Guide de lecture Comics VF : semaine du 1er Octobre 2014

PANINI COMICS

AVENGERS 16

AVENGERS 16BDate de sortie : 3 Octobre 2014

Prix :4,80€/ 112 pages

Épisodes : Avengers (2013) 26 ; New Avengers (2013) 14 ; Avengers World 2-3 ; Secret Avengers (2013) 13

Sollicitation :Les Avengers affrontent plusieurs menaces en même temps ! Gorgone a invoqué un dragon gigantesque et la ville de Madripoor est perchée sur sa tête ! L’A.I.M. prépare quelque chose d’impensable contre les Avengers, et les Prêtres Noirs s’apprêtent à détruire notre Terre… seul le Docteur Strange peut nous sauver ! De grandes émotions grâce à HickmanBianchiSpencerCaselliLarrocaGuice et d’autres.

Avis : un mag au contenu contrasté. Si l’on parle des séries Hickman, le bilan est partagé. Sur la série Avengers, vous avez absolument tout ce que vous/nous/le monde entier, en somme je n’ai pas aimé jusque là dans ce run. L’intrigue de base est on ne peut plus classique, mais Hickman fait tout pour la rendre la moins intéressante possible. En somme on va s’ennuyer ferme encore quelques mois sur cette série.

Le titre connaîtra une bien meilleure passe lorsque les épisodes ties ins à Original Sin débuteront. En attendant il va falloir ronger son frein avec les discours intellos, les personnages non développés et Hickman nous hurlant dans les oreilles « il faut le lire, même si c’est chiant, parce que cela fait partie de mon grand plan »…

Sur New Avengers, le contenu est bien plus attrayant, bien que la partie graphique soit moins aboutie qu’attendue. Sous pretexte d’observer des Terres parallèles pour voir comment ils gèrent les incursions, Hickman développe en réalité de manière importante toute la mythologie autour de ce phénomène. Il nous présente les différents groupes qui gravitent autour, le vivent, lui survivent et qui vont jouer un rôle essentiel dans la conclusion du récit.

Je l’ai souvent dit et je vais me répéter, mais c’est vraiment sur cette série que le scénariste se fait clairement plaisir. Tout comme je vais vous répéter d’être patient, car dans quelques mois Hickman cessera de mettre les choses en place pour vraiment entrer dans le dur.

Sur Avengers World et Secret Avengers, Spencer continue de dérouler son récit. Si les séries sont intéressantes, on peut toutefois regretter que le scénariste fasse autant traîner les choses et souffre du problème de son aîné, à savoir une tendance à tout transformer en monologue intello …Je suis tout de même intéressé par le sort de Mockingbird dans Secret Avengers, bien que cette intrigue ait été injustement retardé par des ties ins sans intérêt à Infinity. 

Verdict : à lire. 

AVENGERS UNIVERSE 16

AVENGERS UNIVERSE 16Date de sortie : 3 Octobre 2014

Prix : 4,80€/ 112 pages

Épisodes : Avengers Assemble 23 ; Thor : God of Thunder 16 ; Indestructible Hulk 16-17 ; Captain America (2013) 15

Sollicitation :Tandis que les Avengers recherchent les cocons des Inhumains avec WolverineBruce Banner tente de trouver un remède ! Thor continue sa quête pour capturer Malekith le Maudit et Captain America affronte Nuke dans un épisode dont le final vous laissera sans voix ! Par RemenderWaidDeConnickEllisAaronGarneyPacheco,Buffagni et Mann.

Avis : bon, je ne vais pas m’attarder sur ce mag. J’ai déjà donné mon avis sur les deux seules séries intéressantes, à savoir Thor et Cap, qui connaissent avec ces arcs le creux de la vague. Thor va connaître un léger mieux dans les mois à venir sans retrouver son niveau d’autrefois. Quant à Cap et sa dépression, il faudra attendre encore 6 à 7 mois/épisodes avant que le titre retrouve des couleurs. Bref rongez votre frein…

Verdict : à éviter. 

