Guide de lecture Comics VO : semaine du 30 septembre 2020

Edito : allez c’est parti pour la dernière semaine du mois, qui aura été chargé du côté des éditions reliées avec une pluie d’omnibus qui nous est tombée sur la tête. Un mois donc étrange, où je me suis plus intéressé aux trucs du passé qu’aux sorties présentes qui n’ont guère été flamboyantes à part quelques exceptions.

Le très bon reste l’exception, dans une année globalement assez morne,  alors que dans le même temps, nous nous demandons tous où en sera l’industrie des comics dans un un an, cinq ans, ou dix ans…

Les bases des grandes tendances qui vont animer la décennie la décennie sont en train d’être installées en ce moment et si la créativité est toujours présente…le marché est lui en train de se transformer à grande vitesse. Une chose est sûre, pour une fois dans les comics, oui les choses vont changer et la situation à la fin de la décennie 2020 n’aura plus rien à voir avec celle que nous connaissons aujourd’hui. 

Sorties de la semaine : quelques petites choses intéressantes cette semaine : 

  • chez DC, la suite de l’excellent Three Jokers par Geoff Johns et Jason Fabok !
  • chez Image le lancement de department of Truth par le très présent James Tynion IV et MARTIN SIMMONDS !
  • Enfin, chez Marvel, Jeff Lemire écrit du Hulk et la suite du crossover X of Swords !

Émissions de la semaine : trois émissions au programme pour commencer le mois, toujours à partir de 21h sur Comixity Live sur Youtube 

  • mardi, un nouveau podcatch où Steve et Jonat parleront catch !
  • mercredi, un nouveau Freaxity, où Steve et Laure se livreront à un nouveau versus. Au programme, Jason X versus Leprechauns in space ! oui, c’est barré cette semaine !
  • jeudi, un nouveau Comixweekly, où nous parlerons des sorties VO de la semaine et d’un peu d’info s’il y en a !

DC COMICS

BATMAN: THREE JOKERS #2

Prix : $6.99/48 pages 

Scénario : Geoff Johns 

Dessin : Jason Fabok 

Sollicitation : As Batman and Batgirl follow an unexpected thread linking the three Jokers with someone from the Dark Knight’s past, Red Hood dives headfirst into trouble and finds himself struggling to stay afloat without the aid of his allies. Batman: Three Jokers continues its trajectory as the ultimate examination of The Joker and his never-ending conflict with Batman. Prepare yourselves for the second chapter of one of the most terrifying and personal mysteries Batman has ever faced!

Avis : suite très attendue de l’un des projets qui m’enthousiasme le plus en ce moment chez DC, ou devrais-je dire un des rares bouquins qui me plait vraiment chez cet éditeur en ce moment d’autant plus que c’est une franche surprise, à savoir Three Jokers. C’est une bonne surprise, car autant le dire, de toutes les intrigues lancées avec Rebirth, c’était celle qui m’intéressait le moins, car je ne voyais pas trop où Johns voulait en venir avec ce nouveau mystère.

Était-ce, en outre,  vraiment utile d’en rajouter une couche avec le Joker, alors que nous n’avons pas cessé lors de la décennie 2010 à nous bouffer des intrigues avec ce personnage ? Le fait est que DC a surexposé le Joker au cours des dernières années, de manière de plus en plus accrue d’ailleurs ces derniers temps et qu’entre les comics, les films et le reste…cela fait vraiment beaucoup à digérer en permanence. Du coup, …3 jokers n’était absolument pas une de mes priorités. 

Au final la lecture a représenté une excellente surprise, et un mois plus tard, je continue d’y penser de manière régulière tant le numéro m’a marqué. C’est d’autant plus étonnant, que j’ai toujours eu le sentiment que Johns était moins à l’aise dans l’écriture de Batman. Pourtant il livrait dans son premier épisode un récit ultra-efficace, qui posait bien le mystère général, donnait déjà des premières clés de compréhension et surtout installait bien le thème général de la mini série, à savoir la gestion des traumatismes par chacun des héros mis en scènes. 

Les différentes séquences où l’on voyait les nombreuses cicatrices des différents héros, et les circonstances dans lesquelles ils avaient été originellement blessés, que ce soit Batman, Batgirl ou Jason…on comprenait ce dont Johns voulait nous parler. Le tout dans un récit ultra-tendu qui s’achevait sur une scène finale particulièrement marquante alors qu’un des personnages franchissait la ligne rouge…

Et bien évidemment que dire de la partie graphique ! le projet aura pris son temps pour nous arriver, mais nous avons pu voir que Jason Fabok ne s’était pas tourné les pouces durant toutes ces années ! mon dieu que c’était beau ! parfaitement mis en scène, avec un style bien plus maîtrisé que ce que nous avons pu voir chez Fabok auparavant, qui était déjà très bon !

