Guide de lecture Comics VO : semaine du 05 février 2020

Edito : comme pour la VF, le mois de février commence très fort et je pense, va vite enterrer un mois de janvier assez terne. Beaucoup de projets très excitants un peu partout, alors que Boom et Image s’apprêtent à lancer de nouveaux titres, que DC va fêter quelques anniversaires. Mais j’attends surtout chez eux le lancement de the plunge, nouvelle série de Joe Hill associé à l’extraordinaire Stuart Immonen ! enfin, chez Marvel la relance de la franchise X-Men, se poursuit entre le retour du titre Wolverine, la rencontre X-Men/FF, ou encore le lancement de Giant size X-Men dont le premier numéro est dessiné par Russel Dauterman !!! on va manger beaucoup de mutants dans les semaines et mois qui viennent….ouaiiisss (il était temps !)

Sorties de la semaine : une belle grosse semaine donc :

  • chez DC, la suite de Joker/Harley criminal sanity et de Lois Lane !
  • chez Marvel, Captain America par Erik Larsen, du Daredevil, la reprise de Darth Vader par Greg Pak et le très attendu crossover entre les FF et les X-Men !

Émission de la semaine : une seule émission cette semaine, parce qu’on en a pas mal enchaîné ces derniers temps ! au programme, donc : 

  • jeudi, toujours à partir de 21h sur Mixlr, le Comixweekly qui reviendra sur les sorties VO et actus de la semaine !

DC COMICS

BATMAN #88

Prix : $3.99

Scénario : James Tynion IV 

Dessin : Guillem March 

Sollicitation : The conspiracy that will rock Batman’s world continues to unfold as the Dark Knight travels to Arkham Asylum to get answers from the Penguin ! What dark secret does he share with The Joker, the Riddler, and…Catwoman? Plus, the plague of assassins descending upon Gotham City in its weakest moments continues! Will this be the moment when Deathstroke finally takes down Batman?!

Avis : suite du run de James Tynion IV sur Batman qui pour l’instant n’impressionne guère. Ce n’est pas mauvais, mais on sent bien que l’on se trouve dans la phase préliminaire du machin et que l’auteur en est encore à poser les bases de son récit tout en essayant de proposer quelque chose d’un peu dynamique. Je comprends qu’il soit difficile de passer après autant de runs qui ont marqués l’histoire du titre, donc je vais laisser à l’auteur au moins le premier arc et peut être le second parce qu’il a l’air intéressant, avant de le descendre en flammes. 

Il est vrai que sur ses précédents titres, il lui avait également fallu quelques épisodes avant de faire chauffer son moteur. En général, à chaque fois il y avait un moment clé qui faisait tout basculer et montrait la vraie direction dans laquelle il voulait aller qui était en général passionnante. Là pour l’instant, cela reste très classique, il lui manque encore ce petit twist bien sadique qui va amener le titre vers d’autres hauteurs. 

J’espère cependant, qu’il va ne vas pas recourir à la technique désormais surannée, de :”je fais le tour de la galerie de vilains du héros pendant que je développe mon vrai antagoniste de l’arc dans le décor”. Cela a été un peu trop utilisé, notamment sur le titre Batman pour avoir encore quelque intérêt à ce stade. 

Verdict : Check it 

DAPHNE BYRNE #2

Prix : $3.99

Scénario :LAURA MARKS

Dessin : Kelley Jones 

Sollicitation : The spirit known as Brother has revealed himself to Daphne, and he wants only to help and protect her. But who, exactly, does Daphne need protection from? The cruelty of the other girls at school? Or the medium who seems to be taking her mother even further under her wing?

Avis : suite de l’une des dernières séries en date lancées dans le cadre du label de Joe Hill et l’une de celles qui m’a le moins intéressé au final, alors que tous les éléments de base auraient dû me plaire. Une histoire illustrée par Kelley Jones dans le New York de la fin du 19e siècle, avec une connotation horrifique, cela aurait dû me parler ! mais malheureusement, le scénario était assez poussif et la fin du premier épisode pas vraiment impressionnante. Il manquait clairement ce moment choc qui aurait dû donner envie de revenir le mois suivant. Là…je ne suis guère enthousiaste pour aller voir la suite. Peut être que l’autrice avait besoin de plusieurs épisodes pour poser son histoire ? je l’espère car pour l’instant son premier épisode était assez plat. 

