Tops et flops du mois : Février 2017 – Comics VO

TOPS

5 – INVINCIBLE #133 de Robert Kirkman & Ryan Ottley

Avis : un épisode de recueillement …musclé ! après la perte qu’il a subi le mois dernier, Mark Grayson fait parler ses sentiments …et ses poings ! Un épisode qui je trouve rattrape sacrément l’épisode 132 qui m’avait un peu déçu par sa conclusion assez expédiée. Un des personnages majeurs de la série y périssait…sauf que cela manquait complètement d’impact.

Invincible-133_cvr

Kirkman rattrape le coup ici, en montrant bien les effets sur la famille Grayson et ses amis…tout en ne se privant pas d’amener un autre moment important dans la vie de son personnage attendu de très très longue date ! Un moment de joie, mêlé à un moment de tristesse bien balancé…avant une révélation finale qui risque fort de secouer les choses dans le groupe de Mark dans l’avenir !

De manière évidente, Kirkman se garde cette petite bombe pour plus tard…de préférence vers la toute fin j’en suis sûr, quand il s’agira de montrer vers quel destin les personnages survivants au prochain conflit vont se diriger. Bref un premier épisode rempli d’émotions, surtout quand vous êtes un lecteur de longue date.

Note : 8/10

4 – Super Sons #1, de Peter J.Tomasi et Jorge Jimenez

Avis : en principe, je préférerai aborder ce  titre dans la chronique réservée aux nouvelles séries, mais j’ai tellement apprécié ce premier numéro, qui apporte un vrai souffle de fraicheur dans l’univers DC, que je je peux m’empêcher de le signaler ici. Outre le fait de ramener un vrai sentiment d’héritage qui était absent du New 52, alors que les enfants de Superman et Batman s’associent, l’épisode se démarque réellement grâce à la très bonne caractérisation des personnages par Peter Tomasi.

SUPSO-Cv1a

Outre les méthodes d’éducation complètement différentes, chacun dans son style Batman et Superman sont des bons parents même si Batman est moins…démonstratif…, la caractérisation des deux gamins ne peut à la fois que vous rappeler des souvenirs tout en vous donnant un large sourire devant les bêtises dans lesquelles ils vont clairement se lancer…Bref, on ressort de cela tout léger en se demandant encore et en s’interrogeant, pourquoi DC n’a pas eu cette idée plus tôt ?

Note : 8,5/10

3 – DEATHSTROKE #12 de Christopher Priest & Joe Bennett

Avis : ahhhh Priest m’a re-eu !!! alors que l’ensemble des sous intrigues qu’il a lancé dans le titre commence à lentement converger et à encercler les différents personnages concernés, notamment son fils et son très lourd secret…ce qui se démarque dans cet épisode c’est sans le moindre doute, et encore une fois le portrait du personnage de Deathstroke.

deathstroke12

Encore une fois, le scénariste prouve que non seulement il maîtrise à la perfection son personnage, mais surtout qu’il reste complètement  fidèle à la continuité de celui-ci. Je parle ici bien évidemment de cette dernière page qui remet beauuuuucoup de choses en jeu et explique pourquoi DC n’a pas hésité à spoiler sans la moindre vergogne ou scrupule un développement important à venir dans l’intrigue dans les mois à venir.

Alors que semblait percer ici ou là des signes que Slade Wilson n’était pas la sale ordure qu’il paraissait…ou du moins, pas seulement une ordure et qu’il y avait aussi un être humain là dessous, et bien Priest nous remet la tête dedans, et nous rappelle que les scrupules et Deathstroke, ça fait deux.

Nous avions pourtant un bon indice…on ne se fait pas appeler par un nom pareil quand on a un minimum de conscience !

Note :9/10

2 – Mighty Thor # 16, de Jason Aaron & Russel Dauterman

Avis : oui, oui, ohhhh ouiiiii !!! après un départ d’arc sur lequel j’avais émis quelques réserves le mois dernier, les auteurs ont avec cet épisode levé l’ensemble de mes doutes sur leur capacité à encore une fois nous sortir un truc exceptionnel. Jason Aaron retrouve ici toute son inspiration et fait réellement démarrer cette guerre Shi’ar/Asgard annoncée depuis des mois.

Thor_16_cover1

Entre le concours des dieux, qui contient en outre un commentaire assez cinglant sur la foi…, le discours de Volstagg devant le congrès des mondes, mais aussi et surtout celui de Sif, et enfin ces dernières pages tout simplement glorieuse, on retrouve la série qui depuis son dernier relaunch en date ne cesse chaque mois d’atteindre de nouveaux sommets. C’est épique, bien cinglé, pas dénué d’humour, inventif, bien barré et bougrement excitant pour le lecteur !

