Guide de lecture Comics VO : semaine 30 octobre 2019

Edito : XXX mais quelle semaine ! le nombre de sorties intéressantes qui nous attend ce mercredi est assez surprenant quand on sait qu’il s’agit d’une 5e semaine dans le mois et qu’en général, les éditeurs ne publient à cette occasion que des annuals ou leurs séries les moins vendeuses dans l’attente du mois suivant. Mais pas cette fois et il faut bien avouer qu’à ce jeu, DC l’emporte assez nettement en termes d’intérêt. Mais malheureusement pas grâce à ses séries régulières. 

Non, encore une fois l’intérêt chez DC est plutôt dans les projets spéciaux qui sont nombreux cette semaine. Outre la croissance du Black Label qui fait de plus en plus d’ombre à la ligne régulière, nous avons d’autres lignes ou projets spéciaux qui se développent en parallèle. Cela devient une habitude et je pense que cela durera jusqu’au lancement du prochain reboot 5G en 2021 qui verra, on peut déjà le prédire, un recentrage sur l’univers de base de l’éditeur…

Sorties de la semaine : faire une sélection est presque impossible cette semaine tant beaucoup de titres sont attendus de pied ferme : 

  • DC : presque tout. Le one shot Dark Multiverse est ce qui m’intéresse le moins, mais j’attends tout le reste de ce que j’ai présenté avec impatience ! 
  • chez Marvel, c’est un peu moins la fête. Je ne suis pas très enthousiaste pour Excalibur…donc on va dire la fin de Silver Surfer Black et le Fantastic Four Grand Design. 

Emission de la semaine : une seule émission au programme cette semaine : 

  • jeudi, le Comixweekly qui revient sur les sorties VO de la semaine et un peu d’info à partir de 21h …et quelques (soyez indulgents !)

DC COMICS

BASKETFUL OF HEADS #1 

Prix : $3.99

Scénario : Joe Hill 

Dessin : LEOMACS

Sollicitation : The rain lashes the grassy dunes of Brody Island, and seagulls scream above the bay. A slender figure in a raincoat carries a large wicker basket, which looks like it might be full of melons…covered by a bloodstained scrap of the American flag.

This is the story of June Branch, a young woman trapped with four cunning criminals who have snatched her boyfriend for deranged reasons of their own. Now she must fight for her life with the help of an impossible 8th-century Viking axe that can pass through a man’s neck in a single swipe—and leave the severed head still conscious and capable of supernatural speech.

Each disembodied head has a malevolent story of its own to tell, and it isn’t long before June finds herself in a desperate struggle to hack through their lies and manipulations…racing to save the man she loves before time runs out.

Plus, in the premiere chapter of the backup story “Sea Dogs,” which sails across all the Hill House Comics titles!

Avis : si l’on peut se poser des questions sur l’avenir de ce qui est censé être la ligne éditoriale principale de DC, il n’y a pas vraiment d’inquiétudes sur les petits labels qui commencent à pulluler un peu partout. Plus qu’un éditeur à l’univers unifié, DC se transforme de plus en plus en une multitude de sous labels, une vraie balkanisation éditoriale qui est assez édifiante à observer. Ainsi, après le Black label, le Young Animal, quelque soit le nom des titres pilotés par Bendis, nous avons droit au Joe Hill universe ? 

Cette semaine, l’auteur se voit en effet donné carte blanche pour développer des séries à tendance horrifique chez DC. Et bien évidemment, on va tous aller voir ce que cela donne ! outre le fait d’être désormais un auteur de roman reconnu pour ses propres mérites, Joe Hill est également un auteur de comics apprécié. Car oui, on peut le dire, quelque soit la qualité et le succès que rencontreront ses oeuvres à l’avenir, on pourra toujours se dire “c’est l’auteur de Locke & Key, donc je vais lui donner sa chance”. 

Et il faut dire que le pitch de ce premier titre est réellement fascinant, mêlant horreur, surnaturel, mystère. J’ai hâte de découvrir ce titre et tous ceux que l’esprit de Joe Hill pourra nous donner. Par contre je ne connais pas du tout le dessinateur de cette première série donc, visuellement je ne sais pas ce que cela va donner. 

