Guide de lecture Comics VF: semaine du 05 février 2020

Edito : non, mais quelle XXXX de semaine !!! c’est quoi cette folie ! je veux dire, on est habitué aux semaines bien chargées en publications, mais c’est qu’en plus…il y a du très lourd qui sort cette semaine ! j’ai un peu l’impression que face à toutes les critiques, Panini a décidé de nous fermer la bouche en nous sortant en même temps tous les titres que l’on attendait le plus ! arrrrghhhh ! je crois même que c’est la première fois que je donne autant d’avis “à posséder” que cette semaine ! cela en dit long ! bref, vendez votre famille pour vous procurer tout cela, c’est la seule solution. 

Sorties de la semaine : comme je l’ai dit en intro, quelle XXX de semaine !!! et même si la politique tarifaire de Panini me casse les bonbons, on ne peut nier qu’il propose les titres les plus importants cette semaine :

  • ainsi, chez Panini on retiendra les rééditions en deluxe de Vision et Nextwave, mais aussi le Spider-Man Life Story de Chip Zdarsky et Mark Bagley, ainsi que le Silver Surfer : Black de Donny Cates et l’impressionnant Tradd Moore !
  • chez Urban on notera le début de la réédition de American Vampire en intégrale. Le run de Geoff Johns sur Justice League continue également d’être réédité en intégrale cette semaine. Et il y a aussi la suite du run de Bendis sur Superman, mais comme je n’ai pas envie de m’énerver, je vais éviter d’en parler…

Émissions de la semaine : une seule émission cette semaine, parce qu’on en a pas mal enchaîné ces derniers temps ! au programme, donc : 

  • jeudi, toujours à partir de 21h sur Mixlr, le Comixweekly qui reviendra sur les sorties VO et actus de la semaine !

DELCOURT COMICS

HELLBOY & BPRD TOME 5 – 1956

Date de sortie : 05 février  2020

Prix : 15.95€/144 pages 

Scénario : Mike Mignola, Chris Roberson

Dessin : Mike Norton, Yishan Li et Paul Grist

Sollicitation : Mike Mignola s’entoure de talents multiples, avec Chris Roberson (iZombie) ou Mike Norton (Revival), Yishan Li et Paul Grist (The Visitor), pour nous plonger au coeur des premières missions de Hellboy au sein du B.P.R.D.

La pression monte au sein du Bureau de Recherche et de Défense du Paranormal, alors que sont découverts les plans secrets des soviétiques pour mettre la main sur des armes occultes des nazis. Varvana, en charge de du département des affaires occultes soviétiques, pousse ses agents à répondre au moindre de ses caprices. Hellboy lui est envoyé en mission qui mènera au fameux épisode de ses aventures au Mexique…

Avis : c’est avec un certain sentiment doux amer que je vois ce nouveau tome de Hellboy & BPRD sortir. En effet, comme nous avons pu le voir le mois dernier avec la sortie du second tome de BPRD : un mal bien connu, nous n’aurons désormais plus d’aventures modernes de nos personnages. Je ne spoile rien, mais Mike Mignola a vraiment tourné une page dans le cadre de sa grande saga, si bien que tout nouveau récit se situera forcément dans le passé.

Et vu les révélations faites sur certains personnages dans ce dernier tome de BPRD…on voit les aventures proposées ici sous un autre oeil, cela permet de recontextualiser beaucoup d’éléments et d’aborder l’histoire sous un autre angle, car on connaît à la fois le destin de certains personnages et les plans d’autres. Bref, à partir de maintenant, suivre les quelques aventures qui seront publiées dans le Hellboyverse auront toujours un arrière goût particulier. 

Verdict : à lire. 

À lire avant : les précédents tomes de la collection qui couvrait les années précédentes, mais également Hellboy et BPRD. Ce n’est pas vraiment par ici qu’il faut commencer. 

DELIRIUM 

ANTHOLOGY CREEPY TOME 3

Date de sortie : 07 février  2020

Prix : 27€/232 pages 

Scénario : ARCHIE GOODWIN, FOREST J. ACKERMAN, DONALD F. McGREGOR, JAN STRNAD,

Dessin : Wallace Wood, Steve Dikto, Neal Adams 

Sollicitation : Lancés par l’éditeur Warren Publishing respectivement en 1964 et 1966 et publiés jusqu’en 1983, les magazines d’horreur Creepy et Eerie étaient initialement inspirés des comics classiques américains publiés dans les années 50 par la maison d’édition EC. Grâce à leur format magazine destiné à un public plus âgé, Creepy et Eerie allaient contourner les problèmes de censure qui sévissaient alors aux Etats-Unis, et purent s’appuyer sur une équipe composée d’artistes parmi les plus talentueux de cette époque, dont un bon nombre était déjà issu des emblématiques publications EC.

Avis : pas d’avis, je signale juste la sortie. 

Verdict : pour les fans des comics EC ! une page importante de la BD américaine est présentée ici. 

À lire avant : rien – je pense que chaque récit est indépendant

GLENAT COMICS 

VIOLENT LOVE 

Date de sortie : 05 février  2020

Prix : 29€/ 304 pages 

Scénario : Frank J. Barbiere

Dessin : Victor Santos

Sollicitation : L’amour, c’est jamais bon pour les affaires…

Au début des années 1970, Daisy Jane et Rock Bradley étaient deux des plus célèbres braqueurs des États-Unis, dévalisant banque après banque dans tout le sud-ouest du pays. Ils n’avaient qu’un seul amour : celui des billets verts. Mais petit à petit, une véritable idylle est née entre les deux…

Frank J. Barbiere (Five Ghost) et Victor Santos (Polar) lancent une nouvelle série d’action pulp mêlant le frisson du crime à la passion de la romance. Une histoire d’amour sur fond de braquage de banques au cœur de l’Amérique des années 1970, version disco de Bonnie & Clyde !

Avis : pas d’avis, je signale juste la sortie. 

Verdict : pour ceux que cela intéresse. 

À lire avant : rien – récit indépendant. 

PANINI COMICS

AVENGERS 2

Date de sortie : 05 février  2020

Prix : 8,90 €,112 pages

Episodes : US Avengers (2018) 19, Thor 13, Tony Stark : Iron Man 13, Captain America 11-12, inédits)

Sollicitation : La Guerre des Royaumes fait rage ! Les armées de Malekith attaquent la Terre et la Montagne des Avengers. Iron Man se bat quant à lui contre un dragon géant tandis que Steve Rogers doit s’échapper de prison…

Avis : il est amusant de constater qu’alors que la plupart des épisodes du mag sont ties ins à War of Realms, à part Captain America, le seul titre non mentionné est celui de Thor…au centre des événements de l’event en question…Mais bon, passons. Sur le fond et comme d’habitude dans ce genre de cas, les ties ins sont d’un intérêt variable. 

Les épisodes de Thor et Avengers écrits par Jason Aaron, auteur de l’event, sont bien évidemment des compléments intéressants, car il y développe une partie de son intrigue. Bien que dans Avengers, il se soucie avant tout des sous intrigues qu’il développe dans ce titre en particulier depuis sa reprise de la série. War of Realms étant avant tout la trame générale qui réunit tous ces personnages. Des pièces du puzzle plus importantes sont gérées dans Thor directement. 

Aucun n’est vraiment indispensable, puisque Aaron fait attention de bien tout citer dans l’event central, mais cela permet de plus développer certains points de l’histoire. 

Verdict : à lire. 

À lire avant : tie innnnnnnnnnnnnnnnnnn

AVENGERS : NO ROAD HOME 2

Date de sortie : 05 février  2020

Prix : 8,90 €, 112 pages

Episodes : US Avengers No Road Home 5-7 et Avengers Halloween Special (2019) 1, inédits)

Sollicitation : Après avoir massacré les dieux de l’Olympe, Nyx, déesse de la Nuit, s’apprête à faire tomber une nuit éternelle sur l’univers. Il ne lui faut pour cela que rassembler les trois morceaux de son âme… Mais Hercule et son équipe d’Avengers feront tout pour l’en empêcher.

