Guide de lecture Comics VO : semaine du 13 Novembre 2013

DARK HORSE COMICS

SHAOLIN COWBOY #2

SHAOLIN COWBOY #2Scénario :  Geof Darrow

Dessin : Geof Darrow,

Sollicitation : He came, he « sawed, » but will he conquer?! The Shaolin Cowboy proves-in 33 pages of gas-powered mayhem-that the undead and kung fu don’t mix as they mix it up in issue #2. No « low T » in this one! From writer/artist Geof Darrow (Hard Boiled, The Matrix)!33 pages of story!The action heats up!  For fans of chainsaws!

Avis : comme pour la série Savage Wolverine dont je parle plus tard, il ne faut pas vous attendre à avoir une histoire en bon et due forme avec la série Shaolin Cowboy. Comme peut en attester le premier épisode de ce nouveau volume de la série de Geoff Darrow, il s’agit essentiellement pour l’artiste de se lâcher et de nous en mettre plein les mirettes avec un travail graphique absolument incroyable. On connaît le goût du dessinateur pour les planches hyper détaillées …et bien il ne renie pas sa réputation ici !

Le scénario du premier épisode était aussi vide que les planches de Darrow étaient remplies visuellement. Ce n’est presque plus un comic-book que l’on lit à ce niveau ! Saluons donc le travail incroyable de ce dessinateur sans égal !

Verdict : BUY (oui y a pas grand chose à lire, mais qu’est ce que c’est beau !)

DC COMICS

BATMAN #25

BATMAN #25Scénario : Scott Snyder

Dessin : Greg Capullo

Sollicitation : BATMAN: ZERO YEAR reaches a new level as The Riddler sends Gotham City into total darkness! « Dark City » begins in this issue that features an embossed cover. And the ZERO YEAR blackout spreads into other titles this month, affecting heroes across the DC Universe! This issue is also offered as a combo pack edition with a redemption code for a digital download of this issue.

Avis : avec cet épisode débute le second grand acte de Year Zero. Alors que Batman vient de faire son apparition Gotham est plongée dans les ténèbres par le Riddler qui a décidé de faire mumuse avec la ville. Il me semble que cet acte devrait s’étaler sur les 4 prochains épisodes alors que Batman tente à la fois d’arrêter le Riddler et dans le même temps fait son possible pour empêcher que Gotham ne sombre dans le chaos.

Dans le premier acte, Snyder a décrit le cheminement de Bruce Wayne depuis son retour à Gotham vers la création du personnage de Batman. Là où Frank Miller n’avait utilisé qu’un épisode pour montrer la nécessité du masque, Snyder a développé son propos en s’attardant sur l’état d’esprit de Bruce, ses relations avec son entourage (notamment Alfred) et enfin son conflit avec le gang du Red Hood. Dans ce second acte, la suite logique du récit devrait amener à présenter comment Batman a dépassé le statut de simple gusse en costume pour atteindre celui de légende vivante capable d’avoir sa place parmi tous les personnages à super pouvoirs de la Ligue…

A mon sens et jusqu’ici Year Zero s’avère être une réussite du duo Snyder/Capullo. Snyder a parfaitement su à la fois synthétiser tous les éléments classiques des origines tant de Year One de Miller que de celles de Bob Kane et Bill Finger tout en apportant des éléments originaux ou en en réinterprétant…Il est encore trop tôt pour dire que le pari d’une histoire longue de 11 épisodes située dans le passé est gagné, mais en tout cas l’équipe de Batman est clairement sur la bonne voie.

Verdict : BUY

GREEN LANTERN CORPS #25

GREEN LANTERN CORPS #25Scénario :  Robert Venditti, Van Jensen

Dessin :Bernard Chang

Sollicitation : A BATMAN: ZERO YEAR tie-in! When The Riddler throws Gotham City into total darkness, a young Marine named John Stewart is deployed as part of the peacekeeping measures.  But he gets much more than he expected when he must deal with the costumed chaos known as ANARKY!

