ComixWeekly #252

Les reviews de la semaine comics

Au sommaire de ce 252ème ComixWeekly, les reviews des sorties VO de la semaine avec Marvel et ses tie-ins à Secret Wars, la partie indé avec un coup de coeur total de l’équipe pour un nouveau titre Image ainsi que plein de nouvelles séries et enfin DC qui entame le deuxième mois pour son DC You. Bien sûr comme à chaque fois, vous retrouverez une sélection des TPB sortis cette semaine.

Le générique de ComixWeekly est interprété par The Bilbocks et tiré de leur album Public Domain Storytelling que vous pouvez retrouver sur leur site en cliquant ici.

Comme toujours, n’hésitez pas à partager cette émission et à nous donner votre avis dans les commentaires ou encore en nous envoyant un mail à l’adresse podcast@comixity.fr ou via le formulaire de contact. Just listen to it 😉

Play

(Pour enregistrer le fichier, faites un clic droit sur Télécharger puis Enregistrer sous… Une fois téléchargé, vous n’avez plus qu’à lancer le fichier pour qu’il démarre dans votre lecteur de musique habituel.)

A propos Steve 1077 Articles
A l'origine du projet, chroniqueur sur tous les podcasts, c'est également à lui que revient la lourde et ingrâte tâche de l'enregistrement et du montage des émissions.

8 Comments

  1. le gros problème de A force c’est pas qu’ils ont fait une équipe entièrement féminine parceque c’est hype, mais qu’après ils n’en font rien.
    Il n’y a même pas de Girl Power assumé derrière. C’est jamais évoqué qu’il n’y a que des femmes.

    Là c’est juste pour la promo d’un titre qui sortira en octobre et qui de toute façon aurait fait parlé même sans Secret Wars.

    C’est frustrant tellement ca fait vide.

    Sur Futur Imperfect Land a bien joué son coup. D’habitude je le reconnais immédiatement mais même pour le premier numéro j’ai fait fait le rapprochement qu’après la lecture du numéro.

    SHIELD j’en ai rien à foutre. Il y a écrit inspiré de la série tv… pfff. j’espère que ca va etre cantonné au produit dérivé à part qui sert de pont pour ceux qui regardent mais ne lise pas. Genre ce qu’ils font pour les adaptations des dessins animés. La serie n’apparaissait même pas dans le top 100 de mai chez Diamonds. Comme quoi même avec le MCU et Waid au scénario ca passionne pas les foules.

    J’ai pas lu We Stand on Guard mais rien que de savoir que Trist… MrHoneyBunny l’a lu et aimé c’est un achat assuré la prochaine fois que je passe dans un comic shop !
    Puis vous avez continué à parler et je n’ai qu’une envie c’est de le lire.

    • Comme je le disais dans le podcast, à la base, je m’en foutais aussi de SHIELD, on l’a chroniquer pour parler de la démarche de cette série. Ce serait un simple produit dérivé hors continuité, on en aurait sans doute jamais parlé. Ici c’est un produit dérivé de produit dérivé mais qui en plus a un impacte sur la continuité. :/
      Que beaucoup de gens lisent la série ou non, on s’en fout en fait, ce qui importe c’est ce que Marvel décide d’en faire. Les Inhumains n’ont jamais été très connus et même parmi les lecteurs de comics Marvel, rare sont ceux qui peuvent donner sans se tromper tous les noms des membres de la famille royale et du cercle intérieur ou un story-arc important (Silent War était génial, mais personne ne le connaît). Pourtant, maintenant que Disney va en faire un film, Marvel les met en avant (au point qu’ils supplantent les très populaires X-Men non-Disneyens). La démarche est d’augmenter la cohérence entre les comics papier et le cinéma, mais Marvel nie cette démarche.
      Avec SHIELD, cette démarche est visible depuis la lune. Et surtout on peut voir en quoi elle est délétère pour le produit original: le comics papier.

  2. y a rien de mystérieux ni de téléphoné dans le Green Lantern. C’est juste dans la continuité du run de Venditti et d’un certain événement laissé en suspens dans Godhead. Le perso dont il est question dans le numéro et qui est responsable de la pétrification des planètes avait été alors sollicité par Hal Jordan pour venir en aide au corps contre les New Gods. Le perso s’était retrouvé dans la merde après avoir tenté d’utiliser son pouvoir sur le Source Wall, on en voit les conséquences dans ce numéro. Pour le coup, je trouve la modification du statu quo de ce perso un peu zinzin plutôt intéressante.
    Reste que je suis assez d’accord avec vous, comme avec X-O Manowar, la narration de Robert Venditti et sa caractérisation des personnages est vraiment laborieuse et fait que tout ce qu’il écrit devient vite assez chiant malgré des idées intéressantes.

