Tops et Flops de Mars 2017 : Comics VF

EDITO : Et c’est reparti pour un nouveau Top et Flop des sorties VF du mois de mars 2017. Comme d’habitude, il s’agit ici avant tout de mon opinion sur les sorties importantes, ou à éviter en VF dans le courant du mois.

Et si le mois dernier, j’ai eu du mal à faire une sélection, au regard du très grand nombre de candidats dans la catégorie des Tops, et des Flops, cela a été plus difficile ce mois-ci en raison notamment du très grand nombre de rééditions, notamment chez Panini à l’occasion de la sortie du film Logan au cinéma.

Vous pourrez constater que je n’ai retenu qu’un seul titre Wolverine dans la pléthore proposée ce mois-ci, excluant de très bonnes choses comme le dernier volume de Wolverine and the X-Men de Jason Aaron, ou alors parlant de choses médiocres comme Death of Wolverine. Pour moi Weapon X se distingue encore aujourd’hui par sa qualité et sa maturité, plus de 25 ans après sa parution, c’est souvent à cela que l’on remarque les récits classiques, à leur dimension intemporelle.

TOPS

5 – DOCTOR STRANGE tome 2 chez Panini Coimics

Date de sortie : 08 mars 2017

Guide de lecture VF :

Avis : un second tome qui vient conclure le conflit entre le Docteur Strange, le monde de la magie en général, et l’Empirikul. Un conflit musclé et riche en conséquences qui se démarque par le travail de Jason Aaron pour accorder une vraie place à part entière au monde de la magie dans l’univers Marvel. Le scénariste consacre ainsi une partie copieuse de son travail à bien démontrer que la magie ne se limite pas à Strange dans l’univers Marvel et que ses utilisateurs sont en réalité légion et répartis sur toute la planète.

DOCTOR STRANGE 2

C’est, à l’image du premier tome, cette richesse que je retiens avant tout, ainsi que les conséquences de cet arc…plutôt que son vilain assez…raté. Il faut bien avouer que sur ce coup là, Aaron et Bachalo ont échoué à créer un vilain intéressant, l’Empirikul se distinguant avant tout par son manque criant de charisme. Parfois, j’avais même du mal à le prendre au sérieux malgré sa puissance face à son caractère générique.

On sent vraiment le côté “jetable” du personnage et en réalité, je dirais même qu’il fait pâle figure face au contenu de la cave de Strange, qui représente une menace de plus grande ampleur et surtout bien plus personnelle pour le bon vieux docteur…

En tout cas à la lecture de volume, on comprend pourquoi Marvel a tiré un spin off de Strange, car personnellement après lecture de ces épisodes, j’avais réellement envie de voir nombre de personnages introduits ou réintroduits ici avoir droit à leurs propres aventures. Il y a en effet de quoi creuser.

Verdict : 8/10 – imparfait, mais une bonne base pour le monde magique de Marvel.

4 – EAST OF WEST TOME 6, chez Urban Comics

Date de sortie : 17 mars 2017

Guide de lecture VF :

Avis : un tome 6 qui vient conclure en trompette la seconde année de l’Apocalypse mise en scène par Jonathan Hickman et Nick Dragotta. Un tome clé qui voit le dernier rassemblement catastrophique des élus, le passage du rubicon pour le conflit qui oppose les différentes nations américaines et surtout une rencontre attendue depuis l’épisode 1 !

east-of-west-tome-6-42595-270x419

Un volume encore une fois riche alors que l’on voit les différentes fils d’intrigues, de complots, d’alliance fragiles et d’oppositions, de revanches et de désir de justice se méler vers un résultat hautement dramatique…avec des pertes assez importantes, puisque certains personnages importants depuis l’épisode 1 passent de vie à trépas ici.

East of West reste donc une série incroyablement riche et inventive, mais aussi, assez verbeuse qui a tendance à beaucoup intellectualiser, qui demande une attention constante pour parvenir à suivre non seulement l’intrigue principale incroyablement ambitieuse, mais surtout l’ensemble des sous intrigues qui viennent se confronter de manière régulière.

