Tops et Flops de la semaine

VO – Sorties  du 04 Février 2015
TOPS DE LA SEMAINE
3 –  Birthright 5, de Joshua Williamson et Andrei Bressan & Adriano Lucas. Un numéro dont le contenu était dans l’ensemble assez attendu. Il faut de fait se porter vers les dernières pages pour vraiment voir un nouvel élément introduit qui à mon sens relance bien l’intrigue à un moment où elle risquait un peu de tourner en rond. Tant mieux, car les premiers épisodes promettaient beaucoup en termes de qualité et surtout de twists surprenants. Étant donné que la série joue beaucoup sur les codes de la Fantasy pour mieux les détourner, c’est ce genre de surprises que je veux avoir de manière régulière.

BIRTHRIGHT #5

Note :   8/10

2 –  East of West 18, de Jonathan Hickman et Nick Dragotta. Dans mon guide de la semaine dernière, je me plaignais que Hickman avait apparemment mis de côté l’histoire qui avait ouvert la série, à savoir la quête de Mort. De toute évidence, il a lu ma chronique et en 24H avec Nick Dragotta a refait l’épisode 18 pour tenir compte de mes commentaires inspirés et constamment parfaits en tout. En effet cet épisode 18 se concentre essentiellement sur cette intrigue, avec notamment les retrouvailles de Mort et de sa femme…et le largage d’une petite bombe en dernière page qui de toute évidence va profondément affecter la suite du récit…en tout cas en change la nature.

EAST OF WEST #17

A ce titre il est intéressant que Hickman ait inséré cette révélation en milieu d’arc. Dans les deux premiers épisodes, il s’était essentiellement concentré sur la guerre entre les Nations. Ici il revient à ce qui est le cœur de la série. A voir comment dans les deux prochains épisodes, ces différents éléments vont se percuter, car je suis persuadé que c’est le plan…

Note :  8.5 /10

1 –Saga 25, de Brian K.Vaughan et Fiona Staples,  Une reprise qui ne fait pas défaut à la réputation de la série. Dès le départ, Vaughan fait le point sur la situation des différents personnages du récit et principalement sur la famille séparée Marko/Alanna tout en nous indiquant qu’obtenir du sperme de dragon n’est pas des plus évident…Je trouve réellement fascinant que malgré la fracture qui est apparue dans le couple principal de la famille, le cœur de la série est toujours intact. On est toujours transporté par la vie très particulière de cette famille, sans doute grâce aux commentaires de la Hazel adulte sur sa propre vie. Cela pourrait créer une certaine distance, puisqu’il y a différents niveaux de narration, mais cela ne fait que renforcer notre empathie pour tous les personnages.

SAGA #25

Par contre comme d’habitude, ce sont essentiellement les personnages qui portent une intrigue qui fondamentalement n’avance pas très vite. Nous avons tout de même une idée de la direction générale, mais le scénariste, à dessein je pense, garde son lecteur dans le noir. En somme il nous donne juste ce qu’il faut pour que crevions d’envie de revenir le mois prochain ! en tout cas, vu comment l’histoire a évolué dans le précédent arc, on peut vraiment s’attendre à tout !

Note :   9/10

DÉCEPTIONS DE LA SEMAINE

Il est parfois difficile de qualifier un titre de flop car il a tout de même des qualités.. Des titres qui ne sont pas des bides monstrueux mais qui clairement ne sont pas exceptionnels.