Avis : de tous les titres de la franchise Green Lantern, le plus fragile à mon sens n’est pas Red Lantern ou encore Larfleeze, mais bien Green Lantern Corps, centré désormais sur John Stewart. Non pas que le personnage ne soit pas porteur, bien au contraire grâce à l’animé Justice League des années 90/2000 Stewart a gagné une grande renommée. Le problème est que depuis la revitalisation de la franchise par Geoff Johns, il y a de cela presque 8 ans, Stewart est resté peu ou prou le personnage le moins développé, celui dont de manière évidente les scénaristes ne savaient pas quoi faire excepté lui faire faire exploser des planètes…

Or pour le moment Venditti et Van Jensen, les nouveaux scénaristes du titre n’ont pas encore eu trop le temps de vraiment démontrer l’attrait de ce personnage. Coincés par l’arrivée de Lights Out ils se sont contentés d’histoires passables confrontant John et des nouvelles recrues à une race inconnue qui en veut beaucoup, mais alors beaucoup aux GL…De ça et de son histoire avec Fatility. Leur relation a été si mal gérée, et peu préparée (avec des allusions claires au fil des ans, mais seulement des ans…) que toute tension a disparu entre eux à la seconde où la dite relation a été consommé…

Bref il y a du boulot s’ils veulent vraiment que le titre Green Lantern Corps ait pour sujet principal le personnage de John Stewart, déjà lui redonner tout le charme que lui avait conféré l’animé ne serait pas du luxe, car au fil des ans, je trouve que Stewart est devenu plus antipathique qu’autre chose…

On peut se dire que les scénaristes ont vu le problème d’où l’absurdité de faire d’un épisode de Green Lantern…un tie in à un event Batman ! d’après les déclarations des auteurs, cet épisode devrait servir  un peu d’épisode 0 à Stewart, une chose à laquelle il n’avait pas eu droit il y a deux ans. En gros ici retour sur le passé de John et notamment qui il était avant d’être choisi pour intégrer le corps…

Verdict : Check It

SUPERMAN WONDER WOMAN #2

SUPERMAN WONDER WOMAN #2Scénario : Charles Soule

Dessin : Tony S. Daniel,

Sollicitation :  Whom the gods destroy, first they piss off! Seeking help against Doomsday, Diana turns to her brother Hephaestus for weapons-but a more immediate threat is Apollo and the other gods. They do not approve of Superman as a consort to Diana, and he will have to prove himself in combat!

Avis : suite de la nouvelle série consacrée au couple Supie/Wondie (doit on les appeler Swondie ? Swupie ? Swudie ?). Pour le moment il n’y a pas grand chose à en dire puisque Charles Soule en est encore à poser ses intrigues. Mais on peut déjà dire que le premier épisode était sympathique sans être incroyable et que le scénariste a l’air de bien maîtriser ses personnages, de manière assez ironique j’ai même l’impression qu’il les comprend mieux que Geoff Johns qui continue lui de les écrire comme leurs versions pré 52…

La vraie valeur ajoutée du titre est pour le moment le trait de Tony Daniel. Oui je sais c’est un miracle je dis du bien de cet artiste, qui une fois éloigné de toute implication dans le scénario et concentré sur le dessin montre qu’il est encore capable de faire des choses intéressantes. A ce titre les dernières pages de l’épisode 1 annonçant une confrontation Doomsday/Wondie étaient de toute beauté.

Pour cet épisode il semblerait que la famille de Diana ait décidé de s’inviter à la fête. Il est heureux que Soule s’intéresse à cet aspect puisque le scénariste de Wonder Woman, Brian Azzarello, a ouvertement déclaré qu’il ne traiterait pas dans son titre l’idylle Supie/Wondie, du coup la réaction des dieux de l’Olympe à cette nouvelle relation était pour le moment inédite…

Verdict : Check It.

 

MARVEL COMICS

ALL NEW X-MEN #18

ALL NEW X-MEN #18Scénario : Brian Michael Bendis

Dessin : Stuart Immonen

Sollicitation :The X-Men are shaken to the core by the Battle of the Atom. So much that we can’t show you the cover of ALL-NEW X-MEN #19!  Kitty Pryde is particularly is shaken by the events of the X-Men crossover. With her students gone, what is Kitty to do?

Avis : bon autant le dire d’entrée, je pense que c’est l’un des derniers épisodes des X-Men made in Bendis que je lis et que je chronique dans ce guide VO. Jusque là j’arrivais à tolérer, sans prêter grande attention, au travail de ce scénariste qui au final n’a pas apporté grande chose aux X-Men en pratiquement 30 épisodes produits sur cette franchise (oui déjà).

