Guide de lecture Comics VF : semaine du 1er juin 2022

Edito : et allez c’est reparti pour un nouveau mois…et accrochez vous les enfants, car comme je le dis depuis plusieurs semaines : les prochains mois vont être dantesques. Enfin, pas trop cette semaine, puisqu’encore une fois, Panini a du reporter pas mal de sorties…Du coup, c’est léger de leur côté. Mais pas chez les autres.  Ce qui ne serait pas si difficile, si on ne se tapait pas des augmentations de prix dans tous les sens…du bon comics en nombre en perspective en clair pour beaucoup plus cher.

Malheureusement, on le voit, ce sont les petits éditeurs qui vont en souffrir le plus. Je pense aux annonces récentes des augmentations d’un éditeur comme Bliss, qui y est forcé en raison de la hausse délirante des coûts de productions qu’ils subissent, ce qui va porter le prix de leurs bouquins au-delà du seuil psychologique des 20€.

Autant certains pourront encore l’absorber un petit moment (et encore…on a vu que Panini n’a pas attendu pour répercuter les hausses) autant, chez les petits éditeurs, on peut s’attendre à des ravages au niveau des ventes. Ce qui nous renvoie à l’état du marché des comics. Je ne m’en fais guère pour les plus grosses licences de comics de super-héros. Des trucs, comme Batman ou Spider-Man continueront à se vendre…mais et tout le reste ?

Alors que le comics US connaît justement un renouveau créatif depuis un an ou deux que l’on attendait depuis un certain temps, avec une nouvelle génération de créateurs qui commencent à s’imposer, est-ce que ce mouvement ne va pas se faire tacler par le contexte économique actuel ? Et en France, quelle place pour le comics dans quelques années ?

Depuis 2015, entre la mort du kiosque, le repli en librairie et l’augmentation générale des prix, on assiste à un mouvement qui ferme les portes aux nouveaux jeunes lecteurs potentiels. Quand on ne travaille pas, comment avoir les moyens de suivre une série dont les tomes seront à plus de 20€ à chaque fois ? Ne restera que les vieux dans mon genre et les quelques jeunes qui se seront perdus dans les allées…

Sorties de la semaine : je retiens quelques sorties cette semaine : 

  • chez Delirium, le retour des affaires classées de Judge Dredd pour un 7e tome !
  • chez Sarbacane, le November de Fraction et Charretier !
  • enfin, chez Urban, Lemire et Nguyen refont équipe pour la mini série Robin et Batman ! mais aussi un retour sur l’un des plus grands créateurs ayant bossé justement sur Batman : Bill Finger !

Emissions de la semaine : au programme au moins deux émissions, toujours à partir de 21h sur notre chaîne Youtube : 

  • jeudi : le Comixweekly qui reviendra sur les sorties VO de la semaine !
  • vendredi, le Comixity, qui reviendra sur les sorties VF du mois de mai !

BLACK RIVER 

UNE ÉTUDE EN EMERAUDE 

Date de sortie : 1er juin 2022

Prix : 14,90€/

Episodes : 

Scénario : Neil Gaiman 

Dessin : Rafael Albuquerque 

Sollicitation : L’éventreur frappe à Londres et seul le plus grand détective du monde saura l’arrêter ! Face à un étrange assassinat d’horreur cosmique, un détective de génie et son partenaire sont appelés à l’aide. Dans un monde où Sherlock Holmes et Chtulhu cohabitent, ce mystère surnaturel conduira les deux enquêteurs de Baker Street jusqu’au Palais de la Reine afin de résoudre un meurtre transcendant le genre humain. Après avoir remporté les prix Hugo, Bram Stoker, Locus, World Fantasy et Nebula, l’écrivain à succès Neil Gaiman nous livre cette adaptation en roman graphique, assisté au dessin par Rafael Albuquerque ! 

