Guide de lecture Comics VF : semaine du 26 mai 2021

Edito : dernière semaine du mois (XXX, déjà ?) qui est assez légère en nombre de sorties, mais le programme est et reste assez diversifié, ce qui est l’essentiel. Du super héros, de l’horreur, du Kaiju, du classique, du moderne. J’apprécie de voir que quoi qu’on cherche on peut trouver quelque chose dans le genre qui nous intéresse. 

Ensuite, en termes de bilan, est-ce que le mois de mai était remarquable ? Je dirais qu’il était assez moyen dans l’ensemble. Il y a eu de bonnes sorties, quelques titres très attendus, mais, ce fut tout de même assez calme dans l’ensemble. Et le mois de juin s’annonce du même acabit, j’ai l’impression qu’il faudra attendre fin juin/début juillet pour que cela remonte un peu. 

Émissions de la semaine : trois émissions au programme de la semaine. Comme d’habitude, vous pouvez nous écouter en direct à partir de 21h soit sur notre chaîne YT soit sur notre Discord que je vous invite à rejoindre et sur lequel une petite communauté est en train de se créer à grande vitesse et nous partageons un peu toutes nos geekeries  :

  • mercredi, le retour du Freaxity où Steve et Laure parlent horreur et cette fois au programme : Army of The Dead !
  • jeudi,  le Comixweekly où nous parlerons des sorties VO de la semaine !
  • vendredi, un nouveau Comixity, où nous reviendrons sur les sorties VF du mois de mai !

BLISS COMICS

KAIJUMAX TOME 2

Date de sortie : 28 mai 2021

Prix : 35€/336 PAGES 

Scénario : Zander Cannon

Dessin : Zander Cannon

Episodes : Contient Kaijumax Saison 3 #1-6 et Saison 4 #1-6.

Sollicitation : Qui sera le roi des monstres ?

La guerre des gangs fait à nouveau rage sur l’île-prison de Kaijumax ! Alors que le jeune Whoofy hérite de l’empire de son père, Singe-Baleine, c’est le contrôle du trafic d’uranium qui est en jeu ! Pendant ce temps, le Dr Zhang, la médecin de la prison, va découvrir une aile jamais vue de Kaijumax : le prison pour femme. Après avoir commis l’irréparable sur son compagnon abusif, elle se joint au concert carcéral d’accros à l’uranium, d’arnaqueuses, d’horreurs lovecraftiennes et de métaphores de l’oppression systémique de l’état.

Avis : oui, je sais, je sais…je dois lire Kaijumax. Une série sur des Kaiju enfermés sur une île prison avec des gangs qui se partagent le territoire. Oui, j’ai envie de me filer des baffes de ne pas m’être procuré le premier tome d’ores et déjà. Qu’est-ce qui m’est passé par la tête pour ne pas le prendre ? Bref, tout ça pour dire que le second tome arrive cette semaine, que les critiques sur le premier étaient excellentes et que je suis un double crétin de ne pas l’avoir encore pris. 

Verdict : à posséder. 

À lire avant : le tome 1 –  KAIJJUUUUUU

PSY LORDS

Date de sortie : 28 mai 2021

Prix : 20€/208 pages 

Scénario : Fred Van Lante 

Dessin : Renato Guedes 

Episodes : Psi-Lords #1-8

Sollicitation : Quatre explorateurs de l’espace se réveillent dans une prison extraterrestre, la Spirale, sans aucun souvenir, avec des pouvoirs cosmiques, et une voix qui leur parle dans leur tête. Elle leur dit que pour s’échapper et retrouver la mémoire, ils devront retrouver… Les mystérieux Psi-Lords.

Avis : pas d’avis, je signale juste la sortie.

Verdict : pour les fans de Valiant. 

À lire avant : peut se lire de manière indépendante.

PANINI COMICS

 

BEST OF MARVEL : SPIDER-MAN – LA DERNIÈRE CHASSE DE KRAVEN – MUST-HAVE

Date de sortie : 26 mai 2021

Prix : 14,95 €I 160 pages

Scénario : J.M. DeMatteis, 

Dessin :Mike Zeck ,

Episodes :  Contient les épisodes US Web of Spider-Man (1985) 31-32, Amazing Spider-Man (1963) 293-294 et Spectacular Spider-Man (1976) 131-132, précédemment publiés dans SPIDER-MAN : L’INTÉGRALE 1987-1988.

