Guide de lecture comics VF : semaine du 10 janvier 2024

Edito : nouvelle semaine avec un programme plus diversifié mais toujours dominé par du super-slip tant chez Panini qu’Urban. Les autres éditeurs commencent petit à petit à faire leur rentrée, mais doucement et il faudra attendre encore quelques semaines et le festival d’Angoulême qui s’annonce déjà pour que la machine reprenne à 100%. 

Je remarque qu’en termes de contenu, Panini et Urban sortent la même semaine des events assez mineurs ayant agités certains coins de leurs univers respectifs : entre un Carnage reigns sorti dans l’indifférence aux USA et Knight Terrors qui eu surtout pour effet d’interrompre pendant 2 mois toute la relance (et donc l’élan derrière) de DC…on ne peut pas dire que les deux machins donnent sacrément envie. 

Heureusement, d’autres bouquins suscitent plus d’intérêt. 

Sorties de la semaine : on retiendra avant tout : 

  • chez Akileos, les ressorties en intégrale de la série Vault of Horror !
  • chez Futuropolis, la suite de l’excellent Shaolin Cowboy de Geoff Darrow !!!!!!!
  • chez Panini, le début du crossover Cold War dans Captain America et la suite de Ghost Rider de Ben Percy !
  • enfin, chez Urban, la fin du run de Jeremy Adams sur Flash (snif) et la suite du Nightwing de Tom Taylor !

Émissions de la semaine : 3 émissions au programme cette semaine, toujours à 21h sur notre chaîne Youtube : 

  • mardi, un nouveau podcatch !
  • jeudi, un nouveau Comixweekly qui reviendra sur les sorties VO de la semaine !
  • vendredi, le mangaxity !

AKILEOS 

THE VAULT OF HORROR TOME 1 & 2

Date de sortie : 10 JANVIER 2024

Prix : 29€ le volume 

Scénario : 

Dessin : 

Episodes : 

Sollicitation : Anthologie de récits d’horreurs, The Vault of Horror, publié par EC Comics au début des années 1950, fait partie d’une trilogie célèbre de magazines horrifiques avec. Après Tales from the Crypt et The Haunt of Fear, voici les premiers numéros de la dernière série de la trilogie horrifique EC Comics. Préparez-vous à frissonner de terreur en lisant ces histoires de cadavres ressuscités, de momies meurtrières et autres monstruosités. 

La New Trend (« Nouvelle vague ») de EC Comics propose des récits publiés à l’origine entre 1950 et 1954, date à laquelle est instauré le « Comic Code Authority », organisme de censure qui sonne le glas des titres EC. Voici le tome 2 d’une série culte qui a lancé de nombreux grands auteurs et dessinateurs et inspiré des artistes contemporains (Matt Kindt, Stephen King, George Lucas, Steven Spielberg, John Carpenter, Rick Remender…) 

Avis : Akileos poursuit son travail de réédition en intégrales des séries EC comics et s’attaque cette fois-ci à un de leurs titres les plus importants avec Vault of Horror. Un titre qui a permis avec des choses comme Tales from the crypt de donner à certains des meilleurs auteurs une place pour explorer le genre horrifique. Comme rappelé par la sollicitation, tout cela s’est arrêté en 54 avec la commission sénatoriale d’enquête sur les comics et l’instauration par l’industrie du comics code authority. Encore aujourd’hui, on peut se demander comment aurait évolué l’industrie des comics US sans ces événements, serait-elle aussi importante et diversifiée que le manga au Japon ou les BD en Europe ? 

Verdict : à lire …un jour. 

À lire avant : rien

BLACK RIVER 

E-RATIC TOME 2

Date de sortie : 11 JANVIER 2024

Prix : 16.90€/104 pages 

Scénario : Kaare Andrews 

Dessin : Kaare Andrews 

Episodes : 

Sollicitation : 15 ans et seulement dix minutes pour pouvoir sauver le monde! Le héros adolescent doté de super pouvoirs qui ne durent que dix minutes par jour est de retour pour sauver à nouveau le monde alors qu’il affronte des périls encore plus pressants : un amour adolescent, des harceleurs, une famille brisée et le défi quotidien qu’est le lycée. Cette fois, le jeune Oliver Leif fait équipe avec une princesse barbare qui dit venir d’une autre dimension. E-Ratic peut-il survivre aux horreurs du lycée, aux invasions dimensionnelles… et à ses premiers baisers ? Il aura 10 minutes pour le savoir ! 

Avis : pas d’avis, je signale juste la sortie. Je ne me suis pas laissé tenter par le premier tome, finalement. 

Verdict : pour ceux qui ont aimé le premier tome et veulent continuer l’aventure. 

À lire avant : le tome 1

EARTH DIVERS – TUER CHRISTOPHE COLOMB 

Date de sortie : 10 JANVIER 2024

Prix : 18.90€/84 PAGES 

Scénario : Stephen Graham Jones 

Dessin :  Stephen Graham Jones 

Episodes : 

Sollicitation :Et si la seule solution pour stopper l’apocalypse était de retourner dans le passé pour tuer Christophe Colomb ? Nous sommes en 2112, et c’est l’apocalypse exactement comme prévu : les rivières reculent, les océans montent, la civilisation s’effondre. L’humanité a perdu tout espoir, à l’exception d’un groupe de survivants indigènes exclus qui ont découvert un portail de voyage dans le temps dans une grotte au milieu du désert et réalisé où le monde a pris un tournant brutal vers le pire : l’Amérique.

