Guide de lecture Comics VF : semaine du 15 octobre 2019

Edito : après plusieurs semaines infernales sur le front des sorties, nous allons vers une semaine un poil plus calme du moins du côté des comics VF…et encore, on peut noter que l’on a quelques mastodontes dans les starting blocks ! et ce n’est pas fini, puisque la semaine prochaine sera très chargée du côté de chez Urban …et nous arriverons ensuite vers la fin du mois et il faudra alors envisager le terrible mois de novembre !!! Octobre et terrible mais novembre va faire encore plus mal…et de bien aussi !

Sorties de la semaine : quelques petites sorties intéressantes cette semaine donc : 

  • l’avant dernier tome de Walking Dead chez Delcourt Comics !
  • le nouveau tome de Lady Mechanika chez Glénat Comics ;
  • enfin chez Urban Comics, la fin de la réédition du run de James Tynion Iv sur Detective Comics et la reprise de la série Green Lantern par Grant Morrison et Liam Sharp !

Emission de la semaine : une seule émission au programme cette semaine : 

  • jeudi, à partir de 21H, le Comixweekly qui reviendra sur les sorties VO de la semaine, avec un peu d’infos par dessus pour assaisonner !

BLISS COMICS

VIE ET MORT TOYO HARADA

Date de sortie :   18 octobre 2019

Prix : 23€/223 pages 

Episodes : Life and Death of Toyo Harada #1-6

Scénario :  Joshua Dysart

Dessin : Cafu, Mico Suayan

Sollicitation : Après avoir survécu à Hiroshima, la bombe même qui, en explosant, a activé ses incroyables pouvoirs psychiques, Toyo Harada s’est juré d’empêcher l’humanité de entre-tuer à nouveau. Toute sa vie serait dédiée à la réalisation de son utopie… quel qu’en soit le prix.

Se servant de ses pouvoirs pour devenir l’un des hommes les plus riches et influents du monde, il créé en secret la Fondation Harbinger, où il recrute des psiotiques, des êtres comme lui dotés de pouvoirs, pour agrandir les rangs de son armée privée. Mais depuis, son empire s’est effondré et l’existence des psiotiques et de la Fondation ont été révélés au monde. Poussé à réaliser son plan au grand jour, il conquiert une partie de la Somalie, y installe sa nouvelle Fondation et offre aux pays du tiers-monde qui acceptent de le soutenir, des technologies encore jamais vues. L’équilibre géopolitique du monde est bouleversé, et un conflit ouvert éclate avec les grandes puissances de la planète. Harada sortira-t-il de cette guerre en héros de l’humanité… ou en son plus terrible ennemi ?

Après le succès d’Harbinger et Imperium, Joshua Dysart conclut sa grande trilogie sur les psiotiques, avec le destin final de Toyo Harada. Un chef-d’oeuvre d’anticipation et d’action, et une réflexion profonde sur l’impérialisme et la morale

Avis : je n’ai pas lu la trilogie évoquée dans la sollicitation, mais…les artistes eux me plaisent bien. Surtout le très bon Mico Suayan qui en général impressionne par le niveau de détail et de soin apporté à ses planches. 

Verdict : pour les fans de psiotiques.

DELCOURT COMICS

WALKING DEAD TOME 32

Date de sortie :   16 octobre 2019

Prix : 14.95€/152 pages 

Scénario : Robert Kirkman 

Dessin :Charlie Adlard 

Sollicitation : La série phénomène que l’on ne présente plus approche le cap des 200 numéros, un exploit pour une série indépendante ! Robert Kirkman et Charlie Adlard continuent à nous tenir en haleine et à nous emporter dans ce récit fleuve.

Rick va-t-il réussir à ramener la paix au Commonwealth ? La situation s’envenime avec la Gouverneuse Milton. Et une question essentielle reste posée, sans réponse dans l’immédiat : si une communauté aussi puissante et organisée que le Commonwealth venait à tomber, qu’est-ce que cela dirait de l’état du monde ? Pas certain que le futur soit très brillant pour nos protagonistes…

Avis : une sollicitation qui est assez étrange pour ce qui est…l’avant dernier tome de la série Walking Dead ! En effet, si le titre se rapprochait effectivement des 200 épisodes lors de la publication originale de ces épisodes aux USA…il n’a pas dépassé cette barre symbolique, puisque Robert Kirkman a pris récemment la décision d’achever la série au numéro 193 qui sera publié dans le prochain tome de la série en VF en début d’année prochaine. 

