien elle a dû l’atteindre profondément. Je ne vous le cacherai pas, il faut tout de même se donner du temps pour l’accepter.

Enfin, au delà de cette question épineuse, la mini série est importante à plus d’un titre. Elle constitue le dernier boulot de Coipel chez Marvel, et je vous préviens il n’assume pas tout le boulot. Mais surtout la mini série amène encore de nouveaux éléments dans la vaste tapisserie du run de Jason Aaron. Le scénariste installe ici des bases d’intrigues qui vont être très importantes dans l’année à venir.

A ce titre, je dois dire que la conclusion est particulièrement satisfaisante, avec l’arrivée d’une nouvelle menace tellement logique, que l’on peut se demander pourquoi et comment aucun scénariste n’y a passé avant…Oh et Beta Ray Bill est en guest dans la mini. Il n’a pas un rôle important, mais ça fait toujours plaisir de le revoir !

En bref, encore une pierre importante du run de Jason Aaron sur Thor.

Verdict : à posséder

X-MEN HORS SERIE 2 :   DEADPOOL LE CANARD  

DEADPOOL LE CANARDDate de sortie : 15 octobre 2017

Prix : 5,60 €, 112 pages  

Episodes :  US Deadpool the Duck 1-5

Sollicitation : Que donnerait un croisement entre un canard anthropomorphe cynique et le mercenaire le plus bavard de l’univers ? Deadpool le Canard, bien sûr ! Une mission ratée du S.H.I.E.L.D. conduit les deux “héros” à partager un seul et même corps… Comment va se passer la cohabitation ? Réponse de Stuart Moore et Jacopo Camagni !

Avis : pas d’avis, je signale juste la sortie de ce qui ne peut être qu’une blague élaborée de la part de Marvel, donc si vous voulez perdre 5.6€ et rigoler…

Verdict : pour …quelqu’un…quelque part…qui entendra l’appel au secours de Marvel…

URBAN COMICS

GREEN ARROW REBIRTH TOME 1

green-arrow-rebirth-tome-1Date de sortie : 13  octobre 2017

Prix :15€/160 PAGES

Episodes :Green Arrow Vol.1: The Death & Life of Oliver Queen (Green Arrow #1-6, Green Arrow Rebirth #1)

Scénario : BENJAMIN PERCY

Dessin :

Sollicitation : Trahi par l’un de ses proches, Green Arrow voit son identité secrète mise en péril.Avec l’aide d’une nouvelle coéquipière, Black Canary, Oliver Queen doit surmonter les multiples épreuves sur son chemin, parmi lesquelles les contradictions qui ont fait de lui ce qu’il est devenu aujourd’hui.

Avis : après les principales franchises de DC, Urban commence à s’attaquer aux autres séries affectées par le Rebirth, avec cette semaine la parution de la suite du run de Benjamin Percy sur Green Arrow. Et oui, le passage en mode Rebirth n’a pas affecté la personne en charge du scénario…et c’est à peu près tout. Percy ayant bien fait attention à prendre en compte tous les changements amenés par la nouvelle ère de DC.

Et par changements, il faut d’une part comprendre retour d’éléments perdus dans les limbes au moment du New 52 et d’autre part arrivée de tous nouveaux éléments qui vont sacrément faire bouger la série. A ce titre, on peut constater que Percy fait partie de ceux qui ont le plus travaillé à essayer de fusionner les différentes époques importantes de la vie de son personnage.

AInsi, en termes de caractérisation, on perd le jeune homme en cours de formation vu auparavant, et on retrouve le milliardaire gauchiste imitateur de Robin des bois. Et pour parachever la transformation, le scénario fait la part belle au retour dans sa vie de Black Canary. Et par retour, il faut comprendre qu’ils se rencontrent pour la première fois dans cette nouvelle continuité tout en ayant un sentiment de déjà vu.

Ce qui demeure du New 52 est avant tout Emiko, et de manière générale, j’ai l’impression que Percy veut conserver les apports du run de Jeff Lemire sur la série. Donc on voit ici son idée, faire une synthèse entre l’époque Mike Grell et Lemire, les plus appréciées par les lecteurs et les plus facilement reconnaissables par le public;

Pour le reste, tout est nouveau, puisque Percy débarque avec de nouveaux ennemis et pas mal de bouleversements pour Oliver Queen qui va s’en prendre plein le cornet alors qu’il va se confronter à une nouvelle organisation très puissante ayant des vues sur sa compagnie et bien plus.

De ce point de vue, ce nouvel adversaire fait très …vilain de comic-book justement, à savoir très très méchant, avec les stigmates physiques qui accompagnent le fait d’être très très méchant…C’est un peu cliché et le rythme de l’intrigue est parfois assez étrange, à savoir que l’on a du mal à avaler que tout arrive aussi vite et que certains personnages changent de personnalité presque du jour au lendemain…mais dans l’ensemble c’est un Green Arrow de bon niveau.