Convaincus que la seule façon de sauver le monde est de réécrire son passé, ils renvoient l’un des leurs en aller simple sans retour possible en 1492 pour tuer Christophe Colomb avant qu’il n’atteigne le soi-disant Nouveau Monde. Mais se débarrasser d’une icône n’est pas chose facile, et les actes du voyageur pourraient s’avérer dévastateurs pour ses amis à l’avenir.

Avis : sans doute l’un des concepts les plus perchés et provocateurs de la semaine voire du mois : changer le destin du monde en empêchant la découverte de l’Amérique par les européens. Quel en serait l’impact sur l’histoire mondiale après ça ? À voir ensuite, comment le concept est exploré et exécuté, mais le potentiel est là en tout cas. 

Verdict : à tester 

À lire avant : rien. 

DELCOURT COMICS 

AVATAR AU COEUR DES OMBRES

Date de sortie : 12 JANVIER 2024

Prix : 16.50€/

Scénario : Jeremy Barlow 

Dessin : Josh Wood 

Episodes : 

Sollicitation : Jake Sully est devenu le chef de la tribu Na’vi des Omatikayas, mais avec leur Arbre-Vie détruit, il commence à douter de sa place parmi eux. Alors que la querelle entre les Na’vi et les humains persiste, les tensions entre les tribus commencent à s’intensifier tandis que de vieux conflits familiaux engendrent traîtrise et trahison ! Un récit de famille, fait de sacrifice et de survie, entre Avatar I et II.

Avis : pas d’avis, je signale juste la sortie

Verdict : pour ceux qui ont aimé les films et veulent continuer l’expérience 

À lire avant : rien – mais connaître au moins le premier film est sans doute nécessaire 

FUTUROPOLIS 

SHAOLIN COMBOY TOME 4

Date de sortie : 10 JANVIER 2024

Prix : 28€/224 pages 

Scénario : Geoff Darrow 

Dessin : Geoff Darrow 

Episodes : 

Sollicitation : Afin d’empêcher un bébé varan de Komodo de rejoindre la liste des espèces en voie de disparition, le Shaolin Cowboy doit d’abord en faire un orphelin (il était menacé d’être mangé par son propre père), puis l’adopter. Et d’en faire son disciple. Car au moins, «Les bouddhistes ne mangent pas de viande… Et encore moins leurs parents.» Mais cela ne sera pas de tout repos. Comme chacun le sait maintenant, un épisode de Shaolin Cowboy ne se résume pas à une séquence de dégustation dans un salon de thé. Et notre «héros» va retrouver anciens et nouveaux ennemis. Mais sous la fable, le vernis craque : néonazis, racistes, Trump et les Trumpistes, réactionnaires, fanatiques religieux, supporters de la National Riffle Association. C’est l’Amérique dans ce qu’elle a de pire que dénonce Geof Darrow. On pensait les aventures du Shaolin Cowboy terminées, il revient pourtant dans un nouvel épisode, le plus dense à ce jour : 220 pages percutantes ! À l’extrême précision du dessin, s’ajoute une narration exceptionnelle et des dialogues particulièrement jouissifs. Derrière l’aventure burlesque, c’est une satire mordante des dérives américaines… Geof Darrow a reçu Trois Eisner Awards dont celui de meilleur auteur pour The Shaolin Cowboy. 

Avis : ouiiiiiiiiiiiiiiii ohhhhhh ouiiiiii !!! Voilà l’une des sorties de ce début d’année 2024. Futuropolis après avoir réédité l’ensemble du travail de Geoff Darrow sur Shaolin Cowboy dans une superbe édition, s’attaque à la dernière mini série publiée l’année dernière aux USA. L’auteur avait commencé à travailler dessus en 2020 pour finalement l’achever deux ans plus tard. On y retrouve sa patte habituelle : dessin et mise en scène ultra détaillée au point que cela frise l’obsession par moment. Comme d’habitude, l’histoire ici est secondaire, elle se veut un véhicule pour tous les délires de l’auteur qui demeure l’un des dessinateurs les plus inspirés, riches, denses que l’industrie des comics ait jamais connu. Chacune de ses œuvres est à posséder et à admirer régulièrement, car on y découvre continuellement de nouveaux détails, les décors contenant nombre d’éléments supplémentaires. 

Verdict : à posséder et j’espère la même belle édition que pour les précédents tomes !

À lire avant : chaque tome peut presque se lire de manière indépendante

PANINI COMICS

LES VILAINS DE MARVEL 1 : THANOS

Date de sortie : 10 JANVIER 2024

Prix : 8,99€, 160 pages

Episodes : US Captain Marvel (1968) 31, Silver Surfer (1987) 35, Infinity Gauntlet (1991) 4, Cosmic Powers (1994) 1, Thanos Rising (2013) 1 et Marvel Holiday Special 1993, précédemment publiés dans CAPTAIN MARVEL : L’INTÉGRALE 1972-1974, MARVEL GRAPHIC NOVEL: THANOS VS SILVER SURFER – LA RENAISSANCE DE THANOS, MARVEL MUST-HAVE : LE GANT DE L’INFINI, MARVEL DARK : LE CÔTÉ OBSCUR – THANOS, NOUS SOMMES LES GARDIENS DE LA GALAXIE et Planète Comics 1)

Sollicitation : Ce nouveau trimestriel met en avant les pires vilains de l’univers Marvel. À tout seigneur, tout honneur, commençons notre périple du côté sombre de la Maison des Idées, avec l’un des méchants les plus emblématiques : Thanos le Titan Fou !