En conséquence, j’attends beaucoup de cette suite, d’autant que la mini ne compte que 3 épisodes de mémoire, donc pas question que le récit traîne !

Verdict :  BUY !

DARK NIGHTS: DEATH METAL MULTIVERSE’S END #1

Prix : $5.99/48 pages 

Scénario : James Tynion IV 

Dessin : JUAN GEDEON

Sollicitation : Perpetua, mother of all existence, has culled all life and creation in the Multiverse, condensing all beings to one planet: Earth-Prime. In her quest for power and dominance, she rules absolutely and in totality, using her children — the Monitors and Anti-Monitors — as her heralds and destructors. But a group of heroes has banded together across multiple worlds in a last-ditch effort to stop her from destroying all of existence: Owlman, President Superman, Iris West, Captain Carrot, Guy Gardner, and others have chosen to make their final stand in a battle they’re destined to lose!

Avis : autre one shot lié à Death Metal destiné à occuper le terrain en attendant le retour de la mini série principale le mois prochain. Jusque là les épisodes ont été de qualité et d’intérêt divers. L’épisode speed metal de la semaine dernière étant clairement le meilleur car rendant enfin justice à Wally. Plutôt que de nous pondre d’ailleurs un titre à rallonge pour le vendre, ils auraient dû sobrement le renommer : “l’épisode pour les fans de Wally West…avec toutes nos excuses pour Heroes in crisis, s’il vous plaît revenez, on recommencera pas, c’est promis. Tenez, prenez cette scène, où Barry est clairement un et Wally a raison sur toute la ligne”.

Comment ça c’est encore plus long que le titre original ? oui, mais cela aurait été plus honnête. Et puis l’objectif d’un titre c’est aussi de savoir donner envie aux lecteurs !

Aux manettes de ce nouvel épisode donc,  qui ne s’annonce pas incroyable, James Tynion IV qui décidément ne doit pas beaucoup dormir…car entre l’écriture de la série Batman, qui est bimensuelle je le rappelle et doit connaître une pression éditoriale très importante, et ses millions de projets personnels…je ne vois pas où il a pu trouver le temps d’écrire ce one shot. Et oui, je ne vois pas trop d’intérêt dans le machin qui s’intéresse à des personnages issus du Multiverse, qui ne jouaient aucun rôle important dans la mini série Death Metal jusque là. 

Bon, cela va permettre de faire le point sur ce qu’ils sont devenus après la fin du multiverse…mais étant donné mon manque d’intérêt général pour cet event qui pour moi ne fonctionne pas…je pense plutôt faire l’impasse. Mais le doute est quand même présent, peut être qu’il sera utile dans les prochains épisodes de Death Metal ? car à la lecture des précédents one shots, il semblerait bien qu’ils servent de pont pour faire avancer l’intrigue générale…

À voir, mais je reste peu intéressé, surtout pour ce prix là !

Verdict : Check it 

BATMAN: THE JOKER WAR ZONE #1

Prix : $5.99/48 pages 

Scénario : JAMES TYNION IV, JOHN RIDLEY, and JOSHUA WILLIAMSON

Dessin : GUILLEM MARCH, DAVID LAFUENTE, JAMES STOKOE, and others

Sollicitation : Gotham City is a battleground as The Joker takes over the Wayne fortune and wages a street war against the Dark Knight and his allies! Enter the « war zone » with short stories featuring characters like Cassandra Cain, Stephanie Brown, and Luke Fox and see how they’re fighting back in a city under siege! Also, the brutal full debut of the mysterious new anti-hero known as Clownhunter!

Avis : mais nom de XXX, va dormir James !!! non mais sérieusement, combien de titres avec James Tynion IV au scénario vont être publiés ce mois-ci ! c’est juste humainement pas tenable. D’autant que ce n’est pas le dernier truc signé par l’auteur dans ce guide ! Et j’ai même une recommandation : et si au lieu d’écrire un million de trucs pour DC, le scénariste se concentrait sur son taf sur Batman ? oui, je ne parle pas de ses creator owned, car je les trouve bien meilleurs que sa production mainstream, donc je veux qu’il continue. Mais il faut peut-être rechercher dans cette surexposition de l’auteur la cause de la médiocrité de Joker War ? 

Comment l’auteur, tiraillé sur un million de trucs pouvait convenablement se concentrer sur l’écriture de l’event principal qui aurait dû retenir toute son attention ? car au bout de 5 parties, sur 6 rappelons le, tout cette intrigue s’est montrée particulièrement plate. Avec un Batman qui ne fout rien pendant 4 épisodes avant de commencer à se dire qu’il faut qu’il se sorte les doigts du fion dans la 5e partie …tout en établissant encore une fois une stratégie de merde. Tu m’étonnes que le Joker arrive à tout anticiper, quand le seul plan du héros est de simplement foncer dans le tas avec assurance ! arrrghhhh !!!

