Unspoken VO : Memoir #1 (sur 6)

Crédits :
Scénariste : Ben McCool (non j’invente pas ce nom)
Dessin : Nikki Cook
Couverture : John Cassaday
Editeur : Image

La série : une petite ville perdue dans le Middle West américain comme il y en a des centaines, la ville semble figée dans les années 50, pourtant Lowesville est particulière, il y a dix ans la ville entière s’est réveillée sans le moindre souvenir. Trent MacGowan est un journaliste, qui a couvert l’histoire à l’époque et en a tiré un livre à succès, il revient dans cette ville de nos jours pour voir s’il ne pourrait en tirer encore quelque chose. Il va trouver bien plus qu’il ne le pensait…

L’épisode : arrivé en ville, Trent prend contact avec différents habitants, mais tous semblent avoir perdu une case avec leur souvenir, certains sont amorphes, d’autres agressifs, d’autres encore semblent avoir basculé dans la folie, c’est dans cette ambiance pesante qu’une découverte macabre est faite au beau milieu de la nuit.

Avis :
Dérangeante, bizarre, malsaine, voilà ce qui ressort de la lecture de ce premier épisode. McCool voulait faire un comic d’horreur, et bien il a réussi à en capter l’ambiance, et surtout l’atmosphère. Dès son arrivée en ville, Trent fait connaissance avec une galerie de personnages tous plus abîmés les uns que les autres, on sent tout de suite que l’on est entré dans un univers complètement barré, renforcé par le côté figé dans le temps de la ville qui semble ne pas avoir changé d’un poil en 50 ans.

Très vite on se demande si Trent n’est pas la seule personne normale dans le coin, mais lui-même n’est pas parfait et l’auteur aime à nous montrer qu’il est là avant tout pour sa pomme et que sa moralité est à géométrie variable.

Mais le script ne serait rien sans les dessins en noir et blanc de Cook, l’artiste ne dessine aucun personnage de manière vraiment normale, la chair y est montrée comme repoussante si bien que l’on a presque l’impression que certains personnages se décomposent devant nos yeux. Le personnage du boucher est en cela particulièrement horrible, sentiment renforcé par le fait qu’il répète de ne surtout pas acheter sa viande…

On ressort de la lecture avec un sentiment mitigé, d’un côté on est content de lire quelque chose de différent du canon du comic habituel, mais dans le même temps on se dit que c’est le genre de truc à ne pas lire avant de manger… ou après. Un comic étrange en somme, qui je pense est à réserver aux fans d’horreur ou d’histoire bien cinglée.

Note : 7,5/10 – un premier épisode qui réussit à créer une atmosphère lourde et étrange, que certains aimeront.

A propos Sam 1915 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.