Avis : nouvelle formule anthologique qui ne m’intéresse absolument pas chez Panini. Et pourtant j’aime d’habitude les anthologies. Mais ces collections où on prend des épisodes dans la continuité passée de manière assez hasardeuse pour présenter une équipe, un personnage, un héros où ici un vilain…me laissent assez dubitatif quant à leur intérêt. Ainsi, Marvel débute avec Thanos, personnage désormais très connu à travers le globe…avec des épisodes qui sortent d’un peu partout sans réelle cohésion d’ensemble. Quel intérêt de mettre un épisode d’Infinity Gauntlet sans le reste de la mini ? 

Pareil pour Thanos Rising qui revient sur ses origines. Génial, vous avez le premier épisode qui s’attarde sur son enfance…et ? le reste ? Ce format n’a pas de sens selon moi pour tout ce qui concerne le matériel moderne, ou même à partir des années 80. Car très souvent les histoires modernes s’inscrivent dans un ensemble, que ce soit un arc ou même un run et qu’en isoler un épisode comme ça rend très difficile la compréhension, car on perd nombre d’éléments de contexte qui enrichissent la lecture. 

Verdict : sans intérêt selon moi, ensuite, vous faites ce que vous voulez. 

100% MARVEL : VENOM LETHAL PROTECTOR II

Date de sortie : 10 JANVIER 2024

Prix : 18,00 € I 120 pages

Scénario : David Michelinie,

Dessin : Farid Karimi 

Episodes : US Venom: Lethal Protector II (2023) 1-5, inédits)

Sollicitation : Afin d’aider son ami Pablo Mendez, Venom accepte de rejoindre la Wild Pack, l’équipe de mercenaires de Silver Sable. Ensemble, ils se lancent aux trousses du groupe terroriste Vanguard, qui a mis la main sur un artefact extraterrestre capable d’éradiquer la population mondiale

Avis : nouvelle mini Marvel qui vient jouer encore une fois avec la nostalgie du vieux lecteur. David Micheline vient donc apporter presque 30 ans plus tard une suite à Lethal protector qui de mémoire était la première mini série publiée dans les années 90 entièrement consacrée à Venom. Marvel l’avait alors lancée pour tenter de surfer sur la popularité du personnage apparu quelques années avant dans Amazing Spider-Man. Une première mini qui avait changé le statut quo du personnage, pour le positionner plus comme un anti-héros, plutôt que comme un simple vilain complètement psychopathe. 

Très honnêtement cette pseudo-suite m’indiffère complètement, comme j’en suis venu à ignorer la plupart de ces mini nostalgiques qui ont commencé à proliférer depuis la prise de poste de C.B.Cebuski en tant qu’éditeur en chef de la maison. C’était sympa au début, mais le fait que soit devenu un segment à part entière du programme de publication de Marvel l’idée de publier des mini fan service qui n’impactent rien me dérange assez profondément. C’est assez malsain à mon sens. Une de temps en temps pourquoi pas. Tout le temps ? non. Il faut regarder avant tout en avant et pas avoir une partie de sa ligne qui ne fait que regarder en arrière. 

Verdict : bof 

À lire avant : la première mini je suppose ? 

100% MARVEL : CAPTAIN AMERICA – COLD WAR

Date de sortie : 10 JANVIER 2024

Prix : 20,99 €  I 152 pages

Scénario : Tochi Onyebuchi, Jackson Lanzing,

Dessin : Carlos Magno, R.B. Silva…, 

Episodes : US Captain America: Cold War Alpha (2023) 1, Captain America: Symbol of Truth (2022) 12-13, Captain America: Sentinel of Liberty (2022) 12-13 et Captain America: Cold War Omega (2023) 1, inédits)

Sollicitation : Toutes les pièces sont en place sur l’échiquier… Deux Captain America ne sont pas de trop pour faire face aux machinations, aux trahisons et aux dangers qui se trament en secret. Misty Knight, Sharon Carter et Black Widow entrent également dans la danse, mais à qui faire confiance ?

Avis : suite du run Lanzing et Kelly sur Captain America qui débute ici un crossover avec l’autre série Captain America centrée sur Sam Wilson. Et d’après ce que j’ai compris, c’est là que les problèmes commencent pour la qualité générale de la franchise. En effet, les deux premiers tomes par Lanzing et Kelly étaient franchement très sympa à lire et constituaient pour moi un retour de forme de la franchise. 

Mais Marvel avait d’autres plans et alors que l’histoire mise en place par les auteurs étaient assez ambitieuse, il leur à été demandé de tout achever de manière très rapide pour laisser la place à une relance de la série par JMS…à qui on avait apparemment indiqué qu’il aurait une autre série Cap en parallèle de leur run et non qu’il les remplacerait…Il a dû se dire que cela commençait bien si on lui mentait dès le début…

Nous allons bien voir donc cette semaine si l’atterrissage est aussi brutal qu’annoncé, mais je peux comprendre pourquoi cela a donné cette impression. Vu l’ampleur de la conspiration mise en place, tout solutionner en 6 épisodes me semble presque impossible à moins de tout balancer à 300 à l’heure et donc de ne rien développer correctement…Ce sera donc à lire avant tout par complétisme pour avoir la fin de l’histoire…qui dans la plus grande tradition Marvelienne ne sera plus jamais mentionnée. 

Verdict : à lire en étant prévenu que la qualité baisse

 À lire avant : les deux premiers tomes des deux séries Cap. 