SPIDER-MAN 16 : LA NATION BOUFFON 1 (sur 3)

SPIDER-MAN 16BDate de sortie : 3 Octobre 2014

Prix : 4,80€/ 112 pages

Épisodes Superior Spider-Man Team-Up 10 ; Superior Spider-Man 27.NOW-28 ; Superior Foes of Spider-Man 10-11

Sollicitation : Début officiel de La Nation Bouffon de Dan SlottGiuseppe CamuncoliKevin Schinick et Marco ChecchettoLe Bouffon Vert déclenche son plan machiavélique afin de devenir l’homme le plus puissant de New York ! Et plusieurs épisodes mettant en scène les Sinister Six signés par une « énorme » équipe de scénaristes et de dessinateurs !

Avis : nous entrons donc avec cet arc dans le dernier acte de la série Superior Spider-Man, qui est aussi malheureusement le plus faible. Et à plusieurs niveaux. Tout d’abord, la question de la mise en place. On s’en rend vite compte à la lecture des premiers épisodes, Slott commence vraiment à exploiter les différents éléments qu’il a mis en place au cours de la série. La position de Jameson. L’ascension d’Alchemax. La présence de Spider-Man 2099 dans le présent. Les spider-Slayers. Et finalement le plan du Bouffon Vert…

Mais sur ce dernier point, il faut s’armer de patience, car Slott continue à empiler les idées de ce côté là. Il faut ainsi attendre plusieurs épisodes encore pour savoir ce que veut le Green Goblin alors que le scénariste s’amuse encore avec la révélation de son identité…Une révélation des plus décevantes au final au vu de tout le teasing que nous a fait Slott au cours de l’année passée…

Ensuite, il y a bien entendu la question du retour de Peter. Non je ne spoile pas, c’est le truc auquel tout le monde s’attend. D’autant plus que le fantôme de Peter vient de faire son retour dans l’entourage de Doc Ock. Et là aussi c’est une autre déception. Mais je vous laisse pour comprendre ce que je veux dire par là.

Enfin, tout ce que cela prouve c’est que Slott n’est pas fait pour les longs arcs. Il s’essouffle bien trop vite et tend à confondre nourrir son histoire avec le fait de mettre encore des trucs en place pour meubler. La conclusion de la série qui approche n’est pas non plus une horreur sans nom, mais au vu de la qualité de la série jusque là, on pouvait légitimement s’attendre à mieux.

Verdict : à lire. 

WOLVERINE 16

WOLVERINE 16Date de sortie : 3 Octobre 2014

Prix : 4,50 EUR, 80 pages

Épisodes  Wolverine and the X-Men (2011) 42 ; Wolverine: Japan’s Most Wanted HC (IV)

Sollicitation : Spécial 80 pages ! L’année scolaire touche à sa fin à l’École Jean GreyJason Aaron et une kyrielle d’artistes orchestrent la distribution des prix dans un épisode de 30 pages ! Plus, la conclusion de l’aventure japonaise de Wolverine, par AaronLatourGarza et Diaz.

Avis :  conclusion de la superbe série Wolverine and the X-Men ce mois-ci dans le mag Wolverine. C’est d’autant plus triste que pour le moment aucune série n’a vraiment réussi à re-capturer l’esprit particulier que Jason Aaron avait réussit à injecter au cours de ces 42 épisodes…42 épisodes, presque un record dans le marché actuel et surtout chez Marvel où désormais toutes les séries sont relancées tous les deux ans. C’est donc déjà un petit miracle qu’a accompli le scénariste. Mais c’est loin d’être le seul. 

En termes de miracle, on peut citer :

– créer une série avec Wolverine dans le titre où le griffu n’a pas été omniprésent. Une série où Aaron a pu continuer tout le travail qu’il avait entamé dans la série éponyme du héros. En quelques années, et avec le renfort conjoint de gens comme Rick Remender, Aaron a en effet achevé une transformation profonde du personnage.

Après des années à être représenté comme un sauvage et un tueur sans scrupules, Aaron l’a peu à peu poussé sur une autre voie. Une voie plus apaisée, où le fait d’être appelé professeur Wolverine ne faisait pas (trop) rire. Au moment de lancer la série cette idée semblait un suicide créatif. Pourtant aujourd’hui on ne pourrait le voir autrement.