Verdict : Check it 

JOKER HARLEY CRIMINAL SANITY #3

Prix : $5.99

Scénario :KAMI GARCIA

Dessin : MICO SUAYAN and MIKE MAYHEW

Sollicitation :  Harley Quinn follows the evidence—and it leads her to a dangerous conclusion: she might know the true identity of the serial killer she’s hunting. But as Harley digs deeper into The Joker’s past, he is watching her…and leaving a trail of bodies in his wake. Gotham City has never needed a hero more!

Avis : suite attendue de la mini série Joker/Harley criminal sanity. La mini série bénéficie vraiment d’une partie graphique sublime. Le style noir et blanc fonctionne vraiment bien avec le trait de Mico Suayan, mais surtout avec le ton noir et sombre de l’ensemble de la série qui pour l’instant, et comme je l’ai déjà dit, fonctionne vraiment comme un film de serial killer des années 90. 

Nous suivons ainsi la traque menée par le personnage de Harley, psy qui bosse pour la police de Gotham, d’un serial killer nommé le Joker. À part les noms, le titre n’a que peu de lien avec l’univers de Batman. Le reste est vraiment une enquête pure et dure, où l’on commence à compter pas mal de morts tués dans des circonstances de plus en plus horribles. 

Le suspense est très bien géré, alors que l’on explore dans le même temps le passé d’Harley et de ce qui semble être le passé du tueur. Réalité ou fausse piste de l’auteur pour nous égarer ? nous allons bien voir, mais pour l’instant cela fonctionne très bien et j’ai hâte de lire la suite. Décidément, les titres Black Label tentent des choses différentes qui fonctionnent !

Verdict :  Buy

JUSTICE LEAGUE #40

Prix : $3.99

Scénario : Robert Venditti 

Dessin :DOUG MAHNKE & JAIME MENDOZA

Sollicitation : The next chapter for comics’ premier superteam begins! An unexpected arrival from the stars brings a dire warning to the Justice League: A new breed of conquerors is on the march. Led by Superman’s nemesis Eradicator, a genetically engineered, super-powered strike team has come to subjugate Earth. To aid the Justice League, Batman makes the unprecedented decision of enlisting an ancient, unrivaled power, which calls into question who, exactly, is in charge. With the League on unsure footing, will they be ready to save the world?

Avis :  je cite avant tout cet épisode pour l’information, à savoir que ce numéro marque le début du run de Robert Venditti sur le titre Justice League suite à la conclusion du run de Snyder et Tynion IV sur la Justice League. On notera que dans le même temps, Tynion Iv a également quitté Justice League Dark, du coup les auteurs principaux qui avaient animés ce coin important de l’univers DC au cours des dernières années sont partis coup sur coup..

Et vu le remplaçant sur Justice League, j’ai un peu l’impression que l’on revient dans une phase où DC ne considère plus le titre comme aussi important. Je l’ai déjà dit, mais l’éditeur fonctionne par cycle sur le titre. À certaines périodes il est considéré comme crucial et se voit attribué les meilleurs auteurs de la maison et à d’autres…plus vraiment et on lui refile qui est disponible…

De fait, tout cela donne l’impression que Venditti est avant tout là pour occuper l’espace en attendant la prochaine relance par une équipe créative un peu plus ambitieuse. Et non, je ne dis pas cela parce que je n’aime pas le travail de cet auteur…en fait si, mais chut. 

Verdict : Check it ?

LOIS LANE #8

Prix : $3.99

Scénario : Greg Rucka 

Dessin : Mike Perkins 

Sollicitation : As the world comes to realize Lois Lane is also the wife of Superman and mother of Superboy, the DC Universe’s most acclaimed reporter finds herself hunted by a deadly assassin code-named the Kiss of Death. The only thing standing between Lois and execution is the Question, but can Renee Montoya stop the Kiss before she fulfills her contract?

