Guide de lecture Comics VF : semaine du 20 Janvier 2014

Guide de lecture Comics VF : semaine du 20 Janvier 2014

DELCOURT COMICS

Guide de lecture Comics VF : semaine du 20 Janvier 2014

MIDNIGHT NATION

MIDNIGHT NATIONDate de sortie : 22 Janvier 2014

Prix : 28€/320 pages

Scénario : J. Michael Straczynski

Dessin : Gary Frank

Sollicitation : David Grey est brutalement assassiné pendant une enquête. Mais il n’est pas tout à fait mort. Précisément, il se trouve dans une zone intermédiaire d’où il voit et entend les vivants. Alors qu’eux ne le perçoivent pas. Très vite, il va devoir entreprendre un voyage, une quête, limitée dans le temps, pour sauver son âme, sans quoi, il deviendra un de ces marcheurs décérébrés qui hantent les limbes.

Avis : après la réédition et la publication de la fin inédite en VF de Rising Stars et avant de s’attaquer à ses toutes nouvelles séries, Delcourt développe un peu plus son pôle JMS, avec la réédition en librairie en un tome d’un de ses travaux phares les plus connus et les plus réussis : Midnight Nation. En fait au tout début on pourrait dire que Midnight a gagné en reconnaissance …parce que JMS a réussi à la terminer et à bien la terminer et ce alors qu’au même moment il rencontrait les pires difficultés à achever Rising Stars changeant d’artiste comme de chemise, se fâchant avec Top Cow… et ainsi de suite pendant des années. En comparaison, MN a eu une vie facile, 12  épisodes, un récit complet avec une vraie fin, un seul artiste de très grande qualité qui est resté de bout en bout et des délais plus ou moins bien respectés.

Bref il est bien normal que la plupart des lecteurs et JMS lui même gardent un bon souvenir de la série. On peut même se dire que c’est le succès de ces 12 épisodes qui l’a amené à choisir ce format limité pour ses nouvelles séries. En effet tous ses nouveaux projets sont limités en termes de numéros et l’histoire est parfaitement définie à l’avance…bon ça n’aura pas empêché les ennuis sur Ten Grand…mais l’expérience aura fait réagir JMS assez rapidement permettant à la série de reprendre son cours assez vite.

Mais revenons à cette petite perle qu’est MN. Avec cette série JMS utilise le fantastique pour dresser un portrait social de l’Amérique et notamment de tous les exclus du rêve américain, littéralement tombés entre les fissures ! A ce titre il faut bien garder en tête que le récit date de la fin des années 90, donc je vous laisse imaginer ce que ce serait s’il écrivait cela aujourd’hui après des années de crise profonde aux USA (et partout ailleurs…) Comme d’habitude, JMS y mêle nombre de ses thèmes favoris, outre le social, comme la religion, le poids du destin et au contraître l’importance des choix des individus.

Bien évidemment, quand je dis récit à tendance social, vous avez tous une image miséreuse à la Germinal qui vous apparaît en tête. L’une des grandes forces du scénario de JMS est que justement il ne tombe jamais dans le misérabilisme pseudo-intello chiant que nombre de nos auteurs apprécient tant car ils croient que cela leur donnent une certaine image d’insoumis…Passons sur ces digressions…Au centre du récit, JMS fait toujours attention à ne jamais négliger ses deux personnages principaux, David et Laurel.

D’un côté David, flic qui veut récupérer son âme et qui doit traverser l’Amérique et nombre d’épreuves en routes pour tout simplement sauver son humanité alors qu’il est plongé en plein délire. David est certes présenté comme le héros, mais certainement pas comme un héros parfais et il prendra bien conscience de ses défauts, nombreux, en cours de route. De l’autre côté, vous avez Laurel, mystérieuse guide de David dans tout ce barroum qui en sait plus qu’elle n’en laisse paraître et dont la vraie nature ne sera révélée qu’en toute fin..bien que JMS laisse des indices assez évidents en cours de route.