Verdict : Buy

BATMAN ANNUAL #4

Prix : $4.99

Scénario : Tom King 

Dessin : Jorge Fornes 

Sollicitation : In this new annual, it’s two unique stories by BATMAN mastermind Tom King! First, King reteams with Lee Weeks, his collaborator on the Eisner-nominated BATMAN/ELMER FUDD #1 to send the Caped Crusader into space in search of the rare element he needs to save a life on Earth. But what terrible gauntlet of tyrants and monsters will he have to go through to reach his objective? Then, it’s back down to Earth and the grimy streets of Gotham City as King and acclaimed newcomer Jorge Fornés task the Dark Knight Detective with a dangerous case only he can solve.

Avis :  nouvel annual pour la série Batman, que Tom King annonce comme important, chaque annual étant une sorte de thèse sur Batman, sauf que cette fois, nous n’aurons pas Lee Weeks au dessin pour l’accompagner. C’est bien dommage, tant le dessinateur a su dépasser toutes les attentes sur le titre, pour redevenir l’un des meilleurs artistes en activité en ce moment. 

Mais heureusement, la franchise Batman dispose d’un des meilleurs bancs d’artistes en activité en ce moment et ils ont pu le remplacer par le très bon Jorge Fornes, une des révélations de ces dernières années, qui semble-t-il cultive également des liens avec Marvel, puisqu’il vient de signer un épisode de Daredevil…et il est annoncé sur un autre épisode prochain de la série.  Ce qui est très amusant quand on pense que le style de l’artiste rappelle fortement celui de David Mazzuchelli…qui a fait ses armes sur des titres…Batman et Daredevil. Où quand l’histoire se répète à 30 ans d’écarts.

Sur le fond donc, je m’attends à un bon épisode au vu de la réussite que représentait les précédents annuals, peut être moins frustrant que les récents épisodes de la série régulière, Tom King semblant mieux maîtriser l’exercice de l’annual. Mais je me demande également si le fait de s’être vu retirer le titre principal Batman et avoir été coupé court dans son grand récit sur le personnage n’explique pas aussi sa perte d’intérêt dans l’écriture de la série ces derniers temps. 

Verdict : buy

DCEASED #6

Prix : $4.99

Scénario : Tom Taylor 

Dessin :  TREVOR HAIRSINE, NEIL EDWARDS & STEFANO GAUDIANO

Sollicitation : Humanity is on the brink of extinction, and only a few remaining members of the Justice League stand between life and annihilation. As the remnants of humanity make their last gamble for survival, will there even be a planet left to call home when all is said and done? The senses-shattering conclusion to the year’s surprise blockbuster is here!

Avis : conclusion de la mini série évènement Dceased. En l’espace de quelques mois, ce petit phénomène aura dominé les ventes DC excédant même les ventes de tous les titres Batman. Une performance ahurissante qui va sans doute amener l’éditeur à prolonger l’expérience d’autant plus qu’au vu de la progression de l’intrigue et sa direction générale…on voit mal comment elle pourrait s’achever dans ce 6e épisode. 

Si cela est réellement la conclusion, soit nous aurons quelque chose de très noir et désespéré. Soit la situation sera sauvée par un deus ex machina de dernière minute qui ne fera que décevoir. Je doute fort que cette option soit choisie. D’une part en raison du succès de l’initiative, on voit mal DC s’asseoir sur une nouvelle poule aux oeufs d’or, et d’autre part parce que l’écriture même de Tom Taylor depuis le départ donne vraiment le sentiment d’avoir devant nous le premier acte d’une intrigue bien plus large. 

En ce qui me concerne, j’ai apprécié cette lecture, qui débarque en VF en début d’année prochaine au passage. C’était vraiment très sympathique à suivre, même si comme d’habitude, l’écriture de Taylor était assez décompressée. Mais justement fidèle à son style il a su compenser avec des bonnes idées et des passages très personnels s’agissant de certains personnages, notamment Superman. 

Verdict : buy

HARLEEN #2

Prix : $7.99

Scénario : Stjepan Sejic 

Dessin : Stjepan Sejic 

Sollicitation : Despite the strongest objections from every possible authority—including district attorney Harvey Dent—Dr. Harleen Quinzel’s found herself with free access to every inmate in Arkham Asylum, where she desperately pursues a revolutionary and highly controversial cure to the insanity of Gotham. But her work with the city’s super-criminals quickly muddies the waters of good and evil, and in the deepest, darkest padded rooms of Arkham, even the words of a mad clown start making sense!

