Guide de lecture Comics VO : semaine du 10 juin 2020

Edito : et c’est reparti pour une nouvelle semaine de sorties en VO un peu plus importante, alors que les éditeurs reprennent le chemin des comics-shops…du moins en apparence, puisque l’on sait par exemple que Marvel n’aura encore une fois aucun single à proposer la semaine prochaine. On voit donc que la machine est loin d’être revenue à un régime même en partie normal. Et vu les dernières informations tombées vendredi dernier…les choses pourraient ne jamais revenir à la “normale” en fait. 

Information de la semaine : DC rompt avec Diamond ! c’est la bombe qui est tombée vendredi dernier. Après 23 ans de contrat d’exclusivité avec Diamond, DC a annoncé qu’ils ne renouvelleront pas leur contrat de distribution et passeront désormais par un autre réseau. Cette information marque donc la fin du monopole que s’était bâti Diamond au cours des 20 dernières années. Comme tout changement brutal et important, c’est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle. 

Malgré tous ces défauts, nous connaissions le système Diamond. Et pour nombre de comics-shops, le monopole avait ses avantages : le fait de n’avoir qu’une seule grosse commande à faire par mois auprès d’un seul distributeur, ce qui facilitait les choses tout en réduisant les frais d’envoi,  ou encore la possibilité selon les niveaux de commandes d’avoir des réductions importantes. Ce système avait donc ses avantages. D’autant que certains comics-shops ont déjà annoncés que le nouveau système n’était pas à leur avantage dans le partage du prix. 

En effet, dans le système Diamond, environ 40 à 50% du prix du comic-book allait dans la poche du comic-shop. Avec ce nouveau système, cette marge qui souvent était à peine suffisante semble être inférieure, ce qui va faire du mal à pas mal de comics-shops qui ne pourront survivre. Ce qui va conduire certains soit à fermer boutique, soit à laisser tomber DC purement et simplement. Mais est-ce possible de se passer d’un des Big Two ainsi ? est-ce possible de dire à ses clients : non, pas possible de commander du Batman, soit le plus gros vendeur de l’industrie, désormais chez moi ? 

Par ailleurs, le nouveau réseau de distribution s’appuie en réalité sur deux importants comics-shops, ce qui veut dire que ceux qui passeront commande…passeront pour cela par un concurrent direct, qui connaîtra dès lors tout de leur fonctionnement intérieur. 

Et nous avons pu voir que la réponse de certains comics-shops ces derniers jours à destination de DC a été assez violente. Ce que je trouve ironique quand on sait que depuis des années, nombre de comics-shops se plaignaient de Diamond…

Ce que j’en pense ? qu’il est trop tôt pour vraiment se prononcer. Certains (Peter David) en tête pensent que ce choix a été fait pour mettre en difficulté Marvel ou tout simplement détruire le Direct Market…Honnêtement c’est tout à fait possible. Et je sais que ce que je vais dire est sacrilège, mais est-ce vraiment un mal ? non pas le fait de faire mal à Marvel ou aux autres éditeurs ou aux comics-shops, mais le fait de faire exploser le Direct Market ? 

Il est de notoriété publique que le Direct Market a sauvé les comics dans les années 80. Comme cela a souvent été indiqué, si les éditeurs de comics ont quitté les newstands (ou kiosques) dans les années 90, c’est tout simplement parce que l’on ne voulait pas d’eux depuis longtemps dans les étales et que les commerces faisaient tout pour arnaquer autant que possible les maisons d’éditions. C’était devenu un gouffre financier qui aurait fini par engloutir les comics sans l’émergence du direct market. 

Ce dernier a permis de sécuriser les bénéfices des maisons d’éditions, tout en étant la cause principale de l’explosion de l’offre. Si nous avons aujourd’hui la diversité que nous connaissons sur le marché des comics, c’est grâce à la spécialisation du marché apportée par le Direct Market. 

Mais dans le même temps, le prix à payer a été l’enfermement. Le marché de comics est devenu un marché de niche replié sur lui-même qui peine à renouveler son lectorat et qui concrètement quoiqu’on en dise ou pense stagne depuis 20 ans. Le marché comics américain écoule autant d’exemplaires qu’en 1999, aux alentours de 6M de copies par mois, lorsque le marché a atteint son point le plus bas. 

