Guide de lecture Comics VF : semaine du 02 décembre 2020

Edito : ou encore une semaine qui va faire très mal. Alors que nos librairies adorées sont de nouveau ouvertes et que nous pouvons retourner flâner (dans le respect des mesures de sécurité) entre les rayons et non seulement commander sur les sites ouverts par nos libraires, certains éditeurs se sont engouffrés dans la brèche tandis que d’autres…ont décidé d’attendre l’année prochaine. 

D’un côté nous avons donc Panini qui sort tout son programme de fin d’année comme si de rien n’était…et heureusement, car il y a beaucoup de très bonnes choses très attendues chez eux. De l’autre, de gros éditeurs comme Delcourt et Urban ont soit tout repoussé à l’année prochaine soit ont sorti leurs titres importants la semaine dernière avant de partir en vacances. 

C’est une approche assez étrange, car du coup…Panini a un énorme boulevard pour la fin de l’année. Vous voulez des nouveautés comics ? y a plus qu’eux ! Et ce à un moment où je pense,  pas mal de gens veulent justement lire ! Tiens en parlant de Panini, ce n’est tout rose chez eux :

Info de la semaine : encore des reports, même si cela tient moins à des problèmes techniques qu’à des impératifs de politique éditoriale transmédia. 

REPORTS ! Les titres Wanda/Vision prévus initialement en novembre-décembre sont décalés à mi-janvier en même temps que la série sur Disney+ tandis que Deadpool T1, annoncé le 25 novembre, est repoussé de (on l’espère) une petite semaine (mais pour le moment, on attend encore confirmation de la possibilité de sortir des titres le 2 décembre).

La liste complète :

A priori pour le 13 janvier :

* BEST OF MARVEL : LA VISION & LA SORCIERE ROUGE

* MARVEL-VERSE : WANDA & VISION

* MARVEL DELUXE : WANDA – LA SORCIERE ROUGE

* Les ressorties des MARVEL DELUXE : HOUSE OF M et LA VISION

Sorties de la semaine : beaucoup de très très bonnes choses chez Panini cette semaine : 

  • l’arrivée des titres TKO avec Sara de Garth Ennis et Sentient de Jeff Lemire et Gabriel Hernandez Walta !
  • côté Deluxe, le run de Remender sur Venom est enfin réédité dans un écrin à sa hauteur !
  • côté Intégrales, début de la seconde série consacrée au Silver Surfer ! Mais aussi la suite du Conan de Roy Thomas et John Buscema !
  • enfin, le second tome de Die toujours par Kieron Gillen et Stéphanie Hans !

Émissions de la semaine : trois émissions au programme cette semaine, enregistrées toujours en direct sur notre chaîne You Tube et sur notre Discord que je vous invite à rejoindre également, car nous avons petite communauté qui se développe où nous parlons de toutes nos geekeries du moment :

  • mercredi, un nouveau Freaxity, toujours avec Steve et Laure qui nous parlent horreur ;
  • jeudi, un nouveau Comixweekly, où nous parlerons des sorties VO de la semaine et infos s’il y en a !
  • enfin, vendredi, le retour du Comixity ! où nous traiterons des nombreuses, très nombreuses sorties de ces dernières semaines, mais aussi de Tomb Of Dracula, sorti en omnibus en octobre et que nous n’avions pas eu le temps de traiter jusque là, parce que vous savez …il fallait arriver au bout de ses 800 pages !

PANINI COMICS

AVENGERS : L’INTÉGRALE 1981-1982

Date de sortie : 02 décembre  2020

Prix : 35,00 €, 384 pages

Scénario : Michelinie, Shooter, Claremont, 

Dessin :Colan, Golden

Episodes : US Avengers (1963) 203-216, Annual 10, précédemment publiés dans JE SUIS CAPTAIN MARVEL, NOUS SOMMES LES AVENGERS, JE SUIS ANT-MAN, Les Vengeurs 13-14 et inédits)

Sollicitation : Marvel Classic, 

Près de 400 pages de BD ! Une équipe atypique d’Avengers, incluant la Vision et la Sorcière Rouge, Wonder Man et le Fauve, Captain America et Thor, affronte Griffe Jaune, Ghost Rider ou encore l’Homme-Molécule… et font le procès de Hank Pym! Avec de nombreux inédits !! Avec de nombreux inédits !

Avis : grosse intégrale pour les Avengers, puisque Panini nous présente un tome de presque 400 pages et contenant presque 15 épisodes, en comptant l’annual. Cependant d’après ce que j’ai compris…le contenu ressemble beaucoup à des montagnes russes. Après le fiasco de l’épisode 200, et le sort assez mal géré de Miss Marvel, les épisodes qui ont suivi n’ont apparemment pas fait partie des grandes périodes de la série.

Entre le départ de David Micheline et la reprise presque en catastrophe du scénario par l’éditeur en chef en personne, à savoir Jim Shooter, qui je pense s’est avant tout concentré sur le fait que le bouquin paraisse à l’heure, sans avoir le temps pour réellement concocter quelque chose de solide, les conditions en coulisse n’étaient alors pas réunies pour donner aux Avengers des histoires à la hauteur. 

D’après ce que j’ai compris les épisodes 201 à 210 sont …passables avec quelques fulgurances ensuite, comme le procès de Hank Pym par les Avengers. Mais il faudra vraiment attendre le prochain tome pour que la série revienne sur les rails avec l’arrivée de Roger Stern au scénario. 