100% MARVEL : GHOST RIDER T03

Date de sortie : 10 JANVIER 2024

Prix :  19,00 €  I 144 pages

Scénario : Benjamin Percy, 

Dessin : Cory Smith, Dave Wachter,

Episodes :  US Ghost Rider (2022) 11-16, inédits)

Sollicitation : Depuis l’invasion avortée de Blackheart, Johnny Blaze et l’ancienne agente du F.B.I. Talia Warroad sillonnent les États-Unis à la recherche de démons restés sur place. Alors qu’ils se dirigent vers la ville de Savanah ravagée par les flammes, ils constatent qu’un nouveau Rider semble les avoir précédés. 

Avis : c’est un avec plaisir mais aussi un certain agacement que je vois le 3e tome du run de Ben Percy sur Ghost Rider arriver cette semaine. Plaisir, car j’ai vraiment apprécié la nouvelle direction adoptée pour le titre. Les deux auteurs, Percy et Cory Smith au dessin semblent avoir trouvé ce dont ce titre avait besoin pour fonctionner : tout bêtement en faire une série d’horreur. 

Contraints par les paramètres grand public d’un éditeur comme Marvel, jusque-là les auteurs avaient surtout tendance à danser autour de l’idée sans jamais vraiment pouvoir y aller. Mais je pense que le caractère assez graphique d’un truc comme Immortal Hulk a montré que Marvel pouvait sortir des cadres grands publics pour aller chercher ce public qui apprécie l’horreur. 

En général, je ne suis pas un grand fan, mais en comics avec des personnages qui s’y prêtent, oui cela fonctionne. D’autant plus que comme quelques autres chez Marvel ces derniers temps, Percy a adopté une approche de petites histoires en un ou deux épisodes, avec un fil rouge général. 

Une bonne approche qui redonne un sentiment de fraîcheur à un titre qui en manque depuis longtemps. Alors pourquoi évoquer un agacement ? parce qu’alors je voyais bien la série se poursuivre sans problème…Marvel vient d’annoncer encore une relance du titre. De la même manière que Moon Knight : à savoir la même équipe créative qui reste en place, avec un simulacre de mort du personnage pour justifier le relaunch. 

J’en ai déjà parlé, ce genre de méthode est avant tout source de confusion pour attirer de nouveaux lecteurs, perdus dans une multiplication de numéros 1 tous les ans. Encore une fois, Marvel privilégie le très court terme du petit boost donné par un numéro aux ventes à longs termes avec un run clair et net. 

Étant un vieux lecteur, j’arrive à peu près à m’en sortir, mais j’en ai un peu marre de cette hypocrisie de Marvel et DC qui pleurent sur leur difficultés à recruter de nouveaux lecteurs, alors qu’ils font tout pour rendre cela le plus compliqué possible. 

Verdict : à lire 

 À lire avant : les deux premiers tomes par Percy et Smith. 

100% MARVEL : CARNAGE REIGNS

Date de sortie : 10 JANVIER 2024

Prix : 22,00 €  I 200 pages,

Scénario : Alex Paknadel, Cody Ziglar

Dessin : Trevor Foreman, Francesco Manna

Episodes : US Carnage Reigns: Alpha (2023) 1, Miles Morales: Spider-Man (2023) 6-7, Carnage (2022) 13-14, Red Goblin (2023) 5 et Carnage Reigns: Omega (2023) 1, inédits)

Sollicitation : Le crossover entre Carnage et Miles Morales ! Cletus Kasady, disposant désormais des pouvoirs cumulés de la technologie Stark et du symbiote dragon, lance une croisade sanguinaire sur New York pour rappeler au monde qui est Carnage. Seul Miles Morales semble pouvoir entraver ses plans…

Avis : pas d’avis, depuis les départs de Cates et Stegman de la franchise, Marvel nous impose régulièrement des crossovers et events autour des symbiotes avec chaque fois le même résultat : tout le monde s’en tape. Il va falloir qu’ils comprennent que l’intérêt pour les symbiotes tenait à la qualité du run Cates et Stegman et que sans eux on en revient au niveau d’intérêt existant à la fin des années 90…à savoir : le lectorat dans sa grande majorité s’en contrefout. 

Verdict : bof, on s’en fiche un peu à ce stade ? 

À lire avant : je suppose la série Carnage ? 

100% MARVEL : AMAZING SPIDER-MAN T11 (DERNIER TOME)

Date de sortie : 10 JANVIER 2024

Prix : 32,00 €  I 416 pages

Scénario : Nick Spencer

Dessin : Carlos Gomez, Federico Vicentini, Mark Bagley, 

Episodes : US Amazing Spider-Man (2018) 66-74, Giant-Size Amazing Spider-Man: Chameleon Conspiracy (2021) 1 et Sinister War (2021) 1-4, précédemment publiés dans MARVEL COMICS 3-7)

Sollicitation : L’Âme-Sœur met en place son ultime plan pour éliminer Spider-Man. Trois équipes différentes de Sinister Six sont recrutées pour mettre à terre le Tisseur, qui va devoir faire appel à toutes ses facultés et à tous ses alliés pour s’en sortir. 

Avis : fin de la réédition du run de Nick Spencer sur Amazing Spider-Man, qui a gagné en appréciation par nombre de lecteurs en comparaison avec ce qui a suivi, mais dont les épisodes présentés ici sont assez symboliques de la faillite créative du titre et de Marvel derrière. Je ne blâme pas entièrement Spencer pour cette fin alambiquée étirée à mort, qui doit subir l’ajout d’un pseudo-event en 4 parties (sinister war) ou encore un giant size qui ne servent à rien à part forcer les lecteurs à payer 25-30$ de plus. 