Donc, vous l’aurez compris, ce one shot, j’en ai un peu rien à carrer. Je ne doute pas que DC l’a sorti parce qu’ils ont bien senti le potentiel du machin et l’intérêt des lecteurs…mais si l’intrigue principale avait été correctement développée, oui, j’aurais été intéressé…là, rien à battre. Bon, après ils me prennent par les sentiments en ramenant Cassandra Cain dans l’histoire. Je n’ai pas suivi Batman & the outsiders où elle avait mise en scène ces derniers temps, donc j’ai perdu de vue le personnage, que j’adore pourtant, mais voilà une bonne occasion de la retrouver. Après Wally,  justice pour Cassandra aussi !

Verdict : Check it pour Cassandra Cain. 

TPB/GRAPHIC NOVEL

BATMAN : KNIGHTS OUT 

Prix : $39.99/392 pages

Scénario : Chuck Dixon

Dessin : Graham Nolan

Episodes : Detective Comics #703-718.

Sollicitation : After a tumultuous period-including being replaced by Azrael and a deadly contagion hitting Gotham City-Batman’s back to business in this collection of stories by the fan-favorite creative team of Chuck Dixon and Graham Nolan, the creators of Bane! As Batman reels from the aftermath of the Final Night, the Riddler and Cluemaster unite for a uniquely vexing attack-and then Gunhawk and Deathstroke come to town! After all of that, if anything’s left of Gotham, Firefly might just burn it to the ground. 

Avis : on voit que DC continue de combler certaines périodes de l’histoire de Batman qui restait indisponible en édition reliée depuis un bon moment. Nous avons en effet d’un côté les collections :  Batman caped crusader et Dark Detective qui s’intéresse à toute la période post crisis jusqu’à Knightfall et de l’autre plusieurs tomes post Knightfall comme celui-là, qui viennent combler les blancs du run de Chuck Dixon sur Batman. Dans le cas présent, ce tome contient l’ensemble des épisodes de Detective Comics qui précèdent Cataclysm, intrigue qui met en place No Man’s Land. 

Bon au passage, cela reste le bordel complet en termes de cohérence de collection chez DC. puisque les collections que j’évoquais plus haut sont des softcovers et que nous avons là un Hardcover…arghhhh DC (lève le point au ciel en les maudissant) !!!! Pensez à nos étagères, comment elles sont censées avoir un minimum de cohérence si vous changez de format en permanence ! vous vous adressez à des collectionneurs avec ces tomes, donc pensez à votre offre en conséquence. Vous pensez vraiment que le lecteur lambda va s’intéresser à du Batman vieux de 25 ans !!! arrghhh ….

Sur le fond, comme chacun le sait, Dixon fait partie de ces auteurs qui ont clairement marqué la franchise Batman dans les années 90, écrivant à certains moments presque la moitié voire plus des séries liées, entre les titres Batman principaux et les différents spin off : Birds of Prey, Robin, Nightwing…Impossible d’échapper à ce scénariste au cours de cette période qui sans être un auteur incroyable livrait en général toujours une prestation solide, avec un bon mélange de petit développement de personnage et d’action dans tous les sens. 

Si on veut du Batman efficace et pas trop prise de tête, aller lire du Dixon est en général la voie à suivre. 

Chances de publication en VF : je dirais assez faible. Si Urban s’est intéressé aux grandes sagas Batman des années 90 avec Knightfall ou No Man’s Land, et nous a promis l’année dernière la saga Contagion et Legacy, je doute que les parties anonymes entre ces grandes sagas très connues soient leur priorité. Ce qui est normal après tout, ces épisodes et ce tome s’adressent avant tout à des complétistes (dans mon genre en gros) qui ne sont pas légion. Et le matos présent autour de Batman est toujours tellement important que s’ils se mettaient à éditer jusqu’aux parties un peu moins connues…on ne lirait effectivement chez eux plus que du Batman. 

Verdict : Check it 

JOHN CONSTANTINE : HELLBLAZER VOL 1 – MARKS OF WOE 

Prix : $19.99/216 pages 

Scénario : Simon Spurrier 

Dessin :Aaron Campbell, Matías Bergara, Marcio Takara

Episodes :  The Sandman Universe Presents: Hellblazer #1, John Constantine: Hellblazer #1-6, and Books of Magic #14.

Sollicitation : The bastard is back. England’s legendary street-level sorcerer has returned to his grimy roots with a second lease on life. Which leaves him with just one question:

How the hell did that happen?

Brutally retrieved from a tangle of apocalyptic futures and outright insanity, the working-class magus finds himself restored to the haunted shadows of London, where local gangsters are being shredded by terrifying entities. Their boss wants to hire Constantine to help, and without a penny to his name–and with a gun in his face–who is he to say no?

