ONLPQDC #3 : Person of Interest [série TV]

Crédits :

610x0-hsCréateur de la série : Jonathan Nolan

Acteurs principaux : Jim Cazaviel, Michael Emerson, Taraji P.Henson, Kevin Chapman

La série : John Reese est un ancien militaire à la dérive qui vit comme un clodo dans les rues de New York, qui est un jour contacté par un mystérieux milliardaire avec une offre on ne peut plus saugrenue. Cet homme qui se présente sous le nom de Harold Finch lui indique qu’il a construit une machine pour le gouvernement. Cette machine reliée au réseau global est suffisamment puissante pour réunir les informations sur les complots en cours contre la sécurité nationale. Cependant les informations sont légions et la machine fait une distinction entre  celles jugées pertinentes et celles non pertinentes.

Le gouvernement ne s’intéresse qu’aux atteintes à la sécurité nationale et délaisse les informations non pertinentes qui concernent les crimes violents impliquant uniquement des particuliers. Finch, qui n’est qu’un informaticien qui souffre d’une paralysie partielle, souhaite engager Reese comme agent de terrain pour déjouer ces crimes avant qu’ils ne surviennent. Peu enclin à faire le toutou pour un homme qu’il juge suspect, Reese décline d’abord l’offre, avant de se laisser convaincre car l’homme perdu cherche avant tout un but à son existence, une mission qui fera la différence. Cependant ces actions de bon samaritain vont vite attirer l’attention des autorités, d’autant que Reese n’hésite pas à tuer, qui vont assez vite le surnommer l’homme au costume.
C’est à l’occasion de l’arrivée de la série, mercredi 6 mars prochain,  sur une certaine chaîne de TV que je préfère éviter de nommer car je ne peux vraiment pas l’empaffer (notamment sa politique de diffusion … mais passons, bon allez je vous donne un indice, ça commence par TF et ça finit par 1), que j’aborde POI qui est sans aucun doute à l’heure actuelle l’une des séries les plus intéressantes sur les networks américains, je parle de networks uniquement, car les séries du câble ont d’autres standards (et d’autres moyens). Créée par Jonathan Nolan (oui le frère de …), la série se présente à la base comme un procedural comme un autre, avec des gentils d’un côté et les méchants pas beaux de l’autre. …sauf que bien évidemment si la série était si primaire, elle ne m’aurait pas tapé dans l’œil.
Person-of-Interest-person-of-interest-30633404-1920-1080

Une mission plus complexe que les apparences le laisse croire. 

En général la plupart des procedural se distinguent par leur côté « formule répétée dans chaque épisode », le cadre varie légèrement, de quoi apporter un peu de variation dans l’histoire, mais en général le fond reste le même. Il y a très peu d’évolution et les personnages ne sont connus qu’au travers de leur travail, ils ont plus un rôle fonctionnel (faire avancer le récit) qu’autre chose.

Dans POI, c’est un peu différent. Tout d’abord l’intrigue ne démarre pas avec un meurtre, mais avec un numéro de sécurité sociale1316871465_person-of-interest qui identifie une personne. Cet individu peut potentiellement être une victime mais aussi l’auteur du crime ! donc du coup la première partie de l’épisode est souvent consacrée à la définition de la POI de la semaine : victime ou auteur. Et il y a ici un certain plaisir à essayer de découvrir qui est quoi, qui est la victime, qui est l’auteur ? et les scénaristes aiment à nous surprendre de manière régulière.

Mais outre la victime de la semaine, ce qui rend la série passionnante est la manière dont les scénaristes font varier les situations de semaine en semaine, sachant qu’ils aiment compliquer les histoires pour les rendre imprévisibles, mélanger les intrigues de manière inopinée si bien qu’en général les 10 dernières minutes sont bien chargées en adrénaline car on ne sait jamais à quoi s’attendre.

Ainsi il est fréquent qu’un épisode banal, tourne en tout autre chose dans la dernière partie de l’épisode. En général c’est le passé des deux principaux héros qui vient interférer. Assez vite en effet les plus hautes autorités du pays vont comprendre que quelqu’un a accès à des informations de très haut niveau.