Sollicitation : Pour sa dernière sortie, Kraven le Chasseur ne désire qu’une chose : la tête de Spider-Man sur son tableau de chasse ! Une saga essentielle du Tisseur qui va pousser Peter Parker dans ses derniers retranchements.

Avis : si je peux m’interroger parfois sur la pertinence du choix des titres appelés à rejoindre la collection Must Have de Panini, cette semaine, je vais avoir du mal à contester quoique ce soit, car il s’agit clairement de deux récits importants dans l’histoire de Marvel. 

On commence bien évidemment, parce ce qui est considéré comme l’une des meilleures, si ce n’est la meilleure histoire jamais publiée sur Spider-Man. Ce qui est assez ironique, car comme cela a souvent été soulevé, il s’agit plus d’une histoire centrée sur Kraven que sur Spider-Man, qui disparaît très vite du récit…tout en étant omniprésent. 

Écrite par J.M.Dematteis et dessinée par l’incroyable Mike Zeck, cette intrigue publiée dans les trois séries Spider-Man, pour en faire un véritable événement, fut publiée à mon sens à un moment charnière de l’histoire du personnage, alors que le ton des séries Spider-Man était clairement sur le point de changer. 

L’histoire se veut plus sombre, plus adulte, plus mature globalement que toutes les intrigues type publiées dans titres Spider-Man à cette époque. Il y a clairement un avant et après “Dernière chasse de Kraven”. Mais avant tout, l’histoire tourne autour d’une descente dans la folie de Kraven, qui va l’amener à une dernière confrontation avec Spider-Man. 

Sauf que ce combat n’aura rien à voir avec tous les précédents. La formule habituelle est jetée par la fenêtre, alors que Kraven essaye de remplacer Spider-Man, de l’écraser, de l’incarner et de faire en quelque sorte disparaître sa propre identité sous un nouveau masque…sans vraiment y parvenir. 

Le cheminement de Kraven dans cet arc est fascinant et les auteurs dressent vraiment le portrait d’un homme brisé…comme Vermine qui est un antagoniste qui apparaît dans l’arc, mais aussi en un sens, Peter lui-même s’il n’avait pas été entouré toute sa vie. 

Presque 35 ans après, la dernière chasse de Kraven reste un récit d’une puissance incroyable, dotée d’une mise en scène très bien pensée par Mike Zeck. Vous pouvez d’ailleurs retrouver notre analyse approfondie de cette intrigue dans un podcast spécial que nous avons enregistré l’année dernière !

Verdict : à posséder !

À lire avant :  rien – peut se lire de manière indépendante.

BEST OF MARVEL : HOUSE OF M – MUST-HAVE

Date de sortie : 26 mai 2021

Prix : 14,95 €I 216 pages

Scénario : Brian Michael Bendis, 

Dessin :Olivier Coipel

Episodes : US House of M (2005) 1-8, précédemment publiés dans MARVEL SELECT : HOUSE OF M)

Sollicitation : L’une des sagas les plus importantes des X-Men. La Sorcière Rouge, poussée à bout, recrée un monde où les mutants dominent la planète. Mais certains héros gardent un souvenir du « monde d’avant »…

Avis : autre réédition importante cette semaine…même si elle n’est clairement pas du niveau de la dernière chasse de Kraven…Malgré tout, je conserve une certaine affection pour cet event, même si je sais qu’il est loin d’être parfait, il était relativement fun au moment de sa sortie, et je trouve qu’on y trouve énormément de petits moments qui sont des pépites de caractérisation, très loin de ce qu’a pu faire Bendis par la suite. 

En termes d’histoire, ce n’est au fond qu’une redite de Age of Apocalypse, en plus condensé, moins désespéré mais avec définitivement plus de répercussions. Je compare avec AoA, car au fond, le pitch de base est le même : une réalité parallèle où les mutants dominent le monde et les humains sont désormais une simple minorité. Sauf que là où AoA dépeignait une réalité …uniquement de type post-apo, House of M décrivait l’univers Marvel normal en inversé. 