Et je peux vous dire que j’ai hâte ! Au début des années 80, Stern est passé sur pas mal de  grandes franchises de l’éditeur et y a laissé sa marque, notamment sur Amazing Spider-Man ou Captain America (que j’ai aussi hâte de découvrir). 

Le seul véritable joyaux de cette intégrale est l’annual (pour une fois un annual est plus important que la série régulière) écrit par Chris Claremont et dessiné par le légendaire Michael Golden, et qui venait rendre justice à Carol Danvers en redressant certains des torts faits par l’épisode 200. L’épisode conserve une réputation assez incroyable presque 40 ans après…

Du coup, une intégrale au contenu très mitigé entre des épisodes de la série régulière dont la qualité fait du yoyo et l’annual qui est un vrai classique. Je me demande si ce n’est pas ce contenu assez décevant qui a incité Panini à bourrer ce tome, pour arriver aussi vite que possible au run de Roger Stern. 

Verdict : à lire

À lire avant : rien 

DARK AVENGERS 1

Date de sortie : 02 décembre  2020

Prix : 32,00 €, 304 pages

Scénario : Bendis,

Dessin : Deodato Jr

Episodes : US Secret Invasion: Dark Reign, Dark Reign: New Nation (I), Dark Avengers 1-7, Dark Avengers/Uncanny X-Men: Utopia, Uncanny X-Men (1963) 513-514, nouvelle édition)

Sollicitation : Marvel Deluxe, 

Suite aux événements de Secret Invasion, Norman Osborn devient chef de la sécurité aux États-Unis et crée sa propre équipe d’Avengers! Qui sont les héros (et les vilains) qui se cachent derrière les costumes reconnaissables des héros les plus emblématiques ? Voici les Dark Avengers !

Avis : réimpression du premier tome de Dark Avengers, avec d’après ce que j’ai compris quelques modifications sur le contenu. Le volume comprend en effet la première moitié de la série (qui compte 16 épisodes) + les épisodes de Uncanny X-Men qui traitaient le mini crossover Utopia, où Osborn et son équipe s’attaquent à la “question mutante” avec toute la délicatesse et subtilité que nous leur connaissons. 

Je garde un souvenir très mitigé de cette première partie de la série. Je me souviens même que c’était, alors,  la première fois que j’étais vraiment déçu par du Bendis. À l’époque, il faisait encore partie des scénaristes dont je suivais les bouquins avec une fidélité absolue car j’y trouvais toujours mon compte. J’avais cependant trouvé le premier arc vraiment bancal, notamment parce que la résolution du conflit entre Doom et Morgan le Fay, avec l’intervention des Dark Avengers était assez facile. 

Ce n’est vraiment que dans les épisodes ultérieurs que j’ai commencé à apprécier le titre, qui demeure sans doute l’un des plus réussis de l’auteur chez Marvel. Sans doute pas du niveau de son DD tout de même, mais c’était une voie très différente pour les Avengers et l’exploration de personnages que mène Bendis est assez fascinante. Même si admettons le, il ne fait que piller ce que Warren Ellis avait fait avant lui. 

Mais il gérait bien la lente descente d’Osborn dans la folie tandis que son équipe explosait sous ses yeux, entre Moonstone couchant avec tout le monde pour se faire des alliés, des psychopathes incontrôlables avec Bullseye et Venom…et bien sûr le cas Sentry ! Même si la manière dont son cas fut géré à la fin fut très décevante, le voyage était beaucoup plus intéressant que la destination dans le cas présent !

La série est en outre un élément important en termes de continuité, car cela a donné une autre dimension au personnage d’Osborn, jusque-là vu uniquement comme un ennemi de Spidey et qui devenait à cette occasion un des grands méchants de l’univers Marvel. 

Verdict : à lire. 

À lire avant : Les 3 premières années de Bendis sur New Avengers, Thunderbolts par Ellis et Deodato Jr (qui sert de base) et Secret Invasion. 

SILVER SURFER, L’INTEGRALE 1966-1968

Date de sortie : 02 décembre  2020

Prix : 35,00 €, 320 pages

Scénario :  Lee, Kirby, 

Dessin :Buscema

Episodes : US Fantastic Four (1961) 48-50 et Annual 5 et Silver Surfer (1968) 1-6, publiés précédemment dans les albums MARVEL OMNIBUS : SILVER SURFER et MARVEL CLASSIC : LES QUATRES FANTASTIQUES L’INTEGRALE 1966)

Sollicitation : Marvel Classic, 

Le Silver Surfer vole désormais dans sa propre intégrale ! Retrouvez la première apparition du héraut de Galactus dans les pages de Fantastic Four puis ses aventures en solo. Le Silver Surfer est l’un des personnages fétiches de Stan Lee. Après sa première apparition, réputée comme l’un des arcs fondateurs des comics modernes et signé par Jack Kirby, il vole en solo dans des épisodes illustrés par John Buscema.

Avis : je dois dire que je suis très surpris par cette réimpression, car cela signifie que cette intégrale était déjà en rupture de stock. Et c’est très étonnant étant donné que la première édition est sortie de mémoire l’année dernière. Moins d’un an pour tomber en rupture de stock, c’est réellement impressionnant pour une intégrale. Ce qui montre à la fois l’intérêt pour la gamme des intégrales et à la fois aussi combien ce run était attendu par de nombreux fans.