Il est assez évident qu’à un moment, le staff edito a décidé deux choses : dégager Spencer sans le laisser aller au bout de ses plans, ce qui fait que nombre de sous intrigues ne sont jamais résolues mais quand même essayer d’en tirer le max de pognon sans vraiment se soucier de la qualité de l’ensemble. On l’a compris, Marvel sans doute inspiré par DC et son traitement de Batman, qui a vu l’éditeur multiplier les projets sur l’univers du perso pour remplir les caisses rapidement, a voulu refaire de Spidey une machine à cash. 

On pourra me dire, c’était déjà le cas avant. Oui, mais ce n’est jamais aussi bien apparu que ces dernières années, multiplication d’épisodes, de séries dérivées, de one shot, de mini, de pseudo event sans intérêt, sur fond d’augmentation des prix perpétuelle…

Nous arrivons donc ici au bout d’un run de presque 100 épisodes, si l’on compte toutes les mini et one shot et autres conneries…et tout cela pour quoi ? Un retcon d’une histoire vieille de plus de 15 ans. Il y avait à la base clairement bien plus d’ambition de la part de Spencer qui avait repris nombre d’intrigues vieilles de 20-30 voire 40 ans pour leur donner une suite et conclusion logique. 

Donc voire toute cette ambition, cette approche globale de l’histoire de Spidey réduite à simplement annuler une seule histoire, certes détestée à raison, c’est la grosse montagne qui accouche d’une souris minuscule. Comme la plupart des events, qu’il soit chez Marvel et DC. Bref, si vous voulez vous subir cette parodie de comics, à vous de voir. 

Verdict : l’un des plus gros psshiiiitt de ces dernières années. 

À lire avant : le reste du run de Spencer. 

MARVEL DELUXE : MOON KNIGHT PAR BENDIS & MALEEV

Date de sortie : 10 JANVIER 2024

Prix :  32,00 €I 296 pages

Scénario : Brian Michael Bendis

Dessin : Alex Maleev

Episodes : US Moon Knight (2011) 1-12, précédemment publiés dans 100% MARVEL : MARVEL KNIGHTS MOON KNIGHT 1-2)

Sollicitation : Producteur de série télé à Los Angeles, Marc Spector enfile chaque nuit son costume de Moon Knight pour arrêter les criminels. Lorsqu’il se retrouve avec la tête d’Ultron entre les mains, l’aide de Maya Lopez (Écho) sera-t-elle suffisante ou le héros devra-t-il appeler les Avengers à la rescousse ?

Avis : pourquoi ? c’est la première question qui m’est passée par la tête quand j’ai appris que Panini allait rééditer en deluxe ce run sans grand intérêt de Moon Knight. À l’époque de cette relance, Bendis avait encore un minimum de crédit en tant que scénariste, mais comme d’habitude avec lui, son petit run est vite apparu relativement creux. En fait, je pourrais commencer chaque argument de cette critique par un “comme d’habitude”. 

Car ce run contient toutes les lacunes habituelles de tout travail de Bendis : 

  • une bonne idée de départ ; 
  • elle est noyée sous une diarrhée de dialogues qui ne font rien avancer ; 
  • l’intrigue se perd en route à essayer de gérer d’autres éléments de l’univers (que ce soit DC ou Marvel) ; 
  • la fin est sans intérêt et ne fait qu’annoncé encore autre chose derrière, qui cette fois, sera bien, on vous promet 
  • beaucoup de vide entre le début et la fin…

Je suppose que Marvel espérait que Bendis réussirait à refaire de Moonie un personnage important à l’époque. Mais il faudra encore attendre quelques années de plus et la reprise par Warren Ellis et Declan Shalvey pour que le personnage revienne sur les rails et retrouve une popularité qui lui a permis de conserver une série régulière depuis presque 10 ans maintenant au travers de diverses relances. 

Mon conseil sera donc simple : ne perdez pas votre temps avec ce run, dont toutes les conséquences ont été glissées sous le tapis ou simplement oubliées. Si vous voulez commencer Moon Knight : 

  • Ellis, Lemire et McKay pour tout ce qui est moderne 
  • si vous voulez remonter au début, lisez le run de Doug Moench, qui est en cours de réédition en intégrales. 

Verdict : à zapper

 À lire avant : rien. 

MARVEL DELUXE : FURY

Date de sortie : 10 JANVIER 2024

Prix :  32,00 €I 288 pages,

Scénario : Garth Ennis

Dessin : Darick Robertson

Épisodes : US Fury (2001) 1-6 et Fury: Peacemaker (2006) 1-6, précédemment publiés dans MAX: FURY et MAX: FURY – PEACEMAKER)

Sollicitation : 2024 signe l’anniversaire de Fury ! Nick Fury a dirigé les Howling Commandos et a été nommé directeur du S.H.I.E.L.D. Tout au long de sa vie, Fury n’a été porté que par l’envie de protéger le monde coûte que coûte. Mais ce désir de paix n’est-il pas en réalité un amour irrépressible de la guerre qui risque de lui coûter très cher ?

Avis : voilà une sortie en deluxe relativement étrange. Sur le papier, Panini a dû se dire : deux mini signées par Garth Ennis et Darick Robertson sur le personnage de Nick Fury, c’est bon, on peut tout mettre dans un seul volume, il y a une logique, ça passe. Sauf que quand on a lu ces deux mini …ben en fait, à part l’équipe créative et le personnage, il n’y a plus de logique. 