Un monde où les rapports de force étaient inversés entre mutants et humains, sauf que bien évidemment il y a toujours quelqu’un pour se rappeler le véritable univers. Si dans AoA, cela faisait assez sens, dans House of M, il y a quand même de grosses ficelles. Vraiment très grosses. Mais dans l’ensemble, cela reste vraiment agréable à lire avec de vraies conséquences sur l’univers mutant et Marvel. 

À tel point qu’encore aujourd’hui, cela reste un point important de la continuité mutante. L’event marque aussi symboliquement un passage de relais entre franchises reines. Jusque là, les titres mutants dominaient et House of M vient définitivement entériner le fait que le succès alors récent des New Avengers de Bendis faisait de la franchise Avengers la nouvelle machine à cash de l’univers Marvel. Tandis que les mutants entamaient une longue traversée du désert de presque 15 ans..

Du coup, si vous n’avez jamais lu House of M, je vous conseille de le faire au moins une fois, pour comprendre un peu comment cela a affecté le reste de l’univers Marvel. Par ailleurs, je ne cite même pas le fait que House of M était le premier event Marvel depuis plusieurs années au moment de sa sortie et que son succès a pavé la voie à la miriade que nous avons eu depuis lors…

Verdict : à lire au moins une fois

À lire avant : pour bien comprendre où était l’univers Marvel de l’époque et les bases de l’histoire avec Scarlet Witch, je dirais Avengers Disassembled puis la première année de Bendis sur New Avengers et en parallèle, la première année de Whedon et Cassaday sur Astonishing X-Men.

100% MARVEL : VENOM T04

Date de sortie : 26 mai 2021

Prix : 16,00 € I 104 pages

Scénario : Cullen Bunn

Dessin :Iban Coello, Alberto Albuquerque, Joshua Cassara 

Episodes : US Venom (2018) 13-15 et Web of Venom: Funeral Pyre, précédemment publiés dans VENOM (2020) 1-3.

Sollicitation : Venom est pris dans la tourmente War of the Realms, au point de devenir l’arme de Malekith, l’Elfe Noir à la conquête de la Terre ! En plus, les prémisses de l’événement Absolute Carnage.

Avis : ah ah ah ah ah aha ha ah ah aha haha, ahhh merci Panini de publier ces épisodes de Venom ties ins à War of Realms, car j’ai rarement autant ri à la lecture d’épisodes ties ins qu’avec cet épisode 13. À tel point que j’ai vraiment eu pitié de Cullen Bunn qui a été chargé d’un truc impossible, à savoir écrire des épisodes avec Venom…alors que le symbiote était indisponible. 

En effet, si vous vous en souvenez à la fin de l’épisode 12, Venom quittait Eddie Brock et poursuivait son propre chemin de son côté pendant quelques temps. Et évidemment étant un élément important du run de Cates, Bunn ne pouvait pas y toucher…du coup, ils nous inventent une excuse foireuse pour avoir un pseudo-Venom dans l’histoire. 

Pour moi, c’est le plus grand exemple de “ta gueule c’est magique” que j’ai vu dans un comic-book récemment. Je ne suis pas allé au-delà…mais franchement, je me suis bien marré en lisant ce numéro. Pour ceux qui se posent la question : non, vous n’avez pas besoin de ces épisodes pour comprendre le reste de la série Venom. C’est totalement inutile. 

Etant un bon soldat, Cates le mentionne le temps d’une ligne quand il reprend ensuite la série, mais je pense que c’était avant tout pour être poli…Sinon, c’est complètement et totalement dispensable. 

Verdict : dispensable. 

À lire avant : War of Realms pour comprendre ce qui se passe.

URBAN COMICS

 

DEATH METAL TOME 4

Date de sortie : 28 mai 2021

Prix : 23€/296 pages – Couverture variante 25€/296 pages 

Scénario : Scott Snyder, James Tynion IV 

Dessin : Greg Capullo, 

Episodes : 

Période DC : Post Rebirth (2018/2020

Sollicitation : Malgré les agissements de Lex Luthor, Lobo et de la Ligue de Nightwing, le plan de la Trinité – Superman, Batman et Wonder Woman- pour contrer Perpetua a échoué. Désormais, le Darkest Knight possède l’énergie d’anti-crise à même de remodeler l’existence en Multivers qui rit. Pour les héros : il ne reste plus qu’une issue : restaurer toutes les continuités passées ou périr.