Avis : pas d’avis, je signale juste la sortie. Je précise dans tout ce fatras que cette maxi série est bien complètement détachée de War of realms. Je préfère le dire dans le doute. 

Verdict : pour ceux qui suivent 

 

SPIDER-MAN 2

Date de sortie : 05 février  2020

Prix : 8,90 €, 112 pages

Episodes : US Spider-Man (2019) 18-19 et 18.HU-19.HU, Miles Morales :Spider-Man 2, inédits)

Sollicitation : Capturé par Kraven le Chasseur, Spider-Man met tout en œuvre pour échapper à… la Grande Chasse ! Comme Spidey, de nombreux super-vilains sont eux aussi les proies des impitoyables chasseurs-robots de Kraven. Pendant ce temps, Miles Morales affronte une menace d’un genre nouveau en équipe avec … le Rhino ?!

Avis : pas d’avis, je signale juste la sortie. 

Verdict : pour ceux qui suivent ce volume de Spider-Man

À lire avant : au moins le numéro précédent qui contenait  le début de l’arc pour AMS et le début de la nouvelle série Miles Morales. 

STAR WARS 2

Date de sortie : 05 février  2020

Prix : 8,90 €, 112 pages

Episodes : US Star Wars 64-65, Vader Dark Visions 2, Doctor Aphra 28-29, inédits)

Sollicitation : Le plan de la Princesse Leia est en route et plus rien ne semble en mesure de le dérailler. Mais la situation sur Shu-Torun s’envenime et rien n’est joué d’avance alors que l’Empire, la Reine Trios et même les alliés de l’Alliance Rebelle ont leurs propres buts… De leur côté, Chelli Aphra et Triple Zéro sont reliés par une bombe qui explosera dès qu’ils s’éloigneront l’un de l’autre alors qu’ils sont poursuivis par Tam Posla. Enfin, l’ombre de Dark Vador plane sur les gradés de l’Empire.

Avis : pas d’avis, je signale juste la sortie. 

Verdict : pour les fans de Star Wars !

VENOM 1

Date de sortie : 05 février  2020

Prix : 8,90 €, 112 pages

Episodes :  US Venom 13-14, Superior Spider-Man (2018) 4-6, inédits)

Sollicitation : La Guerre des Royaumes fait rage : les armées de Malekith sont arrivées sur Terre et comptent bien la conquérir tout entière. Malheureusement, Eddie Brock n’est plus lié au symbiote Venom… Comment pourrait-il donc intervenir dans la bataille ? Quant au Spider-Man supérieur, il doit défendre San Francisco contre une menace mystique très ancienne… Et en invité d’honneur, le Docteur Strange !

Avis : je dois dire que j’ai un grand sourire quand je vois ces épisodes de Venom. Je préfère préciser tout de suite, que ce n’est pas parce qu’ils sont bons. Non, pas du tout. le pauvre Cullen Bunn assure en effet l’écriture de ces épisodes ties ins à War of Realms comme il peut, tandis que Donny Cates ne se reposait pas vraiment puisqu’il préparait à ce moment l’écriture d’Absolute Carnage. 

Et quand je dis : “le pauvre” et  “comme il peut”, ce n’est pas pour être péjoratif, c’est simplement pour souligner le fait que l’épisode 12 de Venom laissait les personnages d’Eddie et du symbiote sur un gros changement de statut quo qui ne laisse aucun des deux prêts à gérer l’event. Du coup, Cullen Bunn doit trouver des substituts en quelques sorte pour faire comme si. En fait il doit surtout tricher pour que le tie in ait quelque chose à raconter dans le cadre de War of realms. 

Et comme les ficelles de son histoire ressemblent plus à des poutrelles d’échafaudage, difficile de ne pas rire devant le ridicule de la situation. Et c’est ce que j’ai fait, j’ai bien rigolé à la lecture de l’épisode 13…et ne suis pas allé voir la suite car cela n’en valait pas vraiment la peine. Et je vous encourage à faire de même ou si vous avez 8.90€ à dépenser juste pour rigoler…

Verdict : non 

À lire avant : tie innnnnnnnnnnnnnnnnnn

WAR OF THE REALMS 2

Date de sortie : 05 février  2020

Prix : 8,90 €, 128 pages

Episodes :  US War of the Realms 3-4 et War of the Realms : Journey into Mystery 4, WotR StrikeForce The Dark Elf Realm 1 et WotR StrikeForce The Land of Giants 1 inédits)

Sollicitation : Maintenant que [SPOILER]dispose de pouvoirs cosmiques, la tendance peut être renversée et les héros ont un espoir de battre l’armée de Malekith. Mais celui-ci réserve plus d’une surprise aux défenseurs de la Terre…

Avis : suite de l’event du début d’année chez Marvel et malheureusement, moment où nous entrons dans le ventre mou de l’histoire développée par Jason Aaron. Si visuellement cela reste magnifique avec des planches superbes de Russel Dauterman, le scénario souffre des trop nombreux ties ins imposés par l’éditeur. De fait, on a presque l’impression que l’event est vidé de sa substance pour alimenter tous les épisodes liés. 

De fait, l’essentiel des épisodes 3 & 4 ressemblent à un grand zapping des intrigues et combats développés ailleurs sur le mode : “alors ici, il se passe ça, machin combat bidule, et truc combat machin à tel endroit” tandis que sur le fond, c’est un peu le calme plat. Ce sont essentiellement ces deux épisodes qui souffrent de ce défaut, les deux derniers épisodes de l’event relevant bien la barre, alors que Aaron reprend les commandes. 

C’est une des qualités de cet event, le fait qu’il ait été limité à 6 épisodes fait que le ventre mou ne dure pas bien longtemps. 

Verdict : à lire 

À lire avant : le premier numéro. 

WAR OF THE REALMS 2.5

Date de sortie : 05 février  2020

Prix : 8,90 €, 120 pages

Episodes : US War of the Realms : War Scrolls  2, Giant-Man 2, War of the Realms : Uncanny X-Men 1-3

Sollicitation : La saga de Daredevil, signée Aaron et Sorrentino, se poursuit ainsi que la mission-suicide des Giant-Men. Découvrez aussi d’autres histoires et mini-séries complètes avec les Uncanny X-Men, par Rosenberg et Pérez.

Avis : comme le mois dernier, je reprends ma critique sur la forme de ce mag. À savoir que la numérotation, la couverture et le titre sont source de confusion avec le mag principal, du fait de leur proximité. Sur le fond, le matos s’enchaîne sur le mag avec ce mois-ci l’arrivée de l’intégralité de la mini série X-men tie in à l’event. Elle est signée par Matthew Rosenberg, l’auteur actuel de Uncanny X-Men (voire mag en dessous). Son intérêt dépend du fait que vous suiviez le run de cet auteur ou pas. 

Si c’est le cas, vous aurez besoin de la mini série pour comprendre un certain développement qui arrive dans le mag X-Men du mois. Et surtout vous avez besoin de lire cette mini série avant de lire le mag X-Men. Si vous sautez ce run dans l’attente de Hickman (ce que je vous recommande), vous pouvez allègrement sauter sans vous vous prendre la tête. L’histoire n’est pas extraordinaire et s’appuie beaucoup pour certains personnages sur une connaissance fine de la continuité mutante. 

Verdict : à lire avant X-men. 

X-MEN 2

Date de sortie : 05 février  2020

Prix : 8,90 €, 112 pages

Episodes : US Uncanny X-Men 14-18, inédits)

Sollicitation : Emmenés par Cyclope et Wolverine, les X-Men s’apprêtent à livrer un combat décisif pour le sort des mutants. Ils doivent affronter leurs ennemis de toujours… Mais qu’arriverait-il si leurs propres alliés se retournaient contre eux ?