Avis : après plusieurs épisodes à devoir gérer les retombées des événements mis en scène dans les titres Superman par Bendis, Greg Rucka a pu revenir à ses propres histoires dans le dernier numéro, et ce de manière assez musclée, alors que Lois fait de nouveau l’objet d’une tentative de meurtre, dans le seul but d’arrêter son enquête. 

Une enquête que Rucka a développé dans le décor général de son titre depuis l’épisode 1, mais qui enfin gagne un peu d’élan. Loin de moi l’idée de critiquer l’auteur qui a dû jongler avec les contraintes de la franchise, mais j’espère qu’il aura enfin l’espace pour écrire ce qu’il veut. 

Je critique d’autant moins l’auteur que je trouve qu’il a fait du très bon travail sur le titre jusque là. Sa caractérisation de Lois est juste géniale et la manière dont il a mis en scène jusque là son éthique personnelle, ses relations avec son mari et son fils et la manière dont elle mène sa vie de manière générale vraiment passionnante et fidèle à l’idée que l’on se fait d’elle. 

Verdict : Buy

YOUNG JUSTICE #13

Prix : $3.99

Scénario :BRIAN MICHAEL BENDIS and DAVID F. WALKER

Dessin :JOHN TIMMS and MIKE GRELL

Sollicitation : Another Wonder Comics extravaganza kicks off with Young Justice searching for Conner Kent as the teen Superboy find himself trapped in the mysterious world of Skartaris, the home of legendary DC character Warlord! Wonder Comics curator and Young Justice writer Brian Michael Bendis welcomes writer David F. Walker to the team alongside rising-star artist John Timms!

Avis : non, je ne suis pas tombé sur la tête et non, je ne vais pas tout d’un coup dire du bien de cette série écrite par Bendis que j’ai jusque là évité. Alors pourquoi l’évoquer ici ? Et bien pour deux raisons, la première est que Bendis récupère ici un co-scénariste en la personne de David F.Walker. Et par co-scénariste, je pense personnellement que Walker va reprendre l’écriture et que Bendis va juste prêter son nom…du moins je l’espère. 

La seconde raison est que cet épisode nous promet le retour de …Warlord et du monde de Skartaris !!! ouais ! …mais qu’est-ce que c’est et pourquoi ça m’attire ? Je vous rassure, je n’en sais pas beaucoup plus que vous. Mes connaissances se limitent à deux trucs. Le premier est un épisode très bon de Justice League unlimited qui mettait en scène tout ce petit monde, avec Supergirl, Stargirl et Green Lantern. 

Le second…est le compte twitter The Spinner rack. Pour ceux qui ne connaissent pas, ce compte présente chaque jour les couvertures de comics publiés entre les années 70 et 80 chez DC et Marvel. Et justement, j’ai vu de manière régulière des couvertures sublimes du début des années 80 de Warlord…et qui donnent sacrément envie. 

En outre, Steve a évoqué le titre dans une émission, car le veinard a pu lire des épisodes de Warlrod dans sa jeunesse et il m’a confirmé que c’était excellent. Du coup, je suis bien curieux d’aller dans ce monde à l’occasion de cet arc à condition que Bendis ne ruine pas le machin. 

Verdict : Check it 

IMAGE COMICS

AFTER REALM QUARTERLY #1

Prix : $5.99

Scénario : Michael Avon Oeming 

Dessin : Michael Avon Oeming, Shawn Lee, Taki Soma 

Sollicitation : From Eisner and Harvey Award-winning MICHAEL AVON OEMING, co-creator of Powers and The United States of Murder and writer of Thor: Ragnarok and Red Sonja, comes THE AFTER REALM, a new ongoing extra-length quarterly! In the aftermath of Ragnarok, Oona, an elven ranger, sets out into the post-apocalyptic chaos to discover the fate of the old gods. But first, she must fulfill an oath to a lost friend that could doom what’s left of the Nine Realms.