– la création d’une génération de jeunes élèves enfin appréciés des lecteurs ! Durant des années, Marvel a tenté de recréer le succès de séries comme les New Mutants ou encore Generation X. Mais aucune n’a vraiment rencontré son public, nouveau  symptôme du déclin d’une franchise où l’on crée des personnages aussi vite qu’on les jette à la poubelle. Pourtant Aaron a réussi ce pari fou de nous faire aimer des petits monstres comme Broo, Eye Boy, Shark Girl, ou encore ce satané Quentin Quire. Mais surtout Broo, bien entendu …

– installer une série X-Men où les personnages ne sont pas en dépression constante ou s’agitent dans des intrigues décompressés sans aucun fond. Aaron a apporté sur cette série une énergie bienvenue, rafraîchissante, enthousiasmante.

Et voilà c’est fini.

Comme d’habitude chez Marvel, la plupart des nouveaux personnages vont passer à l’as. Même mon cher Broo…La nouvelle série Wolverine and the X-Men n’étant que l’ombre du petit doigt de la précédente série…Cette succession ratée ne fait que donner plus de valeur à ces 42 épisodes. On se souviendra que pendant quelques années, nous avons eu quelque chose de vraiment spécial…

Verdict : Sniff, au revoir …

X-MEN 16 : LE PROCÈS DE JEAN GREY 3 (sur 6)

IRON MAN 16 : LE PROCÈS DE JEAN GREY 4 (sur 6)

X-MEN 16 BDate de sortie : 3 Octobre 2014

Prix : 4,80€/ 112 pages

Épisodes  All-New X-Men 23 ; Uncanny X-Men (2013) 16-17 ; Amazing X-Men (2014) 6 ; Inhumanity: The Awakening 1

Iron Man (2013) 21 ; Guardians of the Galaxy (2013) 12 ; Nova (2013) 12 ; Avengers A.I. 6-7

Sollicitation :Les X-Men et les Gardiens de la Galaxie veulent libérer Jean Grey, capturée par les Shi’ars ! Magnétoprend une décision cruciale et Diablo est de retour ! Plus, début d’une mini-série impliquant les mutants et les nouveauxInhumains. Par BendisImmonenBachaloAaron et bien d’autres.
Iron Man affronte le Péril Rouge pour sauver la Cité du Futur, par Gillen et BennettNova se mesure au chasseur de primes spatial Cadivan, encouragé par Duggan et Medina. Les Gardiens de la Galaxie et les X-Men volent au secours de Jean Grey, emmenés par Bendis et Pichelli. Et on retrouve les Avengers I.A. de Humphries et Schiti.

Avis :  encore une fois je joins ma critique des deux mags à l’occasion du crossover Trial of Jean Grey toujours dispersé entre les revues X-Men et Iron Man…Pas grand chose à dire sur le dit crossover à part que ces épisodes assez chorales qui voit la rencontre entre les All New X-Men et les Gardiens sont assez superficiels. Quant au procès en lui même, si vous avez suivi l’univers cosmique ces dernières années, la caractérisation de Gladiator vous fera dresser les cheveux sur la tête …à l’image de l’empereur des Shi’ars. Fini le grand guerrier pétri d’honneur. Bendis le dépeint comme un leader dogmatique, buté et revanchard dénué d’un sou de jugeote.C’est vraiment un des éléments qui m’a le plus déplu dans ce crossover. Parmi bien d’autres …

Concernant les autres séries, le scénariste s’en tire bien mieux sur Uncanny X-Men. Après le complètement anecdotique tie in à Inhumanity le mois dernier (quel intérêt ce machin ?), Bendis peut commencer à mettre en place des choses dans la série. Il va notamment s’intéresser de près à certains des élèves de Cyclope pour les aider à développer personnalité et pouvoirs. Il est vraiment intéressant que le scénariste ait pu consacrer un peu de temps à ces élèves qui jusque là avaient peu été développés et faisaient essentiellement tapisserie. 

Enfin chant du signe bis pour Jason Aaron, et oui alors qu’il dit adieu à la série Woverine and the X-Men dans le mag Wolverine, il dit tout simplement adieu aux X-Men tout court avec son dernier épisode d’Amazing X-Men. Il peut consacrer un peu de temps au lutin bleu alors qu’il commence à reprendre contact avec l’existence, dire bonjour à des amis perdus…et une certaine maman…Etant donné le peu d’épisodes d’Amazing qu’il a signé, il n’y a pas l’émotion qu’il y a dans Wolverine and the X-Men , mais le résultat est efficace et permet de dire au revoir à un scénariste qui aura œuvré de nombreuses années sur ce coin de l’univers Marvel. 