But this isn’t an open-and-shut exorcism. To put this madness back in its bottle, John must work with the man who tried to replace him during his missing years, and confront an impossible power with a horribly familiar face…

One of the DC Universe’s most iconic characters comes screaming and swearing back to the comics page in John Constantine: Hellblazer Vol. 1: Marks of Woe, courtesy of infernal talents Simon Spurrier, Aaron Campbell, Matías Bergara, Marcio Takara, and more! 

Avis : alors que la série a été récemment annulée au numéro 12, DC publie cette semaine le premier TPB de la dernière série en date dédiée à Hellblazer. Un titre que son auteur essaye de sauver en essayant de mobiliser les lecteurs autour de ce premier tome sur deux. 

En effet, si les ventes sont suffisamment importantes, cela pourrait être le signe qu’il y a bien un lectorat pour ce qui est considéré comme le meilleur titre dédié à John Constantine en plus de dix ans. Il est malheureux que le titre ait fait partie de la vague d’annulations mise en oeuvre par DC en ce moment, car je n’en avais que de bons retours, Spurrier parvenant à nouveau à écrire ce qui apparaissait comme le vrai Constantine, après la version “light” mise en scène dans l’univers super-héroïque de DC depuis le New 52 et l’enterrement de Vertigo. 

Le destin du titre sera sans doute un symbole fort à la fois pour DC et pour l’industrie à mon sens. S’il parvient à être sauvé, cela signifie qu’il y a encore une place chez DC pour des séries non super-héroïque…dans le cas contraire, on saura à quoi s’attendre…

Chances de publication en VF : faibles à mon sens…mais ce n’est pas impossible non plus, puisqu’Urban s’est montré vraiment décidé à publier le max de choses autour de Hellblazer (plus de 150 épisodes publiés sur les 300 que compte la série originale) et peut être qu’en mettant en avant le Black Label, cela pourra marcher. Je dirai que c’est du 50/50. Soit ils continuent de privilégier le run original, soit ils élargissent aux runs récents, ce qu’ils n’ont pas fait jusque là. 

Verdict : Check it 

IMAGE COMICS

DEPARTMENT OF TRUTH #1

Prix : $3.99/

Scénario : JAMES TYNION IV

Dessin : MARTIN SIMMONDS

Sollicitation : SERIES PREMIERE! Cole Turner has studied conspiracy theories all his life, but he isn’t prepared for what happens when he discovers that all of them are true, from the JFK assassination to flat Earth theory and reptilian shapeshifters. One organization has been covering them up for generations. What is the deep, dark secret behind the Department of Truth? Bestselling writer JAMES TYNION IV (Batman, Something is Killing the Children) debuts his first Image ONGOING SERIES alongside breakout artist MARTIN SIMMONDS (Dying is Easy)!

Avis : tiens James, il y avait longtemps…au moins trois bouquins que j’évoque que tu n’étais pas là à apparaître dans mon guide avec un nouveau bouquin ! Sinon, ça va ? ah tu n’as dormi que deux heures la nuit dernière, ah, je suis désolé mon pauvre…ah !: tu voulais dire, deux heures lors du mois passé…oui, je comprends, c’est ça d’écrire un million de trucs à la fois, mon grand. Donc pas trop fatigué hein ? Ah, tu vas lancer encore 3-4 autres séries ? …ouiiiii, cela peut passer, j’en suis sûr…

Donc, nouveau titre en creator owned signé James Tynion IV cette semaine qui s’ajoute au reste. Ce qui est tout à fait normal. Après tout, il ne fait qu’écrire, le plus gros titre DC de manière bimensuelle, plusieurs one shot, 3 séries en creator owned, avec Something is killing the children, Wynd et donc department of truth…tout en pilotant un magazine anthologique d’horreur en même temps…Tout cela est tout à fait sain, et je ne m’attends pas du tout à voir le pauvre auteur exploser en vol et nous faire un bon gros burn out dans les prochains mois…

C’est qu’en plus…je suis persuadé que son nouveau titre est bon ! il est agaçant comme cela James Tynion IV. Certes son run sur Batman ne vaut pas grand chose, mais ses séries en creator owned sont en général très bonnes. Je pense notamment à Something is killing the children qui reste un coup de cœur personnel. Au programme cette fois, l’auteur touche à un sujet hautement sensible à notre époque, la sphère conspirationniste…Un sujet d’actualité, alors que tout et n’importe quoi est balancé comme “info” sur le net chaque jour et que la vérité semble être devenue un concept des plus abstraits…

Au centre de toutes les conspirations, qui couvre les vérités de ce monde, le department of truth. Une idée bien barrée que j’ai hâte de découvrir, car on peut faire beaucoup de choses avec une telle idée. Cela excite l’imagination de se dire que la plupart des conspirations seraient  vraies après tout…