Avis : Yeahhhhhhhhh !!! un mois après la sortie du premier épisode, nous avons droit à la suite de l’excellente Harleen de Stjepan Sejic. Comme j’ai pu le dire lors d’une émission précédente, outre la grande qualité (qui était attendue de la part d’un tel auteur) j’ai été ravi de voir que le premier numéro rencontrait un grand succès commercial (dans le Top 10 des ventes du mois de septembre ) car par le passé l’auteur a rencontré beaucoup de mal pour que ses bouquins touchent une large audience. On dirait que cette fois, il a trouvé la bonne plateforme pour véritablement exploser. 

Niveau contenu…ben c’était aussi bon que ce à quoi je m’attendais. Outre la partie graphique bien évidemment somptueuse (c’est du Sejic, donc normale) on retrouvait aussi tout son talent pour plonger dans la psychée et l’esprit de ses personnages. Cela faisait longtemps que Harley n’avait pas été écrite moins comme un clown que comme un vrai personnage.On est ici loin de l’ersatz de Deadpool que DC nous a vendu ces dernières années. 

Au niveau intrigues, le premier épisode s’attardait donc sur la rencontre Harley / Joker et comment la jeune femme avait réussi à devenir sa psy, son arrivée à Arkham, mais aussi ses erreurs passées…. Ici, nous entamons le début de la chute, alors qu’Harley va tomber dans les filets du Joker…

L’auteur s’est déjà exprimé sur ce qu’il voulait accomplir sur ce projet. Les trois premiers épisodes ne représentant que le 1er acte d’une plus large saga en 3 parties, qui montrerait dans les deux premiers la chute du personnage avant une possible rédemption dans le 3e. Tout dépendait du succès du bouquin et si la suite confirme les bonnes ventes du premier épisode…on n’a pas fini de voir Sejic chez DC…bien que ce l’auteur n’ait pas caché qu’il voulait relancer Death Vigil notamment au travers d’une campagne Kickstarter. 

Verdict : BUUUYYYY

JOKER KILLER SMILE #1

Prix : $5.99

Scénario : Jeff Lemire 

Dessin : Andrea Sorrentino 

Sollicitation : Everyone knows The Joker doesn’t have the most promising history with psychotherapists. In fact, no one’s even been able to diagnose him. But that doesn’t matter to the confident, world-beating Dr. Ben Arnell; he’s going to be the one to unravel this unknowable mind. There’s no way The Joker could ever get through the therapeutic walls Ben has built around himself. Right? There’s no way The Joker’s been entering his house at night…right? There’s no way The Joker has stood over his son’s bed, and put that book in his hands, the one with the, the, the…

The Eisner-nominated creative team of Jeff Lemire and Andrea Sorrentino (GREEN ARROW, Gideon Falls) reunite for a psychological horror story where nothing is as it seems, your eyes can’t be trusted and Mr. Smiles is waiting behind the basement door.

Wait, who’s Mr. Smiles?

Avis : et l’on continue cette très riche semaine pour DC avec un nouveau projet particulièrement ambitieux, alors que l’éditeur laisse Jeff Lemire et Andrea Sorrentino s’amuser avec le personnage du Joker.

Et là vous me dites : “oh encore un projet dans l’univers de Batman, et je commence à en avoir vraiment marre des trucs sur le Joker, il est partout en ce moment”. Mais écoutez moi mes frères et mes soeurs : c’est Lemire et Sorrentino qui s’attaquent au personnage dans ce qui apparaît être un bon gros thriller psychologique. Donc oui, je sais c’est le 4 milliardième truc qui sort sur le Joker cette année…mais nous allons tous l’acheter ! 

Outre le fait que cette équipe créative est réellement parmi les meilleures de l’industrie en ce moment, qu’elle n’a jamais déçu jusque là, il faut noter qu’avec le très bon Gideon Falls, ils ont montrés qu’ils excellaient avec le genre de l’horreur psychologique. Donc ils sont parfait pour un tel projet d’autant plus qu’ici, j’ai l’impression que le Joker va être cette menace invisible, ce monstre dans le placard, cette ombre qui va planer sur tout le récit et surtout sur l’équilibre mental de tous les personnages concernés. Nous avons vu que Lemire était très à l’aise sur le sujet au travers de la plupart de ses travaux, y compris quand il bossait sur des personnages des grandes maisons comme Moon Knight. 

Bref, pour moi cela fait partie des immanquables du mois chez l’éditeur …et encore une fois on voit que pour trouver des bons trucs par des équipes créatives top niveau chez DC, il vaut mieux regarder du côté des projets Black Label et autres lignes parallèles de la maison. 

