Unspoken VF : Batman – Knightfall Tome 5 : La Fin

Crédits :

BATMAN KNIGHTFALL TOME 5Scénario : Alan Grant, Chuck Dixon, Doug Moench, Dennis O’Neil, Mary Joe Duffy

Dessin : Bret Blevins, Graham Nolan, Mike Manley, Ron Wagner, Barry Kitson, Tom Grummet, Jim Balent, Mike Vosburg.

Épisodes : Batman 509-510, Detective Comics 676-677, Batman Shadow of The Bat 29-30, Legends of the Dark Knight 62-63, Robin 8-9, Catwoman 12 & Shadowcase 94 #10

Prix : 28€/352 pages

Sollicitation : Assailli par de multiples visions, le nouveau Batman, Jean-Paul Valley a trahi son serment et la cause de son prédécesseur en tuant le criminel Abattoir. Bruce Wayne, remis de ses blessures, retourne à Gotham City. Mais il lui faudra encore subir un entraînement intensif pour pouvoir redevenir le seul et unique Chevalier Noir.

Avis : eeeeeet nous y voici donc enfin, la fin de la longue, très longue saga Knightfall. Comment souvent le problème avec ses sagas des années 90 est le nombre de titres impliqués qui donnent la Little Black Dresses sensation tenace de longueurs et surtout de répétitions passablement lassantes. Les précédents tomes souffraient de ce défaut, et avec une saga qui a pris place au cours de toute une année sur une demi-douzaine de titres, cette conclusion présente les mêmes défauts que ces prédécesseurs, mais dispose d’une qualité qui faisait défaut aux tomes 3 et 4 : il y a un climax.

– ATTENTION REVIEW 100 % GARANTIE EN SPOILERS VIEUX DE 20 ANS.

Capitaine : Terre en vue !!!

detective comics 676

Dans leur volonté de faire durer le remplacement de Bruce Wayne par Jean Paul Valley et de créer un manque auprès des lecteurs, qui rappellerait sans cesse le caractère unique du personnage, dans une ère où les anti héros ultra violents pullulaient, les auteurs ont un peu négligé le second acte de leur histoire créant une lassitude réelle auprès des lecteurs.

En effet, comme je l’ai déjà dit, les deux premiers tomes avaient des objectifs en vue, un but vers lequel ils tendaient et qui servaient de fil rouge à toutes les intrigues lancées en parallèle, ainsi :

– tout le premier volume était construit pour aboutir sur la confrontation finale entre Batman et Bane. La longueur des préparatifs, étalés sur une bonne quinzaine d’épisodes n’a rendu le climax de cette confrontation que plus fort.

 – même phénomène avec le tome 2, construit sur la promesse de la rencontre entre un Bane régnant sans partage sur Gotham et un Jean Paul Valley introduit comme nouveau Batman, voulant à tout prix faire ses preuves. Le résultat qui a pris place dans le Batman 500 en fut une bataille d’une violence assez inouïe qui serait difficilement acceptable aujourd’hui.

– à partir de là, les tomes suivants ont manqué de cette montée en puissance qui caractérisait les précédents tomes, puisqu’il s’agissait essentiellement de bâtir lentement, très lentement parfois, la chute de Valley dans la folie, la violence et la paranoïa et dans le même temps d’assurer le retour de Bruce Wayne.

Retour qui n’a vraiment débuté qu’à la fin du tome 4, avec la guérison du personnage. Mais comme cela été montré dans le même tome, après des mois dans un fauteuil roulant, Bruce n’avait tout simplement plus le niveau pour affronter un Valley très content de son travail, pas du tout près à laisser la place et qui avait mis à jour tant le costume que les « procédures » de son Batman.

Bref à la fin du tome 4, on touchait au but…mais restait le gros morceau, mettre une branlée à Valley, du genre qui le renverrait à la maison sans demander son reste…

You gotta shake this body !

detective comics 677 - 07Et le mot du jour est : remise en forme ! C’est le message envoyé par tout le premier tiers du tome 5, alors que Bruce va chercher les conseils avisés d’un maître sage et plein de noblesse et qui…Bon évitons de tourner  autour du pot, pour retrouver son niveau, notre bon vieux héros décide d’aller frapper à la porte d’une bonne grosse psychopathe : Lady Shiva qui se trouve être une des plus grandes expertes en arts martiaux de la planète et une XXX de tueuse…

On pourrait questionner le choix des scénaristes ici d’aller un tantinet trop loin en faisant adopter à Bruce un comportement trop éloigné de son caractère noble. Mais ils règlent la question en répétant sans cesse le caractère urgent de la remise en forme de Bruce, qui devra dès lors affronter différents maîtres tous pas contents du tout car ils pensent que notre bon vieux gars a tué leur maître sans bras (ce n’est pas une image, il n’avait pas de bras…).

Débute alors une série de combats, qui deviennent assez vite répétitifs, bien que les auteurs essayent de faire de leur mieux pour varier les lieux, situations et le déroulé de l’action…Et l’action est le maître mot de tout le tome ! Si vous vouliez quelque chose de calme, la recherche de la paix intérieure et toutes ces XXX écolo bobo, ben vous vous êtes trompés d’immeuble…

Welcome back les 90’s, vous ne nous aviez pas manqués !