Je prends même 5 min pour rendre un petit hommage au laïus de Sif à l’encontre de Cul. Depuis le début de son run, Jason Aaron s’est peu intéressé aux compagnons historiques de l’univers de Thor, en particulier son cast proche,  se concentrant sur le personnage en lui-même, lui inventant même une nouvelle ligue au passage avec que des nouveaux personnages.

Je pense qu’ici il a trouvé ce qu’il cherchait depuis un moment, à savoir la voix du personnage de Sif. On l’a vu la remettre en avant dans le petit arc précédent, après presque une année sans la voir et j’ai le sentiment qu’il luttait un peu pour découvrir comment l’écrire. C’est chose faite, alors que Sif fait face à Cul pour le forcer à bouger son gros XXX du trone et lancer la contre attaque contre les Shi’ars.

Note : 9,5 /10-

1 – Sunstone tome 5 de Stjepan Sejic chez Image Comics

Avis : oui,je sais, je sais, techniquement le volume 5 de la série Sunstone est sorti en janvier, mais vous savez quoi ? moi, je ne l’ai reçu que début février et comme c’est moi qui écris cette chronique, c’est moi qui décide ce qui y figure ! nah !

Sunstone_tome_5

Et croyez moi, quand je vous dis que ce volume 5 très dense, c’est celui qui compte sans le moindre doute le plus de pages de toute la série et de loin, mérite sa première place dans mon Top…car rien n’est superflu ! oh oui, c’est là tout le talent de Sejic, de faire en sorte que chaque page soit importante car chacune marque d’une façon ou d’une autre une progression de l’intrigue !

Je vais éviter de rentrer dans les détails, pour éviter de spoiler la conclusion de ce qui est au fond le premier arc de la gigantesque saga que va devenir Sunstone avec le temps et ces quelques 20 tomes annoncés ! Disons simplement, que l’auteur met en scène ici “l’après” de la conclusion dévastatrice du tome 4.

Et il le fait de manière remarquable, explorant pour chaque héroïne leurs peurs et faiblesses devant ce qui apparaît clairement désormais comme la relation la plus importante de leur vie. Si l’émotion est toujours présente, préparez vos mouchoirs, l’humour que l’on connaît bien chez Sejic sait également se faire une place. Et on ne peut s’empêcher entre deux larmes de s’esclaffer !

Enfin, ce tome 5 dispose encore une fois, mais de manière bien plus marquée, plusieurs degrés de lecture. C’est bien plus évident cette fois, alors que Lisa, qui a toujours été un peu l’homologue de Sejic lui même dans le récit, commence à véritablement raconter son histoire avec Ally.

Cela prend une tournure meta particulièrement savoureuse, quand on se rend compte que le parcours créatif de Lisa…reprend en fait celui de Sejic avec la série. A savoir un titre conçu sans plan à long terme au départ, pour se remettre de sa dernière expérience créative alors qu’il cherchait un peu sa voie et qui face au succès a eu une sorte d’épiphanie au cours de laquelle il a parfaitement vu le chemin que devait prendre l’intrigue.

Un chemin qui nous amène à cette conclusion parfaite à tout point de vue !!! donc bravo à lui et on attend la suite, Mercy, avec impatience…en principe cette année…qui va être chargée pour lui, puisqu’il veut terminer le premier arc de Switch également (il est en train d’achever l’épisode 5 sur 7) avant de (re)lancer Death Vigil en TPB. Une bonne année en perspective donc pour nous autres lecteurs !

Note : 10/10 –

FLOPS

5 – Hulk 3 de Mariko Tamaki et Nico Leon

Avis : je précise tout de suite, qu’il ne s’agit pas vraiment d’un mauvais épisode en soi, mais plutôt d’une déception personnelle après deux épisodes qui à mon sens promettaient de belles choses pour la suite. Entre une bonne maîtrise du personnage et une montée en puissance bien gérée, il n’y avait pas de raison de ne pas apprécier le dernier relaunch en date de Hulk, avec une Jennifer Walters traumatisée.

hulk201600300a

Sauf que, sauf que…cet épisode est un peu trop similaire au second épisode pour pouvoir être réellement apprécié. En clair, le scénario ici n’apporte que très peu de nouveaux éléments, l’intrigue fait en réalité du sur place voire bégaye, en amenant des développements d’ores et déjà vus dans les épisodes précédents. Bref, on tourne en rond.