Outre un scénario plus que réussi, JMS est accompagné par un Gary Frank très inspiré au dessin. A ce titre on peut vraiment voir MN comme un tournant pour lui en termes graphique. Avant cela il avait un style déjà bien affirmé , mais on ne pouvait pas penser qu’il deviendrait une star de l’industrie, c’est vraiment avec MN qu’il a commencé à changer de statut en faisant évoluer son style vers ce que l’on a vu ensuite sur Superman ou aujourd’hui Shazam.

Au fil des années JMS a écrit pas mal de choses, que ce soit du côté comics, TV ou encore ciné. Mais Midnight Nation demeure encore aujourd’hui l’une de ses œuvres les plus réussies.

Verdict : à posséder

Changing Ways T2 – Descension

Changing WaysDate de sortie : 22 Janvier 2014

Prix : 14.95€/120 pages

Scénario : Justin Randall

Dessin : Justin Randall

Sollicitation : Depuis la mort de leur mère suivi du départ de leur père, Jessie et son petit frère Alex vivent en marge de la société, dans un coin perdu de Mexico. Accompagnés de leur ami barman alcoolique et d’un mystérieux étranger nommé Ron, ils doivent mettre la main sur un certain Don Candillo, un indien Yaqui, pour les aider à affronter une invasion imminente, qui pourrait bien mener le monde à sa perte.

Avis : pas d’avis, je signale juste la sortie, je n’ai en effet pas lu le premier tome. En tout cas visuellement, cela a l’air superbe.

Verdict : pour ceux qui ont aimé le premier tome.

Le Maître voleur T2 – À l’aide !

Le Maître voleur T2Date de sortie : 22 Janvier 2014

Prix : 16€/144 pages

Scénario : James Asmus et Robert Kirkman

Dessin : Shawn Martinbrough

Sollicitation :  Conrad Paulson, alias Redmond, le plus grand des voleurs, se pensait à l’abri en planifiant son plus gros coup. Mais entre son fils qui veut lui prouver qu’il est lui aussi fait pour la cambriole et sa manoeuvre pour trahir le cartel qui tombe à l’eau, c’est peu dire que les choses ne se passent pas réellement comme prévu. Sans compter qu’il tire le méga jackpot : sa Némésis est à ses trousses !

Avis : là aussi pas vraiment d’avis car je ne suis pas cette série. Bien que j’apprécié en règle générale le boulot de Kirkman et que la série ait de bonnes critiques, le pitch ne m’attire pas plus que cela et avec 2 milliards de titres à suivre en même temps…ben faut faire des choix.

Verdict : pour ceux qui ont aimé le premier tome.

URBAN COMICS

BATMAN KNIGHTFALL TOME 5

BATMAN KNIGHTFALL TOME 5Date de sortie : 24 Janvier 2014

Prix : 28€/352 pages

Épisodes : BATMAN KNIGHTFALL NEW EDITION VOL.3 (2012)

Sollicitation : Assailli par de multiples visions, le nouveau Batman, Jean-Paul Valley a trahi son serment et la cause de son prédécesseur en tuant le criminel Abattoir. Bruce Wayne, remis de ses blessures, retourne à Gotham City. Mais il lui faudra encore subir un entraînement intensif pour pouvoir redevenir le seul et unique Chevalier Noir.

Avis : fin de la longue, trop longue pour pas mal d’entre nous, saga Knightfall avec ce 5e tome… du moins en principe !!! en effet ce 5e tome marque essentiellement la fin du règne de Jean Paul Valley sous le costume que véritablement la fin de cette longue saga, puisqu’on ne reverra vraiment Bruce Wayne reprendre le collier que le mois prochain au terme de la saga Prodigal…Il s’agit donc surtout de voir comment Bruce va se débarrasser de Jean Paul et terminer pas mal d’intrigues en cours. Malgré sa longueur, cette saga aura cependant été parfaitement découpé.

