Tops et Flops de la semaine

VO – Sorties  du 10 JUIN 2015

TOPS DE LA SEMAINE

3 –  Starve de Brian Wood & Danijel Zezelj. A l’origine, je n’avais pas l’intention de m’intéresser à cette série,  en grande partie en raison de l’irrégularité de son auteur qui peut vous sortir un très bon projet et pondre une sombre daube dans la foulée…

Starve 001

Puis j’ai vu quelques critiques comparer ce premier épisode à Transmet de Warren Ellis et voilà quelque chose que je prends très au sérieux …on ne cite pas Transmet sans un minimum d’assurance, sans savoir de de quoi on parle et surtout sans une sérieuses assurance vie pour vous prévenir de la horde d’assassins envoyés par les milliards de fans de ce chef d’oeuvre si vous avez décidé de raconter un tas de conneries…

Pour le moment, je retiens les chiens en laisse car je peux comprendre d’où vient la comparaison bien que le nouveau titre de Brian n’arrive pas à à la hauteur d’un des orteils de Transmet…

En effet l’histoire s’intéresse à un ancien cuistot célèbre aux USA pour une émission culinaire et sa langue bien pendue qui vient de passer les dernières années de sa vie à vivre dans le trou du cul de l’Asie du sud Est dans une béatitude constante à coup d’alcool, drogues et autres distractions très amusantes…

Bref comme Spider au début de Transmet, il est bien heureux au fin fond de nulle part quand on vient le chercher pour honorer quelques contrats laissés en suspens par une crise économique qui a ravagé la planète …mais a eu le bon ton de faire de son ancienne émission le show numéro 1 des USA et du petit 1% des plus riches encore en vie …

Il y a donc une ressemblance, mais cela s’arrête là, car les idées de Brian Wood sur l’avenir du capitalisme revienne au galop comme souvent avec lui (au cas où vous n’auriez pas compris, il n’est pas un fan…ah là là tous ces gauchistes …) et surtout il manque cette glorieuse fureur, cette verve vengeresse, ce déferlement d’idées bombardées par minute, cet esprit déjanté, cette absence de limite…bref il manque l’esprit de Warren Ellis complètement allumé derrière cet ersatz.

Malgré tout, si je cite ce numéro 1 dans mon Top 3 c’est qu’il contient quelques qualités propres qui méritent la lecture, avec un personnage principal bien construit et fouillé, un cast qui commence à se monter attirant et mon goût personnel pour les bouquins sur la cuisine …

Note :  8/10 – ne l’appelez pas Transmet…non sérieux, ne le faites pas ou ça va chier dans le ventilo…principalement des morceaux de votre anatomie dont vous aurez du mal à vous passer…

2 –  Rachel Rising 34 de Terry Moore.ohhhhhhhhhhhhh, à l’inverse de tout ce qu’il avait fait sur le bouquin jusque là, notamment toute la teinte horrifique bien sentie, matinée d’apocalypse de proportion et d’inspiration biblique, Terry Moore nous livre avec ce numéro une des scènes les plus mimi qu’il ait jamais produite…

Rachel Rising 034

Et une révélation bien What The Fuck sur la dernière page qui vous fait reconsidérer tout l’histoire pratiquement depuis le début.

Si l’on peut regretter que l’auteur avance toujours aussi lentement sur certaines intrigues, comme la tentative de meurtre contre Rachel ,qui n’était pas vraiment une tentative, dans le numéro 1, parce que techniquement elle a aboutie à la mort de la jeune femme…Il faut bien avouer que le monsieur sait toujours aussi bien ménager ses effets et après 34 numéros permet à ses lecteurs de commencer à vraiment accrocher à son histoire …

Note :   8,5/10

1 – Marvel Zombies 1, de Simon Spurrier & Kev Walker. Oui, oui je sais déjà ce que vous  allez dire, ce n’est certainement pas le meilleur comic-book de la semaine et vous pouvez tous me citer une bonne demi douzaine de trucs de meilleure qualité…

MARVEL ZOMBIES #1

MAIS ! mais il se trouve que j’ai une faiblesse de plus en plus affirmée pour les trucs signés Simon Spurrier qui s’en tire plus que bien sur ce premier numéro ! et que l’auteur a en outre le bon sens et la bonne idée d’utiliser comme personnage principal Elsa Bloodstone, autre faiblesse personnelle depuis son apparition dans le Nextwave de Warren Ellis.

Et il faut bien dire que l’association des deux fonctionne à merveille ! Spurrier écrit une Bloodstone fun et torturée par son passé et son éducation à la fois. On voit qu’il ne renie rien de ce qu’Ellis a fait avec elle au point que l’on verrait bien Spurrier écrire un prochain volume de Nextwave…mais bon là je rêve un peu.

En tout cas j’espère que Marvel est bien décidé à garder la main sur cet auteur et lui réserve quelques projets bien juteux une fois passé Secret Wars.

Note :   9/10 –

LES BONNES SURPRISES DE LA SEMAINE

– Catwoman 41, de Genevieve Valentine & David Messina . Comme j’ai pu le dire la semaine dernière, bien que la nouvelle direction donnée à la série Catwoman m’intéresse, j’avais assez vite laissé le titre de côté …et cette semaine, je me suis rendu compte quelle erreur j’avais commise…

CATWOMAN #41

Outre une aisance claire et évidente dans l’utilisation du personnage de Selyna Kyle, Valentine a tissé autour de son héroïne et de sa nouvelle position tout un faisceau d’intrigues et de sous intrigues où les menaces sont légion, son pouvoir menacé de tous les côtés et sa personne tiraillée par différentes loyautés…alors qu’elle apprend le sort réservé à Batman à la fin d’Endgame.

Bien que je trouve la réaction un peu trop mélodramatique, car cette Catwoman et ce Batman n’avait pas la relation bien plus intime et poussée que ceux de l’ancien univers DC, le reste de l’épisode est réellement bien géré et donne une XXX d’envie de lire la suite…et dans mon cas de rattraper les épisodes que j’ai raté !

Note : 8/10 –

– Detective Comics 41, de Francis Manapul & Brian Buccelato et Fernando Blanco. Là aussi une bonne surprise alors que le duo créatif Manapul et Buccelato qui jusque là avait tout simplement réussi à me faire abandonner la lecture du titre réussit à me convaincre de leur redonner une chance…

DETECTIVE COMICS #41

Outre le retour réussi de Renée Montoya dans le New 52, retconnée comme une vieille connaissance d’Harvey Bullock et non comme une inconnue sorti du cul des auteurs…le titre ménage avec succès plusieurs sous intrigues et installe clairement ce petit duo (ou trio avec la nouvelle copine d’Harvey) comme étant au centre des choses…

Bien que le nouveau Batman fasse quelques apparitions, on comprend vite qu’il n’est qu’un décor pour permettre à d’autres acteurs d’être mis en valeur. Quelque part tant mieux, cela va permettre de ne pas faire redondant avec les autres titres Batman

Note : 8/10

A propos Sam 1954 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

1 Comment

  1. Je suis également tombé sous le charme de Marvel Zombies, Simon Spurrier a bien saisi l’essence d’Elsa Bloodstone telle qu’écrite par Warren Ellis dans Nextwave ainsi que le côté « connard de père traumatiseur » d’Ulysses Bloodstone comme on a pu le voir récemment dans Avengers Arena.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.