Verdict : Buy

LAST GOD #1

Prix : $4.99

Scénario : Phillip Kennedy Johnson

Dessin :  Riccardo Federici 

Sollicitation : THE LAST GOD tells the story of two fellowships of heroes struggling with the same threat…30 years apart. One group will doom their world, the other must save it.

Thirty years ago, a band of heroes traveled beyond the borders of creation and killed the last living god, saving the realm of Cain Anuun from an apocalyptic army of the undead. The legendary companions became the rulers of their world and ushered in a new era of peace and prosperity. But it did not last.

Now the foul legions of the Last God march once more, laying waste to all of Cain Anuun and revealing that the aging fellowship may not be the great heroes they claim to be. With the world burning down around them, a new group of unlikely champions must band together and accomplish what no other has done: kill the Last God, once and for all.

THE LAST GOD: BOOK ONE OF THE FELLSPYRE CHRONICLES is a high-octane, no-holds-barred dark fantasy epic from writer Phillip Kennedy Johnson (Last Sons of America, Warlords of Appalachia, AQUAMAN) and artist Riccardo Federici (DARK NIGHTS: METAL, AQUAMAN), featuring additional work from Kai Carpenter (BOOKS OF MAGIC), Dean White (ALL-STAR BATMAN, Uncanny X-Force) and Jared Blando (Dungeons & Dragons).

Avis : voilà une sortie qui est une vraie surprise, alors que DC publie cette semaine un vrai titre de pure Dark Fantasy. Une rareté de nos jours ! oh je sais bien que Image a tenté au cours des années passées de lancer série sur série dans le genre fantasy…sans pour autant réussir à imposer un réel succès. La plupart passe inaperçu et ne se démarque guère. Il faut dire que la fantasy est je pense un genre assez dur à aborder en format single. En effet, il demande d’installer outre des personnages, tout un monde, ses règles et ses menaces…Et c’est compliqué de tout caser en 22 pages tout en ayant en parallèle une intrigue qui progresse à un bon rythme. 

Autre difficulté : éviter les clichés. Le public étranger au genre peut souvent avoir une image assez…passéiste de la fantasy moderne…en gros coincé à l’âge de Tolkien et le seigneur des anneaux. Et il faut bien avouer que pendant longtemps à de rares exceptions, pas mal d’auteurs sont restés dans ces limites bien confortables…Sauf que depuis plus de 20 ans maintenant plusieurs générations d’auteurs ont émergés pour justement renverser ces conventions et proposer quelque chose de neuf avec le genre. De fait, la fantasy n’a jamais été aussi riche qu’à notre époque !

Je souhaite donc bonne chance à The Last God qui va devoir s’imposer dans un marché déjà au bord de l’asphyxie (voire qui qui a franchi le bord) et qui n’est guère accueillant pour du non super-héros. Certes les choses se sont clairement améliorées, mais j’attends toujours de vrais succès dans le genre fantasy avant de crier victoire. En tout cas, il est bien que DC tente justement d’avoir des titres différents dans son écurie. 

Verdict : Check it 

SANDMAN UNIVERSE SPECIAL HELLBLAZER #1

Prix : $4.99

Scénario : Si Spurrier 

Dessin : MARCIO TAKARA

Sollicitation : The second year of the Sandman Universe begins with the long-awaited arrival of one of DC’s most iconic characters…John Constantine, Hellblazer!

He’s cheated death and damnation more times than he can count, but never like this. Long ago, in the crucible of a magical war waged across countless futures, Constantine was murdered by an all-powerful adversary: a twisted version of Timothy Hunter, bloated with evil.

But over the past year strange forces have conspired to restart Tim Hunter’s tale, and somehow—amid sorcery, insanity and secret agendas—this older, wiser, wilier shade of Constantine has been dragged back with it. Unlike young Tim, John remembers every second of a life that went very, very wrong. Now he must ask himself why he, the last person in the world to deserve a second chance, has been given one. Is John Constantine here to put Tim Hunter on the right track and avert a terrible outcome? Or is it because he’s the only person in existence with the guts to do what REALLY must be done? After all, he’s a nasty piece of work, chief…ask anybody.

This oversize one-shot sets the stage, and is the perfect jumping-on point, for a new era of Sandman Universe tales beginning in November…and is the official start of the strangest chapter yet in John Constantine’s long life!