En cela on peut reconnaître et remercier le travail édito de Denis O’Neil et son équipe pour avoir su garder le cap de cet énorme mastodonte qui s’est épanché sur des centaines d’épisodes. Ainsi dans le tome 1 nous avions la chute de Bruce Wayne/Batman face à Bane. Dans le tome 2 nous avions l’ascension de jean Paul Valley dans le rôle de Batman et son couronnement avec sa victoire (ultra violente) sur Bane…c’est par la suite que les ennuis commencent.

En effet les tomes 3 & 4 se concentrent sur deux fronts, d’une part la manière dont Jean Paul assume son rôle et essaie d’être un meilleur Batman (si vous voulez dire supérieur ça vous regarde…) et de l’autre un petit segment est consacré à Bruce dans une interminable quête pour sauver son médecin personnel… Or il faut bien dire que ces deux arcs parallèles n’ont guère été passionnants, avec pas mal d’ennemis peu charismatiques. A ce titre on retiendra essentiellement les anciens ennemis, comme Scarecrow…Sinon les nouveaux semblent tous êtres des psychopathes sans grande profondeur ou attrait comme Abattoir. A ce titre le tome 4 marquait tout de même un tournant avec d’un côté la guérison de Bruce et de l’autre la plongée dans la folie de Jean Paul, qui finit par franchir la ligne jaune en laissant périr Abattoir (que personne ne regrettera…).

Nous voici donc arrivés au long de cette longue épopée de presque 2000 pages (oui quand même)…mais on ne soufflera pas longtemps, puisque après il restera Profigal, puis nous débuterons la prochaine grande saga des années 90 des titres Batman, avec le prologue Cataclysm et enfin la giga longue saga No Man’s Land !!!

Verdict : à posséder pour avoir la collection complète et voir la presque fin…

LA LAME D’ AZRAEL

LA LAME D’AZRAELDate de sortie : 24 Janvier 2014

Prix : 15€/144 pages

Scénario : Denis O’Neil

Dessin : Joe Quesada

Sollicitation : Jean-Paul Valley, étudiant de Gotham City, découvre que son père n’est autre qu’un exécuteur à la solde d’un culte mystérieux : L’Ordre de St Dumas. Appelé Azrael, Jean-Paul revêt une armure de combat et s’oppose bien vite au Chevalier Noir, Batman. Ils vont pourtant mettre de côté leurs différends pour affronter le terrifiant LeHah.

Avis : alors que nous voyons enfin le bout du tunnel de la saga Knightfall, Urban a la bonne idée d’en sortir ce que l’on pourrait voir comme un des prologues avec la lame d’Azrael qui introduisait pour la première fois le personnage de Jean Paul Valley dans le DC Universe. Il me semble que la mini avait fait pas mal de bruit à l’époque de sa sortie, mais surtout avait permis d’asseoir la réputation de Joe Quesada en tant que dessinateur, puisqu’il s’agissait vraiment là de son premier travail d’envergure.

A l’époque les lecteurs ne se doutaient pas de l’importance qu’allait prendre le personnage par la suite…bien évidemment nous avons le recul nécessaire pour le voir, mais aussi voir les intentions cachées de O’Neil dans le scénario. Je conseillerais donc au moins de jeter un œil au recueil. Le collectionneur que je suis ira sûrement se le prendre juste pour avoir la satisfaction d’avoir la totalité du « cycle » Knightfall, ensuite avec O’Neil au scénario et Quesada au dessin, on peut s’attendre à au moins un travail de qualité.

Verdict : à lire.

Before Watchmen Minutemen

BEFORE WATCHMEN MINUTEMENDate de sortie : 24 Janvier 2014

Prix : 15€/176 pages

Épisodes :

Scénario : Darwin Cooke

Dessin : Darwin Cooke

Sollicitation : Au début des années 1940, une mode des aventuriers costumés a frappé les États-Unis incitant plusieurs individus à se déguiser afin de rendre la justice. Parmi eux, le Comédien, le Hibou, le Spectre Soyeux, Capitaine Métropolis, le Juge Masqué, l’Homme Insecte, la Silhouette et Bill Dollar se sont regroupés en une organisation, les Minutemen, pour le meilleur et surtout pour le pire.