– Avengers 41, de Jonathan Hickman et Mike Deodeto. Bla bla bla bla bla et bla bla bla avec du bla bla sur le dessus et du bla bla à l’intérieur. Voilà le résumé des 12 premières pages. Puis 5/6 pages qui reprennent l’épisode précédent, et donne raison à mon avis cynique de fan vu dans un précédent Top et Flop et dernière page intéressante…Si Hickman est en général assez bon avec son bla bla, il peut aussi forcer le trait et se montrer exagérément pompeux avec des dialogues cryptiques et prétentieux jamais prononcés par quiconque, jamais dans l’histoire de l’humanité. Et si cela peut paraître original sur le coup, le même schéma répété d’épisode en épisode devient tout simplement assommant…

 AVENGERS #41

De fait, le scénariste fait semble-t-il tout son possible pour rendre l’intégration de l’univers Ultimate dans son histoire d’incursions la moins palpitante possible. Il a littéralement pris tout ce qui pouvait être excitant pour le remplacer par des dialogues lourds et au final sans grand intérêt… Bref une déception uniquement rehaussée par le dessin de Deodeto et les dernières pages qui elles annoncent quelque chose de plus intriguant pour les prochains épisodes.

Note : 6 /10 –

Débats de la semaine

Débat N° 1 : Quel avenir pour les X-Men ?
Voilà une question récurrente dans mes différents articles depuis quelques mois. Mon interrogation provient essentiellement de la situation assez inégale de la franchise. Si l’on évite de s’aventurer sur la question de la qualité des intrigues lancées par Brian Michael Bendis, le fait est que sa reprise d’Uncanny X-Men et d’All New X-Men avait permise de replacer des titres mutants parmi les best-sellers de Marvel. Mais il s’agissait là uniquement du sommet de l’Iceberg.
ALLNEWXMEN1
De fait, comme déjà pointé à de multiples reprises, les ventes des séries annexes comme Amazing X-Men et X-Men n’ont eu de cesse de se tasser au cours des derniers mois. A mon sens à raison étant donné l’instabilité des équipes créatives sur ces deux séries. Ainsi en moins de 6 mois, une demi douzaines d’équipes créatives sont intervenues sur ces deux séries qui plus que jamais apparaissent d’une part secondaires et d’autres part sans aucune direction claire.

                                                         AMAZING X-MEN #4               X-Men-v4-016

 

Ce déclin est à mettre en parallèle avec les annulations successives de séries au cours des derniers mois. All New X-Factor, Nightcrawler, bientôt X-Force et je doute que Storm passe l’année 2015…Ainsi si l’on regarde de près en dehors des 4 séries X-Men, il ne demeure que la série Weekly Wolverines et Magneto. Et l’on peut débattre du fait que Deadpool fasse vraiment encore partie de la franchise X-Men…Mon commentaire va paraître étonnante, mais avec 6 séries encore en cours, la franchise X-Men a connu là un régime sévère au point qu’il n’y a jamais aussi peu de  séries X-Men en activité depuis presque 15 ans…

 

ALL NEW X-FACTOR #1 NIGHTCRAWLER #1  X-FORCE #1  STORM #1

 

 

Dans le même temps, les autres franchises Marvel connaissent un développement continue. GoG, écrite par un certain…Bendis…a vu presque tous ses membres obtenir une série solo et une seconde série GoG est sur le point d’être lancée. Inhumans va également obtenir une seconde série (+ one shots occasionnels…). Je n’aborderais même pas la question des Avengers…

Bref, dans ce tableau, les X-Men apparaissent toujours plus comme le vilain petit canard dont Marvel se désintéresse. Cependant, je le redis, je n’accorde pas le moindre crédit aux rumeurs de disparition des séries X-Men. Pour une raison simple : Marvel est une entreprise à but commercial. Les X-Men rapportent, donc ils vont continuer à faire des séries X-Men…

Cependant, il faut craindre une marginalisation croissante, qui va se traduire par moins de séries + des équipes artistiques moins ambitieuses. De fait, si Bendis a pu toujours obtenir des artistes très suivis et appréciés  par les fans, on ne peut pas en dire autant des autres séries qui ont vu les scénaristes et dessinateurs voltiger dans tous les sens.

A ce titre une remise à plat de la franchise apparaît plus que jamais nécessaire et si Marvel veut rassurer, le ou les successeurs choisis au sieur Bendis seront déterminants. Ce qui nous mène au débat n°2..