Avis : il y a beaucoup de choses très attendues chez DC cette semaine et parmi elles sans la moindre ambiguïté le retour du titre Hellblazer à la main d’un auteur absolument capable de faire revivre ce que l’on pourrait qualifier de “vrai” John Constantine fait partie du très haut du panier. De fait, depuis son intégration dans l’univers DC en tant que tel, le personnage avait été un peu…lissé ? disons que nombre de ses aspérités avaient été gommées pour ne laisser que quelques traits distinctifs de base :oh mon dieu un personnage qui fume dans un comic-book, wow c’est vraiment des rebelles chez DC !!!. 

Mais cette fois la bonne nouvelle est que le retour du titre se fait dans la grande tradition de Vertigo sous l’égide d’un vrai auteur, avec un réel talent, une imagination complètement débridée capable de faire revenir le titre vers ses racines, je parle bien évidemment du très bon mais encore très sous estimé Simon Spurrier. L’auteur que l’on connaît pour ses travaux chez Marvel (sur Legion et X-Force) mais aussi dans le Sandman universe pour son relaunch de Dreaming, reprend ainsi l’un des étendards de ce qui était Vertigo…Et l’on comprend bien que cette mini ligne Sandman universe s’inscrit comme l’héritière historique du label désormais mythique. 

Et il est possible que nous ayons droit ici à la version historique de John Constantine, puisque l’on nous promet un personnage, plus âgé, plus sage…revenu d’un peu tout. À ce stade, je pense que DC ne devrait pas trop se prendre la tête et avoir les deux versions de Constantine évoluer en même temps. La version de l’univers DC dans Justice League Dark, plus jeune et la version historique plus âgée dans sa propre bulle dans le Sandman universe. Les lecteurs ne sont pas stupides, la plupart comprendront. Voilà en tout cas une bonne et nouvelle occasion de faire vivre ou plutôt revivre l’héritage de Vertigo et de montrer aux lecteurs que les histoires qu’ils ont suivies parfois pendant des décennies sont toujours là. 

Verdict : Buy

TALES FROM THE DARK MULTIVERSE DEATH OF SUPERMAN #1

Prix : $5.99

Scénario : Jeff Loveness 

Dessin :  BRAD WALKER & ANDREW HENNESSY

Sollicitation : The Dark Multiverse takes on the highest-selling comic book event of all time—the Death of Superman! In a broken world much like our own, Lois Lane, twisted by rage and grief, becomes the Eradicator and takes revenge on those who let Superman die, and the corrupt world he could never defeat. Now, with the power of a god, she’s going to end the battle by any means necessary…and the Reign of the Supermen will be over before it begins!

Avis : nouveau petit chapitre issu du Dark Multiverse, alors que DC nous présente cette semaine la version “corrompue” de la mort de Superman, où une Lois Lane conduite par le chagrin va prendre possession du pouvoir de l’Eradicator pour venger la mort du héros…et j’ai l’impression, s’en prendre à tout le monde, vilains comme super-héros ! je n’ai pas encore lu l’épisode spécial sur Knightfall mais cette fois je suis plus attiré par ce numéro spécial no pour l’histoire mais plutôt en raison de la présence de Jeff Loveness au scénario. 

Je trouve que l’auteur que l’on avait remarqué il y a quelques années sur un relaunch trop rapidement avorté de Nova (qui voyait le retour de Richard Rider) est très sous estimé et mériterait vraiment d’obtenir des boulots de plus grande importance de la part des Big Two. Dans le cas présent, le pitch peut être sympa, surtout si l’auteur va vers une histoire de type “terre brûlée” où tout le monde y passe ! ne vous privez pas, c’est dans sa propre continuité donc pourquoi se priver ?

Verdict : Check it 

IMAGE COMICS

CHRONONAUTS FUTURESHOCK #1/2/3/4

Prix : $3.99 – épisode #4 a 5.99$

Scénario : Mark Millar 

Dessin : Eric Canete 

Sollicitation : THE BOYS ARE BACK. CHRONONAUTS returns with FUTURESHOCK, as time-traveling physicists Corbin Quinn and Danny Reilly attempt to conquer the future with their new machine—The Timehawk. A little older but none the wiser, the best friends return for their biggest mission yet!