Ce qui a changé, c’est que le coût d’impression a baissé et dans le même temps les prix ont augmenté, ce qui a permis à tout le système de survivre. Mais nous voyons depuis un certain temps la limite à cette logique. Quel avenir possible quand ledit système encourage l’inflation ? les relaunchs à répétition ? les variants covers à foison ? comment attirer de nouveaux lecteurs quand chaque nouvel épisode est à 4$ voire plus ? “hé j’ai entendu parler de Detective comics 1000, j’aimerais bien l’acheter…quoi, c’est à 10$ !!!, non mais ça va pas, au revoir !”. 

Cela faisait un moment que nous sentions que quelque chose allait finir par péter…et bien, voilà, nous y sommes. La grande phase de transformation que nous attendions/craignions/espérions est arrivée. Il reste à voir qui va y survivre maintenant…

Sorties de la semaine : quelques petites pépites à se mettre sous la dent : 

  • chez Boom, la suite de Something is Killing the children !
  • chez DC Comics, beaucoup trop de Batman et la suite de Lois Lane !
  • chez Image, lancement de Adventureman par Fraction et les Dodson !
  • enfin chez Marvel, le retour de Daredevil par Zdarsky et Checchetto !

Émissions de la semaine : pas mal de choses cette semaine : 

  • mardi, un podcatch (le Comixity of the Future past sera la semaine prochaine) à partir de 21H sur Mixlr ! ;
  • mercredi, un nouveau Freaxity, où Steve et Laure parlent horreur !
  • et enfin, jeudi, un nouveau Comixweekly avec les quelques sorties VO disponibles , ainsi qu’un peu d’info, où nous reviendrons sur la bombe lâchée par DC  ! toujours à 21H sur Mixlr !

BOOM ! STUDIOS 

FAITHLESS II #1 

Prix : $3.99

Scénario : Brian Azzarelllo 

Dessin :Maria Llovet

Sollicitation : The best-selling erotic thriller returns from the acclaimed team of Brian Azzarello (Batman: Damned) and artist Maria Llovet (?Heartbeat) as Faith, and her lovers, Louis (a.k.a. The Devil) and Poppy (his daughter), bring  magic and chaos to the streets of Italy. Turin, known as the epicenter of black magic, is also a place of high fashion, art, and literature. Now, Faith is in the center of it all and with that, her own power grows. But any power comes with a price. Faith has only just begun to pay for hers. Curious about this blockbuster occult sex thriller? This is your new jumping-on point! Featuring the first of six connecting erotic variant covers by superstar Tula Lotay that are too explicit to show you in PREVIEWS!

Avis : suite inattendue du creator owned de Azzarello et Llovet dont les premiers épisodes étaient parus l’année dernière. Je n’ai pas lu la première mini et je dois dire que le sujet ne m’intéresse que modérément, mais ce qui m’amuse c’est que j’étais persuadé que la première série était beaucoup plus ancienne…À ce stade, est-ce que l’on peut considérer que 2020 compte double en termes de temps passé ? parce que 2019 a presque l’air d’appartenir à un autre siècle…

Sur le fond, comme je l’ai dit, mon intérêt est assez faible. Je n’ai jamais vu en Azzarello un auteur très porté sur la romance. Certes, il y a souvent du sexe dans ses intrigues plus adulte, mais en général pour porter un message de fond sur la maturité de l’histoire en général. Je vois que l’intrigue mélange romance et éléments surnaturels…mouais…je reste assez peu convaincu, surtout avec cet auteur qui en général met du temps à faire tourner son moteur. 

En outre soyons honnêtes, ces dernières années, les différents travaux d’Azzarello n’ont pas été grandioses. 

Verdict : Check it 

SOMETHING IS KILLING CHILDREN #7

Prix : $3.99

Scénario : James Tynion IV 

Dessin :Werther Dell’Edera

Sollicitation :  Erica Slaughter can never rest. The dust of Archer’s Peak has barely settled before the monster hunt takes her to a new town. And in Archer’s Peak, life will never be the same; James struggles to put his life back together, while Tommy begins to think of a life outside the town he was raised in.