Avis : ces dernières années, Neil Gaiman s’est beaucoup amusé à adapter en comics nombre de ses histoires publiées en nouvelles et romans tout d’abord . C’est sans doute une manière pour lui de rester impliqué dans un medium qu’il continue d’aimer, même si son activité principale est plutôt du côté romans depuis maintenant 20 ans. 

Je n’ai pas lu la nouvelle d’origine adaptée ici en comics, mais je dois dire qu’encore une fois avec Gaiman, le pitch est on ne peut plus attrayant, un mélange entre les enquêtes de Sherlock Holmes et les récits de Lovecraft…cela a un gros potentiel et peut être très plaisant à lire.

D’autant plus avec Rafael Albuquerque au dessin. L’artiste habitué aux récits horrifiques, notamment grâce à sa longue prestation sur American Vampire, est parfaitement adapté au genre d’ambiances attendues ici. 

Bref, un bon auteur qui nous livre une histoire avec un pitch séduisant, servi par un artiste très à l’aise dans ce genre d’ambiance. Cela a le potentiel d’être le premier vrai succès de Black River alors que l’éditeur qui vient de naître doit trouver sa place sur un marché en pleine recomposition. 

Verdict : à tester

A lire avant : rien. 

ASSASSIN’S CREED VALHALLA  – LE CHANT DE GLOIRE 

Date de sortie : 1er juin 2022

Prix : 14,90€/

Episodes : 

Scénario : Cavan Scott 

Dessin : Martin Tunica 

Sollicitation : De courageux vikings en quête de gloire affrontent leurs destins dans ce préquel du célèbre jeu vidéo d’Ubisoft ! Norvège. Milieu du neuvième siècle après Jésus-Christ. Après avoir sauvé les habitants d’un village pillé par un royaume voisin, la guerrière viking Eivor revendique le butin au nom de son père, le sage roi Styrbjorn. Elle ramène également une prisonnière abandonnée par ses rivaux et qui déclare posséder les secrets de la légendaire Asgard. Mais sa victoire sera-t-elle une bénédiction pour son clan ou une terrible malédiction ? Pendant ce temps, dans les terres de l’Est, son frère Sigurd traque un autre genre de légende, celui d’une épée en acier au creuset qui changera son destin à tout jamais. 

Avis : pas d’avis, je signale juste la sortie.

Verdict : pour les fans de la franchise.

A lire avant : connaître le jeu-vidéo doit sûrement aider.

DELIRIUM COMICS

JUDGE DREDD AFFAIRES CLASSÉES TOME 7

Date de sortie : 3 juin 2022

Prix : 36€/368 PAGES 

Episodes : 

Scénario : John Wagner 

Dessin : Carlos Ezquerra, Steve Dillon, Ron Smith 

Sollicitation : LES GRANDES SAGAS INEDITES DE JUDGE DREDD ! Avec ce septième volume des Affaires Classées découvrez les grandes histoires culte de l’âge d’or de la série britannique JUDGE DREDD et restées inédites jusqu’à ce jour ! – Le retour de JUDGE CHILD et de MEAN MACHINE, le cyborg psychopathe, – l’entrée en scène massive de la Ligue des Gros, rendus fous par les pénuries alimentaires et prêts à tout pour satisfaire leurs besoins dévorants ! – le retour d’OTTO SUMP, toujours aussi créatif lorsqu’il s’agit de lancer des modes immondes, dont le succès à chaque fois colossal met la paix sociale de Mega-City en péril !

Avis : ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!!!! Delirium nous publie un nouveau volume des affaires classées de Dredd !!! On l’attendait tous celui-là surtout après la folie furieuse du tome précédent, qui on s’en souvient était dans mon top 10 de l’année 2021. 

Il faut dire que les auteurs étaient allés trèèèèèèèèèèèèèèèèèssssssss loin, entre le retour de Judge Death, la guerre des blocs avant de finir sur la guerre de l’apocalypse ! Un défilé d’arcs monumentaux les uns après les autres qui m’ont vraiment scotchés à mon siège de lecture l’année dernière. 

