WonderCon 2010

Ce weekend se tenait à San Francisco la WonderCon. Comme toujours, tous les gros éditeurs étaient réunis pour présenter, à travers des panels répartis sur trois jours, les projets des prochains mois. Malheureusement, il n’y avait pas cette fois-ci grand chose à se mettre sous la dent ce qui est même, je trouve, un peu décevant.

Ceci dit, il y a quand même eu quelques annonces intéressantes dont je vais vous faire un rapide résumé. Pour les lecteurs de VF, ne vous inquiétez pas. Aucun spoiler dans cet article ne viendra vous gâcher les storylines des prochains mois.

Chez Image, une des premières choses qui a retenu mon attention est l’annonce par Richard Starkings que sa création Elephantmen a été optionnée pour le cinéma.
Franck Cho a présenté un premier pilote (en dessin animé) de son strip Liberty Meadows. Alors que celui-ci était prévu pour n’être diffusé qu’online, il a ensuite révélé qu’il travaillait sur une deuxième version qui sera, elle, prévue pour la TV.
De son côté, Erik Larsen a confié un changement de direction majeur pour Savage Dragon. Son personnage va retrouver l’état d’esprit qu’on lui avait découvert dans l’histoire de son origine.
Enfin, Steven T. Seagle a récupéré les droits de sa série The Crusades, publiée initialement chez Vertigo, pour ressortir des trades chez Image en version recolorisée.

On passe maintenant à DC Comics avec seulement trois annonces qui m’ont paru intéressantes. Il y en avait aussi une autre mais elle présentait tellement de spoilers sur la fin de Blackest Night que je préfère ne pas en parler.
Le fait le plus marquant du weekend restera sans aucun doute le départ de Greg Rucka de chez DC. L’auteur n’exclut pas retravailler pour la compagnie un jour mais souhaite prendre un peu de recul et se concentrer sur des projets plus personnels, chose qu’il n’avait pas le temps de faire en bossant pour un major. Il n’est pas question qu’il aille chez Marvel non plus (en tout cas pour le moment).

Vous la croyiez morte et enterrée ? Et bien non ! La série All-Star Batman & Robin The Boy Wonder va revenir… en février 2011. Frank Miller s’est aperçu que plutôt qu’être située dans un monde à part (le monde All-Star), sa série était en fait basée dans le monde de Dark Knight Returns, ce qui fait qu’elle va changer de titre et s’appeler maintenant Dark Knight : Boy Wonder. Six numéros sont à prévoir et ils sortiront mensuellement, promesse de Jim Lee. On verra bien…
Pour terminer, on en sait enfin un peu plus sur le projet de récapitulatif de l’histoire de l’univers DC nommé DC Legacies. Mini en dix parties, elle sera divisée en cinq chapitres et se concentrera sur cinq générations de héros. Tandis qu’au scénario on retrouve Len Wein, les cinq chapitres auront des équipes artistiques différentes. En premier, Andy et Joe Kubert sur la période des Mystery Men et des années 40 et 50. La deuxième partie sera confiée à Jose Luis Garcia Lopez et Dave Gibbons (dont vous pouvez admirer la couverture du #3) qui partira de Superman et ira jusqu’à Crisis on Infinite Earths. Ensuite viendra la période post-Crisis par George Perez et qui sera suivie par l’époque Zero Hour par Dan Jurgens et Jerry Ordway. Pour terminer, ce sera Rags Morales qui se concentrera sur la période actuelle. La mini démarre en mai.

C’est tout pour les annonces de cette convention qui comme je vous l’avais dit au début, sont assez maigres. On regrettera notamment l’absence lors de ce weekend d’une quelconque nouveauté qui n’ait pas été déjà annoncé auparavant par Marvel, préférant garder les gros projets pour les futurs semaines. Étrange façon de communiquer de la part d’un des acteurs majeurs du milieu.

A propos Steve 1019 Articles
A l'origine du projet, chroniqueur sur tous les podcasts, c'est également à lui que revient la lourde et ingrâte tâche de l'enregistrement et du montage des émissions.

23 Comments

  1. « Frank Miller s’est aperçu que plutôt qu’être située dans un monde à part (le monde All-Star), sa série était en fait basée dans le monde de Dark Knight Returns »

    LOL

    On sent le professionnel qui sait où il va depuis le début et qui ne fait pas du tout du comics pour le pognon ! (En fait, le « vrai » Miller des années 80’s est enfermé dans une autre dimension et un clone en dégénérescence a pris sa place hein ? C’est la seule explication que je vois à cette grandeur et décadence !)

  2. « On sent le professionnel qui sait où il va depuis le début et qui ne fait pas du tout du comics pour le pognon »

    –> Il existe des auteurs de comics qui travaillent sans penser à vivre de leur art ?
    Le boulanger fait des croissants pour le pognon, le chauffeur de bus te conduit là où tu veux pour le pognon et le médecin te soigne non pas parce qu’il te trouve sympa mais parce qu’il est payé.
    Miller c’est pareil.
    Cela ne veut pas dire qu’il se moque du résultat, d’autant que l’on ne peut pas se foutre éternellement de la gueule du monde sans que cela se voit (encore que… avec certains caniveaux qui se font passer pour des rivières, j’en viens à douter).
    Il arrive aussi parfois que lors du processus d’écriture, l’on se rende compte que l’on arrive à un endroit totalement imprévu. C’est même assez connu (Jeff Smith en a parlé à l’occasion d’explications sur certaines scènes de Bone pour prendre un exemple hors mainstream). Ce n’est pas spécialement un manque de professionnalisme. Les personnages et l’histoire imposent parfois une logique qui n’était pas prévue au départ.

    « C’est la seule explication que je vois à cette grandeur et décadence »

    –> Miller est très bon, plutôt à part, assez courageux (l’inverse d’un Millar à ce niveau), mais parler de grandeur ou de décadence me semble exagéré. Miller est quelqu’un d’intègre, qui n’a pas besoin de retourner sa veste ou d’user d’astuces pour payer son loyer à la fin du mois. C’est d’ailleurs assez drôle que de telles critiques visent toujours des gens comme lui alors qu’un Eisner, lui, à toujours eu un côté bien plus pratique au niveau de son travail (son boulot en général, pas que dans la BD). C’était une autre époque, mais les contraintes en gros étaient les mêmes. Il est aujourd’hui adulé alors qu’il a fait autant de concessions à l’argent que tout le monde.
    On lui accorde des besoins alors que les refuse à d’autres. Etrange.
    Ceci dit, encore une fois, l’on peut concilier impératifs économiques et intégrité artistique (ou au moins un minimum de qualité).

    « le « vrai » Miller des années 80’s »

    –> Ce serait malheureux si le Miller des années 80’s n’avait pas évolué. Il serait d’ailleurs au chômage et le problème de son professionnalisme ne se poserait pas.
    Son 300 est une oeuvre actuelle, écrite par le Miller des années 2000. Et le talent (et le risque) sont bien là.

  3. « –> Il existe des auteurs de comics qui travaillent sans penser à vivre de leur art ? »

    Il fallait lire « en ne pensant QU’A ça » là. 😉

    « Cela ne veut pas dire qu’il se moque du résultat »

    Eh bien son All Star me le laisse penser …

    « d’autant que l’on ne peut pas se foutre éternellement de la gueule du monde sans que cela se voit »

    Ah … Donc tu as vu qu’All Star Batman était du foutage de gueule au final ? 😉

    « Il arrive aussi parfois que lors du processus d’écriture, l’on se rende compte que l’on arrive à un endroit totalement imprévu. C’est même assez connu (Jeff Smith en a parlé à l’occasion d’explications sur certaines scènes de Bone pour prendre un exemple hors mainstream). »

    Je veux bien le croire sur de nombreux exemples … Mais pour moi, All Star demeure un truc totalement raté. (Et sur la direction, il faut préciser que les lecteurs le disent depuis le début que c’est totalement dans l’univers du Dark Knight…D’où ma surprise que Miller ne le voit que maintenant ?!)
    Est ce à dire que comme il ne voyait pas où aller (on a l’impression après plus d’un an ou deux sans rien de nouveau là dessus), il préfère prendre un chemin tout tracé par Dark Knight ? (Je te laisse tirer tes conclusions)

    « mais parler de grandeur ou de décadence me semble exagéré »

    Pas pour moi, c’est exactement ce que je ressent : ses Daredevil sont géniaux, son Batman Year One aussi, je suis déjà moins fan de Dark Knight comparé au commun des mortels (lol), je reste dubitatif sur Sin City tout de même et je ne considère pas cela comme le chef d’oeuvre absolu qu’y voient certains, son DKSA est clairement en dessous, son All Star Batman est TRES TRES MAUVAIS selon moi.

    « C’est d’ailleurs assez drôle que de telles critiques visent toujours des gens comme lui alors qu’un Eisner »

    Stoooppp : je ne dis rien sur Eisner, et pour cause, hormis quelques Spirit, je ne pense avoir RIEN lu de lui. Eh oui … Donc, ce n’est pas mon cas. ^^

    « –> Ce serait malheureux si le Miller des années 80’s n’avait pas évolué. Il serait d’ailleurs au chômage et le problème de son professionnalisme ne se poserait pas.
    Son 300 est une oeuvre actuelle, écrite par le Miller des années 2000. Et le talent (et le risque) sont bien là. »

    Bah, oui et non, Claremont a évolué, Stern aussi : là où ces deux scénaristes me faisaient rêver dans les années 80’s, aujourd’hui, ils me font dormir ! lol (On reste dans le sommeil)

    Et 300 … Pas lu, mais vu. Je dois t’avouer que je n’en garde pas un grand souvenir.

  4. « Pas lu, mais vu. Je dois t’avouer que je n’en garde pas un grand souvenir. »

    –> Ah mais l’adaptation, ça ne compte pas. ;o)
    (cedi dit, c’est l’une des seules qui tiennent la route avec Watchmen)

    Bon, Bendis, Millar, Miller, le prochain c’est Moore ? Celui là, je ne le défendrai pas, même si tu es toujours autant de mauvaise foi. ;o)

    • « Celui là, je ne le défendrai pas, même si tu es toujours autant de mauvaise foi. ;o) »

      Ah mais ne t’en déplaise, ce n’est pas de la mauvaise foi : je n’ai vraiment pas aimé All Star Batman, et c’aurait pu être écrit par Pierre Dupond que ce serait pareil.

      Le truc c’est que ces dernières années, les choses que je n’ai pas aimé s’appellent entre autres : Ultimates, Kick Ass, All Star Batman et dans une moindre mesure Powers ou quelques New Avengers.

      Et puis, la mauvaise foi m’empêcherait de dire que j’ai aimé Old Man Logan ou Batman Year One par exemple … 😉

  5. Mais il y a une différence entre ne pas aimer une série et dire que Miller n’est pas pro, qu’il ne pense qu’au pognon et qu’il n’a rien fait de bon depuis les années 80.
    J’espère vraiment que c’est de la mauvaise foi, sinon c’est encore plus grave.

  6. « Mais il y a une différence entre ne pas aimer une série et dire que Miller n’est pas pro, qu’il ne pense qu’au pognon et qu’il n’a rien fait de bon depuis les années 80.
    J’espère vraiment que c’est de la mauvaise foi, sinon c’est encore plus grave. »

    Celui qui pond un All Star Batman est pour moi tout sauf « pro », or c’est marqué « Miller » dessus, celui qui fait un truc pareil ne peut le faire selon moi que pour le pognon, et pour le dernier, je n’ai pas dit qu’il n’avait rien fait de bon depuis les années 80’s, juste que ça allait crescendo de vraiment bon à moyen à mauvais… à très mauvais.

    Son All Star Batman est inexcusable, je n’y vois rien de bon à tous les niveaux. Voir Batman, par exemple, dire à Robin de manger des rats dans la batcave … A 7 ans, j’avais de meilleures idées ! Et puis, narrativement même, je trouve ça écrit avec les pieds.

    Et rien « de grave », ce n’est que mon avis encore une fois et personne ne sera même influencé d’aucune manière par mon opinion.

  7. Tu pars toujours de faits anodins pour en tirer des conclusions absurdes ou disproportionnées.
    L’autre jour Millar « flattait » les lecteurs parce qu’il évoquait youtube, là c’est Miller qui devient un nul âpre au gain parce qu’il fait dire à Batman que Robin doit bouffer du rat…
    Je ne vois pas en quoi ces « exemples » prouvent quoi que ce soit.
    Et puis il y a tellement de raisons de descendre Millar (avec un « a » hein, pas Miller) que ce n’est pas la peine d’en inventer.
    Quant à Miller, je ne pense pas que l’on fasse un « 300 » dans le but de faire du pognon. Et cet excellent comic ne date pas des années 80.