Avis :  sortie cette semaine de …tous les chapitres de la nouvelle mini série consacrée par Mark Millar aux Chrononauts. Pour ceux qui ne s’en souviennent pas, Millar avait lancé le concept avec Sean Gordon Murphy il y a quelques années dans une mini série en 4 épisodes…dont le seul intérêt était le dessinateur. Le scénario était encore plus insipide que jamais avec un MIllar qui n’en avait décidément rien à foutre. Cette fois pas de Murphy au dessin, donc pas de Sam à l’achat. Eric Canette est un bon artiste mais il ne sera pas suffisant pour faire passer l’indigence que j’anticipe niveau scénario. D’autant plus que cette fois, Millar sort les 5 épisodes en une fois ? pourquoi ? Mark, tu n’a pas entendu parler de ces trucs appelés TPB ? tu comprends que l’on sort d’abord les single de mois en mois et ensuite tu rassembles l’ensemble dans un TPB. Là économiquement, cela n’a aucun sens, car acheter la version TPB coûtera moins cher…

Verdict : Check it 

MARVEL COMICS

EXCALIBUR #1

Prix : $4.99

Scénario : Tini Howard 

Dessin :  Marcus To

Sollicitation : A NEW DAWN IS FORGED! The Otherworld is rocked by war! It is a new era for mutantkind as a new Captain Britain holds the amulet, fighting for the Kingdom of Avalon with her Excalibur at her side – Rogue, Gambit, Rictor, Jubilee…and Apocalypse.

Avis : et nous continuons cette semaine la découverte des nouveaux titres de la franchise mutante. Après le très bon X-Men et le décevant marauders (si c’était décevant, j’irai voir la suite mais le 1er épisode était correct mais sans plus), nous attaquons cette semaine la nouvelle version de la série Excalibur ! une série que je ne pensais pas vraiment voir revenir puisque la dernière version date du milieu des années 2000 quand Marvel avait confié une série New Excalibur à Chris Claremont qui n’avait guère trouvé son public. 

Cette nouvelle version n’a que peu de rapports avec les précédentes…En fait on serait en 1992, cette série s’appellerait X-Men. Je dis ça car elles est composée des personnages les plus représentatifs des X-Men au début des années 90 : Rogue, Gambit, Rictor, Jubilee, mince même Apocalypse est du lot…mais dans le camps des X-Men ! parce que oui, avec le nouveau statut quo défini dans Hox/POX, désormais En sabah Nur bosse avec Xavier ! donc côté personnages et composition d’équipe, c’est du très bon avec certains de mes personnages préférés rassemblés ici. 

Ensuite, il reste la question de l’équipe créative. Je n’ai guère de crainte du côté artiste. Marcus To sans être un dessinateur star est franchement très bon et il peut faire des étincelles ici. Non, ce qui m’inquiète plus c’est la scénariste. J’en parlais déjà la semaine dernière, mais si Marvel veut réellement bien exploiter le nouvel enthousiasme des fans pour les X-Men grâce au travail de Hickman, il faut que les autres auteurs associés produisent eux aussi des titres de qualité. C’est une lapalissade en apparence mais mon expérience de Marvel m’a montré que très souvent, avoir un ou deux titres qui fonctionnent leur suffit. 

Or j’ai quelques inquiétudes, quand je vois Tini Howard sur le scénario. J’ai lu quelques trucs de sa part dont le récent et très mauvais Strikeforce, sans doute l’un des pires comics produits par Marvel en 2019 et au vu du résultat, je ne suis guère enthousiaste à l’idée qu’elle écrive certains de mes personnages préférés, notamment Betsy dont l’histoire récente est déjà suffisamment bordélique sans qu’on en rajoute une couche avec des mauvaises intrigues…

Verdict : Check it 

FANTASTIC FOUR GRAND DESIGN #1

Prix : $5.99

Scénario : TOM SCIOLI 

Dessin : TOM SCIOLI 

Sollicitation : Because you demanded it! The bestselling GRAND DESIGN franchise continues with Marvel’s First Family! Brought to you by critically-acclaimed cartoonist TOM SCIOLI (GODLAND, TRANSFORMERS VS. GI JOE) in the sole-authorship tradition made famous by ED PISKOR’S X-MEN: GRAND DESIGN trilogy! Join the Watcher and witness how it all began… Plus appearances by your faves: Doctor Doom! Black Panther! Namor! Galactus! Mole Man! The Inhumans!