Comment enchaîner après ça ? Comment aller plus loin…ben, j’espère que nous explorerons avant tout ici, les conséquences des arcs précédents . La ville a été en grande partie détruite, le reste du monde n’est pas dans un meilleur état et Dredd a pris des décisions vraiment extrêmes pour mener la résistance et sauver ce qui pouvait l’être. 

Il est impossible que cela n’ait pas des conséquences même sur quelqu’un d’aussi dur et intraitable. Même si j’ai l’impression au vu de la sollicitation que le ton sera plus léger en fait, plus dans l’humour noir que le titre peut contenir de manière régulière, peut être pour laisser souffler un peu tout ce beau monde…

Mine de rien, la série et l’univers de Dredd font partie de mes belles découvertes de ces dernières années et j’espère vraiment que l’éditeur pourra continuer longtemps à publier ces séries car c’est d’une grande richesse. 

Verdict : à posséder !

A lire avant : les 6 premiers tomes…dont le un…qui est en rupture…vous allez le réimprimer un jour Delirium ? Hein ? Hein ? 

PANINI COMICS

DEADPOOL : BLACK, WHITE & BLOOD

Date de sortie : 1er juin 2022

Prix :  26,00 € (édition régulière), 30,00€ (édition www.panini.fr)I 136 pages

Episodes : US Deadpool: Black, White & Blood (2021) 1-4, inédits)

Scénario : 

Dessin : 

Sollicitation : Les plus grands noms de la BD américaine, dont Tom Taylor, Phil Noto, Daniel Warren Johnson ou encore Michael Allred, s’associent à des stars internationales telles que les mangakas Takashi Okazaki et Hikaru Uesugi pour proposer les aventures de Deadpool les plus brutales jamais réalisées.

Avis : vous connaissez l’exercice à stade. Depuis quelques années, après le succès d’une nouvelle vague de Batman Black & White, Marvel et quelques autres éditeurs se sont également essayés à l’exercice de l’anthologie sur un thème plus ou moins colorisé. 

À mon sens, Marvel est plutôt passé à côté du truc, en s’attachant souvent à des personnages qui posaient question. Autant l’anthologie sur Wolverine je peux comprendre, autant celle sur Carnage…là, on pouvait demander …euhhh pourquoi ?  De même pour Deadpool…Oui, je sais c’est un personnage populaire. 

En principe…je rappelle qu’on est sans nouvelle d’une série régulière Deadpool depuis bientôt 1 an et que son dernier titre solo n’a pas duré plus de 10 épisodes. En clair, Deadpool est dans une phase de perte de jus créatif et Marvel recommence à le mettre de côté, le temps qu’il manque aux lecteurs. Ce n’est pas la première fois, ce ne sera sans doute pas la dernière.  Du coup, je suis un peu surpris qu’il ait été choisi pour être le sujet d’une autre anthologie…Mais passons sur les choix mystérieux de cet éditeur. 

Comme toujours avec ces anthologies, l’intérêt tient à deux choses : votre goût pour le personnage concerné et les équipes créatives impliquées. Chacune assumant un petit segment de 8 pages dans chaque numéro. Il en faut quand même beaucoup pour aller dépenser 26€ dans un tel bouquin. 

Je sais que j’ai craqué sur Batman ou encore Wolverine, car les deux critères étaient remplis. Mais ici ? Je n’ai jamais eu beaucoup d’appétence pour Deadpool et à part les Allred ou Warren Johnson, je ne crois pas qu’il y ait grand monde de vraiment attrayant dans le cas présent. Ensuite, chacun ses goûts.

Verdict : pour les fans de Deadpool

A lire avant : rien – peut se lire de manière indépendante. 

