Unspoken Comics VO : Uncanny X-Men [Vol 2] # 4

Crédits :

Scénario : Kieron Gillen

Dessin : Brandon Peterson

Éditeur : Marvel Comics 

Avis : après un premier arc assez mauvais au cours duquel le scénariste a réussi l’exploit de transformer un très bon personnage comme Sinister en personnage chiant, qui passe son temps à blablater, Kieron Gillen s’essaye encore une fois à la réinterprétation d’un vieil ennemi, mais cette fois avec plus de succès.

Cette fois c’est le Phalanx qui y passe. Censé disparu à la fin de Annihilation Conquest, cette race techno-organique était apparue dans les années 90 sous l’égide du scénariste Scott Lobdell (si ma mémoire est bonne). Ce n’est bien évidemment pas la première fois que l’on se croît débarrassé de la bestiole, puisque l’un de tous premiers épisodes des X-Men que j’ai lu (l’arc X-Men 62 à 65) mettait déjà en scène sa fin supposée.

Le scénariste a toutefois choisi un angle assez original, bien qu’il n’échappe pas à certains défauts malheureux.

Scénario : l’originalité de cet épisode est de présenter l’action depuis le point de vue de l’unité Phalanx. Non il ne nous est pas présenté une suite de 1 et de 0, mais bien la pensée de l’unité qui cherche à tout prix à contacter sa race, et surtout à briser son isolement. Car c’est bien le thème de cet épisode : l’isolement, et surtout combien il est difficile de le surmonter.

Pour rentrer dans la tête du personnage, Kieron Gillen sacrifie toute la première moitié de l’épisode à nous montrer ses pensées. Nous assistons donc à un long monologue de 12 pages, au cours desquelles on voit son arrivée sur Terre, combien il apprécie de faire partie d’un tout, son enlèvement par Sinister (il semble que le scénariste veuille en faire un fil rouge), les expériences que de dernier lui fait subir, et surtout comment cela le transforme.

La deuxième est plus classique avec l’arrivée des X-Men et de la bonne grosse baston contre un bon gros monstre. Mais je suis cependant ravi de constater que le scénariste commence vraiment à poser des bases de liens entre les personnages, élément totalement absent du 1er arc. Ainsi on constate l’inquiétude d’Illyana pour son frère Colossus, qui semble s’abandonner de plus en plus au pouvoir du Juggernaut, mais aussi le désir de Storm de comprendre son opposant. Et oui enfin Storm joue un petit rôle et a même droit à quelque lignes de dialogue. Hourra on se souvient enfin qu’Ororo existe et que c’est un perso génial ! Enfin Namor reste le grand « je sais pas pourquoi je suis là, je dis rien et je sers à rien »…

Si je regrette le poids de la 1ère partie, qui en rebutera beaucoup c’est certain, le fait est que si on arrive à rentrer dans l’épisode, celui-ci s’avère très sympathique, en tout cas bien meilleur que le 1er arc. Il faut aussi dire que c’est la présence de cette première partie qui donne de la profondeur à ce qui serait sans cela une grosse baston crétine contre un gros monstre.

Je pense aussi que le fait qu’il s’agisse d’une histoire auto-contenue en un épisode joue beaucoup dans mon appréciation. Depuis son arrivée Gillen a abandonné les arcs longs chers à Fraction. Ainsi aucun de ses arcs n’a dépassé les 4 parties, donc même si une histoire est gonflante, on a l’assurance que ça ne durera pas longtemps ! On peut toutefois regretter que le scénariste laisse de côté les conséquences de la confrontation de la rencontre avec Sinister pour certains personnages, et là je pense en particulier à Emma.

Dessin : là aussi c’est une bonne surprise. Je dois dire que j’avais gardé un mauvais souvenir du trait de Peterson, trop figé par moment, et un peu trop porté sur les images 3D.

Si l’on retrouve certains de ces défauts, son dessin m’est apparu bien plus vivant que ce à quoi je m’attendais, et il rend parfaitement les scènes d’action, ce qui donne du rythme à l’épisode.

Il est appréciable qu’un dessinateur arrive à rendre cool les pouvoirs des personnages tout de même !

Liens Utiles :

Site de Kieron Gillen 

Site de Brandon Peterson 

Note : 7/10 : ce n’est clairement pas l’épisode du siècle, mais il relève le niveau par rapport au 1er arc, et la partie graphique est à mon sens très réussie.  Encourageant

A propos Sam 2120 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

2 Comments

  1. Ce sont les arcs court qui t’ont poussé à persévérer ? Après tes critiques des précédents épisodes en général tu ne dépasses pas le troisième numéro.

    • En fait c’est une combinaison de choses qui font que je continue, d’une part je suis une fan des X-Men, donc…
      ensuite je sais que Gillen est capable du pire, comme son premier arc qui sort ce mois-ci en VF, comme du meilleur comme ses épisodes
      tie in à Fear Itself qui dans l’ensemble sont vraiment bons
      le fait que le 1er arc soit court aide aussi, je n’ai pas aimé, mais rien ne dit que je ne vais aimer le suivant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.