Des personnages complexes et une mythologie riche

La première force de la série est sans aucun doute ses personnages :

  • John Reese (Jim Cazaviel) : ancien des forces armées, mais aussi des services secrets, on apprend assez vite qu’il a effectué les basses besognes du gouvernement pendant des années. Si l’on pense pouvoir deviner son parcours au début de la série, on comprend vite que son passé est bien plus riche que ce qu’on pouvait imaginer et ses connexions avec les services secrets vont de manière régulière revenir hanter la série et le mettre en danger.
  • Harold Finch (Michael Emerson) : sans doute le personnage le plus intriguant de la série. Tout d’abord on comprend vite que son état physique est quelque chose de récent, puisque des flashbacks le montrent en parfaite santé à peine quelques années avant sa rencontre avec Reese. En outre on apprend très tôt dans la série, au début de la saison 1, qu’il s’est lui même fait disparaître de toutes les bases de données de la planète … avec une fortune considérable. Il dispose ainsi des parts dans des dizaines d’entreprises, banques et autres un peu partout. Ce qui agite la première saison est le sort de son associé et meilleur ami, décédé il y a quelques années dans des circonstances inconnues. Comme Reese,  le passé de Finch est entouré de mystères.
  • La machine : personnage à part entière, omniprésent et pourtant complètement invisible. Elle est omniprésente, car on voit de nombreuses scènes au travers de caméras de sécurité qui sont en fait … les yeux et les oreilles de la machine. Bien qu’elle n’ait aucun nom et que Finch s’évertue à l’appeler la machine ou système (ce qui la déshumanise complètement), on comprend très vite qu’elle est bien plus que cela et que Finch a sans doute conçu là non seulement la machine la plus complexe de la planète, mais aussi et surtout  une machine consciente, une forme de vie à part entière.


Des méchants à la hauteur

Person-of-Interest-serie-a-gagnerOn juge souvent un héros à ses vilains, en tant que lecteurs de comics nous le savons sans doute plus que quiconque et nous savons aussi que créer un bon vilain est sans doute l’une des choses le plus difficiles dans une série. Pourtant autant le dire POI a sans doute les meilleurs méchants que j’ai vu depuis longtemps dans une série TV. Bien que l’on ait le schéma du vilain de la semaine, certains se distinguent et ont un rôle régulier dans la série :

  • Elias : enfant d’un mafioso des années 60, Elias cherche à réunifier la mafia new-yorkaise et à ramener l’état des relations police/mafia à leur état de l’époque, à savoir un temps où les deux camps marchaient souvent ensemble, la police étant alors presque entièrement corrompue. Son introduction au début de la série est un grand moment tant son identité surprend. Je ne vous spoilerai rien, ni l’épisode où il/elle apparaît, ni vous dévoilerai même son gendre, mais croyez moi quand je vous dis que je suis resté sur le cul à la fin de cet épisode.
  • Root : mon méchant préféré de toute la série sans aucune hésitation !!!! : pirate informatique de génie (pratiquement du niveau de Finch voire presque un cran au dessus), est un(e) manipulateur de données, à savoir qu’il/elle fait en sorte de trouver des pigeons, les piège pour des crimes commis par d’autres et se fait rémunérer par les véritables auteurs. Son identité est d’abord un mystère révélé tardivement dans la série.  L’action de Reese et Finch va entrer en confrontation avec son « travail » et le/la forcer à disparaître un temps. Il/elle va alors chercher à comprendre comment ils ont fait et en déduire l’existence de la machine. Root est un personnage que j’adore vraiment (apparu dans 4 épisodes pour le moment ) en raison de son ambiguïté, de sa douce folie (il/elle est en fait complètement jeté(e)) et de l’acteur(trice) qui l’interprète, un choix de casting brillant ! on sent en plus que le scénaristes adorent le personnage également au vu de [SPOILER DONC JE NE PEUX PAS EN PARLER].

En ce qui concerne les méchants, en général on peut les séparer en deux catégories : les brutes épaisses et les planificateurs. Ceux qui connaissent le travail de Nolan sur la trilogie Dark Knight connaissent son penchant pour la seconde catégorie, et cela se retrouve dans ces deux personnages. Chacun est prêt si nécessaire à se mettre lui même en danger si cela lui permet de mener à bien sa stratégie ! stratégie ne général tout simplement brillante.