  3. Se toucher du doigt
    « J’ai un ami qui est obsédé par les X-Men. Il a beau être grand (je veux dire adulte), une partie de lui refuse d’accepter qu’on ne puisse pas réellement soulever des objets par la pensée, voler avec son haleine ou traverser les murs. Au début, je croyais que pour lui, cette obsession était une grande métaphore de l’humanisme : chaque personne est « spéciale » et nous avons tous un « super-pouvoir » qui nous rend unique, même si pour certains, c’est juste faire des cupcakes ou être myope. Mais non. J’en ai parlé sérieusement avec lui, il voudrait vraiment avoir des pouvoirs. Ça le frustre énormément de n’être qu’un type X et pas un X-type qui envoie des lasers avec ses yeux et lit dans les pensées. Il m’a même raconté que petit, dès que l’occasion se présentait de faire un vœu, il suppliait d’être touché par la grâce Marvel. Jusqu’au jour où il a demandé à son petit frère ce qu’il avait souhaité et que le gamin de 6 ans lui a répondu : « Aller à la tour Eiffel avec papa. » Ça l’a complètement scié ; après il ne demandait plus que des trucs super-humbles. Faute d’être en mesure d’agir sur le réel, il s’est mis à mimer les pouvoirs dont il était dépossédé. Par jeu. Comme si la beauté du geste pouvait remplacer son effet. Aujourd’hui encore, il n’est pas rare de le voir crisper ses mains et intensifier son regard devant une porte fermée – comme un médium de cabaret – avant de finir par l’ouvrir gentiment comme tout le monde. On l’aperçoit aussi parfois dans un couloir sortant ses griffes imaginaires de Wolverine pour écorcher les murs (qui restent parfaitement intacts). Il est devenu pro dans l’invention de gestes absurdes pour commander une action (p. 36). Mais le truc qui me rend fou, c’est quand il met un doigt sur sa tempe pour prendre le contrôle des gens. Exemple : on est au café, le serveur nous ignore (je sais, c’est dingue), alors mon ami pose le doigt sur son front pour forcer le mec à venir prendre la commande. Sauf que je me demande vraiment qui, dans la vraie vie, s’il était télépathe, vous le signifierait aussi lourdement. Qui, à part Charles Xavier, le chef des X-Men de droite ? (ceux de gauche sont avec Magneto). Mais lui, mon pote, il s’en fout, il n’a que ça, son doigt sur la tempe, pour supporter la médiocrité du serveur. Et ses griffes imaginaires pour exprimer sa rage. » (dans STYLIST)

  4. Bonjour,
    Je viens de terminer la lecture de « We Stand On Guard » et effectivement c’est très bon et ça donne très envie de découvrir la suite.
    Merci pour cette découverte.
    Lorsque vous parliez de la maison d’édition FR qui récupèrera les droits je penses que ce sera Urban, car à l’heure actuelle ils ont tous les travaux de Vaughan « Saga », « Ex Machina » (mon oeuvre préférée de cet auteur), Y the last Man et Pride of Baghdad c’est presque une OPA qu’ils font.
    Bonne journée.

    • Concernant la license en France, cela dépendra de qui mettra la plus grosse somme sur la table. L’essentiel des créations de Vaughan ayant été publié chez Wildstorm/Vertigo, il st logique que ce soit Urban qui le publie. Pour Saga, en revanche, rien n’était donné et Urban a du se battre pour obtenir la license.

  5. Du mal à comprendre votre enthousiasme sur We Stand.

    Note : je suis fan de Ex Machina, j’ai adoré Y, j’ai beaucoup aimé ses Runaways. J’ai pas du tout accroché à Saga.

    J’ai lu ce premier numéro est si j’ai trouvé ça lisible, j’ai trouvé ça relativement… ennuyeux. Le début est intriguant, la situation est originale mais la seconde partie du comics, c’est décompressé, très pauvre quand même. Les persos affrontent un Mécha. Ok, et ? L’épisode se finit. Et ? Pas de cliffhanger, pas de truc qui retourne la tête, rien qui fasse saliver pour la suite. Pour ma part, c’est CARRÉMENT ce qu’il faut pas faire en guise de fin de premier épisode. Y’a aucun suspense à la fin, aucune question (Des mecs affrontent un Mécha, quoi, c’est vu et revu, en quoi c’est excitant ?). J’irais voire la suite mais j’attendais plus de contenu dans un épisode double, là, faut qu’il passe la seconde avec le second sinon s’aurait quand même pu tenir en 20 pages et s’aurait fait un one-shot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.