Avis :  après le Grand design de Ed Piskor consacré aux X-Men et en particulier concentré sur le run de Chris Claremont, il était bien évidemment impensable que Marvel n’exploite pas ce nouveau filon qui voit un auteur revenir sur un run historique pour le représenter de manière linéaire, moins comme une suite d’intrigues et plus comme si cela était en réalité une seule grande saga cohérente composée de multiples chapitres. 

Cette fois cependant, ce n’est plus Ed Piskor, mais Tom Scioli qui est à la manoeuvre dans ce qui s’annonce comme un gigantesque hommage aux Fantastic Four et surtout au run Stan Lee / Jack Kirby qui a défini la série. Ce n’est au fond pas étonnant que l’auteur s’attaque à un tel run, car je me souviens de son travail sur Godland avec Joe Casey…et il était difficile de faire visuellement plus Kirby.  De toute évidence, l’auteur est un gigantesque fan du King qui a incroyablement influencé son propre style. 

Au delà, nous pouvons voir que Marvel continue de développer nombre de projets autour des Fantastic Four avec plus ou moins de succès. Même si cela a pour effet d’inonder le marché, j’aime le fait que Marvel tente des choses différentes dans tous les sens. Si pas mal de trucs sont sans intérêts, dans la masse, on trouve quand même quelques petites perles.  

Verdict : Check it 

INVISIBLE WOMAN #4

Prix : $3.99

Scénario : Mark Waid 

Dessin : MATTIA DE IULIS

Sollicitation : Lost in a foreign land, cut off from her friends and family, Susan Richards is on the hunt. When she learn(S) the true secrets behind her former S.H.I.E.L.D. partner, what she finds out rocks her world and endangers millions!

Avis : tiens je parlais plus haut du développement de la franchise Fantastic Four, avec la multiplication de projets et nous avons ici la suite de la mini série consacrée à Susan Richards…qui jusque là fait plutôt partie du haut du panier des projets en cours. En effet outre les sublimes covers de Adam Hugues (oui allez y, on en veut plus), le scénario de Mark Waid sans rien révolutionner est vraiment efficace et prenant. 

Riche en surprises et vraiment centrée sur Susan et non un autre membre de la famille, elle a droit à une vraie aventure alors qu’elle enquête sur le sort d’un ancien coéquipier du temps où elle acceptait des missions pour le SHIELD. Nous avons eu jusque là un bon mix entre enquête et série d’espionnage avec son lot de surprises, notamment à la fin de l’épisode 3, alors que bien évidemment nous comprenons que rien n’était ce qu’il semblait auparavant (comme dans tout bon récit d’espionnage !). 

Le tout bien soutenu par un bon Mattia de Iulis au dessin. On connaissait déjà l’artiste grâce à ses précédents travaux sur Jessica Jones en compagnie de Kelly Thompson au scénario. Il continue de convaincre ici. Il y a encore une petit côté figé dans son style par moment, mais j’ai l’impression qu’il est en train de corriger ce point. 

Bref, une bonne petite mini série très sympathique. 

Verdict : Check it 

MARVEL ZOMBIES RESURRECTION #1

Prix : $4.99

Scénario : PHILLIP KENNEDY JOHNSON

Dessin : Leonard Kirk 

Sollicitation : THE HORROR SMASH-HIT LIVES AGAIN! When Galactus’ corpse appears at the edge of Earth’s solar system, the Avengers, X-Men and Fantastic Four investigate. Too late, they discover that Galactus’ body is now the vessel of an interstellar terror, which one-by-one transforms Earth’s Mightiest Heroes into the universe’s most terrifying predators! As our heroes try to escape the superpowered, cannibalistic aberrations that were once their friends and family, will any survive? And even if they do, can they hope to protect Earth from the infestation that has already claimed half of the known universe?

Avis : c’était inévitable, devant le succès colossal de Dceased qui se termine par une ironie du destin cette semaine également, Marvel ne pouvait pas être en reste côté série de zombies avec super-héros dedans, et relance donc Marvel Zombies…avec Phillip Kennedy Johnson au scénario…oui, le même que The Last God…Donc grosso modo, Marvel pique idée et scénariste chez DC ?! 

De toute évidence cependant, cette nouvelle mini série ne se situe pas dans les mondes zombies mis en place jusque là. Non, on repart à zéro, donc une nouvelle Terre parallèle va servir de terrain de jeu à nos mangeurs de cervelles préférés. Les enjeux sont toujours les mêmes…par contre, je ne sais pas si du coup l’auteur arrivera à renouveler quelque chose parce que c’est très exactement le même point de départ. 