Il faut dire que cette première série sur le Surfer menée par Stan Lee et John Buscema reste assez légendaire, notamment la première partie du titre, présentée ici,  qui contient certains des meilleurs épisodes dessinés par Buscema au cours de sa carrière. Donc pour tous ceux, comme moi, qui avaient raté la première impression, voici une chance de se rattraper. 

Verdict : à posséder – parmi les runs classiques

À lire avant : rien – d’autant que Panini reprend dans ce tome, les épisodes de FF où le Surfer apparaît pour la première fois. 

SILVER SURFER : L’INTÉGRALE 1980-1988

Date de sortie : 02 décembre  2020

Prix :  35,00 €, 320 pages

Scénario : Englehart, Byrne, 

Dessin :Rogers

Episodes : US Epic Illustrated 1, Silver Surfer (1982) 1 et Silver Surfer (1987) 1-10, précédemment publiés dans Epic 2, Top BD 8 et Nova 119-129)

Sollicitation : Marvel Classic,

Le Silver Surfer s’est fait discret dans l’univers Marvel au cours des années 80, à l’exception d’une magnifique saga de 82 opposant le héraut de Galactus à Méphisto, signée John Byrne. Vous retrouverez ici, surtout, les dix premiers numéros de la série de 1987, qui fera date.

Avis : après la réimpression du début de la première série dédiée au Surfer, Panini s’attaque au début de la seconde série lancée à la fin des années 80 ! Une initiative appréciée d’autant que l’éditeur respecte vraiment l’idée d’intégrale sur une série, en publiant notamment ici un one shot spécial signé John Byrne sur le Surfer. Je me demande si c’est à lire en parallèle de son travail sur les FF produits à la même époque…Etant donné que l’épisode fut publié dans Epic Illustrated, je pense que c’est assez détaché. 

Au delà concernant la seconde série du Surfer, ce fut aussi la plus longue car lancée en 87, elle dura jusqu’à la fin des années 90 avec 146 épisodes au compteur et des runs assez célèbres avec des scénaristes comme Jim Starlin, J.M.Dematteis ou encore et bien sûr Ron Marz qui signa le run le plus long sur le titre. Malheureusement je ne peux vous dire ce que valent les débuts de cette série, car je n’ai lu que quelques épisodes (période Dematteis)…

Verdict : à lire 

À lire avant : rien – début de la seconde série sur le Surfer !

SPIDER-GEDDON

Date de sortie : 02 décembre  2020

Prix : 30,00 €, 232 pages

Scénario :  Gage, Slott, 

Dessin :Molina, Barberi

Episodes :  Spider-Geddon 0-5 et Vault of Spiders 1-2, précédemment publiés dans SPIDER-MAN : SPIDER-GEDDON 1-3)

Sollicitation : Marvel Deluxe, 

Nouvelle plongée dans le Spider-Verse imaginé par Dan Slott et rendu célèbre par le film Spider-Man : New Generation ! Les Héritiers sont de retour, et ils veulent leur revanche sur les nombreuses versions de Spider-Man qui peuplent le multivers. Et si vous pensiez avoir vu toutes les versions possibles et imaginables du Tisseur, vous vous trompez !

Avis : pas d’avis, je signale juste la réédition en deluxe de ce mini event assez isolé et avant tout destiné à ceux qui ont aimé Spider-Verse. Par contre, si vous êtes fans de la Spider-Girl de Tom Defalco et Oliffe et Frenz, la fin de cet event vous fera très plaisir. 

Verdict : pour les complétistes

À lire avant : Spider-verse de Slott (version comics, le film n’a pas grand chose à voir)

VENOM 1

Date de sortie :02 décembre  2020

Prix : 32,00 €, 304 pages

Scénario :  Slott, Remender, 

Dessin :Moore, Fowler

Episodes : US Amazing Spider-Man (1963) 654 (II), 654.1 et Venom (2011) 1-12, précédemment publiés dans MARVEL DARK : AGENT VENOM 1-2 et SPIDER-MAN 143-144)

Sollicitation : Marvel Deluxe, 

Flash Thompson est le nouveau Venom ! Mais chaque fois qu’il se lie au symbiote, s’il retrouve l’usage de ses jambes, il risque aussi de plus en plus de se faire dévorer par la personnalité du terrible extraterrestre. Avec des épisodes liés à Spider-Island !

Avis : ahhh voilà une réédition en deluxe que j’attendais avec une grande impatience ! en effet pour ceux qui s’en souviennent, Panini avait déjà réédité les épisodes de la série Agent Venom en 100%…et j’avais décidé de faire l’impasse quand j’avais vu le prix demandé pour seulement les quatre premiers épisodes dans le premier tome…Depuis, j’attendais une réédition dans un format…bizarrement plus économique…Cela en dit long en passant quand on réalise que la collection dite deluxe est plus économique que suivre les 100%. Méditons sur ce que cela dit de la politique tarifaire de Panini…

Outre cette problématique, sur le fond, j’attendais beaucoup cette réédition, car je n’ai jamais lu ce run, alors que …ben c’est du Remender ! Et en général, même si je vois et connais les limites de cet auteur, j’apprécie beaucoup ce qu’il fait et j’essaye de lire un peu toute sa production. Or il y a quelques trous dans ma collection concernant sa période chez Marvel, notamment son Agent Venom (ou encore son Frankencastle, qui je crois n’a jamais été réédité). Or jusqu’à récemment, c’était encore considéré comme le meilleur run sur le personnage de Venom !