    « Et rien « de grave »,  »

    –> Je ne voulais pas dire que les conséquences de tes attaques étaient graves, simplement que si ce n’est pas de la mauvaise foi assumée, c’est assez étrange de descendre des auteurs juste pour le plaisir, en prenant n’importe quel prétexte fallacieux pour appuyer tes accusations.
    C’est comme si je disais que je n’aime pas Panini parce que leur logo est racoleur.

    « A 7 ans, j’avais de meilleures idées ! »

    –> Ah, il fallait commencer par là alors ! Du coup, c’est évident, les rats et youtube c’est de la connerie. Tu m’as convaincu, je retire tous mes propos précédents.
    Comme quoi, quand on sait trouver les arguments qui touchent et qui s’avèrent imparables, on finit toujours par faire triompher ses idées.

  8. « Tu pars toujours de faits anodins pour en tirer des conclusions absurdes ou disproportionnées. »

    Bah; c’est ce qu’on fait tous en dressant une critique : on est bien obligé de donner des exemples et, à moins de décortiquer toute l’oeuvre, je fait exactement ce que tu fais lorsque tu mets des choses sur telle ou telle histoire en exergue pour appuyer tel ou tel point.

    « L’autre jour Millar « flattait » les lecteurs parce qu’il évoquait youtube, là c’est Miller qui devient un nul âpre au gain parce qu’il fait dire à Batman que Robin doit bouffer du rat… »

    Et je maintient : oui, Millar va flatter certain en leur parlant de ce qu’ils ont l’habitude de faire, pour moi c’est une évidence sur cet exemple. Mais là dessus, je ne vois pas où est la « conclusion absurde ou disproportionnée » ? Cela reste au stade de la remarque anodine et c’en est une sur 20 que j’ai pu faire sur Kick Ass durant la critique. Je ne dis pas que Millar flatte le lecteur à toutes les pages, juste là, à ce moment précis, et parfois à quelques autres moments. Mais cela reste une remarque minime, loin d’être une critique majeure à son encontre, ce n’est certainement pas ce qu’il y a de pire à propos de Kick Ass.
    Là c’est plutôt toi qui fait de certains points de ma critique des choses « disproportionnées ». 😉

    Pareil pour Miller : j’ai donné un exemple et ce n’est pas QUE POUR ça que son All Star Batman est terriblement mauvais. Loin de là. Mais je ne vais pas non plus écrire un roman critique dessus juste pour appuyer chacun de mes dires. Et ça me ferait mal.

    « Je ne vois pas en quoi ces « exemples » prouvent quoi que ce soit. »

    Ça ne prouve rien, en effet : on en revient aux gouts et aux couleurs, j’ai trouvé l’ensemble d’ASB super mauvais, donc pour moi, quelqu’un comme Miller qui n’est pas un manchot ne pouvait le faire que par « besoin alimentaire » comme on le dit souvent d’un artiste qui d’habitude est bon et nous surprend par un truc que l’on trouve totalement raté. Je crois que tu prends un peu trop une manière de parler, une opinion, pour quelque chose d’absolu, or non, mon opinion n’engage que moi après tout. Maintenant, je comprend que tu puisses aimer Miller et que ça te fasse mal aux yeux de lire ça mais bon … Me rétracter serait totalement de la mauvaise foi de ma part là pour le coup ! 😉

    « Et puis il y a tellement de raisons de descendre Millar (avec un « a » hein, pas Miller) que ce n’est pas la peine d’en inventer. »

    Là je ne comprend pas ? Je t’assure que ce que je dis, je le pense. Tout de même, je ne suis pas de ceux qui font des critiques pour descendre un mec et faire du buzz. Je m’en fout de ça ! L’important, c’est que je puisse dire ce que je pense. Je maintient tout ce que j’ai pu dire d’ailleurs jusqu’à maintenant sur Millar, et surtout sur Kick Ass puisque, encore une fois, c’est avant tout Kick Ass que je critiquais. (avec des exemples tirés de Kick Ass en l’occurrence et pas d’ailleurs). Et justement, contrairement à toi, je serais plus objectif dans la mesure où moi, je ne vois pas de raisons de descendre Millar (ou Miller d’ailleurs) mais je descend avant tout certaines de leurs oeuvres que je n’ai pas aimé pour diverses raisons. Mais je ne pars pas bille en tête en me disant : je vais détruire Millar ! Encore une fois, si c’était le cas, je n’aimerais RIEN de ce qu’ils font. Or ce n’est pas le cas.

    « Quant à Miller, je ne pense pas que l’on fasse un « 300″ dans le but de faire du pognon. Et cet excellent comic ne date pas des années 80. »

    Mais je n’ai jamais dit ça !! … Je disais ça EXCLUSIVEMENT pour ASB. (en plus, comme je t’ai dit, je n’ai vu que 300 au ciné, je ne l’ai pas lu ! … Donc comment pourrais je même le commenter ?!)
    C’est décidément toi là pour le coup qui prend ma critique trop à coeur car tu déformes mes propos ! ^^

    « c’est assez étrange de descendre des auteurs juste pour le plaisir, en prenant n’importe quel prétexte fallacieux pour appuyer tes accusations. »

    Mais ce n’est pourtant pas ce que je fais : d’abord, je ne descend pas les auteurs mais certains de leurs travaux, ensuite, je ne comprend pas comment nous puissions arriver à « descendre » Kick Ass 20 minutes durant avec des prétextes fallacieux ?! On ne tient pas plus de 20 minutes si l’on argumente sur du vide.

    Et sur Miller, peut être que l’expression « Grandeur et décadence » te semble disproportionnée mais pour moi, elle prend tout son sens lorsqu’on compare un Batman Year One à un All Star Batman.

    J’ai lu des centaines de comics ces 15 dernières années … ASB est probablement l’un des 5 plus mauvais trucs qui m’ait été donné de lire. Tout de même, il fallait le faire. Alors, si en plus c’est écrit par une « légende » comme Miller, je crois qu’effectivement, on peut parler de décadence. Mais, c’est mon avis et je suis certain que, de toutes façons, pour une majorité, son oeuvre reste géniale et que n’importe qui l’a lu et aimé ne va changer d’avis avec ce que j’en dit. Donc c’est sans conséquence et importance.

    « C’est comme si je disais que je n’aime pas Panini parce que leur logo est racoleur. »

    Ahah … Bon, ne le prend pas mal, mais ça ne me surprendrais pas de lire ça de toi et franchement, ça me ferait sourire mais, encore une fois, si j’aime un truc de Millar ou Miller, je le dis et idem si je n’aime pas. De même que toi avec Panini. (ou pas 😉 )

    « Du coup, c’est évident, les rats et youtube c’est de la connerie. Tu m’as convaincu, je retire tous mes propos précédents.
    Comme quoi, quand on sait trouver les arguments qui touchent et qui s’avèrent imparables, on finit toujours par faire triompher ses idées. »

    Mais, ça ne sert à rien de s’énerver pour si peu ….

    Déjà, ces deux exemples n’ont STRICTEMENT rien à voir l’un avec l’autre, ensuite, ils ne sont pas les seules raisons de pourquoi je dis que Kick Ass ou ASB sont mauvais. Tu prends deux de mes exemples parmi des dizaines (surtout sur Kick Ass puisque ASB je ne l’ai pas critiqué en détail et pour ce faire il faudrait en plus que je me le relise … non merci) et tu me les jettes à la figure comme arguments anti Millar/Miller (alors que rien à voir puisque je parle de deux travaux particuliers de ces deux auteurs). C’est un peu facile là. Pour un peu et je me croirais sur le defunt forum Panini ! 😉 (On l’on prend 1/10 des arguments de l’autre, on les transforme pour lui faire dire plus qu’il ne disait et on le descend avec …).

    Sur les rats, franchement, je te le demande puisque toi tu as aimé ASB et tu sembles comprendre où veux en venir Miller : quel intérêt de voir Batman dire à un gosse qui vient de perdre ses parents, de bouffer des rats ? J’imagine que ce n’est pas du tout pour choquer et ce n’est pas non plus un truc ras les pâquerettes. Non, non, il y a même un message très fort derrière que tu vas m’expliquer car oui, je pense qu’à 7 ans, lorsqu’on joue à « Batman » avec des potes, à la rigueur, le truc de bouffer des rats ça passe … et encore !

    Alors, je veux bien que Miller ait fait des trucs supers avant, mais ce n’est pas parce qu’un auteur fait des supers trucs que tout ce qu’il fait est forcément super !

  9. « Bah; c’est ce qu’on fait tous en dressant une critique : on est bien obligé de donner des exemples et, à moins de décortiquer toute l’oeuvre, je fait exactement ce que tu fais lorsque tu mets des choses sur telle ou telle histoire en exergue pour appuyer tel ou tel point. »

    –> Sauf que moi, j’utilise des exemples qui ont un rapport avec ce que j’avance. Utiliser youtube dans une histoire, ça n’a rien de racoleur.

    « Millar va flatter certain en leur parlant de ce qu’ils ont l’habitude de faire »

    –> Donc si un auteur montre quelqu’un en train de se laver les dents, il me flatte ?
    Si les persos sont habillés, chose qui m’arrive aussi assez souvent, dois-je également me sentir flatté ?

    « Mais là dessus, je ne vois pas où est la « conclusion absurde ou disproportionnée » »

    –> Oui, je me rends bien compte que tu ne le vois pas.

    « remarque anodine et c’en est une sur 20 que j’ai pu faire sur Kick Ass durant la critique »

    –> Ben rien ne t’empêchait d’en citer une meilleure, ceci dit, je n’ai jamais prétendu que l’on ne pouvait pas trouver de points négatifs sur Kick-Ass.

    « Pareil pour Miller : j’ai donné un exemple et ce n’est pas QUE POUR ça que son All Star Batman est terriblement mauvais »

    –> Pas de bol alors que l’on ait droit qu’à l’exemple anodin, essaie avec un moins anecdotique à l’occasion.

    « je ne vois pas de raisons de descendre Millar (ou Miller d’ailleurs) mais je descend avant tout certaines de leurs oeuvres que je n’ai pas aimé pour diverses raisons »

    –> Là encore, quand tu dis que Miller est en pleine décadence et qu’il ne pense qu’au pognon, qu’il n’est pas « pro », etc, ce n’est pas « descendre » une oeuvre.
    Enfin, bon, tant pis, après tout comme tu le dis, c’est ton opinion.

    « tu déformes mes propos »

    –> Comment puis-je les déformer alors que je les cop/col à chaque fois ?

    « Mais, ça ne sert à rien de s’énerver pour si peu »

    –> Je ne vois pas où tu as vu que je m’énervais.
    C’est parce que j’ironise ? Rassure-toi, ce n’est pas du tout comme ça que je m’énerve.

    « tu me les jettes à la figure comme arguments anti Millar/Miller (alors que rien à voir puisque je parle de deux travaux particuliers de ces deux auteurs »

    –> Après tu diras que tu n’es pas de mauvaise foi…
    C’est toi qui part d’une oeuvre de Miller pour dire qu’il est devenu nul, tu avoues que tu n’as même pas lu ses trucs récents (dont « 300 »), mais à part ça tu peux juger de sa décadence et c’est moi qui déforme tes propos.
    Peut-être que ce n’est pas ce que tu as voulu dire, mais moi je me fie à ce que tu écris, je ne suis pas dans ta tête.

    « Pour un peu et je me croirais sur le defunt forum Panini »

    –> Moi aussi, du coup le mieux c’est encore de couper court.

    « puisque toi tu as aimé ASB »

    –> Ou ai-je dit ça ?
    Là tu ne prends même plus la peine de sélectionner 1/10ème, tu inventes carrément. Bon, ça va plus vite, mais c’est moins rigoureux du coup.

    « je veux bien que Miller ait fait des trucs supers avant, mais ce n’est pas parce qu’un auteur fait des supers trucs que tout ce qu’il fait est forcément super »

    –> Tu vois, c’est bien, tu y arrives. Je dis exactement la même chose en impliquant la logique dans les deux sens : ce n’est pas parce qu’il a écrit un truc qui ne t’a pas plu qu’il est devenu naze, cupide ou décadent. C’est sur tes généralités exagérées que je réagissais, pas sur le fait (évident) que tu aies le droit de critiquer n’importe quelle oeuvre.
    Bon, ceci dit, vu que je trouve tes propos ahurissants et que tu ne sembles pas te rendre compte du fait qu’ils le sont, le mieux est encore que je m’abstienne de les lire. Après tout, on n’est pas obligé de tomber d’accord.

  10. « –> Sauf que moi, j’utilise des exemples qui ont un rapport avec ce que j’avance. Utiliser youtube dans une histoire, ça n’a rien de racoleur. »

    Youtube = une mode.

