Top 5 des meilleures sagas de Ultimate Spider-man

ULTIMATE_SPIDER-MAN_100

Cette semaine est sorti le dernier épisode de « Death of Spider-man », dont je ne vous révélerai pas l’issue bien qu’elle ait été spoilée par un torchon de New-York bien célèbre. Si cet épisode n’est clairement pas le meilleur de la série, Brian Michael Bendis a pourtant fait un travail exceptionnel depuis maintenant 10 ans, en conséquence retour sur les 5 meilleures histoires de Ultimate Spider-Man :

5 – Le retour du Bouffon vert

usm25_coverScénario : Brian Michael Bendis

Dessin : Mark Bagley

Épisodes : USM 22 à 27

Avis : les meilleures sagas de USM sont sans aucun doute les premières. Après avoir installé le Kingpin puis Octopus et Kraven dans l’univers Ultimate, Bendis choisissait de faire revenir le Bouffon Vert plus vu depuis l’épisode 7. Norman Osborn revient à priori bien plus maître de lui même, si cela peut arriver un jour, pour faire de la vie de Peter un vrai cauchemar. La tension va crescendo puisqu’au départ il veut que Peter bosse pour lui ! Bien évidemment cela va vite tourner à la baston sanglante, entre un Norman bien allumé et un Peter qui va lui défoncer le beignet.

Bendis en profite pour introduire Nick Fury dans la danse, et surtout n’hésite pas à faire un hommage appuyé à Amazing Spider-Man 121 (la mort de Gwen Stacy) avec la fameuse scène du pont … Cette saga est incontestablement plus sombre que les précédentes, et on voit que Peter doit grandir à toute allure face à un ennemi surpuissant, qui connaît tout de lui. La saga scelle aussi son destin lorsqu’il apprend qu’à 18 ans il devra bosser pour Fury.

C’est toujours efficace d’opposer Spider-man au Bouffon vert, mais il faut tout le talent du scénariste pour lui donner la profondeur nécessaire. Il récolte ici les fruits d’avoir lier les origines du Bouffon avec celles de Spider-man, puisque Peter voit un reflet de ce qu’il aurait pu devenir… Il est dommage que les confrontations suivantes entre Peter et Norman n’aient pas été de ce niveau.

4 – Hobgoblin

Ultimate Spider-Man 77 - 00Scénario : Brian Michael Bendis

Dessin : Mark Bagley

Épisodes : USM 72 à 77

Avis : une saga riche en évènements avec le retour du fils prodigue : Harry Osborn, plus vu depuis l’épisode 27 où il s’était opposé à son père pour sauver Peter. Pour l’occasion Bendis lâche quelques bombes sur le couple Peter/MJ, en révélant que cette dernière sortait avec Harry avant de fréquenter Peter !

Mais c’est réellement le combat entre un Harry transformé sous les effets de la mystérieuse substance Oz, dont Bendis garde jalousement les secrets depuis 11 ans, qui remporte la palme. si certains épisodes sont assez lents, je la classe aussi bien en raison de la confrontation finale entre ces deux amis qui s’achève sur un Harry suppliant Peter de le tuer. L’une des scènes les plus poignantes de la série.

Et puis Spidey met une mandale à Nick Fury, ce qui est toujours marrant. Comme toujours on a pas l’impression que Bendis fait uniquement ça pour attirer le lecteur, mais plutôt d’une longue histoire dont chaque arc est la suite logique du précédent. A ne pas rater non plus l’épisode 78 centré sur MJ, l’une des meilleures histoires sur le personnage que j’ai lu, toute série Spidey confondue.

3 – Venom

105592-7257-108168-1-ultimate-spider-man_superScénario : Brian Michael Bendis

Dessin : Mark Bagley

Épisodes : USM 33 à 39

Avis : au début de l’univers Ultimate, l’une des questions que l’on se posait le plus était « quel personnage sera ultimatisé ? et comment ? » tout était alors possible. Bendis ne pouvait pas esquiver longtemps Venom, ennemi le plus populaire de Spidey. Il a néanmoins attendu d’avoir la bonne histoire et on peut dire qu’il a bien fait ! C’est ainsi dans la troisième année du titre qu’il s’y attaque avec une histoire liée au passé des parents de Peter, conférant au personnage de Venom une dimension personnelle qu’il a perdu dans l’univers Marvel classique.