Si le travail de Cates et Stegman sur l’actuelle série Venom est désormais considéré comme la référence, le run de Remender n’est pas très loin derrière, à tel point que Cates lui-même a rendu hommage à Flash Thompson dans la série actuelle et au travers de cette scène, au run de Remender qu’il a clairement beaucoup apprécié, même s’il est allé dans une direction complètement différente. Du coup, je sens que cette réédition en deluxe va aller rejoindre le run de Cates dans mes bibliothèques. Va d’ailleurs falloir que je commence à ranger cette section car assez étrangement je commence à avoir pas mal de matos Venom…

Verdict : à posséder 

À lire avant : rien – d’autant que Panini a la bonne idée de rééditer ici les épisodes d’Amazing Spider-Man qui introduisait justement le concept de ce nouveau Venom. 

DEADPOOL 1 

Date de sortie :02 décembre 2020

Prix : 18,00 € , 144 pages

Scénario :  Thompson, 

Dessin :Bachalo, Sandoval, Libranda 

Episodes : US Deadpool (2019) 1-5, inédits)

Sollicitation : 100% Marvel,Les monstres de l’Univers Marvel se sont installés au large de New York, sur Staten Island, et ont fait de Deadpool leur roi ! Le Mercenaire Disert va devoir gérer ses nouvelles responsabilités et affronter bien des ennuis… dont Captain America, Elsa Bloodstone et Kraven! 

Avis : pas d’avis, je signale juste la sortie. N’étant pas un grand fan de Deadpool, je n’ai pas suivi le dernier relaunch en date de la série pilotée par Kelly Thompson. J’aurais bien craqué en raison de la présence de Chris Bachalo, malheureusement l’artiste n’est resté sur le titre que quelques épisodes…Au delà, vous avez pu, tous noter la réduction assez importante de projets autour de Deadpool, à tel point que Panini a décidé d’arrêter le mag dédié au personnage et de basculer la seule série en cours en librairie…Nous sommes sans doute dans une période un peu creuse pour le personnage après 10 années de surexploitation. 

Verdict : pour les fans de Deadpool. 

À lire avant : rien – nouveau départ pour le personnage. 

CONAN LE BARBARE : L’INTÉGRALE 1973 

Date de sortie : 02 décembre  2020

Prix : 30,00 € , 192 pages

Scénario : Thomas, 

Dessin :Buscema

Episodes : US Conan the Barbarian (1970) 25-33, précédemment publiés dans Conan : L’Intégrale (Soleil) 4 et Conan (Comics Pocket) 4-6)

Sollicitation : Alors que Conan fait désormais partie intégrante de l’univers Marvel, nous poursuivons la réédition de grands classiques du célèbre barbare. Des épisodes historiques qui n’ont jamais été réédités depuis les années 70 et réalisés par un tandem de légende.

Avis : ah mon gentil problème récurrent revient me voir cette semaine, avec ce nouveau tome de l’intégrale Conan toujours hors de prix par rapport au nombre de pages présenté. Certes le prix des intégrales a baissé et Panini a adapté sa grille tarifaire selon le nombre de pages…mais il y a encore quelques euros en trop à mon goût, surtout pour ces tomes de moins de 200 pages. Surtout pour une réédition de vieux matériel…mais je me mens à moi même car je sais que je vais craquer et me prendre ce tome tout de même. 

En effet, dans un instant de faiblesse j’ai pris le précédent tome (que j’avais abordé dans un Comixity)…et j’avais adoré. Moi qui jusque-là n’avait jamais vraiment montré d’intérêt pour le personnage et avait commencé à vraiment l’apprécier grâce au run récent de Jason Aaron (d’où mon moment de faiblesse évoqué plus haut)…me voyait complètement craquer. Le run de Roy Thomas restant la référence après toutes ces années pour de bonnes raisons…et surtout avec les derniers épisodes dessinés par l’incroyable, Barry Windsor Smith…

Et puis, on avait la première apparition de Red Sonja. Non, entre nous comment étais-je censé résister ? c’était un piège, j’en suis sûr. Et me voilà donc quelques mois après, prêt à payer un prix exorbitant pour la suite, avec la suite du run de Thomas…rejoint ici par le légendaire John Buscema. Le début d’une collaboration qui a écrit les grandes heures de la série ! Non, non j’en suis certain, désormais c’était un piège élaboré avant même ma naissance pour me faire tomber. 

Verdict : à posséder même si c’est hors de prix. 

À lire avant : le grand avantage c’est qu’on peut commencer un peu quand on veut. Le grand défaut est qu’on devient très vite accro. 

DIE 2

Date de sortie : 02 décembre  2020

Prix : 20,00 €, 160 pages

Scénario : Gillen, 

Dessin :Hans

Episodes :  US Die 6-10, inédits

Sollicitation : Best of Fusion, 

Entre Jumanji et Ça de Stephen King, voici la suite des aventures de ces rôlistes, avalés par leur propre jeu. Les voici confrontés aux erreurs qu’ils ont faites étant enfants, celles qui les ont poursuivis dans leurs vies d’adulte. Le tome 1 reste disponible au prix de lancement de 10 euros jusqu’au 31 décembre !

Avis : ouch, une suite qui fait mal au portefeuille. Après un premier tome proposé au prix très intéressant de 10€ pour le premier arc, Panini retombe dans ses travers habituels en proposant le tome 2 selon sa nouvelle grille tarifaire complètement inabordable. Alors je ne vais pas vous mentir, en ce qui me concerne je suis allé m’acheter le TPB VO pour lire ces épisodes. Bien plus économique ! 