Avis : comme je l’ai dit plus haut dans mon avis sur War of realms 2.5 (quel nom débile…), il faut lire le mag en question avant X-Men pour comprendre certains événements et surtout certaines décisions prises par certains personnages (je sais, je suis cryptique, mais je ne veux pas spoiler). Des décisions qui vont mener à …des événements à priori importants. Je me souviens que le sentiment que j’avais à la lecture de ces épisodes en VO qui à ma grande surprise était assez positif. 

En effet, comme chacun le sait, je ne suis guère un fan du travail de Matthew Rosenberg et le voir prendre en charge seul le titre phare de la franchise ne suscitait guère chez moi un enthousiasme débordant. Imaginez ma surprise le voyant livrer des épisodes plus que corrects qui pouvaient être facilement perçus comme une véritable déconstruction du titre et des personnages confrontés à ce qui ressemble bien à leur dernière heure. 

Alors bien évidemment, le vieux lecteur aguerri qui connaît les relances continuelles sait bien que le mot “fin” ne veut plus dire grand chose dans les comics de super-héros modernes. Mais Rosenberg instille véritablement un sentiment de fin d’ère, de disparition des derniers enjeux encore existants pour les mutants qui chantent un peu leur chant du cygne. Du coup, à la première lecture je n’ai pu que saluer l’effort. 

Est-ce que ce sont les meilleurs épisodes des X-Men ? on en est loin et je vous recommande véritablement plutôt d’attendre la relance par Jonathan Hickman (en avril en VF) car elle part dans une toute nouvelle direction qui a redynamisé toute la franchise, mais …je n’ai pas envie de dire du mal de ces épisodes de Rosenberg qui malgré de réels défauts dégagent quelque chose d’unique qui méritent le coup d’oeil. 

Verdict : à tester. 

MARVELS : EYE OF THE CAMERA

Date de sortie : 05 février  2020

Prix : 20,00 €, 152 pages

Episodes : US Marvels  Eye Of the Camera (2009) 1-6 1 publiés précédemment dans l’album  MARVEL BEST SELLER : MARVELS L’OEIL DE L’OBJECTIF)

Scénario : Busiek, Stern, 

Dessin : Anacleto

Sollicitation : Marvel Best Of, 

Découvrez la suite de la mini-série Marvels. On y retrouve le journaliste Phil Sheldon et son point de vue d’homme de la rue sur les grands événements de l’univers Marvel à travers les âges. Au programme : les Avengers, l’émergence des nouveaux X-Men et d’anti-héros tels que le Punisher, Elektra ou Wolverine.

Avis : un mois après la réédition de Marvels, avec quelques pages bonus, Panini nous propose la réédition de sa suite, intitulée “Eye of the camera” (parce que manifestement on ne se fait plus chier à traduire les titres maintenant)…sans Alex Ross et sans malheureusement une bonne partie de la magie originelle. Alors que dans Marvels, Busiek et Ross relatait les grandes heures de l’âge d’or de Marvel, mais aussi sa fin que les auteurs considéraient marquée par la mort de Gwen Stacy, Busiek vient ici nous relater l’après. 

Un après où l’on retrouve un Phil Sheldon plus âgé, qui après les merveilles de l’âge d’or voit un monde plus sombre et violent émerger, alors que nous arrivons vers la fin des années 70 et que le désenchantement domine l’humeur générale des USA. C’est, ce que je pense, ce que Busiek voulait également refléter dans son travail : la fin d’une époque, la fin de l’enfance, de la magie de la nouveauté et de la découverte, le changement d’ère et le fait que ce qui suivait n’était pas toujours forcément mieux. 

Malheureusement, malgré ces thématiques fortes, le récit est moins bien poli que Marvels, moins abouti, comprend bien plus de longueurs et souffre de l’absence de Ross pour la partie graphique. Sur le papier, Jay Anacleto est un excellent choix, artiste extrêmement rare qui a émergé au début des années 2000 sur Aria, qui livre de nos jours de temps en temps quelques couvertures. 

Ici, on le sent bien moins à l’aise, servi par une colorisation et un encrage trop prononcé peu adapté à son style. Du coup, on retrouve un artiste assez étouffé, tant par l’univers qu’on lui demande de représenter de manière fidèle que par son encrage et sa colorisation trop terne à mon humble avis. 

Sur le fond, Eye of the camera n’est pas un mauvais moment de lecture, mais il souffre clairement de la comparaison avec Marvels, qui reste le chef d’oeuvre de Busiek. 

Verdict : à lire 

À lire avant : Marvels. 

LEGENDS OF MARVEL : X-MEN

Date de sortie : 05 février  2020

Prix : 16,00 €, 104 pages

Episodes : US Wolverine Exit Wounds 1, Alpha Flight True North 1 et New Mutants War Children 1, inédits

Scénario : Claremont, 

Dessin : Larroca, Sienkiewicz

Sollicitation : 100% Marvel, 

Des auteurs cultes reviennent sur les personnages qu’ils ont marqués.Retrouvez ici Wolverine, Alpha Flight et les Nouveaux Mutants notamment par les légendaires Chris Claremont et Bill Sienkiewicz.

Avis : depuis l’arrivée de C.B.Cebulski en tant qu’éditeur en chef de Marvel, nous avons clairement vu une évolution de la ligne, dont l’objectif était de reconquérir les vieux lecteurs perdus par des années d’events en pagaille et un univers et des personnages qu’ils avaient parfois du mal à reconnaître. Dans ce contexte, nous avons vu le rappel de pas mal de vieilles gloires du passé pour livrer quelques one shot ici ou là pour montrer que Marvel n’oubliait pas son passé glorieux. 

Les X-Men sont donc les premiers à y passer, sachant que nous verrons bientôt les one shot sur les Avengers et Spider-Man. En gros, les grandes familles, bien que je ne me souvienne pas que les FF y ait du droit, mais il ne me semble pas. Du moins pour l’instant.  Au programme de ce tome, nous retrouvons donc des auteurs comme Chris Claremont sur du New Mutants, qui est de nouveau associé Bill Sienkiewicz pour l’occasion. Ou encore du Larry Hama sur Wolverine. 

Est-ce que ces épisodes sont indispensables ? absolument pas. Si vous souhaitez uniquement lire des choses en lien avec la continuité qui contribuent à l’univers global de Marvel, passez votre chemin, ici l’objectif est simple : rassasiez la nostalgie des lecteurs. Sur le fond ces épisodes sont globalement fort sympathiques, notamment le spécial new mutants parce que Bill Sienkiewicz au dessin ! Mais même niveau scénario, Claremont nous fait plaisir en nous montrant qu’il peut encore avoir le feu sacré. On retrouve clairement la tonalité des récits des années 80, et monsieur Claremont nous rappelle qu’il a créé la plupart de ces personnages et qu’il les maîtrise sur le bout des doigts. 

En effet niveau caractérisations, on retrouve clairement les New Mutants de la grande époque comme si le run Claremont/Sienkiewicz était sorti hier ! Mais il est clair que si vous êtes contraints du côté finances, ce tome n’est pas vraiment une priorité…

Verdict : à tester. 

À lire avant : avoir sa continuité bien en tête. Les épisodes sont assez isolés en termes d’histoire, mais il faut avoir un certain bagage pour bien appréhender les intrigues. 

MARVEL COMICS 1000

Date de sortie : 05 février  2020

Prix : 18,00 €, 128 pages

Episodes : US Marvel Comics 1000-1001, inédits)

Scénario : Al Ewing, Collectif

Dessin : beaucoup trop de gens…

Sollicitation : 100% Marvel, 

80 ans après Marvel Comics 1, Marvel propose un numéro 1000 incroyable. 80 équipes créatives exceptionnelles revisitent l’histoire de la Maison des Idées au travers un récit imaginé par Al Ewing qui dévoile les mystères derrière l’existence du Masque d’Éternité. Retrouvez Neil Gaiman, Alex Ross, Walt Simonson, Erik Larsen, Jason Latour, Jeph Loeb, J. Michael Straczynski, John Cassaday, Mike Allred, les époux Immonen, Kareem Abdul-Jabbar, Jim Cheung, Gail Simone, le scénariste de Spider-Man : New Generation, Mike Deodato Jr, Charles Soule, Mark Waid et des dizaines d’autres créateurs  pour le projet le plus fou de l’histoire des comics.