Avis : ahhh début d’un nouvel arc pour le creator owned de James Tynion IV. Je ne vais pas revenir encore une fois sur le fait que j’adore absolument tout dans cette série…à part pour dire que je ne suis apparemment pas le seul, puisque le titre a été nominé pour un Eisner award ! une première pour le scénariste et une nomination franchement méritée, même si je ne pense pas qu’il gagnera vu la concurrence, mais il a quand même une petite chance. Et puis c’est amusant d’être en compétition avec une série de Scott Snyder ! qui était son prof et celui qui l’a amené chez DC ! 

En outre, l’autre bonne nouvelle est qu’Urban Link, la nouvelle collection d’Urban a confirmé l’arrivée du titre dans son catalogue en septembre prochain ! donc la VF sera là dans quelques mois. Cela m’étonne tout de même qu’il soit proposé dans cette collection, destinée à un lectorat de jeunes adultes, car le titre est plutôt adulte et assez sombre en général, avec une tendance claire vers l’horreur. Bon, je ne vais pas me plaindre de l’avoir dans une version plus économique, mais c’est quand même étrange. En tout cas, de bonnes nouvelles en cascade pour cette très bonne série !

Verdict : Buy

DC COMICS

BATMAN #92

Prix : $3.99

Scénario : James Tynion IV 

Dessin : Guillem March 

Sollicitation : The greatest heist in history is underway in Gotham City, courtesy of the mysterious crimemaster known as the Designer! Batman knows what he needs to do, but in order to stop the plot, he must first escape the most ingenious death trap the Riddler has ever devised!

Avis : alors que je chante les louanges de Tynion IV sur son creator owned plus haut avec Something is killing the children, je ne peux franchement pas dire beaucoup de bien de son travail sur Batman jusque là. Après plusieurs mois de pause, la publication du titre reprend et …on s’en fiche un peu ? Nous en arrivons à la partie 7 ou 8 de cette intrigue avec le Designer, et je suis toujours aussi peu investi dans ce qui est proposé. 

En fait, c’est même pire, je ne comprends même pas ce qui est proposé. J’apprécie le fait que Tynion IV ait voulu créer de nouveaux personnages, de nouveaux ennemis, qu’il ait établi un contexte riche…mais chaque épisode donne malgré tout l’impression de faire du surplace. J’ai vraiment le sentiment que l’on est presque au même point que dans le premier épisode. 

En outre, en quoi ce Designer est-il un adversaire aussi terrible ? on n’en sait rien, car il n’y a pas vraiment de menace clairement établie, où est le danger concrètement ? ce nouvel ennemi n’a pour l’instant rien fait, donc tout sens de la menace que veut établir l’auteur est neutralisé.  Le scénariste a passé tellement de temps à nous dire que ce nouvel ennemi était terrible qu’il a oublié de nous montrer comment et pourquoi. 

Bref, pour l’instant ce premier arc est une déception sévère. Au regard des autres productions de l’auteurs, on pouvait légitimement avoir des attentes élevées qui pour l’instant ne sont pas vraiment satisfaites. Je pense tout de même poursuivre, pour voir un peu ce que l’arc suivant, la Joker War, a dans le calbute…mais je n’ai guère d’espoirs dans la suite. 

Verdict : Check it 

BATMAN SECRET FILES #3

Prix : $4.99

Scénario : James Tynion IV, Vita Ayala, Mariko Tamaki, Dan Watters, Philip Kennedy Johnson

Dessin : Sumit Kumar, Andie Tong, Riley Rossmo, John Paul Leon, Victor Ibanez

Sollicitation : Spinning out of the pages of Batman! Discover the origins and motivations behind the cabal of assassins who have come to Gotham to stop Batman from enacting his plans to save the city-including Deathstroke, Cheshire, Merlyn, and the new threats of Mr. Teeth and Gunsmith. What brought this team together, and who is frightening enough to boss Deathstroke around? It’s five killer tales from five killer creative teams in this can’t-miss issue!