Au delà, sur le fond, j’ai beaucoup aimé ce second arc que j’ai même trouvé meilleur que le premier. Le scénario de Gillen rebondit bien sur le gros cliffanguer de la fin du premier arc. Les personnages sont séparés, voire opposés, et chacun va chercher à se trouver des alliés dans ce monde pour poursuivre ses propres objectifs. On découvre autant ce monde qui obéit à des règles encore étranges que les personnages eux-mêmes au fil des épisodes. 

En effet, dans chaque épisode, Gillen se concentre sur un personnage en particulier, développe un peu plus son passé, sa caractérisation et dans le même temps fait bien avancer l’histoire générale, avec quelques coups de théâtre ici ou là. J’ai vraiment l’impression que le scénariste aime brouiller les pistes sur la manière dont les choses vont évoluer. 

Un peu comme une vraie partie de D & D où l’histoire évolue selon les choix des participants et peut donc aller dans n’importe quelle direction sans obéir à un schéma vraiment préétabli. Et encore une fois, le travail de Stéphanie Hans sur la partie graphique reste sublime. Elle donne vraiment vie à ce monde, l’enrichit dans chaque épisode et on la sent de plus en plus à l’aise dans la représentation des personnages. 

Bref, une vraie réussite qui ne fait que s’améliorer d’épisode en épisode et encore une fois s’achève sur un changement de statut quo complètement inattendu !

Verdict : à posséder !

À lire avant : le tome 1

DOCTEUR APHRA 6 

Date de sortie : 02 décembre  2020

Prix :  17,00 € , 112 pages

Scénario : Spurrier, 

Dessin :Santos, Broccardo 

Episodes : US Doctor Aphra 32-36, précédemment publiés dans STAR WARS (2020) 4-6)

Sollicitation : 100% Star Wars, Avant-dernier tome de la saga de la dynamique antihéroïne. Le Docteur Aphra a surmonté bien des périls, souvent de justesse, mais cela ne semble pas lui avoir servi de leçon, puisqu’elle attire à la fois l’attention de l’Empire et des Rebelles !

Avis : pas d’avis, je signale juste la sortie. 

Verdict : pour les fans de Star Wars. 

À lire avant :les précédents tomes. 

STAR WARS : VADOR – CIBLE VADOR 

Date de sortie : 02 décembre  2020

Prix : 18,00 €, 136 pages

Scénario : Thompson,

Dessin : Laming, Landini 

Episodes : US Target Vader 1-6, précédemment publiés dans STAR WARS (2020) 4-8)

Sollicitation :  100% Star Wars,  Une saga complète pour le personnage le plus populaire de Star Wars. Un syndicat du crime refuse de se plier au règne de l’Empire, et Dark Vador ne peut le tolérer. Mais les rôles s’inversent lorsque le syndicat met la tête du Seigneur Sith à prix !

Avis : pas d’avis, je signale juste la sortie. 

Verdict : pour les fans de Star Wars. 

À lire avant : rien – récit indépendant. 

STAR WARS : DARK VADOR, LE SEIGNEUR NOIR DES SITH

Date de sortie : 02 décembre 2020

Prix : 75,00 €, 616 pages

Scénario : Soule, 

Dessin :Camuncoli

Episodes : US Darth Vader (2017) 1-25 et Annual 2, précédemment publiés dans 100% STAR WARS : DARK VADOR – LE SEIGNEUR NOIR DES SITH 1-4)

Sollicitation : Star Wars Absolute, 

Retrouvez l’intégralité de la série Dark Vador : Le Seigneur Noir des Sith dans un majestueux ouvrage de plus de 600 pages retraçant les débuts de Dark Vador. Vous en apprendrez davantage sur Tarkin et les Inquisiteurs. Par l’auteur de Star Wars, Daredevil et L’ascension de Kylo Ren.

Avis : réédition en absolute du run de Charles Soule sur la seconde série Darth Vader publiée par Marvel depuis sa reprise de la franchise Star Wars. Pour mémoire, la première était signée Kieron Gillen et Salvador Larroca et se concentrait sur la période post épisode IV ciné. 

Cette fois, il s’agit de la seconde série qui elle s’intéresse à la période post épisode 3, quand Vader n’était alors qu’un jeune seigneur Sith devant faire ses preuves. Bien que je n’apprécie pas le travail de Soule, son run a gagné pas mal de bonnes critiques au fil du temps. Il demeure d’ailleurs étonnant de voir que les séries Vader se sont en général montrées bien meilleures que les séries Star Wars…je me demande ce que cela dit sur notre époque quand les vilains sont écrits avec plus de réussite que les héros…je commence vraiment à croire que nous sommes la version maléfique d’un univers bien meilleur…

Enfin, je reste très surpris que Panini réserve encore le format absolute pour une série SW, car si Camuncoli est un bon artiste, ce n’est pas non plus une super star qui mérite ce type de format, plus adapté à des artistes plus populaires…Je suppose que la franchise demeure malgré tout suffisamment populaire, malgré la perte évidente d’intérêt de Marvel au cours des deux dernières années, pour soutenir un absolute. 

Verdict : pour les fans du personnage

À lire avant : rien – ou au moins connaître les films. 