Avis : j’évoque rapidement cette série, essentiellement pour son auteur, le très bon Michael Avon Oeming qui revient cette semaine au creator owned après quelques temps passés sur la ligne Young Animal de Gerard Way. Et fidèle à ses habitudes, Oeming revient au genre et personnages qui lui plaisent, à savoir de la bonne grosse mythologie nordique qui tâche ! cela fait partie de ses amours personnels et comme j’aime beaucoup son travail en général, je suis bien tenté d’aller jeter un coup d’oeil. Vu le titre, chaque épisode sortira chaque quadrimestre (tous les 4 mois), mais dans un format plus gros, d’où le prix plus élevé. 

Verdict : Check it 

MARVEL COMICS

ANT-MAN #1

Prix : $3.99

Scénario : Zeb Wells 

Dessin : DYLAN BURNETT 

Sollicitation :  Scott Lang is back and doing better than ever ! Er, at least according to him, but his daughter, Stinger, and the anthill he’s living in say otherwise. Desperate to raise his daughter’s opinion of him, Scott takes a job from local beekeepers only to uncover a global conspiracy that could topple the world order! No time to call the Avengers, this sounds like a job for – ANT-MAN ?! Join the explosive creative team of Zeb Wells (NOVA) and Dylan Burnett (X-FORCE, COSMIC GHOST RIDER) as they take Ant-Man to all-new heights in this epic adventure!

Avis : tiens il y avait longtemps ! après la série régulière signée Nick Spencer sortie au moment du All New All Different Marvel en 2015/2016 si ma mémoire est bonne (ou après…mince, je ne sais plus, allez recherche et ah ah ! ma mémoire est juste c’était bien 2015/2016, je suis pas encore complètement gâteux ! yeahh…mais pourquoi je me souviens de trucs comme ça en plus ?), et après la mini série Ant-man signée Mark Waid sortie l’année dernière, Marvel accorde une nouvelle petite mini série au personnage d’Ant-Man.

Et…comment dire, je ne veux pas être méchant…mais on s’en fiche un peu ? le personnage n’a pas vraiment été mis en avant ces derniers temps dans une série majeure de l’éditeur, donc cela donne l’impression de sortir de nulle part. L’équipe créative n’est pas particulièrement prestigieuse, désolé Zeb Wells mais vous ne me vendez pas vraiment du rêve, et le pitch de la mini fait un peu réchauffé.  Je veux dire…le fait que Scott veuille que sa fille ait une bonne opinion de lui…c’est pas un peu le pitch de toutes les séries Ant-Man ? 

En outre, étant donné tout ce que Scott a fait pour ressusciter sa fille, y compris affronter Doom…il n’a à mon sens plus grand chose à prouver. Et c’est pour moi infantiliser Cassie que de la montrer comme dénigrant le père qui l’a littéralement ramené d’entre les morts ! Bref, tout cela fait que les chances de succès de cette mini, dans un marché déjà ultra saturé, ne sont pas grandes. 

Verdict : Check it 

CAPTAIN AMERICA THE END #1

Prix : $4.99

Scénario : Erik Larsen 

Dessin : Erik Larsen 

Sollicitation : THE FINAL CAPTAIN AMERICA STORY! Steve Rogers fights for survival in a post-apocalyptic wasteland populated by hordes of Red Skulls! Legendary writer/artist Erik Larsen returns to Marvel for an oversized last tale of Simon & Kirby’s American Hero!

Avis : nous poursuivons cette semaine les épisodes the end avec cette fois un numéro vraiment spécial puisque entièrement géré par Erik Larsen tant au scénario qu’au dessin, et ça JE VEUX !!! je sais que cela fait un moment qu’il faut que je me remette à Savage Dragon, ce que je finirai par faire, car j’adore le style graphique que Larsen a développé au fil des années. Dynamique, rappelant un peu/beaucoup/totalement l’énergie de Kirby mais avec sa propre approche. On sent toujours avec lui le vieux technicien, qui connaît tous les trucs pour améliorer visuellement une histoire et faire en sorte que le lecteur en ait pour son argent. Idem niveau histoire, voilà presque 30 ans (oui, nous sommes vieux) qu’il écrit Savage Dragon, donc là aussi le monsieur n’a plus rien à prouver. J’ai hâte de voir comment il voit la fin de Cap, mais en tout cas, je pense que l’on peut s’attendre à un bon gros hommage aux origines du personnage et à Kirby ….