Batman #510

A ce titre nous avons droit à un bon gros défilé de tout ce qui a fait la gloire des comics des années 90 :

– bon bien évidement, un anti héros, ultra violent complètement psychotique qui ne cesse de dire qu’il est le vrai Batman au…ben le vrai Batman !

– des cyborgs, ahhh les cyborgs

– des ninjas, oui oui ma bonne dame, des bons gros ninjas qui se la pètent. Etant donné le nombre de comics dans lesquels ils sont apparus, je dirais bien que les ninjas sont les personnages les plus populaires de ces 20 dernières années. Donc en gros des types anonymes, qui crient « yaaaaahhhh » et qui meurent au bout de 3 secondes comme de grosses XXX.

– des répétitions de séquences sans fin : Bruce au bort d’un toit qui se tâte pour sauter avec exactement le même raisonnement encore et encore…avec de longs discours sur la nature de la nuit et ses peurs …

Batman Vs Batman : will the real Batman show up ? 

detective comics 677Je vous rassure, malgré les longueurs de la première partie, on en vient assez rapidement au plat principal, avec le match Bruce Wayne contre Jean Paul dans une bataille…ultra super méga longue, mais très divertissante. De manière évidente, les auteurs cherchent à accomplir deux choses :

– rendre cette bataille la plus épique possible, avec un torrent d’action démesurée, pour montrer non seulement que Bruce est le vrai Batman, que ses méthodes sont les meilleures et qu’il mérite le titre plus que tout autre

– nous amener peu à peu à un climax…sans violence ! c’est tout le paradoxe de cette conclusion écrite par Dennis O’Neil, papa d’Azrael, qui après presque 150 pages de baston, met fin au conflit entre Bruce et Jean Paul, non pas par la violence mais par la raison. Un bon final à ce titre, presque inattendu, tant je m’attendais à voir les deux personnages se fracasser jusqu’à ce qu’ils finissent en sang. Une belle manière de monter que Batman n’est pas juste une brute qui tabasse tout ce qui bouge.

Dessin : alors là, nous avons une bien belle armée de dessinateurs qui font ce qu’ils peuvent, de toute évidence, pour tenir leurs délais et assurer l’accouchement de cette montagne ! malheureusement, la plupart du temps ce n’est guère inspiré, et caractéristique des années 90 chez DC où de toute évidence, l’éditeur avait un mal fou à attirer des dessinateurs célèbres sur leurs séries ! A ce titre la comparaison avec les séries Marvel, ou même Image, fait souvent mal et donnent un aspect tout de suite plus vieilli à l’ensemble… Bien évidemment, il ne faut pas oublier que l’un des buts de cette saga était justement de montrer que les nouveaux héros dits modernes n’avaient rien d’admirables…

Verdict : 8/10 – Un tome avec beaucoup plus de tonus et une conclusion attendue. Dans l’ensemble on ne peut que saluer la masse de travail abattue par tous les scénaristes, dessinateurs et éditeurs pour venir à bout de ce petit monstre que fut Knightfall. Mais l’on peut regretter les nombreuses longueurs et répétitions présentes tout au long du chemin. Réduire tout cela de moitié aurait rendu l’ensemble plus abordable.

A ce titre, ne pas oublier que ce n’est pas entièrement fini…on se retrouve le mois prochain avec Fils prodigue, qui est la suite de Knightfall, qui voit Dick Grayson, Nightwing, remplacer Bruce sous le masque de Batman pendant un temps, avant qu’il ne revienne de manière définitive…

Références :

– Unspoken VF : Batman Knightfall Tome 1

– Unspoken VF : Batman Knightfall Tome  2

– Unspoken VF : Batman Knightfall Tome 3

– Unspoken VF : Batman Knghtfall Tome 4 

A propos Sam 1884 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

5 Comments

  1. Bon si au moins l’affrontement final est sympatoche c’est au moins ça… déjà le T.3 a été dur à lire, le 4 bah j’ai failli en pleurer tellement l’impression de perdre mon temp était grand. en tout cas merci pour cet avis, je le prendrais pas trop à reculons celui-là…

  2. Bonjour,
    J’avais beaucoup aimé les tomes 1 et 2 mais je me suis tellement ennuyé dans le 3 que je me suis arrêté là. Ta chronique me donne presque envie de m’y remettre pour avoir droit au final.
    Bonne journée

  3. Un point que j’ai négligé d’aborder est qu’il est très utile de lire avant ce 5e tome, la lame d’Azrael qui de manière bien pratique est sorti en même temps. Ce 5e tome y fait en effet référence à de multiples reprises.

      • Je pense qu’Urban a simplement suivi, et c’est obligatoire pour l’éditeur, les TPB VO. Il faut savoir que souvent les éditeurs n’ont pas le choix dans la manière dont ils publient leur matos en librairie, ils sont ainsi souvent obligés de reprendre la répartition des épisodes tels que décidé par l’éditeur US dans ces TPB.

        Par ailleurs, cette mini est plus un prologue à Knighfall qu’intégré dedans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.