    Se laver les dents = un truc normal que TOUT le monde fait. (parce que, jusqu’à preuve du contraire, une minorité de gens utilisent souvent youtube … Je devrais dire une « génération » de personnes en particulier)

    « –> Donc si un auteur montre quelqu’un en train de se laver les dents, il me flatte ?
    Si les persos sont habillés, chose qui m’arrive aussi assez souvent, dois-je également me sentir flatté ? »

    Je parlais de Youtube en l’occurrence, là tu prends un truc que je dis et tu le tournes en ridicule. C’est facile, je pourrais le faire sur n’importe quoi aussi. Mais je n’en vois pas l’intérêt surtout que je sais bien que tu m’as compris.

    « –> Oui, je me rends bien compte que tu ne le vois pas. »

    Et moi je suis sidéré par le fait que tu ne vois pas de différence entre utiliser Youtube (ce que tout le monde ne fait pas … Mon père ne sait pas ce que c’est certainement) et se brosser les dents (une chose de la vie de tout les jours) … Sauf si tu es de mauvaise foi justement.

    C’est tout de même logique de dire qu’un auteur peut séduire, voir flatter son lectorat en parlant de choses qu’il aime, qu’il utilise (ce qui fonctionne tjrs en parlant de choses à la mode ou de séries TV, de musique etc), de même qu’il peut le souler en faisant des références à des choses que le lectorat n’aime pas.

    « –> Ben rien ne t’empêchait d’en citer une meilleure, ceci dit, je n’ai jamais prétendu que l’on ne pouvait pas trouver de points négatifs sur Kick-Ass. »

    A parce-qu’en plus, tu prétends que je ne dis QUE ÇA comme argument en 20 minutes ??!! Réécoute, en 20 minutes, on fait plus de remarques que ça. Tu réduits tout l’argumentaire à : « Millar parle de Youtube un moment pour flatter les lecteurs ». Arriverais-je à tenir 20 minutes et plus avec ce seul argument pour critiquer négativement Kick Ass ? Il suffit d’écouter notre critique pour voir qu’il n’y a pas que ça.

    « –> Pas de bol alors que l’on ait droit qu’à l’exemple anodin, essaie avec un moins anecdotique à l’occasion. »

    Anecdotique ? C’est sûr que bon, c’est minime hein, le reste est tout à fait normal. D’ailleurs, je me demande pourquoi on a jamais un Spider-Man qui traite MJ de sale p*** et qui frappe sa tante … ce serait anecdotique en plus !

    « –> Là encore, quand tu dis que Miller est en pleine décadence et qu’il ne pense qu’au pognon, qu’il n’est pas « pro », etc, ce n’est pas « descendre » une oeuvre.
    Enfin, bon, tant pis, après tout comme tu le dis, c’est ton opinion. »

    J’ai répondu à cela sur l’autre sujet : on ne peut pas critiquer une oeuvre sans critiquer un moment donné l’auteur, c’est impossible. (ou alors on est pas objectif)

    En plus, tu le sais très bien : Millar, s’il est un Orwell du pauvre, c’est bien de Millar qu’il s’agit. Pourtant, c’est bien par apport à la critique de Red Son.

    Imaginons, allez, je vais dire : ASB est mauvais mais par contre, Miller a fait un travail remarquable dessus ?! (Bon, ça n’a pas de sens !)

    ASB est tout sauf une oeuvre d’une légende telle que Miller. Ce n’est pas digne de lui. On dirait même une parodie de toute son oeuvre. Tout y est too much. Et comment expliquer d’un taff de pro qu’il y ait eu, par exemple, de tels délais ? (Et Miller lui même dit bien qu’il n’avait pas encore écrit la suite, ce n’est donc pas la faute de Lee)
    Je ne reconnais pas du tout le talent du mec qui a fait Batman Year One, comment est ce possible ?

    « –> Comment puis-je les déformer alors que je les cop/col à chaque fois ? »

    Déjà, contrairement à moi, j’ai remarqué que tu cop/col uniquement certaines parties que tu sélectionnes là où moi je répond à chacun de tes arguments.
    Ensuite, tu donnes le sens que tu veux à mes propos : dire, par exemple, que ça flatte le lecteur de voir un perso se brosser les dents. Tu sais très bien que je ne suis pas en train de te dire ça. C’est petit.

    « –> Après tu diras que tu n’es pas de mauvaise foi…
    C’est toi qui part d’une oeuvre de Miller pour dire qu’il est devenu nul, tu avoues que tu n’as même pas lu ses trucs récents (dont « 300″), mais à part ça tu peux juger de sa décadence et c’est moi qui déforme tes propos.
    Peut-être que ce n’est pas ce que tu as voulu dire, mais moi je me fie à ce que tu écris, je ne suis pas dans ta tête. »

    Mais alors quoi ? En ayant lu Batman Year One, ses Daredevil, DKR, DKSA, Sin City et ASB mais pas 300, je ne suis pas à même de juger de l’évolution de l’auteur ?! …

    Merde alors, bon, je ne ferai plus de critique sans avoir lu l’INTEGRALITE de l’oeuvre d’un auteur à présent de peur de ne pas pouvoir juger correctement.

    En plus, 300, le film était réalisé par Miller non ? Donc, ça fait parti de son oeuvre tout autant que la BD si on va par là.

    « > Ou ai-je dit ça ?
    Là tu ne prends même plus la peine de sélectionner 1/10ème, tu inventes carrément. Bon, ça va plus vite, mais c’est moins rigoureux du coup. »

    Ah bon, donc ? Oui ? Non ? Peut être ?

    As tu aimé ou pas ? Si oui ou non, pourquoi ?

    C’est difficile de débattre avec quelqu’un dont on ne sait même pas les arguments ni ce qu’il pense de l’oeuvre.

    Mais c’est vrai que tu ne l’as pas dit. Mea Culpa.

    « –> Tu vois, c’est bien, tu y arrives. Je dis exactement la même chose en impliquant la logique dans les deux sens : ce n’est pas parce qu’il a écrit un truc qui ne t’a pas plu qu’il est devenu naze, cupide ou décadent. C’est sur tes généralités exagérées que je réagissais, pas sur le fait (évident) que tu aies le droit de critiquer n’importe quelle oeuvre. »

    Ah bah d’accord, je suis obligé de le dire comme ça pour me faire comprendre … Mais c’est ce que je dis depuis le début : c’est sur ASB que je trouve qu’il est naze, cupide (il faut bien trouver un intérêt, autant que ça lui rapporte à défaut d’écrire un chef d’oeuvre) et décadent. Néanmoins, je n’ai jamais dit que Miller était comme ça EN GÉNÉRAL ou SUR TOUTES ses oeuvres puisque ce serait en total contradiction avec le fait que j’aime d’autres de ses travaux. J’espère aussi qu’il recommencera à faire de bonnes choses du niveau de ce que j’ai aimé de lui et qui commencent à dater. Point final.

  11. « –> Tu vois, c’est bien, tu y arrives. Je dis exactement la même chose »

    et

    « Bon, ceci dit, vu que je trouve tes propos ahurissants et que tu ne sembles pas te rendre compte du fait qu’ils le sont, le mieux est encore que je m’abstienne de les lire. Après tout, on n’est pas obligé de tomber d’accord. »

    Contradictoire ? 😉

    Deux ligne avant, on est d’accord … Et puis finalement non, mieux, tu ne me laisses pas le temps de répondre et tu décides que tu ne veux plus débattre.

    Allons, reprend ton souffle.

    En tout cas moi j’aime bien débattre comme ça ! ^^

    Sans rancune Neault. 🙂

  12. Pffffiouuu.
    Bon.
    Vu que soi-disant je m’acharne sur un seul de tes brillants arguments, je me suis retapé la partie Kick-Ass du Podcast, en prenant scrupuleusement des notes. Déjà, entre parenthèses, je trouve ça fort que ce soit moi qui soit obligé de me faire chier à aller repêcher tes propos. Bref.
    Sur les 20 minutes dont tu parles, voilà tes exemples (et les arguments qui les accompagnent parfois).

    1) On commence par un truc étonnant, ta première attaque ne vise ni Millar ni Kick-Ass mais les gens qui ont apprécié Kick-Ass !!
    Argument de ta part : « ça me dépasse » (sous-entendu que l’on puisse apprécier)
    Intérêt : néant

    2) Le deuxième truc que tu relèves, c’est l’accroche en quatrième de couverture (« la plus grande BD de tous les temps »).
    Argument : un ricanement.
    Intérêt : néant

    3) La déferlante de violence
    Argument : « c’est de la violence gratuite », « pour les gens c’est cool »
    Là ok, c’est quelque chose qui peut se discuter mais tu ne dis pas pourquoi selon toi c’est gratuit. Tu n’expliques pas plus pourquoi la violence ici te dérange alors que tu la supportes dans d’autres séries (et si tu réponds « c’est meilleur dans d’autres séries », je te signale que ce n’est pas un argument ça). Et je ne vois pas qui a pu te dire que les lecteurs trouvaient la violence « cool ».
    Intérêt : faible puisque non argumenté

    4) Les références culturelles (youtube est cité au moins quatre fois, ça t’a traumatisé ça).
    Argument : « Millar flatte les gens »
    Intérêt : néant
    Conseil : prendre un dictionnaire, rechercher la définition du mot « flatter »

    5) La promo des amis
    Arguments : 1985, AXM
    Là tu réussis enfin à trouver quelque chose de négatif et à l’expliquer à peu près correctement (encore qu’il y a un gros dérapage avec un « j’avais envie de foutre des baffes à ceux qui regardaient Buffy » dont on pouvait aisément se passer)
    Intérêt : moyen

    6) La vulgarité
    Même problème que pour la violence, Kick-Ass est bien moins vulgaire que bien des séries, en quoi le problème des dialogues (pas si grossiers que ça d’ailleurs) est-il plus important ici qu’ailleurs ?
    Intérêt : faible puisque non argumenté

    7) Le réalisme
    C’est le plus gros point négatif à mon sens de la série et tu parviens même cette fois à trouver des exemples valables.
    Arguments : la gamine qui manipule les sabres, les gangsters qui ne réagissent pas.
    Intérêt : élevé.

    8) La connerie supposée de l’ensemble
    Tu affirmes que « l’histoire est complètement con (sic) car complément surréaliste ».
    Argument : le jeune qui n’a pas de fric mais crame ses comics.
    Dire qu’un récit est « con », ça ne me semble pas une critique objective ou même intéressante. Quant à l’exemple des comics jetés, ça s’explique très bien d’un point de vue psychologique.
    Intérêt : néant

    9) Millar n’est pas novateur car Kick-Ass ressemble à Kill Bill (!!)
    Argument : les sabres, la présentation
    Intérêt : néant (ça n’a rien à voir avec le film mais même s’il y avait un vague cousinage, ça ne serait pas négatif pour autant)

    Voilà, s’ajoute à ça un truc qui vise Romita, ou tu dis que « c’est de la purée » en rigolant et en disant que tout le monde comprendra. Je dois être trop con, j’ai pas compris. Tu rajoutes qu’il « est là pour faire du fric » (lui aussi tiens).

    Donc sur tes 20 minutes de blabla, il n’y a que quatre points sérieux (la violence, le réalisme, la vulgarité, la promo) dont deux ne sont même pas argumentés.
    Et c’est de ces 20 minutes là dont tu es si fier et dont tu te sers ici pour éviter de nouveau d’argumenter ? Ben dis donc…

    Perso, si ça doit être tout le temps comme ça, je n’écouterai plus que les podcasts avec Mig (tout comme sans doute les « cons » qui aiment Kick-Ass ou Buffy).
    A la base, cette écoute doit être un plaisir, pas un calvaire, ce qui est le cas lorsque quelqu’un tente d’imposer sa vision personnelle des choses sans jamais parvenir à l’expliquer.
    Enfin, bon, ce n’est que mon avis, il y a certainement des auditeurs qui trouveront ton intervention « cool ».

    • « Vu que soi-disant je m’acharne sur un seul de tes brillants arguments, »

      Sur Kick Ass ? Depuis le début de cette discussion, oui, tu me parle juste de l’argument sur « youtube ». Donc je ne comprend pas du tout pourquoi d’un coup tu démarres au quart de tour comme ça ? En plus, « brillant », je n’ai jamais prétendu qu’ils l’étaient, j’ai juste dit qu’il n’y avait pas qu’un seul argument. Je ne comprend pas d’où sort cette soudaine colère à ce sujet, ni d’où ça part.

      « Déjà, entre parenthèses, je trouve ça fort que ce soit moi qui soit obligé de me faire chier à aller repêcher tes propos. Bref. »

      Mais je ne t’ai pas demandé de faire un compte rendu de mes propos, je te disais juste de réécouter car tu semblais dire que je n’avançais sur Kick Ass qu’un seul argument sur lequel je reposais tout.

      Bon, ensuite, il faut bien se rendre compte qu’on est deux à parler d’un bouquin, qu’on a un temps limité car on essaye de ne pas trop déborder pour faire un truc à peu près cohérent, et que donc, ça arrive souvent qu’on ne puisse pas développer chaque chose totalement. Rien n’est fait d’avance, c’est des réactions à chaud après lecture et jusqu’à maintenant, on dit texto ce que l’on pense, c’est ce qui m’intéressais avec ce concept mis en place par Steve et Mig.