Encore une fois Bendis y inclut ses réflexions sur la science, la volonté des hommes de créer des super soldats, réflexion qui se comprend dans l’univers Marvel quand on lit son Ultimate Origins…Malheureusement si la première saga Venom était très bonne, les suivantes ne sont pas vraiment à la hauteur comme War of the symbiotes …

2 – Power and responsability

US01p48Scénario : Brian Michael Bendis

Dessin : Mark Bagley

Épisodes : USM 1 à 7

Avis : petit retour 11 ans en arrière, les choses étaient très différentes, la série Spider-man classique était au fond du trou, un peu comme maintenant, Bendis était alors un jeune auteur, plus comme maintenant, et tous les critiques comics, comme moi,  attendaient le premier numéro de Ultimate Spider-Man … pour le descendre en flammes. A l’époque l’annonce du lancement de l’univers Ultimate avaient suscités des réactions on ne peut plus contrastées, voire pas très gentilles, en particulier à l’égard des déclarations de Bill Jemas, Président de Marvel de l’époque qui adorait mettre le feu aux poudres.

Et puis tout changea avec la sortie de ce premier numéro, à l’époque le style décompressé de Bendis, qui mettait l’emphase sur le développement des personnages, était relativement neuf et donnait un sentiment de fraîcheur inattendu au personnage. D’autant plus que le premier story arc de la série est le truc casse gueule par nature : raconter encore une fois de manière originale les origines de Spider-man. Bendis évita le piège en se concentrant sur les personnages, en montrant Peter sous une lumière nouvelle, et surtout en développant le personnage de son oncle Ben. Il n’est plus simplement un personnage dont la mort sert de catalyseur, l’auteur montre combien il est attachant et compte pour Peter. Sa mort nous touche du coup personnellement, là où celle de l’univers classique semble lointaine.

La qualité de ce premier arc a permis à la série de gagner des lecteurs de numéro en numéro, et alors que l’on croyait qu’elle ne dépasserait pas sa première année, elle vient de souffler sa 11ème bougie.

1 – Clone saga

ULTIMATE_SPIDER-MAN_100Scénario : Brian Michael Bendis

Dessin : Mark Bagley

Épisodes : USM 97 à 105

Avis : sans aucun doute la saga la plus dingue, la plus longue, et pourtant la plus jouissive de toute la série. Bendis se lâche complètement ici, et même si ce story arc fait presque 10 épisodes, avec deux épisodes doubles, on a pas du tout l’impression que l’histoire stagne. En effet chaque numéro est rempli de twists scénaristiques complètement fous, avec des révélations tout autour du ventre et une conclusion dantesque. Chaque aspect de la vie de Peter est atteint, et rien ne sera plus comme avant !

L’une des bonnes surprises est pour moi le rôle conféré à Octavius là dedans. Sa précédente apparition dans le titre, dans l’arc Hollywood, était assez vide de sens pour moi. On aurait pu prendre n’importe quel autre vilain à la place, je crois qu’il n’y aurait pas eu de différences. Ici il gagne sa place parmi les grands ennemis de Spidey. Il s est ‘en effet amusé à cloner Peter sous toutes les formes possibles et imaginables, mais aussi Gwen !

Il s’agit pour moi de la meilleure histoire de Bendis sur le titre, et il a rarement été aussi bon depuis. Il a réussi à s’attaquer à une légende bien connue des Spider-fans, sources de pas mal de polémiques, sans se laisser déborder par son récit. Si la saga originelle commençait très bien, en gros la première année était très bonne, la suite beaucoup moins (mais Bunny en parle mieux que moi), ici toute la folie de cette histoire est condensée dans 9 épisodes superbes. A ne pas rater.

Voilà j’espère vous avoir donner envie de lire, ou relire, cette série géniale. Personnellement j’attends avec impatience de voir ce que Bendis a dans sa besace pour l’avenir, et je me demande si le futur personnage sous le masque de spider-man est soit Peter sous un nouveau costume, ce qui serait assez décevant, ou son clone féminin. Je vois bien Bendis faire un coup comme ça rien que pour dire que finalement il écrit bien une série avec Jessica Drew en vedette,…

 

 

 

 


A propos Sam 2070 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

4 Comments

  1. Mais j’ai carrement envie de reprendre.

    Je me suis arreté il ya treès longtps car j’accrochais pas trop à l’univers ultimate et après avoir lu le 160, ben j’ai replongé !

    • Totalement, c’est là qu’il est le meilleur en comics mainstream ! Comme toute série sur le long cours il y a des hauts et des bas, mais même après le passages les plus faibles Bendis arrive à nous sortir des arcs valant les meilleurs du début !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.