Oldspoken : X-Men – Messiah Complex

 Crédits : 

0200710001193668160image_big

Scénario : Ed Brubaker, Mike Carey, Peter David, Graig Kyle, Christopher Yost,

Dessin : Mark Silvestri, Billy Tan, Scot Eaton, Humberto Ramos, Chris Bachalo

Couvertures : tout un paquet signées par David Finch, on aurait tous préféré l’avoir sur des planches intérieures mais bon…

Avis : la semaine prochaine,  Panini réédite  le premier crossover X de la décennie 2000, et le fait qu’il ne soit intervenu qu’au milieu de la décennie en dit long sur la gestion de la franchise.

Comme les lecteurs des années 90 s’en souviennent, les crossovers intra ligne chez les X-Men étaient monnaie courante à cette époque, c’était même la gestion normale de cette gamme. Uncanny et X-Men étaient alors les séries principales et chacune, outre les histoires en cours, gérait, en une montée en puissance progressive, des intrigues qui menaient au crossover de la ligne.

A la fin de la décennie 90, clairement ce système arrive à bout de souffle avec les tristement connus : The Twelve, ou encore Dream’s end. Cet essoufflement et donc cet abandon est aussi marqué par l’arrivée sur le titre de Grant Morrison, qui n’a aucune intention de se plier à cette discipline et mène sa barque dans son coin sans trop se soucier de ce qui se fait ailleurs. A ce moment Marvel a clairement une politique d’auteurs célèbres. A savoir que des gens comme Morrison sur les X-Men font ce qu’ils veulent et reçoivent peu d’injonctions du staff éditorial et les autres scénaristes bricolent derrière dans un désintérêt quasi total, ce qui amènera aux affaires des scénaristes qui n’avaient rien à faire là comme Joe Casey, Peter Milligan et bien entendu Chuck Austen.

Après le départ de Morrison, c’est clairement sur Whedon que les ambitions de Marvel se portent pour maintenir l’illusion que tout va bien chez les X-Men puisque hé dès qu’on pose une question sur la qualité, on peut renvoyer sur la série du scénariste en chef. Sauf que très vite AxMen accumule les retards et assez vite il apparaît qu’on ne peut plus cacher la forêt de problèmes de la franchise derrière un arbre a succès. Le staff décide donc de confier (enfin), le scénario des séries autrefois phares Uncanny et X-Men à des scénaristes qui ont fait leur preuves, avec d’un côté Ed Brubaker et Mike Carey.  Brubaker, déjà plus célèbre attire bien sûr l’attention et beaucoup d’attentes. Malheureusement son premier arc (rise and fall of the Shi’ar empire) est mal accueilli. Il faut dire que le scénariste se lance dans une « saga » qui n’a pas grand chose d’épique. Délayée sur 12 épisodes, son histoire ne démarre vraiment que dans les derniers épisodes et lui même semble se désintéresser assez vite de gérer les conséquences de son récit.

De fait avec un Brubaker peu inspiré, un Carey qui fait feu de tout bois mais qui n’a pas l’aura nécessaire pour relancer la machine et un Whedon aux abonnés absents (AXM prendra ainsi un an de pause entre les épisodes 12 & 13), il y a un peu péril en la demeure et il est clair qu’il faut reprendre les choses en mains.

xmen200finch

Pire la seule histoire véritablement source de conséquences pour la franchise X … ne se déroule même pas dans un titre ou un crossover X-Men, je parle bien sûr de House of M qui annihile d’un coup le run de Morrison et finit presque d’achever la franchise X-Men en réduisant le nombre de mutants à 198 et surtout en mettant les auteurs X au pied du mur. Même Bendis révélera que le choix de réduire ainsi la population mutante n’a été fait qu’en cours d’écriture ! et on sent bien ce manque de préparation avec l’arc Decimation qui restera dans l’histoire comme l’un des arcs les moins inspirés jamais écrits( et fera dire à beaucoup d’entre nous de manière collective « mais qu’est-ce que c’est que cette merde !!! »). Les scénaristes bricolent le temps de rebondir et si possible de réduire les conséquences de House of M (mais non Bobby n’avait pas perdu ses pouvoirs, c’était psychologique !!!).