 

Débat n° 2 : Quel scénaristes pour les Avengers et les X-Men post Secret Wars ?

 

Secret-Wars

Si le contenu de Secret Wars et la situation du Marvelverse après ce crossover reste un mystère complet, une chose est sûre certaines des franchises les plus connues de la maison des idées vont se retrouver sans scénariste phare à la rentrée…Et bien malin celui qui parviendra à deviner les noms des successeurs.

En 2012, c’était assez simple. Hickman était alors auréolé par son run sur FF et son arrivée sur Avengers apparaissait comme l’étape suivante de son ascension chez Marvel.  Quant à Bendis, après le plus long run de l’histoire sur les Avengers, son arrivée sur les X-Men relevait là aussi d’une certaine logique…

Mais en 2015 ? quels sont ceux qui auraient les épaules suffisamment solides et surtout la base de fans suffisamment importante pour donner de nouvelles directions à ces séries ? Bien évidemment, Marvel ne manque pas  de scénaristes phares en dehors de ces deux là. De Jason Aaron, en passant par Rick Remender, ou encore Dan Slott, Mark Waid, Charles Soule,  Tom Taylor…

Mais quand on regarde de plus près, on se rend compte que les choses ne sont pas si simples :

– Jason Aaron ? il écrit déjà deux séries pour Marvel, Thor et Star Wars qui viennent d’être lancées. Il écrit en outre Southern Bastards chez Image et Men of Wrath chez Icon et je ne doute pas que le monsieur a d’autres projets sous le coude. Bref, il n’a pas la place pour assumer la charge d’une franchise..

– Rick Remender : encore pire ! entre Uncanny Avengers et Cap, son emploi du temps est déjà bien chargé. Mais ce qui le disqualifie, malgré le fait que j’adorerais le voir en duo avec Aaron sur les X-Men, ce sont les multiples séries qu’il écrit chez Image, de Black Science à Deadly Class en n’oubliant pas Low…et d’après ce que j’ai compris,…il en a encore d’autres en préparation…

– Dan Slott : il semble le plus à même de bouger. Après 130 épisodes sur Spidey, le monsieur n’a plus rien à prouver. On aime ou pas, le fait est que depuis Big Time, il a réussi l’exploit de remettre sur pieds une franchise mise à terre par plusieurs années de sagas médiocres et indignes de la place du personnage dans l’univers Marvel. Si bien que depuis plus d’un an maintenant, Spidey est LA vente de Marvel.

A titre personnel, je le verrais bien sur les X-Men, car il a déjà bossé sur les Avengers…et surtout que son approche me plait. Ce n’est que mon point de vue, mais sur Spidey, il me semble qu’il a adopté une vision qui avait pour objectif de réintégrer l’ensemble des grandes périodes historiques du personnage, du Silver Age au récent run de JMS.

Il ne renie rien et prouve que l’univers de Spidey ne se réduit pas à Peter tout seul dans son coin à combattre pur la 3000e fois le même vilain, mais qu’il est passionnant de le faire interagir avec le max de personnages possibles. Et ce n’est pas le récent Spider-verse qui va me contredire : après 8 ans sur la franchise, celle-ci apparaît plus riche et pleine de vie que jamais…Un truc que les X-Men aimeraient retrouver …

– Charles Soule : il est déjà impliqué dans la franchise Inhumans avec deux séries, et il bosse sur le Weekly Wolverines. En clair : plateau plein…(et le fait que je n’aime pas son travail n’aide pas puisqu’il est évident que Marvel fait ses choix en fonction de mes goûts personnels…)