Verdict : 8,5/10

3 – WOLVERINE – L’ARME X chez Panini Comics 

Date de sortie : 1er mars 2017

Guide de lecture VF :

Avis : je ne vais pas revenir sur le fond sur ce titre, car je me suis déjà largement exprimé sur le sujet pour dire tout le bien que je pensais de cette oeuvre d’exception qui fait sans conteste partie des 5 titres que tout amateur de Wolverine se doit de lire dans sa vie et de posséder dans sa bibliothèque.

WOLVERINE – L'ARME X

Chef d’oeuvre de Barry Windsor Smith qui revient sur le passé tragique de Wolverine, et le sort que lui a réservé le projet Weapon X. Un titre où le personnage en lui même est moins important que le propos de l’auteur, qui nous livre un scénario sombre qui s’attarde avec finesse sur les dangers de la déshumanisation de la science.

Verdict : 9,5/10

2 – WONDER WOMAN DIEU ET MONSTRES – TOME 1, chez Urban Comics

Date de sortie : 17 mars 2017

Guide de lecture VF :

Avis : un run attendu de longue date en VF par nombre de lecteurs et de fans du personnage, tant le travail de Georges Perez résonne à travers le temps et influence encore aujourd’hui les scénaristes sur le titre. De fait, à la lecture de ce premier volume on comprend mieux l’ampleur de la tâche accomplie par l’auteur qui a redéfini l’univers de l’amazone de manière particulièrement réussie, dévoilant tout le potentiel du personnage.

wonder-woman-dieux-et-mortels-tome-1-42633-270x413

En termes de scénario, le résultat de ce premier volume est sans aucun doute mitigé, en particulier dans le premier arc. De fait, le combat contre Arès qui est au centre des premiers épisodes est assez…unidimensionnel et la conclusion prête presque à rire tant elle est prévisible. Voilà un gars qui a planifié son action pendant des millénaires sans réellement penser l’après…

On voit ici la limite de l’intrigue mise en place par Perez et Wein qui souhaitaient de toute évidence, avoir un premier arc introductif avant tout accessible, avec une dimension super-héroïque classique et un combat bien/mal assez basique pour vraiment lancer de manière solide la série. Au delà tout n’est pas à jeter dans ce premier arc au contraire. Le premier épisode reste un chef d’oeuvre, à mon sens, retraçant de manière dense et riche l’origine des amazones.

En outre l’arrivée de Wonder Woman dans le monde des hommes est réellement bien gérée, notamment en ce qui concerne le cast qui va venir très vite entourer le personnage. De manière assez maligne, Perez évite le piège de positionner dès le départ un potentiel roméo pour se concentrer sur son personnage, sa découverte du monde et les premières relations qu’elle va forger.

De fait, la vie amoureuse de Diana qui semble obséder nombre d’éditeurs de nos jours, est ici absente pour privilégier d’autres liens : la relation mère/fille entre Hippolyte et Diana, celle équivalente avec Julia. Au delà, Perez pose déjà les thématiques de fond qui vont animer le titre au cours des 30 années suivantes et qui apparaissent si évidentes maintenant que l’on se demande pourquoi il a fallu attendre ces épisodes pour vraiment les voir développer.

La vision de Diana sur la place de la femme dans la société moderne, ou encore une idée qui va revenir souvent, sur les croyances religieuses du personnage dans un pays particulièrement marqué par cette question (entre les zealot et les athées qui l’attaquent). C’est aussi une série de portraits de femmes différentes des canons habituels.

Entre une Etha en surpoids qui est là pour autre chose que le ressort comique, ou la famille Kapatelis, ou même le personnage de Mandy incarnation parfaite de la working girl ambitieuse et (presque sans scrupule) des années 80. Nous avons là nombre de personnages réalistes, qui tranchent avec le portrait unidimensionnel assez peu poussé d’Arès dans le premier arc.

Tout cela florit en fait réellement dans le second arc, notamment l’excellent défi des dieux, sans doute l’histoire que Perez voulait raconter dès le début qu’il a pu caser après le premier arc plus manichéen. On a là un récit dense, rythmé, bien mené de bout en bout, qui tout en étant classique est riche en rebondissements, surprises et émotions. Ainsi, alors que l’on part au départ sur une simple série de défis, on achève le récit sur des thématiques comme le pardon et la rédemption.