En outre tout cela est servi par une partie graphique franchement très réussie, avec des artistes qui ne cessent de progresser au fil des pages.

Verdict : à lire

SUICIDE SQUAD REBIRTH TOME 2

suicide-squad-rebirth-tome-2Date de sortie : 13  octobre 2017

Prix : 15€/144 pages

Episodes :Suicide Squad #5-8 + Suicide Squad War Crimes #1

Scénario : Rob Williams

Dessin : Jim Lee

Sollicitation : Les énergies de la Chambre Noire se dispersent à travers l’enceinte du pénitencier de Belle Reve, provoquant une hystérie collective parmi les prisonniers et les membres de la Suicide Squad. Dans le chaos total, seule Harley Quinn semble avoir retrouvé un certain équilibre mental…

Avis : Urban continue donc de manière rapide la réédition des épisodes Rebirth de Suicide Squad, c’est même étonnant, car ils adoptent un rythme proche de Batman…voire presque plus rapide ! ce qui en dit long je pense sur le succès de la Squad en ce moment auprès des lecteurs…Cependant, je suis curieux de voir s’ils vont rester très longtemps une fois Jim Lee parti…ce qui devrait arriver assez vite puisque l’artiste signe ici ses derniers épisodes.

Il part en effet dès le second story arc, après avoir mis en scène la descente aux enfers de la prison de Belle Reve. Après avoir ramené l’objet recherché dans le premier arc, celui-ci commence à affecter la santé mentale de …ben tout le monde à portée. Et avoir des gens devenir dingos dans une prison est rarement une bonne idée. Mais qu’arrive t-il quand on est déjà dingue à la base ?

C’est l’idée de Rob Williams, qui lui permet en outre et bien entendu de mettre encore plus en avant Harley Queen, qui est un peu, beaucoup, complètement la star de ces épisodes…Ahhh Rob, DC doit être content, tu respectes bien le cahier des charges fourni…Vous l’aurez compris, l’ensemble est …convenu. Ce n’est pas mauvais, mais pas non plus passionnant et sans Jim Lee on pourrait se demander si l’on y porterait un quelconque intérêt.

Verdict : à lire.

MIKE CAREY PRESENTE HELLBLAZER TOME 1

mike-carey-presente-hellblazer-tome-1Date de sortie : 13  octobre 2017

Prix : 28€/352 pages

Episodes :Hellblazer #175-188

Scénario : Mike Carey

Dessin :  MARCELO FRUSIN

Sollicitation : Pour le commun des mortels, John Constantine est mort en prison depuis presque deux ans, ce qui n’est pas pour déplaire au principal concerné.

Après tout, avec la vie qu’il menait, il est sûrement mieux là où il est. Mais sa famille en pense-t-elle autant ? Il décide donc de se rendre à Liverpool pour voir sa soeur Cheryl, où il découvre les invraisemblables conditions dans lesquelles elle vit. Il n’en fallait pas plus pour ramener John Constantine à la vie.

Avis : après Garth Ennis, Warren Ellis et Brian Azzarello, Urban Comics poursuit sa politique d’édition de la série Hellblazer par le biais des runs d’auteurs bien connus. Cette fois c’est donc au tour du run de Mike Carey d’être présenté en VF. Un run dans la continuité directe de celui d’Azzarello, alors que tout le monde croit Constantine décédé…

Carey en profite au passage pour ramener le personnage sur son territoire familier, à savoir le Royaume Uni après plusieurs années passées aux USA, ce qui l’amènera appartement à reprendre contact avec sa famille. En somme un retour aux sources dans tous les sens du terme. Nous avons là, la première année de Carey sur le titre, sachant qu’il est resté assez longtemps sur le titre, étant allé jusqu’à l’épisode 215.  De quoi avoir le temps de développer pas mal de choses.

Je me demande à qui nous aurons droit après ? Urban publiera sans doute l’ensemble de ce run sur l’année 2018, et il faudra attendre 2019 pour avoir la réponse à cette question. Les débuts avec Jamie Delano ? le run de Paul Jenkins ? Peter Milligan ? les débuts du personnage dans Swamp Thing par Alan Moore ? Plus d’Alan Moore de manière générale ?

Verdict : à tester

THE UNWRITTEN TOME 1

the-unwritten-tome-1Date de sortie : 13  octobre 2017

Prix : 28€/328 pages

Episodes :The Unwritten #1-12)

Scénario : Mike Carey

Dessin :  PETER GROSS

Sollicitation : Personnage principal d’une série de romans fantastiques, le jeune sorcier Tommy Taylor vit de nombreuses aventures sous la plume de l’auteur à succès Wilson Taylor, disparu depuis une dizaine d’années.