La bonne nouvelle est que lorsque l’on est un fan des X-Men comme moi, en ce moment, ce ne sont pas les titres qui manquent. De manière assez étrange, les titres solos ont presque tous disparus, ne reste que l’increvable Wolverine, et seuls les titres vraiment estampillés X-Men arrivent à survivre. Même leurs spin offs X-Force ont du mal, puisque les deux derniers titres en date avec ce nom vont bientôt être fusionnés et encore une fois relancés…De fait on comprend qu’aujourd’hui, ce ne sont plus les personnages où même le nom des X-Men qui arrivent à vendre mais un alliance : un nom X-Men bien punchy + une équipe créative attractive + une direction attrayante…

De mon côté je vais me retrancher vers les titres de Jason Aaron, notamment Amazing X-Men qui s’il joue bien ses cartes pourrait devenir le blockbuster de la franchise, mais aussi le X-Men de Brian Wood qui pour le moment ne m’a pas déçu et qui continue de disposer d’excellents artistes pour ses prochains numéros.

Bref bye bye Bendis et tes histoires qui ne vont nulle part à coup de dialogues ineptes et sans fin, surtout que la sollicitation de cet épisode ressemble à une provocation…La seule conséquence notable de Battle of the Atom est la défection de Kitty et des X-Men du passé dans le camps de Cyclope. Sauf que cette décision sort un peu de nulle part ! on aurait pu croire qu’en 10 épisodes Bendis et les autres scénaristes auraient pu poser les bases de ce conflit, …ben non. J’ai vraiment eu l’impression que le discours de Kitty sortait de nulle part et n’était balancé que pour assurer à Bendis le contrôle total du personnage, tout en apportant au moins une conséquence à Battle…

Verdict : Good Bye !!!

SAVAGE WOLVERINE #11

SAVAGE WOLVERINE #11Scénario : Jock

Dessin : Jock

Sollicitation : Jock’s sci-fi Wolverine saga comes to its thrilling conclusion!Logan learns the sinister truth of the alien planet he’s found himself on.But more horrifying still are the truths he finds in an underground cavern – truths he may not be prepared to learn!Everything comes full circle as Logan’s future finds its roots in the darkest corners of his past!

Avis : contrairement à ce que j’indiquais il y a quelques semaines, l’arc de Jock sur Savage Wolverine ne comptera pas deux, mais bien trois épisodes. Le prochain arc sera assuré par Phil Jimenez, pour quelques épisodes, mais je en crois pas que l’artiste suivant sur le titre ait encore été annoncé.

En tout cas félicitations à Jock pour avoir réussi à étirer une histoire aussi vide sur 3 épisodes ! bon il et vrai qu’il s’est bien laissé de la place pour ses dessins, ses illustrations devrait-on dire à ce niveau. Donc pour faire simple, Wolverine dans le futur est largué sur une autre planète avec un gamin, qui ne cesse de dire qu’il est comme lui,  par des gens qu’il ne connaît ni d’Ève ni d’Adam. D’un côté je dirais que les réponses annoncées pour cet épisode ont intérêt à être à la hauteur pour justifier le qualificatif d’histoire, d’un autre côté nous savons tous que ce n’est pas pour la qualité du récit mais bien les dessins que nous sommes là…

Verdict : Check It pour le dessins.

THOR GOD OF THUNDER #15

THOR GOD OF THUNDER #15Scénario : Jason Aaron

Dessin : Ron Garney

Sollicitation : The hunt for Malekith the Accursed continues!  Thor and his newfound compatriots in the League of Realms chase the Dark Elf marauder across the Nine Realms: From the exotic fairy gardens of Alfheim to the frozen mountains of Jotunheim, where giants dwell. But when one of the League falls…will it mean war for all Realms?

Avis : après un démarrage peu attrayant, la première déception depuis l’arrivée de Jason Aaron sur Thor, il semblerait bien que l’arc centré sur Malekith ait vraiment débuté avec le précédent épisode. Alors oui de manière évidente, Jason Aaron a décidé de jouer à fond la carte « Lord of the Rings » façon asgardienne (comprenez avec un bon gros marteau, quoi que les nains ont des marteaux non ?) mais avec suffisamment d’humour, de recul et d’action pour dire en gros qu’il assumait complètement la référence !

