Guide de lecture Comics VO : semaine du 23 JUIN 2021 – Indé

BOOM ! STUDIOS 

GOOD LUCK #1 

Prix : $3.99

Scénario : Matthew Erman 

Dessin : Stefano Simeone

Sollicitation : What if Luck was quantifiable, and something everyone was born with?

Everyone, except the Unfortunates – teenagers born with absolutely zero luck. Now with the world mysteriously plunged into chaos and reality itself threatened, they will be our only hope to save the world.

Our last hope is those with no chance of success… the only thing anyone can wish them is Good Luck.

A bold new original series for fans of Seven Secrets and Runaways from Matthew Erman (Long Lost, Power Rangers: Sins of the Future) and Stefano Simeone (Mega Man: Fully Charged) about defying fate against impossible odds.

Avis : nouvelle mini série lancée par Boom cette semaine et on voit un peu comment ils fonctionnent en essayant de rapprocher leurs lancements de leurs précédents succès, que ce soit la référence à Something is killing the children lors du lancement de Basilisk récemment ou là la référence au Seven secrets de Tom Taylor. 

C’est un poil artificiel dans le cas présent, car les pitchs n’ont pas grand chose à voir. Alors que l’on se retrouve dans un monde plongé dans le chaos après avoir fonctionné pendant des années en mesurant la chance des habitants pour définir leur statut social…C’est bizarre, je sens la critique sociale derrière tout ça. 

Je me demande bien pourquoi, alors que le titre parle de gens déclassés et marginalisés par la société en raison d’un fait hasardeux..Au delà, je ne connais pas les auteurs, donc je ne sais pas si le sujet est vraiment traité avec justesse, nous verrons bien. En tout cas, l’idée de base (et me rappelle une idée citée dans Bakuman) est assez intéressante et a clairement du potentiel. Un peu de mélange de SF et de post apo. 

Verdict : Check it 

SOMETHING IS KILLING THE CHILDREN #17 

Prix : $3.99

Scénario : James Tynion IV

Dessin : Werther Dell’Edera

Sollicitation :   What turned young Erica into the monster hunter she is today?

Discover Erica Slaughter’s true origin as she is further initiated into the House of Slaughter. But will she be sorted into the prestigious White Room, or the dreaded Black Room with her new nemesis Aaron?

Avis : suite de l’arc flashback qui revient sur les origines d’Erica, la mort de sa famille, la manière dont elle a été recruté par la House of Slaughter, son entraînement, les épreuves pour devenir la jeune femme que nous avons vu dans le premier acte. Et la vache, on dirait que ça va être décompressé à fond les ballons. 

J’aime cette série, j’aime son personnage principal (Erica est juste géniale), j’aime cet univers, mais le rythme devient un facteur particulièrement frustrant. Chaque numéro on se demande si cela ne va pas se finir avant même de commencer. Je comprends la volonté de Tynion IV de vouloir laisser le plus d’espace possible à son artiste, car Dell’Edera est juste incroyable et contribue énormément à l’identité du titre, mais du coup le bouquin avance à un rythme d’escargot car chaque épisode est composé avant tout de doubles pages…

Du coup, comme je l’ai déjà dit, cette série se transforme avant tout en une lecture pour TPB…Et c’est d’autant plus dommage que l’on rentre ici dans le coeur de la série avec l’exploration de la House of Slaughter, organisation bien mystérieuse, plus obsédée par sa propre sécurité que celle des autres…Je m’accroche pour l’instant sur les single, mais je me demande pour combien de temps. 

Verdict : Check it 

DARK HORSE COMICS

BLACK HAMMER REBORN #1 

Prix : $3.99

Scénario : Jeff Lemire 

Dessin : Caitlin Yarsky

Sollicitation : The Eisner Award-winning superhero saga returns in this ongoing series picking up twenty years later with new series artist Caitlin Yarsky.  

Now, it’s twenty years later, and Lucy, and the world, have moved on. Living in the suburbs of Spiral City, Lucy is married and has children. But all is not blissful. Her marriage is falling apart, her job has reached a dead end, and for mysterious reasons, she hasn’t picked up the hammer in years.  But, as her domestic life begins to crumble, the secrets of the last twenty years, and the reasons Lucy really gave up being Black Hammer, begin to resurface, threatening her family, and the peace she has tried hard to find for herself.

Avis : Jeff Lemire l’annonçait récemment, le développement de l’univers Black Hammer va se poursuivre au cours de l’année 2021. Après plusieurs mini-séries, dont la dernière en date qui confiait son bébé à d’autres auteurs pour avoir leur perspective sur son monde, il revient aux affaires pour le nouveau chapitre de l’histoire de Black Hammer. Ou plutôt deux. 