Même si le numéro en question est un épisode double, je me demande un peu comment Delcourt va muscler un peu le volume car cela va être un poil léger pour atteindre un nombre de pages suffisant pour justifier le prix…En tout cas, c’est un évènement dans le monde de l’édition qui va sans doute amener Delcourt à modifier son modèle. Ces dernières années, ils ont pu en effet s’appuyer de manière importante sur le succès de la série, qui représentait l’une des plus importantes ventes de BD/livre tout secteur confondu.

La nouvelle décennie va donc être mise sous le signe du changement et de la remise en question pour Delcourt. 

Verdict : pour ceux qui suivent (donc jusqu’au bout maintenant ! plus qu’un tome les gens !)

JENNY FINN 

Date de sortie :   16 octobre 2019

Prix : 15.95€/144 pages 

Scénario : Mike Mignola

Dessin :Troy Nixey 

Sollicitation : Avec Jenny Finn le talent de Mike Mignola et le dessin évocateur de Troy Nixey sont au service de ce récit dont l’atroce délice de lecture s’insinue irrémédiablement sous la peau du lecteur.

Londres. Ère victorienne. Dans le quartier des docks, la population fait face à une double menace : une peste qui laisse des cadavres couverts de tentacules et un éventreur qui assassine des femmes. Un homme a bien été arrêté et exécuté pour ces meurtres, mais il ne les a pas commis. Lorsque les enquêteurs tombent sur une fille née en mer, porteuse d’une malédiction, les choses ne font qu’empirer…

Avis : pas d’avis. Je signale juste la sortie de ce qui est il me semble une réédition. En tout cas avec ce titre, on reste clairement dans la même ambiance fantastique/horrifique chère à Mignola. 

Verdict : pour les fans de Mignola. 

DELIRIUM

THE MASK INTEGRALE TOME 1

Date de sortie : 18 octobre 2019

Prix : 26€/256 pages

Scénario : John Arcudi

Dessin : Doug Manhke

Sollicitation : Etrange relique d’origine inconnue, le Masque confère à celui qui le porte des pouvoirs étonnants. Même la plus pathétique créature se transforme en une machine indestructible capable instantanément de tracer un sillage sanglant et de semer la dévastation sur son passage dans une vertigineuse surenchère. Mais la pente est glissante. On y est vite accro et plus on met le Masque, plus on y prend goût et le retour à la normale a vite tendance à devenir ennuyeux, voire à porter sur les nerfs… Sans oublier qu’avec de telles capacités de destruction, on a également la fâcheuse manie de se sentir tout-puissant tout en se créant sans cesse de nouveaux ennemis prêts à tout pour se l’approprier. Voici les premières histoires de The Mask restées inédites jusqu’à ce jour ! Ce personnage culte de la BD indépendante créé au tout début des années 1990, qui allait connaître la consécration cinématographique grâce au blockbuster familial avec Jim Carrey dans le rôle-titre, va enfin se révéler au grand jour dans toute sa férocité ! 256 pages de folie, de destruction et d’humour noir !

Avis : oh non…et XXX…je vais être obligé d’acheter ce bouquin n’est ce pas ? Delirium nous présente en effet cette semaine les comics liés au Mask…et elles sont assez différentes du film qui en a été tiré avec Jim Carey. Si ce dernier visait avant tout le public familial en étant avant tout accès sur l’humour, ce n’était guère le cas du bouquin de base. Et quand on voit les auteurs impliqués, on comprend vite pourquoi. Entre le très bon John Arcudi, longtemps associé à Mike Mignola sur l’univers d’Hellboy et l’excellent Doug Manhke, peu connu pour faire dans le mignon, cela ne pouvait être que …différent. D’après ce que j’ai compris, le titre était avant tout hyper violent et bien dérangeant ! bref, l’éditeur nous sort ici une petit pépite qui est à découvrir !