Verdict : Check it 

MARVEL COMICS

GIANT SIZE X-MEN TRIBUTE WEIN COCKRUM #1

Prix : $5.99

Scénario : Len Wein

Dessin : Alex Ross, Kevin Nowlan, Chris Samnee, Marcus To, Siya Oum, Stephen Segovia, Marguerite Sauvage, Carmen Nunez Carnero, Bernard Chang, Aaron Kuder, Takeshi Miyagawa, Juan Cabal, Gurihiru, Mark Brooks, Kris Anka, Phil Noto, Valerio Schiti, Leinil Francis Yu, Matteo Lolli, Emanuela Lupacchino, Carlos E. Gomez, R. B. Silva, Ramon Rosanas, Joshua Cassara, David Baldeon, Marcelo Ferreira, Javi Garron, Rod Reis, Javier Rodriguez, Marco Checchetto, Jen Bartel, Michael Del Mundo, Rahzzah, Pepe Larraz, Mike Hawthorne 

Sollicitation :  CELEBRATING THE CLASSIC’S 45TH ANNIVERSARY!

Forty-five years ago, a comic book came out that would change the face of Marvel Comics forever. Writer Len Wein and artist Dave Cockrum revamped the X-Men completely, replacing the bulk of the teen heroes with a completely new international cast! The legendary one-shot took comic fans by storm and set the series off in a new direction, setting the stage for the legendary X-scribe Chris Claremont to make them the most popular heroes in the Marvel Universe! Now, 37 of Marvel’s top artists come together to re-create this epic story, each re-drawing one pulse-pounding page in tribute to this Marvel masterpiece!

Avis : sans aucun doute, l’une des manières les plus bizarres de fêter les 45 ans de Giant Size X-Men…bon, déjà notons que comme DC, Marvel aime bien célébrer des anniversaires de manière régulière et de plus en plus fréquemment. Sauf que là, la méthode employée est des plus étranges, avec grosso modo, un paquet d’artistes modernes venant illustrer une page du scénario original de Giant Size X-Men # 1. Tout cela pour 6$, donc en gros, on demande aux lecteurs de payer de nouveau un épisode que la plupart possède déjà…mais dans une version qui visuellement est un gigantesque bordel ! car quand on regarde les 37 artistes rassemblés…il n’y a aucune espèce d’unité visuelle derrière tout ça ! Je ne vais pas m’attarder sur le sujet, car je vais faire l’impasse sur le machin, mais de temps en temps, les éditeurs Marvel ont vraiment des idées qui sortent du lot, et pas dans le bon sens…

Verdict : Check it ? je suppose ? 

IMMORTAL HULK THRESHING PLACE #1

Prix : $4.99/40 pages 

Scénario : Jeff Lemire 

Dessin : Mike Del Mundo 

Sollicitation : TWO OF COMICS’ MOST IMAGINATIVE TALENTS UNITE FOR A HULK TALE LIKE NONE OTHER!

There’s a monster raging in America’s heartland – and it’s not the Hulk. When a young girl goes missing on a Kansas farm, Bruce Banner gets the itch – the one that tells him gamma is on the loose. But this town doesn’t take kindly to strangers – especially the big, green, violent kind. Can the Hulk save a child before it’s too late, or is he about to take the blame for another massacre?

Avis : on dirait bien que le succès récent de Immortal Hulk de Ewing et Bennett incite Marvel à parier un peu plus sur le personnage et la franchise en tentant quelques projets spéciaux. Nous avons déjà le Maestro de Peter David, même si le projet en lui-même tient plus sur le fait de ramener le scénariste écrire le personnage. Et nous avons cette semaine un projet qui m’intéresse beaucoup, avec cette mini série, qui associe deux auteurs incroyables. 

Tout d’abord…pourquoi Jeff Lemire n’écrit-il Hulk que maintenant et uniquement dans le cadre de quelques épisodes ? parce que le personnage colle parfaitement aux thématiques que l’auteur aime développer : relations familiales compliquées, isolation et exclusion, parcours initiatique, vadrouille à travers les USA et une pointe de fantastique ? non, mais soyons honnêtes, Lemire aurait dû se voir confier la série régulière il y a un moment ! On peut même se demander s’il ne serait pas parfait pour reprendre le titre quand Ewing achèvera son run. 

Et niveau partie graphique, nous retrouvons Mike Del Mundo. Un artiste pour lequel j’ai des sentiments assez partagés. J’aime beaucoup ses couvertures, mais ses pages intérieures, beaucoup moins. Je pense qu’il n’a pas trouvé le bon projet qui correspond à son style si particulier. Avengers ou Thor ne convenaient pas à mon sens. Je pense qu’une série de monstres lui convient plus, alors peut être que Hulk fera plus l’affaire ? Nous verrons bien, je le souhaite, car il a un talent immense. 

Du coup, j’ai hâte de voir ce qu’ils peuvent faire avec le personnage. Je sais que cela n’affectera en rien la continuité ou le travail d’Ewing en ce moment sur le titre, mais une bonne histoire de Hulk est toujours bonne à prendre. 

