Quelle est la meilleure histoire de Wolverine ?

Darkseid Wars vous a globalement bien plu. Vous êtes 42% à l’avoir trouvé excellent et 31% à l’avoir trouvé bon. Ce qui fait 73% de satisfaits.  Ensuite viennent 20% de personne qui l’ont trouvé mauvais. On peut dire que cet arc a globalement plu.

Revenons à Wolverine dont vous avez bien apprécié le dernier opus. Mais parlons du matériel source où vous avez aussi apprécié de bonnes histoires. Justement quelle est pour vous la meilleure histoire de Wolverine ?

La liste a été initialisée par quelques exemples, mais n’hésitez pas à faire vos propositions. Comme toujours vous avez une semaine pour voter avant d’enchaîner sur la prochaine question !

Quelle meilleure histoire de Wolverine ?

3 réponses possibles. 

10 Comments

  1. Je me suis permis de rajouter  »Wolverine alone », l’épisode d’Uncanny X-Men qui met pour la première fois l’accent sur le mutant canadien et sa sauvagerie assumé (Merci John Byrne) et le  »Wolverine » de Frank Miller qui, avec le  »Weapon X’ de Barry Windsor Smith réunissent ce qui fait pour moi, les bases du succès du mutant griffu.
    Plus un personnage secondaire sous l’ère Dave Cockrum (qui préférait mettre en avant Nightcrawler) ce n’est qu’à l’arrivée de John Byrne que Wolverine connaitra une évolution plus marqué, jusqu’à ce fameux épisode 133 qui révèle toute la dangerosité et l’implacabilité dont peut faire preuve un Wolverine acculé. Cet épisode, loin d’être anecdotique renferme tout simplement la genèse de la future starification du personnage.
    Par la suite, Frank Miller, toujours accompagné de Chris Claremont au scénario, enfoncera le clou avec  »Wolverine », traitant Logan comme une sorte de samouraï déchu, expliquant son rapport avec le Japon et surtout les tourments qui habite le personnage, réussissant le tour de force de nous mettre en totale empathie avec ce Wolverine enfin humanisé.
    Et enfin Weapon X, véritable coup de poing asséné par un Barry Windsor Smith, nous contant l’origine tragique de ses os et ses griffes d’adamantium et de surtout l’amnésie que subira Wolverine jusqu’à House of M.

  2. Dommage qu’il n’y ait pas les histoires d’Aaron comme « Get Mystique », « Wolverine in Hell » ou « A day in the life ».

  3. Oui, c’est bien celui là, bien qu’il soit censuré par Lug à l’époque. Une version non expurgée, disponible uniquement par souscription, lui rendra ces lettres de noblesses, quelques années plus tard

  4. Pour ma part, même si je ne suis pas fan de la censure, à l’époque Lug avait fait ça plutôt bien et puis quelle gifle que ce récit complet !

    • La censure était nécessaire, n’importe quel enfant pouvait lire les Strange, Nova, Spidey, etc..Tout n’est pas bon à lire pour un jeune public, j’ai commencé à parcourir ces livres avant de savoir lire, grâce à la censure, sinon ma mère ne m’aurait pas laissé lire autrement ces comics.

    • Peut-être qu’un jour, j’en lirais au moins pour fois, par contre des traduction moins édulcorées, un texte, trop grossier, vulgaire, pas ma tasse de thé.
      Une des réponses que je n’ai pas aimé le film Deadpool.

  5. Il y a la nostalgie qui parle surtout, je comprends que l’on recherche, quelque chose de plus mûr, plus « réel » . Ne connaissant pas le récit complet, je ne peux pas juger.

  6. Je crois que tout ceux de la  »génération Strange » ont commencer à lire ainsi grâce aux éditions Lug, et en ce sens, c’est vrai qu’une certaine censure était nécessaire, ceci étant dit, je ne serais que trop te conseiller de lire les versions non censurées, qui révèlent souvent des surprises (aussi bien visuelles qu’au niveau des traductions, qui étaient à cette époque, très souvent, édulcorées). Maintenant, en ce qui concerne la nostalgie, je pense qu’on à tous ce petit pincement au cœur lorsqu’on retombe sur un Récit complet (Pour ma part c’est celui sur la jeunesse d’Illyana) ou sur un Strange, Nova etc…Ce sentiment est difficilement quantifiable

Laisser un commentaire