Verdict : à lire

GLENAT COMICS

LADY MECHANIKA TOME 6

Date de sortie :   16 octobre 2019

Prix : 14.95€/112 PAGES 

Episodes :

Scénario : Marcia Chen, Joe Benitez 

Dessin :Joe Benitez 

Sollicitation : La beauté n’est parfois qu’une façade

Lady Mechanika a désormais de solides indices pour retrouver son passé perdu. Mais pour le moment, ses pensées sont tournées vers M. Lewis lorsque le comportement de celui-ci devient subitement irrationnel – voire potentiellement dangereux – après sa rencontre avec une jeune veuve, aussi belle qu’énigmatique. Qui est-elle et quelles sont ses véritables intentions ? C’est le début d’une nouvelle enquête pour Lady Mechanika !

Action, aventure, mystères et femmes fatales sont toujours au menu de ce nouvel arc de Lady Mechanika, le best-seller steampunk de Joe Benitez et du label Glénat Comics !

Avis : suite du best seller de Glénat Comics. Des mots qui doivent faire du bien à l’éditeur étant donné combien il a réduit la voilure ces derniers mois en termes de sorties comics. C’est bien simple, au cours des prochaines semaines, comme cela a été signalé par certains, l’éditeur publiera plus de choses que pendant les 4 mois précédents. Il faut dire que depuis ces débuts, Glénat Comics a sorti beaucoup de choses…qui sont passées relativement inaperçues sur un marché toujours plus saturé chaque mois…

De fait, on sent bien qu’il y a un recentrage qui est en cours et les différents entretiens publiés récemment avec les responsables éditoriaux du label vont dans ce sens. Bon, en ce qui me concerne je vais continuer à suivre quelque séries chez eux, dont Lady Mechanika, en partie en raison de la qualité de la série et en partie parce que j’adore le format choisi par Glénat Comics pour ces bouquins. 

Au delà, comme je l’ai déjà dit, Lady Mechanika n’est pas vraiment une série exceptionnelle, mais les auteurs savent gérer les différents éléments (steampunk/SF) avec une héroïne…qui sans être sympathique est agréable à suivre. Il faut dire également que visuellement, nous avons un Joe Benitez au sommet de son art (quand il dessine…), qui apporte sur la plupart de ses pages un niveau de détail tout simplement ahurissant. 

Verdict : à lire. 

URBAN COMICS

BATMAN DETECTIVE COMICS TOME 7

Date de sortie : 06 septembre 2019

Prix :17.5€/176 pages 

Episodes :Detective Comics vol.7 (#975-981) 

Scénario : James Tynion IV 

Dessin :Eddie Barrows, Alvaro Martinez, Carmen Carnero 

Sollicitation : Batwoman a commis l’impensable en prenant la tête de la Colonie.

En réponse, le Chevalier Noir organise une réunion de crise avec les membres de la Bat-Famille pour la juger et décider quelles mesures prendre suite à sa sédition. Mais le temps est compté, car Ulysses Armstrong a un plan que Batwoman elle-même ignore et ce dernier pourrait bien causer la perte de Gotham toute entière !

Avis : fin de la réédition du run de James Tynion sur Detective Comics pour un dernier arc encore une fois réussi, dramatique, tragique et qui s’appuie sur tout ce que le scénariste a construit depuis le départ sur le destin de cette équipe particulièrement chargé ! en effet, au cours de ce run d’une quarantaine de numéros, l’auteur n’a ménagé personne et il est temps désormais de faire face aux conséquences de chaque décision. 

Batman, Batwoman, Red Robin, tout ce petit monde doit se remettre en question, d’autant que certains ont pris des décisions plus que contestables. Et tant Batwoman que Red Robin sont au coeur de ces derniers épisodes, alors que la super-héroïne a emmené une partie de l’équipe avec elle pour bosser pour son père pour la Colonie, premier ennemi affronté par ladite équipe !