C’est à cette période qu’arrive qu’Alex Alonso  sur la franchise X avec une mission claire : sauver le soldat mutant à unUncanny X-Men 493 moment où les Vengeurs de Bendis sont en pleine ascension. Il prend alors une décision courageuse, pleine de sagesse et tout à fait appropriée : aller piller le passé !!!! (ou comme il appelle ça respecter la continuité), c’est à cette occasion qu’arrive The Messiah Complex (oui parce que c’est quand même l’objet de cet avis…, je le rappelle au cas où vous l’auriez oublié il y a 10 min au début de la chronique…).

Scénario : le pitch de base est simple voire pas mal du tout : alors que la population mutante se lamente (beaucoup) sur son extinction désormais inéluctable puisque réduit à moins de 200 (pour info une espèce ne peut survivre en deçà de 500 individus, question de diversité génétique), un bébé naît avec un gene X actif, ce qui est censé être impossible. Débute alors une course poursuite pour retrouver l’enfant qui a à ses basques un paquet de gens pas gentils du tout qui voudrait bien la zigouiller, le tout dans une ambiance de massacre des innocents avec un traître parmi les mutants  inattendu dans l’histoire. A priori ça devrait être bien … sauf que ça l’est pas, mais alors pas du tout.

  1. la longueur, tout d’abord comme tout bon crossover qui se respecte : c’est 10 fois trop long et délayé comme pas permis !!! il faudra en effet pas moins de 13 épisodes pour arriver au bout, ce qui ne serait pas un problème si le récit était riche, avec des vrais twists, sauf que non.
  2. la pauvreté de l’histoire. Je disais au début que tout commençait avec une course poursuite… et c’est ça sur 10 épisodes. Tout le monde chasse Hope et tout le monde se rate en permanence, oh y a de la baston mais tellement pas intéressante, que vous pouvez sauter la plupart d’entre elles et ce pour une bonne raison.
  3. des méchants sans charisme : je ne sais pas trop qui s’est dit que les purificateurs feraient une bonne menace, mais ils sont ici surtout des méchants génériques, interchangeables au caractère méchant tellement caricatural qu’ils ressemblent plus à une blague qu’autre chose. Je passe sur le prédateur X qui aurait pu être intéressant mais qui est réduit au rang de monstre de bas étage.

    On se disait qu’il y avait de l’espoir quand on a vu réapparaître Sinistre et les Acolytes, on se dit a y est les classique sont de retour, ça va saigner ouaiiisss… ben non. Le but de Sinister n’est jamais clair, bon ça c’est pas nouveau, mais le pire est que le personnage crève comme une merde et sans qu’il n’y ait eu un quelconque plan de sa part…

  4. des traîtres ridicules : Gambit qui rejoint les Acolytes, oui sûr on n’y croit à plein tube !!! mais surtout le pompom est sans doute atteint avec LE TRAITRE : BISHOP !!! pour quelqu’un qui voulait respecter la continuité , Alonso s’assoie généreusement sur … ben absolument tout ce qui a été écrit sur le personnage en plus de 15 d’existence : lui qui avait sauvé les X-Men lors de l’ère d’apo, qui avait remonté le temps pour sauver les X-Men est celui qui au final les trahit … il pourrait y avoir une ironie cruelle là dedans, mais on ne fait que basculer dans le n’importe quoi du « vite il nous faut un traitre, qui qui c’est qui nous reste !!!! »
  5. enfin la mort de Xavier (oui encore) et la fin tellement ridicule du « plus de X-Men », mais oui mon gars on y croit !!!
Ma tête à la lecture de cette XXX
Ma tête à la lecture de cette XXX

Tout n’est cependant pas à jeter, la série qui s’en tire le mieux est sans aucun doute X-Factor, avec de vraies conséquences pour la série : Madrox et Layla envoyés dans le futur, torturés et enfin Layla abandonnée là bas. Le reste est juste une somme d’histoires peu inspirées, qui tentent de vainement recréer une magie passée qui a disparue faute d’auteurs qui ont vraiment fait leurs devoirs et d’un staff éditorial plus préoccupé par le fait de sauver les meubles que d’assurer un minimum de cohésion.

Messiah complex n’est par ailleurs que la première partie d’une trilogie, puisqu’on suivra ensuite le destin de Hope dans Messiah War (pas lu donc pas d’avis) et le bien plus inspiré Second Coming qui lui semble avoir retenu la leçon des errements de Complex. Je reprocherai quand même à S-Coming le recyclage à outrance d’intrigues passées, mais au moins il y avait du rythme et une histoire solide à défaut d’être originale.