Avis : enfin. Oui, enfin, je peux poser mon fardeau avec la sortie de ce 4e et DERNIER tome de Death Metal. Voilà, c’est la fin, la méchante sorcière est morte. Ai-je pleuré quand j’ai fini la lecture en VO ? Oui. Putain oui. Vais-je de nouveau pleurer en devant relire cela en VF ? oui. La vache oui. Parce que c’est bien cette conclusion me direz vous ? grand optimistes que vous êtes. 

Alors …non. Même un peu. Ce n’est pas une catastrophe non plus. Le niveau se relève un peu par rapport à certains épisodes passés, mais cela reste incroyablement poussif et la résolution choisie par Snyder apparaît un peu facile au regard de tous les exploits du Batman who Laughs jusque là…Mais ce n’est pas mon plus gros problème. Mon souci principal est le nouveau statut qui est installé par la conclusion de Death Metal. 

En fait, alors que j’écris ces lignes presque 6 mois après la conclusion de Death Metal en VO : je n’ai toujours pas compris cette satanée fin !!! L’intention globale de vouloir réorganiser l’univers DC, de remettre à plat la continuité désormais illisible de DC est réellement louable. Oui, Snyder, je sais que tu as essayé…mais cette fin est toujours aussi incompréhensible.

À ce stade, je lis des comics DC depuis plus de 20 ans…et je serai incapable de vous dire ce qui est dans la continuité ou pas.Ce que je pourrais vous dire maintenant pourrait changer demain et étant donné qu’aucun comics publié par l’éditeur n’a clarifié quoique ce soit, je suis incapable de le faire pour eux. En fait, les morceaux que j’ai pu comprendre me laissent plutôt penser qu’ils ont tout simplement laissé tomber. 

C’était trop dur, on abandonne, est dans la continuité ce que vous voulez est un peu le mot d’ordre de cette conclusion. Si bien que la pensée de plus en plus forte qui agite mon cranium est simple, nous avons deux choix : continuer à lire du DC et simplement abandonner tout espoir de voir un minimum d’ordre réinstallé. Ou abandonner DC tout simplement. 

À ce stade, je m’accroche encore, mais vu le peu de séries qui me séduisent dans ce nouvel/ancien univers DC, je me demande si cela en vaut encore la peine. Allez, encore un dernier pour la route ? 

Verdict : le dernier clou dans le cercueil DC. 

À lire avant : je dois vous remettre la liste ? Tout Snyder depuis 3 ans ! Metal /Batman qui rit/No Justice/New Justice/les précédents tomes de Death Metal.

PLUNGE 

Date de sortie : 28 mai 2021

Prix : 16€/168 pages 

Scénario : Joe Hill 

Dessin : Stuart Immonen 

Episodes : Plunge #1-6

Sollicitation : Au lendemain d’un tsunami, on détecte au large du détroit de Béring le signal de détresse du Derleth, un navire d’exploration scientifique… disparu depuis 40 ans. Le biologiste marin Moriah Lamb rejoint l’équipe de remorqueurs d’épaves missionnée par Rococo International, un groupe privé très intéressé par la cargaison du Derleth. De même qu’il est heureux que les mystères de l’univers soient inaccessibles à l’entendement humain, certains secrets devraient quant à eux rester immergés dans les abysses du cercle arctique.

Avis : après le très bon Basketful of Heads, Urban publie l’autre série signée Joe Hill lui-même dans le cadre de son désormais défunt sous label chez DC : Plunge. Des différentes séries publiées par ce sous label, je dois dire que seules les séries de Hill lui-même se sont distinguées dans le lot, donc je comprends qu’Urban ne s’intéressent qu’à ces deux là. 

Et en ce qui me concerne, j’ai largement préféré Basketful of Heads à Plunge. J’ai trouvé ce dernier bien plus poussif et globalement moins dynamique que Basketful. Le récit n’est pas pas mauvais non plus, mais si Basketful était une bonne série B d’horreur avec une pincée de fantastique dessus, Plunge est plus une série B correcte de monstre, avec une petite influence Lovecraftienne pour donner du goût. 

C’est globalement assez classique et la mini se démarque avant tout pour le dessin de Stuart Immonen qui nous revient très en forme ici. C’est dommage, car le récit a vraiment des atouts, je trouve que l’ambiance générale est vraiment bien posée, le mystère qui plane sur les premiers épisodes est intriguante…En fait, je pense qu’il manque avant tout des personnages vraiment attachants. 