Avis : euhhhh…sérieusement DC ? vous êtes désespérés au point de nous sortir de nouveau un secret files ? tout ça pour avoir un peu plus de matos Batman sur les étales ce mois-ci ? et tout ça pour développer un point d’intrigue de la série Batman dont on se contrefout ? non mais honnêtement pourquoi une bande d’assassins se sont alliés dans la série Batman ? ben pour le pognon, non ? y a besoin de plus ? Déjà que j’ai du mal avec le travail de Tynion IV sur Batman, ce n’est pas vraiment pour aller lire un complément de toute évidence optionnel sur une sous intrigue à laquelle je n’aurai même pas penser sans cet épisode supplémentaire…Bon, heureusement, il n’est pas le seul auteur qui travaille sur ce one shot, et peut être qu’en testant d’autres scénaristes, DC trouvera quelqu’un qui aura une idée intéressante pour reprendre le titre Batman principal…

Verdict : Check it 

BATMAN THE ADVENTURES CONTINUE #1

Prix : $3.99

Scénario : Paul Dini & Alan Burnett 

Dessin : Ty Templeton 

Sollicitation : From the visionary producers of Batman: The Animated Series come all-new stories in this seminal animated world. In this opening chapter, Wayne Enterprises in Gotham City is attacked by a giant robot that steals an entire room from the laboratory. Who’s controlling the robot? How will Batman stop the mechanized menace? And what does it all have to do with Lex Luthor’s sudden appearance in Gotham?

Avis : voilà une bonne idée de la part de DC qui après avoir sorti cette nouvelle série en digital de manière exclusive accepte de la publier également en version physique. Bon, ce n’est pas vraiment une nouvelle série dans les faits, c’est avant tout une suite située dans l’univers de la série Batman : the animated series.

Vu le succès du cartoon au début des années 90, DC ne s’était pas privé pour en sortir un comic-book adapté, et certains auteurs avaient pu y faire leurs armes à l’époque. Sans doute pour satisfaire la nostalgie du lectorat, mais aussi parce qu’il est toujours bon de faire écrire du Batman par Paul Dini ? au passage, tiens redonnez lui Detective Comics à la place de Tomasi, cela me permettra de relire la série ? c’est une bonne idée ça !!!. 

Ces différents éléments et mon insatisfaction avec la franchise Batman en ce moment me donne bien envie de donner sa chance à ce qui me semble être une mini série. 

Verdict : Check it 

BATMANS GRAVE #7

Prix : $3.99

Scénario : Warren Ellis 

Dessin : Bryan Hitch 

Sollicitation : There’s a lunatic on the loose and a dead body inside a supposedly impregnable home. Members of the justice system are being murdered, and nobody knows what’s happening. Does the Batman have the single clue that’s the key to the whole nightmare?

Avis : et allez on continue avec un autre produit Batman…Outre ma propre sélection de titres qui les privilégie, il est incontestable que DC publie beaucoup et tout le temps du matos Batman…Bon, je ne m’en plains pas, surtout quand c’est pour faire de la place à une série signée Warren Ellis et Bryan Hitch…mais tout de même, il est triste que le reste du catalogue de la maison m’attire peu…et je ne pense pas être le seul à ressentir cela.

Bon, quand je dis signée Warren Ellis, je veux dire avant tout qu’il a une conversation de 20 min avec Hitch lui disant, “hé ce serait pas sympa une longue séquence de baston encore une fois dans cet épisode ? pas vrai Bryan ?”, ce a quoi l’artiste ne peut qu’agréer avant de se lancer. Ce n’est clairement pas la série Batman du siècle, Ellis est un peu en vacances et tout repose avant tout sur les talents de metteur en scène de Hitch qui s’en sort très bien.

Nous avons tout de même ce mélange enquête/action qui est très bien mené, et qui donne un petit charme au titre qui se lit avec plaisir. Cela fera au final un bon gros volume très appréciable à admirer au cours des longues soirées d’hiver. 