Dessin : comme tout crossover, la partie graphique devient assez secondaire étant donné le nombre d’artistes qui travaillent sur la myriade d’épisodes qui se succèdent. A ce jeu là, il appartient un peu à chacun de retrouver ses dessinateurs préférés. Personnellement cela restera Chris Bachalo. Marc Silvestri qui signe l’épisode prologue fait clairement du service minimum et je l’ai trouvé bien moins inspiré que sur l’arc Here comes Tomorrow qui concluait le run de Morrison. Humberto Ramos fait lui du très bon travail et dans un style complètement différent, Scot Eaton signe une prestation honnête mais très efficace.

Le problème apparaît donc clairement, nous avons ici plusieurs dessinateurs aux styles complètement différents, certains plus portés sur le réalisme comme Silvestri, Billy Tan ou Scot Eaton et d’autres comme Bachalo ou Ramos s’inscrivent dans un registre complètement cartoony. Chacun est bon, mais le mélange est assez maladroit et nuit à donner une identité visuelle au tout.

Note : 5/10 – et encore je suis gentil (vous me connaissez le coeur sur la critique …)

A propos Sam 1791 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

13 Comments

  1. Pour ma part, j’en garde un assez bon souvenir.. le souvenir de ce qui était pour moi une des seules histoires potables de l’époque . J’en parle un peu sur mon site, pas formement aussi bien que Sam, mais c’est un avis tout de même (et c’est le mien):
    http://www.chezyannoch.com/comics_episodes_crossover.php?IDCrossover=4&NomCrossover=Messiah Complex
    Je reste tout de même étonné que Panini publie CE crossover, alors qu’il y en a de plus ancien qui me semblent plus interessants: Inferno, X-Tinction Agenda, X-Cutionner Song, ou même Fatal Attraction. Mais peut etre que je suis trop vieux, et me rattache trop à ces lectures qui ont marquées ma jeunesse !
    Enfin, c’est mon avis !
     

  2. Merci Sam, voilà exactement pourquoi j’ai laissé tomber les X-gens à cette époque !!!
    Très bonne analyse.
     

  3. Sans qu’il me marque grandement j’avais bien aimé ce crossover, le premier que je lisais d’ailleurs puisque j’avais commencé les comics au moment de l’arrivée de Morrison sur les X-Men. C’est assez vrai que seul X-Factor tire vraiment son épingle du jeu dans tout ça. La mort de Xavier est d’autant plus ridicule qu’il ressuscite… le mois suivant, avec la bonne vieille explication du « ah non en fait il est pas mort ! ». Au niveau des menaces présentent ça fait aussi pas mal « catalogue de la franchise », avec presque toutes les équipes de gentils et de vilains X présents.
     
    Les raisons pour lesquelles Bishop trahit l’équipe sont pas idiotes, c’est plutôt la façon dont d’un coup il devient un méchant pas beau infanticide qui l’est. Y a un truc qui m’a toujours chiffonné  c’est le fait que ce soit HoM qui soit responsable de l’arrivée de Bishop, parce que ce serait quand même dingue qu’il n’ait jamais parlé de cet évènement avant.
     
    Le manque d’unité graphique est aussi une grosse lacune du crossover, la plupart des dessinateurs sont bons mais quand on lit d’une traite on passe quand même un peu trop de coq à l’âne niveau illustrations. Et au risque de m’attirer les foudres de tout le monde, je n’aurais pas aimé voir Finch dessiner le crossover, je n’aime pas du tout les couvertures qu’il a faite pour l’occasion, même si ça doit surtout venir de l’encrage et des couleurs en fait.