Bref, si la franchise, surexploitée dans les années 2000, vous a manqué, elle est de retour. Personnellement n’étant pas un grand fan de zombies et ayant le souvenir des précédentes…je suis plus sur la réserve. 

Verdict : ils reviennent et cette fois-ci…c’est DC qui a relancé la machine !

SILVER SURFER BLACK #5

Prix : $3.99

Scénario : Donny Cates 

Dessin : Tradd Moore 

Sollicitation :  The final stand against Knull!The Surfer’s severely depleted of his Power Cosmic, will desperate lengths force him to use his secret weapon and unleash a new horror upon the galaxy? Trust us, you won’t want to miss this epic conclusion!

Avis : conclusion de la mini Silver Surfer Black qui a vu Donny Cates creuser un peu plus la saga qu’il est en train d’installer autour du personnage de Knull. J’ai l’impression que le but de la mini est avant tout de montrer d’une part comment le dieu des symbiotes a été arrêté au début des temps et d’autre part de positionner le Surfer comme un acteur clé pour le futur combat contre le vilain dans les futures aventures que le scénariste va sans nul doute développer dans ses prochains titres, que ce soit Venom ou Thor (car je doute que cette série y échappe). 

Sur le fond, en termes de scénario c’était efficace, mais c’est surtout le boulot incroyable de Tradd Moore sur la partie graphique que l’on va retenir. Mon dieu que les précédents épisodes étaient beaux. Et par beaux je veux dire quelle XXX de claque.  Que ce soit en termes de dessin pur mais aussi et surtout de composition de page, l’artiste qui a gagné sa renommée grâce à Luther Strode a impressionné sur cette mini. Il est clair par exemple que tous les dessinateurs qui réutiliseront Ego dans un futur bouquin seront comparés à l’interprétation de Moore ici. C’était à la fois superbe et follement inventif. 

Et sa représentation du Surfer ou de l’action en général n’étaient nullement en reste. J’espère que Marvel proposera une version TPB à la hauteur, car cela mérite un traitement oversized pour bien profiter de chaque planche !

Verdict : Buy

VENOM #19

Prix : $3.99

Scénario : Donny Cates 

Dessin : IBAN COELLO

Sollicitation : ABSOLUTE CARNAGE TIE-IN! A FAMILY AFFAIR!

As Carnage rules and chaos reigns, the symbiotic offspring of VENOM make their presence known by hunting Eddie Brock’s son Dylan ! But there’s more to Dylan than Venom, Carnage, or even The Maker understand — and once they learn the truth, nothing will be the same!

Avis : alors qu’Eddie Brock est très occupé à se faire défoncer par Carnage dans Absolute Carnage (nous rappelant que nous sommes manifestement de retour en 1993…), la série Venom s’intéresse depuis le début de l’event au personnage de Dylan, fils caché d’Eddie, dont les origines restent encore entourées de mystère et surtout dont le lien avec les symbiotes semble bien plus fort que ce que l’on pensait. 

En effet, outre la présence du codex dans son ADN, Donny Cates a laissé des indices apparaître laissant penser que le jeune garçon cachait quelque chose de vraiment important. On sait que sa naissance est particulière, puisqu’il est issu de deux individus possédés par des symbiotes et j’ai comme l’impression que Cates va continuer à nous distiller ici et là quelques petites miettes sur le sujet. 

Va-t-il s’en servir pour faire de nouveau souffrir Eddie Brock qu’il a bien écharpé depuis le début du titre : oui, sans aucun doute. Brock est là pour souffrir et pis c’est tout…et nous lecteurs aimons cela ! et Cates le sait bien ! en tout cas, je suis ravi de voir que ces ties ins à Absolute Carnage dans le titre Venom aient revêtus une réelle importance car ils ont tous apportés quelque chose en plus. 

Verdict : Buy

A propos Sam 1884 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

1 Comment

  1. Tres grosse semaine de sorties.
    Si DC devient vraiment lamentable dans son univers proper, C’est l’audace totale dans ses sous labels. Vertigo est mort, certes, mais j’ai tout de même l’impression que DC devient un endroit ou les auteurs vont pouvoir se faire plaisir. Seul bémol (de taille), le prix de tous ces épisodes qui sont tous au moins a 5 dollars. Le fait qu’ils soient oversized justifie ces prix mais ca va devenir franchement difficile à suivre financièrement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.