Avis : pas d’avis, je n’ai pas suivi les mini Before Watchmen étant donné que pour moi le concept de cette gamme n’a aucun intérêt à l’heure où autant de séries originales et de qualité sortent. Quel intérêt, à part pécuniaire, d’aller ainsi piller le passé ?

Verdict : pour ceux qui aiment Darwyn Cooke (ce qui en soit est une très bonne raison…)

Before Watchmen Compagnon

BEFORE WATCHMEN COMPAGNONDate de sortie : 24 Janvier 2014

Prix : 15€/152 pages

Épisodes :

Sollicitation : Comment Bill Brady, jeune athlète d’une université du Kansas, est-il devenu la mascotte super héroïque d’une prestigieuse banque new-yorkaise ? Quels sombres évènements entourent l’enfance de l’impénétrable Moloch ? Quelle est la véritable histoire du pirate maudit Gordon McLachlan ? L’heure est venue de lever le voile sur ces mystérieux personnages.

Avis : même constat que pour le tome précédent…

Verdict : pour ceux qui veulent avoir toute la collection.

Django Unchained

DJANGO UNCHAINEDDate de sortie : 24 Janvier 2014

Prix : 22.5€/272 pages

Scénario : Quentin Tarantino

Dessin : R.M. Guéra

Sollicitation : 1858, sud des États-Unis. Le Dr King Schultz, ancien dentiste devenu chasseur de primes, fais l’acquisition de Django, un esclave à qui il propose un marché : l’aider à capturer les frères Brittle en échange de sa liberté. Tandis que les deux hommes entament leur traque, Django ne perd pas pour autant de vue sa principale préoccupation. Dès qu’il sera libre, il partira à la recherche de sa femme, vendue comme esclave à un riche propriétaire terrien du Mississippi.

Avis : voilà une sortie sur laquelle je suis très partagé. D’un côté j’ai envie de me jeter dessus parce que la très grande majorité est illustrée par le génial R.MGuéra. Dessinateur que j’ai appris à aimer d’amour sur Scalped. De l’autre : c’est écrit par Tarantino que je me suis promis de fuir depuis que j’ai vu Inglourious Basterds…Oui je sais, je sais la planète entière a aimé ce film… et bien vous savez quoi : j’ai détesté ce film chiant de bout en bout !!!! et qu’on ne me jette pas un : oui mais t’aimes rien…Avant cela j’appréciais vraiment Tarantino, que ce soit pour Reservoir Dogs ou Pulp Fiction ou encore plus récemment Kill Bill…Bon j’ai moins apprécié ces deux là, mais j’avais adoré l’énergie et le côté démesuré du 1 et le côté plus profond du 2.

Et puis j’ai vu Bastards…et j’ai juste eu envie de frapper Tarantino en plein visage pour m’avoir fait passé 2h devant le film le plus chiant que j’ai pu voir depuis…là vache, je ne me souviens même plus quand je me suis autant emmerdé !!! 2h et plus de dialogues sans fin, même pas intéressants ! oui je sais c’est la marque fabrique de Tarantino, mais avant ça allait quelque part, il y avait un sel bien particulier dans ses dialogues. Là j’avais juste envie de me tirer une balle.

Et ne me lancez pas sur Mélanie Laurent. Je ne suis pas suffisamment versé dans notre cinéma national, ou assez maso, pour décider si : soit elle est nulle comme actrice, soir c’était le rôle qui était à chier, ou alors si c’était une combinaison subtile mais totale des deux…J’aurais tendance à pencher pour la dernière hypothèse.

Donc du coup malgré des critiques criant au génie pour Django, je suis gentiment resté chez moi à garder mon argent et mon temps pour des choses que j’apprécie…

Verdict : pour ceux qui ont aimé le film…merci de vous dénoncez que je puisse vous rayer de mes contacts..