SARA

Date de sortie : 02 décembre 2020

Prix : 19,95 €, 152pages

Scénario :  Ennis, 

Dessin :Epting

Episodes : US Sara 1-6, inédits)

Sollicitation : Best of Fusion, 

Un nouvel éditeur arrive chez Panini ! TKO Studios vous propose une histoire de guerre imaginée par l’auteur de The Boys et inspirée d’une histoire vraie, celle de la sniper soviétique Sara, qui résiste aux envahisseurs nazis avec ses camarades.

Avis : c’est avec une grande joie que je vois arriver cette semaine, cette série ainsi que la suivante que j’évoque en dessous, car elles marquent le début de la publication des titres TKO en France. Un petit éditeur américain qui a commencé à se faire un nom depuis un an ou deux ans avec un format de publication légèrement différent, proposant aux lecteurs de pouvoir choisir dès le départ entre lire en single, ou directement en TPB, sans avoir à attendre. Il s’agit clairement pour eux de répondre aux demandes de tous les lectorats existants. 

Panini fait bien les choses en publiant les deux titres qui m’intéressaient le plus dans leur catalogue dès le départ. En premier lieu, donc le Sara de Garth Ennis et Steve Epting, qui nous conduit à suivre la vie d’une unité de tireuses d’élite dans l’armée soviétique durant la seconde guerre mondiale. Comme ceux qui me suivent depuis longtemps le savent déjà, j’aime beaucoup, mais vraiment beaucoup,  Garth Ennis qui fait clairement partie de mes scénaristes préférés. Et ses récits de guerre représentent selon moi le meilleur de toute sa production. 

Loin de ses productions potaches, remplies parfois d’humour assez grivois, Ennis se révèle vraiment avec ses histoires de guerre. Sombres, cruelles, mais surtout terriblement humaines.  Ennis devient un auteur de drame tout simplement incroyable quand il nage dans ce genre. Donc voir un peu plus de ses productions arrivées en VF est toujours un merveilleux moment pour moi. D’autant qu’il est rejoint pour cette série par l’excellent Steve Epting. 

L’artiste qui s’est un peu perdu chez DC ces derniers mois, en signant des planches où clairement il s’ennuyait (oui, Hell Arisen je pense à toi), nous montre ici que quand il veut, il peut se montrer tout simplement sublime. On le retrouve ici avec un niveau digne de ce qu’il faisait sur Velvet aux côtés de Ed Brubaker il y a quelques années. Tous ces éléments font que Sara fait clairement partie des sorties que j’attends le plus en cette fin d’année très très chargée !

Verdict : à posséder – Garth Ennis + récit de guerre = un achat immanquable. 

À lire avant : rien – peut se lire de manière indépendante –

SENTIENT

Date de sortie : 02 décembre  2020

Prix : 19,95 €, 168 pages

Scénario :  Lemire, 

Dessin :Walta

Episodes : US Sentient 1-6, inédits)

Sollicitation : Best of Fusion, 

Jeff Lemire et Gabriel Walta s’unissent pour une mini-série de S.F. nommée aux Eisner Awards ! Dans un lointain futur, sur un vaisseau spatial se dirigeant vers une colonie très éloignée, quelques enfants survivent à un carnage et se retrouvent livrés à eux-mêmes avec pour seule amie Val, l’Intelligence Artificielle du vaisseau.

Avis : et on enchaîne avec l’autre série TKO qui débarque cette semaine, l’autre titre de leur catalogue que j’attendais le plus de découvrir, à savoir Sentient. Déjà : c’est écrit par Jeff Lemire, donc forcément, il débarque très haut dans la liste des priorités de tout lecteur qui se respecte ! Allons les enfants ! Tiens en parlant d’enfants, à la surprise générale, on retrouve des enfants dans cette histoire ! Et oh, quelle autre surprise : cela parle d’isolement dans un environnement hostile avec une touche de fantastique. 

Oh là là quelle surprise que quelque chose qui correspondent parfaitement aux thèmes habituels de Jeff Lemire soit écrit par l’auteur en question. Ah là là, je suis choqué, choqué je vous dis ! Plus sérieusement, le titre arrive avec une réputation plus que flatteuse et il semble évident que cette mini série se classe dans le très haut du panier des productions de Jeff Lemire. Le pitch de base est déjà particulièrement intéressant, mais avec une équipe créative pareille, c’est clairement une autre sortie très importante de cette fin d’année. 

Dernier argument massue, la présence de Gabriel Hernandez Walta au dessin. Que dis-je le génial Gabriel Hernandez Walta qui a acquis un tout autre statut auprès de la plupart des lecteurs de comics après son travail magistral sur Vision, avec Tom King. C’est là son travail le plus important depuis la fameuse maxi série de Marvel et rien que cela en fait un indispensable !

Verdict : à posséder ! 

À lire avant : rien – peut se lire de manière indépendante

WEB OF SPIDER-MAN : L’INTÉGRALE 1985

Date de sortie : 02 décembre 2020

Prix : 35,00 €, 256 pages

Scénario : Simonson, 

Dessin :LaRocque

Episodes

Sollicitation : Marvel Classic, Réédition de la première INTÉGRALE consacrée à Web of Spider-Man, avec le costume noir qui deviendra Venom ! Spider-Man y affronte le Vautour, le Docteur Octopus, le Caïd… et Hulk!

Avis : pas d’avis, je signale juste la réimpression de la première intégrale consacrée à Web of Spider-Man. À un moment, je pensais commencer les autres séries Spider-Man, en plus d’Amazing, en intégrale, mais étant donné la qualité très variable de ces séries secondaires et que quoiqu’il arrive, AMS est resté la série la plus importante…je préfère faire attention. 