      Donc, sur les divers arguments, on peut les prendre ou pas, y voir des choses ou pas, c’est comme à la TV, durant un débat avec un temps de parole limité, on ne peut pas non plus faire 1h sur le sujet. Bien sûr, on aurait pu et il y avait énormément de choses à dire, mais j’ai pris le temps imparti et j’ai casé un maximum de mes points de vue dedans, de manière à effleurer un maximum de choses sur lesquelles les auditeurs peuvent rebondir et se faire leur opinion.

      Alors développons justement puisqu’ici on en a le place :

      « 1) On commence par un truc étonnant, ta première attaque ne vise ni Millar ni Kick-Ass mais les gens qui ont apprécié Kick-Ass !!
      Argument de ta part : « ça me dépasse » (sous-entendu que l’on puisse apprécier)
      Intérêt : néant »

      Ça c’est de l’ironie, hein : je me demande qu’est ce qu’on peut aimer là dedans ? D’ailleurs je crois bien poser la question au tout début.

      « 2) Le deuxième truc que tu relèves, c’est l’accroche en quatrième de couverture (« la plus grande BD de tous les temps »).
      Argument : un ricanement.
      Intérêt : néant »

      Ah bon ? Pourtant lorsque toi tu mets en exergue des « Panineries », hop ! C’est magique ! D’un coup, d’un seul, ça a un intérêt ?!

      Tu es de mauvaise foi là, c’est flagrant, et j’essaye surtout de comprendre pourquoi ?

      Enfin bon, passons à la suite …

      « 3) La déferlante de violence
      Argument : « c’est de la violence gratuite », « pour les gens c’est cool »
      Là ok, c’est quelque chose qui peut se discuter mais tu ne dis pas pourquoi selon toi c’est gratuit. Tu n’expliques pas plus pourquoi la violence ici te dérange alors que tu la supportes dans d’autres séries (et si tu réponds « c’est meilleur dans d’autres séries », je te signale que ce n’est pas un argument ça). Et je ne vois pas qui a pu te dire que les lecteurs trouvaient la violence « cool ».
      Intérêt : faible puisque non argumenté »

      Je serais tenter de te dire : quelle autre série ? Je le disais dans le podcast, Kick Ass est d’ailleurs simplement pour « lecteur averti » comme l’est un mensuel X-Men. (Alors que Scalped est interdit au moins de 16 ans tout de même !).
      Dans certaines séries, par exemple dans Walking Dead, la violence SERT le propos. Les scènes les plus insoutenables sont celles où l’on assiste à une débauche de violence d’humains envers d’autres là où les attaques de zombies « choquent » moins car derrière il y a tout un message, une étude psychologique des personnages. Je dirais qu’ils sont totalement « découpés », « autopsiés » dans WD par la plume de Kirkman, là où Millar découpe des gens comme de vulgaires jambons dans Kick Ass sans que l’on se sente concerné puisque c’est juste des « méchants ». Qui plus est charcutées par une gamine de 10 ans qui en parait moins et avec deux sabres. Une gamine qui SORT DE NUL part, dont le profil psychologique n’est pas même dressé. Entre la violence d’un WK qui sert l’histoire et la violence gratuite d’un Kick Ass, il y a un monde.
      (Et, toujours pareil, il faut bien comprendre, que je ne pourrais jamais partir dans une telle comparaison durant un podcast … D’où l’utilité de débattre ensuite ici même)

      « 4) Les références culturelles (youtube est cité au moins quatre fois, ça t’a traumatisé ça).
      Argument : « Millar flatte les gens »
      Intérêt : néant
      Conseil : prendre un dictionnaire, rechercher la définition du mot « flatter » »

      Décidément, tu me hais donc à ce point ? 😉 (là je suis en train de sourire à mesure que je fais ma réponse car bon … tu regarderas toi la définition de « DISPROPORTIONNE », un peu comme ta réaction 🙂 Bon et sans rancune hein, tu me jettes un pic, je te renvois la balle … et en plus, je le fais calmement en développant comme tu le voulais !^^)

      Donc oui :
      « flatter, verbe transitif
      Sens 1 Louer exagérément pour séduire. Ex Flatter un ami. Synonyme charmer Anglais to flatter
      Sens 2 Présenter de façon avantageuse. Synonyme embellir
      Sens 3 Caresser avec la main. Ex Flatter un cheval. Synonyme caresser Anglais to stroke
      Sens 4 Affecter agréablement. Ex Ce plat flatte le palais. Synonyme procurer
      Conjugaison voir la conjugaison du verbe flatter »

      flatter : 16 synonymes.
      Synonymes allécher, amadouer, avantager, caresser, charmer, chatouiller, complimenter, courtiser, embellir, encenser, enjoliver, flagorner, louer, parfaire, procurer, vanter. »

      Alors déjà, sur youtube, ce n’est pas seulement une pseudo référence socio-culturel de notre temps et une mode, c’est une MARQUE.

      Là où Bendis fait dire à Clint Barton de mettre leur ITV filmé sur INTERNET, un Millar va explicitement CITER YOUTUBE. (D’ailleurs, cherche donc d’autres scénaristes citant Youtube … Je crois bien que Millar est le seul)

      Il y a une différence entre parler du net ou d’un podcast, et citer Facebook, Twitter ou Youtube dans le cas présent.

      En tout cas, moi j’en vois une que je viens de te montrer.

      On pourrait développer et dire qu’il y a aussi une différence entre un perso qui va dire : « monte dans la Mercedes ! » et « monte dans la voiture ! ». Maintenant, il est clair que la marque de la voiture ne parlera pas autant aux lecteurs qu’une référence aussi « actuelle » que youtube.

      Et Millar a ce coté agaçant dans Kick Ass de faire un catalogue de références socio-culturelles pour que certains lecteurs, avides de ce type de choses se sentent valorisé comme, lorsqu’à tort, ils le sont en étant sur le Twitter de je ne sais quelle starlette. Millar « charme » ses lecteurs en leur parlant de choses qu’ils aiment (séries TV, musiques ETC), et ainsi ratisse large. Mieux, en laissant penser que lui aussi aime telle ou telle référence, il les complimente. C’est comme lorsqu’un auteur que tu aimes dit en ITV que lui aussi écoute la même musique que toi, ça créé un lien, d’un coup on se sent plus proche, presque intime avec cette personne. Bref, il FLATTE son lectorat de cette manière.

      Donc, encore une fois, l’intérêt est nul si effectivement on ne saisit pas le sens de mon argument. J’espère qu’enfin, sur ce point, je me suis fait comprendre. (à défaut de l’accepter car on peut ne pas y voir ce que moi j’y vois aussi …)

      « 5) La promo des amis
      Arguments : 1985, AXM
      Là tu réussis enfin à trouver quelque chose de négatif et à l’expliquer à peu près correctement (encore qu’il y a un gros dérapage avec un « j’avais envie de foutre des baffes à ceux qui regardaient Buffy » dont on pouvait aisément se passer)
      Intérêt : moyen »

      Je crois que Steve développe ce point plus que moi, donc tout le crédit lui revient. Cela dit, mauvaise foi quand tu nous tiens : c’est évidement une blague, de l’humour, ahah, rigolo, drôle, clown et autre pouet pouet la vanne sur Buffy. Que celui qui ne blague jamais me jette la première pierre. Bon, par contre, on peut se lever du pied droit et ne pas en rire …

      « 6) La vulgarité
      Même problème que pour la violence, Kick-Ass est bien moins vulgaire que bien des séries, en quoi le problème des dialogues (pas si grossiers que ça d’ailleurs) est-il plus important ici qu’ailleurs ?
      Intérêt : faible puisque non argumenté »

      C’est ce qu’on appelle : « l’hôpital qui se fout de la charité », là. ^^

      Parceque bon, le mec me dit « faible puisque non argumenté » mais ça ne le gêne pas du tout de balancer un « Kick-Ass est bien moins vulgaire que bien des séries » ! 😉

      Ah bah, bel argument ! … Mais quelles séries par exemple ?

      L’argumentation ne se fait que dans un sens, j’adore. (d’ailleurs, je me demandais si au final tu avais lu ASB puisqu’à aucun moment finalement, tu ne le dis, ni que tu as aimé ou non, ni pourquoi … O_0 )

      La vulgarité, comme pour la violence, est « gratuite » dans Kick Ass là où elle se justifie dans un WD : que les protagonistes se querellent à grand renfort d’insultes (et encore, pas tant que ça) dans un WD, c’est assez normal vu les situations. Dans Kick Ass, je le rappelle, ça se termine quand même sur une gamine qui dit je crois « quelle salope ». Hop, comme ça, allez.

      « 7) Le réalisme
      C’est le plus gros point négatif à mon sens de la série et tu parviens même cette fois à trouver des exemples valables.
      Arguments : la gamine qui manipule les sabres, les gangsters qui ne réagissent pas.
      Intérêt : élevé. »

      Bon bah, champagne à ce niveau là ! ^^

      « 8 -La connerie supposée de l’ensemble
      Tu affirmes que « l’histoire est complètement con (sic) car complément surréaliste ».
      Argument : le jeune qui n’a pas de fric mais crame ses comics.
      Dire qu’un récit est « con », ça ne me semble pas une critique objective ou même intéressante. Quant à l’exemple des comics jetés, ça s’explique très bien d’un point de vue psychologique.
      Intérêt : néant »

      Eh bien tu viens toi même de résumer le pourquoi du comment du parce que : je dis que c’est con, car c’est surréaliste. Or, tu viens juste au dessus de valider mon point de vue que c’est effectivement surréaliste. Donc, par là même, tu appuies cet argument. Ensuite, sur l’exemple du gamin qui brûle ses comics, oui, c’est stupide, mais certes, ce n’est qu’un exemple. Seulement voilà, Kick Ass est vendu par Millar comme justement le premier comics « REALISTE »; or si c’est ça un comics réaliste, oui, je pense pouvoir dire que c’est con.
      S’il ne l’avait pas présenté comme ça, mon avis serait différent hein. Seulement, je juge sur ce qu’on nous vend et c’est bien normal.

      « 9) Millar n’est pas novateur car Kick-Ass ressemble à Kill Bill (!!)
      Argument : les sabres, la présentation
      Intérêt : néant (ça n’a rien à voir avec le film mais même s’il y avait un vague cousinage, ça ne serait pas négatif pour autant) »

      « PAS QUE ». Je crois que tu as du mal à voir qu’on ne pourra jamais être exhaustif sur un bouquin pareil en si peu de temps. Donc, évidement, il n’est pas novateur juste parceque j’y vois une ressemblance esthétique (car c’était juste sur le logo, la couverture et le « découpage » de certaines scènes) avec un Kill Bill. Il n’est surtout pas novateur parcequ’au final, Kick Ass n’est pas du tout le premier comics réaliste, il est comme les autres comics.

      « Voilà, s’ajoute à ça un truc qui vise Romita, ou tu dis que « c’est de la purée » en rigolant et en disant que tout le monde comprendra. Je dois être trop con, j’ai pas compris. Tu rajoutes qu’il « est là pour faire du fric » (lui aussi tiens). »

      3 choses :

      1- Tu as toi même critiqué Kick Ass en rigolant du fait que Panini nomme Romita Jr « meilleur dessinateur » et là, je « vise » Romita comme si j’étais un méchant qui allait le descendre. Or j’appuyais le fait que je ne le trouvais justement pas très en forme sur Kick Ass.

      2- Si tu étais calme et reposé, tu aurais compris (comme Steve durant l’enregistrement) que « la purée » faisait référence à la scène avec Hit Girl qui charcute 10 mecs. C’était une blague. Rien que ça. Mais le fait qu’elle ne t’atteigne pas me conforte dans l’idée que, pour une raison qui m’échappe, tu parts en vrille alors qu’on ne fait que parler comics, qui plus est d’un truc d’un auteur que, selon tes dires, tu n’apprécies pas vraiment. Je suis navré, mais je ne pourrais rien faire d’autre à part essayer de développer comme je viens de le faire. Je ne vais pas t’envoyer des fleurs et un mot d’excuse non plus ! 😉

      3- « Tu rajoutes qu’il « est là pour faire du fric » (lui aussi tiens). »

      Il faut savoir : en haut de page, tu dis toi même que « c’est normal », que « le boulanger » ou le « chauffeur de bus » aussi. Puis, après quelques échanges, changement d’humeur : ça devient scandaleux de dire ça.

      Le problème n’est décidément pas Kick Ass ou Millar ou Romita. C’est moi. C’est évident. Et oui, je sais que je suis énervant car, contrairement à beaucoup, je vais jusqu’au bout de ma pensé. ^^ (et toi aussi, d’où le présent problème à mon humble avis)
      Mais est ce vraiment utile de se fâcher comme ça ? hein, franchement.