Verdict : Buy !

DAREDEVIL #17

Prix : $3.99

Scénario :Chip Zdarsky 

Dessin : Jorge Fornes 

Sollicitation : TARGET: DAREDEVIL!

The war in Hell’s Kitchen builds as Owl takes his stab at Wilson Fisk, formerly the Kingpin of Crime – now Mayor of New York! Matt must come to terms with what Daredevil truly means. And he better do it soon, as a new and deadly foe makes a decisive return…

Avis : sans aucun doute l’une des sorties de la semaine, comme d’habitude depuis la reprise de la série par Chip Zdarsky, alors que l’auteur poursuit sa longue saga avec le personnage…qui va peut être un jour redevenir Daredevil ! et oui, car mine de rien, Matt a abandonné le costume dans l’épisode 5, cela fait donc 12 épisodes que nous suivons le personnage sans pour autant qu’il porte son costume et ..ce sans que cela représente un quelconque problème. 

Rendez vous compte, 12 épisodes sans le personnage éponyme, uniquement centré sur Matt…et nous avons là l’un des meilleurs runs sur le personnage depuis des années ! saluons tous la prouesse de Chip Zdarsky qui a refait de DD un des titres les plus passionnants, intéressants et surprenants chaque mois chez Marvel. Et cela va continuer avec cet épisode 17, alors que les différentes intrigues continuent d’être développées. 

On comprend donc que la guerre des gangs va se poursuivre, alors que The Owl s’attaque à un Fisk désormais très affaibli, alors que Matt doit lui décider de son prochain coup. Continuer son association avec Elektra, alors qu’il est clair que leur relation est redevenue aussi malsaine que par le passé et que la jeune femme a ses propres plans ? je ne pense pas, mais vu la propension de Matt à prendre les mauvaises décisions surtout quand une femme est impliquée…

Verdict : Buy !

MARAUDERS #7 

Prix : $3.99

Scénario : Gerry Duggan 

Dessin :Stefano Caselli, Edgar Delgado

Sollicitation : THE TREASURE OF ISLAND M!

As Verendi’s plans against Krakoa grow, the Marauders find themselves missing something vital… something that brings Storm and the White Queen to blows. Artist Stefano Caselli (AVENGERS, AMAZING SPIDER-MAN) joins the crew of the craziest X-series of them al!

Avis : non, je ne suis pas devenu dingue, et oui après Young Justice voici un titre sur lequel je n’étais guère clément et que je continue d’évoquer ! en fait…je n’ai même pas lu l’épisode 6 ! pour être plus précis je l’ai parcouru et…j’ai vu la fin. J’ai vu ce cliffanger de malade ! car oui, enfin, il s’est passé quelque chose dans la série Marauders !

Youhou sabrez le champagne ! appelez le Vatican pour faire reconnaître ce miracle des temps modernes, car non seulement il s’est passé quelque chose…mais il s’est passé quelque chose d’important ! avec une histoire et tout dedans ! oui, je sais j’y crois à moitié moi-même et je me contente de peu, mais tout de même, il fallait saluer l’exploit de Gerry Duggan qui m’avait fait presque lâcher un titre avec Kitty/Storm et BIshop dedans ! il faut être fort pour réussir un coup pareil !

En fait, l’épisode en question, même si je n’ai fait que le parcourir, m’a bien plus intéressé et attiré, car enfin, Duggan touchait à ce qui devrait être le coeur du bouquin : la lutte de pouvoirs au sein de la Hellfire company ! oh il devrait aussi y avoir des menaces extérieures, mais retrouver un Shaw intriguant et complotant contre Emma et Kitty, c’est cela qu’on veut ! alors ne vous perdez pas en route et gardez le cap, moussaillons !

Verdict : Buy (si si)

STAR WARS DARTH VADER #1

Prix : $3.99

Scénario : Greg Pak 

Dessin :RAFFAELE IENCO 

Sollicitation : “JOIN ME, AND TOGETHER, WE CAN RULE THE GALAXY AS FATHER AND SON!” THE TRAGEDY OF DARTH VADER CONTINUES!