Verdict : à lire. 

X-MEN UNIVERSE 16

X-MEN UNIVERSE 16Date de sortie : 3 Octobre 2014

Prix4,80€/ 112 pages

Épisodes : X-Men (2013) 10 ; Savage Wolverine 14.NOW ; All-New X-Factor 1 ; Magneto (2014) 1 ; Nightcrawler (2014) 1

Sollicitation :De nouvelles séries ! De nouveaux auteurs ! Ne ratez pas les débuts de Magnéto (par Bunn/Walta),Facteur-X (par David/Di Giandomenico) et Diablo (par Claremont/Nauck) ! Avec aussi le retour des X-Men de Brian Wood et Kris Anka, et de Wolverine dans une nouvelle saga écrite et dessinée par Richard Isanove. Un numéro collector, idéal pour commencer X-MEN UNIVERSE, agrémenté d’une couverture métallisée d’Alex Ross. 

Avis : renaissance ! c’est le mot d’ordre pour ce nouveau numéro de X-Men Universe qui voit l’arrivée de nouvelle séries ! de nouveaux titres bienvenus au vu de l’agonie sans fin connue par la revue ces derniers mois ! Entre des séries en fin de vie, un X-Men sans intérêt et une anthologie sur Wolverine dont on se demande encore ce qu’il fait dans ce mag, X-Men Universe avait clairement besoin d’un bon ravalement de façade sous peine de s’effondrer. 

Ainsi nous voyons 3 nouvelle séries récentes de la gamme X-Men intégrer le mag :

Nightcrawler de Chris Claremeont et Todd Nauk qui voit le retour du papa des X-Men sur un titre de la franchise après plusieurs années passées au placard. Pour cette nouvelle série, le scénariste adopte de manière assez réussie le point de vue de son personnage. A savoir quelqu’un qui a été absent depuis plusieurs années et qui à son retour découvre que pas mal de choses ont changé.

Xavier est mort, Wolverine a rouvert l’école, Cyclope est désormais un révolutionnaire recherché et les X-Men sont apparemment irrémédiablement divisés. Et ce sans compter sans la palanquée de nouveaux élèves plus cinglés les uns que les autres qui peuplent l’école…

Tout en tenant compte de tous les récents apports, Claremont reste aussi dans le familier en ramenant des personnages bien connus de Nightcrawler, qui va aller rendre une petite visite à certains membres de sa famille…notamment une certaine sorcière avec laquelle il a grandi et qui n’est plus apparue dans un titre X-Men depuis des lustres…

La série dégage donc un forte odeur de « old school » tout en étant située dans le monde actuel des X-Men. Pour l’occasion, Claremont semble avoir abandonné certains de ses tics et adopter une narration un poil moins lourde. Fini les longs textes de descriptions…fini les longs textes en général…La série est dans l’ensemble sympathique sans rien révolutionner.

– All New X-Factor : là on monte clairement d’un cran dans la qualité avec la nouvelle version de X-Factor, toujours menée par ce bon vieux Peter David qui n’a ici rien perdu de son talent. Autant être direct, il ne reste pratiquement rien de la précédente version du titre. Pas de Madrox ou de Layla (qui continuent donc de se la couler douce…). Le scénariste construit de toute pièce une nouvelle équipe autour du personnage de Lorna Dane alias Polaris.

Embauchée par une firme internationale qui veut sa propre équipe de super-héros, elle va recruter au petit bonheur la chance des gens…presque aussi paumée qu’elle ! Entre un Quicksilver qui cherche à nouer des liens avec sa soeur et un Gambit qui ne se sent plus à sa place parmi les X-Men, Peter David va construire un groupe assez hétérogène…suffisamment pour faire voler des étincelles assez vite.

Bien qu’il faille 12 épisodes pour complètement assembler dans son intégralité l’équipe, Peter David fait avancer son titre de manière assez rapide, par une succession d’arcs courts en 2 ou 3 parties. Chaque petit arc apporte son nouvel ennemi, son nouveau problème, et son nouveau membre.