      « Donc sur tes 20 minutes de blabla, il n’y a que quatre points sérieux (la violence, le réalisme, la vulgarité, la promo) dont deux ne sont même pas argumentés. »

      En 20 minutes il y a ce qu’on peut dire en 20 minutes ! ^^
      Eh oui, c’est con mais on serait bien à mal de parler en vitesse accéléré ou autre et comme je viens de le faire, rien n’empêche de développer les points soulevés, parfois juste en ébauche durant l’enregistrement, ici.

      En plus, tu viens de montrer qu’en 20 minutes, je soulève donc environ 10 points sur divers aspect de l’oeuvre. Comment pourrait on parvenir à les développer en si peu de temps ? D’où l’utilité des commentaires où rien ne limite le débat après écoute. En plus, je suis sympa, je prend un temps fou pour te répondre point par point. Je serais « méchant », je demanderais à Steve de tout effacer comme certains !;-)

      « Et c’est de ces 20 minutes là dont tu es si fier et dont tu te sers ici pour éviter de nouveau d’argumenter ? Ben dis donc… »

      Pardon ?!?!

      Je n’ai jamais refusé d’argumenter, la preuve : tous mes messages « king size » au dessus. C’est toi qui te braques plus haut. Pas moi !

      Et, pareil, je n’ai jamais dit que j’étais « fier » de cette critique. Pour la énième fois, le but est d’enregistrer un truc pas « fait d’avance », type « on refait le match » transposé aux comics. Donc je ne prépare pas d’argumentaire, et je le fais juste parce que ça me plait.

      « Perso, si ça doit être tout le temps comme ça, je n’écouterai plus que les podcasts avec Mig (tout comme sans doute les « cons » qui aiment Kick-Ass ou Buffy). »

      Allons bon : premièrement, je ne vois pas pourquoi ce serait « tout le temps comme ça » surtout que c’est la PREMIÈRE fois que je me permet de critiquer un comic de cette manière. Ensuite, ça fera plaisir à Mig, bon d’accord (^^). Et pour terminer, c’est une réaction puérile, calmons nous, on est au dessus de ça (et puis ça en fera rire surtout certains, ne leurs donnons pas ce plaisir) surtout que je n’ai pas dit ce que tu me fais dire, c’était une formule ironique pour dire « qu’est ce qu’il y a de bien là dedans ? » comme je te le disais plus haut. (Et Buffy, c’est une blague, surtout que je n’ai jamais regardé).

      « A la base, cette écoute doit être un plaisir, pas un calvaire, ce qui est le cas lorsque quelqu’un tente d’imposer sa vision personnelle des choses sans jamais parvenir à l’expliquer. »

      Lorsque j’ai dit que l’oeuvre de Miller était « grandeur et décadence », tu trouvais ça exagéré, je te retourne la question : n’en fais tu pas un peu trop ?
      « un calvaire » ! 0_0

      En plus, un calvaire, semble t’il, lors d’une seconde écoute, alors que la première c’était bien passé ? Ce qui montre bien ton état d’esprit du moment. On est pas d’accord, donc, hop, tout devient noir alors qu’au début, tu disais juste « Lol, Kick Ass, moi j’ai bien aimé ».
      D’ailleurs, tu remarqueras je ne t’ai pas demandé d’écrire un roman pour te justifier d’avoir aimé, de me donner des arguments, de me faire un exposé de 20 minutes dessus etc…
      Je suis bien sympa de répondre en autant de lignes à quelqu’un qui, depuis 24h n’arrête pas de dire que je n’ai aucun « argument », que je tente d’imposer (on se demande à qui ?) ma vision des choses sans JAMAIS L’EXPLIQUER » C’est un peu fort. C’est être dans le déni lorsqu’on voit la quantité de texte que je pond pour te répondre et que je m’efforce à m’expliquer (me justifier même) dans les moindres détails ! lol

      Bon, après la balle est dans ton camp.

      Je n’ai aucune amertume. Et s’il y a bien un truc qui me dépasse plus que l’on puisse trouver un intérêt à Kick Ass, c’est bien cette situation absurde qui me laisse perplexe. Je ne vois pas comment on en arrive à de telles extrémités, surtout si soudainement et avec effet à retardement !

      Dans tous les cas, je suis là si tu veux reprendre le dialogue.

      Passe une bonne soirée Neault.

  13. Désolé de me mêler de ce qui ne me regarde pas, mais j’espère juste ramener un peu de cohésion dans l’équipe formidable que j’aime à suivre régulièrement.

    Depuis trois jours que vous vous crêpez le chignon, je m’étonne que personne n’ait encore réagi. Personnellement, je vous aurais donné des couteaux au bout du premier jour et j’aurais pris les paris. Le deuxième jour, s’il n’y avait toujours pas de vainqueur, je vous aurais plongé dans l’arène de Planet Hulk…

    Plus sérieusement, c’est bien d’argumenter vos réponse en reprenant les textes de l’autre, Mais je pense qu’il faut aussi savoir s’arrêter à temps et respecter l’avis de chacun. Vous imaginez si dans les débats télévisés, on laissait des armes dissimulées sur le plateau télé à l’intention des participants ? Je serai le premier à regarder l’Objet du Scandale, mais je ne suis pas sûr que la morale serait sauve.

    Ne devenons pas comme ces forums où les membres finissent par s’insulter et détruisent la réputation de leur site préféré. Nous partageons la même passion, bon sang ! J’ai plaisir à venir sur Comixity.fr, à lire les posts et les commentaires, et je n’ai d’à priori sur aucun de vous deux. Vos remarques sont construites et se tiennent, mais à force de trop décortiquer vos échanges, vous détruisez le sens même de vos critiques respectives.

    L’un de vous a un avis mitigé sur l’œuvre particulière d’un auteur, l’autre ne partage pas cet avis. La situation est-elle bien résumée ? N’était-ce pas aussi simple que cela ? Je suis heureux de voir que malgré vos différents, vous avez su rester polis et ouvert à toute réponse. Mais la réponse finale ne serait-elle pas de vous accorder sur vos divergences, en les respectant justement ?

    Une bonne poignée de mains, et on se retrouve pour le prochain post, qu’en dites-vous ? (Là généralement, c’est le moment dans les fictions où les ennemis de toujours se liguent pour supprimer l’importun que je représente avant de reprendre leur guerre éternelle.

    Bonne soirée les amis.

    • Salut à toi Jean-Lau !

      Au fait, ne t’inquiètes pas, c’est l’effet Comixity : tout parait plus amplifié, plus grandiose que ça ne l’est vraiment ! lol

      Au fait je suis en communication avec Neault sur le plan Astral et il devrait même apporter une nouvelle réponse à cette échange sous peu … ^^

      Mais tout va bien, il n’y aura pas de « Who’s side are you on ? » ici.

      « J’ai plaisir à venir sur Comixity.fr, à lire les posts et les commentaires, et je n’ai d’à priori sur aucun de vous deux. »

      Mais, sacrilège ! Et les podcasts ? Tu les écoutes j’espère ? 😉 (ce serait dommage lol)

      Merci de nous suivre et ne t’inquiète pas, tout va bien ! xD

  14. Bien sûr que je suis les podcasts ! J’en suis fan, je ne jure que par eux, je ne peux pas vivre sans eux !

    Comment ça, j’en fais trop ?

    Ok, alors : oui, je vous suis fidèlement et régulièrement, et si j’avais la moindre once de talent artistique, je participerai même au concours lancé dernièrement (si c’est pas une preuve que j’écoute les podcasts, ça…) ! En attendant, c’est toujours un plaisir de vous écouter et de partager vos avis… Ou pas ! ;p

    Mais quinze jours sans nouvelles c’est trop dur, je suis obligé de me rationner. Alors j’espère qu’il vous reste encore pleins de podcasts spéciaux en réserve à nous distiller ! Pour moi ce sera directement en intraveineuse s’il vous plaît ! Je veux ma dooooooooooooooooooooooooooooooooooose !

    Jean-Lau, drogué aux comics et n’essaye même pas de se soigner.

    • « Mais quinze jours sans nouvelles c’est trop dur »

      Mais, le dernier date seulement d’il y a 8 jours ! 😉

      ps : quel concourt ? … Steve m’aurait caché ça ? lol (ou ma mémoire me fait défaut)

  15. On n’est pas rendu avec cette histoire…
    Bon. On s’y recolle.

    « Depuis le début de cette discussion, oui, tu me parle juste de l’argument sur « youtube ». »

    –> Parce qu’à mon sens il est faux et que c’est cela qui me choque.

    « Je ne comprend pas d’où sort cette soudaine colère à ce sujet »

    –> Ce qui m’énerve, c’est que tu répondes toujours à côté, sans tenir compte de ce que je te dis. Donc, pour le coup, ça m’agace un peu, mais je ne suis pas encore en colère (sinon, je ne répondrais pas, ou du moins pas comme ça).

     » ça arrive souvent qu’on ne puisse pas développer chaque chose totalement »

    –> Excuse de « journaliste » ça. Déjà, si tu n’as pas le temps de parler de 7 sujets, tu n’as qu’à en faire 6. En plus, le podcast n’est en rien limité dans le temps. De plus, pour Kick-Ass, le temps que vous avez pris est énorme. Il y avait donc moyen de placer des arguments valables (le temps se réduit ceci dit quand on parle quatre ou cinq fois de youtube).

    « on dit texto ce que l’on pense, c’est ce qui m’intéressais avec ce concept mis en place par Steve et Mig. »

    –> Mais il n’y a AUCUN problème là-dessus. C’est ce qui me plait aussi dans la démarche. Mais jusqu’ici, que ce soit Steve ou Mig, aucun des deux n’avait avancé des opinions personnelles basées sur du vent ou des arguments falacieux.
    Encore que tu dises « je déteste Millar », bon, je sais que ce n’est pas ton cas, mais c’est une opinion perso qui en vaut une autre. Que tu dises « Millar flatte les lecteurs parce qu’il parle de youtube », c’est faux et injuste. Je réagirais de la même manière si une telle énormité était proférée par Steve ou Mig.

    « j’ai pris le temps imparti et j’ai casé un maximum de mes points de vue dedans, de manière à effleurer un maximum de choses sur lesquelles les auditeurs peuvent rebondir et se faire leur opinion. »

    –> Ben écoute, je pense que c’est raté puisqu’en reprenant tout, on ne trouve pas grand-chose sur quoi rebondir finalement.

    « Ça c’est de l’ironie, hein : je me demande qu’est ce qu’on peut aimer là dedans ? D’ailleurs je crois bien poser la question au tout début. »

    –> Mais, c’est de l’ironie ? Mais pourquoi ? Tu n’as encore rien dit sur le sujet et tu commences par de l’ironie ? C’est juste insultant en fait ou condescendant. Quand on se permet d’ironiser, en général, c’est après un minimum d’argumentation concrète. Là franchement, je ne comprends pas du tout ce qui motive tes attaques. Même à la seconde écoute.

    « Ah bon ? Pourtant lorsque toi tu mets en exergue des « Panineries », hop ! C’est magique ! D’un coup, d’un seul, ça a un intérêt ?!  »

    –> Heu, on replace les choses dans leur contexte : tu me dis que depuis le début je ne m’intéresse qu’à ta remarque sur youtube, donc je relève toutes tes interventions comme un bon élève. Là tu me réponds quoi ? Que je fais pareil avec Panini ? Ben non, moi Panini, quand je les critiques, j’indique pourquoi.
    Je n’ai pas de mérite ceci dit, je ne suis pas journaliste. Autrement dit, je préfère argumenter et transmettre des infos vérifiées plutôt que de me reposer sur une déontologie imaginaire et une absence de recherches.

    « Je serais tenter de te dire : quelle autre série ? »

    –> Des séries avec de la violence et des gros mots ? Ben, Preacher, Caliber, Powers, Losers, Criminal, Wanted, Scalped, Incognito, TWD, 303, Astro City, Loveless, The Boys, Sleeper…

    « Kick Ass est d’ailleurs simplement pour « lecteur averti » comme l’est un mensuel X-Men. (Alors que Scalped est interdit au moins de 16 ans tout de même !). »

    –> Une telle classification n’a aucun fondement légal en France, ou alors, j’aimerais bien savoir depuis quand et qui détermine le niveau de tolérance pour les oeuvres non pornographique. Panini, comme Marvel, applique jusqu’à preuve du contraire son propre barème interne (qui se résume la plupart du temps à foutre un macaron « pour lecteurs avertis » un peu partout).

    « Dans certaines séries, par exemple dans Walking Dead, la violence SERT le propos. »

    –> Oui, dans Kick-Ass aussi. Les conséquences de la violence y sont même bien plus développées.

    « là où Millar découpe des gens comme de vulgaires jambons dans Kick Ass sans que l’on se sente concerné puisque c’est juste des « méchants ».  »

    –> Voilà un vrai argument anti-violence concernant Kick-Ass, ça a été dur de te le sortir celui-là !