Je comprends que la scénariste veuille prendre son temps pour que le moment venu, lorsque le conflit explosera et que Jen se transformera de nouveau, le lecteur ait un vrai sentiment de réalisation achevée et méritée…mais en attendant, il faut savoir raconter quelque chose de satisfaisant. Ici, le scénario passe quelque peu à côté, en ne parvenant pas se renouveler, ou tout simplement à avancer.

4 – BULLSEYE #1, de Ed Brisson & Guillermo Sanna

Avis : un épisode sur lequel, je reste plusieurs semaines après sa lecture, toujours très mitigé. D’un côté, Brisson maîtrise bien la folie meurtrière de son personnage, sa continuité, son mépris pour la vie humaine et le fait que pour lui, clairement tout cela est un jeu arrangé par Dieu pour s’assurer que Bullseye saura s’amuser sur Terre …

bullseye1b

Le milieu dans lequel il évolue, de gangs, de cartels, de pourris sans vergogne est lui aussi bien retranscris…mais, mais excepté quelques bonnes idées de mises en scène ici ou là, de meurtres bien sanglants, cela manque malgré tout et de manière surprenante d’impact. Il manque quelque chose pour réellement rendre cela viscéral, comme cela devrait l’être.

Bref, le titre a clairement du potentiel, mais il lui manque ce petit quelque chose supplémentaire, le bon angle d’attaque pour que le déclic se produise, et que le titre se distingue réellement. Car au fond, tout ce qui se passe dans cet épisode, on l’a déjà vu en mieux auparavant. Or, avec un premier épisode à 5$, à mon sens on a le droit d’être exigeant et d’en attendre plus.

3 – BATMAN #16, de Tom King et David Finch

Avis : bien, cela aura pris 16 épisodes, mais en ce qui me concerne, je pense avoir atteint ma limite en termes de merde que j’étais susceptible de supporter sur ce titre…ou de chances que j’étais prêt à accorder à Tom King pour véritablement lancer son run et apporter à cette série, le niveau de qualité auquel il nous avait habitué jusque là.

bm_cv16_ds1

Non que l’épisode soit une sombre merde en lui même, on peut même le qualifier de passable…sauf que c’est à peu près le mieux que l’on puisse manifestement attendre de ce scénariste sur ce titre désormais. Du moyen mou. Ce qui m’a fondamentalement décidé à arrêter les frais est sans aucun doute cette dernière page.

Elle qui était censée montrer le niveau des enjeux, la dangerosité de Bane retrouvée dans cet arc…elle tombe en réalité à plat si vous avez lu plus de deux épisodes de comics dans votre vie. Je peux en comprendre l’attrait dramatique apparent, mais un lecteur normal, avec un minimum d’expérience ne tombera pas dans le piège réduisant à néant l’effort formulé…

Vous ajoutez à cela le ridicule de la scène dans le fast food : je viens partager avec vous des informations de première importance, vos vies sont en danger, Bane arrive…discutons de tout cela dans un lieu public où tout le monde peut nous entendre autour d’un hamburger…

Va te coucher Tom…

2 – The Mighty Captain Marvel # 2, de Margaret Sthol et Ramon Rosanas

Avis : bon, je vais me dévouer, je vais le dire, je me sacrifie pour la cause : cette série est juste chiante. Outre le fait de ne rien faire pour sauver Captain Marvel du trou dans lequel Civil War II a enterré le personnage, j’ai presque le sentiment que la série fait le boulot inverse …

CAPMARV2017002-DC11-LR

Mine de rien, avec l’épisode 0, qui était un numéro double, nous en sommes tout de même déjà à l’épisode 3 de cette nouvelle série…et on attend toujours que les choses veuillent bien démarrer ou que le scénario nous amène quelque chose de vaguement intéressant à se mettre sous la dent. N’importe quoi, nom d’un pékinois asthmatique !!!

Mais non, on voit le personnage vaquer à ses occupations sans réelle menace ou tension quelque part. On essaye de nous faire avaler qu’elle a des difficultés…mais rien de vraiment passionnant, oh mon dieu regardez des problèmes de budget ! le show TV  dédiée à Captain Marvel craint…quelle catastrophe!!!