Des personnages secondaires attachants 

Bien entendu si la série reposait uniquement sur deux personnages ( + un demi avec la machine), ça ferait peu pour alimenter la série sur la durée, de fait des personnages secondaires gravitent autour des deux héros, avec des rapports différents :

  • Détective Fusco ( Kevin Chapman ) : flic ripoux au début de la série, il va avoir la malchance (ou la chance) de croiser le chemin de Reese .. qui va le faire chanter ! Fusco se retrouve obligé d’aider Reese sous peine de voir ses magouilles révélées au grand jour. Personnage dépassé par les circonstances, peu fiable au début (voir pas du tout, mais alors pas du tout), il va peu à peu rentrer dans le jeu et vraiment se montrer utile, renseignant souvent Reese sur les avancées de la police. Actuellement, les scénaristes attribuent au personnage un rôle plus comique, mais à surveiller car on sait qu’ils aiment nous surprendre de manière régulière.
  • Inspecteur Carter (Taraji P.Henson) : ancienne interrogatrice de l’armée américaine en Irak, elle fait partie d’une force d’intervention spéciale de la police de New York (comme cette ville aime s’en doter de manière régulière). Extrêmement intelligente, elle sera l’une des premières à faire le lien entre l’homme au costume et Reese. Au départ elle essayera de l’arrêter, mais au fur et à mesure elle comprendra ce qu’il essaye d’accomplir et alors (mais je ne spoile pas…).


Conclusion

En ce  moment la série en est à sa seconde saison qui est un cran au dessus de la première, les scénaristes prennent plus de risques, et cela se répercute du côté des audiences puisque POI est en train de devenir l’une des séries les plus regardées aux USA en ce moment, avec un public en 14 et 16 millions de téléspectateurs !!! ce qui de nos jours est tout simplement énorme, seule une ou deux séries font mieux. Je vous recommande donc chaudement cette série qui ne cesse de s’améliorer.


A propos Sam 1943 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

7 Comments

  1. il y a vraiment un côté Batman (et il y a plusieurs clin aux comics ) dans cette série et Jim Cazaviel ferait un parfait Bruce Wayne.

  2. Je suis tout à fait d’accord avec le côté Batman de la série, et c’est assumé ! le simple fait que le héros soit surnommé the man in the suit est une première référence !
     
    quand au prochain Batman, je pencherais plus pour Karl Urban, vu récemment dans Dredd, il a vraiment la carrure pour le rôle 

  3. du coup, j’ai regardé Karl Urban, et sans remettre en cause l’acteur, je crois qu’il faut un batman plus agé pour donner le change face aux dieux que sont superman et wonder woman, et je garde mon choix de Jim Cazaviel(que je ne trouvais pas très bon dans ces autres prestation) mais là, sa voix est juste parfaite (vo) sa carrure et son charisme en tant bruce wayne, allez affaire à suivre…
    merci pour vos podcast bien trancher, et pourquoi ne pas présenter la série qui a quand mm une autre gueule que arrow .
     

  4. Je ne suis pas trop fan des procedurals, mais vous m’aviez déjà bien donné envie de tenter cette série lorsque vous en aviez parlé dans le podcast spécial séries télé, dès que j’ai le temps je m’y mets ! Et puis j’adore ces deux acteurs en plus…
     
    @sam331 et maniox : Il y a déjà eu une rumeur pour Karl Urban dans le rôle de Batman il y a un an ou deux quand on parlait d’une série télé consacré au personnage une fois la trilogie de Nolan terminée. Mais c’est vrai que Jim Cazaviel serait pas mal dans le rôle !

  5. Bien joué ! du coup, j’ai regardé TF1 hier…. rhoooooo ! et j’ai vraiment bien accroché à la série ! très comics oui ce héros en costume qui met à mal des douzaines de « méchants » et autres ripoux ! et le milliardaire mystérieux et boiteux en side-kick ! « C’est moi qui vous recontacterai ». J’adore ! Danke ! 

  6. Je viens de commencer à regarder suite à toutes ces critiques élogieuses. En effet c’est très bon. Y a aussi un coté minority report et nikita 

  7. Je viens de me voir le pilote ( en blue ray )  et c  ‘est vraiment du concentré de Batman , il y a une bonne tension … je me demande si le nom de Finch n ‘ est pas un hommage au dessinateur 

Répondre à darklinux Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.