– Mark Waid, pourrait être intéressant sur les deux franchises…sur lesquelles il a déjà travaillé par le passé. Bien que je fasse partie des lecteurs qui n’ont pas aimé son run sur DD, du moins ce que j’en ai lu…le fait est qu’il reste un auteur de grande qualité. Mais la question est : est-ce qu’il en veut ? il serait un bon choix pour réconcilier les différentes approches connues par les Avengers ces dernières années. Comme Bendis il sait manier ses personnages et comme Hickman il sait construire des récits ambitieux…

Ensuite, il y a les petits nouveaux chez Marvel  :

– Tom Taylor a prouvé sur Earth 2 et Injustice qu’il savait gérer les ensembles larges et surtout qu’il parvenait à trouver des intrigues intéressantes en parfaite ligne avec la continuité. Il est en train de se faire un nom chez Marvel avec Superior Iron Man et il a pas mal dégager son emploi du temps ces derniers temps puisqu’il a quitté ses deux séries DC, mais je ne sais pas s’il a l’assise encore nécessaire.

– Jeff Lemire ? là aussi un homme trrèèèèèèèèèèèèèèèèssss occupé, entre ses boulots chez DC (bien qu’en forte réduction, je crois qu’il ne lui reste que JLU aujourd’hui…et la série ne devrait pas se poursuivre post Convergence…), Valiant ou encore Image, son arrivée chez Marvel sur le nouveau volume de Hawkeye était surprenante, mais malgré ses nombreux fans (dont moi), je crois qu’il n’a tout simplement plus le temps, surtout pas pour une méga franchise…En outre, je trouve que malgré tout son talent, il a beaucoup de mal avec les séries d’équipe.

Les jeunes pouces qui montent :

– Gerry Duggan : avec 3 séries chez Marvel (Deadpool, Nova et Hulk), le scénariste est devenu le « go guy », le « yes man », de Marvel pour des séries un poil à la dérive en quête de scénariste. Bien qu’apparemment, il soit efficace, je doute qu’il ait encore de la place !

– Sam Humprhies : à mon sens un auteur à potentiel, mais qui a encore du mal à tenir à la distance. On l’a vu sur Uncanny X-Force ou Avengres AI, cela démarre bien, mais cela se dégonfle assez vite…Et assumer une franchise semble encore trop tôt pour lui.

– Si Spurrier : acclamé  mais sur des projets vite annulés, Spurrier a tout de la méga star en devenir qui n’attend que LE projet pour le faire exploser. Sa prose est bien barrée et son style nous rappelle souvent un certain Grant Morrison. Pour l’instant il a essentiellement travaillé dans la franchise X-Men (Legacy ou encore X-Force), mais sur des titres peu exposés. Le temps est-il venu pour lui de passer en 1ère ligue ?

– Nick Spencer, il y a quelques années j’aurais été ravi de le voir prendre en charge l’un ou l’autre franchise…Aujourd’hui…son parcours chez Marvel a été mouvementé pour ne pas dire autre chose et s’il a de bonnes idées…il s’en va en général avant de voir leur complète réalisation. On compte ainsi pas moins d’une demi douzaine de séries lancées en grand pompe abandonnée en cours de route en général vers le 12e épisode. Il lui manque clairement la constance nécessaire pour un boulot de cette ampleur.

– Denis Hopeless, en ce moment sur Spider-Woman, il a prouvé sur ses Avengers et surtout Cable & X-Force qu’il savait se débrouiller et prendre des risques…Mais clairement,cela semble encore tôt dans sa carrière pour LE job.

Des revenants

– JMS : le voir sur les X-Men relève pour moi du rêve humide, du fantasme qui me fait frétiller le pantalon …mais cela n’ira jamais plus loin. Étant donné la manière dont se sont achevées ses relations avec Marvel en 2007 sur Spidey et son départ de Thor, je doute qu’on le revoit un jour chez Marvel…Dommage il aurait pu faire de grandes choses car pour moi les X-Men touchent à son sujet de prédilection : des exclus qui veulent changer le monde…

Des vétérans

– Peter David : là aussi un autre rêve mouillé quelque soit la franchise. David, malgré sa grande gueule et ses opinions bien arrêtées, a réussi à signer de runs importants, longs et stables chez l’éditeur…mais je crains qu’il ne soit pas en position d’avoir des jobs qui demandent en permanence d’être  LE nouvel auteur  frais et populaire du moment.