Verdict : Check it 

JOKER 80TH ANNIV 100 PAGE SUPER SPECT #1

Prix : $9.99

Scénario :  Brian Azzarello, Paul Dini, Dennis O’Neil, Scott Snyder, Tom Taylor, James Tynion IV, Others

Dessin : Rafael Albuquerque, Lee Bermejo, Simone Bianchi, Tony S. Daniel, Mikel Janin, Jock, Jose Luis Garcia-Lopez, Eduardo Risso, Riley Rossmo, Others 

Sollicitation : The Clown Prince of Crime celebrates 80 years of chaos! The Joker has been the greatest villain in comics since his debut and to celebrate we have a who’s who of comics’ finest talent giving the Harlequin of Hate the birthday roast he deserves. The stories feature a range of terror and anarchy, showing how the Joker has impacted Gotham City from the police to Arkham Asylum, from the local underworld to the Dark Knight and his allies! Make sure to RSVP to this birthday bash-you wouldn’t want to wake up with a Joker Fish on your doorstep, would you?

Avis : arrrggghhhhh, après Robin, Catwoman la semaine dernière, DC continue de fêter des anniversaires et cette fois c’est au tour du Joker…pffff…comme je l’ai déjà dit, ces épisodes de type anthologiques sont d’un intérêt plus qu’inégal, et sont en général totalement dispensables et à réserver aux fans absolus des personnages concernés. Il ne s’y passe rien d’important et n’est qu’un rassemblement de petites scènes qui rendent hommage à l’histoire (longue) du personnage concerné. Ah et c’est hors de prix bien évidemment…Bon, évidemment, il y a aussi les créateurs impliqués qui peuvent donner envie tout de même. Avoir des petites histoires sur le Joker signées Dini, Azzarello, Snyder ou Taylor, oui c’est intéressant, mais on peut rarement faire quelque chose de marquant en moins de 10 pages. Donc il ne faut vraiment s’attendre à grand chose. En général, je ne suis pas aussi dûr avec ces épisodes spéciaux, parce qu’ils sont assez rares, mais là j’ai vraiment l’impression que DC abuse de la formule pour gonfler de manière artificielle son chiffre d’affaires. 

Verdict : Bof

LOIS LANE #11

Prix : $3.99

Scénario : Greg Rucka 

Dessin : Mike Perkins 

Sollicitation : The braid begins to unravel as Lois, Renee Montoya, Midnight, and Sister Clarice all come together. Now the intrepid reporter must face the reporter’s dilemma-what truths to tell, and at what cost?

Avis : ah tiens…on dirait que j’ai manqué un épisode ! il faut dire que DC a recommencé à publier des choses bien avant les autres, avec notamment certains de leurs petits tirages pour tester leur nouveau réseau de distribution et la réponse du public et il me semble que le Lois Lane # 10 faisait partie des titres concernés. Bon, en même temps, ce n’est pas bien grave, puisque Rucka a lui même affirmé que ce n’était pas l’intrigue qui était importante dans cette série, mais simplement le fait qu’il écrive Lois…Et vu la manière dont le bouquin a été écrit jusque là, cela explique beaucoup de choses. Et maintenant que je le sais, je peux simplement lire le bouquin pour ce qu’il est, à savoir non pas vraiment une histoire, mais plus une exploration de personnage. Un personnage que Rucka adore et écrit très bien. À partir de là, cela rend tout plus simple, je ne vais pas être déçu à attendre quelque chose qui n’est pas là. 

Verdict : Check it 

IMAGE COMICS

ADVENTUREMAN #1

Prix : $3.99

Scénario : Matt Fraction 

Dessin : Terry & Rachel Dodson 

Sollicitation : SERIES PREMIERE! A CATACLYSMIC ADVENTURE DECADES IN THE MAKING!

In this WILDLY AFFORDABLE TRIPLE-LENGTH FIRST ISSUE, revisit how the legend of the greatest pulp hero of them all, ADVENTUREMAN, ended in a heartbreaking CLIFFHANGER with our hero facing execution at the vile hand of his ultra-nemesis BARON BIZARRE on the eve of the MACABRAPOCALYPSE…or did it?!? Eighty years after his apparent demise, single mother Claire and her Adventurefan son Tommy seem to be the only two people alive that remember the thrilling ADVENTUREMAN sagas…but from that memory burns THE SPARK OF RESURRECTION! WHERE HIS STORY ENDED…HER STORY BEGINS! This sense-obliterating, earth-shaking, imagination-quaking adventure that spans generations comes to you from MATT FRACTION (SEX CRIMINALS, Hawkeye) and TERRY & RACHEL DODSON (X-Men/Fantastic Four, RED ONE)!!!

