Unspoken VO : Echo 30 (fin de la série)

Crédits :

Scénario : Terry Moore

Dessin : Terry Moore

Couverture : Terry Moore

Editeur : Abstract Studios

1854020-echo_30_superLa série : Julie, jeune photographe en instance de divorce, assiste dans le désert à une gigantesque explosion. Elle se retrouve recouverte de ce qu’elle pense être des débris, sauf qu’ils ne s’enlèvent pas et que l’étrange métal qui les composent à tendance à devenir hostile vis à vis de toute personne qui voudrait du mal à le jeune femme. Elle va peu à peu retrouver les autres éléments de ce qui était une combinaison, et au fur et à mesure outre les pouvoirs une autre conscience va émerger ….celle de la conceptrice de l’alliage en question tuée car elle en savait trop.

Avis : nous y sommes le dernier épisode d’une des meilleures séries en cours, et je dois dire que c’est avec une certaine appréhension que j’abordais cette lecture. En effet j’ai attendu avec impatience et ferveur cet épisode, car bien évidemment je voulais connaître la conclusion mais aussi car je ne voyais pas trop comment Moore pouvait achever son récit en un seul épisode tant il avait délié l’intrigue principale dans les derniers épisodes pour laisser de la place à ses personnages …. Je lève l’ambivalence tout de suite, j’ai fini ma lecture ravi.

Scénario : depuis le début de la série l’auteur a choisi des partis pris qui ont sans doute surpris ses fans de longue date,Echo27-cover-327x500 notamment avec une série qui se situait bien plus dans une veine SF, alors que sa précédente série était plus … en fait comment décrire SIP ? Une tranche de vie ? le parcours de personnages pour s’accepter ? leur quête du bonheur ? bref pas grand rapport avec de la SF, où un vieux hippie vous explique ce qu’est l’os de Lebomba (et non Labamba comme je l’avais écrit au départ, c’est que ça a traumatisé toute une génération ce truc)  et pourquoi aborder les grands mystères de l’univers avec une méthode de calcul de base 10 c’était n’importe quoi.

Mais en fait si l’on retire l’aspect fantastique de la combi beta et du projet Phi, Moore s’appuie toujours et avant tout sur ses personnages, leurs relations, et ce qui fait d’eux des êtres profondément attachants, si bien qu’on a du mal à les laisser partir quand on a fini un épisode, ou en l’espèce la série.

Bon et sinon si je vous parlais de cet épisode ?Annie a totalement refait surface au travers de l’alliage, désormais Julie doit composer avec cet esprit, ses sentiments (notamment ses sentiments pour ECHOIssue28Page06Dillon, ce qui crée un triangle amoureux assez … spécial, puisque l’une des composantes du triangle est comme qui dirait décédée…), et surtout ses connaissances sur l’alliage. Alors que Annie avait développé l’alliage pour ses vertus curatives, celui ci pouvant à peu près tout guérir, ses supérieurs ont eu une idée… enfin si on peut appeler ça une idée : placer l’alliage dans un accélérateur de particules, le bombarder de rayons, créer un trou noir et du coup posséder l’arme ultime… ça c’est du plan ! Sauf que selon les travaux d’Annie Trotter sur l’alliage le trou noir une fois crée ne pourrait être contrôlé, il grandirait de manière exponentielle, jusqu’à pouvoir bouffer tout le système solaire (vorace le petit).

L’une de mes craintes était que le final ne soit que 22 pages d’action avec un Julie/Annie déchaînée qui tirerait des rayons tout partout pour stopper l’expérience qui pourrait détruire le monde. Encore une fois Terry Moore m’a agréablement surpris, puisque très vite cela tourne en fait en une confrontation entre Julie et John Foster, l’assassin d’Annie. Ce sont là deux visions du monde, de la science qui s’affrontent. Entre d’un côté Annie qui pense que la science est là pour aider le monde, et de l’autre Foster qui outre le fait d’être une misogyne de première catégorie, ne percoit la science que comme une source de pouvoir. Et l’alliage est potentiellement la plus grande source de pouvoir de tous les temps.

Bien évidemment je ne vous révélerai pas l’issue finale de cet épisode. Seulement à la fin de ma lecture j’ai eu comme une sentiment d’inachevé, comme si la fin avait été expédié. Pour être plus précis j’ai eu ce sentiment jusqu’à la dernière case qui respecte tout à fait la tradition SF avec une ouverture finale source de beaucoup de questions.

Si je juge cet épisode comme un peu en deça du reste de la série, il reste néanmoins très bon, et je ne suis pas décu pour un sou. Bon faut aussi dire que j’adore le boulot de Terry Moore, donc ça aide à passer sur les légers défauts de ce numéro. En plus L’auteur nous gratifie à nouveau d’un petit caméo de certains personnages de SIP, puisque Tambi et Casey font une brève apparition.

Dessin : la partie graphique reste excellente, Moore excelle tant dans les scènes d’action que dans les moments de pur dialogue.

Couverture : coup de chapeau parce que j’ai un peu regardé sur le net à quoi pouvait ressembler un accélérateur de particule et c’est exactement ça !

Liens utiles :

Blog de Terry Moore

Page facebook de Terry Moore

Twitter de Terry Moore

site de Strangers in Paradise en anglais

site de Strangers in Paradise en français – à cette occasion je vous rappelle que le Volume 5 et 15 sortent ce mois ci chez Kymera, et que la série Echo est publiée chez Delcourt. 4 volumes sont disponibles en VF, la série devrait en comprendre 6 en tout.

Note :

– Pour l’ensemble de la série entre 9,5 et 10 sur 10 tant la série est de qualité.

– Pour cet épisode un 9/10

Allez maintenant reste plus qu’à ronger son frein jusqu’à la sortie de Rachel Rising...

A propos Sam 2116 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.