Unspoken VF : Avengers 1

The Mighty Thor 1

Scénario : Matt Fraction

Dessin : Olivier Coipel

Avis : après les évenements des derniers épisodes, Odin décide d’envoyer son fils explorer les racines de l’arbre monde, mais bien évidemment ce petit voyage ne sera pas sans danger au moment où l’ombre de Galactus commence à planer sur Asgard.

A l’occasion du film sorti l’année dernière, et pour relancer des ventes qui se sont cassées la gueule avec le départ de JMS et Coipel du titre, Marvel a décidé de relancer la série Thor en maintenant Matt Fraction au scénario. Ben oui il avait été tellement bon sur le 1er arc…Bien que cela me démange fortement je n’ai pas particulièrement envie de descendre le scénario, non pas que celui-ci soit bon, mais parce que je comprends que Fraction a tenté de l’écrire comme un 1er épisode.

Mais soyons clairs, si vous n’avez pas lu le précédent arc, certains points de l’intrigue vont vous échapper. Mais sinon c’est du Fraction comme on connaît, c’est à dire que c’est très lent à se mettre en place, il ne se passe pas grand chose, et je n’ai pas eu une folle envie de lire la suite étant donné le peu d’impact de la fin de l’épisode. Il semblerait que le cliffanguer dramatique et Fraction, cela fasse deux. En fait je ne crois pas l’avoir vu une seule fois utiliser cette technique narrative malgré ces arcs à rallonge !

Côté dessin cela reste du très bon Coipel, bien qu’un détail me chiffonne, c’est le caractère moins recherché d’Asgard. Dans ses précédents épisodes, Coipel avait vraiment donné une culture et une identité architecturale, visuelle, vestimentaire à Asgard et à ses habitants. Là j’ai eu un sentiment d’un certain dépouillement, les décors sont moins poussés, voire pas du tout. Ce n’est bien entendu qu’un détail, mais je trouvais que cela ajoutait autrefois à la qualité du titre.

Captain America 1

Scénario : Ed Brubaker

Dessin : Steve McNiven

Avis : Cap se rend à Paris, avec Sharon, Nick Fury, et Dum Dum pour assister à l’enterrement de son premier amour, quand il empêche une tentative d’assassinat. La poursuite de l’auteur de l’attaque va nous replonger dans les derniers jours de la seconde guerre mondiale et nous révéler quelques membres oubliés de l’équipe de Rogers.

Là aussi film oblige, on a demandé à Brubaker de relancer Captain America, et si possible avec un dessinateur au style plus moderne que Butch Guice. Sans insulter ce dessinateur, dans les derniers épisodes que je lisais j’avais l’impression de lire une série des années 70.

Encore une fois Brubaker est allé planté son histoire dans l’ambiance de la seconde guerre, comme si Cap ne pouvait exister indépendamment de cette époque. je trouve personnellement cela inquiétant, car cela signifierait que Cap ne parvient pas à refléter notre époque et est obligé de puiser dans le passé en permanence pour se renouveler.

A part ça je ne vais pas à nouveau réitérer mes critiques répétées sur le Cap de Brubaker, auquel je n’accroche plus depuis belle lurette. Mais au moins nous pouvons louer le boulot de Steve McNiven dont le style est bien meilleur que sur ses derniers travaux, que ce soit Old Man Logan ou Nemesis. Bon c’est vrai dans le cas de ce dernier c’était pas dur. En ce qui me concerne je trouve qu’il a beaucoup rapproché son style de celui de Travis Charest, tant dans le trait lui-même que dans la construction de pages.

Si ce n’était pas un relaunch, je dirai que c’est une intrigue assez banale. Mais au moins le dessin est vraiment bon.

The Children Crusade 1

Scénario : Allan Heinberg

Dessin : Jim Cheung

Avis : après des années d’attente les Young Avengers de Heinberg et Cheung sont de retour, et franchement on peut se dire « tout ça pour ça ? ». Lorsque l’histoire débute les YA tentent d’arrêter une secte extrémiste (dont le nom m’échappe et j’ai la flemme de regarder…disons des vilains interchangeables), qui aimeraient bien faire exploser une bombe atomique. Wiccan arrive à les arrêter mais au prix d’une démonstration de puissance qui va réanimer chez les vengeurs le syndrome Sorcière rouge.

Pour prévenir toute dérive ils décident de garder le jeune homme sous surveillance et sous bonne garde, mais ses acolytes en décident autrement et décident d’aller chercher Wanda pour l’absoudre de ses crimes.

Encore une fois c’est le dessin qui sauve un scénario poussif au possible, voire bourré de lourdeurs dans la narration. Dans l’ensemble ce n’est pas passionnant à lire, mais au contraire de Brubaker ou Fraction,  Heinberg sait au moins finir son épisode sur une fin qui donne envie ! je ne vous spoilerai rien mais disons que Wiccan et son frère reçoivent une visite familiale.

A noter que Panini  a cru bon de coller quelques petites histoires pour arriver au nombre de pages nécessaires. D’un côté les Young Avengers qui veulent rentrer dans le manoir des Vengeurs, et qui recoivent une leçon, et de l’autre on a la manière dont les FF percoivent l’intégration de Ben Grimm dans les Vengeurs. Ces histoires ne servent à rien, et dans le second cas on se demande pourquoi Panini l’a collé dans ce mag étant donné que tant New Avengers que FF sont publiés ailleurs, mais sont quand même agréable à lire…

Avis général sur le magazine : si la partie graphique dans l’ensemble est de qualité, on ne peut pas en dire autant du scénario qui n’est guère passionnant. Ce n’est pas non plus catastrophique, mais je ne suis pas sorti de cette lecture en me disant qu’il me fallait absolument aller lire le numéro 2. Donc c’est à l’image de la production Marvel ces derniers temps, pas spécialement mauvais, mais rien qui ne reste vraiment dans les mémoires.

A propos Sam 1974 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.