Euhhh, et l’arrivée d’une flotte d’invasion extra-terrestre dans quelques mois ? le fait que toussssss les super-héros de la planète et d’ailleurs la détestent sans la moindre réserve ??? rien de tout cela n’est réellement exploré voire ne serait-ce que mentionné, alors que les sources de tension dramatiques sont là…

Tout cela sent le relaunch dans 10 épisodes, moi je vous le dis…

1 – Star Wars : Darth Maul # 1 de Cullen Bunn & Luke Ross

Avis : un épisode qui peut se résumer à “grrrrrrr, je suis en colère, grrrrr, moi tuer tout ce qui bouge, grrrr, vous voyez que je suis en colère, grrrrr, moi tuer jedi grrrr !!”. Si Darth Maul a pu avoir du potentiel en tant que personnage un jour, Cullen Bunn ne semble pas vraiment décidé à l’exploiter, tant sa présentation du personnage dans ce premier épisode était mince, caricaturale et soyons honnêtes sans aucun intérêt.

darthmaul1a

C’est d’autant plus une déception, que Bunn nous a habitué à mieux dans ses portraits de super-vilains par le passé, que ce soit sur Magneto ou Sinestro, parvenant toujours à les faires sortir des clichés dans lesquels on voulait les enfermer. Cette fois, on a plutôt senti derrière un idiome simple : “c’est du Star Wars, ça va se vendre, allez lecteurs, bouffez ce que daigne vous lancer”. Je serai sans doute plus indulgent si ce premier épisode n’avait pas été vendu 5$ et ne sentait donc pas la belle arnaque…

Sorties les plus attendues du mois prochain :

Dark Horse :

American Gods : Shadows #1

DC COMICS :

Le crossover Superman Reborn entre Action Comics et Superman !
Deathstroke # 14 &15
Justice League of America #2 & 3

IMAGE COMICS

Invincible # 134
Lazarus # 26
Rat Queens # 1
The Old Guard # 2

MARVEL COMICS

Mighty Thor #17
Nova #4
Unworthy Thor # 5
X-MEN Prime #1 (parce que je suis décidément maso et que je n’apprends jamais ma leçon…)

Le débat du mois

Qu’avez vous pensé du retour de l’univers Wildstorm sous la tutelle de Warren Ellis ?

Avis : à titre personnel, je reste encore sur la réserve à l’issue de ce premier numéro. En effet, le scénario présenté par Warren Ellis constitue essentiellement une mise en place du cadre et des personnages tout en lançant de nombreuses pistes d’intrigues et de sous intrigues pour l’avenir… et les titres dérivés

wildstorm1

De manière générale, ma première impression est que ce premier épisode fait revenir l’univers Wildstorm dans une version bien plus dépouillée que ce que nous avons connu par le passé, avec une approche très terre à terre des personnages comme des situations. Alors que dans les années 90, au travers de ces différents travaux, Ellis avait apporté un certain nombre de grandes idées et concepts sur la table, il revient ici à quelque chose de dimension bien plus humaine.

Tous les éléments mis en scène présentent en effet un degré assez faible en terme de fantastique. Même les éléments les plus avancés en terme de technologie ne semblent  pas beaucoup plus évolué que ce que l’on trouverait dans notre réalité à l’heure actuelle. Ainsi, même la nouvelle armure d’Angela Spica dite l’ingénieur apparaît comme une sorte de version prototype de celle développée par Ellis et Hitch à la fin des années 90.

Est-ce le retour à l’esprit de Jim Lee dont parlait Warren Ellis, avec ses batailles rangées et secrètes entre grandes corporations et leurs armées privées avec les grands groupes d’espionnages mondiaux ? sans aucun doute, mâtiné de l’ensemble des grandes thématiques parano existantes depuis le début du 21e siècle. Le tout sans le grandiloquisme des années 90.

Ellis est ici revenu aux idées et concepts de base, en retirant tous les apparats d’une époque désormais bien dépassée, tant d’un point de vue du scénario que visuel. Le simple fait que l’on commence l’épisode, avec des pages en 9 cases, très à la mode dans les années 70 et 80 et qui semblent faire un retour ces derniers temps, en dit long sur la déconstruction à laquelle procède Ellis.

Il y a d’ailleurs là un autre débat sur l’évolution de la narration dans les comics qui semble de plus en plus se détacher des grandes années de la décompression à tout bout de champs. Je pense notamment aux titres de Tom King comme Vision qui refaisait appel à ce type de découpage.

