Oldspoken VO : Bad Planet

Nonö : Bonjour à tous ! Nous accueillons avec ce nouvel Oldspoken un nouveau contributeur au site : Yno. Vous le connaissez dans les commentaires, il est très actif et il a également son propre blog : MisterFrankenstein.com. Alors, encourageons le !

Crédits :

Scénario : Steve Niles + Thomas Jane

Dessins : Lewis LaRosa + Tim Bradstreet + James Daly + Dave Kendall

Couverture : Tim Bradstreet

Éditeur : Image Comics (Raw Studios)
La série :

Bad Planet est une série de SF, un blockbuster héroïque et horrifique conçu par Steve Niles (30 Jours de nuit, Criminal Macabre), Tim Bradstreet (illustrateur de couvertures d’Hellblazer, du Punisher et de Criminal Macabre) et Thomas Jane (acteur dans The Mist, du Punisher de 2004 et modèle pour les couvertures de… Criminal Macabre – tout est lié).

Initialement prévue en douze épisodes, la série a été raccourcie en six suite à des soucis de santé de LaRosa et à une parution erratique (fin 2005 pour le premier épisode, fin 2008 pour le dernier !).

Les six singles ont été compilés dans un recueil classique et dans un recueil en noir et blanc.

Scénario : Tout commence en pleine crise de couple. Un couple de contrebandiers. Dans un vaisseau spatial. Dont l’une des deux créatures a une tête d’hippocampe tandis que l’autre arbore un faciès de chauve-souris porcine. Un couple de contrebandiers qui tente de tracter une grosse météorite avant que celle-ci, vivante, ne leur explose à la figure, les tuant sur le coup.

Évidemment, la météorite vivante décide de venir se crasher sur terre en larguant au passage deux arches de Noé remplies de créatures belliqueuses : arachnides, plantes carnivores, dragons extraterrestres, chauve-souris mutante et autres trucs géants qui coupent les gens en deux. L’ambiance est donc au film catastrophe dans les rues de Washington où l’un des deux OVNI est tombé. Les chaînes de TV relaient des infos qu’elles n’ont pas, les militaires classiquement bas du front se dirigent vers DC pour mettre fin à la menace pendant qu’une équipe d’irréductibles scientifiques se démènent pour se faire entendre des autorités.

Car le second vaisseau est tombé à Bloedriver, un coin d’Afrique du sud où se trouvent les scientifiques en blouses blanches – dont une scientifique sexy, intrépide et pas en blouse blanche. L’équipe de cerveaux investit le vaisseau et, par le biais d’un concours de circonstances digne d’un film à gros budget, envoie un SOS à un centre pénitencier extraterrestre. Et c’est justement de cette prison alien qu’un Phaedon prisonnier cherche à s’échapper. La créature de trois mètres de haut à la tête de pseudo-tortue va prendre le premier vaisseau en partance de la prison pour s’enfuir – vaisseau qui, vous vous en doutez, se dirige droit vers la terre pour aider les pauvres humains.

Si un Phaedon est un Predator qui a de l’humour, rencontrer une scientifique sexy, intrépide et affronter les insectes qui ont précédemment détruit sa planète va le rendre particulièrement sensible à l’utilisation de sa hache à deux mains…

Dessins : Dans les premiers épisodes, LaRosa est encré par Bradstreet et l’ensemble est très sombre, particulièrement réaliste et détaillé. LaRosa malade et quittant finalement le monde des comics, James Daly devient le nouvel illustrateur de la série. Lui-même est rapidement remplacé par Bradstreet et Kendall. L’ensemble souffre donc de ces multiples changements sans toutefois choquer outre mesure. On ne passe pas d’un trait hyperréaliste à un trait manga mais on constate tout de même une perte de qualité.

Le troisième épisode contient 14 pages en 3D et est étonnamment bien réalisé : même si ce genre d’effets reste de l’ordre du gadget, la profondeur est particulièrement bien gérée et rend le dispositif amusant.

Couvertures : Tim Bradstreet est un habitué des couvertures sombres et réalistes pour les jeux de rôle (Vampire The Masquerade) ou les comics urbains (Hellblazer, Punisher) et il se montre étonnamment à l’aise dans la représentation du héros monstrueux ornant toutes les couvertures. Celles-ci dégagent un réel sentiment d’étrangeté et de puissance. Elles se montrent autant iconiques que parodiques (voir la couverture très “pulp” du n°3).

Avis : Bad Planet c’est du Independence Day mélangé à Predator, c’est Men In Black qui rencontre Aliens, un comics en 16:9 qui joue sur les contrastes. Le trait réaliste et sombre contrebalance des éléments narratifs parfois grotesques. Forcément, ça ne laisse pas indifférent. L’ensemble possède un vrai charme autant qu’un goût de trop peu. On sent que l’intrigue était prévue pour durer plus longtemps, et le final est aussi rushé que les dessins. Ainsi, même si la série fait plaisir, le tout manque de punchlines et de grosses bastons pour le genre qu’il cherche à émuler (le gros film d’action à effets spéciaux spaciaux).

En l’état, Bad Planet reste un comics sympathique avec de bonnes idées mais qui n’a pas été entièrement au bout de son concept.

6/10 – Et c’est un Check It

A propos Yno 11 Articles
Auteur de JDR (Patient 13, Notre Tombeau chez John Doe), de nouvelles (chez Rivière Blanche, dans Malpertuis III) et de BD (Silences), pigiste (Casus Belli) et chroniqueur (Comixity), mais avant tout savant fou sur www.misterfrankenstein.com

6 Comments

  1. Bienvenue à toi Yno ! Superbe article, tu m’as donné envie de le lire… Fais gaffe, je vais finir par autant de detester que Sam ^^

  2. Alors ça y est, tu es toi aussi passé de l’autre côté! Chouette un mec de plus dans l’équipe ^^

    Article très bien écrit en tout cas, mais en même temps ce n’est pas étonnant vu le CV 😉

    Et tu verras, Sam est pas si ronchon que ça en vrai… ou pas!

  3. Bienvenue Yno ! Ca fait plaisir de voir de nouveaux contributeur. Je connaissais pas du tout Bad Planet, ça m’a donné envie ! Rien que la couv’ me fait de l’oeil déjà… Ha si seulement j’avais un budget illimité ! :'(

  4. Merci Merci !
    Freyjtaw. Garde toi le nom en tête des fois qu’un jour tu le vois passer à bas prix. Pour les couvs, elles sont toutes superbes et il y a eu un petit paquet de variantes pour une série si peu connue (oui parce que ça a mis tellement de temps à sortir que pour s’occuper la comm’ et les réimpressions des premiers épisodes se faisaient avec de nouveaux visuels).

  5. Intéressant… Les références dans ton avis final m’ont convaincu, d’autant que les dessins ont pas l’air dégueu. Est-ce qu’une sortie en VF est prévue ?

    En tout cas, merci à toi de nous faire découvrir de nouvelles séries, et bienvenu dans l’équipe ! 

  6. Merci ! Ouais les dessins sont pas mal du tout (bon vers la fin, c’est moins ça). Pas de VF prévue que je sache. Mais ce serait pas idiot qu’un éditeur se penche dessus. Le format en 6 est parfait pour un recueil.

Laisser un commentaire