Verdict :  Buy

SHANG-CHI #1

Prix : $3.99

Scénario : GENE LUEN YANG 

Dessin : Dike Ruan  &   Philip Tan

Sollicitation : THE MASTER RETURNS!

An ancient and evil secret society has stayed in hiding since the death of their leader, Zheng Zhu. But now his successor has been chosen to shift the balance of power in the world…Zheng Zhu’s son, Shang-Chi! Witness the Marvel Universe’s greatest fighter return to a world of death and destruction he thought he left behind long ago…and discover the secrets to Shang-Chi’s past that will change his world forever.

Don’t miss out on this epic tale of family, betrayal and justice as the incredible team of Gene Luen Yang (American Born Chinese), Dike Ruan (SPIDER-VERSE, BLACK CAT) and Philip Tan (UNCANNY X-MEN) launch a new chapter in the legend of Shang-Chi!

Avis : avec la sortie prochaine du film (ne me demandez pas quand, nous sommes dans une période où tout est remis en question en permanence), il était évident que Marvel allait ramener le personnage de Shang Chi et le remettre en avant de manière importante dans ses bouquins. Et alors que je m’attendais à une forte exposition, et au moins à une série régulière, surtout que Marvel donne un peu sa série à un peu tout le monde ces derniers temps, ils se montrent prudents et sortent juste une mini série ? 

Soyons clairs, je ne demande pas une avalanche de contenu sur le personnage, avec quatre séries régulières, des events et crossovers sur lui et sa place dans toutes les équipes de l’univers Marvel…mais pour moi, il est aussi évident que le héros a comme qui dirait un boulevard devant lui. Je ressens vraiment une envie pour plus de matos sur le personnage et pour la première fois depuis des lustres, l’éditeur se montre timide ? c’est vraiment une approche étrange. 

Ou peut-être que les reports des dates de sortie du film les incitent à retarder les gros plans qu’ils ont inévitablement pour lui ? c’est possible, nous verrons bien. De ce point de vue, leur stratégie est tellement liée aux films que cela la rend peu visible et compréhensible dans la période actuelle. 

Sur le fond, Marvel a donc réussi à choper Gene Luen Yang au scénario, auteur qui débarque à la maison des idées après plusieurs années passées chez DC à bosser sur la franchise Superman avec plus ou moins de succès…J’espère que comme nombre d’auteurs issus de minorité aux USA, il ne va pas se faire cataloguer et n’écrire que des personnages asiatiques. C’est un peu le piège dans lequel beaucoup tombent ces derniers temps, et c’est un peu idiot. Le monsieur n’a pas grand chose à prouver en termes de capacités et pourrait viser bien plus haut..

Verdict : Check it 

X-FACTOR #4

Prix : $4.99/40 pages 

Scénario : Leah Williams 

Dessin :Carlos Gomez 

Sollicitation : X OF SWORDS – CHAPTER 2 Death and rebirth. Corruption. A dark discovery.

Avis : suite du crossover qui va animer toutes les semaines à venir pendant un bon moment, avec le chapitre 2 de X of Swords, qui a donc débuté la semaine dernière avec l’épisode spécial écrit par Hickman et Howard. Un épisode assez efficace, qui dévoilait beaucouppppp de choses et mettait en place le pitch de base du crossover que je ne vais pas vous dévoiler ici. 

Cet épisode de X-Factor va être important, car nous allons voir si ce crossover mérite vraiment les 24 parties annoncées. Car au vu de l’histoire annoncée, je ne sais pas trop comment les auteurs vont pouvoir nourrir de manière intéressante tous ces épisodes, d’autant que Leah Williams s’est montrée assez inégale sur ce titre. 

Certes, elle n’a eu que 3 épisodes…mais sur ces 3, elle a connu un très bon départ, un second épisode juste médiocre et un troisième correct, mais un peu court, parce qu’il fallait clairement mettre les choses de côté pour se concentrer sur le crossover du moment. Du coup, je ne sais plus trop quoi attendre d’elle. 

Car au final, ce crossover va forcer tous les auteurs de la franchise, qui ont des qualités très différentes et un talent…en dent de scie, à mettre de côté tous leurs plans pendant des mois pour faire de la place pour le machin. Je suis donc très partagé. J’aime bien ce que Hickman a mis en place pour ce crossover, mais quelque chose de plus court et condensé m’aurait paru bien plus sage. 

Verdict : Check it ? tout dépend si vous voulez suivre le crossover ou pas. Si c’est non, faites l’impasse et revenez en fin d’année. Sinon…

TPB/GRAPHIC NOVEL

DAREDEVIL BY CHIP ZDARSKY TP VOL 04 END OF HELL

Prix : $15.99

Scénario : CHIP ZDARSKY 

Dessin :Jorge Fornes, Marco Checchetto

Episodes :   DAREDEVIL (2019) #16-20.