Avis : et on continue avec les épisodes spéciaux ! après les one shot tournés vers le passé juste au dessus, on regarde à la fois en arrière et en avant avec ce tome, qui présente les épisodes 1000 et 1001 sortis l’année dernière aux USA. Bien évidemment, la première question qui vous traverse l’esprit en voyant ces chiffres c’est :”oui, mais 1000 épisodes de quelle série en fait ?”. Bennnn…aucune !

L’épisode est sorti pour contribuer à la célébration des 80 ans de l’éditeur et c’est à peu près tout. Pourquoi 1000 ? parce que DC a écoulé un nombre record d’exemplaires au moment de la sortie de Detective Comics 1000 et Action Comics 1000, donc ils ont décidés de troller un peu…

Mais je vous rassure, ces épisodes ne sont pas simplement une petite blague faite aux lecteurs. Non, il y a du contenu derrière dont l’appréciation a varié selon les lecteurs. En fait, il y a seulement deux positions possibles : adorer ou détester. Personnellement j’ai beaucoup aimé le travail fourni sur ces épisodes, mais je peux vous dire que d’autres, comme Steve, ont détestés au plus haut point ! 

Donc grande question : que contiennent ces épisodes qui ont failli faire exploser Comixity causant un schisme irréparable entre chroniqueurs. Et bien l’épisode 1000 en particulier, adopte une construction assez unique où chaque page revient sur une année en particulier depuis les débuts de l’univers Marvel jusqu’au présent et met en avant un personnage ou un événement qui a pris place cette année dans l’univers Marvel. 

Chaque page est assurée par une équipe créative différente, avec un fil rouge plus ou moins présent selon les pages. À la tête de la manoeuvre, on retrouve Al Ewing, qui revient sur le passé de l’univers Marvel pour faire quelques ajouts que l’on va suivre au fil des années jusqu’au temps présent. Donc oui, attendez vous à ce que ce tome pose des éléments qui vont être repris ultérieurement. Ce n’est pas gratuit, dans tous les sens du terme. 

En termes d’appréciation, comme je l’ai dit, les avis vont variés. Si vous parvenez à accepter l’exercice en lui-même, je pense que vous aimerez comme moi. Si ce genre de trucs ne vous intéresse pas, gardez votre argent, il y a bien trop de trucs qui sortent cette semaine et ce mois-ci. 

Verdict : à lire. 

À lire avant : rien. 

NEXTWAVE

Date de sortie : 05 février  2020

Prix : 32,00 €, 296 pages,

Episodes : US  Nextwave 1-12 publiés précédemment dans les albums 100%  MARVEL : NEXTWAVE 1-2)

Scénario : Ellis 

Dessin : Immonen

Sollicitation : Marvel Deluxe 

Action ! Explosions ! Trahisons ! La Horde d’Agents Irréductibles contre les Néo-Extrémistes (ou H.A.I.N.E.) fonde le groupe Nextwave pour combattre les Armes Non Conventionnelles de Destruction Massive. Ses membres ? Monica Rambeau, Machine Man, Meltdown, la chasseuse de monstres Elsa Bloodstone et Captain. Et ils sont fin prêts pour leur première mission.Découvrez le chef-d’œuvre irrévérencieux de Warren Ellis et Stuart Immonen.

Avis : OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! réédition cette semaine dans un écrin enfin à sa hauteur de l’incroyable, du génial, de l’incontournable, de l’immanquable Nextwave, ou l’un des grands chefs d’oeuvre de Warren Ellis. Vous me direz, c’est du Warren Ellis, je ne suis pas objectif. Oui, c’est vrai, j’en suis même venu à aimer sa série Wild Storm, cela montre mon niveau d’addiction. Mais au delà de mes problèmes personnels, Nextwave est clairement devenu depuis sa sortie une référence incontournable du genre. 

À la base, nous avons une énième équipe constituée de bric et de broc comme Marvel aime à en constituer de manière régulière avec ses personnages de second rang, pour voir s’il y a une demande. Au terminus, il y a l’un des comics les plus dingues, riches, imaginatifs, bourré d’idées que Marvel ait jamais publié. Ai-je précisé que c’était aussi l’un des trucs les plus hilarants et déjantés que Marvel ait publié ? non, ben c’est le cas. Avec leur équipe de bras cassés, les auteurs nous offrent un festival sans pareil. 

Pour faire simple, Nextwave tente d’empêcher une organisation terroriste de tester des armes de destruction massive sur le territoire américain, tout en faisant grave chier une des agences du gouvernement dirigé par un cinglé qui a autorisé les tests en question. Pourquoi ? ben parce que ! Le récit est ensuite construit autour de petits arcs en deux épisodes, donc chaque histoire est rapidement résolue avant que l’on passe à la folie suivante. 

Chaque arc est complètement taré, se renouvelle chaque fois et nous propose une dinguerie différente sur chaque XXX de numéro ! le tout illustré par un Stuart Immonen qui s’est clairement fait plaisir pour mettre en image tous les concepts les plus dingues qui semblaient avoir décidés d’élire domicile dans la tête de Warren Ellis. 

J’aime cette série d’un amour sans bornes à tel point que même si mes tomes sont encore en relatif bon état, je suis tenté de me prendre ce deluxe pour doublonner avant de racheter le tout en VO pour avoir le texte original. J’adore cette série au point de la relire au moins une fois par an, peu importe la montagne de trucs que j’ai à lire et une fois que vous l’aurez achetés, vous aussi vous serez dans le même cas. 

Voilà. Nextwave, c’est un XXX de chef d’oeuvre incontournable et si vous faites l’impasse, je vous renie tous. 

Verdict : À POSSEEEEEEEEEEEEEEEEDDDDDDDDDRRRRRRRRRRRRR/ ADORER / DIVINISER !

À lire avant : rien, récit indépendant. 

SILVER SURFER BLACK

Date de sortie : 05 février  2020

Prix :  17,00 €, 120 pages

Episodes : US Silver Surfer Black 1-5, inédits)

Scénario : Cates,

Dessin : Moore

Sollicitation : 100% Marvel, 

Pris dans un trou noir, le Silver Surfer a été envoyé à l’autre bout de l’univers. Là, il va devoir trouver un chemin pour retrouver ses alliés mais il va vite se rendre compte qu’il est allé beaucoup plus loin qu’il ne l’imaginait et que les adversaires qui vont se dresser sur sa route manient des forces auxquelles il n’est pas habitué. Donny Cates et Tradd Moore signent un chef d’œuvre.

Avis : Panini frappe décidément très fort cette semaine, avec beaucoup de grosses publications, puisque l’on enchaîne avec cette mini série dédiée au Surfer qui suit le destin du personnage suite aux événements récents dépeints dans le titre Guardians of the Galaxy. Je parle ici de la reprise du titre par le scénariste Donny Cates qui a débuté dans le magazine Thanos 1 le mois dernier. En gros, sans rien spoiler, il se passe quelque chose dans le 1er épisode de cette reprise qui envoie le Surfer …loin, très loin !

La mini a été un des grands événements de l’année dernière à plus d’un titre. Tout d’abord, parce que tout ce que touche Cates devient tout de suite pour pas mal de lecteurs, dont moi, quelque chose à surveiller de près. Ensuite, …parce que XXX de Tradd Moore !!! et autant le dire d’entrée de jeu, le scénario de Donny Cates est bon sans être renversant…mais le travail de Moore à lui seul mérite l’achat. En fait, j’adore tellement le travail de Moore sur cette mini que j’en veux à Panini de le publier en format 100% et non dans un grand format comme Marvel aux USA qui l’a édité en TPB dans un format Treasury Edition, collection du même format que les X-Men Grand Design de Ed Piskor. 