Comme d’habitude avec Peter David, on retrouve son talent habituel pour créer de nouvelles menaces, développer un décor foisonnant et surtout, SURTOUT, développer ses personnages et leurs relations. Et avec un groupe aussi amoché que celui-là, Peter David n’a pas à forcer son talent bien longtemps.

All New X-Factor ne fait nullement honte à la précédente version de la série et comme elle, on espère qu’elle connaîtra une longue vie ! A ce titre il faut espérer que Panini ne massacrera pas la série cette fois. Donc pas de voyages entre mags, entre kiosque et librairie, et surtout : on ne laisse pas une avance de malade entre VF et VO ! Le fait est que le titre avance très très vite aux USA, nous en sommes au numéro 14 au moment où j’écris ces lignes, donc chop chop petit éditeur !!!

– et enfin, last but not least : MAGNETO !!! bien que sceptique au départ sur les chances d’une série consacrée au maître du magnétisme, il faut bien avouer qu’il s’agit là d’un pari réussi pour Marvel. Le scénariste, Cullen Bunn, réussit ici à plonger d’une part dans les pensées du personnage, son passé, ses objectifs et d’autre part à nous plonger dans les ombres de l’univers des X-Men.

Magneto est ainsi décrit comme un homme en mission qui parcourt le globe afin de détruire, tuer et massacrer tous ceux qui s’en prennent aux mutants…et la vache ils sont nombreux. Soyons clairs nous avons là une série exceptionnellement sombre qui ne fait pas ou très peu dans la douceur.

A ma grande surprise, Cullen Bunn réussit quelque chose que je ne pensais plus possible : m’intéresser à une série où les monologues intérieurs du protagoniste sont omni-présents. Depuis Watchmen, nombre de scénaristes se sont essayés à ce type de narration et très peu ont réussis. Ces dernières années, ce style a été l’apanage de tous ceux qui se croient bon scénaristes et tout ce qu’il en est ressorti c’est leur propre prétention.

Ici, cela fonctionne à merveille, car le personnage de Magneto s’y prête parfaitement. Le bagage de Magnus fait que l’on va souvent plonger dans son passé, ses réflexions, ses doutes, sa volonté de bien faire…mais aussi la claire vision qu’il a de lui-même : un damné au delà de toute rédemption conscient de ses crimes mais résolu à faire ce qui est, encore, en son pouvoir pour sauver autant de mutants qu’il le peut.

En ce qui me concerne, le titre est un vrai coup de coeur et je vous la recommande chaudement. Même le dessinateur, Gabriel Walta, vu auparavant sur Astonishing X-Men, s’en sort particulièrement bien. Alors que je n’aimais pas du tout ses précédents travaux, son style s’avère parfaitement adapté à cette série.

Verdict : à posséder !



URBAN COMICS 



SWAMP THING TOME 3

SWAMPDate de sortie : 5 Octobre 2014

Prix : 22.5€/296 pages 

Scénario : Scott Snyder & Jeff Lemire 

Dessin : Steve Pugh & Yanick Paquette 

Épisodes :  Swamp Thing #13-18 + Annual #1 + Animal Man #13-17

Sollicitation : La Créature du Marais et Animal Man, champions respectifs de la Sève et du Sang, sont transportés dans un futur alternatif, dominé par les forces de la Nécrose. Dans ce Nécromonde, ils vont devoir organiser les derniers surhommes survivants, dont Steel, Poison Ivy ou Frankenstein, en un groupe à même de vaincre les armées d’Anton Arcane

Avis : après bien des mois d’attente, Urban se décide enfin à nous sortir les derniers tomes de Swamp Thing et Animal Man. Première chose importante, vous devez absolument lire ce tome de Swamp Thing avant de poursuivre la lecture du tome 3 d’Animal Man qui se se situe chronologiquement après et gère en partie les conséquences de l’arc Nécromonde (ou RotWorld en VO). 

Pour resituer un peu, puisque le dernier tome date de plus d’un an…Les deux héros, Swampy et Animal Man, sont tombés dans le piège tendu par l’avatar du Rot, Anton Arcane. Ils se sont aventurés dans le domaine du Rot, où le temps s’écoule différemment. Ainsi en revenant dans le monde réel, ils ont été abasourdis, en même temps que les lecteurs d’apprendre, qu’un an s’était écoulé dans le monde réel.  Dans ce laps de temps, et débarrassé des héros avatars du Red et Green, le Rot a pu conquérir le monde.