Sollicitation : Will the Devil of Hell’s Kitchen make his return? As Matt Murdock rekindles his alliance – and possibly more – with Elektra, New York Mayor Wilson Fisk works on some deadly allegiances of his own. But a war is building in Hell’s Kitchen as Hammerhead makes his move, and the Owl takes a stab at the Kingpin! Matt Murdock must come to terms with what being Daredevil truly means. And he had better do it soon, as a new and deadly foe has arrived on the scene with a decisive strike – and all hell is about to break loose. As the streets burn, a gang of lethal super villains runs riot, and the Kitchen is left hanging by a thread. That thread…is Daredevil. 

Avis : nouveau TPB pour la série Daredevil cette semaine ! et un qui est très attendu car il contient l’un des climax du run de Chip Zdarsky ! alors que nous attendons la sortie des OHC en début d’année prochaine, en ce qui me concerne j’ai pris la route des TPB parce que je les ai commencé…quelques semaines avant l’annonce de la sortie des OHC ( arrghhhh), mais bon, c’est fait, c’est fait. Vous pouvez me remercier pour mon sacrifice au dieu des OHC !

Au programme, DD et Elektra de nouveau ensemble…cela ne peut que bien tourner, n’est-ce pas ? tout cela pour affronter les véritables ennemis de Hell’s Kitchen, mais aussi ceux du Caïd…qui lui-même lutte pour retrouver son identité ! L’identité est d’ailleurs un peu au centre de cet arc ou chacun des personnages, Matt, Fisk et Cole  se cherchent un peu eux-mêmes, cherchent à savoir ce qu’ils peuvent faire alors que leurs vies semblent être dans une impasse. 

L’écriture de Zdarsky reste au top niveau et la qualité de ses dialogues est l’une des raisons pour lesquelles je préfère suivre la série en VO, de peur de ce que la traduction VF pourrait faire…Niveau dessin, on dit au revoir au massacre du second TPB, Marvel a bien retenu le message et seuls Checchetto et l’excellent Jorge Fornés sont aux manettes ici. 

Chances de publication en VF : la publication en VF a enfin débuté il y a quelques mois et la suite devrait arriver assez rapidement. Et on dirait même que Panini a décidé d’accélérer sur ce run ! Cela pourrait signifier que les ventes sont au rendez vous donc ! Ce qui fait plaisir tant ce run mérite d’être dans toutes les bibliothèques !

Verdict : BUY

DITKO IS STRANGE KING-SIZE HC

Prix : $100/328 pages 

Scénario :  Stan Lee

Dessin :  Steve Ditko

Episodes : STRANGE TALES (1951) #110-111 and #114-146.

Sollicitation : Steve Ditko is an inimitable talent dedicated to a singular vision. Steve Ditko is one of the greatest storytellers of all time. Steve Ditko is the visual master who created dimensions beyond imagining and worlds beyond compare. Steve Ditko is strange…Doctor Strange! Dr. Stephen Strange was a world-renowned surgeon until an accident crippled his hands. Broken and destitute, he journeyed to Tibet in search of a legendary healer. There, he found not a man of medicine – but the path to the mystic arts! This King-Size edition presents Steve Ditko and Stan Lee’s complete Doctor Strange stories at a massive size – so big that each page is like falling into another dimension! Lose yourself in the debuts of iconic characters like Baron Mordo, Wong, Eternity, Clea, Dormammu, the Mindless Ones and more! Collecting material from 

Avis : je vois que Marvel continue d’explorer le format Big Size. Un format gigantesque de presque 80 cm de haut d’après ce que j’ai pu voir, donc parfaitement adapté pour mettre en valeur le travail des artistes importants.  Nous l’avions récemment vu employé pour de grands artistes comme Jim Lee sur les X-Men ou Alex Ross sur Marvels. Cette fois, c’est au tour de Steve Ditko sur Dr Strange d’y avoir droit. Une bonne idée, tant le travail de l’artiste sur la série a marqué son temps et reste une influence majeure pour nombre de dessinateurs modernes de manière générale, mais aussi pour tous ceux qui sont passés sur Strange par la suite. 

Chances de publication en VF : à voir, Panini vient d’annoncer la sortie des X-Men de Lee dans une version dite “géante”, qui pourrait correspondre à ce format. Donc peut être qu’encore une fois, ils vont reprendre une initiative US. Cela reste à voir. Si c’est le cas, alors tous les titres publiés sous ce format aux USA ont éventuellement vocation à trouver leur chemin en VF. Nous verrons bien. 

Verdict : Check it ! pour les fans de Ditko !

