Noble Causes

Avec l’annonce de Jay Faerber il y a un peu plus d’un mois de l’arrêt imminent de Noble Causes, je vais revenir sur les premiers pas de cette série malheureusement jamais éditée en français.

La publication de Noble Causes n’a pas été de tout repos pour le lecteur US. Un one-shot preview, une première mini en quatre parties, une deuxième en quatre, un second one-shot, une troisième mini en quatre parties (et en noir et blanc) et enfin une série régulière !

Au départ, la série était prévue pour être un ongoing mais le départ du dessinateur de la première mini pour DC Comics a contraint Faerber à changer ses plans.

NobleCauses-FirstImpressions Le one-shot de preview, nommé Noble Causes : First Impressions, nous présente une famille de super-héros très « people », les Noble. Imaginez les Fantastic Four pour le côté famille à pouvoirs, ajoutez-y quelques cuillerées des Feux de l’Amour pour le côté trahisons et coups bas, et vous obtenez Noble Causes. J’imagine qu’il y en a qui se disent déjà « Les Feux de l’Amour ? Très peu pour moi merci ». Ils auraient bien tort pourtant de passer à côté de cette série.
L’histoire commence quand le deuxième fils, Race (un ersatz de Flash), présente à sa famille sa nouvelle fiancée, mais petit problème : elle n’a pas de super-pouvoirs, ce qui rend son acceptation au sein de la famille plutôt compliquée. Et quelle famille ! Adultère, enfant illégitime, apparence aux yeux des médias… En à peine quinze pages, Jay Faerber nous plonge au milieu de cette dizaine de personnages et de leurs intrigues sans pour autant que l’on se sente perdu. Mais je vous rassure, cela reste une série de super-héros : il y a donc quand même de l’action. Et de l’humour. C’est bien d’ailleurs une des forces de la série que ce côté parodique des héros. Seul défaut de l’épisode, les dessins de Billy Dallas Patton et surtout l’encrage plat de Damon Hacker ne mettent pas en valeur les personnages et donnent une sensation de bâclé.

Nous avons aussi droit à un back-up de huit pages racontant la rencontre entre Race et Liz, sa fiancée, avec encore une fois l’humour qui caractérise bien la série. Les dessins de Patrick Gleason sont là beaucoup plus à la hauteur de l’ambiance avec une touche cartoony très agréable et des personnages plus soignés. Dommage que le numéro entier n’ait pas été fait par lui.

Au final, un numéro très sympathique qui donne envie de lire la suite et c’était bien le but de ce one-shot d’introduction. Je reviendrai sur la première mini-série dans une prochaine note.

A propos Steve 1107 Articles
A l'origine du projet, chroniqueur sur tous les podcasts, c'est également à lui que revient la lourde et ingrâte tâche de l'enregistrement et du montage des émissions.

5 Comments

  1. N’étant pas une adepte de la BD…ce blog me donne envie d’en découvrir d’avantage .
    J’espère qu’il va durer…j’attends la suite avec impatience.

  2. En effet, Noble Causes s’arrête au numéro 40. Jay Faerber l’avait annoncé au mois d’août. J’ai retrouvé l’interview où il en parlait sur CBR. Il prévoyait de le sortir en Novembre mais il y a du retard, le #37 étant sorti en Octobre. Comme il le dit dans son interview, ce n’est par contre pas la dernière fois où on verra les Noble, ils passeront dans ses autres séries et peut-être reprendra la série un jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.