Son travail est tout simplement sensationnel, renversant, éblouissant, notamment dans les derniers épisodes de la mini. Au début, il faut s’habituer au parti pris par l’auteur pour représenter le Surfer, mais une fois que Cates donne à l’artiste des éléments cosmiques bien gigantesques à dessiner…wow, on passe dans une autre dimension. Croyez moi, il y a des planches dans ce recueil qui méritent d’être admirées pendant un bon moment. 

Niveau scénario, Cates livre une copie dynamique et intéressante, qui essaye à la fois de faire un pont avec le Surfer plus introspectif de l’ère Stan Lee et ses propres intrigues modernes. Je n’en dévoile pas plus, mais disons simplement que si vous suivez le travail de Cates chez Marvel…cette mini série fait partie des pièces dont vous allez avoir besoin pour comprendre les plans qu’il va développer dans les années à venir. 

Bref, mon avis est très positif et je vous recommande vivement l’achat. 

Verdict : à posséder

À lire avant : le début de la reprise de Guardians of the Galaxy par Donny Cates et de manière générale, les travaux importants précédents du scénariste chez Marvel. 

SPIDER-MAN : LIFE STORY

Date de sortie : 05 février  2020

Prix : 22,00 €, 200 pages

Episodes : US Spider-Man : Life Story 1-6, inédits)

Scénario : Zdarsky, 

Dessin : Bagley

Sollicitation : 100% Marvel, 

Imaginez un monde où les héros Marvel vieilliraient au rythme des lecteurs, prenant des années au fur et à mesure que les décennies passent. Des années 60 jusqu’à 2019, suivez Spider-Man à travers tous les drames de sa vie, des combats contre les super-vilains, les Guerres Secrètes,Civil War mais aussi la guerre du Vietnam ou le 11 septembre. Un one-shot exceptionnel  qui célèbre toute la richesse de la Maison des Idées.

Avis : et là, on en arrive au gros, très gros morceau de la semaine. Il y a beaucoup de bonnes choses chez Panini, à tel point qu’il est impossible de réduire la liste des achats à un titre. Mais tout de même, si vous devez vous procurer un titre cette semaine et au cours de ce mois, c’est cette mini série. Oui, c’est de ce niveau.

J’irais même jusqu’à dire que c’est sans doute l’une des mes histoires préférées sur Spider-Man. Si je devais en faire un classement, je dirais que l’on est pas loin des sommets atteints par J.M.Dematteis, J.Michael Straczynski ou encore Bendis sur Ultimate Spider-Man. Cela fait clairement partie des récits que je vais prendre plaisir à relire de manière régulière au cours des années à venir. 

Pour faire simple, le scénariste Chip Zdarsky part d’un postulat simple : et si Peter Parker avait vieilli en temps réel depuis le lancement de la série en 1962. Nous le suivons ainsi traverser les décennies, de ses 15 ans  à plus de 70 ans. À cette occasion, chaque décennie devient l’occasion de suivre l’évolution de son existence, de l’univers Marvel, alors que chaque épisode est marqué par les grandes intrigues qui ont marqués cette époque. Et l’on comprend très vite que tout cela est non seulement une lettre d’amour de Zdarsky à Spider-Man, c’est une lettre d’amour à TOUTE l’histoire de Spider-Man. 

Mais, et c’est important, si l’auteur revisite les grandes intrigues qui ont marquées la vie du personnage, ce n’est pas une simple redite en mode raccourci pour tenir en 30 pages. Non, non, non. À chaque fois, l’auteur nous surprend en reprenant les éléments de base mais en apportant un XXX de twist qui change la perception que l’on pouvait avoir de l’histoire en question. Je le répète, ce n’est pas une simple redite, Zdarsky part véritablement dans sa propre direction. 

C’est une oeuvre d’une incroyable richesse, qui parlera autant aux lecteurs qui lisent les aventures du héros depuis des décennies qu’au jeune fan qui lirait son premier épisode ici. En effet, le jeune lecteur découvrira toute cette histoire d’une grande richesse, mais dans le cadre d’un contexte cohérent, linéaire et auto-contenu, tandis que le vieux lecteur verra tous les hommages, références et clins d’oeil que contient le récit. C’est vraiment une oeuvre à part que je recommande chaudement à tout le monde. 

En outre, Zdarsky est associé pour l’occasion au très bon Mark Bagley. L’artiste qui est devenu pour nombre d’entre nous l’artiste un peu référence de Spider-Man, celui auquel on pense immédiatement quand on voit une image de Spider-Man, brille ici comme il l’a rarement fait ces dernières années. En effet, ce n’est pas vraiment un scoop si je dis que Bagley ne s’est pas vraiment déchaîné ces derniers temps. Mais ici, wow. On retrouve le Bagley de la grande époque. On sent que l’artiste a bien compris qu’il travaillait sur quelque chose qui allait rester une référence pendant longtemps. 

Verdict : À POSSÉDER !!!!

À lire avant : rien – mini aucontenue hors continuité

STAR WARS : TIE FIGHTER

Date de sortie : 05 février  2020

Prix :  17,00 €, 112 pages

Episodes :  US Star Wars : TIE Fighter  1-5, inédits)

Scénario : Houser, 

Dessin : Antônio

Sollicitation : 100% Marvel,

Rejoignez l’Empire ! Si vous êtes assez talentueux, vous pourrez même intégrer l’Escadre de l’Ombre, l’élite des pilotes de chasseurs TIE. Alors que notre glorieux Empire Galactique subit les actes terroristes d’une poignée de soi-disant Rebelles, ralliez les troupes de l’Empereur Palpatine et protégez les innocents des actes barbares qui mettent en danger la paix galactique.

Avis : pas d’avis, je signale juste la sortie. 

Verdict : pour les fans de Star Wars. 

À lire avant : rien – matez quand même les films avant, ce sera sans doute plus clair. 

SYMBIOTE SPIDER-MAN

Date de sortie : 05 février  2020

Prix : 17,00 €, 120 pages

Episodes : US Symbiote Spider-Man 1-5, inédits)

Scénario : David, 

Dessin : Land

Sollicitation : 100% Marvel, 

Retour au noir ! Lorsque Spider-Man rapporte un costume extraordinaire des Guerres Secrètes il n’imagine pas ce qu’il l’attend… Et avant l’apparition de Venom, Peter Parker ne sait pas ce que le symbiote est capable de prendre ses propres décisions ! Retrouvez une histoire située dans le passé du héros lorsqu’il doit affronter Mystério !

Avis : une autre fournée de sortie Spider-Man. Après Life Story qui est un indispensable absolu, vous avons ici quelque chose de…moins indispensable, voire quelque chose de quelque peu anecdotique, mais que l’on peut tout de même apprécier. Comme vous avez pu le noter, le staff éditorial de Spider-Man a tendance à multiplier les projets spéciaux ces derniers temps autour de la franchise, avec comme d’habitude des résultats plus ou moins heureux. Malgré le fait que cette mini soit sans incidence sur la suite, je la qualifierai tout de même de réussie, mais elle va s’adresser à un public particulier. 

En fait, quand on voit le cahier des charges de la série, on comprend que Marvel voulait s’adresser à un public particulier. Tout d’abord, il s’agit bien évidemment de faire vibrer la fibre nostalgique en s’intéressant de nouveau à l’ère passée où Peter portait le costume noir, donc la période du milieu des années 80, alors qu’il sortait avec Black Cat et revenait de Secret Wars. Cette période qui n’a pas durée très longtemps en réalité semble fasciner les auteurs et les lecteurs qui en ont encore aujourd’hui la nostalgie. 