X-MEN AVENGERS ONSLAUGHT TP VOL 02

Prix : $39.99/448 pages 

Scénario : Jeph Loeb, Scott Lobdell, Larry Hama, 

Dessin : Ian Churchill, Andy Kubert, Adam Kubert, 

Episodes : CABLE (1993) #34-35, INCREDIBLE HULK (1968) #444-445, WOLVERINE (1988) #104, X-FACTOR (1986) #125-126, AMAZING SPIDER-MAN (1963) #415, GREEN GOBLIN #12, SPIDER-MAN (1990) #72, X-MAN #18-19, X-FORCE (1991) #57-58, X-MEN (1991) #55, UNCANNY X-MEN (1981) #336 and IRON MAN (1968) #332.

Sollicitation : The shocking saga continues as Onslaught’s unnerving origin is revealed! How can the X-Men defeat a threat that strikes from their very heart? As X-Factor battles Havok to save Beast, X-Force defends X-Man from the manipulative Mister Sinister! And Cable and Storm must reckon with Onslaught’s most incredible pawn of all: the Hulk! But can the X-Men, Avengers and Fantastic Four find a way to free Franklin Richards from the deadly Onslaught’s grasp? Plus: As Sentinels take Manhattan, the shock waves are felt by the teenage Tony Stark; the new Spider-Man, Ben Reilly; and the heroic Green Goblin! Collecting 

Avis : suite de la réédition en format softcover de la gigantesque saga Onslaught qui a marqué l’univers Marvel au milieu des années 90. Au vu du contenu de ce second tome, je dirai que cette réédition se fera en trois tomes. Je suis toujours étonné de voir que toutes ses sagas des années 90 qui étaient tant décriées à l’époque sont devenues aujourd’hui pour notre génération, une espèce de plaisir coupable.

Oui, nous savons que ce n’est pas très bon…mais le côté complétiste prend un peu le dessus et commande que nous nous les procurions alors que notre bon sens, ou ce qu’il en reste nous dit de passer et laisser notre compte en banque en paix ! il y a un côté régressif dans tout cela assez marrant. 

Au programme donc, une pelletée de séries de l’époque et l’on voit combien ici les titres X-Men dominaient tout cela, avec perdus dans le lot un épisode de Hulk, de Green Globin (qui avait droit à sa série à l’époque, non pas avec Norman mais un autre personnage dans le costume qui jouait les héros) ou encore le Iron Man ado de l’époque…grand dieux des comics…j’avais oublié cela…Du moins je m’y étais efforcé. On revient au côté régressif de tout cela car qui ne voudrait pas acheter toute cette période d’Iron Man. 

Est-ce que c’est la même compulsion qui pousse certains cinéphiles à voir et apprécier des mauvais films ? ou un désir masochiste de se punir ? ou la force du complétisme ? 

Chances de publication en VF : les intégrales X-Men devraient arriver à la saga Onslaught en cours d’année prochaine. Il reste à savoir par contre si Panini publiera bien toute la saga. En effet jusqu’à présent, Panini avait tendance à tout mettre dans les intégrales, notamment lors des crossovers. À cette ocasion toutes les parties publiées dans les séries spin offs étaient proposées.

Et puis l’information est sortie concernant l’intégrale X-Men consacrée à Age of Apocalypse…qui ne contiendra que deux des mini séries plus les épisodes Alpha et omega …avant qu’apparemment l’omnibus avec toutes les parties ne soit réimprimé quelques mois plus tard (cela reste à confirmer). Je suis assez déçu par cette décision car Age of Apocalypse demeure l’une des plus grandes sagas des X-Men, toujours très populaire aujourd’hui et elle dispose d’une aura incontestable auprès des fans.

Donc si elle est tronçonnée dans les intégrales…on peut se dire que la saga Onslaught n’aura pas beaucoup plus de chances. Et oui, je sais que c’est stupide de vouloir tous les épisodes liés à cette saga…mais si je dois avoir le bousin, autant tout avoir et ne pas avoir cette petit voix du complétiste dans ma tête me disant, me soufflant à l’oreille : il te manque tel épisode…C’est d’autant plus frustrant que Panini avait commencé à sortir cette saga en omnibus avec un prélude à Onslaught …sans jamais poursuivre au delà de ce volume ! 

Verdict : Check it pour les complétistes !

A propos Sam 1986 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

6 Comments

  1. L’évènement de la semaine, c’est incontestablement la sortie aux US de Gunning for Ramirez (aka Il faut flinguer Ramirez), meilleure BD de 2018 (tous pays confondus)
    Je suis curieux de voir l’accueil qui va lui être fait, même si je doute que ce soit le carton que ça devrait être dans un monde parfait 🙂

      • Mais alors, il faut acheter la VF. Déjà parce que c’est son format d’origine et surtout entre un format comics souple et le grand format cartonné sorti par Glénat il y a 2 ans, y’aura pas photo 😉

        Et le tome 2 arrive en novembre en France !

  2. Content d’apprendre que le tome 2 d’il faut tuer Ramirez sort bientôt.C’edt vraiment une super bd, je ne comprends pas que Sam ne l’ait toujours pas lu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.