In the shattering climax of The Empire Strikes Back, Darth Vader infamously reveals his true relationship to Luke Skywalker and invites his son to rule the galaxy at his side. But Luke refuses — plunging into the abyss beneath Cloud City rather than turn to the Dark Side. We all remember Luke’s utter horror in this life-altering moment. But what about Vader? In this new epic chapter in the Darth Vader saga, the dark lord grapples with Luke’s unthinkable refusal and embarks on a bloody mission of rage-filled revenge against everything and everyone who had a hand in hiding and corrupting his only son. But even as he uncovers the secrets of Luke’s origins, Vader must face shocking new challenges from his own dark past.

Writer Greg Pak and artist Raffaele Ienco unleash Darth Vader on his dark quest of vengeance and discovery this February! With covers by InHyuk Lee!

Avis : qu’est-ce qui fait que Darth Vader semble inspirer les auteurs ? Je dis ça car depuis la reprise de la franchise par Marvel, Vader enchaîne apparemment les bons runs ! j’ai adoré celui de Gillen, je n’ai pas lu celui de Soule, parce que je ne veux pas lire de Charles Soule, mais là aussi je n’en ai entendu que du bien en général (ce qui me donnerait presque envie de lire du Charles Soule, c’est dire !) et on dirait bien que Greg Pak est parti également pour satisfaire notre appétit de Vader !

Oh, je n’ai lu que les premières pages previews de l’épisode 1, mais d’ores et déjà j’étais absorbé par la narration de Pak et ce alors qu’il ne faisait rien de vraiment révolutionnaire. C’est presque comme si le personnage était tellement charismatique qu’il pouvait rendre au minimum attractif un peu n’importe quoi. Et je ne dis pas ça pour dénigrer Pak, car je sais que c’est un bon auteur et sa présence me donne envie de me remettre à une franchise que j’avais délaissé ces dernières années, mais il faut dire qu’une partie du boulot est déjà faite. 

Par contre, je dois dire que je connais pas du tout l’artiste. C’est dommage, car jusqu’ici,on avait eu droit à des dessinateurs d’un certain calibre et les pages previews n’étaient pas suffisantes pour se faire une opinion, donc cela va être une découverte. Ensuite, niveau histoire comme la reprise de Star Wars récemment, le titre s’intéresse à la période entre l’Empire contre attaque et le retour du jedi et comme je l’ai dit, je me demande s’il y a beaucoup à explorer ici. 

Verdict : Check it 

X-MEN FANTASTIC FOUR #1

Prix : $4.99

Scénario : Chip Zdarsky 

Dessin : Terry Dodson 

Sollicitation : ISSUE #1 – KRAKOA. Every mutant on Earth lives there … except for one. But now it’s time for FRANKLIN RICHARDS to come home.

It’s the X-MEN VS. the FANTASTIC FOUR and nothing will ever be the same.

Avis : enfin, pour achever cette chronique, on termine sur LE titre le plus attendu de la semaine, le truc que l’on attend tous avec impatience depuis son annonce, un nouveau petit crossover entre les X-Men et les Fantastic Four avec au centre des enjeux, le sort de Franklin Richards ! va-t-il rester avec sa famille biologique ou bien va-t-il rejoindre son autre famille génétique, les mutants sur Krakoa. 

Voilà une petite sous intrigue qu’Hickman avait posé dans son premier épisode d’House of X, au cours d’un échange ultra-tendu entre Scott et les FF qui est développée ici et qui est devenue d’autant plus excitante lorsque l’on a appris que c’était Chip Zdarsky qui allait tenir le scénario, le tout illustré par Terry Dodson, …et bien comment dire…OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !!!! oh oui, je veux ça, injectez le moi directement dans les veines !!! 

Bien évidemment, je ne m’attends pas à ce que cette mini série soit au niveau du premier FF/X-Men de Claremont dans les années 80, qui reste un petit chef d’oeuvre inégalé…mais la vache, cette nouvelle mini contient tous les ingrédients pour être une pépite. Un enjeu réel de conflit entre les deux équipes, un scénariste au sommet de sa forme qui est en plus un fan des FF et un artiste que nous aimons tous ! oui, et encore oui ! 