    « il faut bien comprendre, que je ne pourrais jamais partir dans une telle comparaison durant un podcast  »

    –> Ben tu sais, plutôt que de revenir quatre fois sur youtube, tu pourrais t’offrir le luxe d’un raisonnement argumenté et pertinent de temps en temps. Mais bon, il n’y avait pas besoin de comparer Kick-Ass à d’autres oeuvres pour évoquer sa violence de toute façon.

    « « flatter, verbe transitif
    Sens 1 Louer exagérément pour séduire. Ex Flatter un ami. Synonyme charmer Anglais to flatter
    Sens 2 Présenter de façon avantageuse. Synonyme embellir
    Sens 3 Caresser avec la main. Ex Flatter un cheval. Synonyme caresser Anglais to stroke
    Sens 4 Affecter agréablement. Ex Ce plat flatte le palais. Synonyme procurer
    Conjugaison voir la conjugaison du verbe flatter »

    flatter : 16 synonymes.
    Synonymes allécher, amadouer, avantager, caresser, charmer, chatouiller, complimenter, courtiser, embellir, encenser, enjoliver, flagorner, louer, parfaire, procurer, vanter. »
     »

    –> Donc ? Tu n’en tires pas la conclusion que parler de youtube n’est pas flatter ceux qui l’utilisent ?
    Alors, mon exemple de la brosse à dent n’a pas plu, soit.
    Donc, vu que j’écris un peu moi-même de temps en temps, si je mets en scène un perso qui écoute un podcast, tu crois que c’est une manière de flatter les gens qui savent ce que c’est ?
    Non, c’est juste une manière d’intégrer les dernières évolutions technologiques. Le premier type à avoir évoqué le Net dans un roman ne pensait certainement pas à flatter ses lecteurs. La flatterie (ce que fait souvent Millar en plus), ce n’est pas dire « regardez, je connais vos habitudes, on a des points communs », la flatterie c’est de dire aux gens qu’ils ont raison de penser ou d’agir d’une certaine façon. Youtube c’est un contenant, ça n’a aucune valeur en soi. C’est comme le téléphone ou la radio.
    Sans rapport de valeur établi, il ne peut y avoir flatterie.

     » Alors déjà, sur youtube, ce n’est pas seulement une pseudo référence socio-culturel de notre temps et une mode, c’est une MARQUE. »

    –> Et alors, certaines marques sont très connues, Google aussi c’est une marque. C’est un signe des temps, pas une marque de flagornerie.

     » D’ailleurs, cherche donc d’autres scénaristes citant Youtube … Je crois bien que Millar est le »

    –> Le mec qui a été le premier a cité le Net, c’était donc un vendu ?

     » Il y a une différence entre parler du net ou d’un podcast, et citer Facebook, Twitter ou Youtube dans le cas présent. »

    –> Ce serait ridicule de parler d’un domaine et d’en travestir le nom, juste pour des raisons de marque.

     » qu’il y a aussi une différence entre un perso qui va dire : « monte dans la Mercedes ! » et « monte dans la voiture ! ». »

    –> Il y a une différence, mais justement, elle peut en dire long sur un personnage. D’où l’intérêt de ne pas s’interdire certaines choses. Quand Dave devient populaire, c’est lié à Youtube, à la puissance du Net, etc. C’est actuel et de son âge, ça sert l’histoire.

     » Et Millar a ce coté agaçant dans Kick Ass de faire un catalogue de références socio-culturelles »

    –> Lesquelles ?

     » pour que certains lecteurs, avides de ce type de choses se sentent valorisé  »

    –> Mais non, tain, tu te sens valorisé toi si je parle d’une bagnole et que c’est la même que la tienne ? En quoi ça te valorise ?

     » Millar « charme » ses lecteurs en leur parlant de choses qu’ils aiment (séries TV, musiques ETC), et ainsi ratisse large. »

    –> C’est idiot comme raisonnement, et Millar a plein de défauts, mais il n’est pas con. Pourquoi diable se couperait-il d’une certaine partie de son lectorat en favorisant ouvertement une frange minime ?
    Et citer des trucs, encore une fois, ça ne valorise personne. Dans Wanted, en deux pages débiles à la fin, il valorise les demeurés qui pensent être « gentils », il suce les rebelles de salon à tel point qu’on sent l’odeur du sperme entre ses dents. Là, c’est de la flatterie. Mais dire, « ma machine à laver, c’est une Brant », je t’assure, tout le monde s’en branle.

     » Je crois que Steve développe ce point plus que moi, donc tout le crédit lui revient. »

    –> Non puisqu’en fait je n’ai retenu que tes propos.

     » Cela dit, mauvaise foi quand tu nous tiens : c’est évidement une blague, de l’humour, ahah, rigolo, drôle, clown et autre pouet pouet la vanne sur Buffy. »

    –> Super, c’est une blague, tant mieux, moi j’en reste à ton truc : « tu ne parles que d’un seul argument sur tout ce que j’ai dit dans le podcast », donc, en bon élève, je liste l’ensemble de tes sorties.

    « Parceque bon, le mec me dit « faible puisque non argumenté » mais ça ne le gêne pas du tout de balancer un « Kick-Ass est bien moins vulgaire que bien des séries » ! Ah bah, bel argument ! … Mais quelles séries par exemple ? »

    –> Preacher, Sleeper, Wanted, Girls, 303, Incognito, Scalped, 100 bullets, Loveless, Powers, The Boys…
    C’est bon ?

     » L’argumentation ne se fait que dans un sens, j’adore. »

    –> Pour l’instant, le seul à argumenter, c’est moi. Et encore. Je suis obligé de me justifier pour des évidences alors que l’on attend toujours tes arguments venant montrer en quoi Kick-Ass est plus violent ou vulgaire que des centaines d’autres comics, ou pourquoi Miller devient tout à coup pas pro, décadent, et intéressé uniquement par le pognon.

     » je me demandais si au final tu avais lu ASB puisqu’à aucun moment finalement, tu ne le dis, ni que tu as aimé ou non, ni pourquoi »

    –> Je n’en parle pas parce que ça n’a aucun rapport. Je ne suis pas en train de parler du fait que tu aimes ou pas une série ou un auteur. Je m’élève contre le fait que tu pars d’un point de détail pour en tirer une conclusion fausse puis en faire une généralité pour descendre un auteur et/ou son oeuvre.
    Que j’aime ou pas Millar, Miller, Kick-Ass ou je ne sais quoi, n’a aucune importance. D’ailleurs, c’est même plutôt bien tombé puisque je déteste Millar, je respecte énormément Miller, et je défends les deux de la même manière quand tu les traines dans la boue sans raison. Il ne s’agit pas d’une querelle basée sur les sentiments, mais d’une réaction de principe.

     » je dis que c’est con, car c’est surréaliste. Or, tu viens juste au dessus de valider mon point de vue que c’est effectivement surréaliste. Donc, par là même, tu appuies cet argument. »

    –> On est vraiment dans wonderland là. Même si je disais que telle oeuvre est surréaliste, en quoi est-ce que ça implique qu’elle soit « conne » ? Et, d’ailleurs, « con » n’est pas un argument, je ne puis donc aucunement l’appuyer.

     » Seulement voilà, Kick Ass est vendu par Millar comme justement le premier comics « REALISTE »; or si c’est ça un comics réaliste, oui, je pense pouvoir dire que c’est con. »

    –> Tu en es resté sur ça parce que sans doute tu avais un a priori négatif au départ. Perso, je ne vois pas en quoi Kick-Ass serait plus « con » ou moins « réaliste » que la plupart des séries actuelles. Quoi, on nous l’a vendu comme un truc à part ? Et tu y as cru ? Mais, on nous dit ça de TOUTES les séries ! Si on devait se borner à ça pour les juger, ça serait vite fait.

     » Seulement, je juge sur ce qu’on nous vend et c’est bien normal. »

    –> On te vend une histoire, un travail complet, et tu juges en fait la campagne de pub. Ce qui n’est pas si normal que ça.

     » Je crois que tu as du mal à voir qu’on ne pourra jamais être exhaustif sur un bouquin pareil en si peu de temps. »

    –> Qui te limite dans le temps déjà ? Personne. Et si tu es limité (malgré 20 minutes consacrées à ce seul sujet), eh bien il serait peut-être bien d’avancer l’essentiel (inexistant) et non le superflu (que tu mets toujours en avant comme cause de ton impossibilité d’argumenter en profondeur).

     » Il n’est surtout pas novateur parcequ’au final, Kick Ass n’est pas du tout le premier comics réaliste, il est comme les autres comics »

    –> Ok, ça c’est un début d’argument, pas tout à fait parce que tu ne cites pas d’exemples, mais on y vient.

     » 1- Tu as toi même critiqué Kick Ass en rigolant du fait que Panini nomme Romita Jr « meilleur dessinateur » et là, je « vise » Romita comme si j’étais un méchant qui allait le descendre. Or j’appuyais le fait que je ne le trouvais justement pas très en forme sur Kick Ass »

    –> Tu vois, c’est énorme que tu puisses à ce point confondre les choses. Moi, à aucun moment je n’attaque Romita (dont j’ai plutôt apprécié le travail ici), je m’offusque simplement du fait que Panini le présente comme le meilleur dessinateur de tous les temps (ce qui est un compliment débile et sans fondement) tout comme je m’offusque du fait que tu trouves Kick-Ass vulgaire ou Miller décadent (ce qui est tout aussi stupide et sans aucun fondement, comme ces longs échanges nous l’ont prouvé).

     » Si tu étais calme et reposé, tu aurais compris (comme Steve durant l’enregistrement) que « la purée » faisait référence à la scène avec Hit Girl qui charcute 10 mecs. C’était une blague. Rien que ça. Mais le fait qu’elle ne t’atteigne pas me conforte dans l’idée que, pour une raison qui m’échappe, tu parts en vrille alors qu’on ne fait que parler comics, qui plus est d’un truc d’un auteur que, selon tes dires, tu n’apprécies pas vraiment. Je suis navré, mais je ne pourrais rien faire d’autre à part essayer de développer comme je viens de le faire. Je ne vais pas t’envoyer des fleurs et un mot d’excuse non plus ! »

    –> Ah ben merde, si c’est de l’humour, je suis HS là. Bon, ben quoi ? Purée = hahahaha ?
    On n’a pas le même humour là.
    Faut demander à Steve de mettre un jingle pour tes blagues, ça évitera les confusions.
    Et, encore une fois, je ne « pars pas en vrille », je trouve juste normal de défendre le travail d’auteurs sérieux (que j’apprécie ou non) quand quelqu’un se permet de leur chier dessus sans JAMAIS rien apporter de valable à ses dires.
    Bon, mais on n’a pas la même conception de la critique, c’est tout.
    C’est pas grave.

     » Il faut savoir : en haut de page, tu dis toi même que « c’est normal », que « le boulanger » ou le « chauffeur de bus » aussi. Puis, après quelques échanges, changement d’humeur : ça devient scandaleux de dire ça. »

    –> Chez moi, effectivement, il n’y a rien de honteux à gagner sa vie en travaillant. Toi, tu fous le pognon à toutes les sauces, de manière négative, pour essayer de faire croire que le mec ne s’intéresse qu’à son compte en banque. Le fait même que tu puisses tenter de retourner ça en ta faveur est très lourd de conséquences quant à l’intégrité, déjà maigre, dont je te gratifiais encore.

     » Le problème n’est décidément pas Kick Ass ou Millar ou Romita. C’est moi. C’est évident. »

    –> Mais OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !!
    Depuis le début je te le dis que c’est ta manière de faire le problème, et pas du tout tel auteur ou telle série !!

     » Et oui, je sais que je suis énervant car, contrairement à beaucoup, je vais jusqu’au bout de ma pensé. »

    –> Ben on est vite au bout hein, comme tu as dû t’en rendre compte par rapport aux points soulevés sur Kick-Ass. Tu sais, être teigneux, c’est bien, mais faut avoir des munitions. Si c’est juste s’entêter sans raison, c’est stupide.
    Dans pas longtemps, tu vas nous faire une tirade à la Ruisseau en disant que je suis « jaloux » ! ;o)

     » Mais est ce vraiment utile de se fâcher comme ça ? hein, franchement. »

    –> Tain, mais arrête aussi de tout interpréter comme une fâcherie, de quoi veux-tu que je sois fâché ? Tu ne m’as rien fait. Je ne suis pas d’accord sur ta manière de faire, je le dis, tu ne l’acceptes pas, j’explique, tu nies le bien fondé de mes propos, je fais l’effort de tout détailler, etc, c’est chiant, virulent, mais bon, même si j’avoue que je commence à monter un peu dans les tours, je ne suis pas fâché. Certaines choses m’agacent mais si je fais l’effort de tout détailler, c’est bien que je ne suis pas en train de fulminer derrière mon pc. Je défends juste un principe essentiel (qui devrait même te préoccuper plus que moi).
    Ce principe de vérité et de justice ne dépend pas de ce que je pense d’une série ou d’un auteur mais de la manière dont on en parle. C’est cette forme, d’abord sur Millar dans le podcast, puis sur Miller en commentaires, qui me parait scélérate car injustifiée et particulièrement violente.

