Unspoken VO : T.H.U.N.D.E.R. Agents 6

17485_400x600

Crédits :

Scénariste : Nick Spencer

Dessin : Cafu

Couverture : John Cassaday

Éditeur : DC comics

17485_400x600La série : les agents THUNDER travaillent pour les nations unies, et forment une équipe qui luttent contre les menaces terroristes inconnues de la plupart des autres super héros. L’un de leurs ennemis est l’organisation SPIDER. Dotés par leur agence de très grands pouvoirs, ces agents THUNDER ont une faiblesse de taille : leurs pouvoirs les tuent. De fait de manière régulière de nouvelles personnes doivent être recrutées pour endosser le costume. Après un premier arc dans lequel nous assistions au recrutement de nouvelles recrues après la disparition de la précédente équipe, ainsi qu’à leur première mission contre SPIDER, chacun doit faire face aux conséquences.

Avis : Nick Spencer a encore réussi !!! car je vous le dis tout de suite cette série est tout simplement l’un des meilleurs titres sortis en 2011 par DC comics. A l’origine T.H.U.N.D.E.R.S Agents est une vieille série des années 60 dont l’éditeur a récemment racheté les droits. Mais je pense réellement que connaître le passé de la série n’est pas nécessaire pour comprendre ce qui s’y passe actuellement. En effet le scénariste n’en reprend que la structure de base, avant de lui appliquer ses recettes narratives et ses idées pour en faire sa chose. Je ne suivais pas du tout le titre et je m’y suis mis il y a peu, mais j’ai été immédiatement scotché par la qualité du travail de Spencer et de son dessinateur. A partir de personnages vieillots et ringards, il arrive à créer une intrigue absolument passionnante.

Scénario :

Le scénario de cet épisode se distingue totalement des précédents. Les cinq premiers épisodes relataient la première mission de nouveaux agents, afin de récupérer le dernier survivant du précédent groupe kidnappé par SPIDER. Chaque épisode était centré sur un membre de l’équipe, on nous racontait ses motivations, son passé, tout en  présentant son action au cours de la mission. Cette narration bien particulière avait pour avantage de créer de l’attachement pour chaque membre, mais a considérablement ralenti la progression de la mission. Mais Spencer a pu se permettre d’agir ainsi pour deux raisons :

– d’une part comme je l’ai indiqué ces agents ont pour particularité de se voir confier des pouvoirs qui vont très vite les consumer. Chaque épisode nous permet de comprendre les raisons pour lesquelles ils ont accepté ce qui est une vraie mission suicide. D’autant plus que dès le premier épisode on nous révèle que tous les membres sont morts, les évènements décrits dans le premier story arc se déroulant 12 mois plus tôt. Nous savons donc que l’issue sera pour tous fatale. Nick Spencer parvient donc à développer très vite chaque personnage, à exposer les enjeux, et à créer un suspense haletant de part cet effet de compte à rebours mortel. Comment en sommes nous arrivés aux premières images du premier épisode ? comment les membres de l’équipe ont ils disparus ? leurs pouvoirs les ont ils tués ? ou l’un de leur ennemis ?

– d’autre part Nick Spencer nous balance une petite bombe lors du quatrième épisode, en nous révélant l’existence d’un traître, et son identité, au sein de l’équipe. Je ne vous dirai pas qui mais très sincèrement je peux dire que jethunder-agents-vol-2-20110411012016694-000 ne l’ai pas vu venir cette là !

Ces deux arguments rendent la lecture passionnante, ce n’est que à posteriori que l’on remarque que l’intrigue n’avance pas beaucoup  dans chaque épisode. C’est donc un vrai tour de force.

L’ épisode présent est lui totalement différent, maintenant que nous connaissons bien les personnages, le scénariste pose les bases pour son prochain story arc et implique de manière plus prononcée certains personnages. Je pense notamment aux agents Colleen et Toby, qui gèrent les Thunder agents. Ils sont dépourvus de pouvoirs et l’on sait déjà que Colleen va survivre, elle est la narratrice et c’est elle qui révèle dans le premier épisode la mort de l’équipe, mais elle est alors elle même en grande difficulté, Je dois bien dire que la dynamique entre Colleen et Toby fonctionnent à merveille, entre elle qui est un agent de terrain jeune mais expérimentée et lui qui est plus un commercial qu’un agent des nations unies. Alors qu’elle affiche un mépris ostensible à son égard au début, il semble qu’une amitié soit en train de naître entre eux. Mais nous découvrons dans cet épisode qu’ils ont chacun des secrets …

Je vous le dis cette série est géniale, bourrée d’idées, extrêmement agréable à lire. Pour le moment ce titre est sans doute le meilleur travail de Spencer chez un grand éditeur. Iron Man 2.0 est sympathique, mais on sent bien qu’il que le scénariste a plus de mal, notamment en raison de la dépendance du titre vis à vis de Tony Stark. Il y a encore besoin de définir l’identité du titre.

Dessin : Là aussi c’est du très bon. Il ne me semble pas connaître le dessinateur, Cafu, mais je peux dire que son travail est d’excellente qualité. Il représente bien les personnages, les scènes d’actions et les enjeux dramatiques. En fait je trouve qu’il y a un petit côté John Cassaday dans son trait.

Couverture : Ben justement la couverture est de John Cassaday. Ai je vraiment besoin de vanter les mérites de ce dessinateur de génie, je ne peux évidemment que dire que nous sommes nombreux à espérer le retrouver sur des pages intérieures

Note : 9/10 – MUST BUY – lisez là tant que DC comics publie la série, ils se sont montrés très vagues sur l’avenir de la série …


A propos Sam 1884 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.