Du nouveau qui vient de l’extérieur ? c’est la dernière solution et…le choix fait par DC pour bousculer sa ligne post Convergence (non mais vous avez vu cette transition ???)

Débat N° 3 : Après le New 52 : le All New DC ???

 

JLA

Et oui l’actu a été on ne peut plus chargée au cours des derniers jours côté comics. Alors que Marvel prépare de toute évidence la réorganisation de sa ligne, DC tire les conséquences de son coup de mou de ces derniers mois pour essayer de revoir de fond en comble ses différentes franchises. Et je dois dire que l’intention à mon sens est louable : il s’agit de promouvoir au maximum la diversité. Non pas simplement des auteurs, mais surtout des genres et du type de bouquin publié. Il semble bien que les éditeurs aient intégrés que leur intérêt était d’augmenter le nombre de lecteurs et non de compter sans cesse sur les 100/200 000 mêmes lecteurs.

RobinSonofBatmanCover_580

Or pour cela il faut proposer des choses différentes. A un moment où Image, Dark Horse, et d’autres explorent de plus en plus, testent de nouveaux types de bouquins sans cesse, il est bon de constater que les gros éditeurs ne restent pas à la traine. On craignait un peu de voir DC bon dernier dans cette course, car au cours de l’année 2014, la ligne de l’éditeur s’était de plus en plus uniformisée au fur et à mesure que les titres un poil différent se faisaient annuler. Après un recentrage clair sur Batman, GL, et ses quelques icônes, l’éditeur a commencé à faire bouger les choses ces derniers mois.

starfire_580

Que l’on aime ou pas, la ligne Batman a lancé le mouvement en allant explorer de nouvelles voies. Maintenant, le reste de DC suit. Et la vache, il y a des surprises ! Geoff Johns remplacé sur Superman par un nouveau venu dans les comics ! Bryan Hitch qui lance une nouvelle série Justice League ! une nouvelle série Black Canary ! Une série Bat-mite ? Starfire ? le retour de Ennis sur du Hitman (en spin off attention)…et bien d’autres titres qui font soulever un sourcil interrogateur et dubitatif de manière répétée car on se demande ce que cela peut bien être ! mais au moins DC ne reste pas dans une position attentive, ils essayent de provoquer, de faire des choses différentes.

Bat_Mite_2

Tout ne marchera pas, bien entendu, mais au moins il y a là une volonté claire de faire bouger les choses.

 

LIVRES

NEVERWHERE de Neil GAIMAN

Et un petit Gaiman ! un ! ici l’auteur adopte un schéma désormais assez connu de sa part : un individu normal qui mène une existence des plus banales…jusqu’à sa rencontre avec un élément qui sort de son ordinaire, fait exploser son existence, le conduit sur des routes inattendues pour se rendre compte que son ancienne vie n’était pas si agréable que cela. En clair, Gaiman fait ici du Gaiman, mais de bonne qualité.

NEVERWHERE

Le titre se lit sans problème, de manière assez rapide, alors qu’au travers du personnage de Richard, on découvre la Londres d’en Bas, envers du décor, lieu qui accueille tous les paumés, les exclus, les oubliés, tous ces morceaux d’histoire qui sont passés entre les failles du temps. Comme le personnage, on est paumé au départ pour finir par adopter ce monde complètement déluré avec ses propres règles et sa folie douce. Comme j’ai pu le lire ici ou là, il y a en effet un petit côté Alice au Pays des Merveilles. Il offre en effet au personnage, même si c’est contre sa volonté au départ, un échappatoire à une vie qui ne l’enthousiasme guère…pour entrer dans un monde bien barré…

Dans l’ensemble le récit est d’une grande fraicheur, grâce au personnage de Porte en particulier…et appelle une suite ! comprenons nous bien, Gaiman clôture bien son intrigue…mais dans le même temps, il se laisse (passez moi l’expression) la porte ouverte pour un second volet (décidément). Et cette idée donne sacrément envie.