Ensuite, je ne doute pas que l’idée de remettre en scène le costume noir est en lien avec le succès de la série Venom, qui concurrence mine de rien les ventes d’Amazing Spider-Man aux USA (au point que l’on se demande pourquoi Donny Cates et Ryan Stegman n’ont pas encore un titre Spider-Man à eux…). Bien évidemment, il y aussi le facteur film qui joue. Cette mini met en effet en scène Mysterio comme ennemi principal…et la mini débutait pile au moment de la sortie de Spider-Man Far From home au ciné…

Enfin, il y a le facteur Peter David. Et c’est la raison principale pour laquelle la mini fonctionne selon moi. Car mine de rien, il part d’un boulot de commande assez casse gueule et fidèle à ses habitudes tâche d’en tirer le meilleur pour donner aux lecteurs une mini très solide qui se laisse lire avec un certain plaisir, avec quelques twists bien vus. Le récit réserve en effet quelques surprises bien pensées qui dynamisent bien l’histoire. Bon, ensuite, je ne vous cache pas qu’il faut supporter le boulot de Greg Land sur la partie graphique…Ce n’est pas donné à tout le monde, j’en suis conscient. 

Sur le fond, enfin, Peter David fait le job pour s’assurer que le truc soit bien accessible, même si vous connaissez mal cette période. Mon avis est donc favorable, même si ce n’est pas un indispensable. Sachez par ailleurs que comme le succès a été au rendez vous aux USA,  une seconde mini série a depuis été lancée. Donc attendez vous à voir un tome 2 bientôt. 

Verdict : à lire 

À lire avant : rien, récit indépendant. 

VISION

Date de sortie : 05 février  2020

Prix : 32,00 €, 280 pages

Episodes : US The Vision 1-12 publiés précédemment dans les albums 100% MARVEL : VISION 1-2)

Scénario : King, 

Dessin : Walta

Sollicitation : Marvel Deluxe, 

L’Avenger Vision a décidé de fonder une famille. Le synthézoïde emménage en banlieue afin de vivre l’existence paisible de la classe moyenne américaine. Mais l’intégration va s’avérer plus compliquée que prévu. C’est bien connu, une famille trop tranquille cache souvent des secrets. Une série coup de poing récompensée par de nombreux prix dont l’Eisner Award de la meilleur mini-série.

Avis : autre réédition absolument indispensable cette semaine, avec le retour du Vision de Tom King et Gabriel Hernandez Walta en un seul volume format Deluxe. Un format adapté à la grande qualité de cette maxi série qui demeure sans doute l’un des meilleurs comics-books non seulement publiés par Marvel, mais par l’industrie dans son ensemble au cours de la dernière décennie. 

Et pourtant le boulot n’était pas évident. Donner sa propre série à Vision ? pour beaucoup d’entre nous, il était clair que le titre ferait partie de cette grande masse de bouquins sitôt annoncés/publiés/annulés et oubliés. Sauf que les auteurs avaient une autre idée en tête, à savoir faire un XXX de grand comic-book, avec un des pitchs de départ les plus originaux que l’on ait vu et un traitement d’une efficacité redoutable. 

Le pitch ? et si…et si Vision se créait une famille d’androïdes comme lui et qu’ils partaient tous vivre dans une de ces banlieues bien chics qui existent par milliers aux USA. En cela je trouve que les couvertures reflètent parfaitement l’idée de départ de Vision : reproduire le rêve américain de base mais avec des androïdes. Une belle maison, un petit jardin derrière, avec la belle barrière blanche, la femme et les deux enfants et un chien si on a la place. 

Le petit truc traditionnel, avec le décalage créé par la nature même des personnages, qui essayent d’intégrer un rêve d’humains, alors qu’ils sont…autre chose. Et les premiers épisodes jouent sur ce décalage…un décalage qui va mener à une escalade, alors que très vite, certains des personnages comprennent qu’ils ne peuvent mener une telle vie. On voit alors la situation se dégrader de numéro en numéro, les secrets et les tragédies s’empilent sous le paillasson jusqu’à l’effondrement final. 

On voit cette spirale s’installer et l’on est entraîné, presque hypnotisé par le récit que l’on ne peut plus lâcher jusqu’au bout. Et alors que je ne misais pas un kopek sur cette série lors de son lancement, alors que je me fichais comme une guigne du personnage de Vision, alors que je ne voyais pas trop comment remplir 12 épisodes avec ce personnage et sa famille, au final ? Tom King et Walta m’ont donné envie à la fin de suivre cette série pendant des années. 

D’autant que King ne créée pas dans le vide. Non seulement, il nous dit que le personnage de Vision est fascinant, mais il nous rappelle son histoire extrêmement riche de plusieurs décennies. Et il s’appuie sur cette histoire, même sur des trucs obscures mais ramenés de manière très pertinente dans le récit pour enrichir l’ensemble et ouvrir des portes insoupçonnées. 

Le final appuyant même le propos car on comprend sur les dernières pages que King avait encore des tonnes d’idées fascinantes à explorer. Je ne sais pas s’il reviendra chez Marvel un jour, étant donné comment cela est en train de tourner chez DC le contraire serait étonnant, mais s’il revient, j’espère qu’il pourra reprendre le titre et aller au bout de ses plans…

Vision est donc un indispensable et un incontournable. Un titre à relire, car les auteurs touchent à beaucoup d’idées, de concepts, beaucoup de choses sont simplement sous entendues et méritent une relecture pour être vraiment appréciées. 

Verdict : À POSSÉDER !!!!

À lire avant : rien – récit indépendant. 

URBAN COMICS

WATCHMEN 3 & 4

Date de sortie : 07 février  2020

Prix : 4.90€/32 pages 

Scénario : Alan Moore 

Dessin :  Dave Gibbons 

Sollicitation : Quand le Comédien, justicier au service du gouvernement, est défenestré, son ancien allié, Rorschach, mène l’enquête.

Il reprend rapidement contact avec d’autres héros à la retraite, dont le Dr Manhattan, surhomme qui a modifié le cours de l’histoire. Alors qu’une guerre nucléaire couve entre les USA et l’URSS, tous s’interrogent : qui nous gardera de nos Gardiens ?

Avis : non, non, non et non. Je l’ai dit le mois dernier, je le répète ce mois-ci et je le répèterai jusqu’à la fin de cette réédition crétine, je ne prendrais pas cette version et je n’ai aucune envie de me fatiguer à commenter les épisodes un à un. Si vous avez déjà une édition de Watchmen, celle-ci n’apporte rien de plus, donc c’est bon. Et si vous n’avez jamais lu Watchmen, je vous recommande l’une des précédentes éditions reliées d’Urban qui présente l’ensemble de la maxi série. Vous apprécierez d’autant plus l’expérience si vous avez toute l’histoire en une seule fois. 

Verdict : prenez une version intégrale ! nous sommes civilisés tout de même !

À lire avant : rien !

AMERICAN VAMPIRE INTEGRALE TOME 1

Date de sortie : 07 février  2020

Prix :  28€/448 pages 

Episodes :American Vampire : Anthology #1-2 (extraits) + American Vampire #1-5 + #12 + #19-21 – Correspondants aux tomes 1 et 2 complétés d’extraits de l’anthologie publiée dans le tome 6

Scénario :  Scott Snyder & Stephen Sking 

Dessin : RAFAEL ALBUQUERQUE 

Sollicitation : Amérique, fin du XIXe siècle.

Le bandit Skinner Sweet est freiné dans sa tentative d’évasion par un vampire venu d’Europe. Laissé pour mort, il revient à la vie et découvre que non content d’être devenu l’un d’entre eux, il est aussi le premier spécimen d’une nouvelle race de vampire américain. Un siècle plus tard, à Los Angeles, il contamine à son tour la jeune Pearl Jones, faisant d’elle l’héritière de cette espèce de vampires capables de marcher sous le soleil…

Avis : depuis quelques temps déjà, Urban a entamé un travail de réédition en intégrale de certaines de ses séries, notamment dans le cadre de son catalogue Vertigo. Mais comme nous le verrons plus bas, des séries DC de super-héros sont aussi concernées.