En effet, le ton, les thématiques, les périodes dans le temps sont complètement différentes et ne racontent pas du tout, mais alors du tout la même chose. La première mini publiée en 2001 s’inscrit avant tout dans la lignée des récits potaches de Garth Ennis. On y retrouve un Fury dans une Amérique post guerre froide, où le renseignement à distance, informatisé, propre et sans bavure a pris le pas sur toute intervention sur le terrain. 

Fury apparaît alors comme une relique inutile du passé, le SHIELD s’est fait démantelé et ses restes confiés à des bureaucrates ambitieux au service de leur propre carrière…Jusqu’à ce qu’un autre fantôme de la guerre froide ne rallume quelques braises et que les US soient obligés de rappeler Fury pour calmer l’incendie. Comme je l’ai dit en termes de ton, on est fermement dans le côté potache, avec du politiquement incorrect de l’époque, une autre version de fuckface, du cul à peine masqué et pas mal de débiles bas du front. 

C’est grotesque, ultra-violent tout du long et le verdict sur la personnalité de Fury est assez amer, car outre le fait d’être dépeint comme un vieux cheval d’une autre époque, il est aussi décrit comme accro à la violence et à la guerre. Une approche assez fréquente avec Ennis sur certains personnages. Il faut voir la mini comme un produit pré 11 septembre, lorsqu’on se félicitait tous de la fin de la guerre froide, que les dividendes de la paix pleuvaient et que nous pensions tous qu’à part quelques problèmes localisés ici ou là, les grands affrontements appartenaient au passé. Oui, on était très cons…

La seconde mini série publiée en 2006 n’a déjà plus rien à voir, puisqu’on revient au début de la seconde guerre mondiale et sert à montrer “l’apprentissage de Fury”. De jeune soldat américain sans expérience au badass qu’on connaît. Pour cela il va avant tout faire ses armes dans les sables du Sahara contre l’Afrika corps avant de se retrouver contre les troupes nazis en Europe. À chaque fois, il comprendra combien les troupes US sont dépassées en termes d’expérience et de matériel à tous les niveaux. 

C’est une mini bien bien plus sérieuse et documentée que la première, le ton, les thématiques et la période n’ont rien à voir. D’où mon avis sur le fait que les rassembler dans le même volume est assez iconoclaste car vous n’aurez pas du tout la même expérience de lecture. 

Ah et attention à la trad sur la première mini …

Verdict : à lire pour les auteurs mais attention, les deux mini sont complètement différentes

À lire avant : rien. 

RUE DE SEVRES 

NEW YORK NEW YORK 

Date de sortie : 10 JANVIER 2024

Prix : 25€/448 pages 

Scénario : Mariko Tamaki 

Dessin : Jillian Tamaki 

Episodes : 

Sollicitation : Printemps 2009. Zoe et Dani, amies depuis le lycée, sont maintenant des étudiantes en première année universitaire. Elles se retrouvent quelques jours le temps de visiter une ville qu’elles ont toujours voulu découvrir : New York. La camarade de classe de Dani, Fiona, une étudiante en art au caractère marqué, les accompagne. Ensemble, les trois jeunes femmes vont expérimenter à 20 la liberté de voyager, tombant allègrement dans les pièges à touristes, réfléchissant aux soi-disant grandes oeuvres d’art, et mangeant beaucoup de pizzas (pliées en deux, bien sûr). Le coup de foudre qui lie subitement Fiona et Zoe met cependant Dani à l’écart. Pour Zoe, un combat intérieur se joue alors entre l’envie de vivre pleinement son idylle et le souhait de sauver une amitié de longue date menacée.

Avis : je vois que Mariko Tamaki revient aux graphics novels qui s’aventurent du côté autobio qui ont fait sa renommée. C’est peut être mieux que des tafs de commande sur des titres super-héroïques qui clairement lui correspondent moins. Outre une question de genre, je pense qu’il y a aussi une question de rythme dans son écriture, bien plus adaptée aux récits complets que l’on lit d’une traite aux histoires en single. 

Verdict : à tester 

À lire avant : rien. 

URBAN COMICS

FLASH INFINITE TOME 4

Date de sortie : 12 JANVIER 2024

Prix : 30€/336 pages 

Scénario : Jeremy Adams 

Dessin : Roger Cruz, Fernando Pasarin 

Episodes :  Flash #790-799 + extraits #800 + Flash One-Minute War Special #1

Sollicitation : Sous les yeux de Wally West, actuel détenteur du titre de Flash, et de ses alliés, le temps est soudain suspendu. Tout s’arrête autour d’eux, et seuls les héros connectés à la Force Véloce semblent être en mesure d’observer ce qui se déroule : un colossal vaisseau spatial en forme de flèche vient se ficher dans la croûte terrestre. Le premier assaut fait une victime, Iris West, la journaliste dont Barry Allen est épris. La situation est critique et Flash doit réunir autour de lui une équipe de Bolides afin de sauver la Terre. Il ne leur reste plus qu’une minute pour agir. 

Avis : c’est avec une grande tristesse que je vois le run de Jeremy Adams s’achever avec ce tome 5 de Flash infinite. Malgré des critiques plus que positives et des ventes tout à fait correctes, DC a décidé de profiter de l’épisode 800 pour passer à autre chose. Et l’autre chose va être complètement différente, puisque avec Simon Spurrier au scénario, on sait que cela va partir dans des directions assez originales. 