De fait si Aaron n’a pas encore retrouvé son niveau atteint lors des 12 premiers épisodes de ce volume de Thor, j’ai senti une nette amélioration alors que la menace de Malekith se faisait plus pressante, celui-ci étant clairement décrit comme un psychopathe de premier ordre. Si bien qu’il semble évident que le grand moment que nous attendons tous pour la fin de cet arc va ressembler à quelque chose comme cela : Thor d’un côté, Malekith de l’autre, le marteau de Thor dans la face de Malekith à la fin de la scène…

Verdict : BUY.

X-MEN GOLD #1

X-MEN GOLD #1Scénario :  CHRIS CLAREMONT, STAN LEE,

Dessin :  Salvador Larroca, Jorge Molina, BOB MCLEOD

Sollicitation :  It’s the 50th Anniversary of the X-Men, ring it in with some of the greatest creators to ever work on the X-Men! CHRIS CLAREMONT is joined by classic X-Artist BOB MCLEOD to bring you an untold story of the X-Men starring Cyclops, Wolverine, Nightcrawler, Colossus, Kitty Pryde and Rogue! Also jam-packed with all-star creators from X-Men past including STAN LEE, WALTER SIMONSON, LOUISE SIMONSON AND FABIAN NICIEZA!

Avis : ahhhh voilà un titre X-Men que j’ai envie de lire cette semaine !!! après le final décevant de Battle of The Atom, cet épisode vient nous rappeler que pendant des décennies, la franchise X-Men s’est portée comme un charme sans le style alambiqué d’un Bendis. C’est l’occasion de revoir sur les X-Men en premier lieu leur papa, Chris Claremont. Oui je sais à l’origine les X-Men sont une création de Stan Lee et Jack Kirby, mais c’est Claremont qui a véritablement construit cet univers au cours des 17 années de son run et des centaines d’épisodes qu’il a écrit entre Uncanny X-Men, New Mutants, Wolverine, les annuals…et j’en passe et des meilleurs.

Il ne s’agit bien évidemment pas de réduire la contribution de Lee et Kirby qui ont posé certains des concepts les plus durables de la franchise : la racisme anti-mutant, les sentinelles,…mais bien de souligner que c’est le travail de Claremont qui a fait d’un titre de 2nd rang chez Marvel, sa locomotive pendant près de 20 ans.

On notera cependant l’absence d’un certain Scott Lobdell qui, avec Fabien Nicieza, a assuré la petite tâche de prendre la relève après le départ forcé de Claremont et l’exode des stars du dessin comme Jim Lee, Whilce Portacio, Marc Silvestri, vers Image. Apparemment ils ont la dent dure chez Marvel pour l’avoir mis ainsi de côté malgré l’importance des apports de Lobdell sur cetta franchise qu’il a tenu pendant presque 5 ans…

Au passage on notera la superbe couverture d’Olivier Coipel merveilleusement servie au niveau de l’encrage et de la colorisation. Je ne sais pas qui l’accompagne, mais ils complètent vraiment bien l’artiste.

Verdict : BUY !

A propos Sam 2116 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

3 Comments

  1. J’adhère vraiment à l’analyse que tu fais des X-men à la fois de Bendis et ceux du traditionnel Claremont.
    J’ai lu trop de chose déguelasse à son sujet alors qu’à l’échelle de Marvel, on de devrait le placer parmi les Marv Wolfman, Len Wein, Roy Thomas, Englehart,Jim Starlin etc.. à savoir la relève directe du Sieur Stan Lee ayant donner les vraies lettres de noblesse à cet univers.
    Bendis a à mon sens pris une vrie bonne décision en ramenant les jeunes, c’est de « tuer » le père Claremont et son héritage trop lourd à porter en revenant AVANT, malheureusement son art de la « babelle » brise tout élan et ses sagas sont déséperément vides…

  2. Ce sont généralement Mark Morales est Laura Martin qui accompagnent Coipel à l’encrage et la couleur. A moins qu’il ne se soit encré lui meme sur cette cover? En tout cas, superbe!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.