Un choix motivé par son exclusion dans le dernier tome de l’équipe montée par Batman au vu d’une décision en particulier qui a scindé le groupe en deux. Jusqu’au bout les enjeux et la tension sont au maximum, mais dans le même temps, Tynion IV prend le temps pour l’introspection et le bilan. Chaque personne dispose de son moment de réflexion, de gloire, de mise en lumière. 

Mes seuls regrets seront d’une part que ce run se termine aussi rapidement alors que l’on aurait bien souhaité qu’il continue un moment (surtout au vu de la piètre qualité des prestations de ses successeurs) et d’autre part que pour conclure son run, il se contente souvent de simplement ranger les jouets et ramener certains personnages en arrière. 

Toutes les évolutions ne sont pas annulées, heureusement, mais pour certains personnages, on ne peut que constater qu’il les remet à leur place, sans doute pour pouvoir être exploité de nouveau dans leur série régulière sans avoir au dessus de la tête la référence à ce run. 

On saluera encore une fois la prestation du scénariste, qui emmène au passage avec lui une partie des dessinateurs dont l’excellent Alvaro Martinez pour lancer le très bon Justice League Dark, qui a simplement signé l’un des meilleurs runs sur la série depuis longtemps. 

Verdict : à posséder !

GREEN LANTERN TERRE UN 

Date de sortie :   18 octobre 2019

Prix : 15.50€/144 pages 

Episodes :Green Lantern: Earth One Vol. 1

Scénario : Gabriel Hardman & Corinna Bechko

Dessin : Gabriel Hardmann

Sollicitation : Hal Jordan occupe un poste d’astronaute minier pour le compte des entreprises Ferris Galactic, et même si son travail lui permet de s’échapper un temps de sa vie monotone, cela ne lui suffit plus.

Mais sa vie bascule le jour où il tombe sur un étrange anneau dans les décombres d’un astéroïde. Lui qui a toujours rêvé d’aventures découvre que l’Univers est bien plus vaste qu’il ne le pensait et que celui-ci était surveillé et protégé par le Corps des Green Lantern, aujourd’hui anéanti par les Manhunters. Hal Jordan parviendra-t-il à réaliser seul l’impossible et à faire renaître la police intergalactique ?

Avis : pour ceux qui s’en souviennent, le label Earth One avait été lancé il y a quelques années pour laisser des auteurs s’amuser avec les personnages les plus célèbres  de la maison DC sans soucis de la continuité. Cela vous rappelle quelque chose ? oui, c’est normal, DC nous fait le coup de manière régulière depuis 20 ans…avec le dernier avatar qui a déjà enterré la gamme Earth One. Je parle bien évidemment du Black Label. Sauf que cette fois ce dernier semble bénéficier d’un véritable investissement de la part de DC qui multiplie les projets et laisse de nombreux auteurs s’amuser dans ce nouveau bac à sable. 

Du coup en attendant, il ne reste plus à Urban qu’à évacuer l’expérimentation précédente. Il ne reste en effet que quelques ouvrages (sur les très peu publiés) à sortir dont un cette semaine avec ce volume de Green lantern qui réinvente le personnage et sa mythologie dans un contexte très différent. Ainsi, au vu de la sollicitation, on comprend que les auteurs ont resitué le personnage de Hal Jordan dans un contexte plus futuriste avec un pitch de départ alléchant alors que le corps vient d’être abattu (pas nouveau pour nous). 

J’attends personnellement beaucoup de ce tome en raison d’une part bien évidemment de son pitch intéressant, mais aussi et d’autre part de son équipe créative déjà responsable du très bon Invisible Republic (chez Hi Comics). Je me souviens que j’avais vu des planches previews au moment de la sortie VO et le travail fourni était tout simplement superbe. Et puis, ne nous cachons pas que cela fait toujours plaisir d’avoir du matos Green Lantern en VF !

Au delà comme je  l’ai dit, il ne restera que quelques tomes à publier chez Urban dans le cadre de la ligne Earth One…à savoir ceux consacrés à Wonder Woman par Grant Morrison et Yanick Paquette. Mais je suppose que l’éditeur attend la sortie du prochain film WW pour les publier. Et en parlant de Morrison, cela nous amène sur l’avis suivant…

Verdict : à tester. 