Verdict : pour les fans complétistes. 

À lire avant : rien – première intégrale de la série. 

VENOM : LA NAISSANCE DU MAL (MUST-HAVE)

Date de sortie : 02 décembre  2020

Prix : 14,95 €, 136 pages

Scénario : Wells, 

Dessin :Medina

Episodes : US Venom: Dark Origin 1-5, précédemment publiés dans MARVEL DARK : VENOM LA NAISSANCE DU MAL)

Sollicitation : Best of Marvel,  Découvrez les premiers pas d’Eddie Brock et du symbiote avec qui il s’associe pour devenir Venom ! L’un des personnages les plus importants de l’univers de Spider-Man a les honneurs d’un album contant ses origines, dans un album MARVEL MUST-HAVE à prix mini !

Avis : voilà une sortie sur laquelle je suis très partagé. Non que j’ai grand espoir ou attente sur le scénario qui revient sur les premiers jours de Eddie Brock dans la peau de Venom. Il n’y a à mon sens pas grand chose à creuser, car les débuts de Venom ne sont pas particulièrement complexes. Il était une version maléfique de Spider-Man mixé avec Alien et il voulait tuer Spider-Man…Point. Ce n’était pas particulièrement profond. Je dirais même que pendant des années, le principal problème de Venom était que c’était un personnage assez limité. 

Au-delà d’être un psychopathe qui ressemble à un monstre, il n’y avait pas grand chose derrière. Il a vraiment fallu attendre Donny Cates et Ryan Stegman pour qu’Eddie devienne un personnage avec de la profondeur. Ce n’est pas un hasard si avant eux la série Venom la plus célèbre et appréciée…mettait un autre personnage en scène, n’est-ce pas Agent Venom dont nous parlions par le plus grand des hasard un peu plus haut ! 

Non, ce n’est pas ce qui me fait douter. Ce qui fait que je m’intéresse à cette mini série est la présence du très bon Angel Medina au dessin. Un dessinateur très présent sur la scène comics dans les années 90 jusqu’au début des années 2000 (notamment pour son long passage sur Spawn) et qui s’est fait depuis bien plus rare. Du moins dans les comics mainstream. 

De mémoire, je ne me souviens pas l’avoir vu effectuer un run significatif sur un titre important au cours des 10 dernières années. De fait, même cette mini série remonte à 2009 ! Donc bonjour le côté nouveauté ! D’autant que depuis le run de Cates, l’histoire de Brock et du symbiote ont été considérablement enrichies, je m’interroge donc sur la pertinence de la mini aujourd’hui. 

Mais c’est dessiné par Médina, et le monsieur a quand même un style sacrément adapté au personnage …Décision, décision. 

Verdict : à tester 

À lire avant : rien – présente les origines du personnage

X-MEN : LA SAGA DU PHÉNIX NOIR (MUST-HAVE) 

Date de sortie : 02 décembre 2020

Prix : 14,95 €, 200 pages

Scénario :  Claremont, 

Dessin :Byrne 

Episodes : US Uncanny X-Men (1963) 129-137, précédemment publiés dans X-MEN : L’INTÉGRALE 1980)

Sollicitation : Best of Marvel,  Jean Grey a fusionné avec l’entité cosmique qu’on nomme le Phénix et dispose d’une puissance quasiment illimitée. Les Shi’ars veulent sa mort et les X-Men vont devoir se battre pour leur amie, dans une saga essentielle des X-Men déjà adaptée deux fois au cinéma !

Avis : réédition dans la collection Must Have de l’incontournable saga du Phenix noir. Je ne pense pas avoir besoin de vous faire l’article. Il s’agit de l’une, si ce n’est la, plus grande saga de l’histoire des X-Men. Un récit riche, dense, épique, tragique, qui presque 40 ans après sa première publication fonctionne toujours aussi bien. Par contre, je ne sais pas si commencer avec l’épisode 129 est très simple pour d’éventuels nouveaux lecteurs. Mine de rien, en réalité, cette saga s’est développée pendant longtemps en arrière plan de la série pendant presque 3 ans. Ce peut être un premier avant-goût intéressant, mais pour vraiment apprécier l’intrigue dans sa totalité, il faut avoir bien en tête le run Claremont / Byrne. 

Verdict : à posséder, mais je privilégierai les intégrales. Ensuite, si vous souhaitez découvrir, ce peut être une bonne porte d’entrée. 

À lire avant : le reste du run Claremont / Byrne, car c’est le point culminant de leur travail. 

URBAN COMICS 

BATMAN BIMESTRIEL 7

Date de sortie : 04 décembre 2020

Prix : 12.90€/336 pages 

Episodes : BATMAN #70, #71, #72 et #73 • DETECTIVE COMICS #1003, #1004 et #1005 • DETECTIVE COMICS ANNUAL #2 • BATMAN AND THE OUTSIDERS #1 à #6

Sollicitation : Nouvelle équipe !