A propos Sam 1886 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

13 Comments

  1. « Verdict : pour ceux qui ont aimé le film…merci de vous dénoncez que je puisse vous rayer de mes contacts.. » a propos d’n film que tu n’as pas vu c’est assez fort tout de même.

    J’aimerais bien avoir l’avis de quelqu’un qui a lu les comics pour savoir si ca vaut le coup

    • Euh c’est une blague qu’il ne faut prendre au premier degré bien entendu…Il est vrai qu’à l’heure actuelle si tu ne précises pas que tu fais une blague, on te soupçonnes d’ourdir les pires desseins…

  2. Tu devrais te contenter d’appeler cette chronique « le planning de la semaine », parce qu’on est pas vraiment guidé au final, no offense hein, tu lis que du Batman , comme beaucoup de monde d’ailleurs. c’est certainement très caricatural j’imagine mais c’est malheureusement l’impression que ça donne

    • Si offense dans le cas présent. Dire que je ne lis que du Batman est non seulement exagéré mais tout simplement faux…Je te conseille de te reporter à mes différentes chroniques pour t’en rendre compte.

      Concernant la présence importante de Batman dans les guides VF ou VO, la raison en est simple :

      – en VF, Urban s’appuie beaucoup sur Batman, ce qui a pour effet un nombre de sorties important. De fait j’en parle assez souvent.
      – en VO, la franchise Batman est une locomotive de la maison donc là aussi difficile de faire l’impasse…

    • j’aime bien les avis de sam, c’était juste pour le titiller un peu en ce début de semaine je ne voulais pas froisser ses fanboys. Après les avis de sam sont toujours mieux quand ils sont confrontés au reste de l’équipe dans les podcasts car il est souvent injuste (la preuve avec django).

  3. C’est un peu le défaut du site. On a principalement droit aux avis de Sam mais pas des autres chroniqueurs.

  4. J’ai bien aimé le premier tome du Maitre Voleur (pas trop mal d’ailleurs comme traduction de titre car « Voleur des voleurs » ça fait un peu lourd en VF et « Thief of Thieves » ça n’évoque pas grand chose dans l’esprit du lecteur français moyen qui ne maîtrise pas l’anglais). Par contre plus d’un an pour un second tome c’est un peu long je trouve, surtout quand il s’agit d’une série nouvelle qui n’a pas encore eu le temps de s’installer dans les esprits et les habitudes d’achat des lecteurs.

    Je trouvais un peu bizarre qu’ils commencent par sortir le Before Watchmen Conpagnon (un bon exemple de traduction littérale qui foire, surtut qu’il y a qu’un mot sur trois qui est traduit), mais comme le contenu est en partie en lien avec les Minutemen pourquoi pas.

    Django Unchained est bien supérieur à Inglorious Basterds, il le bat à plates coutures si on les compare (et pourtant j’ai adoré Inglorious), je te conseille vraiment de lui laisser sa chance, au pire à la maison tu arrêtes de regarder si ça ne te plait pas ! Par contre je te rejoins sur le non-talent de Mélanie Laurent, c’est clairement une des actrices françaises les plus surévaluées de ce ces cinq dernières années.

  5. J’adore Tarantino, et Django Unchained est excellent ! Certes, ce n’est pas Reservoir Dogs, Pulp Fiction ou Kill Bill mais c’est de la (très) bonne came 🙂
    Par contre, je me tate à lire le comics (est-ce un prequel, un résumé du film) ? QU’est-ce que ca vaut ? Des avis ?
    Et sinon, moi j’aime bien les avis de Sam, bourrés de 2nd degré … ca fait du bien après la grosse journée du Lundi 🙂

  6. Moi aussi j’aime bien les avis de Sam avec lui je suis sur de ne jamais me tromper, il suffit juste que je lise tout ce qu’il n’a pas aimé :p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.