SARBACANE

NOVEMBER TOME 1 (sur 2)

Date de sortie : 1er juin 2022

Prix : 24€/152 pages

Episodes : 

Scénario : Matt Fraction 

Dessin : Elsa Charretier 

Sollicitation : C’est beau une ville la nuit… Chaque matin, avant l’aube, Dee va au travail. Son boulot ? Déchiffrer un code caché dans un journal et le radiodiffuser depuis le toit de son immeuble. Chaque jour, à la même heure. Un travail payé cash. L’intermédiaire ? Douteux. Le commanditaire ? Aussi. Les conséquences si échec de la transmission ? Malheureuses. Que se passera-t-il le jour où il n’y aura pas de code à transmettre ? Dans cette histoire co-créée par l’auteur Matt Fraction (Sex Criminals, Casanova – des Best-sellers du New York Times) et l’illustratrice Elsa Charretier (Star Wars, Infinite Loop), mise en couleurs par Matt Hollingsworth, November suit trois femmes dont les trajectoires vont se croiser, dans un underground noir et criminel. Alors que le feu et la fureur se déchaînent dans leur ville pendant un jour et une nuit, elles découvrent que leurs destins sont liés par un homme mystérieux qui semble tirer les ficelles. 

Avis : voilà une sortie que je n’attendais pas en VF ni chez cet éditeur en général. Publiée en plusieurs tomes aux USA l’année dernière, la série November débarque donc chez nous cette semaine. Et je dois dire qu’il y a 3-4 ans, malgré la présence de Charretier au dessin, que j’apprécie beaucoup, je n’aurais sans doute pas sauté le pas. La faute à mon aversion passée au travail de Matt Fraction. 

Sauf que depuis quelques années maintenant, je réévalue pas mal mon opinion sur le monsieur. Pourquoi ? Ben le déclencheur a été son travail sur la maxi série Jimmy Olsen (toujours inédit en VF au passage Urban) qui m’a entièrement séduit. J’ai finalement appris à apprécier son écriture et du coup, je suis plus que curieux de découvrir exactement comment ses deux auteurs ont abordé le genre polar noir. 

Nous n’avons pas suffisamment d’œuvres dans ce genre à mon goût et l’éternelle référence, “oui mais on a Brubaker et Phillips” n’est plus suffisante. Car oui, on a Brubaker et Phillips …et ensuite ? Le fait est que personne ne leur arrive à la cheville et les quelques tentatives ici ou là sont rarement à la hauteur. Il faut espérer qu’avec des auteurs de talent comme Fraction et Charretier, le résultat présent sera plus convaincant. En tout cas, mes attentes sont élevées. 

Verdict : à tester

A lire avant : rien – premier tome. 

URBAN COMICS

BATWOMAN INTEGRALE TOME 1

Date de sortie : 3 juin 2022

Prix : 35€/400 pages 

Episodes : Detective Comics #854-863 + Batwoman #0-5. 

Scénario : Greg Rucka, J.H.Williams III, Blackman 

Dessin :  J.H.Williams III

Sollicitation : Élevée par son père dans le respect des valeurs militaires, Kate Kane aspirait à devenir un des éléments les plus éminents de l’armée américaine, jusqu’au jour où son homosexualité fut dénoncée par un de ses condisciples. Désireuse de protéger les innocents, en souvenir du meurtre de sa mère et de sa soeur, elle trouva en Batman un modèle et mit sa fortune et ses connaissances au service de la justice pour devenir… Batwoman ! 

Avis : ohhhh le bon gros coup de vieux !!! Ce n’est pas la première fois que j’en parle, mais le Batwoman de Rucka et Williams III fut la première critique que j’ai faite pour Comixity il y a plus de 10 ans maintenant. Et vous savez quoi ? Mon avis n’a pas changé à savoir, que c’est une incroyable réussite à tous les niveaux que ce soit le scénario ou le dessin. 