Un monde où la plupart des super-héros DC sont tombés, où les quelques survivants se sont regroupés dans les rares lieux de pouvoirs encore subsistant du Red et du Green. Des lieux qui sont eux aussi sur le point de tomber. C’est donc une mission suicide que vont mener Swamp Thing et Animan Man pour vaincre le Rot avec quelques alliés dans un monde devenu totalement hostile.

Le résultat est en demi teinte, il faut bien le dire. De fait en transportant l’action dans ce futur, on comprend dès le départ comment tout cela va se résoudre. Il y a donc un élément de surprise en moins. Pourtant, malgré ce point noir, tout n’est pas à jeter, loin de là. Les aventures vécues par les survivants sont prenantes et riche en surprise, si bien que l’on ne s’ennuie pas malgré la longueur relative de l’ensemble.

Et oui, Urban a eu la très bonne idée de rassembler l’ensemble dans un seul tome qui contient de fait 11 épisodes à s’engouffrer. Un sacré mastodonte, mais qui je pense aide à faire passer tous ces épisodes et les quelques longueurs du récit.

A noter qu’il s’agit ici des derniers épisodes de Scott Snyder sur Swamp Thing. Depuis lors la série a été reprise par Charle Soule et a permis au scénariste de se faire un nom…à ma grande surprise. En effet bien que tous crient au génie pour ce run, très sincèrement les quelques épisodes que j’ai réussi à grand peine à lire, ne m’ont pas du tout intéressés…

Verdict : à lire.

ANIMAL MAN TOME 3

ANIMAL MAN TOME 4Date de sortie : 3 Octobre 2014

Prix : 17.5€/192 PAGES 

Épisodes  :  Animal Man #18-23 + annual 2

Sollicitation : Au sortir du Nécromonde, Buddy Baker subit la plus lourde perte de sa carrière de super-héros. Au fond du désespoir, son salut viendra du dernier endroit auquel il s’attend : Hollywood ! Nommé aux Oscars, Animal Man va voir sa vie chamboulée par cette nouvelle célébrité !

Avis : je réitère ici l’avertissement que j’avais énoncé dans mon avis sur le tome 3 de Swamp Thing. A savoir que vous devez lire le tome de Swamp Thing de manière impérative AVANT d’entamer ce tome 3 d’Animal Man. Comme vous pouvez le constater l’ensemble des épisodes Rot World d’Animal Man seront en effet publiés dans le tome 3 de Swamp Thing. Et il ne s’agit pas du genre d’épisodes que vous pouvez vous permettre de manquer. Les conséquences de cet arc sur la série sont en effet de nature majeure. L’impact est tout simplement énorme en raison des pertes que Buddy Baker va subir à la suite de Rot World. Des pertes qui vont être le fil rouge de la série pour sa dernière année.

Et oui il s’agit ici de l’avant dernier tome des aventures de Buddy Baker ! Une fin certes commandée à un certain degré par un affaissement des ventes mais aussi par le fait que Jeff Lemire est arrivé au bout de son run sur la série. A l’inverse de Swamp Thing, DC n’a pas souhaité poursuivre l’aventure sans l’auteur qui avait relancé le titre à l’occasion du New 52. Mais pas d’inquiétude, Lemire ne restera pas éloigné du personnage de Buddy très longtemps…

Quant à ce tome 3 d’AM, soyez prévenus qu’il est légèrement déprimant. D’une part Buddy doit faire face donc aux pertes consécutives à RotWorld, et comme je l’ai dit c’est du lourd, et d’autre part Lemire accroît le malaise du lecture en propulsant Buddy dans les affres de la célébrité…Et ce n’est pas joli-joli. Outre le harcèlement médiatique, Lemire insère dans la série toute une série de commentaires d’internautes inventés pour l’occasion qui donnent leur avis sans concession sur la situation de Buddy…et c’est relativement inhumain bien des fois. On sent bien le commentaire de Lemire poindre sur cette société où chacun a une opinion et se sent en droit de l’exprimer. Même si cet avis reflète une profonde bêtise. Il est bien évident que je ne suis pas du tout concerné…

De fait avec tout ça, la série n’est plus vraiment réjouissante à suivre car la vie de Buddy devient relativement déprimante au cours de cette année bien noire…

Verdict : à posséder. 