En termes de personnages, nous voyons et surtout reconnaissons quelques têtes connues qui passent ici ou là. Zealot ouvre le bal, Voodoo vient faire coucou, Wetworks est mentionné, tout comme IO et donc Angela Spica, l’une des têtes d’Authority. Celle-ci apparaît la plus développée dans ce premier épisode …en bien, je ne saurai le dire. Elle reste de toute évidence, un génie, mais avec quelques problèmes psy …

Je reste réservé sur le traitement réservé à Zaelot en particulier, car elle apparaît très différente de sa précédente version. Allégée de quelques millénaires d’histoires, pour lui donner une nouvelle dimension plus 21e siècle. Je ne sais pas si l’on y gagne car la précédente version était clairement un des points forts des Wildcats de Lee.

Nous avons ici essentiellement un épisode de fondation, qui lance des pistes d’intrigues, en posant les premiers personnages, sans réellement développer quoique ce soit de réellement marquant sur le fond. C’est là une approche couillue de nos jours, alors que en substance, Ellis demande aux lecteurs d’être patient, et de lui laisser le temps de reconstruire cet univers de manière moderne, pierre par pierre.

Dans un marché où globalement la concurrence est chaque mois plus rude, et où les lecteurs sont de moins en moins fidèles, c’est là une approche risquée, surtout pour un univers qui a échoué à se relancer à plusieurs reprises.

La citation du mois

  • Lisa dans Sunstone tome 5 “leave it to a writer’s mind to add 2 and 2, and come up with 69” Stjepan Sejic, je t’aime !
  • Flinstones # 8, de Mike Russel et Steve Pugh : « when the scam is so big that people have no choice but to participate, its called « economics » »

Les sondages du mois

Les numéros 1 fleurissent chaque mois dans les comics, mais quelle série montre le plus de promesse ce mois-ci ?

DC

Super Sons de Peter J. Tomasi et Jorge Jimenez

Marvel

Kingpin de Matthew Rosenberg et Ben Torres
Elektra de Matt Owens et Alec Morgan
Bullseye de Ed Brisson et Guillermo Sanna

Image

The Old Guard de Greg Rucka et LEANDRO FERNANDEZ
PLANETOID PRAXIS de Ken Garing

Le scénariste du mois

– Jason Aaron pour Migthy Thor

Le dessinateur du mois

  • Stjepan Sejic pour Sunstone tome 5

Mentions pour :

  • Mike Del Mundo sur Avengers # 4
  • Ivan Reis sur Justice League of America # 1 (bien que l’encrage était un peu lourd sur quelques pages)
  • Jon Davis-Hunt pour Wild Storm #1, pas convaincu au départ, mais plus le temps passe, plus j’apprécie l’approche
  • Ryan Ottley sur Invincible # 133, parce que cela faisait un an que l’on ne l’avait pas vu dessiner Invincible, et la vache ça fait du bien !

La couverture du mois

Encore une fois, la lutte fut intense du côté des meilleures couvertures publiées ce mois-ci. Et comme d’habitude, le facteur qui permet de les départager est totalement subjectif, à savoir mes goûts totalement personnels et partiaux :

Il y a les gens que l’on retrouve un peu chaque mois, comme :

– Chris Samnee sur Black Widow 12 :

blackwidow11

– ou Alex Ross sur Avengers 4 :

avengers4a

Ou encore des revenants, comme Adam Kubert, sur cette couverture pour l’épisode spécial Monsters Unleashed de All New X-Men qui présente une vraie dimension iconique. Je n’ai pas approché de cet épisode à moins de 500 mètres avec équipement de protection, parce que je crains le pire sur le contenu, mais Kubert donne diablement envie d’aller y jeter un oeil malgré tout ! ce qui demeure après tout le premier boulot d’une bonne couverture.

allnewxmenmu1a

Ou bien Frank Cho sur Skybourne # 5 chez Boom, l’artiste reste diablement efficace et tentateur :

skybourne5

Il y a aussi le genre bien cinglé qui sert de défouloir, comme avec celle de THEY’RE NOT LIKE US #14 de SIMON GANE

TNLU-14_cvr

Chez DC, on retiendra la bien plus charmante Batwoman, pour celle de Batwoman Rebirth par Steve Epting, classique mais mise en valeur par une mise en couleur flamboyante.

batwomanrebirth1

A propos Sam 1649 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

10 Comments

  1. Je me suis lu les 4 TPB Sinestro, tout le run de Cullen Bunn, sur le perso : grosse claque ! Le meilleur truc après Tomasi sur le Corps et Johns sur Green Lantern.

    • Tu n’es pas le seul à dire que du bien sur le run de Bunn sur Sinestro.
      J’ai vraiment le sentiment que c’est sur ce genre de titres qu’il brille le plus, un peu à l’écart et sur des personnages plus ambigus.