     » En 20 minutes il y a ce qu’on peut dire en 20 minutes ! ^^ »

    –> Tu as dis beaucoup de choses en 20 minutes, je les ai même listées. Et il n’y a quasiment rien de bon. Tu n’as pas manqué de temps mais de méthode.

     » En plus, tu viens de montrer qu’en 20 minutes, je soulève donc environ 10 points sur divers aspect de l’oeuvre. Comment pourrait on parvenir à les développer en si peu de temps ? »

    –> La plupart des points sont absurdes. Il n’y en a que quatre de valable, dont deux sans aucun argument.

     » D’où l’utilité des commentaires où rien ne limite le débat après écoute. »

    –> Mais à aucun moment tu ne justifies quoi que ce soit. Au contraire, c’est moi qui ait dû citer tes « points » dans le podcast, puis j’ai été sommé de citer des séries en exemple (sur la vulgarité), etc.
    Je ne vois pas en quoi tu as apporté quoi que ce soit à ce que tu défendais.

     » En plus, je suis sympa, je prend un temps fou pour te répondre point par point. Je serais « méchant », je demanderais à Steve de tout effacer comme certains !;-) »

    –> Déjà, je ne suis pas certain qu’il accéderait à ta demande, d’autre part, il ne s’agit pas d’être « sympa », si ça te gonfle, ne répond pas, on aura plus vite fait. D’autant que, très franchement, je passe beaucoup trop de temps sur du vent. C’est un peu parce que je te « connais » et que je ne veux pas foutre trop de bordel ici, mais les mêmes propos tenus par un parfait inconnu n’auraient engendrés aucun commentaire de ma part (ou alors des mises au point bien plus radicales).

     » Je n’ai jamais refusé d’argumenter, la preuve : tous mes messages « king size » au dessus. C’est toi qui te braques plus haut. Pas moi ! »

    –> Tu n’apportes rien de nouveau.
    Je ne sais toujours pas en quoi Kick-Ass est plus violent ou plus vulgaire qu’une autre série, ni pourquoi le fait d’inclure un développement technologique dans une oeuvre serait une volonté de flatter le lectorat.
    Par contre, à chaque fois que tu m’as demandé de me justifier, je l’ai fait, du coup, je me rends compte que c’est n’importe quoi. Le problème vient sans doute du fait que la rigueur n’est pas une façon de faire que l’on partage. D’où ma minutie et ta propension à dire tout et n’importe quoi.

     » Et, pareil, je n’ai jamais dit que j’étais « fier » de cette critique. Pour la énième fois, le but est d’enregistrer un truc pas « fait d’avance », type « on refait le match » transposé aux comics. Donc je ne prépare pas d’argumentaire, et je le fais juste parce que ça me plait. »

    –> Ah sur ça, on est d’accord. Heureusement que ça te plait encore !

     » premièrement, je ne vois pas pourquoi ce serait « tout le temps comme ça » surtout que c’est la PREMIÈRE fois que je me permet de critiquer un comic de cette manière. »

    –> Cette manière a été reprise très rapidement dans les commentaires pour descendre cette fois Miller.

     » Ensuite, ça fera plaisir à Mig, bon d’accord (^^).  »

    –> Ben tu sais, à la base, je ne le connaissais pas plus que toi hein. C’est parce que je l’apprécie que j’en viens à le connaître, pas l’inverse.

     » Et pour terminer, c’est une réaction puérile »

    –> Ah non, c’est la réaction de quelqu’un qui n’a déjà pas tellement de temps pour lire ou voir tout ce qui l’intéresse et qui fait le tri, en gardant ce qu’il estime le meilleur.

     » calmons nous, on est au dessus de ça (et puis ça en fera rire surtout certains, ne leurs donnons pas ce plaisir) »

    –> Mais, là encore il y a une incompréhension énorme. Je n’ai rien contre toi, je ne suis pas en train de te chier dessus, juste j’estime que ta manière de faire ne me convient pas, parce qu’elle est basée sur, en gros, de la médisance et non des éléments objectifs et prouvés.

     » Lorsque j’ai dit que l’oeuvre de Miller était « grandeur et décadence », tu trouvais ça exagéré, je te retourne la question : n’en fais tu pas un peu trop ?
    « un calvaire » ! 0_0″

    –> Ben, à la première écoute, ça allait. La deuxième a été vraiment pénible puisque, vu que j’étais vraiment attentif à tes propos, leur manque de pertinence m’a encore plus gonflé.
    Mais bon, tu voudrais que je te dise quoi ? C’était génial, tu m’as convaincu ? Ben non, c’était pas génial, tu m’as pas convaincu, on va pas se déclarer la guerre pour autant, mais c’est pas parce que je te connais ou que j’apprécie le podcast que je vais me taire.

     » Ce qui montre bien ton état d’esprit du moment. On est pas d’accord, donc, hop, tout devient noir alors qu’au début, »

    –> Ah ben évidemment, il n’y a plus aucune notion de plaisir puisque tu m’as indirectement demandé de réécouter ces 20 mn (bourrées d’arguments valables à tes dires, puis, dans un deuxième temps, tronquées par manque de temps).

     » tu disais juste « Lol, Kick Ass, moi j’ai bien aimé  »

    –> Je n’aurais pas aimé, ça aurait été pareil. A aucun moment je ne parle de la valeur de Kick-Ass, je m’en tape, c’est pas ça du tout le problème.

     » D’ailleurs, tu remarqueras je ne t’ai pas demandé d’écrire un roman pour te justifier d’avoir aimé, de me donner des arguments, de me faire un exposé de 20 minutes dessus etc »

    –> Lol, c’est une blague ?? Tu n’as fait que ça !!
    Alors que tu as été infoutu d’apporter quoi que ce soit à tes thèses foireuses, tu n’as pas arrêté de me demander de me justifer à tout propos, même sur des évidences, ce que j’ai eu la faiblesse de faire. Tu voulais des exemples de séries, je te les ai donnés, tu voulais que je me réfère à tes propos du podcast, je les ai répertoriés, à chaque fois que tu me refous mes soi-disant préférences sur le tapis, je te réexplique que ce n’est pas ça la question… franchement, j’ai été d’une patience qui m’étonne moi-même.
    Je dois couver quelque chose.
    Si ça se trouve, j’ai le choléra.

     » Je suis bien sympa de répondre en autant de lignes à quelqu’un qui, depuis 24h n’arrête pas de dire que je n’ai aucun « argument »,  »

    –> LOL, mais je te dis que tu n’as aucun argument parce que c’est le cas.
    Pis bon, bien sympa, attend, si tu ne me réponds pas, ça me va aussi hein. Tu crois que je quémande ou quoi ?

     » lorsqu’on voit la quantité de texte que je pond pour te répondre et que je m’efforce à m’expliquer (me justifier même) dans les moindres détails »

    –> Ah oui mais la quantité n’a rien à voir là-dedans, tu pourrais écrire pendant 15 jours les même conneries, ça serait très long, mais il n’y aurait pour autant rien de concret dedans.

     » Je n’ai aucune amertume. Et s’il y a bien un truc qui me dépasse plus que l’on puisse trouver un intérêt à Kick Ass, c’est bien cette situation absurde qui me laisse perplexe. Je ne vois pas comment on en arrive à de telles extrémités, surtout si soudainement et avec effet à retardement !  »

    –> Bon, ma conclusion était un peu sèche (quoi que sincère), de là à parler « d’extrémités », tu prends tout au tragique. Et ce n’est pas un effet à retardement, je réagis à tes propos actuels.
    J’en reste donc à ceci : tu pars (pour Millar puis Miller) d’un fait anodin, tu en tires une conclusion fausse, puis tu t’en sers pour généraliser à outrance en descendant un auteur et/ou son oeuvre. C’est cela que je n’aime pas, c’est cela que j’ai tenté de démontrer, en cédant à toutes tes demandes d’arguments, et c’est cela que tu te bornes à ne pas admettre.

  16. Bon, je vais répondre une dernière fois à certains points qui me paressent essentiels :

    « Déjà, si tu n’as pas le temps de parler de 7 sujets, tu n’as qu’à en faire 6. En plus, le podcast n’est en rien limité dans le temps. »

    Je ne compte pas les arguments vu que ça ce fait « sur le moment », je n’ai pas de liste de chose à dire, mais surtout, si, le podcast est limité dans le temps, Steve voulait que ça dure moins de 2h… Bon, bah encore raté ! ^^

    « –> Ben écoute, je pense que c’est raté puisqu’en reprenant tout, on ne trouve pas grand-chose sur quoi rebondir finalement. »

    La preuve que non : notre énorme échange là dessus et la dizaine d’arguments que tu as relevé sur lesquelles on rebondit.

    « Que je fais pareil avec Panini ? Ben non, moi Panini, quand je les critiques, j’indique pourquoi.
    Je n’ai pas de mérite ceci dit, je ne suis pas journaliste. »

    C’était une remarque de Panini en quatrième de couv. Il n’y a rien de plus à ajouter sinon que de rire du superlatif. (ce que tu fais remarquer souvent par ailleurs dans tes reviews). Comment expliquer pourquoi ? Je cite le superlatif : Panini nous dit de prime abord que Kick Ass est le « premier vrai super héros » ce à quoi nous démontrons que Kick Ass est totalement surréaliste et que donc cette manière de présenter les choses est erronée. Que puis je faire d’autre ? Je ne vois pas ce que le fait d’être journaliste vient faire là non plus, ça fait deux fois déjà. Je ne fais pas ce podcast en qualité de journaliste, juste en tant que fan de comics. C’est un loisir, pas un travail.

    « –> Oui, dans Kick-Ass aussi. Les conséquences de la violence y sont même bien plus développées. »

    Houlà ! Peux tu le démontrer ? A part dire : « jouer au héros, ça peut faire bobo », je ne vois pas en quoi c’est « bien plus développées » ?
    A coté, dans WD, on a par exemple des pages dans le dernier sur Rick qui fait une sérieuse introspection de son état et il délivre à son interlocuteur un fameux discours sur la violence et ses conséquences, justement.

    Si tu trouves que dans Kick Ass « les conséquences de la violence y sont bien plus développées », je suppose que l’on a pas du tout la même vision des choses.

    « –> Voilà un vrai argument anti-violence concernant Kick-Ass, ça a été dur de te le sortir celui-là ! »

    Et pourtant, la scène avec Hit Girl, on en parle en disant que c’est de la violence gratuite etc durant le podcast …

    « –> Ben tu sais, plutôt que de revenir quatre fois sur youtube, tu pourrais t’offrir le luxe d’un raisonnement argumenté et pertinent de temps en temps »

    Ah bah maintenant on en arrive carrément là ! Au prochain com, tu questionneras ma faculté à réfléchir correctement ?
    Ce qui est fort avec toi, c’est que c’est jamais dans la demi-mesure, mais toujours dans l’excès (un peu comme un Kick Ass ou un ASB donc ^^). Un coup tu adores, et puis il suffit d’un truc insignifiant pour que finalement ce soit tout pourrit au fait !

    « –> Mais non, tain, tu te sens valorisé toi si je parle d’une bagnole et que c’est la même que la tienne ? En quoi ça te valorise ? »

    Merci de me donner ça : non, moi je m’en fout, mais pour certain, avoir la même caisse de truc bidule qu’ils admirent ou s’habiller chez le tailleur de leur patron, oui, ça peut les valoriser. C’est même super commun de voir, par exemple, des fans de tel personne s’habiller comme lui. Est ce qu’ils se sentent valorisé ? Je pense que oui. Est ce mal ? non.

    « Pourquoi diable se couperait-il d’une certaine partie de son lectorat en favorisant ouvertement une frange minime ? »

    Justement, je suis en train de te dire qu’il ratisse large, donc l’inverse…

    « Mais dire, « ma machine à laver, c’est une Brant », je t’assure, tout le monde s’en branle. »

    Ahah … Effectivement, là oui, tout le monde s’en branle. Mais puisque tu en es à parler « machine à laver », tu mélanges torchons et serviettes.
    Comme je le dis, parler du net, n’en reviens pas à parler de Youtube. Pour moi, ce n’est pas juste pour faire réaliste qu’il y a autant de références. (et ça va m’être dur de les citer car je ne l’ai plus sous la main mais il y en a bcp de références socio-culturelles)

    « –> Pour l’instant, le seul à argumenter, c’est moi. Et encore. »

    Ahah… Oui et encore ^^

    « on attend toujours tes arguments venant montrer en quoi Kick-Ass est plus violent ou vulgaire que des centaines d’autres comics, ou pourquoi Miller devient tout à coup pas pro, décadent, et intéressé uniquement par le pognon. »

    Quand ai je dit que c’était « plus violent que des centaines d’autres comics » ?!