HAL JORDAN : GREEN LANTERN TOME 1

Date de sortie :   18 octobre 2019

Prix : 15.50€/168 pages 

Episodes : The Green Lantern #1-6

Scénario : Grant Morrison 

Dessin : Liam Sharp 

Sollicitation : Hal Jordan a toujours été une forte tête au sein du Corps des Green Lantern, ces policiers intergalactiques dirigés par les Gardiens de l’Univers.

Mais au cours d’une enquête de haute importance, ce dernier découvre que la planète Terre a été subtilisée. Pire : une altercation avec l’esclavagiste Kanjar-Ro va le pousser à remettre en cause toutes les valeurs défendues par le Corps.

Avis : après la fin du run de Robert Venditti sur Green Lantern et le non renouvellement de la série Green Lanterns (avec Simon Baz et Jessica Cruz), pour la première fois en presque 15 ans DC a réduit la voilure de la franchise Green Lantern à une seule série. Cela fait vraiment bizarre d’avoir assisté depuis l’arrivée de Johns sur le titre il y à presque 15 ans au développement de la franchise …puis son déclin ces dernières années. La maison d’édition a semble-t-il pris conscience (enfin !) du problème en confiant le titre à une équipe artiste top niveau avec au scénario Grant Morrison et au dessin Liam Sharp. 

Et le résultat est …comment dire…bien ? je ne sais en effet pour l’instant pas trop quoi en penser. Je me suis arrêté de lire le titre en VO aux alentours de l’épisode 7 ou 8 et je n’étais guère passionné…Mais…ben c’est du Morrison. Et je me connais, je sais qu’il faut toujours laisser un certain temps passer avant que je n’accroche à son traitement. Et ensuite bien évidemment j’adore. D’autant que dans le cas présent, le traitement en question m’intéresse, alors qu’il ramène le titre vers ses bases, en refaisant de Green Lantern une série de flic de l’espace avec une dimension SF bien perchée portée à son maximum. 

De son propre aveu, Morrison a voulu s’éloigner des menaces de fin du monde, de fin du corps permanentes dont le run de Johns avait un peu abusé (surtout après Blackest Night), pour revenir à quelque chose de plus proche du Green lantern des années 70/80. De fait, Morrison repeuple en quelque sorte l’univers cosmique de DC. Et par là j’entends que tous ses épisodes sont bourrés jusqu’à l’overdose de races aliens, nouvelles et anciennes, de nouvelles planètes, de nouveaux mondes, de nouveaux systèmes. Comme d’habitude, niveau idée, cela déborde de tous les côtés !

Côté caractérisation, c’est sans doute le point fort du titre, car on retrouve ici un Hal Jordan qui est présenté comme le vieux flic expérimenté qui a tout vu et tout fait…et étant donné ce par quoi il est passé rien qu’au cours des 10 dernières années, on l’accepte sans problème. 

C’est au niveau de l’intrigue globale que j’ai plus de mal à savoir où veut en venir Morrison. En effet, nous avons plusieurs enquêtes qui se téléscopent dans tous les sens et c’est…clairement différent du space opera sans fin qui était mis en scène dans les séries GL auparavant. 

Côté dessin, là aussi cela va diviser. Le style de Sharp est…chargé. Disons le comme cela. Alors oui, c’est beau. C’est ultra détaillé au point que l’on peut se demander si ses doigts n’ont pas saignés lorsqu’il a réalisé ses planches, d’autant plus qu’il s’encre lui-même…Et personnellement c’est l’encrage très lourd qui me gêne un peu. Les pages sont tout simplement magnifiques, mais l’encrage gâche un peu l’effet d’ensemble parfois en étant trop marqué. 

Bref, comme vous pouvez le voir cette nouvelle mouture de Green Lantern est clairement différente de tout ce que l’on a eu sur la franchise depuis un bon moment, et malgré mes réserves, je vous encourage vivement à lui donner sa chance. Il faut enfin noter que ce run sera limité dans le temps. En effet, Morrison et Sharp ont déjà annoncés que leur travail se présenterait sous la forme de deux “saisons” de 12 épisodes chacune. Et depuis une mini série supplémentaire s’est ajoutée entre les deux saisons toujours écrite par Morrison. 