Enfin, bien évidemment, je n’achèverai pas cette chronique sans aborder l’aspect graphique. Le travail de George Pérez est sans le moindre doute l’un des points forts de son travail sur l’amazone. Le fait que 30 ans après, cela reste tout simplement sublime à observer est un témoignage de la qualité de son travail.

Bien évidemment, ce qui marque avant tout est le niveau de détail atteint sur chaque page, si bien que chaque case laisse apparaître des éléments de décor d’une richesse sans équivalent. Je ne sais pas comment Perez a pu livrer un travail d’une telle richesse sur une base mensuelle ! et je suis persuadé qu’à chaque relecture de nouveaux détails vont apparaître !

Verdict : 9,5/10

1 – PREACHER TOME 5, chez Urban Comics

Date de sortie : 24 mars 2017

Guide de lecture VF

Avis : Garth, Garth, Garth, après la lecture de ce tome, je peux le dire sans réserves, en réalité tu es un grand tendre au coeur sensible. Oh, tu peux te cacher derrière les scènes chocs, la mise en scène de déformations physiques qui vont hanter le lecteur jusqu’à la fin de leurs/nos jours, torturer tes personnages et les faire souffrir comme personne, inventer les pires salopards de la création, présenter aux lecteurs les pires déviations et perversions sexuelles jamais imaginées dans l’histoire de l’humanité, je t’ai percé à jour.

preacher-tome-5-42763-270x419

Si, si, j’insiste. Comment interpréter autrement les épisodes présentés dans ce volume qui voit Jesse Custer s’aventurer dans le coeur de l’Amérique, dans son Texas natal pour se remettre la tête à l’endroit et se ressourcer. Bien évidemment, il trouvera des salopiauds à défoncer sur son chemin, et soyons clairs, il n’y a rien de plus appréciable que Garth Ennis mettant en scène ses personnages en train de piétiner, écraser et éclater des bouseux racistes arriérés. C’est juste un de ses petits plaisirs de la vie qu’il ne faut pas se refuser et qui vous aide à mener une vie plus saine et harmonieuse.

Mais ce n’est pas le plus important dans ce premier arc assez long qui permet à Jesse Custer de se retrouver lui-même, ses valeurs, son attitude et sa résolution…ainsi qu’une partie très importante de son passé. Je ne spoilerai pas cette partie, mais on ne le dira jamais assez, Ennis sait développer les relations humaines de manière tellement authentique qu’on en chialerait…On se glisse dans ce petit cocon semi familial qu’il recrée, cette bande de potes que l’on a l’impression d’avoir toujours connu et qu’on quitte à regret quand les dernières pages sont tournées.

Dans ce tome, c’est aussi l’occasion pour le scénariste de dévoiler comment Jesse a perdu son oeil, et la vache, ça marque….mais aussi de revenir sur le passé de Tulip, qui a sans doute eu le meilleur père de la création ! tout cela pour nous amener aux retrouvailles entre Jesse et Tulip…très attendues au regard des développements du tome 4 et la trahison de Cassidy…Donc, comme je le disais les relations sont vraiment au centre de ce tome.

L’autre grande thématique, qui a toujours été présente dans Preacher, mais qui ici est abordée de manière récurrente dans la plupart des échanges entre les personnages, c’est la fascination et la relation d’amour/haine que Ennis entretient avec l’Amérique. Oui, c’est le pays des secondes chances, à nul autre pareil, mais le scénariste n’est pas aveugle et connaît ses défauts. On a ainsi droit à nombre de discours sur la nature des USA et le rôle des américains dans sa grandeur/décadence/folie.

J’ai encore du mal à croire que j’ai eu des difficultés au début de la série à rentrer dedans, car je vois combien désormais tome après tome, épisode après épisode, j’en viens à réellement adorer ce titre et vraiment voir l’ensemble des ses qualités. Le plus ironique est qu’il s’agit sans conteste de mon tome préféré…alors que c’est sans doute celui qui fait le moins avancer l’intrigue générale.

C’est plus une respiration, où Ennis prend le temps nécessaire pour permettre à ses personnages de reprendre leur souffle avant de replonger dans la folie, nous en apprendre plus sur eux et leur passé, se concentrer sur eux plutôt que l’intrigue démentielle dans laquelle ils naviguent depuis le début. De fait, ne vous attendez pas à voir Starr qui pourtant est en couverture, car lui comme son organisation font 0 apparition dans ces épisodes !