  2. Les numéros 1 qui m’ont marqué ce mois ci Super Sons et Old guard.

    Dans mes meilleures lecture Invincible (je veux pas qu’on arrive à la fin .. Je vais lire quoi pour avoir du super héros après ??? ),
    Postal toujours aussi bien (on parle pas assez de cette série),
    Old man Logan (j’ai peur pour la série avec l’arrivé de Brisson au numéro 25),
    Green Arrow est vraiment super ! Trop peu de personne parle de la série alors qu’elle est vraiment super depuis rebirth (contrairement à son premier run avant la fin des newNew percy m’avait fait lâché le titre), des dessinateurs au top, un scénario pas exceptionnel mais très agréable et surtout la relation avec black canary !

    Un rêve voir un titre teen titans avec emiko jon et damian, plutôt que l’équipe qu’on a en ce moment ..

    Les déceptions Batman encore et toujours depuis rebirth.. Je m’accroche en me répétant c’est King (omega men, vision, shérif of babylon) mais pour combien de temps .. Il est décidément pas à sa place..

    Super boulot comme d’hab !

    • Tiens oui,je n’ai pas développé sur Old Guard : un bon premier épisode. Il est encore trop tôt pour se prononcer, mais Rucka pose bien les bases de son histoire, il va juste avoir un peu plus d’épisodes sous le coude pour découvrir les personnages.

      GA : je suis trèèèèèèès en retard sur le titre. J’avais bien aimé sa reprise rebirth, pas parfaite, mais efficace. le simple fait qu’il ait ramené Emiko sur le devant de la scène lui fait gagner des points.
      Et puis, un combo : Damian/emiko avec superboy pour équilibrer le tout est un de mes rêves pas secret.

      • Pour GA je laisse les numéros s’accumuler et je le lis en arc ça passe tout seul !
        D’ailleurs je fais ça pour la plupart des titres DC qui sortent 2 fois par mois j’ai pas le temps de tout lire chaque semaine, je reserve mon temps pour les titres indés ou je prend vraiment mon pied chaque mois !
        Par contre marvel à part Thor je ne lis quasi plus rien (c’est bien dommage j’ai commencé avec marvel mais je lache de plus en plus, les nouvelles direction ne me parle pas du tout ).

        Petite question (j’ai un bon porte monnaie conséquent mais malheureusement pas extensible comme je le voudrais ..) urban à sortie 3 titres qui à un moment je les prendrais tous mais voila entre le rucka presente WW, johns presente Flash et le JLA par Morrisson. Lequel dois je prendre ce mois ci ? (j’aime WW sans etre un gros fan, flash j’ai toujours voulu le découvrir et JLA les plus grand heros j’aime bcp).

        Mon portefeuille attend ta réponse!
        Encore une fois vraiment trés bon boulot et qu’est ce que c’est bien de revoir les top/flop revenir !

      • Pour la Vo, je suis malheureusement dans la même situation que toi, à savoir que j’ai de plus en plus de mal à suivre le rythme des sorties. Seule différence, je me réserve l’indé pour la VF en ce qui me concerne, tout ce qui m’intéresse ou presque sort à un moment donné en VF donc…c’est vraiment une époque formidable de ce point de vue !

        Ta question…est très perverse !!! je comprends tout à fait malheureusement les impératifs financiers, mais si je devais les classer dans l’ordre d’importance (et donc dans lequel tu devrais te les procurer ) :

        – JLA de Morrison
        – Flash de Johns
        – WW par Rucka.

        Chacun est excellent, mais le JLA de Morrison est ambitieux dès les premiers épisodes,alors que Johns et Rucka prennent le temps pour reconstruire un peu autour d’eux. Ensuite, cela dépend de tes goûts personnels bien entendu et si tu es plus attiré par tel ou tel personnage ou style en particulier.

  3. Pour l’indé je suis pas mal de titre et à part ce avec de gros nom de scénariste certains autres j’ai peur de ne jamais les voir..
    Ce sera donc JLA ! Merci
    Besoin de lire le tome 0 ou non ? Je n’arrête pas avec les questions désolé

    • Pas de soucis si on peut te renseigner.
      Le tome 0 n’est pas indispensable. C’est une ré-interprétation de la toute première année de la première ligue imaginée par Mark Waid dans les années 90 à la suite de la première Crisis. C’est globalement un récit sympathique à suivre, mais qui n’est pas nécessaire pour comprendre le JLA de Morrison.

Laisser un commentaire