De fait, nous tenons sans aucun doute l’une des sorties de ce début d’année ! et une autre bonne bonne nouvelle ? vous pensez pouvoir en encaisser autant en même temps ? l’épisode 2 est également attendu ce mois-ci !!!

Verdict : BUYYYYYY !!!

A propos Sam 1943 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

3 Comments

  1. Bonjour Sam et Steeve,

    je me permets de rebondir sur cet article pour écrire mon premier commentaire sur le site. Je lis les guides de lecture VF et VO voilà plusieurs années et j’écoute en replay les ComixWeekly depuis un an maintenant.

    Je tenais à vous remercier pour tout ce travail, votre constance remarquable, votre qualité, votre bonne humeur lors des émissions, vos débats, et bien sûr vos coups de gueule.

    Je suis un grand fan du personnage de DD et je n’ai pas tout de suite accroché au run de Zdarsky. C’est en vous écoutant en débattre semaine après semaine que j’ai commencé à reconnaître des qualités au titre et surtout les intentions de l’auteur. Depuis, j’attends chaque mois le prochain numéro avec impatience, notamment le #17 mentionné dans cet article, qui m’a pour m’a part un peu déçu (l’impression de faire du surplace/de la redite).

    Bref, je souhaitais profiter de ce commentaire pour évoquer le cas « Bendis ». Un auteur contre lequel vous êtes souvent à charge, sûrement de manière justifiée, n’ayant pas lu ses récents titres (notamment Superman ou La légion que vous évoquez dans les émissions). Mais je voulais savoir, selon vous, ce qu’il s’est passé avec ce scénariste. En effet, dans le temps il écrivait quand même de sacrés bons titres : je suis en train de lire le 1er Omnibus de son run sur DD (reprint), mais je pourrais citer ALIAS, House of M, son début de run sur les Avengers ou bien celui sur Moon Knight.

    Y’a-t-il eu selon votre avis, un moment précis/un titre où Bendis a basculé et est devenu un « mauvais » auteur. Des automatismes ? Des redites à gogo ?

  2. Bonjour à toi Arnaud !
    et merci pour ton commentaire !

    ravi d’entendre que nous t’avons converti au DD Zdarsky ! sur le # 17, je te conseille te lui laisser le temps et tu verras qu’il se passe en fait beaucoup de choses très intéressantes.

    Concernant Bendis, voilà une excellente question.
    Je ne peux donner que mon avis et mon ressenti de vieux lecteur qui a commencé à le lire sur ses premiers travaux Mainstream (quand il a lancé Sam & Twitch chez McFarlane donc tu vois ça remonte !), puis son explosion au début des années 2000 et finalement son déclin.

    Un déclin créatif qui pour moi l’aura fait passer d’un Buy automatique dans les années 2000 sur tout ce qu’il faisait à un pass complet et préventif sur tout ce qui porte son nom actuellement. En général, je ne parle plus de ce qu’il produit car je l’évite,
    mon principal problème étant que je lui au redonné de nombreuses chances encore et encore pour être systématiques déçu. A un certain stade, peu importe combien j’ai aimé son travail, il vaut mieux arrêter et faire autre chose.

    Bendis est un auteur que j’ai vraiment aimé, son run sur USM, son run sur DD, ses débuts sur New Avengers, Powers, et j’en passe, la première partie des années 2000 est vraiment son âge d’or.

    Mais je peux te citer le moment exact où la désillusion a commencé sur son travail en ce qui me concerne, le moment où je me suis dis : ce n’est pas très bon. Ce moment ce fut Secret invasion # 2 !je peux te citer le numéro et même le moment tellement cela m’a marqué. Je m’en souviens car cela faisait un an maintenant que Bendis faisait monter en puissance son intrigue sur les Skrulls entre New avengers et mighty avengers. Un faire monter la pression qui s’est relachée dans le 1er épisode de Secret invasion qui était très bon, et puis le second fut un bon gros psshiiiiit alors que tout venait gentiment s’aplatir, alors que je comprenais qu’il n’avait au fond pas grand chose à raconter.