Si j’aime le travail de Spurrier, d’une part c’est une surprise de le retrouver sur un gros titre de super-héros comme Flash, alors que son ton et son écriture sont plus adaptés à des séries indépendantes. Et d’autre part, la différenciation de direction va être assez violente par rapport à Adams. Alors que ce dernier s’était beaucoup concentré sur le fait de revenir aux bases de l’univers de Wally West et sa place dans l’univers DC, Spurrier semble aller dans une toute autre voie. 

Nous verrons bien, en attendant, nous avons encore une dizaine d’épisodes à nous mettre sous la dent, dont la grosse intrigue “One minute war”…qui n’a guère été bien reçue. Sans doute l’intrigue la plus ambitieuse d’Adams, elle semble avoir été plombée par une écriture assez mollassonne et surtout une partie graphique assez ratée. 

On pourrait accuser Roger Cruz de ce résultat, sauf que de toute évidence, l’artiste a eu des délais très contraints pour dessiner la plupart des épisodes…donc, oui forcément le résultat ne va pas être à la hauteur. Donc je vais accuser DC sur ce coup ! Outre le fait que son débarquement assez inattendu n’a pas dû inciter Adams à donner le meilleur de lui-même, l’attitude de l’éditeur d’évacuer la fin de ce run le plus vite possible n’envoie pas vraiment le bon message. 

En ce qui me concerne, je verrais arriver la fin de ce run avec regret. De toute évidence, Adams avait encore des plans en tête et surtout, l’approche du scénariste me manquera. Tout ce run avait clairement pour but de ramener Wally West au premier plan, de rappeler pourquoi c’était un personnage aussi aimé et réclamés des fans, de dégager tous les éléments qui avaient terni son héritage (Heroes in crisis, tu t’es bien fait XXX…) et grand dieu quel pied ce fut. 

Chaque tome m’avait filé un grand sourire à chaque lecture et je peux vous dire qu’après plus de 15 ans à attendre le retour de Wally, c’était une joie sans pareil. Oui, je sais que sa disparition et retour était une question avant le New 52, mais cela faisait un moment que personne ne savait trop quoi faire avec lui…

Verdict : à lire 

À lire avant : les 4 tomes précédents !

JUSTICE LEAGUE – KNIGHT TERRORS 

Date de sortie : 12 JANVIER 2024

Prix : 21€/208 pages 

Scénario : Joshua Williamson 

Dessin : Howard Porter 

Episodes : Dawn of DC Knight Terrors FCBD Special Edition + Knight Terrors First Blood + Knight Terrors #1-4 + Knight Terrors: Night’s End

Sollicitation : Lorsque Batman, Superman et Wonder Woman découvrent le corps de l’un de leurs plus anciens ennemis dans le Hall de Justice, leur enquête les mène au-delà de la réalité vers un nouveau méchant appelé Insomnia… qui utilise ses pouvoirs pour engloutir chaque héros et méchant dans leurs propres cauchemars sombres et tordus. Le seul moyen de sauver le monde du sommeil éternel est d’appeler à l’aide un héros improbable : Deadman ! 

Avis : j’en parlais en intro, sortie cette semaine non pas du dernier event en date de DC, mais de l’avant dernier ! et oui, car depuis lors, l’éditeur s’est déjà lancé dans un autre machin qui touche tout son univers, avec Beast World. Pour des raisons financières qui m’échappent un peu, DC semble décidé à nous pondre des gros events tous les 3 mois. Alors que l’on aurait aimé une pause de quelques années après les désastreux Dark Crisis ou encore récemment Planète Lazarus. 

De fait, si je donne éventuellement sa chance au machin du jour, c’est uniquement parce qu’Urban, sans doute conscient d’une certaine lassitude du public et aussi peu convaincu que nous sur l’utilité du machin a rassemblé l’essentiel de l’intrigue dans un seul tome. Donc pas besoin de se lancer dans l’acquisition de 15 tomes différents, les éléments principaux de l’intrigue écrits par Joshua Williamson sont tous ici. 

Le fait que ce soit écrit par Williamson sera aussi sans doute l’autre élément qui me fera craquer. Comme le monsieur a maintenant la main dans la plupart des grosses franchises de l’éditeur, entre Superman, Batman and Robin et que sais-je encore, il est fort probable que les éléments posés ici reviennent plus tard dans ses futurs travaux. 

Le vrai mystère n’est pas tant que DC multiplie les events à la première occasion, c’est toujours une bonne occasion de faire rentrer du cash, bien que j’ai l’impression que cela fait plusieurs années maintenant qu’aucun ne fonctionne plus vraiment. La grande ère des events qui dominaient les ventes est clairement passée et les lecteurs préfèrent se concentrer sur les quelques titres qu’ils jugent importants, surtout vu les prix actuels. Non, le vrai mystère est la stratégie éditoriale mise en place par l’éditeur au moment de la sortie en VO. 

En effet, pour une raison qui reste peu compréhensible pour la plupart des lecteurs, DC a interrompu tous ses titres pendant deux mois pour sortir uniquement Knight terrors et tous les ties ins…et ce en pleine relance globale de la ligne ??? alors que pour la première fois, la maison retrouvait un semblant d’élan, ils se sont tirés eux mêmes non pas une mais toute une rafale de balles dans tous les membres…parce que ? pour des ventes qui n’avaient rien de bien incroyable. 