À peine sorti de la machine à cauchemars dans laquelle ses adversaires l’avaient piégé, Batman prend la mesure des ennemis qui se dressent devant lui : Bane s’est installé dans le Manoir Wayne et dispose d’une aide inattendue en la personne du Chevalier Noir d’un autre univers, en qui il reconnaît son père, Thomas Wayne. Par Tom KING, Jorge FORNÉS et Mikel JANÍN. Luttant contre une nouvelle génération de la famille Arkham, le protecteur de Gotham City doit bientôt faire face à l’héritage du Faucheur. Par Peter J. TOMASI, Brad WALKER, Travis MOORE et Max RAYNOR. Pendant ce temps, la nouvelle équipe que Batman a formée dans le but de protéger Gotham et le monde en son absence a fort à faire, alors que des surhommes mènent une guerre susceptible de faire de nombreuses victimes. Les Outsiders se lancent dans la bagarre sans se douter qu’ils sont sur le point d’affronter Ra’s al Ghul. Par Bryan HILL et Dexter SOY.

Avis : voilà une sortie qui va rassurer pas mal de lecteurs…avant qu’ils ne s’interrogent sur la sortie de la suite…C’est un cycle d’angoisse sans fin d’être encore lecteur de mag kiosque en 2020. Mon coeur saigne pour vous…Sinon, oui, voici le 6e numéro de cette nouvelle formule du mag Batman qui normalement revient dans sa forme bimestrielle avec pour ce numéro…ben que du Batman en fait. ! Jusque là, Urban essayait d’avoir une certaine alternance dans les séries proposées, en collant notamment certaines séries comme Green Lantern dans le programme. 

Mais comme nous sommes arrivés au bout de la dernière série GL et que la suite par Morrison et Sharp est publiée en librairie…pas vraiment le choix, il faut aller chercher parmi les très nombreuses séries spin off que génère régulièrement la franchise Batman. Ainsi, pour ce numéro, nous avons droit aux 6 premiers épisodes de la série Batman and the Outsiders, qui relance encore une fois le concept créé pour la première fois à la fin des années 70, quand Batman avait claqué la porte de la JLA pour monter sa propre équipe. 

La série a connu diverses fortunes après son succès initial dans les années 80 (dessinée par l’excellent Jim Aparo). Je me souviens que mon premier vrai contact avec les Outsiders fut la série du début des années 2000, écrite par Judd Winick …et qui mettait en scène d’autres personnages. J’avais beaucoup aimé les premières années de cette version, qui s’est malheureusement un peu perdue une fois Winick parti. 

Cette fois Brian Edward Hill reprend le scénario et fait une espèce de mix entre personnages historiques de l’équipe comme Black Lightning et Katana et des réchappés de la série Detective Comics version James Tynion IV, comme Orphan ou encore un personnage peu usité de la Bat-family, à savoir Signal. Alors bien évidemment la simple présence de Cassandra Cain fait de la série un indispensable (vous sentez le fan objectif là ?).

Ensuite, il faut voir la qualité de la série en elle-même, étant donné que Hill peut être très bon…comme complètement passer à côté (hein Fallen Angels, oui, c’est de toi qu’on parle et oui, encore une fois pour te faire du mal. Pendant combien de temps ? Oh, longtemps…). 

Au-delà, on retrouve les deux séries principales Batman. D’un côté le Detective Comics de Peter J.Tomasi, avec l’arc qui m’a fait arrêter la série (et je n’ai pas repris depuis lors) tellement cette histoire avec le Arkham Knight était juste pénible à lire. Peter, s’il te plait, laisse la place à quelqu’un d’autre, prends des vacances, refais le plein…et va écrire autre chose. 

Et on finit avec Batman, toujours le run de Tom King. Après avoir achevé l’horrible arc Knightmares (j’en fais encore des cauchemars en effet Tom) soit le pire arc de l’auteur sur la série, le scénariste enchaîne avec quelque chose de plus réussi, alors qu’après avoir éprouvé son héros psychologiquement, il va cette fois faire en sorte de le pousser jusqu’au point de rupture. 

L’arc permet de mettre en place la dernière histoire de King sur la série, City of Bane, que vous découvrirez dans le prochain tome …et qui est assez spéciale. L’arc présenté dans ce numéro est donc essentiel pour comprendre la suite, alors que le plan de Bane arrive dans sa phase finale et que tous les éléments s’emboîtent contre Batman qui va perdre le peu qui lui reste ! Un arc donc bien meilleur que le précédent, toujours superbement illustré par les très bons Jorge Fornès et Mikel Janin. 

Verdict : à lire

A propos Sam 2010 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

6 Comments

  1. Dommage que TKO arrive chez panini…. Entre les 20€ pour 150 pages et le fait qu’une série indé sur 2 est arrêtée avant la fin… Je ferai l’impasse dessus, à contrecoeur

  2. Alors pas d’inquiétude, les deux séries TKO en question sont des récits autocontenus achevés en un seul volume. Donc pas de suite à attendre, tu auras la conclusion dans ces tomes.
    Par ailleurs, je pense qu’ils sont plus chers, car il est possible que Panini ait repris le format US un peu plus grand. Je te confirmerai cela quand j’aurais mis la main dessus !

  3. Encore une intégrale des Vengeurs (1981-1982) plutôt bof.
    Stern terminera les intrigues lancées par Shooter, puis entamera ses histoires. D’ailleurs, Stern se cherchera encore pendant plusieurs épisodes (le dessin d’Al Milgrom n’aidant pas non plus) avant que ça devienne vraiment bon, vers le #250 … et quand John Buscema entre dans la danse (dès le #255) là ça devient excellent !

    • Merci pour l’avis Strider tag ! Bon ben je vais investir mes 35€ ailleurs…Mais je l’attends beaucoup ce run de Stern…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.