    Le moment pour moi : quand le dinosaure apparaît dans Secret Invasion et que tous les héros sont dispersés et que je me suis dis « oh non, s’il suit chaque petit groupe en particulier, c’est qu’il n’a rien à dire  » et c’est exactement ce qui s’est passé.

    Après le reste n’a été qu’une longue suite de déceptions : le début de Dark Reign et notamment le premier arc de Dark Avengers furent mes premières vraies déceptions de la part de cet auteur. Le reste de la série est bien, mais j’ai vraiment calé à ce moment.

    Le fait que j’ai sauté une grande partie de Dark Reign, alors que New Avengers ne faisait que tourner en rond avec ses affrontements avec the hood…En fait, quand je regarde ma bibliothèque…je me rends compte que pour moi les années 2007 à 2010 furent des années noires où j’ai arrêté beaucoup de séries Marvel parce que je ne m’y retrouvais plus.

    Quant à bendis ? passé le dark reign, nous avons eu le poussif et paresseux Siege, qui venait conclure plusieurs années d’intrigues de la manière la moins imaginative possible, alors que Marvel s’emprêssait de fermer une page pour passer à la suivante.

    La vraie cassure ensuite avec Bendis date de cette époque, et précisément du Heroic age, où l’on comprenait que l’auteur n’avait plus rien à dire sur les Avengers et ne restait que pour rendre service à Marvel car son nom sur les Avengers restait un gage de ventes.

    Sauf que la qualité de sa production n’a alors pas cessé de se dégrader en qualité. Tout était plus lourd, poussif, avec des intrigues qui n’allaient nulle part (qui se souvient de la Hammer wars !).

    Même le changement de franchise alors qu’il passait sur les X-Men n’a rien changé, car au final, on restait sur le même problème : peu de fond, ou quand il en avait mal exploité et aucune conclusion claire et bien réglée. La fin de son run sur les mutants étant une blague.

    Ensuite, il y a effectivement des causes à cela : le fait qu’il soit moins bon pour gérer des titres super-héroïques, des automatismes acquis au fil des années pour produire toujours plus. On n’écrit pas 6 à 8 séries par mois sans que cela ait des conséquences sur la qualité. Ses forces comme les dialogues devenant des faiblesses, car à force on a l’impression de toujours lire la même chose, quelque soit le personnage.

    A mon sens, ce n’est pas un mauvais auteur, mais il a clairement besoin de se remettre en cause, car il y a beaucoup de choses dans son style qui ne fonctionnement plus et ce depuis longtemps. Il faut notamment qu’il cesse d’écrire des dizaines de titres en même temps comme il le fait chez DC, qu’il pense mieux ses intrigues et passe plus de temps sur chaque script, car on sent qu’il cède souvent à la facilité pour respecter ses deadlines.

  3. Merci pour ce point de vue fort instructif et cette analyse du déclin de Bendis. En effet quand je m’étais mis à Marvel il y a quelques années déjà et que je « consommais » de manière boulimique cet univers qui me fascinait, j’avoue aujourd’hui que je ne garde pas grand souvenir de Secret Invasion et que je portais pas dans mon coeur Siege (encore moins Fear Itself). Même le Dark Reign, ils n’étaient pas allés assez au bout du concept malheureusement.

    PS : grâce à toi et aux conseils de l’émission je me suis lancé :
    – sur Stray Bullets : pépite de graphisme, de mise en scène, de personnages. Grand grand merci.
    – Le livre des martyrs tome 1 : malheureusement je n’ai pas du tout accroché et je n’irai pas plus loin : je ne me suis accroché à aucun personnage et c’est que je recherche avant tout dans une oeuvre. J’aurai quand même tenté l’expérience.

    J’ai bien Kingdom dans le viseur mais… le nombre de tomes parus/à paraître est inversement proportionnel à l’élasticité de mon portefeuille. J’attends l’omnibus VO de Thunderbolts qui devrait sortir cette année car je t’entends en dire du bien trop souvent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.