Verdict : 10/10

FLOPS

4 – Death of Wolverine chez Panini Comics 

Date de sortie : 1er mars 2017

Guide de lecture VF :

Avis : je ne vais là aussi pas revenir en détail sur la piètre opinion que j’ai de cette …oeuvre, je vous renvoie pour cela vers la critique assez détaillée que j’en ai faite dans mon guide de lecture, ou vers la chronique de Bruce Lit, qui sur le fond partage mon opinion.

LA MORT DE WOLVERINE

Cette mort qui aurait du être un moment épique, se révèle on ne peut décevant, se limitant à un simple zapping expédié des grandes périodes du griffu accéléré sur 4 épisodes, avant que l’éditeur décide de débrancher la prise dans une conclusion d’une rare stupidité…

3 – WONDER WOMAN DIEU ET MONSTRES : Série en deux tomes ???

Avis : pour moi, c’est un peu la petite douche froide qui suit cette excellente sortie ! comme vous avez pu le lire dans mon top, j’ai adoré le premier tome du run de Georges Pérez sur Wonder Woman, et je me faisais une joie de découvrir l’ensemble de sa prestation sur le titre.

Vous comprendrez donc aisément ma désillusion quand j’ai terminé le bouquin et que sur la 4e de couverture, j’ai pu lire ces mots terribles : série en deux tomes. Suivi par une expression d’une intelligence fulgurante inspirée par les nymphes et Athéna elle même : hein ? mais c’est quoi ce XXX !!!

Et oui, dans mon souvenir, et comme confirmé dans l’intro, Pérez est resté dans l’univers de l’amazone pendant 5 années, hors le second volume, déjà annoncé pour juin (ouiiiiii) ne va que jusqu’au numéro 24 (nooooonn), soit le moment où Pérez a abandonné la partie graphique. Oui, il est parti du dessin, mais il a continué d’être le responsable du scénario jusqu’au delà de l’épisode 60 !!!

Nous n’aurons donc droit en réalité qu’à un run tronqué et partiel…à moins qu’Urban ne décide de nous surprendre et de sortir la suite sous un autre nom…mais j’en doute. Cette année Wonder Woman en prend donc en réalité un sacré coup…

Verdict : sniff…

2 – Les retards…de communication : Black Widow rencontre Paper Girls

Avis : dans les deux cas nous avons eu des retards de sortie et dans chaque cas…un problème de communication derrière. Tout d’abord, Black Widow annoncé mi février à l’origine, reporté d’une semaine à l’origine. Au départ Panini a très vite réagi et informer les lecteurs du retard.

Sauf qu’une semaine plus tard, point de Black Widow…ni d’explication. Ni la semaine suivante. Ce n’est que début mars, sans annonce particulière que j’ai découvert le tome sur les étales de ma librairie. J’ai pu éviter de le manquer spécifiquement parce que je passe régulièrement chez mon dealer vendeur de comics. Sans ça…

BLACK WIDOW 1

Ce qui n’était pas si grave il y a 10 ans est pour moi réellement préjudiciable aujourd’hui dans le marché des comics actuel, au regard du déluge de sorties qui nous attendent chaque semaine.

De fait, même si mon libraire accorde une place énorme et croissante aux comics, il ne peut maintenir très longtemps les nouveautés en évidence…car elles sont chassées dès la semaine suivante par de nouvelles sorties. Sans être la série du siècle, notamment au regard de son scénario, le titre Black Widow mérite tout de même d’être au moins découvert.

Le sujet est moins problématique pour Paper Girls, dont le tome 2 a juste connu une semaine de retard…là aussi sans communication particulière d’Urban Comics…Au fait où est passé le Private Eye du même auteur annoncé initialement le même mois…ah ben pas d’informations et il n’apparaît plus dans le planning d’Urban…

paper-girls-tome-2-42637-270x408

Si des incidents provoquant des retards sont toujours possible, surtout dans le cadre d’une production qui ne cesse de croître, une communication au poil est d’autant plus nécessaire pour s’assurer que les lecteurs soient au courant de ce qui se passe !