LOUP BLANC De David GEMMELL

En 2014, parmi d’autres choses, j’ai découvert les œuvres de feu David GEMMELL, en débutant par son meilleur à savoir Legend. De livre en livre, on comprend que Gemmell a une tendance nette à reproduire un schéma d’histoire et de personnages notamment dans le cadre de sa saga Drenaï. Mais malgré cela je ne peux m’empêcher d’adorer, car malgré ses défauts, les récits de Gemmell sont d’une redoutable efficacité. Il lui suffit en général de quelques pages pour capter l’attention de son lecteur, et oui fois qu’il vous a ferré, inutile d’espérer vous échapper.
LOUP BLANCLes personnages sont souvent charismatiques, ses héros animés d’un code d’honneur bien ancré « un homme se doit d’agir ainsi ou comme cela » et sont souvent des êtres torturés. Ils n’ont guère envie au départ d’agir pour le bien, car disposent souvent d’un passé de guerrier ensanglanté et ils se jugent indignes de la tâche. Mais bien entendu, ils finissent par craquer, souvent provoqués, et hop on est parti. L’action est souvent rondement menée, avec un recours récurrent à la figure stratégique et bien dramatique du siège impossible à tenir, avec des héros toujours en infériorité numérique et toujours complètement dépassés qui à force de courage et de bravoure à l’ancienne vous fouettent le sang… en laissant pas mal de cadavres sur le carreau. Qu’on se le dise, si vous êtes un personnage de Gemmel, vous allez soit en chier, soit mourir mais aussi quelque fois tomber amoureux…En somme du récit bien rempli de testostérone, de bataille…Je sais, présenter comme cela, cela fait très classique, mais bizarrement cela fonctionne terriblement bien. d’autant que la lecture est souvent très rapide, les livres de Gemmell évitent le plus souvent de faire trop long, en général 400 à 500 pages. Rarement plus.

On est dans le rarement ici, puisque Loup Blanc se distingue par presque 600 pages, mais qui s’explique aisément par la structure particulière du récit et le parcours du personnage principal, Skilgannon, que l’on suit tant dans le passé que dans le présent. Gemmell mène parfaitement sa barque de ce point de vue et sait amener les flashbacks sans couper le rythme de son récit. En termes de chronologie, il faut un peu s’accrocher pour se retrouver, puisque très vite on revoit un personnage bien connu des fans, à savoir Druss la Légende qui vient squatter !  On se doute bien que cela se passe avant Legend (où Druss a plus de 60 ans), mais cela est confirmé quand il est dit que cela se passe 5 ans après la bataille de la Passe de Skeln. Donc en gros on doit être 10 ans avant Legend.

Je suis en tout cas ravi du travail de réédition des éditions Milady sur la série. Son format poche est accessible et peu cher et c’est une bonne façon de redécouvrir la série, bien que tous les livres ne sont pas égaux.  En tout cas loup blanc est plutôt dans le haut du panier. A noter qu’une sorte de suite, les épées du jour et de la nuit ressortira prochainement.

A propos Sam 1884 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

2 Comments

  1. Ires bon articles, tu devrais faire des editos pour le site 😉
    Sinon pour ton info perso, JLU continue après convergence ms sans Lemire

  2. Bonjour,
    Merci pour cet article. Moi c’est Jeff Lemire sur Uncanny Xmen qui me rendrai tout dur.
    Et ça fait plaisir de voir que DC à décidé de se réveiller maintenant j’ai hâte d’être a Juin.
    Bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.