En termes de composition de ce tome, on retrouve : 

  • avant tout la première partie de la série publiée dans Detective Comics, avec le run Rucka/Williams qui revient sur les origines de Kate Kane, et sa première grande confrontation avec Alice et l’Église du péché. Un arc réussi en tout point qui bénéficie d’un scénario parfaitement ciselé qui sait gérer développement du personnage, impact émotionnel, révélation choc, lourdes conséquences et partie graphique absolument sublime ;
  • Nous avons ensuite un second arc toujours écrit par Rucka, mais cette fois dessiné par Jock. Bien que moins réussi que le premier globalement, il reste agréable à suivre. Il est dommage que ces épisodes soient globalement dispensables et sans grandes retombées sur la suite ;
  • Enfin, le premier arc de la série version New 52, sans Rucka, qui avait choisi de quitter DC à l’époque car assez peu considéré par l’éditeur, mais avec une partie graphique toujours assumée par Williams III. Le scénario évolue entre le correct et le solide, mais ne retrouve pas le souffle, le soin et la passion insufflée par Rucka. Niveau dessin, cela demeure par contre excellent. 

Ce premier tome est donc une parfaite introduction au personnage. Bien plus abouti que sa première apparition dans 52 car Rucka a largement modifié le personnage entre les deux. On sent que sa réflexion était encore embryonnaire dans la première série alors que là, il a eu le temps de bien développer le personnage, son histoire, son caractère…

Donc oui, 10 ans plus tard, avec tout le recul du monde, Batwoman demeure une excellente lecture. Mon seul bémol est que la partie assurée par Rucka, qui représente la majeure partie de ce premier tome, n’est pas plus longue car cela demeure le meilleur run sur le personnage, encore aujourd’hui. 

Verdict : à posséder 

A lire avant : rien – on peut démarrer ici. 

ROBIN & BATMAN 

Date de sortie : 3 juin 2022

Prix : 16€/136 pages 

Episodes : Robin & Batman #1-3. 

Scénario : Jeff Lemire 

Dessin :  Dustin Nguyen 

Sollicitation : À la mort de ses parents, Dick Grayson a été recueilli par le milliardaire Bruce Wayne, ignorant la double-identité de son bienfaiteur. À force d’exercices et d’entraînements intensifs, le garçon gagnera sa place et prendra part à la croisade du Chevalier Noir. Mais leur relation n’a pas toujours été simple. Dick reste avant tout un jeune orphelin, un être brisé, victime d’un mal-être profond et perclus de doutes. Au coeur d’une ville sinistrée par la criminalité, l’adolescent devra traverser bien des obstacles avant de devenir le tout premier Robin. 

Avis : et allez c’est reparti ! Ahhh DC !!! à chaque fois, vous me faites encore et toujours le même coup. Comme tout le monde, je hurle parce que vous sortez trop de matos Batman, et pas assez de …ben tout le reste. Vous savez que vous avez tout un univers à exploiter en dehors, pas vrai ? Et encore une fois, vous me faites craquer parce que vous attribuez une mini à une équipe créative que bien évidemment je ne peux pas rater. 

Cette fois, ce sont Lemire et Nguyen les coupables avec en plus un pitch intéressant. Méchants va ! Je suis censé me plaindre qu’il y a trop de Batman, pas aimer ce que sort DC, c’est pas juste ! Donc sur ce coup : retour sur les débuts de l’association entre Robin et Batman. Bien évidemment, c’est plus ou moins dans la continuité pour laisser les auteurs s’amuser, donc pas de panique si cela ne correspond pas à votre canon personnel. 

De toute façon, c’est DC, donc on sait que le canon a explosé il y a un moment sous les boulets de crise…Et c’est pas fini. Ne vous posez pas de question sur la continuité, appréciez chaque histoire pour elle même…Du moins, si vous voulez garder votre santé mentale. 

Verdict : à lire 

A lire avant : rien – se lit de manière indépendante. 

BILL FINGER DANS L’OMBRE DU MYTHE 

Date de sortie : 3 juin 2022

Prix : 20€/

Episodes : 

Scénario : 

Dessin :  

Sollicitation : En 2006, Marc Tyler Nobleman débutait sa quête pour en savoir plus sur le co-créateur rarement cité de Batman. L’homme qui a créé la quasi-totalité de la mythologie entourant l’un des super-héros les plus emblématiques de l’histoire est mort dans la pauvreté en 1974. 