1 – UNCANNY X-MEN 6 /ALL-NEW X-MEN 8 chez Panini Comics 

Date de sortie : 15 mars 2017

Guide de lecture VF :

Avis : ai-je encore besoin de développer d’avantage que je ne l’ai déjà fait. A ce stade, cela revient à tirer sur un corbillard…emportant le cadavre du talent passé de Brian Michael Bendis …qui a décidé de repasser devant notre maison depuis 10 ans…en fait, ils tournent en continu et ça commence à sentir quand même un peu le corps en état de putréfaction avancé à ce stade…

UNCANNY X-MEN 6

J’analyse le sujet dans mes guides de lecture vers lesquels je vous renvoie, ou vous pouvez vous référer aux chroniques de Bruce Lit qui vont dans le même sens. Soyons clairs c’est une période sombre de l’histoire des X-Men en termes de qualité et si vous êtes un nouveau lecteur qui veut commencer les titres mutants, évitez ces épisodes.

ALL-NEW X-MEN 8

Il y a tellement de bonnes choses dans la galaxie mutante, même au cours des 15 dernières années : le run de Grant Morrison sur New X-Men disponible en deluxe, celui de Joss Whedon sur Astonishing X-Men dispo en Icons, celui de Rick Remender sur Uncanny X-Force qui ressort en deluxe, celui de Jason Aaron sur Wolverine and the X-Men également en Deluxe, celui de Mike Carey dont dont l’arc Supernova est ressorti en deluxe récemment…

Que des bonnes choses qui n’attendent que vous…

La citation du mois

X-Men intégrale 1993 (I) – Le chant du bourreau : « elle a passé chaque instant depuis à se débattre, incapable de se libérer de la prise de cent mille bras-cybers qui la poussent, la tirent, la pelotent, et la tripotent ».
Mesdames et messieurs, les années 90 dans toute leur splendeur. Et si en lisant ce passage, vous n’avez pas pensé “j’ai suffisamment vu de hentai pour savoir comment ça va finir » vous êtes malhonnêtes…

X-MEN L'INTEGRALE 1993 (I)

LES ANNONCES IMPORTANTES DU MOIS

Panini Comics

Du côté de chez Panini, le programme de mai a été révélé. On voit que l’on se dirige vers la fin de Civil War Il + la réédition de la période située juste avant Secret Wars, avec notamment le début de la réédition de Mighty Thor ! . La réédition du crossover en lui même ne devrait à ce titre pas tardé.

En outre la sortie du film Spider-Man Homecoming à la même période, fait que Panini va nous proposer un programme chargé de rééditions Spider-Man…Nous avons également appris que nous n’aurons pas à attendre longtemps la suite de certaines séries comme Moon Knight, ou encore Black Panther, puisque les suites sont annoncés pour juin !

Relaunch Panini !!!!

Non, vous ne rêvez pas…Panini a annoncé en début de semaine, qu’ils allaient relancé la plupart de leurs magazines… encore…moins d’un an après le dernier…Si certains de ces relaunchs sont motivés par le redémarrage de certaines séries aux USA, comme Gardians of The Galaxy (pour 6 mois et ça repart) ou Avengers, cela devient plus difficile à comprendre pour des titres comme Spider-Man, qui n’est pas relancé et surtout X-Men…qui va entièrement être relancé dans quelques mois !!!

Dans le cas de Spidey, Panini prétexte le démarrage de Clone Conspiracy, qui est juste le dernier event en date et ne motive en rien un relaunch ! En outre, on garde la même formule impopulaire 96 pages pour 4.9€ !!! ils ont tout compris aux demandes du lectorat, cela se sent …d’autant plus que Spider-Man 2099 va être sorti du mag pour laisser sa place à Spider-Man renew your vows et sera désormais publié en HS.

Est-ce que je rêve ou est-ce que Panini vient de me proposer une occasion parfaite…d’arrêter le dernier kiosque que je suis suivais chez eux ? j’en ai bien l’impression, car à ce stade autant passer sur l’offre librairie, cela sera plus intéressant…

L’autre source d’incompréhension, c’est bien évidemment le mag X-Men. Alors que la franchise s’apprête à redémarrer aux USA, Panini anticipe les choses pour correspondre avec le lancement de l’event IvX…est-ce que ça veut dire que dans 6 mois on recommence ??? parce que je vois mal Panini passer à côté de l’offensive ResurrXion et la pelletée de nouveaux titres pour relancer…Alors on en est là, même en VF on relance tous les 6 mois ???