Ce dernier a peut être voulu avoir un peu de rab avant…d’achever son travail chez DC. L’auteur a en effet annoncé que ce serait sans doute son dernier boulot chez l’éditeur et dans le genre super-héros de manière générale, estimant avoir fait le tour de tout ce qu’il avait à dire. Etant donné qu’il fait du super-héros depuis maintenant presque 25 ans…on peut le comprendre d’autant qu’il a écrit certaines des plus belles pages du genre !

Verdict : à lire !

WONDER WOMAN & BATMAN 

Date de sortie :   18 octobre 2019

Prix : 15.50€/152 pages 

Episodes : The Brave and the Bold: Batman/Wonder Woman #1-6

Scénario : Liam Sharp 

Dessin : Liam Sharp 

Sollicitation : Le meurtre d’un dieu celtique menace d’entraîner un royaume féérique dans une guerre sanglante.

Wonder Woman cherche à tout prix à retrouver l’assassin afin de préserver la paix : elle se tourne ainsi vers le plus grand détective au monde, Batman. Mais ce dernier est déjà en charge d’une enquête qui semble reliée à celle de la Princesse Amazone, et les deux héros vont se retrouver bien vite dans un périple entre les dimensions.

Avis : c’est un peu la semaine Liam Sharp dites donc ! il faut dire que depuis son run avec Greg Rucka sur Wonder Woman, intervenu après pas mal d’années de vaches maigres, l’auteur est de nouveau bien vu par le lectorat et très apprécié par l’éditeur ! qui lui a fait plaisir en lui confiant cette petite mini série qui réunit justement Wonder Woman avec la vache à lait de la maison, à savoir Batman, puisqu’on a jamais assez de Batman dans la vie…

Et si visuellement c’est tout aussi réussi que ces précédentes productions, sa WW et son Batman sont magnifiques…c’est au niveau du scénario que cela coince. En effet, j’avais lu les deux premiers épisodes en VO et si j’avais trouvé le travail graphique de Sharp toujours aussi détaillé et réussi…niveau scénario, c’était un peu du grand n’importe quoi. Et par là je veux dire que c’était sans équivoque et objectivement très mal écrit. 

Que ce soit dans la mise en situation, le rythme, la caractérisation des personnages, les menaces, ou en fait quoique ce soit, on ne peut que constater le plantage complet de la part d’un Liam Sharp qui a voulu tout assumer sans réellement avoir la maîtrise nécessaire en termes d’écriture. J’aurais donc tendance à conseiller cette lecture aux gens qui peuvent supporter un mauvais scénario si le dessin est bon. 

Verdict : c’est beau …mais mal écrit.

OLD LADY HARLEY 

Date de sortie : 06 septembre 2019

Prix : 15.50€/152 pages 

Episodes :Old Lady Harley #1-5 

Scénario : Frank Tieri 

Dessin : Miranda Inaki 

Sollicitation : Après avoir libéré New York de son Gang des Harley, la pauvre Harley Quinn ne souhaite qu’une seule chose : s’accorder un peu de repos.

Mais elle se retrouve bientôt propulsée dans un monde futuriste que nul n’aimerait connaître… Et son pire ennemi, qu’elle se rappelle pourtant avoir tué de ses mains, semble y prospérer ! Le Joker est de retour et entend faire de la vie de son ex-petite amie un enfer. Il ne reste plus qu’une option à Harley : retourner à l’Asile d’Arkham pour organiser sa contre-attaque !

Avis : pas d’avis, je signale juste la sortie. Il me semble que j’avais lu le premier épisode en VO que j’avais trouvé sympathique, mais sans plus. Il ne m’avait pas marqué plus que cela, alors que l’on pouvait justement s’attendre à quelque chose d’un peu rentre dedans avec un Frank Tieri au scénario. Peut être que cela décollait ensuite ? 