« Bill Finger, dans l’ombre du mythe » est un roman graphique sur la quête de Nobleman, c’est une histoire sur le traumatisme et la justice racontée à différents niveaux narratifs. Il y a la recherche de Nobleman, qui retrace la véritable histoire derrière le Chevalier Noir. Il y a ensuite l’histoire de Bill, sa rencontre avec Bob Kane, son travail et ses difficultés dans l’industrie de la bande dessinée, sa dépression alors que Kane, considéré comme l’unique créateur de Batman, est sous les feux de la rampe. Ensuite, il y a l’histoire du fils de Bill qui tente en vain de rétablir l’héritage de son père tout en luttant contre sa propre sexualité et, plus tard, contre le VIH. 

Enfin, il y a l’histoire d’Athena, la petite-fille de Bill, dont personne ne croit que son grand-père est le co-créateur de Batman. Fidèle aux récits de Batman, l’histoire prend des allures de roman policier révélant la tragique et véritable histoire derrière la création de Batman. Le livre bénéficie d’une préface de la petite-fille de Finger, Athena Finger, et de l’historien Marc Tyler Nobleman, qui a joué un rôle déterminant dans l’établissement du crédit de co-créateur de Finger à titre posthume en 2015. 

Avis : d’après ce que j’ai compris, ce bouquin reprend et adapte en comics les éléments du documentaire sorti sur Bill Finger il y a quelques années. Un documentaire que je n’ai personnellement pas vu, mais dont le contenu est globalement connu. Ou comment DC et Bob Kane ont maltraité celui qui a sans doute apporté le plus créativement à Batman au cours de ces premières décennies. 

Il a en effet été reconnu ces dernières années comment Finger avait personnellement forgé et pensé une grande partie de la mythologie de Batman qui demeure présente à ce jour…Kane se contentant d’être responsable de l’idée originale et du design (eux mêmes pompés sur d’autres créations, Kane n’étant plus à ça près à ce stade…). 

Malheureusement, le destin de Finger est assez représentatif du sort de nombre de créateurs pendant des décennies dans l’industrie des comics. À l’origine de succès qui ont générés des profits démentiels, ils n’ont reçu que des clopinettes. Et il est assez triste de se dire que même si la situation a évolué, même si nombre d’auteurs défendent mieux leurs droits, la situation reste globalement la même. 

À l’heure où les comics de super-héros sont vus avant tout comme des propriétés intellectuelles sources de nombreux dérivés générant des profits colossaux, on voit mal les corporations qui les détiennent accorder de nos jours un quelconque respect aux auteurs d’origine au delà de la mention “créée par” et quelques dollars quand ils crient vraiment très fort…

Verdict : à lire pour bien s’énerver…Lisez aussi Maximortal si vous voulez vraiment avoir envie de péter des gueules…

A lire avant : rien.

RORSCHACH 

Date de sortie : 3 juin 2022

Prix : 29€/

Episodes : Rorschach #1-12. 

Scénario : Tom King 

Dessin :  Jorge Fornes 

Sollicitation : Cela fait 35 ans qu’Ozymandias a téléporté un monstre tentaculaire sur New York, tuant des milliers de personnes et détruisant une fois pour toutes la confiance du public dans ses protecteurs. Depuis cette catastrophe, Rorschach est devenue une icône culturelle fascinante, symptôme d’un monde en perte de repères. Lors de la tentative d’assassinat d’un candidat populiste, on abat un homme portant le masque de Rorschach. Qui est l’homme derrière le masque, et surtout quelles étaient ses motivations ? L’inspecteur chargé de découvrir la véritable identité du tueur abattu s’engage alors dans une enquête qui l’entraîne dans un méandre de conspirations, d’invasions extraterrestres, de bienfaiteurs en disgrâce, de visions mystiques et même de bandes dessinées. 

Avis : voilà une sortie sur laquelle je suis très partagé. D’un côté, je n’apprécie guère que DC continue d’exploiter la licence Watchmen, simplement et avant tout pour empêcher Moore et Gibbons de récupérer les droits. De l’autre, ces salauds de DC ont quand même réuni une équipe artistique encore une fois très attrayante…Enfin, si vous aimez le travail de King au scénario. 