On sent bien que l’idée derrière tout ça est d’offrir un bon gros point d’entrée au moment de la relance d’en face avec l’arrivée de Rebirth chez Urban…sauf que la seule chose qui apparaisse clairement, c’est combien l’offre Panini est inadaptée. Alors que l’éditeur des séries Marvel va continuer à nous imposer ses mags à 5€ pour moins de 100 pages, Urban va nous sortir des petis monstres avec 7 à 8 épisodes (soit sans doute 160 pages) pour à peine 1€ de plus…

Et niveau qualité du contenu, je doute sincèrement que Marvel soit sur ce coup plus intéressant ou meilleur que DC rebirth…Bref en résumé : du grand n’importe quoi enrobé dans une mauvaise analyse du marché et des attentes des lecteurs…

Urban Comics 

Du côté d’Urban, le programme librairie du 3e trimestre est également sorti, on retiendra surtout :

– bien évidemment l’arrivée d’un certain nombre de titres Rebirth en librairie, après leur sortie les mois précédents en kiosque : comme Detective Comics, Justice League, Flash, et d’autres

– au delà, côté inédit, …Superman Rebirth de Tomasi et Gleason, que je ne que vous recommander comme la meilleure série Superman depuis un bail…absente du kiosque…

– les suites des Archives de la Suicide Squad de John Ostrander et la Justice League International de Giffen, Dematteis & Hughes

– on n’oubliera pas enfinnnn l’arrivée de la géniallissime Manhattan Projects de Jonathan Hickman annoncée depuis des années et rassemblé ici dans un énorme volume de presque 500 pages !

Snorgleux

L’éditeur a annoncé en début de mois l’arrivée de nouvelles séries issues du label Aftershock. La maison d’édition qui est assez discrète aux USA a tout de même réussi à attirer de grands noms, et Snorgleux s’attaque à leurs principales séries : American Monster signée Brian Azzarello et Animosity le plus gros succès de l’éditeur.

Les deux titres débarquent en août…ce qui est une surprise, car c’est un mois assez difficile pour des nouveautés. Mais je suppose que l’éditeur a choisi ce créneau pour éviter d’être noyé dans l’avalanche de sorties de la rentrée (j’en tremble d’avance…).

Sorties les plus attendues le mois prochain :

BLISS COMICS
Book of Death

DELCOURT COMICS
Invincible tome 21
James Bond tome 2

GLENAT COMICS
Lazarus tome 5

PANINI COMICS
La Vision Tome 2
All New Punisher tome 1

URBAN COMICS
Superman Lois & Clark
Tokyo Ghost tome 2

A propos Sam 1676 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

1 Comment

  1. Bonjour,

    Urban semble avoir du mal avec la gestion de son planning. Greg Rucka présente WW tome 2 était annoncé pour le 19 mai sur plusieurs sites de vente en ligne mais par sur leur planning. Sur facebook, ils m’ont confirmé que ce tome sortait bien à cette date. Depuis, il a disparu de plusieurs sites et n’est toujours pas sur leur planning…donc mystère.
    Pour les attentes d’avril, je place également Black science tome 5, Stormwatch tome 2 et Faith chez Bliss comics.
    Et puis, il y a les rééditions d’intégrales d’urban que je n’ai pas encore : Scalped et Green lantern.

    Pour WW par Perez, j’ai également été déçu de voir qu’il n’y aurait que deux tomes ! Si ça marche bien, peut-être poursuivront-ils ?

    Parmi mes tops de mars, je placerais l’intégrale Harbinger chez Bliss comics.

    J’ai lu également trois kiosques HS chez Panini :

    Carnage est très bon , Civil War : Caid est sympa mais j’ai eu du mal avec les dessins, quant à Deadpool V Gambit, j’ai trouvé ça très bof…

    Merci et bravo pour toutes ces chroniques hebdo, Sam !!

Laisser un commentaire