  4. Bendis est indirectement à l’origine de ce merdier !
    Une série de Mutants sans Mutants ! Quelle Bonne idée !
    Et puis Cable n’est pas foutu de dire à son père pourquoi ce bébé est si important.
    Et Cable et Bishop ont la même Timeline maintenant ? Rappelons que Bishop remonte le temps 80 ans après la mort des Xmen et Cable 800 ans après…
    Casey a signé de très bons Xmen avant de faire fuir tout le monde avec sa série qu’il transforma en titre de Rogue. Dommage !
    Encore une fois je m’aligne complétement sur ton commentaire.
    Le pire est encore à venir : Fraction et l’insupportable Hope pleurnicheuse en chef…

    • Le fait que House of M ait en quelque sorte « vidé » les X-Men est vraiment clair. Comme je l’ai souvent dit, il est évident que la manière dont les conséquences de ce cross ont été géré par Marvel est l’un des pires management que l’on ait vu dans les comics

      Quand on lit (subit serait le terme exact), on se rend compte que les auteurs ont été prévenus à la dernière minute et ont faire traîner le temps de trouver quoi faire…

      J’ai récemment relu messiah complex en intégralité et cela était moins terrible que dans mon souvenir !!! le fait de tout lire d’une traite a sans doute aidé…mais on clairement là une histoire complètement incohérente : Bishop est un traître ? cela avait résolu au moment de Onslaught et le traître de ses souvenirs n’était pas Hope mais bien Xavier !!! si c’était Hope, pourquoi ne pas simplement buter la mère avant sa naissance ? pourquoi ne pas buter Wanda avant qu’elle ne perde le contrôle pour éviter House of M et donc l’avènement de Hope…dont la véritable nature n’a JAMAIS ETE EXPLIQUE !!!!!

      Je passe sur Sinistre tué comme une merde, alors que tous les pouvoirs combinés des X-Men l’atteignaient à peine…Cable qui effectivement ne s’allie pas aux X-Men sans explications à part « ouh là c’est dangereux ici !!! »

    • Ah oui c’était un arc dans X-Men Legacy, un arc de Carey. Il me semble que tout le truc était que Sinistre avait crée des plans de secours au cas où il mourrait pour que sa conscience puisse posséder un hôte. il revenait aux origines de Xavier et de Sebastien Shaw et révélait que pas mal d’enfants sur base de recherche atomique dont le nom m’échappe avait fait l’objet de recherches par Sinistre pour les modifier et qu’ils puissent devenir des hôtes ultérieurement.

      Etant donné les capacités de Xavier, le choix de Sinistre s’était porté sur lui, mais à l’issue de cet arc, c’est une très âgée assistante de Sinistre qui reçoit tout cela…Elle réapparaît ensuite dans la série X-23, mais je ne sais pas trop ce qu’elle est devenue ensuite…De toute façon par la suite Gillen a crée sa version gentleman anglais du XIXe siècle de Sinistre qui est toujours en fuite après avoir possédé la chargée relations publiques des X-Men (Uncanny X-Men 20 – Vol 2)

  5. Le site est Almagodo ou un truc de ce genre où avait travaillé le père de Xavier.
    L’assistante de Sinistre meurt, mais c’est ensuite une jeune femme qui prend la suite.
    Elle couche même avec Daken dans l’arc Original Sin.
    Sur mon blog cette semaine pas mal de rubriques Marvel qui pourrait t’intéresser. N’hésite pas à passer !

    • Les problèmes de timeline de Messiah Complex m’ont aussi fait bondir : le futur de Bishop a été annulé normalement dans les années 90, ça a été du rafistolage malhabile que de le lier à Hope !
      La conclusion de House of M proposait quelque chose d’intéressant, les mutants en plein boom devenant du jour au lendemain une espèce en extinction ça avait du potentiel, dommage que ça ait été si mal traité… Et qu’on ait non plus jamais eu d’explication de pourquoi 95% des mutants ayant gardé leurs pouvoirs étaient des X-Men ou affiliés (amis comme ennemis)… LE côté raffistolage de dernière minute s’est bien senti dans Astonishing X-Men où Whedon (qui de manière générale de toute façon ne cherchait pas trop à intégrer son titre, pourtant locomotive supposée de la gamme, aux autres séries mutantes) avec vite-fait une petite scène où Wolverine s’entraîne avec les quelques étudiants qui restent. Le (seul ?) bon côté de tout ça aura été quelques mini-séries comme Son of M ou The 198 qui ont été de très bons moments de lecture. Il ne faut pas non plus oublier les occasions loupées d’utiliser les événements de HoM dans les séries non-mutantes dont les héros avaient gardé les souvenirs de la réalité alternative, Spider-Man en tête où la seule exploitation de cette expérience traumatisante a été pour lui… une apparition dans Son of M… Vraiment dommage.

    • woooo l’autre hé !!! rien que pour ça je m’en vais commenter cette très bonne critique et j’invite tout le monde à me suivre !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.