Vivant sur la renommée de l’oeuvre de son père, Tom Taylor, fils du romancier et modèle du héros des romans, vit aujourd’hui sur la renommée de l’oeuvre paternelle qu’il entretient auprès des fans de la saga. Lors d’un festival, Tom est pris à parti par un lecteur passionné, l’accusant. Très secoué par les accusations, À la lumière de cet événement, Tom Taylor doute bientôt de sa propre identité en réalisant à quel point que sa vie et celle du héros de papier se mêle étrangement, troublant la frontière entre fiction et réalité.

Avis : 5 ans ! il aura ainsi fallu attendre 5 ans depuis l’arrivée d’Urban Comics pour que l’éditeur s’attèle à tenir l’une de ses promesses faites lors de sa reprise des titres DC/Vertigo : le fait que la série Unwritten se poursuivrait bien sous égide, après les deux premiers tomes parus par Panini Comics.

Il en aura fallu de la patience, d’autant qu’entre temps le titre s’est terminé en VO. On pensait qu’Urban avait oublié la série, et puis voilà qu’il nous organise une sorte de semaine Mike Carey en sortant les 12 premiers épisodes d’Unwritten en même temps que le premier tome de l’auteur sur Hellblazer !

Est-ce du sens de l’humour ? bon, en tout cas la mauvaise nouvelle dans tout cela est qu’il va tout de même falloir attendre encore un peu avant de voir les épisodes inédits débarquer en VF, puisque ce premier tome contient l’ensemble des numéros …déjà publiés par Panini. C’est bien évidemment indispensable pour tous les lecteurs qui auraient raté le coche la première fois, mais cela veut dire, faire preuve de plus de patience pour les lecteurs comme moi qui possèdent déjà ces numéros…

Bon, on a attendu 5 ans, on peut bien attendre 6 mois de plus ! (je dis 6 mois par hasard, je ne sais pas du tout quand est prévu le tome 2, pas cette année en tout cas…donc en fait, 6 mois semble bien envisageable…). Bon, pour ceux qui ne connaissent pas le titre, c’est tout simplement excellent, une sorte de commentaire meta sur la création artistique, où la limite entre la création littéraire et son créateur disparaît…

C’est une oeuvre franchement bien désarçonnante, mais chaudement recommandée (bruit dans le fond de Sam qui ronge son frein…).

Verdict : à posséder !

A propos Sam 1692 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

10 Comments

  1. Les hellblazer de carey sont vraiment top ! Meilleur même que ce qu a pu faire ennis sur le titre. À posséder évidemment.

  2. Pour la suite de la collection « X auteur Présente Hellblazer », je tablerais sur le run d’Andy Diggle, vu qu’Urban a déjà mis cet auteur en avant.
    Je suis pessimiste quant au run de Paul Jenkins, qui semble toujours être ignoré dans toutes les collections, y compris aux US où il aura fallu mille ans avant qu’une intégrale en bonne et due forme de la série daigne montrer le bout de son nez.
    Quant à la collection « Alan Moore présente Swamp Thing » (et je ne parle même pas de ses autres travaux pour la ligne ABC qui demeurent inachevés en VF comme Tom Strong ou Tomorrow Stories), là, Urban joue à un jeu étrange, promettant la publication depuis des lustres et s’évertuant à ne rien publier…
    Ils m’ont même promis la suite et fin de la série « Coffin Hill », mais là je pense qu’ils m’ont carrément pris pour un jambon…

  3. Carey sur HB : mon run préféré ! Moins sensible, moins « humain », mais avec un vrai scénario construit sur la longueur, des fils rouges, des mini-arches, du fantastique horrifique très maîtrisé.

    Diggle ayant suivi, je pense aussi pour un tome unique sur son travail. Et ensuite, le gigantesque (et très bon) run de Milligan !

  4. On peut espérer qu’après avoir séduit un public suffisamment large avec les runs des auteurs qu’ils ont déjà mis en avant dans d’autres collections, Urban publie également le run de Jamie Delano…enfin, on a le temps…

    Il y a aussi l’omnibus de Sin city qui sort le 14 octobre, je crois.

    En tout cas, grosse semaine avec Hellblazer, The Unwritten qu’il me tarde de découvrir, Green arrow qui semble être une des meilleures séries Rebirth, Thor et Imperium chez Valiant, univers dont je suis assez friand.

  5. pourquoi pas un « All star » pour Hellblazer ? Gaiman a écrit un épisode, Morrison deux, David LLoyd illustré un one shot… en fouillant un peu on doit avoir de quoi faire un tome complet, équivalent du TPB « Rare Cuts » VO!
    Pour Carey, soyons fous et espérons que Lucifer suive !

Laisser un commentaire