BATMAN TOME 4

BATMAN TOME4Date de sortie : 3 Octobre 2014

Prix : 17.5€/192 pages 

Scénario : Scott Snyder 

Dessin : Greg Capullo 

Épisodes : Batman #0, 21-24

Sollicitation :Il y a cinq ans, Bruce Wayne, jusqu’alors porté disparu, est revenu à Gotham, bien décidé à mener une guerre au crime. Mais le poids de son héritage le pèse, et son plus grand adversaire ne sera pas le Red Hood et son gang mais bel et bien une nouvelle menace issue des Entreprises Wayne !

Avis : ohhhhh merveilleux !!! Urban débute cette semaine la réédition en librairie du Zero Year de Scott Snyder ! La réinterprétation des origines de Batman, façon New 52 aura suscité bien des commentaires. Soit des éloges soit des diatribes acerbes. Critiqué pour sa longueur, 11 épisodes, Zero Year s’inscrit pourtant pour moi comme l’un des meilleurs boulots de Snyder sur la franchise Batman. Oui l’ensemble est assez long. Mais le découpage en 3 arcs parfaitement délimités fait parfaitement couler l’ensemble. Pour cela Snyder déroule un récit qui prend une direction différente à chaque arc. 

Dans le premier arc qui est republié ici, on assiste à la naissance de Batman. Du retour de Bruce à Gotham, la reprise de contact avec les membres de la famille qu’il lui reste, sa lutte en sous marin contre le gang du Red Hood, jusqu’à bien entendu la révélation Batman. L’histoire est parfaitement déroulée, et les pièces du puzzle s’assemblent de manière assez claire au fur et à mesure qu’avance le récit. Snyder à ce titre passe un temps considérable à développer le personnage de Bruce, afin de donner encore plus de puissance à Batman lorsqu’il finit par apparaître.

Lors de ce premier arc en outre, Snyder fait de son mieux pour synthétiser les plus grands récits sur les origines de Batman, de la trilogie Nolan à Year One de Miller au Detective Comics 27 de Bob Kane et Bill Finger. Il y parvient tout en modernisant l’ensemble.  Et par là, j’entends qu’il adapte cette histoire aux années 2010. Si le Year One de Miller était inspiré par le New York des années 80 ravagé par le crime et la corruption et l’Amérique de l’époque. Snyder nous parle ici des USA d’aujourd’hui. 

Dans l’ensemble, Zero Year est une réussite. Certes le récit est parfois inégal, mais les qualités l’emportent largement sur les défauts ! 

Verdict : à posséder 

A propos Sam 1994 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

6 Comments

  1. Urban a décidé de vider mon compte en banque… A noter que pour Rotworld il manque les tie-ins de la série Frankenstein, Agent of S.H.A.D.E., une série de Jeff Lemire arrêté depuis un moment et injustement absente en VF… Un remplaçant pour Animal Man en librairie lorsque tout le run de Lemire sera terminé ?

    Pour Batman on a du coup sauté les quelques épisodes entre Death of the Family et Zero YEar, je me demande si on les aura plus tard.

    • Ah oui la ça fait mal, je suis les 3 séries dont les tomes librairie sont présents dans ce guide et je n’ai toujours pas acheté le infinite crisis ainsi que le power girl des semaines précédentes.
      Ca y est je me noie sous les sorties…..

  2. Bonjour Marti,
    Quels sont les numéros des épisodes de Frankenstein, Agent of S.H.A.D.E. en question et valent-ils le coup?

    Merci d’avance.

    • Il s’agit de Frankenstein #13-14, par contre je ne les ai pas lu, donc je serai incapable de dire ce qu’ils valent… Pour la série en général j’ai lu le premier arc et c’était vraiment bon, je vais finir par me prendre les TPB je pense. Par contre ce n’est pas Jeff Lemire mais Matt Kindt qui a écrit ces tie-ins, je ne sais pas ce que ses épisodes à lui valent…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.