Verdict : à lire mais sans grande attente 

À lire avant : rien 

NIGHTWING INFINITE TOME 5

Date de sortie : 12 JANVIER 2024

Prix : 24€/240 pages 

Scénario : Tom Taylor 

Dessin : Bruno Redendo & Travis Moore 

Episodes :  Nightwing #101-105 + Knight Terrors: Nightwing #1-2

Sollicitation : Après la dissolution de la Ligue de Justice, Superman et Wonder Woman confient à Nightwing le soin de former une nouvelle équipe pour protéger la Terre. Celui-ci déplace le centre des opérations à Blüdhaven et rassemble un groupe d’amis de longue date pour l’épauler dans cette lourde tâche… Place aux nouveaux Titans ! Et avec Néron le maître des Enfers à leurs trousses, leur première mission risquent déjà de les pousser dans leurs retranchements. 

Avis : suite du run de Tom Taylor et un peu Bruno Redondo sur Nightwing. Je dis un peu de Bruno Redondo car nous allons malheureusement voire de moins en moins l’artiste sur le titre au cours des prochains tomes. Outre une pression de production assez importante sur le titre, il a aussi été appelé sur d’autres titres DC, dont Superman en renfort, consolidant sa place comme l’un des dessinateurs importants de la maison.

En termes de contenu, comme j’en avais entendu parler, et comme l’annonçait déjà le précédent tome, cet arc se présente lui-même avant tout comme une rampe de lancement pour la prochaine série Titans…écrite par Taylor lui-même. Ce n’est pas nouveau comme tactique et les Titans ont toujours été importants dans la vie de Dick Grayson…mais tout un arc ? Sérieusement ? 

Je continuerais à lire car j’apprécie beaucoup ce que fait Taylor avec le titre, qui ressemble de plus en plus à une célébration constante du personnage sous tous les angles possibles…mais oui, je commence à me lasser du festival “Dick est tellement génial, suçons lui tous les XXX et admirons aussi son derrière, tant qu’on y est…”. C’était sympa sur un tome ou deux…sur maintenant presque 25 épisodes, cela commence à devenir lassant et il serait temps qu’il y ait de vrais enjeux. 

Verdict : à lire 

À lire avant : les tomes précédents. 

SUPERMAN – SON OF KAL EL TOME 3

Date de sortie : 12 JANVIER 2024

Prix : 21€/224 pages 

Scénario : Tom Taylor 

Dessin : John Timms 

Episodes : Superman Son of Kal-El #13-16, Adventures of Superman – Jon Kent #1-6

Sollicitation : Dans sa lutte contre Henry Bendix, Jon Kent a rencontré un allié en la personne de Jay Nakamura. Voulant protéger ce dernier dont l’identité secrète a été dévoilée par les médias, il l’invite dans la Forteresse de Solitude. Mais une femme mystérieuse, Dreamer, les y attend afin de leur révéler une vision terrible. Les deux jeunes gens, unis par de forts sentiments amoureux, se dressent face à l’inégalité et à la dictature. Mais bientôt, Jon est séparé de son compagnon avant d’être entraîné loin de son monde à l’occasion d’une plongée étourdissante dans le Multivers. 

Avis : suite et pour l’instant conclusion du run de Taylor sur Superman Son of Kal El. La série dédiée à Jon, semble en effet pour l’instant en pause aux USA. Nous n’avons pas encore d’informations sur son site d’atterrissage en 2024. Au passage, bonne composition de la part d’Urban, qui colle ici à la fois la fin de la première série, les épisodes qui nous manquaient, mais aussi la dernière mini série en date, adventures of Superman, ce qui nous donne un bon gros tome de 10 numéros. 

Je ne doute pas cependant que Jon retrouve une maison.  En effet, si le titre n’est pas le meilleur de Tom Taylor et aurait mérité un ton un poil plus épique, l’ensemble était assez solide, plus centré sur la place de Jon dans le monde, notamment en l’absence de son père dans un premier temps. Par ailleurs, je pense qu’il reviendra dans son propre titre, car DC est clairement décidé à refaire de la franchise Superman un de leurs fers de lance. 

Après des années à se concentrer sur Batman, la franchise Superman a connu nombre de projets dérivés et la famille dans son ensemble à commencer à recevoir plus d’exposition : Steel, Conner, Supergirl et Power Girl se sont tous vu donner des intrigues propres et une place. Ce qui fait vraiment plaisir. Et ce n’est pas prêt de s’arrêter en 2024, alors que DC va essayer d’attirer l’attention sur Action Comics en confiant le titre à ses meilleurs scénaristes (entre Jason Aaron, Mark Waid…) avec des équipes changées selon l’arc. 

Et pendant ce temps, le Superman de Williamson et Campbell est devenu l’une de leurs priorités. Donc oui, l’avenir s’annonce radieux pour la franchise. 

Verdict : à lire 

À lire avant : les tomes précédents.

A propos Sam 2313 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

3 Comments

  1. Merci pour ce nouveau guide… je tenterais bien Knights Terrors… et j’en profite pour souhaiter une bonne année à la team Comixity… mention spéciale au pétage de plombs sur Nightwing ^^

  2. C’est en voyant cette pseudo anthologie sur Thanos qu’on voit les limites du “tout librairie” et de la fin des kiosques, pour diverses raisons qui ont déjà été évoquées dans les années précédentes (marché, crise du distributeur Prestalis, etc…).
    Certes, nous lecteurs vétérans ne sommes pas la cible de l’ouvrage en question, mais si il y avait encore du Kiosque, ça aurait été un créneau pour un éventuel hors série pour y caser une mini série qui serait une “porte d’entrée” pour de nouveaux lecteurs, ou une occasion de ressortir un arc d’histoires à petit prix sans forcément faire appel aux opérations “petit prix”.

  3. merci pour cette critique. J’hésitais sur le Fury et le Moon Knight mais ta critique m’a refroidie… Je vais passer mon tour cette semaine !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.