    Kick Ass n’est surtout pas présenté comme « violent ». A première vu, c’est juste « réaliste ». Preacher, par exemple, est remplie sur la couv de mots comme trash, délirant, gore, etc…

    La manière de présenter la chose est critiquable. On en parle bcp durant le podcast d’ailleurs.

    Ensuite, sur Miller, je ne sais pas quand du coup tu rédiges ces lignes, mais je t’ai expliqué mon point de vue (sur msn depuis), qui n’est pas sur Miller mais sur ASB spécifiquement.

    « Je m’élève contre le fait que tu pars d’un point de détail pour en tirer une conclusion fausse puis en faire une généralité pour descendre un auteur et/ou son oeuvre. »

    Et tu as vu que ce n’était pas le cas sur msn …

    « quand tu les traines dans la boue sans raison »

    Autant, mal comprise, ma phrase sur Miller peut choquer, autant, l’argument sur Youtube est tellement mineur que ce serait difficile de le « trainer dans la boue ». Pour quelqu’un qui ne semble pas apprécier et apporter du crédit à l’ensemble des journalistes, tu fais très presse à scandale là avec des termes et expressions comme « trainer dans la boue » ou « le calvaire », et lorsqu’on lis le tout, on s’aperçoit que tu emplois des mots super forts pour désigner des choses minimes. (Bref, Morandini hein … j’en connais un autre qui pourrait y bosser, hop, retour à l’envoyeur ^^)

    « Même si je disais que telle oeuvre est surréaliste, en quoi est-ce que ça implique qu’elle soit « conne » ? »

    Ça l’implique seulement si comme avec Kick Ass c’est justement présenté comme « réaliste ».
    Je pourrais dire c’est stupide ou idiot si tu veux. Mais effectivement, si ça se veut « réaliste », c’est mal barré.

    « Perso, je ne vois pas en quoi Kick-Ass serait plus « con » ou moins « réaliste » que la plupart des séries actuelles »

    Mais puisque le monsieur te dit que justement c’était dans le pitch que ça se voulait « réaliste » …

    « –> On te vend une histoire, un travail complet, et tu juges en fait la campagne de pub. Ce qui n’est pas si normal que ça. »

    Non, je fais STRICTEMENT la même chose que toi : je regarde ce qu’il y a écrit sur la couv ou dans la préface et je vois à la lecture si c’est vrai. Désolé, mais tu fais ça casi tous les jours.

    « Moi, à aucun moment je n’attaque Romita (dont j’ai plutôt apprécié le travail ici), je m’offusque simplement du fait que Panini le présente comme le meilleur dessinateur de tous les temps (ce qui est un compliment débile et sans fondement) »

    Bah moi non plus je ne l’attaque pas, et moi aussi je cite Panini en disant que c’est gonflé de nous balancer ça.

    « Faut demander à Steve de mettre un jingle pour tes blagues, ça évitera les confusions. »

    Eh bien peut être que tu vas rire là parcequ’on avait émis cette possibilité … à voir donc. ^^ (et Steve a rigolé de la purée ^^)
    On peut aussi avoir un humour de merde en plus de faire une critique de merde hein …

    « Quand quelqu’un se permet de leur chier dessus sans JAMAIS rien apporter de valable à ses dires. »

    Je ne chie pas sur Romita lorsque je dis que c’est par moment de « la purée ». Mais bon, là t’es dans l’hyperbole, je ne pense pas pouvoir de stopper.

    « –> Chez moi, effectivement, il n’y a rien de honteux à gagner sa vie en travaillant. Toi, tu fous le pognon à toutes les sauces, de manière négative, pour essayer de faire croire que le mec ne s’intéresse qu’à son compte en banque. Le fait même que tu puisses tenter de retourner ça en ta faveur est très lourd de conséquences quant à l’intégrité, déjà maigre, dont je te gratifiais encore. »

    Bon, là je me dis qu’on est même plus dans l’exagération, on est au delà. Pour un peu, et un lecteur qui débarque ici pourrait croire que je viens d’assassiner toute ta famille, tes amis, et mêmes les animaux domestiques … ^^
    J’imagine que tu avais rédigé cela « avant » que l’on ne se parle sur msn, puisqu’entre temps, je t’ai expliqué ce que je voulais dire sur Miller, ce a quoi tu m’as dis que vu sous cette angle, tu comprenait mon point de vue et que je ne parlais pas de l’auteur en général mais précisément de ce travail là.

    « Tu n’as pas manqué de temps mais de méthode. »

    Peut être. Ça arrive même aux meilleurs d’être mauvais. 😉
    En même temps, quitte à me répéter : c’est du tac o tac le podcast, il n’y a pas de méthode. On discute du comics comme autour d’un café avec un pote. La plupart des arguments viennent d’ailleurs en cour de route en rebondissant sur ceux de l’autre.

    « Je ne sais toujours pas en quoi Kick-Ass est plus violent ou plus vulgaire qu’une autre série, ni pourquoi le fait d’inclure un développement technologique dans une oeuvre serait une volonté de flatter le lectorat. »

    1- Je ne dis pas que c’est PLUS que d’autres. Je dis juste que c’est violent et vulgaire pour rien.
    2- Youtube n’est pas qu’un « développement technologique », et c’est justement pour ça que je prenais cette exemple et que j’essayais (en vain) de te montrer que j’y vois une différence avec Internet, un ordinateur etc C’est plus que ça. Et c’est ce plus que je décortique plus haut pour te montrer la nuance. Mais, encore une fois, cela reste un détail mineur.

    « juste j’estime que ta manière de faire ne me convient pas, parce qu’elle est basée sur, en gros, de la médisance et non des éléments objectifs et prouvés. »

    J’espère parvenir à te démontrer un moment que ce n’est pas le cas vu que pour moi c’est surtout un malentendu.

    « Bon, ma conclusion était un peu sèche (quoi que sincère), de là à parler « d’extrémités », tu prends tout au tragique »

    Lol : au fait je pense qu’on doit avoir à peu prêt le même comportement venant de quelqu’un qui me dit que je « prend tout au tragique » lorsque lui parle « de calvaire » ou de « trainer dans la boue » un auteur (c’est vrai que mon dieu, dire que Millar est un violeur, par exemple, et dire qu’il « oserait » citer, un moment donné, youtube, histoire de toucher une large portion de lecteurs, il n’y a aucune différence ! ^^)

    « J’en reste donc à ceci : tu pars (pour Millar puis Miller) d’un fait anodin, tu en tires une conclusion fausse, puis tu t’en sers pour généraliser à outrance en descendant un auteur et/ou son oeuvre. C’est cela que je n’aime pas, c’est cela que j’ai tenté de démontrer, en cédant à toutes tes demandes d’arguments, et c’est cela que tu te bornes à ne pas admettre. »

    Mais là, j’ai l’impression de parler à deux personnes différentes : on a bien parlé plus tôt sur msn ? Je t’ai bien expliqué ce que j’entendais sur mes propos vis à vis de All Star ? Donc là, on devrait en être justement plus à ce stade. Je ne vais tout de même pas cop/col le morceau de discussion sur MSN.

    Bref, moi ma conclusion à ce sujet sera de renvoyer les lecteurs à mon commentaire sur le dernier podcast où je clarifie mon point de vue à propos de Miller/ASB.

  17. Tain, je croyais que tu répondais « à quelques points », mais en fait tu as tout repris et tu es resté sur tes positions (alors que sur MSN puisque tu en parles, non, tu étais plus raisonnable).
    Donc je ne vais pas tout reprendre et redire exactement la même chose, cf mon post plus haut.
    Je persiste à dire que tes arguments sont inexistants et ta mauvaise foi évidente.
    Et OUI, te réécouter à été un calvaire. Parce que, contrairement à ce que tu dis, je n’ai pas trouvé 10 arguments mais 10 points que tu as évoqué, dont la plupart étaient ridicules et non fondés.
    Quant à Morandini, il fait partie de ta caste, pas de la mienne. J’utilise les termes que je veux, je t’em***** (ah ben ça y’est, je suis énervé, tu vois la différence ?) et je n’ai rien à vendre, donc il ne s’agit pas d’un effet de ma part.

    « Au prochain com, tu questionneras ma faculté à réfléchir correctement ? »

    –> Non, je ne me pose aucune question à ce sujet.

  18. Bon bon, le commentaire de Jean-Lau n’a apparemment pas suffit pour faire redescendre la tension. On a essayé la manière douce, maintenant ça va être la manière forte.

    Alors les gars:

    1. Les commentaires ne sont pas un forum ou une discussion MSN, ils sont là pour permettre aux lecteurs de réagir ENTRE EUX sur un article donné… Là vous squatter les coms pour ainsi dire, personne ne va oser émettre un avis que ce soit sur l’article ou sur votre débat, et c’est bien dommage…

    2. Trop de citations tue les citations, et ça rend vos commentaires vraiment indigestes à lire, j’en viens même à penser que la plupart font comme moi et survole vaguement le pavé que chacun publie tout à tour…

    3. Il faut accepter de ne pas avoir raison… Oui je sais que ce n’est pas facile, surtout sur Internet où l’anonymat donne des ailes mais y’a un moment où il faut faire la différence entre le débat et l’acharnement…

    4. En tant que webmaster, ce ne sera malheureusement pas Steve qui gueulera un bon coup mais moi, et là, je vous le dis clairement, vous pourrissez non seulement l’article avec vos coms à rallonge, mais vous décrédibilisez le sérieux et la convivialité d’un site que je pense vous appréciez tous les deux…

    5. Pour les amateurs de joute verbale, je garderai bien précieusement vos prochains commentaires afin de pouvoir publier un recueil de votre débat, pour les autres ne vous inquiétez pas, la suite de la discussion entre Néault et Mr Honny Bunny se tiendra en privé…

    C’est quand même dommage que j’en vienne à faire la maîtresse ici, mais vous ne m’avez pas laissé le choix, alors sans rancune les gars, votre discussion est terminée sur ce site.

  19. Bon cette fois-ci, c’est à mon tour de répondre et c’est moi qui suis énervé. Les premiers jours, je vous ai laissé débattre car le tout était resté courtois et encore lisible. Mais hier !! Le seul jour où je suis pris toute la journée et où je n’ai pas accès au net et les choses dérapent. La discussion a largement dépassé le stade du courtois et honnêtement ça commence à me courir sévèrement. Je viens donc de perdre un peu plus d’une heure à lire tout ça pour finalement en arriver au même point, vous n’êtes pas d’accord. Ça arrive, tout le monde ne peut pas être d’accord sur tout, sinon la vie serait particulièrement ennuyeuse.

    En revanche la chose que je ne peux pas tolérer est d’avoir à éditer des commentaires, même si ce n’est que deux fois dans tout ce tas. C’était la première, et j’espère bien la dernière, fois que j’ai à faire cela. Deuxième point gonflant : arrêtez de vous citer !!! Qu’on reprenne un passage ou deux je suis entièrement d’accord, ça permet de situer la chose exacte à laquelle on veut réagir. Mais que la moitié du commentaire soit de la citation, cela ne fait qu’embrouiller (surtout que vous pourriez utiliser des balises pour différencier le tout) et rend le tout totalement indigeste.

    Le but de départ de Comixity est l’envie de faire partager notre passion des comics à travers un média différent de ce qui se fait habituellement mais aussi provoquer un échange avec les auditeurs en fonction de leurs avis mais aussi pour nous corriger si nous émettons une chose fausse car oui, cela nous arrive de nous tromper ou d’omettre quelque chose. Nous n’avons pas la science infuse et ne prétendons surtout pas l’avoir. Je ne parle que pour moi là, mais mon avis n’est pas figé. J’aime aussi qu’on me corrige quand je me plante car je déteste dire des choses fausses ou que l’on m’offre un éclairage différent qui me permet d’ouvrir de nouvelles perspectives.

    Maintenant, que mon commentaire n’empêche surtout personne de réagir, ce n’est pas le but. J’interviens uniquement afin de remettre un peu de bon sens et de calme sur une discussion enflammée qui, je trouve, a plus que dérapé. Attention, je n’accuse personne du dérapage en particulier. Rappelez-vous cependant que l’article de départ était un simple résumé des annonces de la WonderCon. Que le sujet du débat s’éloigne du point de départ c’est tout à fait logique, mais au bout d’un moment, il faut raison garder (Yoda style :D).

    J’espère donc avoir été assez clair. Je remercie Jean-Lau de ses compliments mais aussi d’avoir essayé de calmer le jeu. Et pour Claire, finalement si je pousse ma gueulante aussi 😉

    Et pour finir sur une note plus joyeuse, je paraphraserai un des auteurs incriminés avec une des phrases les plus… comiques de l’histoire des comics :
    I’M THE GODDAMN ADMIN !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.