Le monsieur qui disait dans l’une de ses dernières newsletter qu’il voulait réduire la voilure en termes de nombre de séries qu’il sortait en même temps a en effet eu la brillante idée d’écrire deux maxi séries parallèles sur Black Hammer…Et on aura sans doute quelques mini séries à côté pour s’intéresser à certains personnages. Et puis, il y a sa nouvelle série avec Andrea Sorrentino…et celle avec Dustin Nguyen…et il a encore d’autres projets. 

Dites donc monsieur Lemire, ne vous mentiriez vous pas à vous mêmes et nous par la même occasion. Vous ne réduisez rien du tout !!! Et on ne s’en plaint pas, au contraire ! Oui, à plus de Black Hammer dans nos vies ! Au programme de ce nouveau chapitre de la série, un petit bon dans le temps d’une vingtaine d’années, alors que l’on retrouve le personnage de Lucy, celle qui avait débloqué le récit dans la première partie. 

Et apparemment la vie n’a pas été tendre au cours de ces années. Et que vois-je ? Une vie de famille compliquée, sur le point d’éclater, une jeune femme qui n’a plus assumé le rôle de Black Hammer depuis des lustres et n’est pas très heureuse…mmm..il ne manque plus que des enfants morts, et on aura tous les thèmes chers à Lemire ! Bref, on est à la maison. Profitons-en !

Verdict : Buy

IMAGE COMICS

SPAWN UNIVERSE # 1

Prix : $5.99

Scénario : Todd McFarlane 

Dessin : Todd McFarlane, JIM CHEUNG,STEPHEN SEGOVIA, MARCIO TAKARA

Sollicitation : IT’S HERE: THE OFFICIAL INTRODUCTION TO THE LONG-AWAITED SPAWN’S UNIVERSE!

A double-sized issue that begins a storyline so huge that three NEW SPAWN-related monthly titles will spill out from it, including…

A new SPAWN title. GUNSLINGER SPAWN monthly. And a new TEAM book bringing a handful of these characters together in their own book.

With this one-shot…the world of SPAWN changes forever! New heroes. New villains, and more importantly, new titles coming to a comic shop near you. Join this list of artists as we unveil a historic moment in the mythology of SPAWN’S UNIVERSE:

JIM CHEUNG

TODD McFARLANE

STEPHEN SEGOVIA

MARCIO TAKARA

Avis : c’était inévitable, avec le regain de popularité connu par Spawn au cours des deux dernières années, nous savions que McFarlane ne passerait pas à côté de l’occasion de lancer de nouveaux spin offs. Et cela n’a rien de nouveau car ce one shot qui annonce plusieurs nouvelles séries n’est pas le premier du genre. Dans les années 90, Mcfarlane a bien exploité la popularité de sa création, avec plusieurs titres parallèles, one shot et mini-séries à gogo. 

Et si je n’ai pas lu l’épisode 300, je sais que pas mal des concepts introduits à l’occasion de cet épisode spécial sont ceux qui vont être développés dans …trois nouvelles séries. Est-ce que le marché pourra en supporter autant ? Ben comme dans les années 90, j’aurais tendance à dire non. À l’époque les ventes étaient bien meilleures et aucun de ces spin offs n’a eu une vie très longue. 

La différence est que McFarlane n’hésite pas cette fois à vraiment faire appel à des noms d’auteurs actuels importants. Je suis ainsi pas mal surpris de voir Jimmy Cheung s’investir davantage dans cet univers. Il ne signe sans doute que quelques pages, mais étant donné que l’artiste a passé la dernière décennie à faire principalement des couvertures, je prendrai un peu n’importe quoi à ce stade. 

Je me souviens qu’il avait fait quelques épisodes sur le Justice League de Scott Snyder. Mais son arrivée sur le titre s’était transformé assez vite de “artiste régulier” à “je dessine deux épisodes en tout et je vais voir ailleurs”. 

Par contre dommage que seul Mcfarlane soit au scénario. Après 30 ans, il serait peut-être temps qu’il laisse la place à quelqu’un d’autre. Oui, oui je sais sur les 300 et quelques épisodes, McFarlane n’en a en fait écrit qu’une fraction (Holguin et quelques autres ont fait le gros du boulot), mais il serait peut être temps qu’il prépare sa succession. 

Mais cela ne semble pas du tout à l’ordre du jour, alors que McFarlane semble avoir retrouvé un certain enthousiasme pour les comics ces dernières années et cela s’est traduit incontestablement en ventes. 

Verdict : Buy

A propos Sam 2084 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.