Verdict : à tester pour les fans de Harley Quinn

A propos Sam 1884 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

9 Comments

  1. Hello !

    Vie et mort de Toyo Harada est repoussé au 15 novembre. Si tu n’as jamais lu les travaux de Joshua Dysart chez Valiant, je te les conseille, Sam. Harbinger, Imperium et V&M de Toyo Harada sont excellents. D’un point de vue scénario, c’est du mutants de haute qualité, Harada est un sacré bon vilain, et même si les débuts de Harbinger aux dessins sont moyens, le reste est top. Et avec Bliss, tu en as pour ton argent : pagination, bonus, édito, …

    Le Green Lantern de Hardman et Bechko est sympa mais manque de rythme et d’émotion,j’ai trouvé. Les dessins sont beaux mais ça n’est pas indispensable, de mon point de vue.

    Quant à Morrison, autant ces 6 premiers épisodes sont vraiment bons, autant la suite, j’ai décroché. Trop abscons, trop nébuleux. J’y reviendrai peut-être en VF avec le tome 2, lui redonner sa chance.

    • Ah c’est drole moi c’est l’inverse sur le Green Lanter de Morrison. je trouve difficile de comprendre exactement ou morrison veut en venir avec son histoire. Trop de one shots sans liens entre eux et la sensation de lire des épisodes a la limite du non-canonique. Jusqu’a la deuxieme patie ou il embrasse pleinement le multivers. Comme souvent avec morrison, c’est a la relecture qu’on apprécie pleinement le propos.

      Le green lantern earth one est un bon comic, qui se lit un poil trop vite, mais visuellement c’est magnifique.

      The Mask en effet n’a absolument rien a voir avec le film. par contre c’est assez décousu et franchement indé dans le propos. De plus, Mahnke n’a pas encore un style bien défini au moment ou il se lance dans la série et la colorisation n’est pas toujours ce que l’on attend d’un travai professionnel. cela reste une curisosité

      je te rejoins Joujof sur Dysart chez Valiant. Tres clairement ce que l’editeur a sorti de meilleur ces dernieres années

      • Je suis plutôt de l’avis de Grey sur le run de Morrison sur GL, pas compris grand chose à la première partie. Mais comme c’est du Morrison, oui ça ira mieux quand 1/il relira tout cela et 2/ après une bonne petite relecture…

  2. Salut Sam,
    Je n’ai pas débuté le Detective Comics de Tynion IV, crois-tu qu’Urban le rééditera en intégrale? Comme ils l’ont fait pour le Batman & Robin et Green Arrow du New 52.

    • Pour l’instant, ils n’ont fait aucune annonce dans ce sens, et même s’ils le font, cela n’interviendra sans doute que dans plusieurs années. Il faut d’abord écouler les tomes comme celui-ci avant de penser à passer aux intégrales. Ils ont sans doute choisis les intégrales actuelles : Batman & Robin, JLA ou encore Aquaman, parce que les tomes normaux s’étaient bien vendus. Mais dans le même temps tu vois qu’ils n’ont pas fait d’intégrales du run Snyder /Capullo sur Batman. Donc leur politique sur ce coup est assez erratique. Je te conseille plutôt de prendre les tomes qui existent. C’est un run complet avec ce volume et les tomes précédents sont toujours disponibles. En outre, tu peux faire l’impasse sur la suite de la série par Tomasi, comme nous l’avons souvent dit…ce n’est pas très bon.

  3. Erreur de date de sortie pour OLD LADY HARLEY
    Le titre ne sera publié que le 25/10
    Â NOTER:
    Sur le plan chronologique, ce tome est à lire après HARLEY QUINN REBIRTH tome 6, qui ne paraitra que le 6 Décembre prochain et qui contiendra les numéros 35 à 41 de la série HARLEY QUINN REBIRTH (Le numéro 35 étant l’épisode final du run entamé par AMANDA CONNER en 2011, avec la série HARLEY QUINN « NEW 52 »)
    En effet, OLD LADY HARLEY (Le tome) débute avec l’épisode 42 de HARLEY QUINN REBIRTH, qui sert de prologue à la mini-série en 5 numéros

    • A voir, car sur le site d’Urban, il est toujours maintenu au 18/10 et sur les sites de vente en ligne, il est bien en stock et disponible depuis ce matin 18/10.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.