C’est mon cas, même si comme je l’avais déjà avoué, c’est souvent du “ça passe ou ça casse” avec lui. Oui, je fais partie des rares, très rares, qui n’ont pas aimé Mister Miracle, tout en reconnaissant qu’objectivement c’était très bien. Mais je n’étais nullement investi dans quoique ce soit. Donc à voir dans quel cas de figure on se trouve ici même si j’hésite encore fortement à prendre le bouquin…Cela peut être un petit chef d’œuvre comme un truc qui me laisse complètement froid. 

Au moins, on sait que ce sera visuellement très réussi, le travail de Jorge Fornès s’inscrivant toujours plus dans la veine Mazzuchelli des années 80. 

Verdict : à tester. 

A lire avant : rien – même si connaître Watchmen va aider.

FAR SECTOR 

Date de sortie : 03 juin 2022

Prix : 29€/312 pages

Episodes : Far Sector #1-12

Scénario : N.K.Jemisin 

Dessin : Jamal Campbell 

Sollicitation : La Green Lantern Jo Mullein vient d’être affectée à l’un des secteurs les plus reculés de la galaxie. En charge d’élucider un meurtre au sein de cette société qui n’a plus connu de crime depuis plusieurs siècles, elle devra non seulement affronter l’animosité ambiante mais également faire la lumière sur un second assassinat : celui du principal suspect.

Avis : autre série plus ou moins récente publiée par Urban cette semaine, avec la totalité de la maxi série Far Sector qui introduit une nouvelle Green Lantern. Les autres sont toujours là, je vous rassure, mais pour permettre aux auteurs d’avoir les mains libres, les éditeurs les ont laissé travaillé dans leur coin, loin du reste du corps ou de systèmes connus. 

De fait, au départ, Far Sector n’était même pas censé faire partie de la continuité. Cela devait être lancé comme une histoire « à côté », mais comme le personnage de Jo a été apprécié des auteurs et des fans, elle a été intégré au reste de l’univers DC et vadrouille avec les autres Green Lantern en ce moment aux USA. 

Ce que l’on ne peut pas voir en France, puisque pour l’instant, Urban ne s’est pas prononcé sur l’avenir de la seule série Green Lantern survivante aux USA. DC non plus d’ailleurs j’ai l’impression, car le run qui a débuté avec l’ère Infinite n’a pas l’air d’être particulièrement bien reçu et nombre de fans rejettent un peu ce qui est fait avec la franchise en ce moment. Nous verrons bien sur la distance.. . 

En attendant, nous avons cette maxi série qui donne les coudées franches à l’autrice N.K.Jemisin, bien connue pour sa saga de la terre brisée, éditée en France il y a 2-3 ans et sur laquelle je garde des sentiments très mitigés. Il y avait des bonnes choses dedans et très clairement d’un point de vue émotionnel, c’était extrêmement touchant…mais je n’ai guère adhéré au rythme du récit imprimé par l’autrice.. .Cela ne méritait guère une trilogie à mon sens. 

Au-delà, on retiendra avant tout pour moi l’artiste Jamal Cambpell, qui est une des révélations de la série. Connu comme l’un des co-créateurs de Naomi avec Bendis et David F.Walker, il prête son style ultra léché à cette maxi série au pitch intriguant. 

Jo est ainsi envoyée pour régler les troubles qui menacent une cité spatiale en paix depuis des siècles…Nouvelles races aliens, nouvelles cultures, secrets et mystères au programme. Le potentiel est là, et la lecture d’une traite est alléchante. 

Verdict : à lire

À lire avant : rien –

A propos Sam 2228 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

2 Comments

  1. Merci pour ce guide.
    Et même si, contrairemment à son intitulé, il ne concerne pas uniquement Urban Comics, pour moi, cette semaine, ce sera uniquement Bill Finger et Rorschach.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.