Je ne me suis pas vraiment investi dans aucun d’eux en tant que lecteur et j’avais même du mal à les distinguer les uns des autres, du coup, difficile de se sentir intéressé par le sort d’un tel ou d’un tel…Là où dans Basketful, impossible de ne pas remarquer June comme le personnage principal. Elle prend vraiment vie sur les pages. Là, on pourrait avoir un panneau “personnage C sacrifiable” au-dessus de la plupart d’entre d’eux, je ne verrai pas vraiment la différence. 

Il manque donc la petite étincelle créative pour en faire quelque chose de vraiment spécial. 

Verdict : à lire – cela reste sympathique, sans être remarquable.

À lire avant : rien – mini indépendante.

VESTRON 

 

ROM : ORIGINES 

Date de sortie : 26 mai 2021

Prix : 17.95€/112 PAGES 

Scénario : 

Dessin :

Episodes : 

Sollicitation : Cet album raconte les origines de ROM, donne un aperçu de son arrivée sur Terre, retrace un épisode de son passé et explique comment il s’est retrouvé impliqué dans les événements du grand crossover REVOLUTION

Personnage culte des années 80, ROM renaît des profondeurs de l’espace pour s’engager dans une nouvelle ère !

Avis : pas d’avis, je signale juste la sortie. Je n’ai jamais lu de comics Rom de ma vie et cela n’a pas l’air d’être la série culte de Marvel des années 80. 

Verdict : pour les fans hardcore de Rom. 

À lire avant : rien – ce sont ses “origines”. 

TRANSFORMERS GALAXIES : WANNABEE

Date de sortie : 28 mai 2021

Prix : 17.95€/112 PAGES 

Scénario : 

Dessin :

Episodes : 

Sollicitation : Deux histoires de TransformersWannabee

Cliffjumper est fatigué d’être tout le temps confondu avec le populaire Bumblebee…

mais c’est précisément la raison pour laquelle l’ambassadeur Deathsaurus le réclame, dans l’espoir de manipuler les autochtones de la planète Probat, qui cachent un secret de valeur…

Gauging the Truth

Gauge s’est échappée de Cybertron avec les Reversionists, mais ses idéaux la mènent sur un étrange chemin… qui la conduira droit vers ses mentors oubliés, Arcee et Greenlight,

ne lui offrant d’autre choix que de se confronter à Heretech dans une bataille pour sa planète natale.

Avis : pas d’avis, je signale juste la sortie. En tout cas, on voit que Vestron mise beaucoup sur la franchise Transformers. 

Verdict : pour les fans de Transformers. 

À lire avant : connais pas assez pour le dire. 

TRANSFORMERS : Hearts of Steel

Date de sortie : 28 mai 2021

Prix : 17.95€/112 PAGES 

Scénario : 

Dessin :

Episodes : 

Sollicitation : Bumblebee fait équipe avec… Mark Twain !

Dans cette uchronie, les Transformers évoluent sur Terre de l’ère glaciaire à la fin du XIXème siècle, à l’époque des machines à vapeur.

Faisant alliance avec des humains, les Decepticons tentent de mettre la main sur un générateur électrique pour propulser leur nouvelle machine de guerre tandis que les Autobots gagnent la confiance de John Henry et Mark Twain, un écrivain bientôt célèbre…

Avis : pas d’avis, je signale juste la sortie.

Verdict : pour les fans de Transformers. 

À lire avant : connais pas assez pour le dire.

A propos Sam 2132 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

4 Comments

  1. Pour TF Galaxies Wanabee, faut lire le tome 3 de la série principale avant, pour le TF Hearts of Steel, rien a lire avant.

    • je l’avais commencé parce qu’écrite par Mike Carey, et j’avais trouvé ça sympa, mais j’avais perdu le fil au bout de 2/3 épisodes et avait arrêté.

  2. Juste Plunge parce que Joe Hill même si les avis que j’ai pu lire m’ont quelque peu refroidi…
    J’ai abandonné le Snyder-verse au T1 de New Justice que j’avais trouvé bien lourd ! Je continuerai peut-être un jour dans un élan de masochisme ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.