Il s’agit pour l’éditeur à la fois de faire vivre le catalogue, désormais bien épais de la maison, en proposant des oeuvres qui sont sorties de l’actu mais qui pourraient toujours intéresser de nouveaux lecteurs… et à la fois de réduire le nombre de tomes à maintenir en impression. Il est bien évident qu’avoir quelques intégrales d’American Vampire est plus simple à gérer que la petite dizaine de tomes que compte la série. 

Au delà, si vous n’avez pas plongé dans cette série jusque là, je vous la recommande chaudement, surtout alors que Scott Snyder a annoncé récemment que la conclusion de la série attendue depuis plusieurs années devraient être publiée entre 2020 et 2021. Bon, personnellement j’y croirais quand je verrais lesdits épisodes en question, mais c’est un autre sujet. 

Sur le fond, American Vampire reste le titre qui a révélé Scott Snyder et reste un de ses travaux les plus inspirés. Les auteurs s’attaquent au genre vampirique et s’éloignent des poncifs qui avaient dominés les années 2000, des vampires beaux et propres sur eux, pour revenir à quelque chose de bien sale, primaire et sauvage, notamment au travers du fascinant personnage de Skinner Sweet, sans doute l’un des meilleurs personnages jamais créés par Snyder. 

Véritable ordure quand la série démarre, Snyder s’amuse régulièrement à montrer qu’il y a plus sous la surface, notamment quand le personnage de Pearl est concernée. À eux deux, Skinner et Pearl nous livre leur histoire de l’Amérique de la fin du 19e siècle aux années 60/70. L’idée géniale des auteurs est qu’à chaque nouveau territoire, une nouvelle branche de la race vampirique, plus dangereuse que les précédentes émerge. 

D’où le “American Vampire”, avec ses propres forces et faiblesses. Portrait de personnages sur plusieurs décennies, chronique historique des USA, récit d’action bien chargé, faites votre choix ! il y a un peu de tout dans American Vampire qui reste sans conteste le meilleur travail de Snyder ! donc j’espère qu’il retrouvera bien vite le très bon Rafael Albuquerque pour enfin achever la série !

Verdict : à posséder !

À lire avant : rien – début de la série !

CLARK KENT : SUPERMAN TOME 3

Date de sortie : 07 février  2020

Prix : 22.5€/256 pages 

Période DC : DC Rebirth (2016/2020)

Episodes : Superman #7-15, Supergirl #32

Scénario : Brian Michael Bendis 

Dessin :  Ivan Reis 

Sollicitation : Toujours bouleversés par les révélations de Rogol Zarr, véritable responsable de la destruction de Krypton, Superman et Supergirl continuent leur enquête sur ce dangereux extraterrestre.

Mais Clark a également fort à faire avec son fils, Jon, revenu sur Terre avec quelques années de plus alors qu’il n’était parti avec son grand-père à travers l’espace que quelques semaines auparavant… Et le récit de Jon concernant ce périple n’est pas sans raviver en l’Homme d’Acier de nombreux doutes quant à Jor-El, ce père revenu d’entre les morts.

Avis : pas d’avis, je signale juste la sortie. 

Verdict : pour ceux qui lisent le run de Bendis. Je ne vous juge pas, mais en fait si un peu. 

À lire avant : les deux premiers tomes + le tome 0. 

HARLEY QUINN REBIRTH TOME 7

Date de sortie : 07 février  2020

Prix : 15.50€/168 pages 

Episodes :  Harley Quinn #43-49

Période DC : DC Rebirth (2016/2020)

Scénario : Sam Humphries & Christopher Sebela 

Dessin : John Timms, 

Sollicitation : Une nouvelle ère débute pour la reine de Coney Island.et pour cause, elle vient tout juste d’être kidnappée par deux Furies, qui l’ont emmenée sur… Apokolips ! Mais à sa grande surprise, celles-ci lui font une offre qu’elle ne peut refuser : devenir une Furie elle-même et obtenir des super-pouvoirs. En échange, elle devra prendre en chasse la rebelle qui répond au nom de Petite Tina. Mais Harley va bien vite réaliser que la Tina en question n’a de « petite » que le nom…

Avis : pas d’avis, je signale juste la sortie. 

Verdict : pour les fans d’Harley !

À lire avant : je pense que l’on peut commencer avec ce tome. 

JUSTICE LEAGUE INTEGRALE TOME 3

Date de sortie : 07 février  2020

Prix : 28€/424 pages 

Période DC : New 52 (2011/2016)

Episodes : JUSTICE LEAGUE #23.4 + 24-29 + JUSTICE LEAGUE OF AMERICA #7.4 + FOREVER EVIL #1-7

Scénario : Geoff Johns 

Dessin : David Finch, Doug Mahhke, Ivan Reis 

Sollicitation :  La Ligue de Justice a disparu, vaincue par le mystérieux Syndicat du Crime qui, à peine débarqué d’une autre dimension, revendique le contrôle de la Terre et intime l’ordre aux super-vilains de se rassembler sous leur bannière. Le dernier espoir d’un monde en déroute ? Lex Luthor !

Avis : comme je l’ai dit plus haut, Urban a pris l’habitude de rééditer certaines de séries en intégralité, que ce soit des longues séries Vertigo ou des titres de super-héros DC. Et ici, nous enchaînons avec la suite de la réédition du run de Geoff Johns sur la Justice League dans le cadre du New 52, avec une période charnière, à savoir le bon gros crossover Forever Evil, qui pour moi représente le vrai début de retour de forme de Johns au scénario. 

Jusque là sur la Justice League, le niveau des scénarios de Johns était assez inégal. Sa première année avec Jim Lee était assez médiocre, nous avons eu une belle remontée dans sa seconde année, alors qu’il retrouvait Ivan Reis au dessin, à l’occasion notamment du crossover avec Aquaman, puis cela replongeait un peu avec le crossover avec Justice league of America intitulé Trinity War. Il y avait de bons moments dans ce crossover, mais la conclusion montrait vraiment une certain incohérence dans l’univers général de DC et que les auteurs ne savaient pas vraiment sur quel pied danser. 

Avec Forever Evil, on revient à quelque chose de bien plus réussi. Nous retrouvons l’univers DC où les super-héros ont été vaincus pour la plupart par le Crime Syndicate issu de la Terre 3 qui s’apprête à gentiment faire sentir sa domination sur le monde, sans que personne à priori ne puisse plus l’arrêter…à part… à part les quelques vilains de la Terre DC qui n’ont guère envie de ployer le genoux devant ces envahisseurs. Ils se trouvent bien vite en leader en la personne de Lex Luthor bien décidé à soit tirer partie de la situation soit à minima à dire à tout ce petit monde de dégager de chez lui. 

À partir de là, Johns tisse un récit assez sombre mais très riche en rebondissements. On le sent bien plus à l’aise, et peut être un peu plus libre dans la gestion de ce qui était au final un bon gros event, alors qu’il met certes les vilains en avant, mais en profite aussi largement pour ramener sur le devant de la scène pas mal de personnages issus du Silver age qui avaient disparus au moment du reboot du New 52. 

En clair, on sentait déjà sa volonté de renouer avec tout ce que le New 52 avait renié, de produire une sorte de synthèse entre les différentes versions de l’univers DC, ses différentes ères. Ce qui est plus que normal quand on connaît l’amour de Johns pour l’histoire de DC. Bref, à mon sens un bon event qui va mener à ce qui reste sans doute la meilleure période du run de Johns sur la Justice League. 

Outre les épisodes de Forever Evil, vous avez également dans le tome les épisodes ties ins de Justice League qui sont de bons compléments, ainsi que l’épisode 23.4. Au moment de l’event, DC avait publié une palanquée d’épisodes spéciaux avec cette numérotation bizarre, mimant malheureusement Marvel…L’épisode en question était consacré à Owlman, super-vilain du Crime syndicate, appelé à jouer un rôle très important dans les plans futurs de Johns pour le titre. 