Avis : ah là là, comme les choses ont changé ! dire qu’il y a encore quelques années, j’aurais fui ce titre comme la peste et qu’aujourd’hui ? je vais aller le découvrir avec grand plaisir ! et oui, Matt Fraction fut pendant longtemps une de mes bêtes noires, un auteur que j’évitais à tout prix et qui depuis quelques temps est remonté grandement dans mon estime. En fait, depuis son travail sur Jimmy Olsen. Bizarrement, ce n’était pas la première fois qu’il écrivait de la sorte, avec un ton plus détaché, plus dans l’hommage au second degré, mais c’est la première fois que j’ai vraiment réussi à l’apprécier à sa juste valeur. 

Du coup, ce nouveau creator owned où il retrouve les très bons Terry et Rachel Dodson, avec qui il avait travaillé sur Uncanny X-Men, me fait salement envie ! et je suis ravi de voir qu’un nouveau titre Image attise ainsi mon intérêt ! je sens ici l’hommage et la lettre d’amour aux comics-books d’aventures des années 30 mais aussi aux premiers super-héros qui s’en inspiraient fortement. Le tout dans un premier épisode apparemment bien épais, puisqu’on nous promet un épisode triple pour le prix d’un épisode normal ???

Donc du coup, niveau scénario, cela s’annonce délicieux, riche et un poil délirant, et niveau visuel, cela s’annonce magnifique !

Verdict : Buy !

MARVEL COMICS

DAREDEVIL #20

Prix : $3.99

Scénario : Chip Zdarsky 

Dessin : Marco Checchetto 

Sollicitation : The streets of Hell’s Kitchen are burning as all hell breaks loose.

In the chaos, Matt must discover what it means to be DAREDEVIL.

Avis : ENFIINNNNNNNNNNNNNNNN !!!! hé bé mon grand, tu te seras fait attendre ! 3 mois que l’on attendait cet épisode ! 3 mois depuis ce superbe cliffanguer de l’épisode 19 qui nous laissait sur des charbons ardents alors que Chip Zdarsky s’apprêtait à achever son premier grand arc, sa première grande histoire sur DD. Et oui, pour ceux qui auraient oubliés, alors qu’une armée de super-vilains attaque Hell’s Kitchen…Matt décidait de reprendre le flambeau et de se battre pour les habitants !

Oh, cela faisait un moment qu’il en avait pris le chemin, mais là, les circonstances ne lui laissent plus vraiment le choix. Il doit faire face au fait qu’il n’avait jamais vraiment abandonné et qu’il ne peut abandonner. Le costume est un symbole, à lui d’en être à la hauteur. Mais cela ne peut se faire de manière gratuite. Si Zdarsky réussit son atterrissage, il faut que Matt en tire des leçons pour réellement faire les choses différemment !

Mais ce n’est même pas le plus gros événement attendu, car nous savons que derrière, il y a un annual intitulé …One more day…et comment dire…Merci pour le troll Chip, mais fais attention à toi ? parce que tu sais, nous restons tous traumatisés par ce titre et ce qu’il nous rappelle. Et par là, je veux dire que nous avons tous enfermés cette histoire aux fonds de nos mémoires derrière une porte triplement blindée pour ne pas revivre le traumatisme…

Donc, nous y sommes enfin, plus que quelques heures à attendre et nous saurons comment l’auteur va relier toutes ses intrigues ensemble. Nous saurons si le travail de Zdarsky passera du rang de très bon run, à celui de quasi historique. 

Verdict : Buy !

A propos Sam 1954 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

4 Comments

  1. Salut !

    J’ai adoré Adventureman ! Une intro en forme d’hommage aux pulps, puis une mise en place d’un polar fantastique avec une héroïne peu commune, illustré par un Dodson en méga forme !
    Gros coup de coeur !

    Something is killing the children et Daredevil toujours très bons.

    Mais alors Joker 80th, la vaste blague, encore…A part l’histoire de Tom Taylor et Eduardo Risso que j’ai trouvée plutôt bonne, le reste est sans intérêt. Restent de belles patries graphiques, notamment Lee Bermejo dans un style rétro qui fonctionne bien. Encore une belle couillonnade, ce numéro anniversaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.