Verdict : un bon à lire selon moi. 

À lire avant : au moins la précédente intégrale, car Trinity War amène forever evil. 

RED HOOD & THE OUTLAWS TOME 2

Date de sortie : 07 février  2020

Prix : 35€/384 pages 

Episodes : Red Hood #12-25 + Red Hood Annual #2

Période DC : DC Rebirth (2016/2020)

Scénario : Scott Lobdell 

Dessin : Dexter Soy

Sollicitation : Red Hood, le Robin rebelle. Artemis, l’Amazone en exil. Bizarro, le clone défectueux de Superman. On les appelle les Outlaws, et ils ont la ferme intention de nettoyer les rues de Gotham. Mais celles-ci recèlent des forces ô combien obscures, et les ennemis qui s’y cachent sont légion. Lex Luthor, le nouvel Homme d’Acier, est de ceux-là, et compte aujourd’hui lâcher sur ses adversaires une arme bien étrange : un Bizarro 2.0 !

Avis : suite pas franchement attendue en ce qui me concerne de Red Hood & The Outlaws. Autant j’aime vraiment les personnages impliqués dans le titre, autant le style narratif très basique de Scott Lobdell ne m’a pas du tout accroché à la lecture du 1er tome. Il y a certes des qualités et l’auteur développe plutôt bien ses personnages. Mais ses intrigues sont prévisibles au possible. Je me souviens que dans le premier tome, je parvenais à voir à peu près tous les twists des kilomètres à l’avance. En outre je n’ai pas l’impression que les arcs en 5 ou 6 parties comme il l’a fait soit vraiment adapté à sa manière d’écrire, c’était bien décompressé comme il faut. 

Verdict : en ce qui me concerne, je vais passer, la lecture du tome 1 m’a suffi.

À lire avant : ben le tome 1 justement…

A propos Sam 1928 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

22 Comments

  1. Salut et merci pour cet imposant guide !

    Quelques merveilles y figurent effectivement : Spider-Man Life Story, Silver Surfer Black, Vision, American Vampire.

    Pour ce dernier, le choix dans l’ordre des épisodes de ces intégrales est différent de celui des tomes simples, pour regrouper par époque, soit disant. Curieux choix toutefois.
    Je suis bien tenté d’essayer Violent Love.

    Une semaine exceptionnelle pour ceux qui n’ont jamais lu ces chefs d’oeuvre ! A des tarifs abordables évidemment…merci Panini !

    • La vache, merci pour l’info Joujof, je n’avais pas fait attention au contenu de l’intégrale American Vampire tant j’étais persuadé que cela reprenait simplement les premiers tomes de la série. C’est un choix vraiment étrange de la part d’Urban…

  2. Autant je plussoie ton enthousiasme pour SM life story ou silver Surfer Black, pour next wave, je m’interroge. Je n’avais jamais lu ce titre jusqu’a très récemment et je me suis enfin décidé à le lire sur tes conseils.
    Quelle ne fut pas ma déception. C’est du Warren Ellis pur jus dans le sens qu’il est décomplexé à l’extreme. Certes, il y a quelques bons gags mais, Ellis les trouve si bons qu’il va les réutiliser à longueurs d’épisodes. Les quelques sourires que j’ai pu avoir sur les premiers épisodes ont vite laissé place à l’enervement face à toutes ces redites. Heureusement le volume se lit en moins d’une heure (pour 12 numéros sic), ma souffrance fut donc de courte durée.
    Bref, pour moi, c’est un Pass

    • Hérrrrrrrrrréétiiiiiiiiiquuuuuuuuuueeeeeeeeee !!!!
      Brulllleeezzzz llllleee eeennnn plaaaaaaaceeeeeee publiiqqquuuue !!!
      je ne sais si je pourrais jamais te pardonner Grey !

    • mais t’es un grand malade toi ! c’est genial NEXTWAVE ! Je le relis 1 fois par an ! la premiere fois ou l’on voit machine man , traité les gens de sac de viande ! tu manque totalement de recul , tu es fatigué c’est lhiver , tu manque de lumière , déception dans mon coeur for ever 🙁

    • Ne l’écoutes pas Cédric ! écoutes plutôt les millions de fans à travers le monde qui ont aimé Nextwave et continueront comme moi à l’aimer jusqu’à la fin des temps !
      Nextwave c’est la vie !

  3. Bon…ben ce coup-ci je n’y échapperai pas : adieu, mon rein droit.

    Hellboy & BPRD, Marvels Eye Of The Camera, Marvel Comics 1000 (juste parce que c’est toi, Sam), Silver Surfer Black, Spider-Man Life Story, Nextwave…et le Eisner dont j’ai eu la bonne idée de repousser l’achat à cette semaine.

    Heureusement que le reste du mois est plus calme…lol :
    Walking Dead Prestige 14, Bone Parish, Corum 3, La Mort de Captain Marvel, Doom Patrol 2, Black Science 9…finalement le report de Lazarus a du bon !

    Pour ceux qui avaient loupé les précédentes éditions, American Vampire et Vision sont deux gros a posséder. Pour peu qu’on soit Snyder ou King-compatible, ce qui est mon cas.

    Merci encore pour ce guide, Sam !

    • Mais à quoi ça sert un rein droit, ça fait juste concurrence avec le gauche. Bon évidemment, tu auras des problèmes si tu t’es déjà séparé du gauche en question…
      Mais oui, le mois va être chargé, d’autant plus qu’il y aussi le Moon Shadow de J.M.Dematteis et John J. Muth la semaine la prochaine ! yeahhhh !!!
      ou encore le tome 3 de Superman new metropolis avec le crossover our worlds at war

  4. Je rejoins le camp des hérétiques concernant « Nextwave ». C’est drôle par moments, avec de très bonnes idées (les séquences d’hallucination quand « Forbush Man » enlève son casque casserole) … mais Warren Ellis en fait trop, et c’est l’indigestion.

    Je me suis laissé faire par la hype quand je l’avais lu en 2 tomes « 100 % Marvel » il y a plusieurs années.

    • Nonnnnn, pas toi aussi !!! je suis entouré de fous ! laissez moi, non laissez moi, ce monde ne vaut plus la peine d’y vivre !

    • c’est une épidémie ? peut être l’as tu trop sur-vendu Sam 🙂 franchement je ne comprends pas, va y avoir du débat sur le comixity de ce mois !

  5. NEXTWAVE : Récompenses
    The Young Adult Library Services Association (YALSA)
    Eagle Award
    Favourite New Comicbook, 2007 (Award)
    Favourite Comics Villain, 2007, Dirk Anger (Award)
    Favourite Comics Cover Published During 2006 (nominée)

  6. Merci pour les reviews.

    Spider-man l’histoire d’une vie tu m’as convaincu. Je craignais que si on a lu peu de Spider-Man on soit perdu, mais apparemment tu as l’air de dire que la lecture reste agréable.

    Vision le pitch me tente, mais ce n’est pas un personnage pour lequel j’ai un affect. Bref je verrais ^^.

    • Bonjour,

      en effet, pour Spider-Man, cela peut se lire de manière complètement indépendante sans connaître la continuité, tout est auto-contenu.

      Concernant Vision, comme toi, je n’avais pas d’attrait personnel pour ce personnage, et c’est là la grande qualité du scénario de Tom King, de réussir à t’accrocher à la vie de Vision.
      En outre, pas besoin de connaître la continuité du perso, cela se lit également de manière indépendante de tout.

  7. Je viens de lire Vision et Life story ! Merci pour vos conseils car ce sont des diamants bruts. Je me suis régalé ! Je me remets au comics après une longue pause et vos podcasts ravivent au firmament ma passion pour les comics. PS : par contre je viens de lire farmhand et c’est mouif mouif et pour Nextwave je n’en ai pas un souvenir impérissable mais c’est sans doute car je n’ai aucun humour…

Répondre à Cédric Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.